Archives de catégorie : Conférences

Pau, 10 février 2017. Une conférence de Bernard Barbiche

La Société des Amis du château propose le vendredi 10 février à 14h30, au Musée national du château de Pau, une conférence de  Bernard Barbiche sur :

Maximilien de Béthune, duc de Sully : un gentilhomme d’Île de France au service du béarnais

Entrée libre et gratuite sous réserve du nombre de places disponibles.

Bernard Barbiche, historien, spécialiste du règne d’Henri IV, dont les études et publications portent plus particulièrement sur Sully et sur l’histoire des institutions et l’histoire religieuse, est vice-président de la Société Henri IV.

Pau, 21 janvier 2017 : Rendre compte d’un assassinat politique : la mort du Maréchal d’Ancre le 24 avril 1617

La Société des Amis du château de Pau poursuit son cycle de  conférences sur la jeunesse et l’enfance de Louis XIII.

Le samedi 21 décembre 2017, 15h00, en salle de conférences du Musée national du château de Pau, Jean-François DUBOST parlera de :

Rendre compte d’un assassinat politique : la mort du Maréchal d’Ancre le 24 avril 1617 

Jean-François Dubost est professeur d’Histoire moderne à l’université Paris-Est Créteil.
Auteur de Marie de Médicis, la reine dévoilée, paru chez Payot et Rivages en 2009, il a publié plusieurs ouvrages sur la place des étrangers à la cour de France : La France italienne, XVIe-XVIIe siècle (Paris, Aubier, 1997) ;  Les étrangers en France, 16e siècle-1789. Guide des recherches aux Archives nationales (Paris, 1993). Il a assuré la direction scientifique du programme « Les étrangers à la cour de France au temps des Bourbons » (2011-2013), Centre de recherches du château de Versailles.

Pau, 10 décembre 2016 – La naissance d’un roi. L’image du jeune Louis XIII à travers monnaies, jetons et médailles

La Société des Amis du château de Pau poursuit son cycle de  conférences sur la jeunesse et l’enfance de Louis XIII.

Le samedi 10 décembre 2016, 15h00, salle de conférences du Musée national du château de Pau, Xavier Pébay parlera de :

La naissance d’un roi – L’image du jeune Louis XIII à travers les monnaies, médailles et jetons.

En huit tableaux, le conférencier évoquera la destinée du Dauphin devenu roi-enfant après l’assassinat de son père Henri IV, sous la tutelle de sa mère Marie de Médicis jusqu’à sa dramatique émancipation en 1617. Entre l’assassinat de son père en 1610 et sa sanglante prise de pouvoir de 1617, monnaies, médailles et jetons reflètent l’affirmation d’un jeune souverain promis à un règne tumultueux. Les huit étapes du règne de Louis XIII évoquées via le prisme des monnaies, médailles et jetons seront les suivantes :

• Le Dauphin Louis (1601-1610)
• Le sacre de la reine Marie de Médicis (1610)
• L’assassinat d’Henri IV (1610)
• Le sacre de Louis XIII (1610)
• Le deuil (1611-1613)
• La majorité et les États-Généraux (1614)
• Les mariages espagnols (1615)
•L’assassinat de Concini (1616-1617)

Xavier Pébay est inspecteur des finances publiques et numismate. Il a livré pour le bulletin de la la Société Henri IV un important article en quatre parties sur la numismatique de l’année 1610.

La dernière conférence du cycle sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII sera donnée le samedi 21 janvier 2017 par Jean-François Dubost, Professeur à l’Université de Paris-Est Créteil sur L’année 1617, Louis XIII et le matricide politique.

Pau, 12 novembre 2016 – L’enfance déchirée de Louis XIII, entre grandeur et solitude, une conférence de Frédéric Bidouze

De novembre 2016 à janvier 2017, la Société des Amis du château de Pau propose un cycle de conférences sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII.

La première conférence du cycle se tiendra le samedi 12 novembre 2016 à 15h au château de Pau.

Frédéric Bidouze, Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour parlera de L’enfance déchirée de Louis XIII, entre grandeur et solitude.

Il y a dans l’enfance de Louis XIII un avant et un après 14 mai 1610. Le coup de poignard de Ravaillac qui lui a ravi son père Henri IV, a non seulement plongé le Royaume dans la stupéfaction, mais a constitué pour le jeune et désormais nouveau souverain, une déchirure profonde, tant affective que psychologique. Elevé dans un premier temps comme un prince destiné à régner, il traîne par la suite une mélancolie et des frustrations préjudiciables à son équilibre et à ses forces, à l’ombre de sa mère et d’un favori. 

Pau, 22 octobre 2016 – Mourir en chevalier à la Renaissance – Une conférence de Nicolas Le Roux

Le samedi 22 octobre 2016 à 15h, la société des Amis du château de Pau et la Société Henri IV proposent une conférence conjointe :

Mourir en chevalier à la Renaissance
par Nicolas Le Roux

Château de Pau, salle de conférences

Cette conférence est ouverte à tous dans la limite des places disponibles. Elle sera suivie d’un pot amical.

Le XVIe siècle constitue ce moment paradoxal d’apogée de l’imaginaire chevaleresque et du déclin de la cavalerie lourde. Victorieuse à Fornoue (1495) et Marignan (1515), la chevalerie française fut décimée à Pavie (1525). Et Henri II, grand amateur de joutes, fut mortellement blessé lors d’un tournoi organisé en 1559. Si les armes à feu ont transformé la pratique et la culture militaires, la mémoire de la chevalerie ne s’est pas éteinte à la fin du « rêve italien ».

Nicolas Le Roux, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Saint Cloud, agrégé d’histoire en 1992, est professeur d’histoire moderne à l’université de Lyon et secrétaire général de l’Association des historiens modernistes des universités françaises. Sa thèse soutenue  sous la direction de Jean-Marie Constant, « Courtisans et favoris : l’entourage du prince et les mécanismes du pouvoir dans la France des guerres de religion » a été publiée en 2001 sous le titre La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois. Il est membre du conseil d’administration de la Société Henri IV.

Pau, 30 septembre 2016 – Henri IV et La Flèche – Une conférence de Jean Petit

La société des Amis du château de Pau propose le vendredi 30 septembre, à 15 heures, une conférence de M. Jean Petit, Président de l’Association des Amis de le bibliothèque du Prytanée national militaire et membre de la Société Henri IV.

Henri IV et La Flèche. De son origine à l’arrivée solennelle de son coeur.

La Flèche en Anjou, selon certaines traditions, est le lieu de la conception du Roi béarnais. C’est aussi la ville qui après l’édit de Nantes en 1603 allait s’enrichir de la venue des Jésuites auxquels Henri IV avait donné son château fléchois pour y fonder un collège. Ce collège Henri-le Grand dont l’un de ses premiers élèves, René Descartes, écrit dans le Discours de la Méthode qu’il constituait « l’une des pluscélèbres écoles de l’Europe » attira bien vite plus de 1200 élèves, une centaine de professeurs jésuites qui deviendront célèbres pour beaucoup d’entre eux. Et c’est dans l’église Saint-Louis de ce collège qu’allait arriver, le 4 juin 1610, le coeur du Roi après un mémorable convoi funèbre depuis le Louvre jusqu’à La Flèche.

La conférence sera donnée par M. Jean PETIT, agrégé de l’Université, professeur honoraire de chaire supérieure au Prytanée national militaire de La Flèche. Actuellement président de l’Association des Amis de la Bibliothèque du Prytanée, M. Jean PETIT a publié les Actes de colloques universitaires tenus à La Flèche sur La Formation de Descartes (1996) ,sur Henri IV et les Jésuites (2003), sur le Quatrième centenaire du Collège Henri-le-Grand de La Flèche (2004), sur le Bicentenaire du Prytanée militaire (2008), sur Henri IV, entre légende et réalité (2010). Il a également publié des études sur un condisciple de Descartes, Jérôme Le Royer de la Dauversière, le fléchois qui a conçu la fondation de Montréal au Canada, le 17 mai 1642, dont on célébrera le 375ème anniversaire en 2017 tant en France qu’au Québec.

Château de Pau, Salle de conférences, 15h
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Pau, 22 septembre 2016 – Conférence d’Hans Hartje : « Le Roman d’Henri IV d’Heinrich Mann »

Le jeudi 22 septembre à 18h, Hans Hartje, maître de conférences de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour 21parlera de l’oeuvre d’Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV, et des circonstances de sa rédaction.

Lieu de la conférence : Médiathèque André Labarrère à Pau
Entrée libre et gratuite.

L’écrivain allemand Heinrich Mann (1871-1950) demeure encore trop peu connu : on ne voit souvent en lui que le « frère de l’autre », à savoir Thomas Mann (1875-1955), l’auteur des Buddenbrook (1901), de Mort à Venise (1912) et de La Montagne magique (1924), toutes œuvres qui lui valurent, en 1929, le prix Nobel de littérature.

C’est pourtant à Heinrich Mann que la France doit LE roman consacré au « grand Henri IV […] qui manque à la littérature française », comme l’a dit Pierre Bertaux. Ce futur grand germaniste était un jeune homme de 20 ans lorsque, en 1927, son père Félix reçut l’écrivain allemand dans la maison de vacances qu’il louait à Lescun, et le « déclic » se produisit au cours de la visite du château de Pau que les Bertaux lui firent faire à cette occasion.

Son Roman d’Henri IV, Heinrich Mann l’a écrit pour l’essentiel en France où il était exilé, à Nice, de 1933-1938. S’il existe de nombreuses biographies du Roi de France et de Navarre, le livre d’Heinrich Mann  a une coloration particulière, car il éclaire autant le temps de l’écriture qui est celui, terrifiant, de Hitler et de la montée des périls, que le temps du grand Béarnais. C’est une construction troublante de l’écrivain qui oppose quasi frontalement les deux figures.

La traduction française de ce grand livre était épuisée depuis des décennies. Le premier tome consacré à la « jeunesse » du futur roi a été republié en 2015 aux éditions Pétra dans la traduction française d’Albert Kohn, sous la direction d’Hans Hartje, enseignant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il a préparé l’édition du second tome, consacré au « temps de l’accomplissement », qui sera édité à l’automne 2016, à l’occasion des « Rencontres de l’Histoire de Blois ».

S’il n’est que littérature adaptée à l’histoire, ou histoire adaptée à la littérature, le roman historique déçoit. On ne sait ce qui agace le plus – une vérité limitée au costume, à la superficie, ou l’absence de vérité interne, d’inspiration. D’un Jules César, d’une Cléopâtre, nous attendons autre chose encore que les actes connus, les gestes convenus. L’histoire les a haussés à un plan où ils excitent notre attente, restent vivants, toujours capables de pensées, de volontés étonnantes. Il n’est que d’aller dans leur ligne, et plus avant. Ainsi Shakespeare. Ainsi, à la façon shakespearienne, Heinrich Mann. L’essentiel de ce roman d’une époque où tout était remis en question est que l’auteur remet à son tour tout en question. Et cela à la façon du XXe siècle, dans la mesure où elle s’apparente à celle du XVIe
Nombre de problèmes aujourd’hui sont les mêmes qu’alors, ou plutôt aujourd’hui comme alors tout devient problème. Félix Bertaux, compte-rendu de La jeunesse du roi Henri IV dans La Nouvelle Revue Française, novembre 1935.

Pau, 10 juin 2016 – Le mirage d’une France huguenote

La Société des Amis du château de Pau propose le vendredi 10 juin à 15h, une conférence d’Hugues Daussy, président de la Société Henri IV :  « Le mirage d’une France huguenote ».

Le royaume de France aurait-il pu devenir protestant ? Stimulés par une foi intense et convaincus de l’action providentielle de Dieu en faveur de la « vraie religion », les huguenots l’ont réellement cru à l’orée de la décennie 1560. Cette conférence retracera l’histoire éphémère et tragique de cette folle espérance d’une conversion du roi et de tous ses sujets à la Vérité de l’Evangile. Progressivement affaiblie au fil des revers et des déceptions, l’illusion d’une France huguenote s’évanouit tout à fait en août 1572, noyée dans le sang des victimes de la Saint-Barthélemy.

Pau, Musée national et domaine du château, salle de conférences
Vendredi 10 juin 2016, 15h
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponible.

Pau, 20 mai 2016 – Henri IV et le Vendômois

La Société des Amis du château de Pau propose le vendredi 20 mai à 15h, une conférence de Jean-Claude Pasquier, historien, membre de la  Société Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois :  « Henri IV et le Vendômois ».

L’image d’Henri de Navarre, né à Pau, tenant pendant plus de dix ans sa cour à Nérac, « un petit Louvre », est celle du roi gascon. Mais Henri de Bourbon est également duc de Vendôme. Si en 1589, le roi réunit son duché à la couronne, il le donne ensuite en apanage à son fils légitimé, César de Vendôme.

Ce sont ces aspects méconnus du roi en son duché qui seront présentés par Jean-Claude Pasquier, historien de Vendôme et du Vendômois au château de Pau.

Pau, Musée national et domaine du château, salle de conférences
Samedi 20 mai 2016, 15h
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

La musique au temps des premiers Bourbons

Musée national et domaine du château de Pau
Samedi 27 février 2016 – 15h

Conférence musicale
La musique au temps des premiers Bourbons

L’année 1615 est marquée, en France comme en Espagne, et dans toute l’Europe par le double mariage royal des enfants de France -Louis XIII et sa sœur Élisabeth -, et d’Espagne, l’infante Anne d’Autriche et son frère Philippe. De part et d’autre de la frontière naturelle que constitue la chaîne des Pyrénées, la musique retentit. Les chants de gloire s’élevent, accompagnés par les sonorités des trompettes, hautbois, musette et autre « hauts-instruments ». Les airs de danse scandent la procession des deux cours, témoignant de la liesse des différentes villes qui reçurent les équipées royales. Mais quels étaient ces chants, cette musique, ces danses, ces pièces instrumentales ?

En écho à l’exposition organisée par le Musée national du château de Pau et au concert donné par l’ensemble Sagittarius à la cathédrale de Lescar (5 mars 2016), deux des classes de culture musicale du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Pau (CRD), sous la direction de leur professeur Cindy Pédelaborde, proposent aux publics une plongée dans l’univers musical de la France du début du XVIIe siècle.
Airs de cour, ballets, psaumes mais également quelques pièces de luth jouées par les élèves du CRD seront au programme de cette demi-journée.

Cindy Pédelaborde est docteur en musicologie de l’Université de Bordeaux-Montaigne.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Renseignements au 05 59 82 38 25

Conférence d’Anne-Marie Cocula. Nérac 21 octobre 2015

En ouverture du colloque international Marguerite de Valois 1615-2015 organisé à Nérac les 21, 22 et 23 octobre 2015, l’historienne Anne-Marie Cocula-Vaillières, professeur émérite à l’Université de Bordeaux-Montaigne, donnera une conférence : 1585, Marguerite de Valois et Agen. Une ville pour un royaume ?

La conférence aura lieu le mercredi 21 octobre, au château de Nérac, salle des écuyers à 17h30. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Télécharger le résumé de la conférence

Présentation d’Anne-Marie Cocula-Vaillières
Après une thèse de doctorat d’État consacrée aux gens de la rivière de Dordogne aux XVIIIe et XIXe siècles, Anne-Marie Cocula a mené des recherches sur l’histoire sociale, économique et religieuse du XVIe siècle, principalement dans l’Aquitaine actuelle, en publiant des ouvrages sur l’histoire des villes, Bordeaux et Périgueux, et en s’attachant à de grands auteurs contemporains de cette période où la province de Guyenne joue un rôle essentiel dans l’histoire politique du royaume. Parmi eux, Brantôme, Montaigne et La Boétie auxquels elle a consacré des biographies profondément ancrées dans la chronologie, la géographie et l’actualité de leur temps. Elle achève actuellement un ouvrage sur La Boétie et le Discours de la Servitude volontaire.

Michel de L’Hospital face à la violence

Michel-HospitalLe 16 mars 2015, Loris Petris, professeur à l’Université de Neuchâtel, spécialiste de littérature politique à la Renaissance et auteur de deux beaux ouvrages sur Michel de L’Hospital, donnera une conférence au CESR de Tours.

 

 

 

« Le cousteau vault peu contre l’esprit ».
 Michel de L’Hospital face à la violence

Tours, Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, salle Rapin.
16 mars 2015 à 17h15.