Archives de catégorie : Documents inédits

Pau – Projet de recherche ACRONAVARRE : Les ACtes ROyaux de NAVARRE aux XVe et XVIe siècles

15Le projet de recherche Acronavarre (Actes royaux de Navarre aux XVeXVIe siècle) a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche lors de son dernier appel d’offres.

Ce projet a pour ambition de recenser et d’éditer les quelque 7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Ce programme de recherche pluriannuel (2016-2019) réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra).

Il est coordonné par Philippe Chareyre, professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Télécharger la présentation du projet ACRONAVARRE ici.

La bataille de Coutras vue par un protestant de Montauban

La Bible qui est toute la saincte Escriture […]
Genève, Henri Estienne, 1565
In fol. [14]-386-[2]-114-[14] ff.
Titre-frontispice, illustré de 28 gravures sur bois
Reliure 2ème moitié du XVIe siècle, veau, filet doré, plaque dorée
Musée national du château de Pau, inv. P. 2014.3.1

En 2014, la Société des Amis du château de Pau a acquis une Bible du XVIe siècle dont elle a fait don au Musée national. L’intérêt de cette Bible, préfacée par Calvin, imprimée à Genève par Henri Estienne, outre la qualité de la typographie et des gravures, réside dans la présence inattendue d’un petit texte manuscrit qui relate un événement essentiel de l’histoire des guerres de religion en France. Sur le dernier feuillet du livre de Malachie se trouve en effet un court récit de la bataille de Coutras, remportée par Henri de Navarre sur les troupes royales menées par le duc de Joyeuse (20 octobre 1587). Première grande victoire militaire du futur roi de France et de Navarre, la bataille de Coutras devait également lui permettre de se forger l’image d’un vainqueur magnanime. Une image non dénuée de vérité comme devait en témoigner Henri de Navarre lui-même dans une lettre écrite, trois jours après la bataille, au maréchal de Matignon : « Je suis bien marri qu’en cette journée je ne pus faire différence des bons et naturels français d’avec les partisans et adhérents de la Ligue, mais pour le moins ceux qui sont restés en mes mains témoigneront la courtoisie qu’ils ont trouvée en moi et en mes serviteurs qui les ont pris… » Après les combats, Henri de Navarre s’émut fort de la mort du duc de Joyeuse et de son frère Saint-Sauveur et libérera ses prisonniers catholiques sans demande de rançon.

Le rédacteur anonyme du récit manuscrit de la bataille de Coutras a écrit un texte concis, mais informatif et assez précis sur un événement contemporain. La bataille de Coutras avait été une véritable hécatombe pour le parti royaliste. Le nombre de 2000 morts qu’il cite est généralement celui qui est retenu par les historiens pour évoquer les pertes dans les rangs catholiques.

Protestant, très certainement originaire de la ville de Montauban – cette Bible a toujours appartenu à une collection montalbanaise -, le rédacteur ne livre cependant ni sentiment ni réflexion sur cette victoire éclatante de son parti. Dans sa concision et sa froideur, ce petit texte n’en reste pas moins un intéressant témoignage du retentissement de l’événement.

2014-3-1 (Copier)

L’ouvrage était accompagné d’une transcription manuscrite, sans doute réalisée par l’un des possesseurs de la Bible au XXe siècle. Cette transcription étant incomplète et fautive, en voici une version exacte.
La ponctuation moderne a été restituée.

L’an mil cinq cens quatre vingtz sept et le vintiesme jour du mois d’octobre matin, fust donné la bataille de Coutras, le roy de Navarre estant logé audict Coutras et le duc de Joyeuse a Chalais, trois lieues dudict Coutras. Duquel lieu il partit le soir et marcha toute la nuict et se vinst mettre en bataille pres de Coutras avecques son armée estant lieutenant general du roy en ceste dicte armée. Le canon tira d’un costé et d’autre, la meslée y fust bien grande tellement que ledict sieur duc de Joyeuse et son frere et plusieurs autres grandz seigneurs demeurarent sur la place et le reste furent prins prisonniers, reservé le seigneur de Laverdin qui se sauva avecques quelques restes de cavalerie. Leur canon fust prins, ensemble tous leurs drapeaus. Il y mourut environ deux mile hommes, du nombre desquelz il y avoit de quatre a cinq gentilzhommes.

Réf. bibl. : Paul Mironneau, « Présentation de quelques acquisitions effectuées en 2013-2014 grâce à la générosité des Amis du château de Pau »,  Bulletin des Amis du château de Pau – Trésors du patrimoine, n°168-169, 2014, pp. 7-25.

 

Une lettre d’Odet de la Noue à Catherine de Bourbon (1600)

Nous publions ici le texte commenté d’une lettre inédite adressée le 9 décembre 1600 par Odet de La Noue à Catherine de Navarre, soeur unique du roi Henri IV, devenue par mariage duchesse de Bar en 1599.

Cet article a été publié dans La Lettre de la Société Henri IV, n°18 (juillet 2008) par Bernard Barbiche et Marie-Hélène Grintchenko. Il peut être téléchargé ci-dessous.

Lettre_Odet_de_La_Noue

Six lettres inédites de Henri IV – 1591-1596

Logo Société HIVNous publions ici le texte annoté de 6 lettres inédites écrites par Henri IV entre 1591 et 1596 dans le contexte des événements politiques et militaires en relation avec le reconquête du royaume contre les ligueurs.

Ces lettres ont été découvertes par Bernard Michelin dans les archives municipales de Pont-Audemer, une localité à laquelle il a consacré sa thèse ( Pont-Audemer, une petite ville de Normandie à la Renaissance. 14771551, Thèse de doctorat (histoire), Université de Paris 4 – Sorbonne, 2005).

L’édition qu’il en donne ici a été publiée une première dans La Lettre de la Société Henri IV, n°14 (2006). Elle peut être téléchargée ci-dessous.

Six lettres inédites de Henri IV – 1591-1596