Archives de catégorie : Œuvres et documents

Pau – Projet de recherche ACRONAVARRE : Les ACtes ROyaux de NAVARRE aux XVe et XVIe siècles

15Le projet de recherche Acronavarre (Actes royaux de Navarre aux XVeXVIe siècle) a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche lors de son dernier appel d’offres.

Ce projet a pour ambition de recenser et d’éditer les quelque 7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Ce programme de recherche pluriannuel (2016-2019) réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra).

Il est coordonné par Philippe Chareyre, professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Télécharger la présentation du projet ACRONAVARRE ici.

La bataille de Coutras vue par un protestant de Montauban

La Bible qui est toute la saincte Escriture […]
Genève, Henri Estienne, 1565
In fol. [14]-386-[2]-114-[14] ff.
Titre-frontispice, illustré de 28 gravures sur bois
Reliure 2ème moitié du XVIe siècle, veau, filet doré, plaque dorée
Musée national du château de Pau, inv. P. 2014.3.1

En 2014, la Société des Amis du château de Pau a acquis une Bible du XVIe siècle dont elle a fait don au Musée national. L’intérêt de cette Bible, préfacée par Calvin, imprimée à Genève par Henri Estienne, outre la qualité de la typographie et des gravures, réside dans la présence inattendue d’un petit texte manuscrit qui relate un événement essentiel de l’histoire des guerres de religion en France. Sur le dernier feuillet du livre de Malachie se trouve en effet un court récit de la bataille de Coutras, remportée par Henri de Navarre sur les troupes royales menées par le duc de Joyeuse (20 octobre 1587). Première grande victoire militaire du futur roi de France et de Navarre, la bataille de Coutras devait également lui permettre de se forger l’image d’un vainqueur magnanime. Une image non dénuée de vérité comme devait en témoigner Henri de Navarre lui-même dans une lettre écrite, trois jours après la bataille, au maréchal de Matignon : « Je suis bien marri qu’en cette journée je ne pus faire différence des bons et naturels français d’avec les partisans et adhérents de la Ligue, mais pour le moins ceux qui sont restés en mes mains témoigneront la courtoisie qu’ils ont trouvée en moi et en mes serviteurs qui les ont pris… » Après les combats, Henri de Navarre s’émut fort de la mort du duc de Joyeuse et de son frère Saint-Sauveur et libérera ses prisonniers catholiques sans demande de rançon.

Le rédacteur anonyme du récit manuscrit de la bataille de Coutras a écrit un texte concis, mais informatif et assez précis sur un événement contemporain. La bataille de Coutras avait été une véritable hécatombe pour le parti royaliste. Le nombre de 2000 morts qu’il cite est généralement celui qui est retenu par les historiens pour évoquer les pertes dans les rangs catholiques.

Protestant, très certainement originaire de la ville de Montauban – cette Bible a toujours appartenu à une collection montalbanaise -, le rédacteur ne livre cependant ni sentiment ni réflexion sur cette victoire éclatante de son parti. Dans sa concision et sa froideur, ce petit texte n’en reste pas moins un intéressant témoignage du retentissement de l’événement.

2014-3-1 (Copier)

L’ouvrage était accompagné d’une transcription manuscrite, sans doute réalisée par l’un des possesseurs de la Bible au XXe siècle. Cette transcription étant incomplète et fautive, en voici une version exacte.
La ponctuation moderne a été restituée.

L’an mil cinq cens quatre vingtz sept et le vintiesme jour du mois d’octobre matin, fust donné la bataille de Coutras, le roy de Navarre estant logé audict Coutras et le duc de Joyeuse a Chalais, trois lieues dudict Coutras. Duquel lieu il partit le soir et marcha toute la nuict et se vinst mettre en bataille pres de Coutras avecques son armée estant lieutenant general du roy en ceste dicte armée. Le canon tira d’un costé et d’autre, la meslée y fust bien grande tellement que ledict sieur duc de Joyeuse et son frere et plusieurs autres grandz seigneurs demeurarent sur la place et le reste furent prins prisonniers, reservé le seigneur de Laverdin qui se sauva avecques quelques restes de cavalerie. Leur canon fust prins, ensemble tous leurs drapeaus. Il y mourut environ deux mile hommes, du nombre desquelz il y avoit de quatre a cinq gentilzhommes.

Réf. bibl. : Paul Mironneau, « Présentation de quelques acquisitions effectuées en 2013-2014 grâce à la générosité des Amis du château de Pau »,  Bulletin des Amis du château de Pau – Trésors du patrimoine, n°168-169, 2014, pp. 7-25.

 

Restauration du cénotaphe de Montaigne

Un projet de restauration

Le célèbre cénotaphe de Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592) est l’une des œuvres les plus emblématiques des collections permanentes du musée d’Aquitaine. L’humaniste vécut à Bordeaux et en Aquitaine au XVIe siècle. Philosophe, moraliste et écrivain érudit, les recherches universitaires défrichent encore les multiples facettes de cette figure incontournable de la Renaissance, auteur des Essais.

À l’occasion de ses 30 ans en janvier 2017, le musée d’Aquitaine souhaite restaurer et mettre en valeur ce monument, qui fait partie du patrimoine de la ville de Bordeaux.

Daté de la fin du XVIe siècle, cet imposant édifice (2,33 m de long pour une hauteur de 1,58 m), occupait l’emplacement du couvent des Feuillants où a été inhumé l’illustre penseur. Classé au titre des monuments historiques, le tombeau accuse aujourd’hui le poids des ans. Plusieurs fois déplacé, il présente d’importantes fragilités, révélées lors du rapport technique de restauration établi par le restaurateur Jean Délivré en avril 2016.

Sa lecture est rendue difficile par une succession d’interventions subies au cours des siècles (reconstitutions, bouchages, ragréages…) : « Les différentes interventions sur le cénotaphe ont été faites en général après des transferts, ceux-ci occasionnant quelques dégâts à l’œuvre. [….] » souligne le diagnostic établit par le restaurateur. Et si la structure globale du cénotaphe n’est pas en danger (aucune fissure ou cassure n’a été relevée sur le monument et l’épiderme de la pierre est en bon état), l’aspect général du cénotaphe, lui, « est extrêmement chaotique, et bien peu agréable à voir », souligne Jean Délivré, qui relève aussi l’encrassement de certaines zones et la patine fortement jaunie.

La restauration vise ainsi à redonner une cohérence à l’œuvre, par un nettoyage (compresses et vapeur) puis une retouche globale d’harmonisation, et la reprise de certains ragréages au plâtre (joints, coins, zones à remodeler). Le temps estimé pour les travaux de restauration est de 40 jours. Ils seront réalisés in situ à l’automne 2017, avec isolation du public.

Un financement participatif est proposé du 12 octobre au 7 décembre 2016. Pour plus de renseignement, suivre le lien : http://www.pourmontaigne.fr/

 

 

 

Un psautier d’Henri IV à l’honneur sur le site Pireneas

Le site Pireneas a mis en ligne un article publié en 2003 par Philippe Chareyre dans La Lettre de la Société Henri IV (n°9) sur un Psautier de 1598 ayant appartenu à Henri IV.

Le site l’a illustré de nombreuses photographies présentant la superbe reliure richement décorée.

A découvrir ou redécouvrir http://www.pireneas.fr/fr/actualites/65-dans-nos-fonds/288-un-psautier-d-henri-iv

 

Une lettre d’Odet de la Noue à Catherine de Bourbon (1600)

Nous publions ici le texte commenté d’une lettre inédite adressée le 9 décembre 1600 par Odet de La Noue à Catherine de Navarre, soeur unique du roi Henri IV, devenue par mariage duchesse de Bar en 1599.

Cet article a été publié dans La Lettre de la Société Henri IV, n°18 (juillet 2008) par Bernard Barbiche et Marie-Hélène Grintchenko. Il peut être téléchargé ci-dessous.

Lettre_Odet_de_La_Noue

La bibliothèque du château de Pau rouvre aux chercheurs

Au Musée national et domaine du château de Pau, le Centre de recherche et de documentation Jacques  de Laprade a rouvert ses portes aux chercheurs, le 1er février 2015, après plusieurs années de fermeture.

Conservateur du Musée national du château de Pau de 1946 à 1974, Jacques de Laprade fut le véritable créateur des fonds anciens et de la bibliothèque du château de Pau. C’est pour rendre hommage à ce travail considérable que ce service du musée, désormais ouvert aux étudiants et aux chercheurs, a été baptisé « Centre Jacques de Laprade » et poursuit sous cette appellation, son rôle de coopération avec le monde universitaire et scientifique.

Livres, œuvres graphiques, photographies anciennes, manuscrits, monnaies et médailles, constituent un ensemble patrimonial renvoyant directement au règne d’Henri IV, à son souvenir et à sa légende. La documentation rassemblant les dossiers d’œuvres, ainsi que les Archives du Palais et Musée national de 1830 à nos jours, complètent ce fonds et offrent au chercheur un outil irremplaçable pour la connaissance des collections du musée.

Bibliothèque d’études : le fonds d’ouvrages modernes est destiné à la recherche scientifique des personnels du musée, des chercheurs et des étudiants. Il est spécialisé dans l’histoire de France et d’Europe (période de Gaston Fébus, XVIe-début XVIIe, XIXe siècles), l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge au XIXe siècle, et dans le domaine des arts décoratifs. Cette bibliothèque d’étude est régulièrement enrichie de toutes les parutions en relation avec la thématique henricienne et les collections du musée national.
Les bibliographies et les ouvrages de référence disponibles en salle de lecture couvrent également ces axes de recherche.
Une importante collection de catalogues d’exposition ainsi que des catalogues de ventes publiques est également consultable.

Réserve : le fonds ancien est principalement composé d’ouvrages de la littérature de propagande ou d’opinion contemporains des guerres de religion et du règne d’Henri IV (rares libelles et pamphlets, descriptions d’entrées royales, plaquettes imprimées à l’occasion d’événements marquants). Une place importante est faite également aux œuvres fondatrices de la légende d’Henri IV et aux innombrables hommages faits à ce personnage à la popularité tenace (Henriade de Voltaire, Mémoires de Sully).
D’autres ouvrages évoquent les liens unissant différents personnages au château de Pau (Marguerite de Navarre et les éditions originales de ses textes, Catherine de Bourbon, la famille de Gramont, etc.) ou traitent des divers domaines de la connaissance utiles à l’exercice du pouvoir sous l’Ancien Régime (Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres, traités de cavalerie et de fortifications par exemple).

P.2014-4-1w

Manuscrits et autographes : si le fleuron de la collection de manuscrits du musée national est sans conteste un exemplaire du Livre de chasse de Gaston Fébus datant du tout début du XVe siècle, le fonds, actuellement composé de plus de 530 manuscrits et autographes des XVIe et XVIIe siècles, comprend surtout des pièces en relation directe avec Henri IV et l’histoire des guerres de religion et continue à s’enrichir chaque année.

Img0238

Périodiques : plus de 110 titres, dont certains du XIXe siècle, couvrent les domaines liés aux arts (beaux-arts et arts décoratifs, patrimoine architectural, musées de France, bibliophilie, ventes publiques) et à l’histoire (le XVIe siècle, la Renaissance, le Protestantisme, l’histoire locale).

Cabinet d’arts graphiques : plus de 5000 estampes (XVIe-XXe siècles) et de 400 dessins (XVIIe-XXe siècles), dont une grande partie de portraits d’Henri IV et de ses contemporains, de scènes de son règne, du temps des guerres de religion…

Conditions d’accès
L’inscription est gratuite, sur demande motivée à adresser par téléphone, courrier ou courriel à l’adresse suivante :

Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade
Musée national et domaine du château de Pau
2, rue du château
64000 PAU
Tél. +33 (0)5 59 82 38 00 – Téléc. +33 (0)5 59 82 38 18
Courriel : centre-recherche.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Conditions de consultation
reglement_interieur_de_la_bibliotheque

Six lettres inédites de Henri IV – 1591-1596

Logo Société HIVNous publions ici le texte annoté de 6 lettres inédites écrites par Henri IV entre 1591 et 1596 dans le contexte des événements politiques et militaires en relation avec le reconquête du royaume contre les ligueurs.

Ces lettres ont été découvertes par Bernard Michelin dans les archives municipales de Pont-Audemer, une localité à laquelle il a consacré sa thèse ( Pont-Audemer, une petite ville de Normandie à la Renaissance. 14771551, Thèse de doctorat (histoire), Université de Paris 4 – Sorbonne, 2005).

L’édition qu’il en donne ici a été publiée une première dans La Lettre de la Société Henri IV, n°14 (2006). Elle peut être téléchargée ci-dessous.

Six lettres inédites de Henri IV – 1591-1596