Vient de paraître : Le tome III des Œconomies royales de Sully (1600-1601)

Bernard Barbiche et David Buisseret viennent de faire paraître aux éditions De Boccard (collection de la Société de l’histoire de France), l’édition du tome III des Œconomies royales de Sully qui couvre les deux années 1600-1601. (294 p.)

Présentation de l’éditeur
Quarante-sept ans après le tome Ier, et vingt-neuf ans après le tome II, voici que paraît le tome III des OEconomies royales dans la collection de la Société de l’histoire de France.
Rappelons l’objectif de cette nouvelle publication d’un texte qui a déjà fait l’objet de nombreuses éditions depuis celle que Sully lui-même, à la fin de sa vie, a fait imprimer clandestinement dans son château des bords de Loire de 1638 à 1640, sous son contrôle vigilant qu’attestent les annotations, corrections et ajouts de sa main que l’on trouve tout au long du manuscrit.
Tous les historiens ont depuis longtemps constaté et signalé que ces Mémoires étaient avant tout (comme c’est souvent le cas) un plaidoyer pro domo que Sully a fait rédiger par ses secrétaires entre 1610 et 1617, très souvent au mépris de la vérité historique, dans une démarche inspirée par le dépit d’avoir été écarté du pouvoir après l’assassinat de Henri IV. Mais une comparaison entre le manuscrit des Mémoires aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France (mss. français 10305 à 10314) et l’édition de 1638 montre que ce propos de désinformation s’est accentué tout au long des trente années de retraite et de mise à l’écart que le ministre a connues sous Louis XIII. C’est pourquoi cette édition critique a été entreprise d’après le manuscrit pour faire apparaître clairement les remaniements que le principal conseiller de Henri IV a fait subir à son texte afin de mieux mettre en valeur la personnalité et l’œuvre de son souverain et surtout sa contribution personnelle au redressement de la France au lendemain des premières guerres de Religion. On peut désormais mesurer l’écart qui existe entre la rédaction initiale et la version finale, celle qui a toujours été utilisée par les historiens.