Colloque international L’eau et le feu dans les représentations du pouvoir dans l’Europe moderne

Colloque international organisé par Dénes HARAI et Gaëlle LAFAGE

23-24 mars 2017, Paris, France

.

Ce colloque explore les modalités de coexistence et d’association de l’eau et du feu dans les représentations (écriture, peinture, sculpture, architecture, médailles, etc.) générées par le pouvoir politique (papal, épiscopal, royal, princier, nobiliaire, urbain) dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles). L’articulation de l’eau et du feu peut être abordée dans une œuvre ou un ensemble d’œuvres, de nature différente le cas échéant. L’approche comparatiste du sujet est également possible. L’objectif du colloque étant d’introduire de l’interdisciplinarité dans l’analyse des représentations politiques, un appel est lancé aux historiens, historiens de l’art, de la littérature et des spectacles

Informations complémentaires sur le site de l’événement.

Programme:

Jeudi 23 mars 2017

09:30 – 09:45      Accueil (Salle des Actes, École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, France)

09:45 – 10:30      Introduction – Dénes HARAI – Gaëlle LAFAGE

10:30 – 16:30      Contextes et environnements – Margaret SHEWRING (University of Warwick)

10:30 – 11:00      « Principes contraires, dons du Ciel et puissants éléments : l’eau et le feu dans les devises princières de l’Europe des XVe et XVIe siècles » – Laurent HABLOT (École Pratique des Hautes Études)

11:00 – 11:30      « Faire brûler les feux sur les eaux. Le phare de Cordouan ou le phénix de la monarchie (1584-1611) » – Yann LIGNEREUX (Université de Nantes)

11:30 – 11:45      Discussion

11:45 – 13:30      Déjeuner

13:30 – 14:00      « Water, Fire, and the Mutability of Nature to the Power of the Ruler in late-sixteenth and early-seventeenth century German Court Festivals » – Richard MORRIS (University of Cambridge)

14:00 – 14:30      « The Destructive Power of Fire and Water in the Representation of Naval Battles in 16th Century Art and Festivals » – Felicia M. ELSE (Gettysburg College)

14:30 – 14:45      Discussion

15:00 – 15:30      « Le dauphin et la fée. Conjurer le feu par l’eau dans Le Ballet Comique de la Reine de Beaujoyeulx (1581) » – Adeline LIONETTO (Université Paris-Sorbonne)

15:30 – 16:00      « Beneath the ‘Grande Mer du Louvre’, or the mixing of metaphors in politico-allegorical space » – Maria NEKLYUDOVA (Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration)

16:00 – 16:30      « L’eau et le feu dans Phèdre de Jean Racine au miroir de la société louis-quatorzienne » – Marine DEREGNONCOURT (Université Catholique de Louvain)

16:30 – 17:00      Discussion

Vendredi 24 mars 2017

09:45 – 10:00      Accueil (Salle des Gardes, Institut d’Études Avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, France)

10:00 – 12:15      Oppositions et complémentarités – Hendrik ZIEGLER (Université de Reims Champagne-Ardenne)

10:00 – 10:30      « La pensée binaire et la représentation du pouvoir : l’eau et le feu dans le portrait de Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie (1613-1629) » – Dénes HARAI (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, UMR8066 ENS-CNRS-Paris 1)

10:30 – 11:00      « De soleil, d’eau et de feu : Le duc Charles IV de Lorraine et le Combat à la Barrière » – Vincent DOROTHÉE (Université Panthéon-Sorbonne)

11:00 – 11:30      « L’eau et le feu. L’union des contraires dans les entrées du jeune Louis XIV (1653-1660) » – Gérard SABATIER (Université Grenoble II)

11:30 – 11:45      Discussion

11:45 – 13:30      Déjeuner

13:30 – 17:00      Perceptions et réceptions – Gabriel GUARINO (Ulster University)

13:30 – 14:00      « Fire and water on the Seine : the Venetian ambassador’s fireworks party » – Philippa WOODCOCK (Oxford Brookes University / University of Warwick)

14:00 – 14:30      « A Stage is on Fire : Isabel of Borbón’s Likes and Dislikes of the Spanish Court » – Carmela MATTZA (Louisiana State University)

14:30 – 14:45      Discussion

15:00 – 15:30      « D’eau et de feu : l’imaginaire du pouvoir monarchique dans les représentations des feux d’artifice tirés sur la Seine au XVIIIe siècle » – Pauline VALADE (Université Bordeaux Montaigne)

15:30 – 16:00      « Le « beau » et le « sublime » dans les Salons de Diderot à travers l’image de l’eau et du feu : analyse des peintures de Vernet » – Enikő SZABOLCS (Université de Szeged)

16:00 – 16:30      Discussion

16:30 – 17:00      Conclusions – Dénes HARAI – Gaëlle LAFAGE

Paris, 11 février 2017 – Assemblée générale de la Société Henri IV

Logo Société HIV

L’Assemblée générale 2016 de la Société Henri IV se tiendra le samedi 11 février 2017 à l’École nationale des Chartes, 65 rue Richelieu, 75002 Paris, de 14h à 17h30 dans la salle Jules Quicherat (1er étage).

Ordre du jour
Rapport moral et rapport financier
Publications 2016
Projets

Les adhérents de la Société Henri IV et toute personne intéressée par les activités de l’association sont invités à participer à ce temps fort de notre Société.
Venez nombreux !

Pau, 10 février 2017. Une conférence de Bernard Barbiche

La Société des Amis du château propose le vendredi 10 février à 14h30, au Musée national du château de Pau, une conférence de  Bernard Barbiche sur :

Maximilien de Béthune, duc de Sully : un gentilhomme d’Île de France au service du béarnais

Entrée libre et gratuite sous réserve du nombre de places disponibles.

Bernard Barbiche, historien, spécialiste du règne d’Henri IV, dont les études et publications portent plus particulièrement sur Sully et sur l’histoire des institutions et l’histoire religieuse, est vice-président de la Société Henri IV.

Appel à communication : 31 janvier 2017 : L’itinérance curiale, du Moyen Âge au XIXe siècle

Appel à communication expirant le 31 janvier 2017, pour un colloque organisé à Paris par Cour de France.fr en collaboration avec l’université Paris 8 et l’UMR ArScAn du CNRS sur :

L’itinérance curiale, du Moyen Âge au XIXe siècle

Argumentaire
L’itinérance curiale est un sujet peu étudié en France, contrairement à ce qui s’observe dans d’autres pays européens où ce phénomène a bénéficié d’un intérêt marqué de la part de la recherche.

Les grands jalons de l’histoire des séjours et déplacements de la cour de France sont pourtant bien connus. Sous les Carolingiens, le cœur politique de l’empire est situé à Aix-la-Chapelle qui se trouve au centre d’un réseau palatial orienté au nord et à l’est, entre les palais de Francfort, Nimègue, Compiègne et Thionville. Sous les Capétiens, l’itinérance curiale est marquée par une concentration précoce sur Paris qui revêt dès la fin du XIIe siècle les fonctions de capitale et qui sert de résidence privilégiée aussi dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Au siècle suivant, deux régions dominent les trajectoires de la cour : la région parisienne et la vallée de la Loire. À la Renaissance, la concentration grandissante sur un ensemble réduit de résidences situées en région parisienne peut être mise en relation avec la sédentarisation des cours qui s’observe dans la plupart des pays européens à cette époque. En 1682, l’installation de la cour à Versailles marque l’achèvement de ce processus. Oscillant entre Paris et Versailles, le profil des déplacements ne connait que peu de variations jusqu’à la disparition de la monarchie au XIXe siècle.
Télécharger la suite de l’appel à communication ici

 

Le Mans et Paris – 17-18 mars 2017 – Luther en France : politique, littérature et controverses au XVIe siècle

La Société Française d’Étude du Seizième Siècle organise un colloque au Mans et à Paris les 17-18 mars 2017

Vendredi 17 mars 2017 : Université du Maine, Le Mans (Bibliothèque Universitaire Vercors, salle Belon)
Samedi 18 Mars 2017 : Institut Protestant de Théologie de Paris (grand amphi)

Luther en France : politique, littérature et controverses au XVIe siècle

Vendredi 17 mars 2017, Université du Maine, Pierre Salle Belon
10h. Accueil des participants. Mot de bienvenue de la Présidence de l’université. Ouverture scientifique du colloque

10h30. Session 1. Allemagne-France. La réception de Luther.
Présidence de séance : Carine Skupien Dekens
Mathieu de La Gorce : Luther et la satire de langue française
Florent Gabaude : La réception des caricatures de Luther en France
Marie-Hélène Quéval : La première traduction française du roman Historia vnd Geschicht Doctor Johannis Faustj, entre catholicisme et Réforme luthérienne
Présentation de l’exposition de livres anciens

14h15. Session 2. Doctrines, expressions, stratégies.
Présidence de séance : Patricia Eichel-Lojkine et Mathieu de la Gorce
Christine Bénévent : De qu(o)i Erasme est-il le nom ?
Natalia Wawrzyniak (Obukowicz) : Les commentaires de Luther sur les Lamentations de Jérémie et leur potentiel polémique
Carine Skupien Dekens : L’art de s’adresser à « l’homme du commun » : principes et méthodes du langage simple chez quelques traducteurs et prédicateurs réformés au XVIsiècle
Tatiana Debbagi Baranova : Avertir le peuple : les premiers imprimés francophones contre Luther et les luthériens

Samedi 18 mars 2017, Institut de Théologie Protestante de Paris, Grand Amphi
9h15. Accueil des participants. Mot de bienvenue de la Présidence de la SFDES.
9h30. Session 3. Convergences théologiques.
Présidence de séance : Bruno Petey-Girard et Hugues Daussy
Max Engammare : Ce que Calvin a lu de Luther
Tristan Vigliano : Luther et l’islam dans l’Alcorani […] et evangelistarum concordiae Liber de Postel
Gregor Wierciochin : Cœur/conscience/âme/personne – les pierres angulaires de l’éthique luthérienne et leur rôle dans la construction de la notion de tolérance religieuse
Christophe Gutbub : Guillaume Farel (et Pierre Toussain) : entre Luther et Calvin

11h30. Session 4. Légende noire et caricature.
Présidence de séance : Pierre-Olivier Léchot
Daniel Ménager : Luther raconté par Jean Cochlée
Olivier Millet : Jean Gacy et son Trialogue contre Luther (1524) : poésie et théologie

14h30. Session 5. Textes et intertextualités.
Présidence de séance : Véronique Ferrer
Marianne Carbonnier-Burkard & Corinne Gibello-Bernette : Luther et luthériens digitalisés : présentation d’éditions de la collection André à la SHPF
Patricia Eichel-Lojkine : Ces « Lutheriens qui sont en Provence » : Pour une lecture de l’Histoire mémorable de la persécution des vaudois (1555) sous l’angle de l’analyse du discours littéraire
Jean Lecointe : « Embrasser la croix », la méditation de la passion chez Luther et Marguerite de Navarre

17h. Allocution de clôture : Frank Lestringant : la Réforme et ses séquelles

Pau, 21 janvier 2017 : Rendre compte d’un assassinat politique : la mort du Maréchal d’Ancre le 24 avril 1617

La Société des Amis du château de Pau poursuit son cycle de  conférences sur la jeunesse et l’enfance de Louis XIII.

Le samedi 21 décembre 2017, 15h00, en salle de conférences du Musée national du château de Pau, Jean-François DUBOST parlera de :

Rendre compte d’un assassinat politique : la mort du Maréchal d’Ancre le 24 avril 1617 

Jean-François Dubost est professeur d’Histoire moderne à l’université Paris-Est Créteil.
Auteur de Marie de Médicis, la reine dévoilée, paru chez Payot et Rivages en 2009, il a publié plusieurs ouvrages sur la place des étrangers à la cour de France : La France italienne, XVIe-XVIIe siècle (Paris, Aubier, 1997) ;  Les étrangers en France, 16e siècle-1789. Guide des recherches aux Archives nationales (Paris, 1993). Il a assuré la direction scientifique du programme « Les étrangers à la cour de France au temps des Bourbons » (2011-2013), Centre de recherches du château de Versailles.

La correspondance d’Antoine de Bourbon conservée à Saint-Pétersbourg

Le site cour-de-france.fr poursuit sa politique de publication d’articles inédits.

Au début du mois de janvier a été mis en ligne un article de David Potter et Vladimir Chichkine sur la correspondance d’Antoine de Bourbon conservée dans les fonds de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg.

A lire : David Potter, Vladimir Chichkine (éd.), La correspondance d’Antoine de Bourbon conservée à Saint-Pétersbourg, Paris, Cour de France.fr, 2017 (http://cour-de-france.fr/article4472.html). Article inédit publié le 1er janvier 2017.

Appel à communication avant le 31/12/2016 – Définir l’hétérodoxie dans le protestantisme, entre Églises et États (XVIe-XVIIIe siècles)

Un colloque est organisé à Lyon les 30 juin-1er juillet 2017 :

Définir l’hétérodoxie dans le protestantisme, entre Églises et États (XVIe-XVIIIe siècles)

Organisateurs : Yves Krumenacker (Lyon 3, LARHRA), Noémie Recous (Lyon 3, LARHRA)

La Réformation est née d’une protestation contre des pratiques, les indulgences, qui semblaient révéler que l’Église s’était éloignée de l’Évangile. Il fallait par conséquent revenir à l’enseignement du Christ. Très rapidement, pourtant, les réformateurs se sont divisés sur la cène, la prédestination, l’inspiration des Écritures, etc. L’élaboration de confessions de foi, leur imposition aux populations, l’enseignement fourni par les pasteurs et prodigué dans les écoles et les collèges ont permis la formation de nouvelles orthodoxies. Depuis les années 1980, la recherche a insisté sur le rôle conjoint des Églises et des États dans ce processus, dans le cadre de la confessionnalisation.

Ce concept a pourtant été largement nuancé et critiqué. Il pose notamment problème dans les États dont le prince admet plusieurs religions. On songe bien entendu à la France de l’édit de Nantes, mais le cas se pose aussi pour d’autres États, comme les Provinces-Unies ou l’Angleterre d’après l’édit de tolérance, qui acceptent l’existence de plusieurs Églises qui ont chacune leur orthodoxie. Alors qu’en régime monoconfessionnel l’État peut sanctionner ce qui est considéré comme hétérodoxe par une Église – mais il faudrait vérifier qu’il le fait réellement, car les conflits ne sont pas à exclure – il ne peut plus le faire dès lors que plusieurs confessions sont autorisées. L’imposition d’une orthodoxie échappe alors à l’État, au moins en théorie. C’est à chaque Église de sanctionner ses dissidents, mais sans pouvoir recourir à des peines temporelles. Le lien entre Église et État dans l’imposition de normes est donc à redéfinir selon les États et en fonction d’une chronologie évolutive.
L’enjeu est d’autant plus complexe qu’émergent de nouvelles instances de savoirs, qui se posent en rivales voire en opposantes aux facultés de théologie dans la production d’un discours de vérité sur le monde. C’est le cas avec le développement d’un savoir médical qui entend s’ériger en juge des miracles ou des possessions, avec le cartésianisme ou les philosophies mécanistes qui semblent réduire l’intervention divine dans l’univers, avec les nouvelles théories astronomiques qui remettent en question la vision chrétienne de l’univers, etc. Alors que les théologiens désignent ces nouvelles idées comme hétérodoxes, les États vont-ils jusqu’à les suivre dans ces condamnations ? Un État luthérien, par exemple, peut-il ne pas condamner ce que les facultés de théologie luthériennes condamnent ? De son côté, l’État peut se sentir menacé par des phénomènes tels que l’athéisme, l’enthousiasme religieux ou divers mouvements en marge des Églises. Les considère-t-il comme hétérodoxes ou comme des menaces pour l’ordre public ?

La question est aussi interne aux Églises. Le fonctionnement centralisé et les organismes chargés de définir le dogme qui structurent l’Église romaine permettent d’établir une définition relativement stricte de ce qui constitue l’orthodoxie, et par conséquent de ce qui doit être qualifié d’hétérodoxe. Mais ce n’est pas le cas dans les Églises protestantes, divisées entre elles et parfois même à l’intérieur d’une même confession ; on peut songer aux conflits entre philippistes et gnésio-luthériens dans le Saint-Empire. Qui a alors la légitimité de dire l’orthodoxie ? Dans certains cas, les instances chargées de le faire ne se réunissent plus : c’est le cas des synodes nationaux en France après 1659. Dès lors, qui a la légitimité de déterminer qu’une pensée ou des actes sont hétérodoxes ? Les théologiens ne s’en privent pourtant pas ; il n’est que de rappeler les anathèmes de Jurieu et leurs conséquences sur bien des pasteurs et philosophes à la fin du xviie et au début du siècle suivant.
En d’autres termes, l’objet de ce colloque est de poser la double question de l’autorité religieuse et du lien entre Église et État, dans les différents pays européens. Il s’agira de nous demander qui peut définir l’orthodoxie ou l’hétérodoxie, avec quels critères et dans quelle mesure ces décisions sont suivies, ou non, par les États.

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

Composition du Comité scientifique :
Hubert Bost (EPHE), Willem Frijhoff (Rotterdam), Charles Giry-Deloison (Arras), Mark Greengrass (Sheffield), Yves Krumenacker (Lyon 3), Susanne Lachenicht (Bayreuth), Raymond Mentzer (Iowa University), Cristina Pitassi (Genève), Noémie Recous (Lyon 3), Joke Spaans (Utrecht)

Les projets de communication doivent être adressés avant le 31 décembre 2016 à :
yves.krumenacker@univ-lyon3.fr
noemie.recous@univ-lyon3.fr

Vient de paraître : Histoire des protestants. Une minorité en France (XVIe-XXIe siècles)

Jean Baubérot et Marianne Carbonnier-Burkard, Histoire des protestants. Une minorité en France (XVIe-XXIe siècle), éditions Ellipses, 2016, 576 p.

Présentation de l’éditeur

Au-delà des images classiques – les guerres de Religion, la Saint-Barthélemy, l’édit de Nantes, les dragonnades –, l’histoire des protestants en France, sur la longue durée, reste méconnue.
Ce livre présente pour un large public une synthèse des acquis de la recherche historique et sociologique dans ce domaine. Vous y découvrirez d’autres manières d’être chrétien en France, des pratiques, des styles de vie, un langage, qui tiennent à la dissidence protestante d’origine et à la condition minoritaire.
Avec l’histoire de cette « minorité active » au long de cinq siècles, c’est l’histoire de France en profondeur qui est revisitée : la difficile émergence de la tolérance, de la liberté de conscience, de la laïcité, les droits des femmes.

Télécharger un chapitre ici.

Télécharger la table des matières ici.

 

 

Pau – Projet de recherche ACRONAVARRE : Les ACtes ROyaux de NAVARRE aux XVe et XVIe siècles

15Le projet de recherche Acronavarre (Actes royaux de Navarre aux XVeXVIe siècle) a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche lors de son dernier appel d’offres.

Ce projet a pour ambition de recenser et d’éditer les quelque 7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Ce programme de recherche pluriannuel (2016-2019) réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra).

Il est coordonné par Philippe Chareyre, professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Télécharger la présentation du projet ACRONAVARRE ici.

15 décembre 2016 – Appel à communication – Effervescence spirituelle en chrétienté au temps de Luther…

Appel à communications à adresser au Président de la SMERP (astoul.guy@orange.fr) avant le 15 décembre 2016.

La SMERP (la Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) annonce le colloque qui se tiendra à Montauban les 17 et 18 novembre 2017 :

Effervescence spirituelle en chrétienté au temps de Luther (1483-1546) dans les pays gagnés par la Réforme
Spiritual effervescence in Christianity in the age of Luther (1483-1546) in countries subject to the Reformation
Aux origines du protestantisme

L’objectif de ce colloque sera de réfléchir sur la période où s’est affirmée la Réforme, de s’interroger sur l’évolution des sensibilités religieuses au moment où se diffusent les idées nouvelles dans une multitude de livres imprimés. Le foisonnement des courants spirituels a-t-il influencé les milieux dévots et contribué à rejeter les pratiques traditionnelles ? L’humanisme a-t-il été précurseur de la Réforme ? Pourquoi Luther a-t-il choisi de rompre avec l’Église ? Comment et pourquoi les expériences de réformes se sont-elles multipliées ? Autant de questions auxquelles la SMERP (la Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) invite à débattre et à échanger.

Argumentaire
A la fin du XVe siècle, la chrétienté européenne est confrontée à de grands bouleversements qui ébranlent les conceptions philosophiques et religieuses héritées du Moyen Âge. Avec la découverte des Amériques qui ouvre de nouveaux horizons économiques et les progrès de l’imprimerie qui fait exploser la diffusion des livres et des idées, les Européens ont définitivement rompu avec le passé ; une nouvelle vision du monde et de l’homme s’impose et, avec elle, on observe une recomposition des croyances. Si l’inquiétude spirituelle préoccupe les chrétiens depuis le XIVe siècle, lorsque des mouvements jugés hérétiques naissent autour de théologiens influents (notamment John Wycliff et Jean Huss), une nouvelle sensibilité religieuse éclot, en rompant avec la philosophie scolastique et en critiquant sévèrement le fonctionnement d’une Église à laquelle on peut reprocher son éloignement des vertus bibliques. Les remontrances mettant en cause la conduite des papes et des évêques ont gagné la chrétienté occidentale ; les prélats sont accusés de ne pas respecter le célibat, même à la cour de Rome, de pratiquer la simonie et de manquer de morale. Erasme s’empare de ce thème dans son Eloge de la Folie. Dès les prémices de la Renaissance, la devotio moderna permet aux laïcs de devenir acteurs de leur salut, en dehors des voies traditionnelles et, notamment de l’état monastique, en proposant de revenir à la pureté évangélique et en définissant l’Église comme l’assemblée des fidèles dont seule « l’imitation de Jésus-Christ » (l’ouvrage portant ce titre sert alors de référence) peut permettre de faire leur salut.
Si l’on connaît relativement bien les processus des changements qui se sont produits à la Renaissance, des questions se posent quant au cheminement des nouvelles façons de croire et de prier. Faire son salut, voilà une préoccupation majeure pour le croyant dont on peut se demander à quel point elle est devenue prioritaire ; se demander aussi à quel point le foisonnement des courants spirituels a grandement influencé les milieux dévots et contribué à rejeter les pratiques traditionnelles.
Sans conteste, le facteur décisif de la diffusion des idées nouvelles est l’invention, par Gutenberg, de l’imprimerie à caractères mobiles et de l’utilisation de la presse. En quelques décennies, la mise au point de techniques qui permettent de fabriquer des livres, de plus en plus vite et de moins en moins cher, rend possible la publication de millions d’ouvrages. 340 ateliers fonctionnent dans les villes allemandes dès le XVe siècle, et toutes les grandes villes, en France, accueillent, au siècle suivant, des imprimeurs qui vulgarisent des livres en langue française.
Cette vulgarisation des savoirs a-t-elle favorisé une soif d’apprendre, de comprendre et de communiquer ? A-t-elle déterminé une nouvelle façon de croire ? La multiplication des imprimés a-t-elle été le vecteur déterminant de la diffusion des idées nouvelles ou celles-ci se sont-elles imposées en profitant de ce formidable moyen d’accroître leur impact ?
Les humanistes appliquent également aux corpus des textes sacrés les outils forgés pour rétablir les textes de l’antiquité gréco-latine dans leur pureté originale. Grâce à ces humanistes chrétiens, la théologie échappe aux clercs et commence à sortir des universités médiévales. Le premier d’entre eux en France, Jacques Lefèvre d’Étaples, écrit en 1523 dans sa préface des Évangiles, en langue vernaculaire : « Maintenant le temps est venu que nostre Seigneur Jésuchrist, seul salut, vérité et vie, veult que son Évangile soit purement annoncée par tout le monde. Et affin que ung chascun qui a cognoissance de la langue gallicane et non point du latin soit plus disposé à recevoir ceste présente grâce, vous sont ordonnées en langue vulgaire par la grâce d’icelui [Jésus-Christ] affin que les simples membres du corps de Jésus Christ ayans ce en leur langue puissent estre aussi certains de la vérité évangélique comme ceulx qui sont en latin ».
L’humanisme a-t-il été précurseur de la Réforme ? Cette question que l’historiographie a souvent posée devrait s’appliquer à l’étude de penseurs moins connus qu’Erasme, mais tout aussi influents dans les milieux lettrés et dans le clergé. Thomas More en Angleterre, Johannes Reuchlin, le meilleur spécialiste de l’hébreu dans le Saint-Empire, Jacques Lefèvre d’Étaples en France et d’autres humanistes méritent qu’on étudie leur implication dans les nouvelles approches de la foi.
Les interrogations sur la piété et les vives critiques à l’encontre d’un clergé, peu enclin aux dévotions et davantage soucieux de ses prébendes, ont touché des prêtres et des moines exaspérés par leurs confrères. Les ordres religieux mendiants, en particuliers, se divisent par l’apparition de courants plus exigeants, favorables au rétablissement des règles conventuelles comme les franciscains. Né en 1483, un moine augustin doit être placé au premier rang des ecclésiastiques contestataires, il s’agit de Martin Luther, professeur de théologie à l’université de Wittenberg en Saxe, particulièrement hostile aux indulgences décidées par la papauté afin de financer des travaux à Rome.
Son cheminement et ses interrogations qui l’ont conduit à la rupture avec l’Église institutionnelle (Les 95 thèses affichées à Wittenberg, le 31 octobre 1517) pourraient être approfondis comme le rôle joué par Philippe Melanchthon dans l’élaboration d’une doctrine.
La naissance de la Réformation et la mise en place des Eglises dans le Saint Empire a été rapide tant le message de Martin Luther, dans sa simplicité biblique a conquis les foules. Dès les années 1530, des divergences avec la théologie luthérienne ont surgi dans des grandes villes telles Strasbourg avec Bucer, Zurich avec Zwingli, Bâle avec Oecolampade, puis Genève avec Calvin. Ces quatre théologiens ont adopté une doctrine plus radicale dans la théologie de la cène, puis dans la liturgie, dans l’aménagement des lieux de culte et la structuration même des nouvelles Eglises qui abandonnent le système épiscopal au profit d’une direction synodale. Ils rejettent toutes les manifestations traditionnelles, toutes les représentations visuelles des saints et du Christ et acceptent de jouer un rôle politique au sein de la cité.
Des questions se posent sur la multiplication des églises réformées dans une diversité qui tient aussi à des choix politiques : le calvinisme en Suisse, en France et aux Pays Bas, le presbytérianisme en Écosse et surtout l’anglicanisme en Angleterre se sont imposés. Mais la règle du cujus regio ejus religio telle que Luther voulait qu’elle s’applique n’a-t-elle pas, dès l’origine, renforcé l’idée que la religion était, plus que jamais, liée au pouvoir politique ?
Un autre courant contestataire refuse de rompre avec l’Église catholique, mais entreprend de la réformer, de l’intérieur, dans le cadre du royaume de France. Au premier rang se trouve Guillaume Briçonnet, l’évêque de Meaux qui entend combattre la dépravation des mœurs et le relâchement de la discipline du clergé. Cet ami de Jacques Lefèvre d’Etaples dont il a contribué à diffuser les œuvres, devient le directeur spirituel de la sœur du roi de France, la reine Marguerite de Navarre. Il met en application, dans son diocèse, un programme de réformes de l’Église qu’élabore le Cénacle de Meaux, un groupe où se retrouvent, autour de Briçonnet, des proches comme Lefèvre d’Etaples et d’autres prélats tels l’évêque Gérard Roussel, l’hébraïsant François Vatable, les prédicateurs Guillaume Farel et Martial Mazurier, Michel d’Arande que Marguerite de Navarre a fait nommer évêque en Dauphiné.
Autant d’ecclésiastiques lettrés que l’on peut considérer comme des humanistes et qui affichent des positions novatrices soucieuses de s’appuyer sur la connaissance approfondie des Saintes Écritures. A partir de leurs expériences, on peut s’interroger sur les projets de réforme, sans rupture ouverte avec Rome, qui s’insèrent dans un cadre des Etats de leur temps et par conséquent sur l’existence éventuelle d’une troisième voie (« ni-Rome, ni-Genève »).

Objectifs
Ce colloque, consacré à « l’effervescence spirituelle en chrétienté au temps de Luther dans les pays gagnés par la Réforme », entre 1483 et 1546, se donne deux objectifs majeurs :
Rassembler et faire dialoguer les historiens-chercheurs à partir de leurs recherches menées aujourd’hui sur cette période clé où s’est affirmée la Réforme.
S’interroger sur l’évolution des sensibilités religieuses à une époque marquée par la multiplication exponentielle des livres publiés.

Axes thématiques
3 thématiques pourront être abordées :
Les voies des réformes : foisonnement des courants spirituels, diffusion des livres, humanisme
Luther de la contestation à la rupture
La multiplication des expériences de réformes
Modalités pratiques d’envoi des propositions

Comité scientifique et d’organisation
Anne-Marie Cocula,
Philippe Chareyre,
Didier Poton de Xaintrailles,
Eckart Birnstiel,
Françoise Moreil,
Hélène Guicharnaud,
Guy Astoul

LIEUX
Salle Pierre Bayrou – Ancien collège, rue du Collège à Montauban
Montauban, France (82)

CONTACTS
Guy Astoul
courriel : astoul.guy@orange.fr
http://www.smerp.fr/

Pau, 10 décembre 2016 – La naissance d’un roi. L’image du jeune Louis XIII à travers monnaies, jetons et médailles

La Société des Amis du château de Pau poursuit son cycle de  conférences sur la jeunesse et l’enfance de Louis XIII.

Le samedi 10 décembre 2016, 15h00, salle de conférences du Musée national du château de Pau, Xavier Pébay parlera de :

La naissance d’un roi – L’image du jeune Louis XIII à travers les monnaies, médailles et jetons.

En huit tableaux, le conférencier évoquera la destinée du Dauphin devenu roi-enfant après l’assassinat de son père Henri IV, sous la tutelle de sa mère Marie de Médicis jusqu’à sa dramatique émancipation en 1617. Entre l’assassinat de son père en 1610 et sa sanglante prise de pouvoir de 1617, monnaies, médailles et jetons reflètent l’affirmation d’un jeune souverain promis à un règne tumultueux. Les huit étapes du règne de Louis XIII évoquées via le prisme des monnaies, médailles et jetons seront les suivantes :

• Le Dauphin Louis (1601-1610)
• Le sacre de la reine Marie de Médicis (1610)
• L’assassinat d’Henri IV (1610)
• Le sacre de Louis XIII (1610)
• Le deuil (1611-1613)
• La majorité et les États-Généraux (1614)
• Les mariages espagnols (1615)
•L’assassinat de Concini (1616-1617)

Xavier Pébay est inspecteur des finances publiques et numismate. Il a livré pour le bulletin de la la Société Henri IV un important article en quatre parties sur la numismatique de l’année 1610.

La dernière conférence du cycle sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII sera donnée le samedi 21 janvier 2017 par Jean-François Dubost, Professeur à l’Université de Paris-Est Créteil sur L’année 1617, Louis XIII et le matricide politique.

La bataille de Coutras vue par un protestant de Montauban

La Bible qui est toute la saincte Escriture […]
Genève, Henri Estienne, 1565
In fol. [14]-386-[2]-114-[14] ff.
Titre-frontispice, illustré de 28 gravures sur bois
Reliure 2ème moitié du XVIe siècle, veau, filet doré, plaque dorée
Musée national du château de Pau, inv. P. 2014.3.1

En 2014, la Société des Amis du château de Pau a acquis une Bible du XVIe siècle dont elle a fait don au Musée national. L’intérêt de cette Bible, préfacée par Calvin, imprimée à Genève par Henri Estienne, outre la qualité de la typographie et des gravures, réside dans la présence inattendue d’un petit texte manuscrit qui relate un événement essentiel de l’histoire des guerres de religion en France. Sur le dernier feuillet du livre de Malachie se trouve en effet un court récit de la bataille de Coutras, remportée par Henri de Navarre sur les troupes royales menées par le duc de Joyeuse (20 octobre 1587). Première grande victoire militaire du futur roi de France et de Navarre, la bataille de Coutras devait également lui permettre de se forger l’image d’un vainqueur magnanime. Une image non dénuée de vérité comme devait en témoigner Henri de Navarre lui-même dans une lettre écrite, trois jours après la bataille, au maréchal de Matignon : « Je suis bien marri qu’en cette journée je ne pus faire différence des bons et naturels français d’avec les partisans et adhérents de la Ligue, mais pour le moins ceux qui sont restés en mes mains témoigneront la courtoisie qu’ils ont trouvée en moi et en mes serviteurs qui les ont pris… » Après les combats, Henri de Navarre s’émut fort de la mort du duc de Joyeuse et de son frère Saint-Sauveur et libérera ses prisonniers catholiques sans demande de rançon.

Le rédacteur anonyme du récit manuscrit de la bataille de Coutras a écrit un texte concis, mais informatif et assez précis sur un événement contemporain. La bataille de Coutras avait été une véritable hécatombe pour le parti royaliste. Le nombre de 2000 morts qu’il cite est généralement celui qui est retenu par les historiens pour évoquer les pertes dans les rangs catholiques.

Protestant, très certainement originaire de la ville de Montauban – cette Bible a toujours appartenu à une collection montalbanaise -, le rédacteur ne livre cependant ni sentiment ni réflexion sur cette victoire éclatante de son parti. Dans sa concision et sa froideur, ce petit texte n’en reste pas moins un intéressant témoignage du retentissement de l’événement.

2014-3-1 (Copier)

L’ouvrage était accompagné d’une transcription manuscrite, sans doute réalisée par l’un des possesseurs de la Bible au XXe siècle. Cette transcription étant incomplète et fautive, en voici une version exacte.
La ponctuation moderne a été restituée.

L’an mil cinq cens quatre vingtz sept et le vintiesme jour du mois d’octobre matin, fust donné la bataille de Coutras, le roy de Navarre estant logé audict Coutras et le duc de Joyeuse a Chalais, trois lieues dudict Coutras. Duquel lieu il partit le soir et marcha toute la nuict et se vinst mettre en bataille pres de Coutras avecques son armée estant lieutenant general du roy en ceste dicte armée. Le canon tira d’un costé et d’autre, la meslée y fust bien grande tellement que ledict sieur duc de Joyeuse et son frere et plusieurs autres grandz seigneurs demeurarent sur la place et le reste furent prins prisonniers, reservé le seigneur de Laverdin qui se sauva avecques quelques restes de cavalerie. Leur canon fust prins, ensemble tous leurs drapeaus. Il y mourut environ deux mile hommes, du nombre desquelz il y avoit de quatre a cinq gentilzhommes.

Réf. bibl. : Paul Mironneau, « Présentation de quelques acquisitions effectuées en 2013-2014 grâce à la générosité des Amis du château de Pau »,  Bulletin des Amis du château de Pau – Trésors du patrimoine, n°168-169, 2014, pp. 7-25.

 

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France