Archives de catégorie : Thèses soutenues

La maison de Navarre à Tours

Le 18 décembre 2014 au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François Rabelais – Tours a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat d’histoire de l’université François-Rabelais de Tours, préparée au CESR, sous la direction du professeur Gérald Chaix par Claire Barker Harai sur Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du seizième siècle

La thèse de Claire Barker Haraï porte sur les serviteurs de la maison de Navarre mentionnés dans les minutes des notaires de Tours entre 1548 et 1590, soit du mariage de Jeanne d’Albret avec Antoine de Bourbon à l’accession d’Henri de Navarre au trône de France, qui voit disparaître le nom de Navarre des actes. Elle s’inscrit à la suite de deux mémoires de première et de seconde années de master soutenus à Tours en 2006 et 2007, portant sur Adam de Longuemort (1578-1590), valet de chambre et apothicaire, et une première analyse du réseau navarrais de 1564 à 1586, à partir des minutes du notaire Pierre Digoys. Elle repose sur un travail de dépouillement de cent quatre-vingt-quatre liasses provenant de treize études, la consultation de 9 404 actes et l’analyse minutieuse de 369 d’entre eux qui ont permis de dégager un corpus de 106 personnes, se déclinant en dix-neuf périphériques, quatre-vingts appartenant à un groupe médian et sept constituant l’élite, appelée le « cœur du milieu navarrais ». Cette documentation notariale a pu être complétée par les registres de comptes de la maison de Navarre déposés dans la série B des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

La thèse s’organise en trois parties reprenant la démarche chronologique d’une recherche très méthodique : un dictionnaire, une étude globale, un approfondissement sur un groupe clé bien identifié. Elle est complétée d’annexes présentant l’essentiel des documents de travail sous la forme d’un corpus de résumés ou de retranscriptions, par études et par ordre chronologique d’une très grande richesse.

La première partie consiste en un dictionnaire des 106 personnes étudiées sous le titre de  » Notice des Navarrais à Tours » qui récapitule sous le nom de chacun, l’ensemble de leurs mentions dans les minutes notariales complétées par quelques références bibliographiques.
La seconde partie intitulée « Le milieu navarrais à Tours » s’applique à la description non pas d’un réseau mais de l’ensemble large des 106 serviteurs de la cour de Navarre, tant au niveau de la vie courante que des aspects beaucoup plus stratégiques. L’étude minutieuse de la mention simultanée de plusieurs membres de ce milieu « navarrais » (82%) dans des actes notariés qui concernent en grande partie leurs affaires familiales, a permis de faire ressortir un phénomène qualifié d’ »interaction ». L’approche chronologique souligne deux périodes de plus forte présence et donc d’intérêt important de la maison de Navarre porté aux affaires de France, en 1566 et 1571-1573 en lien avec la politique de Jeanne d’Albret, puis 1582-1590 avec l’émergence de la figure d’Henri de Navarre qui précède son accession au trône de France, mais aussi les démêlés pour le recouvrement de la dot de Marguerite de Valois. Cette partie se termine sur une très intéressante approche géographique du groupe dont les membres résident essentiellement dans deux des paroisses de la ville, ce qui permet de préciser plus encore son insertion concrète au sein de l’espace urbain, dans un véritable quartier « navarrais ». La troisième et dernière partie s’attache à l’étude d’un groupe plus restreint de sept personnes, qui ont joué un rôle déterminant auprès des souverains et forment le « cœur du milieu navarrais ». Claire Barker Haraï fait ressortir les liens de parenté étroits qui unissent ces serviteurs de confiance de la couronne de Navarre, contribuant fortement à leur ascension sociale.

Grâce à un dépouillement acharné et une analyse minutieuse d’archives notariales, documentation foisonnante et de lecture difficile, Claire Barker Haraï lève le voile sur un sujet jusqu’alors ignoré qui vient réactualiser les connaissances relatives à la chancellerie de Navarre et ses officiers, dans un contexte géographique inattendu ; elle livre aux historiens à venir un instrument de travail constitué par le corpus très riche de ses analyses des sources qui ne manquera pas de donner matière, au-delà de cette thèse, à de multiples approfondissements.

Philippe Chareyre
Extraits du compte-rendu publié dans
La Lettre de la Société Henri IV n°30 (décembre 2014)

Du nouveau sur Turenne

Depuis la thèse d’Ecole des Chartes soutenue par Henri Zuber en 1982 et restée inédite, aucune historien ne s’était penché sur le riche parcours d’Henri de La Tour, vicomte de Turenne puis duc de Bouillon, qui vécut de 1555 à 1623 et qui, une fois convertit au calviniste, fut à partir de 1576 l’un des compagnons du roi de Navarre ainsi et l’un des principaux personnages du parti huguenot. La thèse que vient de soutenir Romain Marchand permet d’éclairer d’un jour nouveau la richesse du parcours accompli par le père du « Grand Turenne ».

Romain Marchand, Henri de La Tour (1555-1623), 804 p. Thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Jean Duma et soutenu le 27 novembre 2014 à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense devant un jury composé des Professeurs Michel Cassan, Laurence Croq, Jean Duma, Nicolas Le Roux et Didier Poton.

Résumé :

Henri de La Tour d’Auvergne (1555-1623), vicomte de Turenne, maréchal et duc de Bouillon, est l’un des principaux lieutenants d’Henri de Navarre pendant les guerres de religion. Jouissant d’une belle longévité, il est impliqué dans la plupart des événements politiques des années 1570, avec la formation du mouvement des Malcontents, à sa mort, en particulier sous la régence de Marie de Médicis et lors du déclenchement de la guerre de Trente
ans. L’approche du personnage a longtemps été brouillée par les campagnes de libelles lancées contre lui à la fin de sa vie et par les critiques de Sully, Richelieu et Rohan dans leurs mémoires, qui font de lui un éternel trublion, ingrat à l’égard du roi et prompt à la révolte. Cette dégradation de son image s’explique par le contexte politique des années 1610 au cours desquelles il joue un rôle majeur. Elle constitue une réaction à la spectaculaire affirmation politique et sociale de la maison La Tour d’Auvergne depuis le milieu du XVe siècle, processus dans lequel il joue un rôle décisif. Elle s’explique par la tension dynamique qui apparaît, à partir de son avènement à Sedan en 1591, entre ses fonctions de sujet du roi de France, de chef de file du parti protestant et de prince souverain étranger. Henri de La Tour jouit d’une grande capacité d’action en raison de sa polyvalence – ambassadeur, chef de guerre, prince lettré, bâtisseur, législateur – et des puissants réseaux dans lesquels il s’intègre, et qu’il contrôle parfois, dans le royaume de France et dans l’Europe protestante.