Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène. Exposition du 01/07/2017 au 15/10/2017

Du 01/07/2017 au 15/10/2017 au Château de Blois

Fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, frère cadet de Louis XIII, père de la Grande Mademoiselle, Gaston d’Orléans est intimement lié à Blois. Ayant reçu en apanage de son frère Louis XIII le duché d’Orléans et le comté de Blois, à l’occasion de son mariage avec Mademoiselle de Montpensier en 1626, Gaston d’Orléans confie très vite un grand projet de reconstruction à l’architecte François Mansart. Il y aménagera ses appartements en 1652, après l’échec de la Fronde. Outre le château, la ville de Blois lui doit plusieurs réalisations : l’Hôpital général du faubourg de Vienne, qu’il fonda en 1657 pour les pauvres, et, au pied du château, la chapelle des Jésuites (qui est aujourd’hui l’église Saint-Vincent). Gaston d’Orléans meurt à Blois le 2 février 1660, laissant son château inachevé.

Une exposition pour réhabiliter un prince libre, moderne et indépendant
Longtemps présenté comme un conspirateur, ourdissant des complots contre la couronne depuis ses résidences d’exils, manipulé par ses proches, Gaston d’Orléans est injustement resté dans l’ombre de l’histoire. Enfant préféré de sa mère, il reste ce frère cadet jalousé, prétendant au trône jusqu’à la naissance de Louis XIV en 1638. Prince tout entier dressé contre la centralisation du royaume, il s’oppose aux deux cardinaux-ministres Richelieu et Mazarin. Il ira même jusqu’à se marier par amour avec Marguerite de Lorraine, allant contre la volonté de Richelieu et de son frère Louis XIII !

Gaston d’Orléans : Prince rebelle, mécène, collectionneur
Articulée autour de ces trois grandes facettes de Gaston d’Orléans, l’exposition réunira pour la première fois, une partie de sa célèbre collection de médailles et d’antiques, de coquilles, de cartes géographiques, de livres et de reliures mais aussi l’exceptionnel ensemble de peintures sur vélin, réalisés par Nicolas Robert, qui reproduisent avec minutie et somptuosité les plantes et les oiseaux du jardin botanique qu’il créa à Blois. Du prince rebelle en désaccord avec son frère sur la gestion politique du royaume au collectionneur dont les objets formaient l’un des plus riches cabinets de l’Europe en passant par le mécène qui révèle sa passion pour l’art, la culture, l’architecture et la botanique : cette rétrospective met l’accent sur un prince érudit et profondément humaniste.

Voir le site pour plus d’informations