La maison de Navarre à Tours

Le 18 décembre 2014 au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François Rabelais – Tours a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat d’histoire de l’université François-Rabelais de Tours, préparée au CESR, sous la direction du professeur Gérald Chaix par Claire Barker Harai sur Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du seizième siècle

La thèse de Claire Barker Haraï porte sur les serviteurs de la maison de Navarre mentionnés dans les minutes des notaires de Tours entre 1548 et 1590, soit du mariage de Jeanne d’Albret avec Antoine de Bourbon à l’accession d’Henri de Navarre au trône de France, qui voit disparaître le nom de Navarre des actes. Elle s’inscrit à la suite de deux mémoires de première et de seconde années de master soutenus à Tours en 2006 et 2007, portant sur Adam de Longuemort (1578-1590), valet de chambre et apothicaire, et une première analyse du réseau navarrais de 1564 à 1586, à partir des minutes du notaire Pierre Digoys. Elle repose sur un travail de dépouillement de cent quatre-vingt-quatre liasses provenant de treize études, la consultation de 9 404 actes et l’analyse minutieuse de 369 d’entre eux qui ont permis de dégager un corpus de 106 personnes, se déclinant en dix-neuf périphériques, quatre-vingts appartenant à un groupe médian et sept constituant l’élite, appelée le « cœur du milieu navarrais ». Cette documentation notariale a pu être complétée par les registres de comptes de la maison de Navarre déposés dans la série B des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

La thèse s’organise en trois parties reprenant la démarche chronologique d’une recherche très méthodique : un dictionnaire, une étude globale, un approfondissement sur un groupe clé bien identifié. Elle est complétée d’annexes présentant l’essentiel des documents de travail sous la forme d’un corpus de résumés ou de retranscriptions, par études et par ordre chronologique d’une très grande richesse.

La première partie consiste en un dictionnaire des 106 personnes étudiées sous le titre de  » Notice des Navarrais à Tours » qui récapitule sous le nom de chacun, l’ensemble de leurs mentions dans les minutes notariales complétées par quelques références bibliographiques.
La seconde partie intitulée « Le milieu navarrais à Tours » s’applique à la description non pas d’un réseau mais de l’ensemble large des 106 serviteurs de la cour de Navarre, tant au niveau de la vie courante que des aspects beaucoup plus stratégiques. L’étude minutieuse de la mention simultanée de plusieurs membres de ce milieu « navarrais » (82%) dans des actes notariés qui concernent en grande partie leurs affaires familiales, a permis de faire ressortir un phénomène qualifié d’ »interaction ». L’approche chronologique souligne deux périodes de plus forte présence et donc d’intérêt important de la maison de Navarre porté aux affaires de France, en 1566 et 1571-1573 en lien avec la politique de Jeanne d’Albret, puis 1582-1590 avec l’émergence de la figure d’Henri de Navarre qui précède son accession au trône de France, mais aussi les démêlés pour le recouvrement de la dot de Marguerite de Valois. Cette partie se termine sur une très intéressante approche géographique du groupe dont les membres résident essentiellement dans deux des paroisses de la ville, ce qui permet de préciser plus encore son insertion concrète au sein de l’espace urbain, dans un véritable quartier « navarrais ». La troisième et dernière partie s’attache à l’étude d’un groupe plus restreint de sept personnes, qui ont joué un rôle déterminant auprès des souverains et forment le « cœur du milieu navarrais ». Claire Barker Haraï fait ressortir les liens de parenté étroits qui unissent ces serviteurs de confiance de la couronne de Navarre, contribuant fortement à leur ascension sociale.

Grâce à un dépouillement acharné et une analyse minutieuse d’archives notariales, documentation foisonnante et de lecture difficile, Claire Barker Haraï lève le voile sur un sujet jusqu’alors ignoré qui vient réactualiser les connaissances relatives à la chancellerie de Navarre et ses officiers, dans un contexte géographique inattendu ; elle livre aux historiens à venir un instrument de travail constitué par le corpus très riche de ses analyses des sources qui ne manquera pas de donner matière, au-delà de cette thèse, à de multiples approfondissements.

Philippe Chareyre
Extraits du compte-rendu publié dans
La Lettre de la Société Henri IV n°30 (décembre 2014)

La bibliothèque du château de Pau rouvre aux chercheurs

Au Musée national et domaine du château de Pau, le Centre de recherche et de documentation Jacques  de Laprade a rouvert ses portes aux chercheurs, le 1er février 2015, après plusieurs années de fermeture.

Conservateur du Musée national du château de Pau de 1946 à 1974, Jacques de Laprade fut le véritable créateur des fonds anciens et de la bibliothèque du château de Pau. C’est pour rendre hommage à ce travail considérable que ce service du musée, désormais ouvert aux étudiants et aux chercheurs, a été baptisé « Centre Jacques de Laprade » et poursuit sous cette appellation, son rôle de coopération avec le monde universitaire et scientifique.

Livres, œuvres graphiques, photographies anciennes, manuscrits, monnaies et médailles, constituent un ensemble patrimonial renvoyant directement au règne d’Henri IV, à son souvenir et à sa légende. La documentation rassemblant les dossiers d’œuvres, ainsi que les Archives du Palais et Musée national de 1830 à nos jours, complètent ce fonds et offrent au chercheur un outil irremplaçable pour la connaissance des collections du musée.

Bibliothèque d’études : le fonds d’ouvrages modernes est destiné à la recherche scientifique des personnels du musée, des chercheurs et des étudiants. Il est spécialisé dans l’histoire de France et d’Europe (période de Gaston Fébus, XVIe-début XVIIe, XIXe siècles), l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge au XIXe siècle, et dans le domaine des arts décoratifs. Cette bibliothèque d’étude est régulièrement enrichie de toutes les parutions en relation avec la thématique henricienne et les collections du musée national.
Les bibliographies et les ouvrages de référence disponibles en salle de lecture couvrent également ces axes de recherche.
Une importante collection de catalogues d’exposition ainsi que des catalogues de ventes publiques est également consultable.

Réserve : le fonds ancien est principalement composé d’ouvrages de la littérature de propagande ou d’opinion contemporains des guerres de religion et du règne d’Henri IV (rares libelles et pamphlets, descriptions d’entrées royales, plaquettes imprimées à l’occasion d’événements marquants). Une place importante est faite également aux œuvres fondatrices de la légende d’Henri IV et aux innombrables hommages faits à ce personnage à la popularité tenace (Henriade de Voltaire, Mémoires de Sully).
D’autres ouvrages évoquent les liens unissant différents personnages au château de Pau (Marguerite de Navarre et les éditions originales de ses textes, Catherine de Bourbon, la famille de Gramont, etc.) ou traitent des divers domaines de la connaissance utiles à l’exercice du pouvoir sous l’Ancien Régime (Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres, traités de cavalerie et de fortifications par exemple).

P.2014-4-1w

Manuscrits et autographes : si le fleuron de la collection de manuscrits du musée national est sans conteste un exemplaire du Livre de chasse de Gaston Fébus datant du tout début du XVe siècle, le fonds, actuellement composé de plus de 530 manuscrits et autographes des XVIe et XVIIe siècles, comprend surtout des pièces en relation directe avec Henri IV et l’histoire des guerres de religion et continue à s’enrichir chaque année.

Img0238

Périodiques : plus de 110 titres, dont certains du XIXe siècle, couvrent les domaines liés aux arts (beaux-arts et arts décoratifs, patrimoine architectural, musées de France, bibliophilie, ventes publiques) et à l’histoire (le XVIe siècle, la Renaissance, le Protestantisme, l’histoire locale).

Cabinet d’arts graphiques : plus de 5000 estampes (XVIe-XXe siècles) et de 400 dessins (XVIIe-XXe siècles), dont une grande partie de portraits d’Henri IV et de ses contemporains, de scènes de son règne, du temps des guerres de religion…

Conditions d’accès
L’inscription est gratuite, sur demande motivée à adresser par téléphone, courrier ou courriel à l’adresse suivante :

Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade
Musée national et domaine du château de Pau
2, rue du château
64000 PAU
Tél. +33 (0)5 59 82 38 00 – Téléc. +33 (0)5 59 82 38 18
Courriel : centre-recherche.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Conditions de consultation
reglement_interieur_de_la_bibliotheque

« Traits portraits » – Iconographie d’Henri IV

Henri IV s’affiche sur PIRENEAS, portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes (BNRP) qui regroupe des documents patrimoniaux essentiellement iconographiques relatifs à l’histoire de Pau et du Béarn, au pyrénéisme et plus largement aux Pyrénées du XVIIIe siècle à nos jours.

Traits portraits. Comment l’iconographie véhicule la légende au cours des siècles. C’est sous ce titre qu’une exposition virtuelle y est présentée sur l’image de ce roi, à travers les riches fonds de la médiathèque intercommunale de Pau-Pyrénées.
Cette institution conserve en effet un important ensemble iconographique concernant Henri IV.  Au cours de l’année 2010, au plus fort des commémorations de la mort du roi, des portraits historiques d’Henri IV, des représentations de scènes et événements de la période de son règne ainsi que des portraits de personnages historiques ayant un lien avec le Béarn – firent leur entrée dans ses collections, grâce à l’acquisition du fonds Caula.

Adolphe Caula (Paris 1909 – Pau 2001), médecin légiste, était passionné par tout ce qui concernait le Béarn et les Pyrénées. Il fut fondateur et président de « Lou cèu de Pau » puis secrétaire perpétuel de l’Académie de Béarn. Particulièrement attiré par ce qui touchait à l’iconographie, Adolphe Caula compléta les collections d’estampes de Vastin Lespy dont il avait acheté la bibliothèque, composant des ensembles thématiques tout à fait exceptionnels dont un « Dossier Henri IV » riche de plus de 200 pièces.
C’est une partie de cette collection qui est présentée dans cette exposition virtuelle. La particularité et l’originalité du fonds Caula vient du fil conducteur choisi par l’érudit : rester au plus près des grandes dates de l’histoire, montrer l’époque d’Henri IV, rechercher les gravures relatant le règne du roi ou le représentant.

Essentiellement composée d’estampes du XIXe siècle légendées et commentées par Danièle Thomas, auteur de Iconographie d’Henri IV dans les ouvrages imprimés de 1589 à 1914, l’exposition se décline autour de trois axes :

  • Les Portraits d’Henri IV
    Henri III de Navarre
    Henri IV de France, le roi
    Les personnages-clés
  • Scènes de la vie d’Henri IV
    Sous les derniers Valois
    Le temps du règne
    L’Assassinat
  • Popularité et légende
    Le Vert-Galant
    Le père de famille
    Entre réalité et mythe

Pour voir l’exposition, cliquer sur le lien : http://henri-iv.pireneas.fr/

 

Hommage à Myriam Yardeni

Myriam Yardeni, professeur émérite à l’Université de Haïfa, s’est éteinte le 8 mai 2015. Arlette Jouanna lui rend hommage.

C’est une grande historienne de la pensée religieuse et politique qui vient de s’éteindre. Du fait de ses origines et de son histoire personnelle, Myriam Yardeni, née à Temesvar (Timisoara) et installée en Israël depuis 1950, avait développé une sensibilité particulièrement aiguë aux facteurs qui fondent la cohésion nationale au sein de peuples religieusement divisés. Cette disposition devait tout naturellement l’amener à s’intéresser aux affrontements confessionnels entre protestants et catholiques dans la France du XVIe siècle et à la légalisation progressive d’une tolérance civile partielle au cours des féroces guerres de Religion. Pendant deux ans (1961-1963), elle a préparé à la Sorbonne une thèse d’université sur ce sujet sous la direction de Roland Mousnier, dont elle a suivi assidûment le séminaire ; deux ans pendant lesquels on pouvait la voir arriver chaque jour à la Bibliothèque Nationale, dès l’ouverture des portes, et se plonger avec enthousiasme dans une masse d’opuscules et de traités peu ou mal connus. C’est le livre issu de ce travail acharné (La Conscience nationale en France, Paris/Louvain, Publications de la Sorbonne/Nauwelaerts, 1971) qui allait la faire connaître en France. Ce que Vittorio de Caprariis avait commencé pour la période antérieure à 1572, dans Propaganda e pensiero politico in Francia durante le guerre di religione. I. 1559-1572, Naples, Edizione Scientifiche Italiane, 1959, Myriam Yardeni l’accomplissait en poursuivant l’entreprise jusqu’aux débuts difficiles du règne d’Henri IV. Les lecteurs français découvraient ainsi, grâce à l’abondance des citations et à la perspicacité des analyses, la richesse de textes véritablement fondateurs de la réflexion politique et spirituelle des Temps Modernes. En sondant leurs motivations complexes, Myriam Yardeni avait l’audace d’aborder de front la délicate question du sentiment national, de l’identité française et de ses rapports avec le fait religieux, qu’elle n’allait cesser ensuite d’approfondir dans une série d’articles, rassemblés en 2005 en un volume : Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Devenue professeur à l’université de Haïfa, elle y a fondé un Institut d’histoire et de civilisation française. Elle a joué un rôle capital dans l’établissement de liens entre les chercheurs israéliens et français, grâce aux colloques qu’elle organisait et à l’enseignement qu’elle venait dispenser en France, à l’invitation du CNRS, de l’EPHE ou encore de l’université Bordeaux III. Elle poursuivait parallèlement ses recherches sur le devenir des protestants, avec une grande étude sur le Refuge huguenot, qui a donné lieu à une première publication aux Presses Universitaires de France en 1985 et à une seconde en 2002 chez H. Champion. Au cours de ses dépouillements, la fréquence des allusions aux juifs l’avait frappée ; elle les enregistra sur des fiches patiemment constituées qui finirent par former un corpus significatif, matériau de choix pour une quinzaine d’articles regroupés dans Anti-Jewish Mentalities in Early Modern Europe, Lanham, New York, Londres, University Press of America, 1990. Le cas particulier de l’attitude des protestants envers les juifs ne pouvait manquer d’attirer son attention : elle l’examina dans un maître livre, publié d’abord en hébreu à Jérusalem en 1990 puis traduit en français en 2008 (Huguenots et juifs, Paris, H. Champion, 2008). La conception qu’avaient de l’histoire les principaux penseurs protestants a fait l’objet de nombre de ses articles, réunis dans un recueil intitulé Repenser l’histoire. Aspects de l’historiographie huguenote, des guerres de Religion à la Révolution (Paris, H. Champion, 2002). Signalons aussi le petit livre stimulant paru en 1980 sous le titre Utopie et révolte sous Louis XIV. Elle continuait encore à travailler sur « les monarchomaques de la Saint-Barthélemy », projet qu’elle n’aura pas eu le temps de mener à bien.

Le retentissement international de ses travaux peut se mesurer au nombre et à la qualité des historiens, des philosophes et des littéraires qu’elle réussissait à attirer autour des thèmes qui lui étaient chers. Quatre volumes d’actes de colloques organisés par elle à l’université de Haïfa en témoignent : Les Juifs dans l’histoire de France, Leiden, Brill, 1980 ; Modernité et non-conformisme en France à travers les âges, Leiden, Brill, 1983 ; Idéologie et propagande en France, Paris, Picard, 1987 ; en co-direction avec Ilana Zinguer, Les deux Réformes chrétiennes: propagation et diffusion, Leiden, Brill, 2004. En 2002 un volume de Mélanges lui a été dédié, sous la direction d’Ouzi Elyada et de Jacques Le Brun : Conflits politiques, controverses religieuses. Essais d’histoire européenne aux 16e-18e siècles, Paris, Éditions de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 2002.

Myriam Yardeni attirait l’admiration par sa personnalité chaleureuse, par la passion qu’elle mettait dans tout ce qu’elle entreprenait, par la redoutable combativité qu’elle déployait dans les discussions scientifiques, par le courage, enfin, avec lequel elle surmontait ses difficultés de locomotion. C’était une chercheuse opiniâtre et méthodique, douée de surcroît de cette « baraka » des fureteurs qui leur fait découvrir par hasard des trésors ignorés et qu’elle se plaisait à appeler la « sérenpidité ». On aura une idée du bonheur qu’elle y a trouvé en lisant un passage de l’esquisse d’« ego-histoire » qu’elle a donnée à la revue Diasporas. Histoire et sociétés, n° 13 (2008), p. 70-74, passage consacré à l’année sabbatique dont elle a bénéficié en 1981-1982 et au cours de laquelle elle a expérimenté l’extraordinaire solidarité des passionnés d’archives : « Ce fut une année sabbatique enchantée, toute de travail forcené. Une année qui m’a fait découvrir un monde de descendants lointains de la République des Lettres : celui de quelques historiens et érudits ou tout simplement des « curieux » d’histoire locale qui gravitaient autour de l’histoire du Refuge et qui me recevaient comme l’une des leurs. Le pasteur de la Reformierte Kirche d’Erlangen qui partait en Afrique de Sud mais qui, avant son départ, donna l’ordre d’ouvrir et de chauffer l’église afin que je puisse lire tranquillement les délibérations du Consistoire.  Le pasteur Henri Simon, qui a ouvert pour moi chaque matin l’église de Soho Square, où l’on gardait encore à l’époque tous les livres des délibérations de toutes les autres Églises et des consistoires de Londres et où se trouvait également une formidable bibliothèque de quelque 4000 livres non catalogués. Pendant huit à dix heures, je pouvais lire ce que je voulais.  Il revenait tard dans l’après-midi pour fermer, mais avant cela il a photocopié pour moi des traités et des pamphlets où je découvre encore aujourd’hui des matériaux « non utilisés ». Et enfin l’archiviste, dont je ne connais même pas le nom, de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, qui d’une main de maître et avec énormément de gentillesse me dirigea droit vers les fonds d’archives essentiels pour mes recherches. »

Myriam Yardeni était aussi une amie généreuse, d’une indéfectible fidélité, qui n’hésitait pas à partager ses trouvailles et à en faire profiter ses collègues. Elle laisse un grand vide dans la communauté des historiens et dans le cœur de beaucoup d’entre eux.

                                                                        Arlette Jouanna

Henri IV et Sully

Une exposition au château de Nérac

Depuis le mois de mars, le château de Nérac présente un ensemble d’oeuvres illustrant la représentation aux XVIIIe et XIXe siècles des  relations qui unirent Henri IV et son ministre Sully. Pendule à la Henri IV, médaillons de bronze aux profils des deux personnages, tasse et soucoupe en porcelaine de Sèvres ornés de l’effigie de Sully et du château de Rosny, autant d’objets précieux qui pourront être admirés par les  visiteurs jusqu’à la fin du mois d’octobre 2015.

Liste des oeuvres
Tasse à l’effigie de Sully et soucoupe au motif du château de Rosny
Manufacture de Sèvres
Porcelaine dure, 1827-1835
Dim. Tasse : H. 12,5 ; diam. 9 cm
Dim. Soucoupe : H. 3 ; diam. 15,3 cm
Inv. P.138C.2.1 et P.138C.2.2

Pendule à la Henri IV
Henri IV relevant Sully
Bronze doré, émail et marbre blanc
H. 45 ; L. 39,5 ; pr. 18,8 cm
Fin du XVIIIe siècle
Inv. P.80.3.1

Paire de médaillons ovales aux profils d’Henri IV et de Sully
Bronze, époque Restauration
H. 22,5 ; L. 15 cm
Inv. P.55.30.1 et P.55.30.2

Paire de médaillons ovales aux profils de Henri IV et Sully
Bronze doré sur bronze amati
XVIIIe siècle
H. 22,8 ; L. 18,8 cm
Inv. P.83.14.1

Du pouvoir absolu au prince absolu

Naissance, apogée et déclin
de l’imaginaire politique de la monarchie

Les deux derniers ouvrages d’Arlette Jouanna, parus en 2013 et 2014, retracent une évolution au cœur de laquelle le règne d’Henri IV peut apparaître comme un pivot, comme une transition entre le temps d’un pouvoir absolu contre lequel la noblesse a longtemps essayé de lutter et qui s’est, de manière paradoxale, développé à la faveur des guerres de religion, et un XVIIe siècle où l’exercice de la puissance absolue est devenu ordinaire.

Pouvoir absoluArlette Jouanna, Le pouvoir absolu. Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard, Collection l’Esprit de la Cité,  2013, 448 p.

Le pouvoir absolu épouse la longue histoire de la monarchie. On l’imagine souvent inscrit dans une logique immuable, jusqu’au procès d’indignité que vont lui intenter les Lumières. C’est cette double image de la continuité du système absolu et de son caractère fatalement subversif de toute justice que cet ouvrage met à mal. Absolu, écrit Arlette Jouanna, signifie la possibilité légale de transgresser les lois au nom d’une légitimité supérieure ; et cette idée du pouvoir, loin d’être immuable, n’a cessé de s’infléchir à l’épreuve des bouleversements qui agitent l’histoire politique de la royauté.

Avant les guerres de Religion, on l’ignore trop, le monarque ne pouvait déroger aux lois qu’au titre de l’exception et de l’urgence. Et, même délié des lois, il restait lié par la Raison, cet ordre juste que Dieu faisait régner dans le monde. Mais la déchirure religieuse, en désagrégeant la cohésion sacrale du corps politique, a fait perdre le sens de la correspondance – jusque-là si évidente – entre la cité céleste et la cité terrestre : seul le roi en personne pouvait désormais incarner l’unité des communautés désunies.
L’originalité radicale de la voie française aura été cette construction, à la fois intellectuelle et institutionnelle, d’un espace politique extérieur et supérieur aux passions humaines. Telle est la nouvelle figure du prince absolu, projeté loin au-dessus des sujets dans une proximité mystérieuse et solitaire avec Dieu. C’est cette transcendance qui confère à sa volonté une autorité sans précédent, quasi sacrée, seule capable de tenir ensemble le royaume.

Arlette Jouanna, Le Prince absolu. Apogée et déclin de l’imaginairePrince absolu monarchique, Paris , Gallimard, Collection L’Esprit de la cité, 2014, 336 p.

Qu’est-ce que le pouvoir dans la France de Richelieu et de Louis XIV ? Question redoutable, inépuisable, que repose ce livre. Arlette Jouanna interroge à frais nouveaux les caractères originaux de l’idéologie absolue comme système de légitimité construit au service d’un prince qui se veut investi par Dieu.

Au XVIIe siècle, après la terrible déchirure des guerres de Religion, la croyance en la sacralité du roi a fait de lui l’unique source du droit, ce qui tend à assimiler le légitime au légal. D’extraordinaire et dangereuse, la puissance absolue est devenue ordinaire et bénéfique ; l’art de gouverner y gagne une autonomie temporelle inédite et entame le lent processus de l’impersonnalisation de l’État. Les résistances à cette révolution politique, qui marie droit divin et raison d’État, échoueront à s’imposer pendant la Fronde. Louis XIV saura incarner magnifiquement la majesté de l’État absolu ; mais sa force même d’incarnation finit par rendre opaque le lien entre pouvoir et justice. De là à le tenir pour un despote… Son règne marque à la fois l’apogée et le début du déclin de l’imaginaire sacral de la monarchie.

L’originalité de cette œuvre est de mettre en miroir les fondements théoriques de la «religion royale» avec l’histoire en train de se faire, qui ne cesse de les modeler. Par où elle renouvelle et enrichit notre intelligence de l’histoire politique de l’Ancien Régime.

Etudes franco-russes

La recherche franco-russe sur les guerres de religion

 

Hugues Daussy et Vladimir Shishkin (éd.), Религиозные войны воCouverture Russie - copie Франции XVI века: новые источники, новые исследования, новая периодизация, [Les guerres de religion au XVIe siècle : nouvelles sources, nouvelles recherches, nouvelle périodisation] [en Russe], Moscou, Saint-Pétersbourg, Eurasia, 2015, 352 p.

Cet ouvrage, publié en russe, réunit dix-huit contributions dont la plupart ont été présentées à Saint-Pétersbourg en juin 2012. Il mêle des articles rédigés par des spécialistes français des guerres de religion sur leurs recherches les plus récentes à des études réalisées par des auteurs russes et fondées, en grande partie, sur des documents inédits conservés dans les riches collections de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg. En fin de volume est d’ailleurs inséré un inventaire des autographes français de l’époque des guerres de religion qui figurent dans les volumes de la collection Dubrovsky.

La publication en traduction française de ce volume, qui n’est pour le moment disponible qu’en version russe, est à l’étude.

Traduction de la table des matières :

  • Pavel Ouvarov – A la veille des grands bouleversements : l’épître envoyé au roy Henri second par l’évêque de Nevers
  • Margharita Logoutova – « La Chronique de la ville de Kampen » du prêtre Herman Wolf [1580]
  • Nathalia Elaguina –  Marie Stuart et les guerres de religion en France, d’après les manuscrits des collections de la Bibliothèque nationale de Russie
  • Vladimir Chichkine – Les autographes français du temps des Guerres de Religion conservés à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg
  • Galina Pitoulko – Les éditions rares des auteurs de l’époque des Guerres civiles en France dans la Bibliothèque de l’Académie des Sciences à Saint-Pétersbourg
  • Nicolas Balzamo – Le surnaturel dans les Guerres de Religion. Essai chronologique
  • Tatiana Debbagi-Baranova – Libelles et jeu politique pendant les Guerres de Religion. L’exemple du parti protestant (1562-1570)
  • Nathalia Altoukhova – Les quittances des offices : une source de l’histoire des guerres de religion
  • Jérémie Foa – Faire la paix au temps des Guerres de Religion. L’exemple des commissaires des édits
  • Serge Brunet – Consistoires calvinistes et consulats méridionaux dans les premiers affrontements religieux (1560-1562)
  • Gregory Champeaud – Guerres et paix de Religion en France vues par le prisme des parlements: l’exemple de Bordeaux (1562-1600)
  • Hugues Daussy – La diplomatie huguenote pendant les premières guerres de Religion (1562-1570)
  • Andrey Prokopiev – La noblesse allemande et le conflit religieux en France au XVIe siècle
  • Olga Okouneva – «La France Antarctique» au Brésil, prologue des guerres de religion en France ?
  • Eliane Viennot – Masculinité et francité du monarque des lys: le débat sur la loi salique et la construction du consensus national pendant la dernière guerre de religion
  • MIchail Dmitriev – Bons et naturels Français. Discours conflictuels sur l’identité française pendant la Ligue parisienne
  • Denis Crouzet – Une histoire à l’envers ? Le roi et la division de la foi dans le royaume de France au XVIe siècle
  • Vladimir Chichkine – Catalogue sommaire des autographes français au temps des guerres de religion (1559-1598), conservés dans la collection Pierre Dubrovsky du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg

Sully, le ministre et le mécène

SullyFruit d’un colloque interna-tional tenu au Lycée Henri IV en novembre 2012, ce nouveau volume de la série Albineana, publié par l’Association des Amis d’Agrippa d’Aubigné, est consacré à la figure de Sully. Au fil des vingt contributions qui le composent, il éclaire d’une lumière nouvelle de nombreux aspects de la personnalité et de la carrière d’un personnage qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

Sully, le ministre et le mécène, Etudes réunies par Gilbert Schrenck, Cécile Huchard et Marie-Dominique Legrand, Albineana 26, Paris, Champion, 2014, 388 p.

Sommairealbineana26-1

— Marie-Madeleine Fragonard, Lettre de la présidente
— Bernard Barbiche, Introduction

Regards croisés sur Sully

— Marie-Madeleine Fragonard, Splendeurs et misères de Sully vu par Aubigné
— Nadine Kuperty-Tsur, Sully dans les Mémoires de Charlotte Duplessis-Mornay
— Tatiana Debaggi-Baranova, Le duc de Sully et les libelles : construction d’une posture publique
— Laurent Avezou, Les métamorphoses de Sully, de l’anti-héros au grand homme, XVIIe-XVIIIe siècle
— Estelle Leutrat, « Nonobstant les eclipses / Et les brouillards du temps, le soleil touiours luit ». Le portrait gravé de Sully par Jacob Matham (1612)
— Isabelle Aristide, La pensée économique de Sully
— Katia Béguin, Sully, une conception des finances et de la dette publique
— Nicolas Le Roux, La vraie gloire ne s’acquiert que par les armes. Sully, la noblesse et la guerre
— David Buisseret,  Aspects de l’ambassade de Sully en Angleterre, 1603
— Jean-Raymond Fanlo, Les fictions du « Grand Dessein » d’Henri IV chez Sully et chez Agrippa d’Aubigné
— Hugues Daussy,  Sully et les assemblées politiques huguenotes
— Jean-Pierre Babelon, Philippe de Béthune, frère de Sully. Le constructeur et l’amateur d’art

L’homme et la culture

— Bernard Barbiche, La bibliothèque de Sully à Villebon
— Marie-Dominique Legrand, Les Parallèles de César et de Henry le Grand de Sully : mise en perspective et approches littéraires
— Frank Greiner, La Gélastide ou le gai savoir
— Mathilde Bernard, « Je me contenteray de dire » : écriture factuelle et tentation littéraire dans les OEconomies royales
— Olivier Millet, Sully et l’Institution de la religion chrétienne de Calvin : annotations politiques et morales
— Bruno Petey-Girard, Sully / Mécène face à Henri IV / Auguste : remarques sur une image avortée
— Natacha Salliot, Sully et les controverses religieuses sous le règne d’Henri IV
— Anne Surgers,  « Le Monde est faict par discorde accordance » Pourquoi danser à l’Arsenal ?
— Gilbert Schrenck, Cécile Huchard, Marie-Dominique Legrand, Conclusions

— Érick Surget, Bibliographie albinéenne

Œuvres de Samuel de Champlain

Publication des œuvres de Samuel de Champlain

Eric Thierry, spécialiste de la Nouvelle-France, vient d’achever la publication des œuvres de Samuel de Champlain dans une édition en quatre volumes soigneusement annotés et  en français moderne.

Samuel de Champlain, Les fondations de l’Acadie et de Québec, Les Fondations Acadie et Québec
1604-1611
, éd. par Eric Thierry, Québec, Editions du Septentrion, 2008, 294 p.

Cette nouvelle édition des Voyages de 1613 de Champlain rend enfin accessible un texte fondateur de l’Amérique française. Parce qu’elle est en français moderne et qu’elle contient l’iconographie de l’édition originale, elle permet de découvrir, et de savourer, les plus fameux récits des fondations de l’Acadie et de Québec. Par le texte et l’image, Champlain raconte les installations des Français sur l’île Sainte-Croix, à Port-Royal et sur la « pointe » de Québec. Il décrit les premiers hivers marqués par les ravages du scorbut. Il relate les explorations des provinces maritimes, de la Nouvelle-Angleterre et de la vallée du Saint-Laurent. Il rapporte les alliances avec les Mi’Kmaqs, les Etchemins, les Montagnais, les Algonquins et les Hurons. Il retrace les attaques des Almouchiquois et les combats contre les Iroquois. Il rappelle tout ce qu’il a vécu aux côtés des autres fondateurs, en particulier Pierre Dugua de Mons et François Pont-Gravé. Ses récits sont un témoignage capital sur les débuts de la présence française en Amérique du Nord. Ils sont aussi l’oeuvre essentielle d’un des auteurs les plus prestigieux de la littérature de voyages.

Samuel de Champlain, À la rencontre des Algonquins et des Hurons, A la rencontre des Algonquins1612-1619, éd. par Eric Thierry, Québec, Editions du Septentrion, 2009, 240 p.

Avec les récits de ses expéditions menées de 1613 à 1618, Samuel de Champlain nous livre ici, en français moderne grâce à Éric Thierry, le premier grand témoignage européen sur les Algonquins et les Hurons. Il raconte sa remontée de la rivière des Outaouais, en 1613, à la recherche de l’Anglais Henry Hudson et de la «mer du Nord» qui devait permettre aux Français d’atteindre la Chine en contournant le continent nord-américain. À cette occasion, il évoque sa traversée du pays algonquin jusqu’au lac des Allumettes et sa confrontation avec le redoutable chef Tessouat. Champlain relate ensuite comment, en 1615, il a été obligé ­d’accompagner les Hurons à travers l’Ontario et l’État de New York pour combattre les Iroquois et de quelle façon ses alliés s’y sont pris pour le forcer à passer l’hiver en Huronie, au bord de la baie ­Georgienne. Il a alors eu le temps d’observer leurs «moeurs et façons de vivre», en particulier leur liberté sexuelle, leurs soins aux malades et leurs pratiques funéraires. Champlain ne fut pas seulement l’intrépide découvreur de l’Ontario. Il fut aussi un remarquable diplomate au milieu des Algonquins et des Hurons.

Samuel de Champlain, Au secours de l’Amérique française 1632, éd. par Eric Thierry, Québec, Editions du Septentrion, 2011, 696 p.Au secours de l'Amérique

Le 19 juillet 1629, Champlain et son fidèle compagnon François Gravé, sieur du Pont, signent l’acte de capitulation de Québec. Fait prisonnier par les frères Kirke, des corsaires anglais, Champlain est transféré à Londres, avant de rentrer en France. À Paris, il s’emploie à permettre la récupération de Québec et de l’Acadie, tombée entre les mains de l’Écossais William Alexander. Malheureusement pour Champlain, le roi Louis XIII ne tarde pas à le disgracier: on le soupçonne d’avoir facilité la chute de Québec.

Humilié, il se bat, la plume à la main, pour retrouver l’estime de son roi. Il rédige une histoire de ce que les Français ont entrepris en Amérique du Nord depuis Jacques Cartier et montre que, contrairement à ses prédécesseurs, il a, lui, réussi à y bâtir une Nouvelle-France, de 1603 à 1629. S’il a dû abandonner Québec aux Anglais, c’est parce que la cupidité des marchands huguenots l’a privé des moyens de faire prospérer la colonie française, et non parce qu’il a démérité.

Ce dernier grand livre de Champlain est paru en 1632. Grâce à Éric Thierry, il est désormais possible de le lire intégralement en français moderne et de découvrir, au fil de l’introduction et des notes, les dessous de la disgrâce du père de la Nouvelle-France. Champlain a été la victime de la volonté d’expansion de l’Angleterre de Charles Ier, mais il a aussi pâti des divisions de la France de Louis XIII, encore en proie aux guerres de religion, et des agissements de l’entourage du cardinal de Richelieu, désireux de lui faire payer chèrement ses affinités avec le parti des dévots.

Samuel de Champlain, Espion en Amérique, 1598-1603, Québec, Editions du Septentrion, 2013, 224 p.Espion en Amérique

En 1598, alors qu’il se trouvait en Espagne, Champlain a pu embarquer à bord de la flotte espagnole qui se rendait aux Indes occidentales. Durant deux ans, il a parcouru le bassin caraïbe, séjournant à Porto Rico, au Mexique et à Cuba. Puis, en 1603, il est revenu en Amérique, mais cette fois plus au nord: il a remonté le Saint-Laurent jusqu’aux rapides de Lachine. C’était son premier voyage au Québec.

Les récits laissés par Champlain de ces deux périples américains ont été réunis ici. Il s’agit du texte et des illustrations du manuscrit du Brief Discours qui est conservé à la Bibliothèque universitaire de Bologne et du texte, dépourvu d’illustrations, du Des Sauvages qui a été publié à Paris en 1603. Par le verbe et l’image, Champlain y décrit les contrées visitées, avec leurs habitants, leur faune et leur flore.

Éric Thierry ne s’est pas contenté de transcrire ces récits, en français moderne, et de les annoter. Pour pouvoir les présenter, il a aussi mené une surprenante enquête qui l’a conduit sur les traces de la jeunesse de Champlain. Du port de Brouage jusqu’à Tadoussac en passant par la Bretagne, Cadix, Veracruz et La Havane, il a été confronté à de nombreuses énigmes, mais il a réussi à découvrir comment le jeune Champlain est devenu un espion au service du roi de France Henri IV.

Mutations musicales entre Renaissance et Baroque

France 1600

Mutations musicales entre Renaissance et Baroque

Séminaire

Si en Italie l’année 1600 est symboliquement associée à l’émergence visible d’innovations musicales qui ont stimulé la musicologie, la situation politique en France, dans la période allant du règne d’Henri III (1574) à celui de Louis XIII (1643), a rendu plus floue la vision et l’analyse de la musique de part et d’autre de cette date charnière.

Le projet « France-1600 » propose de s’intéresser de front à des aspects significatifs de cette riche période souvent traitée de façon marginale par l’historiographie musicale.

Les cinq séances de la seconde saison de ce séminaire envisagé sur plusieurs années auront lieu entre février et juin 2015, à l’Université de Paris-Sorbonne (quatre séances) et à l’Université de Poitiers (une séance).

Organisation : Isabelle His (Univ. Poitiers), Catherine Deutsch (Univ. Paris-Sorbonne), Théodora Psychoyou (Univ. Paris-Sorbonne), Jeanice Brooks (Univ. Southampton).

Programme 2014-2015 (saison 2)

Séance 1 : vendredi 20 février 2015, Université Paris-Sorbonne, site Clignancourt, salle 416, 14h30-17h30
Mesure du temps, théorie modale et débuts de la basse continue en France autour de 1600
Avec Isabelle His, Théodora Psychoyou, Catherine Deutsch

Séance 2 : vendredi 20 mars 2015, Université de Paris-Sorbonne, site Clignancourt, salle 416, 14h30-17h30
Mutations éditoriales autour de 1600
Avec Laurent Guillo (IReMus), Nahéma Khattabi (Université de Poitiers)

Séance 3 : vendredi 29 mai 2015, Université de Paris-Sorbonne, site Clignancourt, salle 416, 14h30-17h30
Présences musicales françaises en Italie et italiennes en France autour de 1600
Avec Anne Piéjus (CNRS-IReMus), Jorge Morales (Universités de Paris-Sorbonne / La Sapienza di Roma)

Séance 4 : vendredi 5 juin 2014, Centre d’Études Supérieures Musique et Danse de Poitiers, 14h-17h
Autour de la partition du Balet comique de la Royne
En collaboration avec le CRR et le CESMD, et avec le soutien la MSHS de Poitiers
Avec Matthieu Lusson (CRR de Poitiers), Isabelle His (Université de Poitiers)

Séance 5 : vendredi 26 juin 2015, Université de Paris-Sorbonne, site Clignancourt, salle 416, 14h30-17h30
Textes et musiques spirituelles autour de 1600
Avec Bruno Petey-Girard (Université de Paris-Est-Créteil) et Melinda La Tour O’Brien (UCLA)

 

Contacts :

Isabelle His – isabelle.his@univ-poitiers.fr
Jeanice Brooks –  L.J.Brooks@soton.ac.uk
CatherineDeutsch –  catherine.deutsch@paris-sorbonne.fr
Théodora Psychoyou – theodora.psychoyou@paris-sorbonne.fr

Lieux du séminaire :
– Université de Paris-Sorbonne, site de Clignancourt, 2 rue Francis de Croisset, 75018 Paris
– Centre d’Études Supérieures Musique et Danse (CESMD), 10 rue de la Tête noire, 86000 Poitiers

Le tombeau de la paix

Une nouvelle histoire des tentatives de pacification
au temps des guerres de religion

Jérémie Foa vient de publier le résultat des recherches qu’il conduit depuis de nombreuses années sur les commissions d’application des édits de pacification qui ont mis fin aux trois premières guerres de religion. Dans ce livre, il enrichit et réactualise le texte de sa thèse.

Jérémie Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2015, 546 p.

Présentation de l’éditeur :Foa, Tombeau de la paix

Comment sortir d’une guerre civile? Et comment vivre alors avec l’ennemi de la veille, partager une même ville avec lui, habiter le même quartier, la même rue?

Ces questions d’actualité se posèrent avec une dramatique urgence au roi Charles IX et à sa mère Catherine de Médicis au début des guerres de Religion (1560-1572) et au cours des luttes fratricides qui opposèrent catholiques et protestants.

Ce livre propose de suivre pas à pas, dans les archives, les « commissaires des édits de pacification », ces hommes que la Couronne envoya chevaucher par tout le royaume, de ville en ville, pour tenter d’y restaurer la paix. Quel fut le sens d’une politique royale qui, tout en promouvant l’établissement de la coexistence pacifique entre les confessions, portait avec elle le triomphe du catholicisme et la ruine des espoirs protestants ?

Sommaire

Olivier Christin – Préface

Introduction
– Missions invisibles
– Guerres et paix dans l’histoire
– Du neuf sur Charles IX
– L’écume de la loi
– Pistes de recherche

 

Chapitre premier. L’invention des commissaires

I. Loyautés infidèles. La réception des édits de pacification
– La stratégie des « vieux petars »
– Contournements et détournements individuels
– « Il est impossible que desja ne le scaichiez par cueur »
– « Là où fut le principal empeschement » ? Les parlements et les édits de pacification
II. La maladie infantile du commissaire : les premiers édits de « tolérance »
– Commissaire ou barbarie
– Prototypes
– Un commentaire des Commentaires

 

Chapitre II. « Cet honeur qui venoit de jugement et non pas de fortune »

I. Choisir les commissaires
– Diplomatique
– Une femme sous influence
– « Son traité et sa paix ». Saint-Germain ou l’affranchissement monarchique
II. « Aucunement meslé de l’affaire de la relligion » : les qualités religieuses des commissaires du roi
– Parachever l’édit d’Amboise
– Des alliances « des deux coustés »
– Des hommes sans qualités
III. La noblesse des paix
– Les maréchaux de France et la paix d’Amboise
– La noblesse seconde au cœur de l’édit d’Amboise
– Saint-Germain ou le retour des gouverneurs

 

Chapitre III. Feuilles de route

I. La prise de la parole. Analyse d’un corpus de remontrances
– «Puisqu’à present il plaît à Sa Majesté oyr et entendre les plaintes»
– Les acteurs de la plainte
– La professionnalisation des plaintes
II. De quoi se plaint-on ? Symptomatologie d’une sortie de guerre
– Le prêche, bataille majeure des guerres de Religion
– La quincaillerie des troubles.
– La bataille des meubles perdus
– Les stigmates de la guerre.
– Déséquilibres financiers et désordres publics
– Le silence des absents

 

Chapitre IV. Retours au pays natal

I. « Avec cymbales pour louer le Seigneur » : le retour des ecclésiastiques
– Des retours imaginaires
– La procession, réparation céleste
– Tête haute ou messe-basse ?
II. « Qui sont ces troupes de gens que l’on void à la prairie ? » L’impossible retour protestant
– Une entrée sous bonne escorte
– Comment reconnaître un Mâconnais ?
– L’estat et le mestier : le retour du social
III. Un retour amputé : le déficit de solennité des réintégrations huguenotes
– Réhabilitations
– Le serment de réception : marque d’honneur ou d’infamie ?

 

Chapitre V. Biens des troubles et troubles du bien

I. « Sunt lacrimae rerum ». Le droit des meubles au temps des guerres de Religion
– Petits meubles entre amis
– Les « curieux recharcheux de choses »
II. Trois requêtes huguenotes. La restitution mobilière comme grâce
– Le laboureur et ses enfants
– Arles, 1564
– Le vin de François Porchier
– Mâcon, 1571
– La solitude d’Étienne Ferrières
– Toulouse, 1564
III. Le « Thrésor » des églises
– La rétrocession sélective des meubles ecclésiastiques
– Les objets sacrés dans l’économie des restitutions
– La plainte comme compétence cléricale
L’usage des ruines
IV. Les « achapteurs de bonne foy » des immeubles huguenots
– Fisc ou confiscation ? Rendre leurs maisons aux huguenots toulousains
– La controverse immobilière

 

Chapitre VI. Le nerf de la guerre. armes et finances municipales en lendemain de guerre

I. La « désespérade » des huguenots. L’inégal démantèlement des villes
– Démobiliser
– Citadelles
II. « Puisque les armes trottent… ». Désarmer les civils
– Armes nobles et ignobles
– Les seuils de l’urbanité
– Municipalisation ou étatisation des armes ?
– Les choses de la paix
– La guerre des deux robes
III. Régler la dette ou faire la paix ?
– Le détournement des commissaires
– Les financiers de Saint-Germain
– Punir ou pardonner les malversations financières ?
– Le cas Monluc
IV. Solidarité budgétaire ou effacement de l’ardoise ? La politisation des affaires financières
– Les contradictions de la réconciliation financière
– La guerre des marchands
– Faire compte à part

 

Chapitre VII. les promesses de l’hotel de ville. l’espace du politique

I. Une curieuse oubliance
– Les horizons croisés de l’oubli
– Troubles de la mémoire et mémoire des Troubles
– Topiques de l’oubli
II. Serments du pouvoir et pouvoirs du serment
– Vivre ensemble
– Tenir parole
III. L’invention du pluralisme
– Politique des minorités
– Assister au conseil
– L’autonomisation partielle du politique
IV. La mutation des ressources légitimes de la vie politique
– Régression confessionnalisante…
– …ou modalité pertinente de construction du consensus ?
– Les dispositifs d’indétermination religieuse de l’action publique

 

Chapitre VIII. « Ilz mirent jesus christ aux fauxbourgs ». une politique de l’espace

I. Théologie de l’espace ou sociologie de la domination ?
– La vie sans l’autre. La domestication des prières huguenotes
– Exiler le prêche
– Le pouvoir sur l’espace
– L’incorporation des appartenances par la distance
II. La bataille du prêche
– Témoigner de la « vieille motte de terre »
– L’impossible fatalité des normes
– Objectivation ou personnalisation ?
– Portrait du commissaire en marinier
– Les prêches en cachette
III. La disparition
– Cacher ce temple
– « Separez après leur mort de ceux avec lesquelz ilz ont vescu »
IV. La domestication du protestantisme
– Débordements
– La maçonnerie de la coexistence
– Jours de fête
– La contribution des guerres de Religion à la naissance du Public et du Privé

 

Chapitre IX. Paradoxe sur le commissaire. L’institutionnalisation des agents de la paix

I. « Il fauldra estre plus de six moys en chacune seneschaussée »
– Sédentariser les commissaires
– La troisième guerre civile. L’exportation du commissaire sédentaire
II. Heurs et malheurs de l’enracinement
– L’invention du surintendant
– Le simple corps du commissaire
– La corde au col
III. La nationalisation des commissaires (1570-1572)
– L’institutionnalisation des commissaires. La conférence de Blois et le parachèvement de l’édit de Saint-Germain (octobre 1571)
– La fin des commissaires. Trois hommes et la Saint-Barthélemy

 

Six lettres inédites de Henri IV – 1591-1596

Logo Société HIVNous publions ici le texte annoté de 6 lettres inédites écrites par Henri IV entre 1591 et 1596 dans le contexte des événements politiques et militaires en relation avec le reconquête du royaume contre les ligueurs.

Ces lettres ont été découvertes par Bernard Michelin dans les archives municipales de Pont-Audemer, une localité à laquelle il a consacré sa thèse ( Pont-Audemer, une petite ville de Normandie à la Renaissance. 14771551, Thèse de doctorat (histoire), Université de Paris 4 – Sorbonne, 2005).

L’édition qu’il en donne ici a été publiée une première dans La Lettre de la Société Henri IV, n°14 (2006). Elle peut être téléchargée ci-dessous.

Six lettres inédites de Henri IV – 1591-1596

Fastes à la cour de Lorraine

Exposition ChantillyCostumes de Bellange et de Berain

Du 13 mai au 13 août 2015
Galerie de Psyché du château de Chantilly

Cette exposition présente pour la première fois au public le précieux contenu d’un portefeuille acquis en 1854 par le duc d’Aumale, aujourd’hui conservé au musée Condé de Chantilly.

Il s’agit de 23 dessins exceptionnels de Jacques Bellange (v. 1575-1616), liés aux fêtes lorraines du mariage d’Henri de Bar avec Marguerite de Gonzague (1606), et d’une série de 34 estampes au trait de Jean Berain (1640-1711), avec rehauts d’aquarelle, d’or et d’argent, qui évoquent magnifiquement les fastes des cours de Lorraine et de France du début à la fin du XVIIe siècle.

Le catalogue de l’exposition par Paulette Choné, professeur émérite à l’Université de Bourgogne, et Jérôme de La Gorce, directeur de recherches au CNRS, est publié aux Éditions Monelle Hayot.

Michel de L’Hospital face à la violence

Michel-HospitalLe 16 mars 2015, Loris Petris, professeur à l’Université de Neuchâtel, spécialiste de littérature politique à la Renaissance et auteur de deux beaux ouvrages sur Michel de L’Hospital, donnera une conférence au CESR de Tours.

 

 

 

« Le cousteau vault peu contre l’esprit ».
 Michel de L’Hospital face à la violence

Tours, Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, salle Rapin.
16 mars 2015 à 17h15.

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France