Archives de catégorie : Expositions

Libri italiani / Lecteurs français. Exposition du 30/06 au 29/09/17

A voir, la nouvelle exposition de la bibliothèque Mazarine

Libri italiani / Lecteurs français

ouverte du 30 juin 2017 au 29 septembre 2017

En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit…

Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France.

Exposition conçue dans le cadre du projet ANR-EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité), porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Renseignements pratiques :
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

Télécharger le flyer

Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène. Exposition du 01/07/2017 au 15/10/2017

Du 01/07/2017 au 15/10/2017 au Château de Blois

Fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, frère cadet de Louis XIII, père de la Grande Mademoiselle, Gaston d’Orléans est intimement lié à Blois. Ayant reçu en apanage de son frère Louis XIII le duché d’Orléans et le comté de Blois, à l’occasion de son mariage avec Mademoiselle de Montpensier en 1626, Gaston d’Orléans confie très vite un grand projet de reconstruction à l’architecte François Mansart. Il y aménagera ses appartements en 1652, après l’échec de la Fronde. Outre le château, la ville de Blois lui doit plusieurs réalisations : l’Hôpital général du faubourg de Vienne, qu’il fonda en 1657 pour les pauvres, et, au pied du château, la chapelle des Jésuites (qui est aujourd’hui l’église Saint-Vincent). Gaston d’Orléans meurt à Blois le 2 février 1660, laissant son château inachevé.

Une exposition pour réhabiliter un prince libre, moderne et indépendant
Longtemps présenté comme un conspirateur, ourdissant des complots contre la couronne depuis ses résidences d’exils, manipulé par ses proches, Gaston d’Orléans est injustement resté dans l’ombre de l’histoire. Enfant préféré de sa mère, il reste ce frère cadet jalousé, prétendant au trône jusqu’à la naissance de Louis XIV en 1638. Prince tout entier dressé contre la centralisation du royaume, il s’oppose aux deux cardinaux-ministres Richelieu et Mazarin. Il ira même jusqu’à se marier par amour avec Marguerite de Lorraine, allant contre la volonté de Richelieu et de son frère Louis XIII !

Gaston d’Orléans : Prince rebelle, mécène, collectionneur
Articulée autour de ces trois grandes facettes de Gaston d’Orléans, l’exposition réunira pour la première fois, une partie de sa célèbre collection de médailles et d’antiques, de coquilles, de cartes géographiques, de livres et de reliures mais aussi l’exceptionnel ensemble de peintures sur vélin, réalisés par Nicolas Robert, qui reproduisent avec minutie et somptuosité les plantes et les oiseaux du jardin botanique qu’il créa à Blois. Du prince rebelle en désaccord avec son frère sur la gestion politique du royaume au collectionneur dont les objets formaient l’un des plus riches cabinets de l’Europe en passant par le mécène qui révèle sa passion pour l’art, la culture, l’architecture et la botanique : cette rétrospective met l’accent sur un prince érudit et profondément humaniste.

Voir le site pour plus d’informations

1517 : aux origines de la Réforme. Luther, Calvin, fondateurs des protestantismes européens

Du 20 mai au 17 décembre 2017, au musée Jean Calvin de Noyon se tient une exposition temporaire sur les deux grands réformateurs européens du XVIe siècle : Martin Luther et Jean Calvin

Le musée propose dans cette exposition de revenir sur ces deux figures historiques de la Réforme européennes.
Luther, de plus de vingt ans l’ainé de Calvin n’a jamais rencontré son alter ego français. Néanmoins, une correspondance a existé et Calvin a toujours gardé une réelle déférence pour son prédécesseur.

Dans un deuxième temps, cette présentation met en perspective luthéranisme et calvinisme, leurs principes communs mais aussi leurs différences tant sur le plan théologique que politique.

Le rapport à l’écrit de ces deux courants réformés est ensuite abordé à travers des imprimés de l’époque. Chacun de ses mouvements de pensée a contribué à diffuser l’usage de l’allemand comme du français au détriment du latin.

Enfin, l’exposition aborde les représentations iconographiques et satiriques des personnages et de leurs religions.

Commissaires de l’exposition : Hubert Bost, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Philippe Kaenel, professeur à l’Université de Lausanne et Marie Mourey, professeur à l’Université Sorbonne sont les commissaires de l’exposition. Ils se sont attachés à rendre accessible à tous la pensée de Luther et de la Réforme.

Cette exposition présente des imprimés et gravures issus des collections du musée Jean Calvin, de la bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français et de la bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg.

Un catalogue bilingue français anglais est publié à cette occasion. La société des amis du musée Jean Calvin organise une série de conférences tout au long de cette année 2017

Trésors princiers – Richesses de la cour de Navarre au XVIe siècle

Le Musée national du château de Pau présente du 7 avril au 9 juillet 2017 une exposition sur le « cabinet des rois de Navarre » qui se trouvait au château de Pau au XVIe siècle et fut rapporté à Fontainebleau pour rejoindre les collections des rois de France par Henri IV en 1602.

Quatre-vingts oeuvres d’exception sont rassemblées dans les belles salles du rez-de-chaussée : objets précieux dont la présence dans les collections des Albet-Navarre est attestée, objets similaires issus de collections princières.

Consulter le communiqué de presse ici
Consulter le dossier de presse ici.

Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance

La Bibliothèque Mazarine présente du 13 avril au 13 juillet 2016 une exposition consacrée aux Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance.

Sous le règne des derniers Valois et de Henri IV, Paris accueillit de nombreux Italiens. Les uns, exilés florentins, seigneurs napolitains ou milanais, y avaient trouvé une nouvelle patrie ; les autres, prélats, diplomates, militaires, banquiers, comédiens venaient y exercer leur mission ou leur activité. Cette présence italienne variée est à l’origine d’une activité éditoriale qui fit de Paris une capitale du livre italien. Imprimeurs et libraires de l’Université et du Palais, parmi lesquels les plus célèbres, publièrent une centaine d’ouvrages en langue italienne, des Rime d’Amomo (1535) aux oraisons funèbres pour la mort de Henri IV (1610), des traités d’architecture de Serlio (1547) à l’étonnant recueil des Diverse machine d’Agostino Ramelli (1588), sans oublier les poèmes de Luigi Alamanni, de Gabriel Symeoni, et d’Angelo Tuccaro, les comédies de Giordano Bruno et de Vincenzo Belando, les travaux de l’érudit Jacopo Corbinelli, les recueils musicaux.

Il s’agit pour l’essentiel d’une production privée, élaborée par des Italiens et quelques italianisants de l’entourage royal, qui illustre la protection que les rois de France, en même temps qu’ils favorisaient la défense et l’illustration de la langue française, accordaient à la langue et aux lettres italiennes. Ces livres, souvent d’une typographie soignée, offraient en retour une contribution originale à la célébration royale, à l’agrément de la vie mondaine, à la constitution des savoirs, à un catholicisme et une spiritualité rénovés. Par leurs auteurs, leurs textes et leurs thèmes, ils se distinguent tant des livres en langue italienne publiés en Italie même que de ceux imprimés à Lyon, Genève ou Londres à la même époque.

La Bibliothèque Mazarine, riche d’un fonds italien exceptionnel, conserve un bel ensemble de ces livres italiens de Paris, réuni et exposé ici pour la première fois.

Télécharger le flyer ici

Commissariat : Jean Balsamo (Université de Reims), avec la collaboration d’Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine / EDITEF).

Exposition présentée à l’occasion de la publication l’ouvrage de Jean Balsamo, L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle, Genève, Droz, 2015.

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
Bibliothèque Mazarine, 23 quai de Conti, 75006 PARIS

1615-2015 Commémoration des mariages franco-espagnols

L’année 2015 est riche de commémorations, entre l’accession au trône de France du flamboyant François Ier en 1515 et la mort du roi soleil en 1715, événements qui laissent peu de place à la célébration d’autres dates importantes de l’histoire de France. Moins célébrée, mais pas oubliée pour autant, une année intéresse plus particulièrement la Société Henri IV : 1615 qui vit la mort de Marguerite de Valois et le double mariage franco-espagnol.

Le colloque de Nérac (21-23 octobre 2015), dont la Société Henri IV est l’un des organisateurs, ravivera la mémoire de la première épouse d’Henri IV, rappelant son rôle politique et portant un éclairage nouveau sur sa place éminente dans le monde des Lettres.

Les mariages franco-espagnols font l’objet, depuis le mois de juin, de plusieurs manifestations à Bordeaux et Pau : colloques, conférences, concert et exposition rappellent ainsi l’importance de l’événement qui se déroula en Gascogne pendant tout l’automne 1615.

11 décembre 2015–6 mars 2016 à Pau
Exposition

Pau, Musée national et domaine du château – Maison Baylaucq
De Burgos à Bordeaux
Regards sur les mariages royaux de 1615

Le 25 novembre 1615, en la cathédrale de Bordeaux, le roi de France Louis XIII recevait la bénédiction nuptiale aux côtés de celle qui était devenue son épouse quelques jours plus tôt, l’infante Anne d’Autriche. Le 18 octobre, leurs noces avaient été célébrées par procuration, ainsi que celles d’Elisabeth de France avec don Philippe d’Espagne, futur Philippe IV d’Espagne, simultanément à Burgos et Bordeaux . Par cette prestigieuse double union, la régente Marie de Médicis concrétisait avec éclat un projet de rapprochement avec le roi très catholique. Cette nouvelle orientation politique, à l’opposé de celle de son défunt époux Henri IV, devait rencontrer bien des oppositions dans le royaume de France. Mais annoncées en janvier 1612, les doubles fiançailles voulues par Marie de Médicis n’en furent pas moins célébrées par trois jours de festivités à Paris, du 5 au 7 avril, dont l’apothéose fut un ballet équestre, le « carrousel de la gloire », place royale (actuelle place des Vosges), qui connut une extraordinaire renommée.

Les fêtes de 1615 furent plus extraordinaires encore et devaient durer plusieurs semaines, des deux côtés des Pyrénées. Arrivée le 7 octobre à Bordeaux, la cour n’en repartit en effet que le 17 décembre suivant. Des circonstances exceptionnelles pour la capitale de la Guyenne, qui reçut somptueusement son jeune roi, avec force entrées solennelles, réceptions, discours, tournois, ballets, feux d’artifices et même bataille navale.

Ouvrages imprimés, estampes et médailles, présentés dans l’exposition, reprirent à l’envi le récit de ces journées, magnifiant l’événement et la monarchie française, diffusant aussi un message éminemment politique qu’il s’agit de décrypter. Ces œuvres viennent en grande partie du riche cabinet d’arts graphiques du Musée national, mais sont complétées des prêts de plusieurs institutions françaises.

L’exposition offrira également un contrepoint contemporain à cette présentation, avec les photographies réalisées par Didier Sorbé en plusieurs points de l’itinéraire croisé des deux princesses, Elisabeth et Anne, de part et d’autre des Pyrénées. Des échos lointains de ces extraordinaires événements, nous parviennent-ils encore quatre siècles plus tard des lieux où ils se déroulèrent ?
Le dossier de presse peut être téléchargé ici

19 novembre 2015
Concert-spectacle

Les Chantres de Saint-Hilaire & les Choeurs de la Maîtrise de Bordeaux donneront un concert-spectacle autour de l’idée des unions et de l’enfance de Louis XIII en l’église Saint-Bruno de Bordeaux.
Mise en scène : Olivier Baert
Le communiqué de presse peut être téléchargé ici

3-7 novembre 2015
400 ans du mariage de Louis XIII à Bordeaux
Colloque international : La France et l’Espagne au cœur de l’Europe :  les Alliances dynastiques des Maisons de France et d’Espagne (XVIe -XVIIIe siècles). Relations politiques, enjeux internationaux, transferts culturels et artistiques
Le programme du colloque peut être téléchargé
ici
Concert avec l’ensemble Sagittarius
Visites autour du Bordeaux du temps de Louis XIII
Le programme des manifestations peut être téléchargé ici.

10 juillet 2011 à Anglet
Conférence
Josette Pontet, Quatre siècles de relations franco-espagnoles : les mariages royaux de 1615
Le programme peut être téléchargé
ici.

10-11 juin 2015 à Bordeaux
Colloque international

1615-2015 L’Europe à Bordeaux. les mariages dynastiques franco-espagnols
Organisé par l’université de Bordeaux-Montaigne/ CEMMC
Marie-Bernadette Dufourcet-Hakim et Géraud Poumarède
Le programme peut être téléchargé ici.

« Traits portraits » – Iconographie d’Henri IV

Henri IV s’affiche sur PIRENEAS, portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes (BNRP) qui regroupe des documents patrimoniaux essentiellement iconographiques relatifs à l’histoire de Pau et du Béarn, au pyrénéisme et plus largement aux Pyrénées du XVIIIe siècle à nos jours.

Traits portraits. Comment l’iconographie véhicule la légende au cours des siècles. C’est sous ce titre qu’une exposition virtuelle y est présentée sur l’image de ce roi, à travers les riches fonds de la médiathèque intercommunale de Pau-Pyrénées.
Cette institution conserve en effet un important ensemble iconographique concernant Henri IV.  Au cours de l’année 2010, au plus fort des commémorations de la mort du roi, des portraits historiques d’Henri IV, des représentations de scènes et événements de la période de son règne ainsi que des portraits de personnages historiques ayant un lien avec le Béarn – firent leur entrée dans ses collections, grâce à l’acquisition du fonds Caula.

Adolphe Caula (Paris 1909 – Pau 2001), médecin légiste, était passionné par tout ce qui concernait le Béarn et les Pyrénées. Il fut fondateur et président de « Lou cèu de Pau » puis secrétaire perpétuel de l’Académie de Béarn. Particulièrement attiré par ce qui touchait à l’iconographie, Adolphe Caula compléta les collections d’estampes de Vastin Lespy dont il avait acheté la bibliothèque, composant des ensembles thématiques tout à fait exceptionnels dont un « Dossier Henri IV » riche de plus de 200 pièces.
C’est une partie de cette collection qui est présentée dans cette exposition virtuelle. La particularité et l’originalité du fonds Caula vient du fil conducteur choisi par l’érudit : rester au plus près des grandes dates de l’histoire, montrer l’époque d’Henri IV, rechercher les gravures relatant le règne du roi ou le représentant.

Essentiellement composée d’estampes du XIXe siècle légendées et commentées par Danièle Thomas, auteur de Iconographie d’Henri IV dans les ouvrages imprimés de 1589 à 1914, l’exposition se décline autour de trois axes :

  • Les Portraits d’Henri IV
    Henri III de Navarre
    Henri IV de France, le roi
    Les personnages-clés
  • Scènes de la vie d’Henri IV
    Sous les derniers Valois
    Le temps du règne
    L’Assassinat
  • Popularité et légende
    Le Vert-Galant
    Le père de famille
    Entre réalité et mythe

Pour voir l’exposition, cliquer sur le lien : http://henri-iv.pireneas.fr/

 

Henri IV et Sully

Une exposition au château de Nérac

Depuis le mois de mars, le château de Nérac présente un ensemble d’oeuvres illustrant la représentation aux XVIIIe et XIXe siècles des  relations qui unirent Henri IV et son ministre Sully. Pendule à la Henri IV, médaillons de bronze aux profils des deux personnages, tasse et soucoupe en porcelaine de Sèvres ornés de l’effigie de Sully et du château de Rosny, autant d’objets précieux qui pourront être admirés par les  visiteurs jusqu’à la fin du mois d’octobre 2015.

Liste des oeuvres
Tasse à l’effigie de Sully et soucoupe au motif du château de Rosny
Manufacture de Sèvres
Porcelaine dure, 1827-1835
Dim. Tasse : H. 12,5 ; diam. 9 cm
Dim. Soucoupe : H. 3 ; diam. 15,3 cm
Inv. P.138C.2.1 et P.138C.2.2

Pendule à la Henri IV
Henri IV relevant Sully
Bronze doré, émail et marbre blanc
H. 45 ; L. 39,5 ; pr. 18,8 cm
Fin du XVIIIe siècle
Inv. P.80.3.1

Paire de médaillons ovales aux profils d’Henri IV et de Sully
Bronze, époque Restauration
H. 22,5 ; L. 15 cm
Inv. P.55.30.1 et P.55.30.2

Paire de médaillons ovales aux profils de Henri IV et Sully
Bronze doré sur bronze amati
XVIIIe siècle
H. 22,8 ; L. 18,8 cm
Inv. P.83.14.1

Fastes à la cour de Lorraine

Exposition ChantillyCostumes de Bellange et de Berain

Du 13 mai au 13 août 2015
Galerie de Psyché du château de Chantilly

Cette exposition présente pour la première fois au public le précieux contenu d’un portefeuille acquis en 1854 par le duc d’Aumale, aujourd’hui conservé au musée Condé de Chantilly.

Il s’agit de 23 dessins exceptionnels de Jacques Bellange (v. 1575-1616), liés aux fêtes lorraines du mariage d’Henri de Bar avec Marguerite de Gonzague (1606), et d’une série de 34 estampes au trait de Jean Berain (1640-1711), avec rehauts d’aquarelle, d’or et d’argent, qui évoquent magnifiquement les fastes des cours de Lorraine et de France du début à la fin du XVIIe siècle.

Le catalogue de l’exposition par Paulette Choné, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, et Jérôme de La Gorce, directeur de recherches au CNRS, est publié aux Éditions Monelle Hayot.