Archives par mot-clé : Mark Greengrass

Parution : Régicides en France et en Europe XVIe-XIXe siècles

Le 27 février 2017 paraissent chez Droz les actes du colloque  international qu’avait organisé à Pau les 17, 18 et 19 juin 2010, la Société Henri IV, en partenariat avec le Musée national du château de Pau et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM.
Ouvrage publié avec le soutien de la Société des Amis du château de Pau.

Régicides en France et en Europe (XVIe-XIXe siècles)

Le régicide a frappé plusieurs fois la monarchie française à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Suscitées par les commémorations de l’assassinat d’Henri IV en 1610, les études réunies ici ont voulu étendre la problématique du régicide à l’ensemble des monarchies européennes, jusqu’à l’Empire Ottoman. L’analyse des actes de Jacques Clément, Jean Chastel et Ravaillac est au cœur de ces recherches, mais les historiens se sont aussi penchés sur l’attentat de Damiens, sur les événements de la Révolution française, et au-delà, sur Louvel, et sur les craintes d’attentats dans la France occupée de 1870. La question préliminaire, mais essentielle, est celle de la distinction entre régicide et tyrannicide ; elle porte donc sur la qualification de la victime, ainsi que sur l’usage de la violence individuelle ou collective. La philosophie politique, de saint Thomas d’Aquin à Mariana et aux monarchomaques, de La Boétie au père Maimbourg, à Las Casas, sans oublier Voltaire, Montesquieu ou Rousseau, ne dispense pas de l’examen des faits eux-mêmes et de leurs acteurs, qui trouveront leur traduction dans la littérature et l’iconographie.

Régicides en France et en Europe (XVIe-XIXe siècles), Actes du colloque international organisé à Pau les 17, 18 et 19 juin 2010, par la Société Henri IV, le Musée national du château de Pau et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM, Droz, Genève, 2017 (Cahiers d’humanisme et Renaissance 20), 576 pages, 15 illustrations.
Actes édités par Isabelle PÉBAY-CLOTTES, Claude MENGES-MIRONNEAU, Paul MIRONNEAU et Philippe CHAREYRE

Télécharger la table des matière ici

Appel à communication avant le 31/12/2016 – Définir l’hétérodoxie dans le protestantisme, entre Églises et États (XVIe-XVIIIe siècles)

Un colloque est organisé à Lyon les 30 juin-1er juillet 2017 :

Définir l’hétérodoxie dans le protestantisme, entre Églises et États (XVIe-XVIIIe siècles)

Organisateurs : Yves Krumenacker (Lyon 3, LARHRA), Noémie Recous (Lyon 3, LARHRA)

La Réformation est née d’une protestation contre des pratiques, les indulgences, qui semblaient révéler que l’Église s’était éloignée de l’Évangile. Il fallait par conséquent revenir à l’enseignement du Christ. Très rapidement, pourtant, les réformateurs se sont divisés sur la cène, la prédestination, l’inspiration des Écritures, etc. L’élaboration de confessions de foi, leur imposition aux populations, l’enseignement fourni par les pasteurs et prodigué dans les écoles et les collèges ont permis la formation de nouvelles orthodoxies. Depuis les années 1980, la recherche a insisté sur le rôle conjoint des Églises et des États dans ce processus, dans le cadre de la confessionnalisation.

Ce concept a pourtant été largement nuancé et critiqué. Il pose notamment problème dans les États dont le prince admet plusieurs religions. On songe bien entendu à la France de l’édit de Nantes, mais le cas se pose aussi pour d’autres États, comme les Provinces-Unies ou l’Angleterre d’après l’édit de tolérance, qui acceptent l’existence de plusieurs Églises qui ont chacune leur orthodoxie. Alors qu’en régime monoconfessionnel l’État peut sanctionner ce qui est considéré comme hétérodoxe par une Église – mais il faudrait vérifier qu’il le fait réellement, car les conflits ne sont pas à exclure – il ne peut plus le faire dès lors que plusieurs confessions sont autorisées. L’imposition d’une orthodoxie échappe alors à l’État, au moins en théorie. C’est à chaque Église de sanctionner ses dissidents, mais sans pouvoir recourir à des peines temporelles. Le lien entre Église et État dans l’imposition de normes est donc à redéfinir selon les États et en fonction d’une chronologie évolutive.
L’enjeu est d’autant plus complexe qu’émergent de nouvelles instances de savoirs, qui se posent en rivales voire en opposantes aux facultés de théologie dans la production d’un discours de vérité sur le monde. C’est le cas avec le développement d’un savoir médical qui entend s’ériger en juge des miracles ou des possessions, avec le cartésianisme ou les philosophies mécanistes qui semblent réduire l’intervention divine dans l’univers, avec les nouvelles théories astronomiques qui remettent en question la vision chrétienne de l’univers, etc. Alors que les théologiens désignent ces nouvelles idées comme hétérodoxes, les États vont-ils jusqu’à les suivre dans ces condamnations ? Un État luthérien, par exemple, peut-il ne pas condamner ce que les facultés de théologie luthériennes condamnent ? De son côté, l’État peut se sentir menacé par des phénomènes tels que l’athéisme, l’enthousiasme religieux ou divers mouvements en marge des Églises. Les considère-t-il comme hétérodoxes ou comme des menaces pour l’ordre public ?

La question est aussi interne aux Églises. Le fonctionnement centralisé et les organismes chargés de définir le dogme qui structurent l’Église romaine permettent d’établir une définition relativement stricte de ce qui constitue l’orthodoxie, et par conséquent de ce qui doit être qualifié d’hétérodoxe. Mais ce n’est pas le cas dans les Églises protestantes, divisées entre elles et parfois même à l’intérieur d’une même confession ; on peut songer aux conflits entre philippistes et gnésio-luthériens dans le Saint-Empire. Qui a alors la légitimité de dire l’orthodoxie ? Dans certains cas, les instances chargées de le faire ne se réunissent plus : c’est le cas des synodes nationaux en France après 1659. Dès lors, qui a la légitimité de déterminer qu’une pensée ou des actes sont hétérodoxes ? Les théologiens ne s’en privent pourtant pas ; il n’est que de rappeler les anathèmes de Jurieu et leurs conséquences sur bien des pasteurs et philosophes à la fin du xviie et au début du siècle suivant.
En d’autres termes, l’objet de ce colloque est de poser la double question de l’autorité religieuse et du lien entre Église et État, dans les différents pays européens. Il s’agira de nous demander qui peut définir l’orthodoxie ou l’hétérodoxie, avec quels critères et dans quelle mesure ces décisions sont suivies, ou non, par les États.

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

Composition du Comité scientifique :
Hubert Bost (EPHE), Willem Frijhoff (Rotterdam), Charles Giry-Deloison (Arras), Mark Greengrass (Sheffield), Yves Krumenacker (Lyon 3), Susanne Lachenicht (Bayreuth), Raymond Mentzer (Iowa University), Cristina Pitassi (Genève), Noémie Recous (Lyon 3), Joke Spaans (Utrecht)

Les projets de communication doivent être adressés avant le 31 décembre 2016 à :
yves.krumenacker@univ-lyon3.fr
noemie.recous@univ-lyon3.fr

Un hommage à Myriam Yardeni – EPHE 7 octobre 2016

Myriam Yardeni, professeur émérite à l’Université de Haïfa, s’est éteinte le 8 mai 2015.

En hommage, une journée d’étude internationale, Protestantisme, nation, identité, a été organisée par Michelle Magdelaine et Viviane Rosen-Prest, le vendredi 7 octobre 2016, dans les locaux de l’École pratique des Hautes Études à Paris.

Consulter le programme ici.

Paris, 8 juin 2016 – Servir le roi en temps de guerres de Religion

La Bibliothèque de la Sorbonne accueille le mercredi 8 juin 2016 une journée d’étude organisée par Matthieu Gellard, Jérémie Foa et Bertrand Haan : Servir le roi en temps de guerres de Religion

Le service incarne et modèle au XVIe siècle les liens unissant l’ensemble des sujets au souverain, à titre collectif comme individuel. Invoqué en toute circonstance, il n’est pas qu’un élément de discours mais touche au cœur des rapports politiques. Recours ultime, le souverain est, entre autres, le dispensateur de la justice et des grâces, le père symbolique, le chef d’une l’Église et celui qui doit conduire la destinée providentielle de la monarchie française.
Magistrats, capitaines de gendarmerie, secrétaires d’État, ambassadeurs, gouverneurs de place ou de province, commissaires ou officiers de finances, en premier lieu, ont tous en commun d’être avant tout des serviteurs du roi et de se définir comme tels plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité, tout au long de leur vie. Ces hommes sont la chair et le sang de l’État monarchique, qu’ils font fonctionner au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et perpétuent.
Le service n’est pourtant pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités etles partis politico-religieux, que les particuliers qui invoquent aussi leur attachement indéfectible au prince.

Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister le souverain, qui en contrepartie doit reconnaître et accréditer le service rendu et accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, il demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance s’assimile donc plus à une interaction, comportant pour tous des obligations, qu’à une sujétion, et ouvre la porte à la négociation.
Avec le surgissement des divisions confessionnelles au début des années 1560, la dimension contractuelle du service du roi a été mise à l’épreuve.
L’autorité royale est remise en question dans les provinces et certains des hommes censés en être les porte-parole font défection. Souvent parce que leurs croyances ou leurs alliances les placent en porte-à-faux avec la Couronne. Parfois aussi, parce qu’ils peinent à suivre la monarchie dans ses volte-face, sans perdre eux-mêmes toute crédibilité locale. Pour l’ensemble des sujets, le lien est donc tout à naturel entre service et fidélité s’est distendu voire rompu, parce que la légitimité du roi est discutée et parce que sa politique va à l’encontre des convictions religieuses de nombre de catholiques et de protestants.

Cette journée d’études souhaiterait donc interroger les différentes configurations du service royal dans le contexte particulier des guerres de Religion françaises – sans s’enfermer dans des bornes chronologiques trop strictes, l’analyse gagnant à être ouverte sur les périodes antérieures et postérieures de façon à prendre en compte l’héritage des règnes de François Ier et de Henri II comme la continuité d’une situation propre à un temps de guerre civiles au début du XVIIe siècle. Elle a aussi pour ambition d’embrasser tout le spectre social, dans une perspective comparative permettant de rendre compte des différentes facettes du service du roi, et d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles.

PROGRAMME

9h-9h30 – Accueil des participants et du public.
9h30-10h – Jérémie Foa (Aix-Marseille Université – TELEMME), Matthieu Gellard (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Bertrand Haan (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Introduction
Matinée sous la présidence de Nicolas Le Roux (Université Paris 13 –
Pléiade)
10h-10h30 – Olivier Poncet (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon), Servir le roi, incarner l’État : le dilemme du chancelier de France au XVIe siècle
10h30-10h45 – Discussions
10h45-11h15 – Pause
11h15-11h45 – Fabrice Micaleff (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC), Les bâtards royaux et l’idéal du serviteur parfait sous les derniers Valois. L’exemple d’Henri d’Angoulême (1551-1586)
11h45-12h15 – Mark Greengrass (professeur émérite, Université de Sheffield / Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Un serviteur du roi confronté aux critiques. Les débuts difficiles du lieutenant du roi en Dauphiné, Bertrand Simiane de Gordes (1565-1566).
12h15-12h30 – Discussions
12h30-14h – Pause déjeuner
Après-midi sous la présidence de Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier)
14h-14h30 – Michel Nassiet (Université d’Angers – CERHIO), Le service armé de la noblesse pendant les guerres de Religion (titre provisoire).
14h30-15h – Pierre-Jean Souriac (Université Jean Moulin Lyon 3 – LARHRA), Intérêts royaux et intérêts du parti : les protestants français dans la décennie 1620.
15h-15h30 – Philippe Hamon (Université Rennes 2 – CERHIO), Les mobilisations armées des communautés rurales pendant les guerres de Religion : une forme de service du roi ?
15h30-16h – Discussions

Discutants de la journée : Nadine Kuperty-Tsur (Tel-Aviv University – IMéRA), Séverin Duc (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Jérémie Ferrer-Bartomeu (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon)

Organisation : Jérémie Foa, Bertrand Haan, Matthieu Gellard