Paru : La Lettre de la Société Henri IV n°31

La Lettre de la Société Henri IV (n°31 juillet 2015) est parue.

Elle est essentiellement consacrée à la numismatique de l’année 1610, une année riche en événements dans le royaume de France et qui vit Louis XIII succéder à Henri IV. Après avoir fait la description de la politique monétaire et des types de monnaies émis cette année-là (Lettre de la Société Henri IV n°21 et n°22 ), l’auteur, Xavier Pébay porte dans ce nouvel article un éclairage passionnant sur les jetons de 1610.  Qu’elles émanent de villes (Dijon, Tours, Metz), de membres de la noblesse (Charles de Gonzague, duc de Nevers ou Roger de Saint-Lary, duc de Bellegarde), du clergé ou d’administrations royales, ces petites pièces, malgré leur modestie, présentent un grand intérêt de par leur symbolique, à travers les devises et l’iconographie retenues. L’article, d’une trentaine de pages, propose une analyse numismatique précise et une mise en perspective historique de ces objets méconnus. La dernière partie de ce panorama numismatique de l’année 1610 en quatre volets sera consacrée aux jetons royaux et publiée dans la Lettre n°32. Outre l’article, vous trouverez les compte-rendus d’activité et les projets de la Société pour les années à venir.

Télécharger le sommaire de la Lettre de la Société Henri IV n°31

La Lettre de la Société Henri IV (2 parutions par an) est adressée à tous les adhérents de l’association à jour de leurs cotisations. Elle peut être acquise au numéro ou pour un ensemble de numéros.

Conférence d’Anne-Marie Cocula. Nérac 21 octobre 2015

En ouverture du colloque international Marguerite de Valois 1615-2015 organisé à Nérac les 21, 22 et 23 octobre 2015, l’historienne Anne-Marie Cocula-Vaillières, professeur émérite à l’Université de Bordeaux-Montaigne, donnera une conférence : 1585, Marguerite de Valois et Agen. Une ville pour un royaume ?

La conférence aura lieu le mercredi 21 octobre, au château de Nérac, salle des écuyers à 17h30. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Télécharger le résumé de la conférence

Présentation d’Anne-Marie Cocula-Vaillières
Après une thèse de doctorat d’État consacrée aux gens de la rivière de Dordogne aux XVIIIe et XIXe siècles, Anne-Marie Cocula a mené des recherches sur l’histoire sociale, économique et religieuse du XVIe siècle, principalement dans l’Aquitaine actuelle, en publiant des ouvrages sur l’histoire des villes, Bordeaux et Périgueux, et en s’attachant à de grands auteurs contemporains de cette période où la province de Guyenne joue un rôle essentiel dans l’histoire politique du royaume. Parmi eux, Brantôme, Montaigne et La Boétie auxquels elle a consacré des biographies profondément ancrées dans la chronologie, la géographie et l’actualité de leur temps. Elle achève actuellement un ouvrage sur La Boétie et le Discours de la Servitude volontaire.

Congrès des hautbois – concert « Les hautbois d’Henri IV » à Pau 24 octobre 2015

Le samedi 24 octobre 2015 à 15 h., le musée national et domaine du château de Pau accueille l’ensemble « Les Hautbois d’Henri IV » pour un concert intitulé Musiques du temps d’Henry IV.

Ce concert s’inscrit dans le cadre du 16e Congrès de l’Association Française du Hautbois, organisé sous le titre « Le Hautbois dans tous ses états – De la Renaissance au Jazz… ».

L’ensemble « Les Hautbois d’Henri IV » est la reconstitution d’une « bande de hautbois » comme celles qui, à la fin du XVIe siècle, en France et partout en Europe, animaient les cérémonies officielles, les bals, les fêtes de villages ou faisaient résonner les voûtes des églises des sonorités colorées de leurs hauts instruments.

Constituée de musiciens professionnels, la bande de hautbois, cornets et sacqueboutes était employée pour accompagner les événements de la vie du roi, mariages, sacres, offices religieux, mais aussi pour divertir les convives par des chansons légères et des fantaisies instrumentales.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles et uniquement sur réservation au 06 86 94 59 96 ou virginie.arbouin@culture.gouv.fr

Pour plus d’information sur l’ensemble des « Hautbois d’Henri IV »: http://hh4.free.fr

Colloque Marguerite de Valois (1615-2015)

A l’occasion du 400ème l’anniversaire de la mort de Marguerite de Valois, la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac organisent un colloque international au château de Nérac, les 21, 22 et 23 octobre 2015.

Dernière fille de Catherine de Médicis et d’Henri II, celle qui fut brièvement « reine de France et de Navarre » n’a guère laissé indifférents ses contemporains, ni plus tard historiens, auteurs dramatiques,  écrivains – dont Alexandre Dumas père qui devait à jamais  la transformer en « Reine Margot » –  et jusqu’aux cinéastes.

Placée au coeur des conflits de la seconde moitié du XVIe siècle, cette sœur des trois derniers Valois, catholique mariée au protestant Henri de Navarre, futur Henri IV,  joua un rôle politique non négligeable en des temps troublés.

Elle fut aussi une lettrée, qui tint à Paris une cour de savants et d’écrivains dans les premières années du XVIIe siècle, et dont les Mémoires, parus après sa mort en 1628, connurent un succès jamais démenti.

Le colloque se tiendra à Nérac, salle des écuyers, au pied du château où Marguerite de Valois séjourna pendant plusieurs années, avec Henri de Navarre, à partir de l’automne 1579. Une quinzaine d’intervenants évoqueront l’oeuvre littéraire de Marguerite de Valois, sa place  dans le monde intellectuel des XVIe-début XVIIe siècles et l’image de la reine transmise par la postérité. En ouverture, Mme Anne-Marie Cocula donnera une conférence consacrée à la présence de Marguerite de Valois à Agen pendant l’été 1585 : « Une ville pour un royaume ? »

L’entrée est libre et gratuite.

Télécharger le programme du colloque Marguerite de Valois

Télécharger les résumés des communications

Une lettre d’Odet de la Noue à Catherine de Bourbon (1600)

Nous publions ici le texte commenté d’une lettre inédite adressée le 9 décembre 1600 par Odet de La Noue à Catherine de Navarre, soeur unique du roi Henri IV, devenue par mariage duchesse de Bar en 1599.

Cet article a été publié dans La Lettre de la Société Henri IV, n°18 (juillet 2008) par Bernard Barbiche et Marie-Hélène Grintchenko. Il peut être téléchargé ci-dessous.

Lettre_Odet_de_La_Noue

Excommunication et absolution

Nouvelles recherches à propos des relations tumultueuses
d’Henri IV avec la papauté

 

Les recherches conduites très récemment par deux doctorants en histoire moderne contribuent à renouveler notre connaissance des relations complexes entretenues par Henri IV avec la papauté.

Benoît Schmitz, dans la thèse qu’il a consacrée au Pouvoir des clefs au XVIe siècle, s’est tout particulièrement attardé sur l’intervention des papes durant la huitième et dernière guerre de religion, de l’excommunication d’Henri de Navarre et d’Henri de Condé par Sixte Quint en 1585, à l’absolution d’Henri IV par Clément VIII en 1595. Il analyse notamment le combat polémique qui s’est développé autour de l’excommunication privatoire de 1585, en prenant en compte les ouvrages réformés, tels que le Brutum Fulmen de François Hotman ou la Censura orthodoxa de Théophile de Banos, mais aussi des écrits gallicans, comme ceux de Pierre de Belloy, avant d’envisager la réaction pontificale à cette vive contestation de l’intervention du Saint-Siège dans les affaires temporelles du royaume (Responsio de Bellarmin).

Lana Martysheva, qui consacre sa thèse en cours à la légitimation du pouvoir d’Henri IV par les prélats français, vient de publier un article dans lequel elle analyse la réaction à l’absolution pontificale de 1595 à travers les sources iconographiques contemporaines de l’événement. L’étude attentive d’un corpus soigneusement sélectionné d’œuvres réalisées par des artistes traduisant soit un point de vue « royaliste » soit un point de vue « romain » permettent de mettre en lumière les différentes interprétations de l’événement qui glorifient alternativement le roi de France et la grandeur de la papauté. Le point d’orgue de l’étude est l’analyse de la colonne commémorative de l’absolution dressée à Rome en 1596, et la mise en regard des diverses interprétations suscitées par ce monument énigmatique et controversé.

Références :

Lana Martysheva, « Représenter un événement. L’abolution romaine d’Henri IV (1595) », Revue Mabillon, tome 25 (2014), p. 231-264.

Benoît Schmitz, Le pouvoir des clefs au XVIe siècle. La suprématie pontificale et son exercice face aux contestations religieuses et politiques, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2013.

Benoît Schmitz, « Le pouvoir du pape sur les royaumes : la controverse imprimée entre catholiques romains et catholiques gallicans à propos des bulles de 1585, 1589 et 1591 », dans Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles, sous la direction de Gigliola Fragnito et Alain Tallon, Collection de l’École française de Rome n° 508, Open Editions, 2015. Cet article peut être lu ici.

 

Métaphores aquatiques et pouvoir royal

Dénes Harai, Le pouvoir au fil de l’eau. Usages politiques des images aquatiques en France (1594-1715), Paris, Les Indes savantes, 2015, 190 p.

Récurrentes dans les discours des hommes et femmes politiques de nos jours, les images aquatiques ont une longue histoire inégalement explorée. Alors que la place de l’eau dans les représentations politiques de l’Antiquité et du Moyen Âge est assez bien connue, elle ne l’est guère en ce qui concerne l’époque moderne. Ce livre entend contribuer à combler cette lacune historiographique en analysant les usages que le pouvoir royal (Henri IV, Louis XIII, Louis XIV), le pouvoir ministériel (Richelieu, Mazarin) et le pouvoir nobiliaire (Fronde) faisaient du milieu aqueux, entre 1594 (sacre d’Henri IV) et 1715 (décès de Louis XIV), pour passer leurs messages politiques.

Les puissants de ce long XVIIe siècle n’inventaient pas cette pratique, mais ils la cultivaient assez fréquemment et très subtilement. Douce ou salée, mesurable ou infinie, calme ou déchaînée, l’eau était un élément naturel extrêmement propice à la mise en scène de la glorification du gouvernement royal de la France aussi bien en temps de prospérité qu’en temps de crise.

Entre l’époque des guerres de religion et celle des Lumières, la France baroque vit la naissance d’une flotte redoutable, l’expansion coloniale, la création des compagnies commerciales maritimes, l’agrandissement des ports et la construction de grands canaux : autant d’entreprises d’un État en voie de renforcement qui légua à la postérité des sources variées et abondantes. Peintures, gravures, médailles, sculptures, poèmes et décors des entrées royales nous invitent ainsi à une plongée au cœur des images aquatiques dessinées autour de la nef de la France, symbole d’une communauté qui est, aujourd’hui, celle de la République, après avoir été, hier, celle de la Royauté.

Membre et administrateur de la Société Henri IV, docteur en histoire de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Dénes Harai est chercheur associé à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066, École Normale Supérieure-CNRS-Université Paris 1) et chargé de l’aide au montage des projets de recherche à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Il est l’auteur de plusieurs livres et articles consacrés à l’histoire politique française et hongroise des XVIe et XVIIe siècles.

TABLE DES MATIERES
PRÉFACE
INTRODUCTION
CHAPITRE 1 : L’ÉCRITURE DE LA BIOGRAPHIE AQUATIQUE D’HENRI IV (1594-1610)
Les deux dauphins du règne d’Henri IV
Une majesté née au milieu des flots
Navigation d’un roi de guerre et de paix
Les chantiers d’un « désirable port »
Le roi-pilote de la France
Une majesté à l’épreuve du naufrage
L’eau « meurtrière »
L’eau tournée en sang et l’eau ensanglantée
L’« Océan des soupirs »

CHAPITRE 2 : LOUIS, « CE BEAU PRINCE DAUPHIN » (1601-1617)
Une naissance et un baptême aquatiques (1601)
Une pédagogie puisée dans l’eau (1609)
La fontaine, lieu et outil de l’apprentissage de la force (1604-1609)
Dauphin à bord : la nef de la régence (1610-1617)

CHAPITRE 3 : RICHELIEU SUR LA MER (1608-1642)
Le radeau des âmes (1608-1624)
D’un navire à l’autre : la métamorphose du pilote (1624-1628)
La concurrence du pilote et du patron (1629-1638)
Les dernières encablures d’un « très digne pilote » (1638-1642)
La digue monumentale, le monument de la digue

CHAPITRE 4 : LOUIS, DAUPHIN DIEUDONNÉ (1638-1648)
Le miracle aquatique
Le triomphe de la Seine
Un Dauphin de paix avec des rêves de croisade

CHAPITRE 5 : LA NEF DE PARIS PENDANT LA FRONDE (1649-1652)
La nef royaliste des frondeurs (1649) 102
Le retour du pilote (1649) et la défection des mariniers (1651-1652)
La nef absolutiste de Mazarin (1651-1652)

CHAPITRE 6 : LOUIS XIV : « LE SOLEIL DANS L’EAU » (1653-1715)
L’hommage de la Seine au cavalier solaire (1653)
Louis, « maître légitime de la Mer » (1664-1668)
Le « fameux » passage du Rhin (1672)
Les canaux de la gloire (1662-1687)
Le grand canal de Versailles
Le canal des Deux Mers
Le Grand Dauphin de la croisade rhétorique (1661-1690)
La Cour des poissons (1701)

CONCLUSION
PLANCHES
SOURCES
BIBLIOGRAPHIE
INDEX

La maison de Navarre à Tours

Le 18 décembre 2014 au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François Rabelais – Tours a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat d’histoire de l’université François-Rabelais de Tours, préparée au CESR, sous la direction du professeur Gérald Chaix par Claire Barker Harai sur Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du seizième siècle

La thèse de Claire Barker Haraï porte sur les serviteurs de la maison de Navarre mentionnés dans les minutes des notaires de Tours entre 1548 et 1590, soit du mariage de Jeanne d’Albret avec Antoine de Bourbon à l’accession d’Henri de Navarre au trône de France, qui voit disparaître le nom de Navarre des actes. Elle s’inscrit à la suite de deux mémoires de première et de seconde années de master soutenus à Tours en 2006 et 2007, portant sur Adam de Longuemort (1578-1590), valet de chambre et apothicaire, et une première analyse du réseau navarrais de 1564 à 1586, à partir des minutes du notaire Pierre Digoys. Elle repose sur un travail de dépouillement de cent quatre-vingt-quatre liasses provenant de treize études, la consultation de 9 404 actes et l’analyse minutieuse de 369 d’entre eux qui ont permis de dégager un corpus de 106 personnes, se déclinant en dix-neuf périphériques, quatre-vingts appartenant à un groupe médian et sept constituant l’élite, appelée le « cœur du milieu navarrais ». Cette documentation notariale a pu être complétée par les registres de comptes de la maison de Navarre déposés dans la série B des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

La thèse s’organise en trois parties reprenant la démarche chronologique d’une recherche très méthodique : un dictionnaire, une étude globale, un approfondissement sur un groupe clé bien identifié. Elle est complétée d’annexes présentant l’essentiel des documents de travail sous la forme d’un corpus de résumés ou de retranscriptions, par études et par ordre chronologique d’une très grande richesse.

La première partie consiste en un dictionnaire des 106 personnes étudiées sous le titre de  » Notice des Navarrais à Tours » qui récapitule sous le nom de chacun, l’ensemble de leurs mentions dans les minutes notariales complétées par quelques références bibliographiques.
La seconde partie intitulée « Le milieu navarrais à Tours » s’applique à la description non pas d’un réseau mais de l’ensemble large des 106 serviteurs de la cour de Navarre, tant au niveau de la vie courante que des aspects beaucoup plus stratégiques. L’étude minutieuse de la mention simultanée de plusieurs membres de ce milieu « navarrais » (82%) dans des actes notariés qui concernent en grande partie leurs affaires familiales, a permis de faire ressortir un phénomène qualifié d’ »interaction ». L’approche chronologique souligne deux périodes de plus forte présence et donc d’intérêt important de la maison de Navarre porté aux affaires de France, en 1566 et 1571-1573 en lien avec la politique de Jeanne d’Albret, puis 1582-1590 avec l’émergence de la figure d’Henri de Navarre qui précède son accession au trône de France, mais aussi les démêlés pour le recouvrement de la dot de Marguerite de Valois. Cette partie se termine sur une très intéressante approche géographique du groupe dont les membres résident essentiellement dans deux des paroisses de la ville, ce qui permet de préciser plus encore son insertion concrète au sein de l’espace urbain, dans un véritable quartier « navarrais ». La troisième et dernière partie s’attache à l’étude d’un groupe plus restreint de sept personnes, qui ont joué un rôle déterminant auprès des souverains et forment le « cœur du milieu navarrais ». Claire Barker Haraï fait ressortir les liens de parenté étroits qui unissent ces serviteurs de confiance de la couronne de Navarre, contribuant fortement à leur ascension sociale.

Grâce à un dépouillement acharné et une analyse minutieuse d’archives notariales, documentation foisonnante et de lecture difficile, Claire Barker Haraï lève le voile sur un sujet jusqu’alors ignoré qui vient réactualiser les connaissances relatives à la chancellerie de Navarre et ses officiers, dans un contexte géographique inattendu ; elle livre aux historiens à venir un instrument de travail constitué par le corpus très riche de ses analyses des sources qui ne manquera pas de donner matière, au-delà de cette thèse, à de multiples approfondissements.

Philippe Chareyre
Extraits du compte-rendu publié dans
La Lettre de la Société Henri IV n°30 (décembre 2014)

La bibliothèque du château de Pau rouvre aux chercheurs

Au Musée national et domaine du château de Pau, le Centre de recherche et de documentation Jacques  de Laprade a rouvert ses portes aux chercheurs, le 1er février 2015, après plusieurs années de fermeture.

Conservateur du Musée national du château de Pau de 1946 à 1974, Jacques de Laprade fut le véritable créateur des fonds anciens et de la bibliothèque du château de Pau. C’est pour rendre hommage à ce travail considérable que ce service du musée, désormais ouvert aux étudiants et aux chercheurs, a été baptisé « Centre Jacques de Laprade » et poursuit sous cette appellation, son rôle de coopération avec le monde universitaire et scientifique.

Livres, œuvres graphiques, photographies anciennes, manuscrits, monnaies et médailles, constituent un ensemble patrimonial renvoyant directement au règne d’Henri IV, à son souvenir et à sa légende. La documentation rassemblant les dossiers d’œuvres, ainsi que les Archives du Palais et Musée national de 1830 à nos jours, complètent ce fonds et offrent au chercheur un outil irremplaçable pour la connaissance des collections du musée.

Bibliothèque d’études : le fonds d’ouvrages modernes est destiné à la recherche scientifique des personnels du musée, des chercheurs et des étudiants. Il est spécialisé dans l’histoire de France et d’Europe (période de Gaston Fébus, XVIe-début XVIIe, XIXe siècles), l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge au XIXe siècle, et dans le domaine des arts décoratifs. Cette bibliothèque d’étude est régulièrement enrichie de toutes les parutions en relation avec la thématique henricienne et les collections du musée national.
Les bibliographies et les ouvrages de référence disponibles en salle de lecture couvrent également ces axes de recherche.
Une importante collection de catalogues d’exposition ainsi que des catalogues de ventes publiques est également consultable.

Réserve : le fonds ancien est principalement composé d’ouvrages de la littérature de propagande ou d’opinion contemporains des guerres de religion et du règne d’Henri IV (rares libelles et pamphlets, descriptions d’entrées royales, plaquettes imprimées à l’occasion d’événements marquants). Une place importante est faite également aux œuvres fondatrices de la légende d’Henri IV et aux innombrables hommages faits à ce personnage à la popularité tenace (Henriade de Voltaire, Mémoires de Sully).
D’autres ouvrages évoquent les liens unissant différents personnages au château de Pau (Marguerite de Navarre et les éditions originales de ses textes, Catherine de Bourbon, la famille de Gramont, etc.) ou traitent des divers domaines de la connaissance utiles à l’exercice du pouvoir sous l’Ancien Régime (Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres, traités de cavalerie et de fortifications par exemple).

P.2014-4-1w

Manuscrits et autographes : si le fleuron de la collection de manuscrits du musée national est sans conteste un exemplaire du Livre de chasse de Gaston Fébus datant du tout début du XVe siècle, le fonds, actuellement composé de plus de 530 manuscrits et autographes des XVIe et XVIIe siècles, comprend surtout des pièces en relation directe avec Henri IV et l’histoire des guerres de religion et continue à s’enrichir chaque année.

Img0238

Périodiques : plus de 110 titres, dont certains du XIXe siècle, couvrent les domaines liés aux arts (beaux-arts et arts décoratifs, patrimoine architectural, musées de France, bibliophilie, ventes publiques) et à l’histoire (le XVIe siècle, la Renaissance, le Protestantisme, l’histoire locale).

Cabinet d’arts graphiques : plus de 5000 estampes (XVIe-XXe siècles) et de 400 dessins (XVIIe-XXe siècles), dont une grande partie de portraits d’Henri IV et de ses contemporains, de scènes de son règne, du temps des guerres de religion…

Conditions d’accès
L’inscription est gratuite, sur demande motivée à adresser par téléphone, courrier ou courriel à l’adresse suivante :

Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade
Musée national et domaine du château de Pau
2, rue du château
64000 PAU
Tél. +33 (0)5 59 82 38 00 – Téléc. +33 (0)5 59 82 38 18
Courriel : centre-recherche.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Conditions de consultation
reglement_interieur_de_la_bibliotheque

« Traits portraits » – Iconographie d’Henri IV

Henri IV s’affiche sur PIRENEAS, portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes (BNRP) qui regroupe des documents patrimoniaux essentiellement iconographiques relatifs à l’histoire de Pau et du Béarn, au pyrénéisme et plus largement aux Pyrénées du XVIIIe siècle à nos jours.

Traits portraits. Comment l’iconographie véhicule la légende au cours des siècles. C’est sous ce titre qu’une exposition virtuelle y est présentée sur l’image de ce roi, à travers les riches fonds de la médiathèque intercommunale de Pau-Pyrénées.
Cette institution conserve en effet un important ensemble iconographique concernant Henri IV.  Au cours de l’année 2010, au plus fort des commémorations de la mort du roi, des portraits historiques d’Henri IV, des représentations de scènes et événements de la période de son règne ainsi que des portraits de personnages historiques ayant un lien avec le Béarn – firent leur entrée dans ses collections, grâce à l’acquisition du fonds Caula.

Adolphe Caula (Paris 1909 – Pau 2001), médecin légiste, était passionné par tout ce qui concernait le Béarn et les Pyrénées. Il fut fondateur et président de « Lou cèu de Pau » puis secrétaire perpétuel de l’Académie de Béarn. Particulièrement attiré par ce qui touchait à l’iconographie, Adolphe Caula compléta les collections d’estampes de Vastin Lespy dont il avait acheté la bibliothèque, composant des ensembles thématiques tout à fait exceptionnels dont un « Dossier Henri IV » riche de plus de 200 pièces.
C’est une partie de cette collection qui est présentée dans cette exposition virtuelle. La particularité et l’originalité du fonds Caula vient du fil conducteur choisi par l’érudit : rester au plus près des grandes dates de l’histoire, montrer l’époque d’Henri IV, rechercher les gravures relatant le règne du roi ou le représentant.

Essentiellement composée d’estampes du XIXe siècle légendées et commentées par Danièle Thomas, auteur de Iconographie d’Henri IV dans les ouvrages imprimés de 1589 à 1914, l’exposition se décline autour de trois axes :

  • Les Portraits d’Henri IV
    Henri III de Navarre
    Henri IV de France, le roi
    Les personnages-clés
  • Scènes de la vie d’Henri IV
    Sous les derniers Valois
    Le temps du règne
    L’Assassinat
  • Popularité et légende
    Le Vert-Galant
    Le père de famille
    Entre réalité et mythe

Pour voir l’exposition, cliquer sur le lien : http://henri-iv.pireneas.fr/

 

Hommage à Myriam Yardeni

Myriam Yardeni, professeur émérite à l’Université de Haïfa, s’est éteinte le 8 mai 2015. Arlette Jouanna lui rend hommage.

C’est une grande historienne de la pensée religieuse et politique qui vient de s’éteindre. Du fait de ses origines et de son histoire personnelle, Myriam Yardeni, née à Temesvar (Timisoara) et installée en Israël depuis 1950, avait développé une sensibilité particulièrement aiguë aux facteurs qui fondent la cohésion nationale au sein de peuples religieusement divisés. Cette disposition devait tout naturellement l’amener à s’intéresser aux affrontements confessionnels entre protestants et catholiques dans la France du XVIe siècle et à la légalisation progressive d’une tolérance civile partielle au cours des féroces guerres de Religion. Pendant deux ans (1961-1963), elle a préparé à la Sorbonne une thèse d’université sur ce sujet sous la direction de Roland Mousnier, dont elle a suivi assidûment le séminaire ; deux ans pendant lesquels on pouvait la voir arriver chaque jour à la Bibliothèque Nationale, dès l’ouverture des portes, et se plonger avec enthousiasme dans une masse d’opuscules et de traités peu ou mal connus. C’est le livre issu de ce travail acharné (La Conscience nationale en France, Paris/Louvain, Publications de la Sorbonne/Nauwelaerts, 1971) qui allait la faire connaître en France. Ce que Vittorio de Caprariis avait commencé pour la période antérieure à 1572, dans Propaganda e pensiero politico in Francia durante le guerre di religione. I. 1559-1572, Naples, Edizione Scientifiche Italiane, 1959, Myriam Yardeni l’accomplissait en poursuivant l’entreprise jusqu’aux débuts difficiles du règne d’Henri IV. Les lecteurs français découvraient ainsi, grâce à l’abondance des citations et à la perspicacité des analyses, la richesse de textes véritablement fondateurs de la réflexion politique et spirituelle des Temps Modernes. En sondant leurs motivations complexes, Myriam Yardeni avait l’audace d’aborder de front la délicate question du sentiment national, de l’identité française et de ses rapports avec le fait religieux, qu’elle n’allait cesser ensuite d’approfondir dans une série d’articles, rassemblés en 2005 en un volume : Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Devenue professeur à l’université de Haïfa, elle y a fondé un Institut d’histoire et de civilisation française. Elle a joué un rôle capital dans l’établissement de liens entre les chercheurs israéliens et français, grâce aux colloques qu’elle organisait et à l’enseignement qu’elle venait dispenser en France, à l’invitation du CNRS, de l’EPHE ou encore de l’université Bordeaux III. Elle poursuivait parallèlement ses recherches sur le devenir des protestants, avec une grande étude sur le Refuge huguenot, qui a donné lieu à une première publication aux Presses Universitaires de France en 1985 et à une seconde en 2002 chez H. Champion. Au cours de ses dépouillements, la fréquence des allusions aux juifs l’avait frappée ; elle les enregistra sur des fiches patiemment constituées qui finirent par former un corpus significatif, matériau de choix pour une quinzaine d’articles regroupés dans Anti-Jewish Mentalities in Early Modern Europe, Lanham, New York, Londres, University Press of America, 1990. Le cas particulier de l’attitude des protestants envers les juifs ne pouvait manquer d’attirer son attention : elle l’examina dans un maître livre, publié d’abord en hébreu à Jérusalem en 1990 puis traduit en français en 2008 (Huguenots et juifs, Paris, H. Champion, 2008). La conception qu’avaient de l’histoire les principaux penseurs protestants a fait l’objet de nombre de ses articles, réunis dans un recueil intitulé Repenser l’histoire. Aspects de l’historiographie huguenote, des guerres de Religion à la Révolution (Paris, H. Champion, 2002). Signalons aussi le petit livre stimulant paru en 1980 sous le titre Utopie et révolte sous Louis XIV. Elle continuait encore à travailler sur « les monarchomaques de la Saint-Barthélemy », projet qu’elle n’aura pas eu le temps de mener à bien.

Le retentissement international de ses travaux peut se mesurer au nombre et à la qualité des historiens, des philosophes et des littéraires qu’elle réussissait à attirer autour des thèmes qui lui étaient chers. Quatre volumes d’actes de colloques organisés par elle à l’université de Haïfa en témoignent : Les Juifs dans l’histoire de France, Leiden, Brill, 1980 ; Modernité et non-conformisme en France à travers les âges, Leiden, Brill, 1983 ; Idéologie et propagande en France, Paris, Picard, 1987 ; en co-direction avec Ilana Zinguer, Les deux Réformes chrétiennes: propagation et diffusion, Leiden, Brill, 2004. En 2002 un volume de Mélanges lui a été dédié, sous la direction d’Ouzi Elyada et de Jacques Le Brun : Conflits politiques, controverses religieuses. Essais d’histoire européenne aux 16e-18e siècles, Paris, Éditions de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 2002.

Myriam Yardeni attirait l’admiration par sa personnalité chaleureuse, par la passion qu’elle mettait dans tout ce qu’elle entreprenait, par la redoutable combativité qu’elle déployait dans les discussions scientifiques, par le courage, enfin, avec lequel elle surmontait ses difficultés de locomotion. C’était une chercheuse opiniâtre et méthodique, douée de surcroît de cette « baraka » des fureteurs qui leur fait découvrir par hasard des trésors ignorés et qu’elle se plaisait à appeler la « sérenpidité ». On aura une idée du bonheur qu’elle y a trouvé en lisant un passage de l’esquisse d’« ego-histoire » qu’elle a donnée à la revue Diasporas. Histoire et sociétés, n° 13 (2008), p. 70-74, passage consacré à l’année sabbatique dont elle a bénéficié en 1981-1982 et au cours de laquelle elle a expérimenté l’extraordinaire solidarité des passionnés d’archives : « Ce fut une année sabbatique enchantée, toute de travail forcené. Une année qui m’a fait découvrir un monde de descendants lointains de la République des Lettres : celui de quelques historiens et érudits ou tout simplement des « curieux » d’histoire locale qui gravitaient autour de l’histoire du Refuge et qui me recevaient comme l’une des leurs. Le pasteur de la Reformierte Kirche d’Erlangen qui partait en Afrique de Sud mais qui, avant son départ, donna l’ordre d’ouvrir et de chauffer l’église afin que je puisse lire tranquillement les délibérations du Consistoire.  Le pasteur Henri Simon, qui a ouvert pour moi chaque matin l’église de Soho Square, où l’on gardait encore à l’époque tous les livres des délibérations de toutes les autres Églises et des consistoires de Londres et où se trouvait également une formidable bibliothèque de quelque 4000 livres non catalogués. Pendant huit à dix heures, je pouvais lire ce que je voulais.  Il revenait tard dans l’après-midi pour fermer, mais avant cela il a photocopié pour moi des traités et des pamphlets où je découvre encore aujourd’hui des matériaux « non utilisés ». Et enfin l’archiviste, dont je ne connais même pas le nom, de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, qui d’une main de maître et avec énormément de gentillesse me dirigea droit vers les fonds d’archives essentiels pour mes recherches. »

Myriam Yardeni était aussi une amie généreuse, d’une indéfectible fidélité, qui n’hésitait pas à partager ses trouvailles et à en faire profiter ses collègues. Elle laisse un grand vide dans la communauté des historiens et dans le cœur de beaucoup d’entre eux.

                                                                        Arlette Jouanna

Henri IV et Sully

Une exposition au château de Nérac

Depuis le mois de mars, le château de Nérac présente un ensemble d’oeuvres illustrant la représentation aux XVIIIe et XIXe siècles des  relations qui unirent Henri IV et son ministre Sully. Pendule à la Henri IV, médaillons de bronze aux profils des deux personnages, tasse et soucoupe en porcelaine de Sèvres ornés de l’effigie de Sully et du château de Rosny, autant d’objets précieux qui pourront être admirés par les  visiteurs jusqu’à la fin du mois d’octobre 2015.

Liste des oeuvres
Tasse à l’effigie de Sully et soucoupe au motif du château de Rosny
Manufacture de Sèvres
Porcelaine dure, 1827-1835
Dim. Tasse : H. 12,5 ; diam. 9 cm
Dim. Soucoupe : H. 3 ; diam. 15,3 cm
Inv. P.138C.2.1 et P.138C.2.2

Pendule à la Henri IV
Henri IV relevant Sully
Bronze doré, émail et marbre blanc
H. 45 ; L. 39,5 ; pr. 18,8 cm
Fin du XVIIIe siècle
Inv. P.80.3.1

Paire de médaillons ovales aux profils d’Henri IV et de Sully
Bronze, époque Restauration
H. 22,5 ; L. 15 cm
Inv. P.55.30.1 et P.55.30.2

Paire de médaillons ovales aux profils de Henri IV et Sully
Bronze doré sur bronze amati
XVIIIe siècle
H. 22,8 ; L. 18,8 cm
Inv. P.83.14.1

Du pouvoir absolu au prince absolu

Naissance, apogée et déclin
de l’imaginaire politique de la monarchie

Les deux derniers ouvrages d’Arlette Jouanna, parus en 2013 et 2014, retracent une évolution au cœur de laquelle le règne d’Henri IV peut apparaître comme un pivot, comme une transition entre le temps d’un pouvoir absolu contre lequel la noblesse a longtemps essayé de lutter et qui s’est, de manière paradoxale, développé à la faveur des guerres de religion, et un XVIIe siècle où l’exercice de la puissance absolue est devenu ordinaire.

Pouvoir absoluArlette Jouanna, Le pouvoir absolu. Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard, Collection l’Esprit de la Cité,  2013, 448 p.

Le pouvoir absolu épouse la longue histoire de la monarchie. On l’imagine souvent inscrit dans une logique immuable, jusqu’au procès d’indignité que vont lui intenter les Lumières. C’est cette double image de la continuité du système absolu et de son caractère fatalement subversif de toute justice que cet ouvrage met à mal. Absolu, écrit Arlette Jouanna, signifie la possibilité légale de transgresser les lois au nom d’une légitimité supérieure ; et cette idée du pouvoir, loin d’être immuable, n’a cessé de s’infléchir à l’épreuve des bouleversements qui agitent l’histoire politique de la royauté.

Avant les guerres de Religion, on l’ignore trop, le monarque ne pouvait déroger aux lois qu’au titre de l’exception et de l’urgence. Et, même délié des lois, il restait lié par la Raison, cet ordre juste que Dieu faisait régner dans le monde. Mais la déchirure religieuse, en désagrégeant la cohésion sacrale du corps politique, a fait perdre le sens de la correspondance – jusque-là si évidente – entre la cité céleste et la cité terrestre : seul le roi en personne pouvait désormais incarner l’unité des communautés désunies.
L’originalité radicale de la voie française aura été cette construction, à la fois intellectuelle et institutionnelle, d’un espace politique extérieur et supérieur aux passions humaines. Telle est la nouvelle figure du prince absolu, projeté loin au-dessus des sujets dans une proximité mystérieuse et solitaire avec Dieu. C’est cette transcendance qui confère à sa volonté une autorité sans précédent, quasi sacrée, seule capable de tenir ensemble le royaume.

Arlette Jouanna, Le Prince absolu. Apogée et déclin de l’imaginairePrince absolu monarchique, Paris , Gallimard, Collection L’Esprit de la cité, 2014, 336 p.

Qu’est-ce que le pouvoir dans la France de Richelieu et de Louis XIV ? Question redoutable, inépuisable, que repose ce livre. Arlette Jouanna interroge à frais nouveaux les caractères originaux de l’idéologie absolue comme système de légitimité construit au service d’un prince qui se veut investi par Dieu.

Au XVIIe siècle, après la terrible déchirure des guerres de Religion, la croyance en la sacralité du roi a fait de lui l’unique source du droit, ce qui tend à assimiler le légitime au légal. D’extraordinaire et dangereuse, la puissance absolue est devenue ordinaire et bénéfique ; l’art de gouverner y gagne une autonomie temporelle inédite et entame le lent processus de l’impersonnalisation de l’État. Les résistances à cette révolution politique, qui marie droit divin et raison d’État, échoueront à s’imposer pendant la Fronde. Louis XIV saura incarner magnifiquement la majesté de l’État absolu ; mais sa force même d’incarnation finit par rendre opaque le lien entre pouvoir et justice. De là à le tenir pour un despote… Son règne marque à la fois l’apogée et le début du déclin de l’imaginaire sacral de la monarchie.

L’originalité de cette œuvre est de mettre en miroir les fondements théoriques de la «religion royale» avec l’histoire en train de se faire, qui ne cesse de les modeler. Par où elle renouvelle et enrichit notre intelligence de l’histoire politique de l’Ancien Régime.

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France