Tous les articles par Navarre

Libri italiani / Lecteurs français. Exposition du 30/06 au 29/09/17

A voir, la nouvelle exposition de la bibliothèque Mazarine

Libri italiani / Lecteurs français

ouverte du 30 juin 2017 au 29 septembre 2017

En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit…

Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France.

Exposition conçue dans le cadre du projet ANR-EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité), porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Renseignements pratiques :
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

Télécharger le flyer

Appel à communication : Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles

Appel à communication finissant le 1er octobre 2017

L’université d’Arras organise une journée d’études le vendredi 10 novembre 2017 sur Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité…

Télécharger l’appel à communication ici.

 

 

 

 

1517 : aux origines de la Réforme. Luther, Calvin, fondateurs des protestantismes européens

Du 20 mai au 17 décembre 2017, au musée Jean Calvin de Noyon se tient une exposition temporaire sur les deux grands réformateurs européens du XVIe siècle : Martin Luther et Jean Calvin

Le musée propose dans cette exposition de revenir sur ces deux figures historiques de la Réforme européennes.
Luther, de plus de vingt ans l’ainé de Calvin n’a jamais rencontré son alter ego français. Néanmoins, une correspondance a existé et Calvin a toujours gardé une réelle déférence pour son prédécesseur.

Dans un deuxième temps, cette présentation met en perspective luthéranisme et calvinisme, leurs principes communs mais aussi leurs différences tant sur le plan théologique que politique.

Le rapport à l’écrit de ces deux courants réformés est ensuite abordé à travers des imprimés de l’époque. Chacun de ses mouvements de pensée a contribué à diffuser l’usage de l’allemand comme du français au détriment du latin.

Enfin, l’exposition aborde les représentations iconographiques et satiriques des personnages et de leurs religions.

Commissaires de l’exposition : Hubert Bost, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Philippe Kaenel, professeur à l’Université de Lausanne et Marie Mourey, professeur à l’Université Sorbonne sont les commissaires de l’exposition. Ils se sont attachés à rendre accessible à tous la pensée de Luther et de la Réforme.

Cette exposition présente des imprimés et gravures issus des collections du musée Jean Calvin, de la bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français et de la bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg.

Un catalogue bilingue français anglais est publié à cette occasion. La société des amis du musée Jean Calvin organise une série de conférences tout au long de cette année 2017

Vient de paraître : Le tome III des Œconomies royales de Sully (1600-1601)

Bernard Barbiche et David Buisseret viennent de faire paraître aux éditions De Boccard (collection de la Société de l’histoire de France), l’édition du tome III des Œconomies royales de Sully qui couvre les deux années 1600-1601. (294 p.)

Présentation de l’éditeur
Quarante-sept ans après le tome Ier, et vingt-neuf ans après le tome II, voici que paraît le tome III des OEconomies royales dans la collection de la Société de l’histoire de France.
Rappelons l’objectif de cette nouvelle publication d’un texte qui a déjà fait l’objet de nombreuses éditions depuis celle que Sully lui-même, à la fin de sa vie, a fait imprimer clandestinement dans son château des bords de Loire de 1638 à 1640, sous son contrôle vigilant qu’attestent les annotations, corrections et ajouts de sa main que l’on trouve tout au long du manuscrit.
Tous les historiens ont depuis longtemps constaté et signalé que ces Mémoires étaient avant tout (comme c’est souvent le cas) un plaidoyer pro domo que Sully a fait rédiger par ses secrétaires entre 1610 et 1617, très souvent au mépris de la vérité historique, dans une démarche inspirée par le dépit d’avoir été écarté du pouvoir après l’assassinat de Henri IV. Mais une comparaison entre le manuscrit des Mémoires aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France (mss. français 10305 à 10314) et l’édition de 1638 montre que ce propos de désinformation s’est accentué tout au long des trente années de retraite et de mise à l’écart que le ministre a connues sous Louis XIII. C’est pourquoi cette édition critique a été entreprise d’après le manuscrit pour faire apparaître clairement les remaniements que le principal conseiller de Henri IV a fait subir à son texte afin de mieux mettre en valeur la personnalité et l’œuvre de son souverain et surtout sa contribution personnelle au redressement de la France au lendemain des premières guerres de Religion. On peut désormais mesurer l’écart qui existe entre la rédaction initiale et la version finale, celle qui a toujours été utilisée par les historiens.

Angers, 21-23 juin 2017. Entre Institutionnalisation, Répression et Refuge

Entre Institutionnalisation, Répression et Refuge : le Protestantisme Français au XVIIe siècle (1598-1715)
17e Colloque international organisé par Didier Boisson, professeur d’histoire moderne au CERHIO

Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines
Maison de la Recherche Germaine Tillion, salle de conférence

Entrée gratuite sur inscription : giliane.thibault @ univ-angers.fr

Télécharger le programme ici.

Parution : Le Reveille-matin des François

Vient de paraître chez Garnier une édition du Reveille-matin des François par Jean-Raymond Fanlo, Marino Lambiase et Paul-Alexis Mellet.

En 1573, le Dialogue auquel sont traitees plusieurs choses avenues aux Lutheriens et Huguenots raconte la Saint-Barthélemy, propose une méditation religieuse et une politique radicale. En 1574, le Reveille-matin ajoute un second dialogue pour repenser à partir des traités les plus récents les rapports du politique et du religieux.

Télécharger la table des matières ici.

Trésors princiers – Richesses de la cour de Navarre au XVIe siècle

Le Musée national du château de Pau présente du 7 avril au 9 juillet 2017 une exposition sur le « cabinet des rois de Navarre » qui se trouvait au château de Pau au XVIe siècle et fut rapporté à Fontainebleau pour rejoindre les collections des rois de France par Henri IV en 1602.

Quatre-vingts oeuvres d’exception sont rassemblées dans les belles salles du rez-de-chaussée : objets précieux dont la présence dans les collections des Albet-Navarre est attestée, objets similaires issus de collections princières.

Consulter le communiqué de presse ici
Consulter le dossier de presse ici.

29-30 mars 2017 – Chicago – Penser et agir à la Renaissance

La FISIER organise un colloque international et une table ronde à l’université de Chicago les 29-30 mars et 1er avril sur le thème :

Penser et agir à la Renaissance / Thought and action in the Renaissance

Voir le programme complet ici.

 

Parution : Régicides en France et en Europe XVIe-XIXe siècles

Le 27 février 2017 paraissent chez Droz les actes du colloque  international qu’avait organisé à Pau les 17, 18 et 19 juin 2010, la Société Henri IV, en partenariat avec le Musée national du château de Pau et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM.
Ouvrage publié avec le soutien de la Société des Amis du château de Pau.

Régicides en France et en Europe (XVIe-XIXe siècles)

Le régicide a frappé plusieurs fois la monarchie française à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Suscitées par les commémorations de l’assassinat d’Henri IV en 1610, les études réunies ici ont voulu étendre la problématique du régicide à l’ensemble des monarchies européennes, jusqu’à l’Empire Ottoman. L’analyse des actes de Jacques Clément, Jean Chastel et Ravaillac est au cœur de ces recherches, mais les historiens se sont aussi penchés sur l’attentat de Damiens, sur les événements de la Révolution française, et au-delà, sur Louvel, et sur les craintes d’attentats dans la France occupée de 1870. La question préliminaire, mais essentielle, est celle de la distinction entre régicide et tyrannicide ; elle porte donc sur la qualification de la victime, ainsi que sur l’usage de la violence individuelle ou collective. La philosophie politique, de saint Thomas d’Aquin à Mariana et aux monarchomaques, de La Boétie au père Maimbourg, à Las Casas, sans oublier Voltaire, Montesquieu ou Rousseau, ne dispense pas de l’examen des faits eux-mêmes et de leurs acteurs, qui trouveront leur traduction dans la littérature et l’iconographie.

Régicides en France et en Europe (XVIe-XIXe siècles), Actes du colloque international organisé à Pau les 17, 18 et 19 juin 2010, par la Société Henri IV, le Musée national du château de Pau et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM, Droz, Genève, 2017 (Cahiers d’humanisme et Renaissance 20), 576 pages, 15 illustrations.
Actes édités par Isabelle PÉBAY-CLOTTES, Claude MENGES-MIRONNEAU, Paul MIRONNEAU et Philippe CHAREYRE

Télécharger la table des matière ici

Paris, 11 février 2017 – Assemblée générale de la Société Henri IV

Logo Société HIV

L’Assemblée générale 2016 de la Société Henri IV se tiendra le samedi 11 février 2017 à l’École nationale des Chartes, 65 rue Richelieu, 75002 Paris, de 14h à 17h30 dans la salle Jules Quicherat (1er étage).

Ordre du jour
Rapport moral et rapport financier
Publications 2016
Projets

Les adhérents de la Société Henri IV et toute personne intéressée par les activités de l’association sont invités à participer à ce temps fort de notre Société.
Venez nombreux !

Pau, 10 février 2017. Une conférence de Bernard Barbiche

La Société des Amis du château propose le vendredi 10 février à 14h30, au Musée national du château de Pau, une conférence de  Bernard Barbiche sur :

Maximilien de Béthune, duc de Sully : un gentilhomme d’Île de France au service du béarnais

Entrée libre et gratuite sous réserve du nombre de places disponibles.

Bernard Barbiche, historien, spécialiste du règne d’Henri IV, dont les études et publications portent plus particulièrement sur Sully et sur l’histoire des institutions et l’histoire religieuse, est vice-président de la Société Henri IV.

Appel à communication : 31 janvier 2017 : L’itinérance curiale, du Moyen Âge au XIXe siècle

Appel à communication expirant le 31 janvier 2017, pour un colloque organisé à Paris par Cour de France.fr en collaboration avec l’université Paris 8 et l’UMR ArScAn du CNRS sur :

L’itinérance curiale, du Moyen Âge au XIXe siècle

Argumentaire
L’itinérance curiale est un sujet peu étudié en France, contrairement à ce qui s’observe dans d’autres pays européens où ce phénomène a bénéficié d’un intérêt marqué de la part de la recherche.

Les grands jalons de l’histoire des séjours et déplacements de la cour de France sont pourtant bien connus. Sous les Carolingiens, le cœur politique de l’empire est situé à Aix-la-Chapelle qui se trouve au centre d’un réseau palatial orienté au nord et à l’est, entre les palais de Francfort, Nimègue, Compiègne et Thionville. Sous les Capétiens, l’itinérance curiale est marquée par une concentration précoce sur Paris qui revêt dès la fin du XIIe siècle les fonctions de capitale et qui sert de résidence privilégiée aussi dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Au siècle suivant, deux régions dominent les trajectoires de la cour : la région parisienne et la vallée de la Loire. À la Renaissance, la concentration grandissante sur un ensemble réduit de résidences situées en région parisienne peut être mise en relation avec la sédentarisation des cours qui s’observe dans la plupart des pays européens à cette époque. En 1682, l’installation de la cour à Versailles marque l’achèvement de ce processus. Oscillant entre Paris et Versailles, le profil des déplacements ne connait que peu de variations jusqu’à la disparition de la monarchie au XIXe siècle.
Télécharger la suite de l’appel à communication ici

 

Le Mans et Paris – 17-18 mars 2017 – Luther en France : politique, littérature et controverses au XVIe siècle

La Société Française d’Étude du Seizième Siècle organise un colloque au Mans et à Paris les 17-18 mars 2017

Vendredi 17 mars 2017 : Université du Maine, Le Mans (Bibliothèque Universitaire Vercors, salle Belon)
Samedi 18 Mars 2017 : Institut Protestant de Théologie de Paris (grand amphi)

Luther en France : politique, littérature et controverses au XVIe siècle

Vendredi 17 mars 2017, Université du Maine, Pierre Salle Belon
10h. Accueil des participants. Mot de bienvenue de la Présidence de l’université. Ouverture scientifique du colloque

10h30. Session 1. Allemagne-France. La réception de Luther.
Présidence de séance : Carine Skupien Dekens
Mathieu de La Gorce : Luther et la satire de langue française
Florent Gabaude : La réception des caricatures de Luther en France
Marie-Hélène Quéval : La première traduction française du roman Historia vnd Geschicht Doctor Johannis Faustj, entre catholicisme et Réforme luthérienne
Présentation de l’exposition de livres anciens

14h15. Session 2. Doctrines, expressions, stratégies.
Présidence de séance : Patricia Eichel-Lojkine et Mathieu de la Gorce
Christine Bénévent : De qu(o)i Erasme est-il le nom ?
Natalia Wawrzyniak (Obukowicz) : Les commentaires de Luther sur les Lamentations de Jérémie et leur potentiel polémique
Carine Skupien Dekens : L’art de s’adresser à « l’homme du commun » : principes et méthodes du langage simple chez quelques traducteurs et prédicateurs réformés au XVIsiècle
Tatiana Debbagi Baranova : Avertir le peuple : les premiers imprimés francophones contre Luther et les luthériens

Samedi 18 mars 2017, Institut de Théologie Protestante de Paris, Grand Amphi
9h15. Accueil des participants. Mot de bienvenue de la Présidence de la SFDES.
9h30. Session 3. Convergences théologiques.
Présidence de séance : Bruno Petey-Girard et Hugues Daussy
Max Engammare : Ce que Calvin a lu de Luther
Tristan Vigliano : Luther et l’islam dans l’Alcorani […] et evangelistarum concordiae Liber de Postel
Gregor Wierciochin : Cœur/conscience/âme/personne – les pierres angulaires de l’éthique luthérienne et leur rôle dans la construction de la notion de tolérance religieuse
Christophe Gutbub : Guillaume Farel (et Pierre Toussain) : entre Luther et Calvin

11h30. Session 4. Légende noire et caricature.
Présidence de séance : Pierre-Olivier Léchot
Daniel Ménager : Luther raconté par Jean Cochlée
Olivier Millet : Jean Gacy et son Trialogue contre Luther (1524) : poésie et théologie

14h30. Session 5. Textes et intertextualités.
Présidence de séance : Véronique Ferrer
Marianne Carbonnier-Burkard & Corinne Gibello-Bernette : Luther et luthériens digitalisés : présentation d’éditions de la collection André à la SHPF
Patricia Eichel-Lojkine : Ces « Lutheriens qui sont en Provence » : Pour une lecture de l’Histoire mémorable de la persécution des vaudois (1555) sous l’angle de l’analyse du discours littéraire
Jean Lecointe : « Embrasser la croix », la méditation de la passion chez Luther et Marguerite de Navarre

17h. Allocution de clôture : Frank Lestringant : la Réforme et ses séquelles

Pau, 21 janvier 2017 : Rendre compte d’un assassinat politique : la mort du Maréchal d’Ancre le 24 avril 1617

La Société des Amis du château de Pau poursuit son cycle de  conférences sur la jeunesse et l’enfance de Louis XIII.

Le samedi 21 décembre 2017, 15h00, en salle de conférences du Musée national du château de Pau, Jean-François DUBOST parlera de :

Rendre compte d’un assassinat politique : la mort du Maréchal d’Ancre le 24 avril 1617 

Jean-François Dubost est professeur d’Histoire moderne à l’université Paris-Est Créteil.
Auteur de Marie de Médicis, la reine dévoilée, paru chez Payot et Rivages en 2009, il a publié plusieurs ouvrages sur la place des étrangers à la cour de France : La France italienne, XVIe-XVIIe siècle (Paris, Aubier, 1997) ;  Les étrangers en France, 16e siècle-1789. Guide des recherches aux Archives nationales (Paris, 1993). Il a assuré la direction scientifique du programme « Les étrangers à la cour de France au temps des Bourbons » (2011-2013), Centre de recherches du château de Versailles.

La correspondance d’Antoine de Bourbon conservée à Saint-Pétersbourg

Le site cour-de-france.fr poursuit sa politique de publication d’articles inédits.

Au début du mois de janvier a été mis en ligne un article de David Potter et Vladimir Chichkine sur la correspondance d’Antoine de Bourbon conservée dans les fonds de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg.

A lire : David Potter, Vladimir Chichkine (éd.), La correspondance d’Antoine de Bourbon conservée à Saint-Pétersbourg, Paris, Cour de France.fr, 2017 (http://cour-de-france.fr/article4472.html). Article inédit publié le 1er janvier 2017.