Tous les articles par ALBRET

Appel à communication: La mémoire des guerres de religion

Colloque international, 6-8 septembre 2018
Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier

Organisé par David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

APPEL A CONTRIBUTION

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion. Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794. Les doctorants et post-doctorants sont particulièrement encouragés à soumettre une contribution. Les propositions sont à adresser à rememberingthewars@gmail.com, assorties d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) et d’un bref curriculum vitae avant le 15 janvier 2018. Le Comité scientifique communiquera sa décision le 28 février 2018. Les frais d’hébergement (2 nuits) et de restauration à Montpellier seront pris en charge par les organisateurs.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden. Pour en savoir davantage sur ce projet, consultez http://vanderlinden.weebly.com.

19-20 oct. 2017, Paris : Santé et médecine à la cour de France (Moyen Âge-XIXe siècle)

Colloque international, organisé par Stanis Perez (MSH Paris Nord) et Jacqueline Vons (Université de Tours / SFHM) dans le cadre de l’axe de recherche « La médecine à la cour de France » de Cour de France.fr, consacré aux questions relevant de la santé et de la médecine à la cour de France, du Moyen Âge au XIXe siècle.

Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Inscription gratuite obligatoire sur le site de l’Institut d’études avancées de Paris :
Aller au formulaire d’inscription

Programme:

Jeudi 19 octobre
9h15 : accueil 
9h45 : introduction au colloque par Stanis Perez

10h-12h- La cour, un lieu privilégié des connaissances et des pratiques médicales ?
Président de séance : Alexandre Lunel, Université Paris 8

Franck Collard, Université Paris X-Nanterre
Entre savoir et pouvoir : les professionnels de la santé à la cour de Charles VII.

Évelyne Berriot-Salvadore, Université de Montpellier
La cour, caution et vecteur d’un savoir médical vulgarisé

Stanis Perez, MSH Paris Nord
Antimoine, médecine et alchimie à la cour autour de la guérison de Louis XIV en 1658

12h-14h – Déjeuner

14h-18h – Quand la cour est malade…
Présidente de séance : Élisabeth Belmas, Université Paris XIII

Bénédicte Lecarpentier-Bertrand, Université Paris XII-Créteil 
Des corps souffrants et sous surveillance : problèmes et soins de santé à la cour de France dans la première moitié du XVIIe siècle (années 1590-1670)

Xavier Le Person, Université Paris IV, IEP Paris
Les Mercures de la politique. Les médecins de cour au chevet de la politique en France aux XVIe et XVIIe siècles

Justin Rivest, Université de Cambridge
Médicaments curiaux, médicaments charitables : Le médecin de cour Adrien Helvétius et la distribution des remèdes aux soldats et aux pauvres sous Louis XIV

15h40-16h00 – Pause

Geneviève Xhayet, Université de Liège
Curistes issus de la cour de France aux eaux de Spa

Charles-Eloi Vial, BnF
Soigner et être malade à la cour de Napoléon Ier

Vendredi 20 octobre

9h30-12h – Le monde médical à la cour : influences et stratégies …. 
Président de séance : Vivian Nutton, First Moscow State Medical University

Isabelle Coquillard, Université Paris X-Nanterre
L’affirmation d’un groupe professionnel à la cour

Joël Coste, EPHE (APHP)
Chirac, la Cour et la peste de Provence (1720-3)

Jacques Rouessé, Académie nationale de médecine
La maladie de Louis XV l’été 1721

Jacqueline Vons, Université François-Rabelais de Tours, présidente de la SFHM 
Pierre Dionis, chirurgien aulique (1643-1718)

12h-14h – Déjeuner

14h-16h – Le médecin de cour en montre
Président de séance : Guy Cobolet, Bibliothèque interuniversitaire de Santé

Magdalena Koźluk, Université de Lödz
Prescrire et plaire aux Seigneurs et aux Dames de la cour : Les Ordonnances de N. A de la Framboisière

Chloé Perrot, université de Lille 3, École du Louvre
La Médecine absente. Portraits de médecins de cour du XVIe au XIXe siècle

Loïc Capron, Université Paris-Descartes, APHP
Diafoirus père et fils, ou la revanche des médecins auliques ?

Conclusions du colloque par Jacqueline Vons

Périgueux, 29 sept.-1er oct. 2017: Châteaux et spectacles

Périgueux, 29 et 1er octobre 2017, Bibliothèque municipale, salle Jean Moulin;

30 septembre 2017 : Salle de l’Orangerie des Jardins Perdoux, Entrée gratuite

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la partition entre culture savante et culture populaire initiée par Robert Mandrou. Critiqué et révisé, ce clivage a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle englobant histoire sociale et histoire politique. Depuis le début des années 2000, de nouvelles approches, notamment en histoire médiévale et contemporaine, sont le fait de littéraires et d’historiens. L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose en effet de conforter l’adhésion de la population, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe alors de la cérémonie du pouvoir, les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, servant à la fois à appuyer la souveraineté ou à susciter une contre-image.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en abordant ces thèmes au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires et de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords et ce jusqu’à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux.

Programme disponible en suivant ce lien

Pau, 9 septembre 2017: La cour d’Henri IV, un instrument au service du pouvoir royal

La Société des Amis du château propose le  samedi 9 septembre à 15h, au Musée national du château de Pau, une conférence de  Fanny Giraudier sur :

La cour d’Henri IV, un instrument au service du pouvoir royal

Souffrant d’une réputation de rusticité, la cour d’Henri IV n’est nullement désinvestie par le roi. L’organisation et le fonctionnement de la cour ainsi que  les fêtes qui rythment son quotidien participent à l’affermissement du pouvoir du premier Bourbon.

Entrée libre et gratuite sous réserve du nombre de places disponibles.

Fanny Giraudier est docteure en histoire moderne et chercheuse associée au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes). Elle a soutenu sa thèse intitulée « Les Grands et le roi: pouvoir et contestation à la cour des premiers Bourbons (1589-1629) », sous la direction de Nicolas Le Roux, le 2 décembre 2016 à l’Université Lyon 2.

Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène. Exposition du 01/07/2017 au 15/10/2017

Du 01/07/2017 au 15/10/2017 au Château de Blois

Fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, frère cadet de Louis XIII, père de la Grande Mademoiselle, Gaston d’Orléans est intimement lié à Blois. Ayant reçu en apanage de son frère Louis XIII le duché d’Orléans et le comté de Blois, à l’occasion de son mariage avec Mademoiselle de Montpensier en 1626, Gaston d’Orléans confie très vite un grand projet de reconstruction à l’architecte François Mansart. Il y aménagera ses appartements en 1652, après l’échec de la Fronde. Outre le château, la ville de Blois lui doit plusieurs réalisations : l’Hôpital général du faubourg de Vienne, qu’il fonda en 1657 pour les pauvres, et, au pied du château, la chapelle des Jésuites (qui est aujourd’hui l’église Saint-Vincent). Gaston d’Orléans meurt à Blois le 2 février 1660, laissant son château inachevé.

Une exposition pour réhabiliter un prince libre, moderne et indépendant
Longtemps présenté comme un conspirateur, ourdissant des complots contre la couronne depuis ses résidences d’exils, manipulé par ses proches, Gaston d’Orléans est injustement resté dans l’ombre de l’histoire. Enfant préféré de sa mère, il reste ce frère cadet jalousé, prétendant au trône jusqu’à la naissance de Louis XIV en 1638. Prince tout entier dressé contre la centralisation du royaume, il s’oppose aux deux cardinaux-ministres Richelieu et Mazarin. Il ira même jusqu’à se marier par amour avec Marguerite de Lorraine, allant contre la volonté de Richelieu et de son frère Louis XIII !

Gaston d’Orléans : Prince rebelle, mécène, collectionneur
Articulée autour de ces trois grandes facettes de Gaston d’Orléans, l’exposition réunira pour la première fois, une partie de sa célèbre collection de médailles et d’antiques, de coquilles, de cartes géographiques, de livres et de reliures mais aussi l’exceptionnel ensemble de peintures sur vélin, réalisés par Nicolas Robert, qui reproduisent avec minutie et somptuosité les plantes et les oiseaux du jardin botanique qu’il créa à Blois. Du prince rebelle en désaccord avec son frère sur la gestion politique du royaume au collectionneur dont les objets formaient l’un des plus riches cabinets de l’Europe en passant par le mécène qui révèle sa passion pour l’art, la culture, l’architecture et la botanique : cette rétrospective met l’accent sur un prince érudit et profondément humaniste.

Voir le site pour plus d’informations

Lyon, 30 juin-1er Juillet 2017, Définir l’hétérodoxie dans le protestantisme, entre Églises et États (XVIe-XVIIIe s.)

Colloque organisé par Noémie Recous et Yves Krumenacker

Programme

Vendredi 30 juin 2017

Salle de la Rotonde (18 rue Chevreul)

9h : Ouverture, par Peter Wirtz, vice-président Recherche, Université de Lyon Jean Moulin

9h10 : Introduction, par Noémie Recous et Yves Krumenacker (Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA)

1ère session : L’hétérodoxie dans les États protestants

Présidence de séance : Mark Greengrass (Sheffield University)

9h50 : Giovanni Gellera (Université de Lausanne) : James Dundas (c.1620-1679) and Charles II : Religious Tolerance, Freedom of Conscience, and the Limits of the Sovereign

10h20 : Christian Maurer (Université de Lausanne) : Archibald Campbell et le « Committee for Purity of Doctrine » : La définition de l’orthodoxie dans l’église presbytérienne écossaise au début des Lumières écossaises

10h50 : Anne Lagny (ENS Lyon) : August Hermann Francke dans les troubles de Leipzig (1689) : les enjeux de la défense contre les accusations d’hétérodoxie pour l’établissement du piétisme allemand

11h20 : Joke Spaans : (Universiteit Utrecht ) : Refuting Socinianism in the Dutch Republic

11h50 : Discussions

2e session : Les querelles internes au protestantisme dans les pays catholiques ou multiconfessionnels

Présidence de séance : Raymond Mentzer (University of Iowa)

14h : Didier Boisson (Université d’Angers, CERHIO) : Définir une orthodoxie. Les rapports entre l’Académie de Saumur et les synodes provinciaux de l’Ouest après 1660

14h30 : Thomas Guillemin (Université d’Angers, CERHIO) : Jurieu face à l’aile radicale de l’École de Saumur : une définition éristique de l’hétérodoxie

15h : Frédéric Schwindt (Université de Lorraine, CRUHL) :Une confession hétérodoxe par nature : les anabaptistes mennonites (branche suisse)

15h30 : Pawel Kras (John Paul II Catholic University of Lublin) : Framing the limits of orthodoxy within Protestant communities in sixteenth century Poland

16h: Discussions

3e session : Querelles internes et coexistence confessionnelle

Présidence de séance : Willem Frijhoff (Université Érasme de Rotterdam)

16h45 : Julien Léonard (Université de Lorraine, CRUHL) : « Une question religieuse ou politique ? La condamnation de l’antitrinitaire Noël Journet à Metz en 1582 »

17h15 : Andreas Nijenhuis-Bescher (CRULH / ANR LoDoCAT) : Autorités, Églises et orthodoxie dans une société pluriconfessionnelle. Collatéralité et supériorité aux Provinces-Unies, de la Pacification de Gand à l’époque révolutionnaire

17h45 : Discussions

Samedi 1er juillet 2017

Archives départementales (34 Rue du Général Mouton-Duvernet)

Présidence de séance : Noémie Recous (Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA)

3e session : Querelles internes et coexistence confessionnelle

9h : Charles-Edouard Aubert (Université de Strasbourg) : L’interprétation politique de l’édit de Nantes par les juristes des XVIe et XVIIe siècles : la recherche de la concorde civile comme garantie du repos public (1598-1610)

9h30 : Simone Baral (Università degli Studi di Torino, Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA) : « Le Roi aime les Vallées, et il a appris que vous les troublez ». L’“hétérodoxie” réveillée aux Vallées vaudoises entre églises, autorités civiles et Etat (1825-1835)

10h : Discussions

4e session : Institutions protestantes et État :

Présidence de séance : Yves Krumenacker (Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA)

10h45 : Chrystel Bernat (Institut Protestant de Théologie, Montpellier) : « L’hétérodoxie protestante au prisme des Synodes du Désert (1715-1793). Sujets de division et gestion de la contestation : les instances synodales face à l’enjeu de l’orthodoxie et la quête de légitimité protestante en France au XVIIIe siècle »

11h15 : Philippe Chareyre (Université de Pau) : Le synode et le magistrat dans la souveraineté protestante du Béarn au XVIe siècle

11h45 : Discussions

Présidence de séance : Philippe Chareyre (Université de Pau)

14h : Monique Weis (FNRS, Université libre de Bruxelles) : Définir et condamner le « quakerisme », en continuité avec le combat réformé contre les « spiritualistes »

14h30 : Slavko Slišković, Ana Biočić (faculté de théologie, Université de Zagreb) : L’Église et l’État face au protestantisme dans les territoires croates

15h : Willem Frijhoff (Université Érasme de Rotterdam) : Hétérodoxie catholique : Le jansénisme aux Provinces-Unies entre Rome et Calvin

15h30 : Discussion

16h15 : Conclusions : Christian Grosse (Université de Lausanne)

Orléans 7-9 juin 2017, Les rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours

Colloque international organisé par le laboratoire  Pouvoirs-Lettres-Normes, Université d’Orléans.

Dans une perspective interdisciplinaire qui a vocation à réunir des spécialistes divers (historiens, historiens du droit, littéraires, civilisationnistes, anthropologues, sociologues, ethnologues, etc.), ce colloque se propose d’explorer les rituels de la vie privée et publique du Moyen-Age à nos jours.
S’il convient d’interroger les rituels comme pratiques réglées et codifiées, c’est surtout l’articulation – phénomènes d’analogie, d’imitation, de contamination, d’inclusion, d’extension, ou inversement de distinction ou d’exclusion – entre des formes de ritualité de la vie personnelle ou familiale, domestique, voire quotidienne, et des pratiques rituelles de la sphère publique, c’est-à-dire sociale, politique, religieuse, juridique et plus largement institutionnelle et culturelle, qu’il s’agira d’examiner et d’analyser.

Programme disponible ici

Parution : Noblesse oblige. Identités et engagements aristocratiques à l’époque moderne

Sous la direction de Nicolas Le Roux et Martin Wrede

Presses Universitaires de Rennes, 2017.

« La maxime du duc Pierre-Marc-Gaston de Lévis (1764-1830) est passée dans le langage courant pour évoquer les obligations morales qui pèsent sur les détenteurs d’un nom, et plus généralement pour inviter tous les prétendants à la respectabilité à adopter un comportement conforme à la dignité qu’ils revendiquent. L’idée n’était pas nouvelle. En 1665, dans son Dom Juan, Molière plaçait déjà dans la bouche de Dom Louis une tirade véhémente devenue fameuse : « Non, non, la naissance n’est rien où la vertu n’est pas. » Si la noblesse reposait sur la vertu, quelle définition donnait-on à cette qualité? S’agissait-il du courage guerrier, de l’exemplarité morale ou de l’appartenance au monde des gens de bien? Vivre de ses rentes ne suffisait plus pour être reconnu comme noble dans une société où, à partir du XVIIe siècle, le roi s’imposa comme le maître des identités. Sous une unité de façade, quelles failles économiques, culturelles et idéologiques traversaient la noblesse à l’époque moderne ? À quelles obligations, surtout, se sentait-elle tenue, et quelles formes prenaient les engagements politiques, religieux et partisans qui l’animaient? Quel était le sens des termes « vocation » ou « service » pour les seigneurs et les dames de l’Ancien Régime ? C’est à ces questions, et à quelques autres, que ce volume propose des éléments de réponse, non par une approche systématique de la noblesse en tant qu’ordre ou catégorie sociale illusoire, mais à travers une analyse fondée sur l’examen de traces, de textes et d’archives, qui permettent de brosser un panorama de la société des princes et des princesses, des seigneurs et des capitaines, des nobles d’épée et des courtisans, entre le temps de la Renaissance et l’aube du XIXe siècle. » (4e de couverture)

Sommaire et liste des auteurs à consulter ici

Avec la participation de l’Université Lyon 2 et du LARHRA.

Colloque international- La propagande existait-elle? De la pertinence de la notion pour les époques médiévale et moderne, 26-27 avril 2017, Amiens

Colloque international organisé par le Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits et le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.

Amiens, Mercredi 26 avril 2017 et jeudi 27 avril 2017.

Ce colloque réunira des historiens, des historiens de l’art et des littéraires pour discuter de la notion de propagande aux époques médiévales et modernes. Étant donné le nombre croissant de chercheurs mais aussi d’historiens amateurs qui utilisent dans leurs travaux la propagande comme un outil polyvalent d’analyse appliqué à tout type de sources écrites ou visuelles et à toute période historique, il paraît pertinent d’éprouver le bien-fondé de ce terme et d’en redéfinir les contours. Cette rencontre se propose donc d’interroger ce concept de publicité en se concentrant sur l’espace géographique européen du XIVe à la fin du XVIIe siècle.

Programme:

Mercredi 26 avril 2017

10h-10h15 : Mot d’accueil (Philippe Nivet, université de Picardie Jules Verne, CHSSC)

10h15-10h30 : introduction du colloque

Première session : La guerre continuée par d’autres moyens

(présidence : Philippe Nivet, université de Picardie Jules Verne, CHSSC)

  •  10h30 : Sophie Astier (conservateur des bibliothèques à l’université d’Aix-Marseille), « Rétablir la vérité » : invective, calomnie et discours de propagande à l’époque de François Ier et de Charles Quint.
  •  11h30 : Tatiana Debbagi Baranova (université Paris IV-Sorbonne, Centre Roland Mousnier), Les campagnes de persuasion politique en France des guerres d’Italie aux guerres de Religion.

Discussion

Seconde session : Un art de faire croire

(présidence : Hendrik Ziegler, université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC)

  •  14h00 : Jean-Vincent Blanchard (Swarthmore College, Pennsylvanie), L’idée de propagande à travers l’œuvre architecturale et rhétorique des frères Perrault.
  •  14h30 : Evonne Levy (Université de Toronto), Propaganda and the Art Historian of Early Modern Europe

Discussion/Pause

  •  15h30 : Patrick Boucheron (collège de France) : L’architecture peut-elle mentir ?

Discussion

Jeudi 27 avril 2017

Troisième session : Une mécanique du ralliement aux risques de la dissonance

(présidence : Olivia Carpi, Université de Picardie Jules Verne, CHSSC)

  •  9h30 : Sandro Landi (Université Bordeaux Montaigne, SPH), Fascinatus fascinantis imaginatione obediens. Les bases médicales de la persuasion dans un traité italien du début du XVIe siècle.
  •  10h00 : Florence Alazard (université François Rabelais – Tours, CESR), Louis XII et la propagande : faux débat, vrai problème.

Discussion /Pause

  •  11h00 : Nicole Hochner (Université hébraïque de Jérusalem), Enchanter ou semoncer? Traiter le régime (de santé) politique.

Discussion

Quatrième session : Services de presse

(présidence : Scarlett Beauvalet, Université de Picardie Jules Verne, CHSSC)

  •  14h00 : Stéphane Haffemayer (Université de Caen, CRHQ, CNRS), La médiatisation des massacres irlandais de 1641 : fantasmes collectifs et opportunisme politique à la veille de la révolution.
  •  14h30 : Marion Brétéché (Université d’Orléans), Quelle autonomie pour la presse à la fin du XVIIe siècle ?

Discussion /Pause

  • 15h30 : Marie-Claude Canova-Green (Université de Londres, Goldsmiths College), Quand gouverner, c’est faire croire. Ballet de cour et propagande au XVIIe siècle.

16h15 : Conclusion. Yvan Loskoutoff (Université du Havre, GRIC).

Appel à communications: 30 mars 2017. Kings and Queens 6: At the Shadow of the Throne

Kings and Queens 6: At the Shadow of the Throne.

Universidad Nacional de Educación a Distancia,

Geography and History Faculty, Paseo Senda del Rey, 7, Madrid (Spain).

date limite de réponse à l’appel: 30 mars 2017

dates du colloque: 12-15 Septembre 2017

Pour sa sixième édition, la conférence « Rois et reines » se tiendra à Madrid. Elle rassemble des universitaires du monde entier dont les recherches portent sur des sujets liés à l’histoire des royautés, à la diplomatie, à l’histoire de l’art, à l’histoire politique, à des études biographiques ou à d’autres questions relatives aux études royales.

Cette nouvelle édition se concentre sur les membres secondaires des familles royales, comme les frères et sœurs, les époux, les cousins, ainsi que les personnes les plus proches du roi, comme les amants, les favoris, les membres de l’entourage royal.

Plus d’informations disponibles en suivant ce lien.

Les propositions de communications doivent comprendre un titre, une affiliation institutionnelle, un résumé d’environ 500 mots et un court CV d’une page.

Propositions à envoyer avant le 30 mars 2017 à Kq6Madrid@gmail.com

Colloque « Art du puissant, objet multiple : Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale » (Paris, INHA, 30 mars-1er avril 2017)

Paris, INHA, Salle Vasari, 30 mars – 1er avril 2017

Face à une historiographie dispersée, il s’agit de proposer un cadre pour des recherches actualisées, tentant de s’affranchir des normes d’un simple catalogage. Adoptant une perspective européenne et une chronologie étendue, ce colloque se veut avant tout pluridisciplinaire, à l’image des objets envisagés : leur commande, leur production et leur circulation nous placent à la confluence de l’histoire de l’art, des études numismatiques, de l’histoire sociale, de l’histoire des techniques et de l’histoire politique.

Programme

JEUDI 30 MARS

13h Accueil

13h30 Ouverture du colloque

Portrait du Puissant

Présidence de séance : Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h Myth-making of a renaissance Ruler : Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola BronzinoIlaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30 Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVIAurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h Vus de profil : genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à FallièresKatia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30   Pause

Concevoir, Produire

Présidence de séance : Lucia Simonato (Scuola Normale di Pisa)

16h Coins, Medals, and the Convergence of Two Genres : Numimatics in High Renaissance RomeJames Fishburne (Getty Research Institute)

16h30 Vittore Gambello called Camelio. Medallist and die engraver between Venise and RomeGiulia Zaccariotto (Scuola Normale di Pisa)

17h On the role of the k.k. Kammermedailleur under Emperor Ferdinand I and his significance and function for the medal production at the Imperial Mint in ViennaAndrea Mayr (Kunsthistorisches Museum Wien)

17h30   Pause

Collections

Présidence de séance : Chantal Georgel (INHA)

18h Son histoire à portée de main : la cassette personnelle de Louis XIV, Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne / INHA)

18h30 Les médailles de la collection Seymour de RicciInès Villela-Petit (BnF)

VENDREDI 31 MARS

9h Accueil

Institutions

Présidence de séance : François Ploton-Nicollet (Ecole nationale des Chartes)

9h30 L’institutionnalisation progressive des projets de jetons sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (depuis 1610 jusqu’en 1661)Sabrina Valin (Université Paris Nanterre)

10h Les jetons des puissants états de Bourgogne et de LanguedocJacques Meissonnier (conservateur honoraire du patrimoine)

10h30 Les médailles de visites de chefs d’Etat. Deux cents ans d’histoire diplomatique et artistique à la Monnaie de ParisBéatrice Coullaré (Monnaie de Paris)

11h       Pause

Transferts de modèles

Présidence de séance : Inès Villela-Petit (Bibliothèque nationale de France)

11h30 The ruler of Constantinople on Italian Renaissance medals: John VII Palaeologus and Mehmed the Conqueror in the European visual cultureThodoris Koutsogiannis (Parlement hellénique)

12h République dans le vrai style: How French Medalic Artistry became the Emplem of Trans-Atlantic ChangeEmily Pearce Seigerman (National Museum of American History)

12h30 La présence française et la médaillistique au Chili au tournant du XXe siècleCharles Dujour Bosquet (Université de Bordeaux 3-Montaigne)

13h       Déjeuner

L’histoire en marche

Présidence de séance : Marc Bompaire (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

14h30 What do John Sobieski, Augustus II of the House of Wettin and Frederick William II of Prussia have in common, concerning medals ?Paulina Taradaj (Musée National, Cracovie)

15h La construction d’une image nationale et politique au travers de la production de médailles durant le règne d’Anne (1702-1714)Thomas Cocano (SAPRAT/EPHE)

15h30 On Her Majesty’s Service. Protagonists of commissioning and creation as part of the medal production in the Viennese Imperial Mint under Empress Maria TheresaAnna Fabiankowitsch (Kunsthistorisches Museum Wien)

16h Pause

Présidence de séance : Edouard Papet (Musée d’Orsay)

16h30 David d’Angers et la prosopographie du libéralisme : les médailles et médaillons sur la Révolution GrecqueCatherine Bregianni (Académie héllénique des Sciences)

17h Quelques médailles de la cour royale grecque des années 1900 à la fin de la Grande GuerreNikoleta Tzani (Ville de Volos, Section de l’Education et de la Culture)

SAMEDI 1er AVRIL

9h Accueil

Pouvoirs de l’objet

Présidence de séance : Felicity Bodenstein (Musée du Quai Branly-Jacques Chirac)

9h30 De la médaille à la récompense. Bélière et « rurbanisation », ou le mérite rendu visibleJean-François Dubos (Service historique de la Défense)

10h Quand le puissant c’est le peuple : naissance et évolution de la médaille populaire en FranceAlain Weil (Expert numismate)

10h30 Les « taillettes » ou « jetons de lampisterie » des mines : fonction utilitaire et symbolique, Pierre-Christian Guiollard (Université de Mulhouse-Colmar)

11h La médaille française et la Première Guerre mondiale : de la propagande à la douleur universelleCécilie Champy (Musée du Petit Palais)

11h30 Anxious Object : Enemy Alien Medals from British WW I Internment CampsHolly Crawford (PhD)

12h Clôture du colloque

Colloque international L’eau et le feu dans les représentations du pouvoir dans l’Europe moderne

Colloque international organisé par Dénes HARAI et Gaëlle LAFAGE

23-24 mars 2017, Paris, France

.

Ce colloque explore les modalités de coexistence et d’association de l’eau et du feu dans les représentations (écriture, peinture, sculpture, architecture, médailles, etc.) générées par le pouvoir politique (papal, épiscopal, royal, princier, nobiliaire, urbain) dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles). L’articulation de l’eau et du feu peut être abordée dans une œuvre ou un ensemble d’œuvres, de nature différente le cas échéant. L’approche comparatiste du sujet est également possible. L’objectif du colloque étant d’introduire de l’interdisciplinarité dans l’analyse des représentations politiques, un appel est lancé aux historiens, historiens de l’art, de la littérature et des spectacles

Informations complémentaires sur le site de l’événement.

Programme:

Jeudi 23 mars 2017

09:30 – 09:45      Accueil (Salle des Actes, École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, France)

09:45 – 10:30      Introduction – Dénes HARAI – Gaëlle LAFAGE

10:30 – 16:30      Contextes et environnements – Margaret SHEWRING (University of Warwick)

10:30 – 11:00      « Principes contraires, dons du Ciel et puissants éléments : l’eau et le feu dans les devises princières de l’Europe des XVe et XVIe siècles » – Laurent HABLOT (École Pratique des Hautes Études)

11:00 – 11:30      « Faire brûler les feux sur les eaux. Le phare de Cordouan ou le phénix de la monarchie (1584-1611) » – Yann LIGNEREUX (Université de Nantes)

11:30 – 11:45      Discussion

11:45 – 13:30      Déjeuner

13:30 – 14:00      « Water, Fire, and the Mutability of Nature to the Power of the Ruler in late-sixteenth and early-seventeenth century German Court Festivals » – Richard MORRIS (University of Cambridge)

14:00 – 14:30      « The Destructive Power of Fire and Water in the Representation of Naval Battles in 16th Century Art and Festivals » – Felicia M. ELSE (Gettysburg College)

14:30 – 14:45      Discussion

15:00 – 15:30      « Le dauphin et la fée. Conjurer le feu par l’eau dans Le Ballet Comique de la Reine de Beaujoyeulx (1581) » – Adeline LIONETTO (Université Paris-Sorbonne)

15:30 – 16:00      « Beneath the ‘Grande Mer du Louvre’, or the mixing of metaphors in politico-allegorical space » – Maria NEKLYUDOVA (Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration)

16:00 – 16:30      « L’eau et le feu dans Phèdre de Jean Racine au miroir de la société louis-quatorzienne » – Marine DEREGNONCOURT (Université Catholique de Louvain)

16:30 – 17:00      Discussion

Vendredi 24 mars 2017

09:45 – 10:00      Accueil (Salle des Gardes, Institut d’Études Avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, France)

10:00 – 12:15      Oppositions et complémentarités – Hendrik ZIEGLER (Université de Reims Champagne-Ardenne)

10:00 – 10:30      « La pensée binaire et la représentation du pouvoir : l’eau et le feu dans le portrait de Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie (1613-1629) » – Dénes HARAI (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, UMR8066 ENS-CNRS-Paris 1)

10:30 – 11:00      « De soleil, d’eau et de feu : Le duc Charles IV de Lorraine et le Combat à la Barrière » – Vincent DOROTHÉE (Université Panthéon-Sorbonne)

11:00 – 11:30      « L’eau et le feu. L’union des contraires dans les entrées du jeune Louis XIV (1653-1660) » – Gérard SABATIER (Université Grenoble II)

11:30 – 11:45      Discussion

11:45 – 13:30      Déjeuner

13:30 – 17:00      Perceptions et réceptions – Gabriel GUARINO (Ulster University)

13:30 – 14:00      « Fire and water on the Seine : the Venetian ambassador’s fireworks party » – Philippa WOODCOCK (Oxford Brookes University / University of Warwick)

14:00 – 14:30      « A Stage is on Fire : Isabel of Borbón’s Likes and Dislikes of the Spanish Court » – Carmela MATTZA (Louisiana State University)

14:30 – 14:45      Discussion

15:00 – 15:30      « D’eau et de feu : l’imaginaire du pouvoir monarchique dans les représentations des feux d’artifice tirés sur la Seine au XVIIIe siècle » – Pauline VALADE (Université Bordeaux Montaigne)

15:30 – 16:00      « Le « beau » et le « sublime » dans les Salons de Diderot à travers l’image de l’eau et du feu : analyse des peintures de Vernet » – Enikő SZABOLCS (Université de Szeged)

16:00 – 16:30      Discussion

16:30 – 17:00      Conclusions – Dénes HARAI – Gaëlle LAFAGE