Archives par mot-clé : médailles

Colloque « Art du puissant, objet multiple : Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale » (Paris, INHA, 30 mars-1er avril 2017)

Paris, INHA, Salle Vasari, 30 mars – 1er avril 2017

Face à une historiographie dispersée, il s’agit de proposer un cadre pour des recherches actualisées, tentant de s’affranchir des normes d’un simple catalogage. Adoptant une perspective européenne et une chronologie étendue, ce colloque se veut avant tout pluridisciplinaire, à l’image des objets envisagés : leur commande, leur production et leur circulation nous placent à la confluence de l’histoire de l’art, des études numismatiques, de l’histoire sociale, de l’histoire des techniques et de l’histoire politique.

Programme

JEUDI 30 MARS

13h Accueil

13h30 Ouverture du colloque

Portrait du Puissant

Présidence de séance : Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h Myth-making of a renaissance Ruler : Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola BronzinoIlaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30 Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVIAurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h Vus de profil : genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à FallièresKatia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30   Pause

Concevoir, Produire

Présidence de séance : Lucia Simonato (Scuola Normale di Pisa)

16h Coins, Medals, and the Convergence of Two Genres : Numimatics in High Renaissance RomeJames Fishburne (Getty Research Institute)

16h30 Vittore Gambello called Camelio. Medallist and die engraver between Venise and RomeGiulia Zaccariotto (Scuola Normale di Pisa)

17h On the role of the k.k. Kammermedailleur under Emperor Ferdinand I and his significance and function for the medal production at the Imperial Mint in ViennaAndrea Mayr (Kunsthistorisches Museum Wien)

17h30   Pause

Collections

Présidence de séance : Chantal Georgel (INHA)

18h Son histoire à portée de main : la cassette personnelle de Louis XIV, Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne / INHA)

18h30 Les médailles de la collection Seymour de RicciInès Villela-Petit (BnF)

VENDREDI 31 MARS

9h Accueil

Institutions

Présidence de séance : François Ploton-Nicollet (Ecole nationale des Chartes)

9h30 L’institutionnalisation progressive des projets de jetons sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (depuis 1610 jusqu’en 1661)Sabrina Valin (Université Paris Nanterre)

10h Les jetons des puissants états de Bourgogne et de LanguedocJacques Meissonnier (conservateur honoraire du patrimoine)

10h30 Les médailles de visites de chefs d’Etat. Deux cents ans d’histoire diplomatique et artistique à la Monnaie de ParisBéatrice Coullaré (Monnaie de Paris)

11h       Pause

Transferts de modèles

Présidence de séance : Inès Villela-Petit (Bibliothèque nationale de France)

11h30 The ruler of Constantinople on Italian Renaissance medals: John VII Palaeologus and Mehmed the Conqueror in the European visual cultureThodoris Koutsogiannis (Parlement hellénique)

12h République dans le vrai style: How French Medalic Artistry became the Emplem of Trans-Atlantic ChangeEmily Pearce Seigerman (National Museum of American History)

12h30 La présence française et la médaillistique au Chili au tournant du XXe siècleCharles Dujour Bosquet (Université de Bordeaux 3-Montaigne)

13h       Déjeuner

L’histoire en marche

Présidence de séance : Marc Bompaire (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

14h30 What do John Sobieski, Augustus II of the House of Wettin and Frederick William II of Prussia have in common, concerning medals ?Paulina Taradaj (Musée National, Cracovie)

15h La construction d’une image nationale et politique au travers de la production de médailles durant le règne d’Anne (1702-1714)Thomas Cocano (SAPRAT/EPHE)

15h30 On Her Majesty’s Service. Protagonists of commissioning and creation as part of the medal production in the Viennese Imperial Mint under Empress Maria TheresaAnna Fabiankowitsch (Kunsthistorisches Museum Wien)

16h Pause

Présidence de séance : Edouard Papet (Musée d’Orsay)

16h30 David d’Angers et la prosopographie du libéralisme : les médailles et médaillons sur la Révolution GrecqueCatherine Bregianni (Académie héllénique des Sciences)

17h Quelques médailles de la cour royale grecque des années 1900 à la fin de la Grande GuerreNikoleta Tzani (Ville de Volos, Section de l’Education et de la Culture)

SAMEDI 1er AVRIL

9h Accueil

Pouvoirs de l’objet

Présidence de séance : Felicity Bodenstein (Musée du Quai Branly-Jacques Chirac)

9h30 De la médaille à la récompense. Bélière et « rurbanisation », ou le mérite rendu visibleJean-François Dubos (Service historique de la Défense)

10h Quand le puissant c’est le peuple : naissance et évolution de la médaille populaire en FranceAlain Weil (Expert numismate)

10h30 Les « taillettes » ou « jetons de lampisterie » des mines : fonction utilitaire et symbolique, Pierre-Christian Guiollard (Université de Mulhouse-Colmar)

11h La médaille française et la Première Guerre mondiale : de la propagande à la douleur universelleCécilie Champy (Musée du Petit Palais)

11h30 Anxious Object : Enemy Alien Medals from British WW I Internment CampsHolly Crawford (PhD)

12h Clôture du colloque

Tours, CESR, 3 octobre 2016 – Médailles des rois de France au XVIe siècle

Au CESR, à Tours, le 3 octobre 2016 débute le séminaire
Médailles des rois de France au XVIe siècle (I)
sous la direction de Marie Veillon

Les premières médailles élaborées en France faisaient suite aux portraits  en médaille de Pisanello des années 1431-1449. Médailles dites de l’expulsion des anglais, commémoratives sous Charles VII de la fin de la guerre de cent ans, elles étaient forgées à la manière des monnaies, reproduisant des types monétaires et précédaient une médaille italienne, un portrait en médaille effectué par le graveur Laurana en faveur de Louis XI . Par la suite, les médailles furent exécutées par des municipalités qui pratiquaient la médaille comme présent d’usage lors des entrées royales.

La médaille royale, introduite sous François Ier, forgée à l’instigation du monarque par des artistes de cour, avec initialement au droit un portrait au naturel et au revers la devise du roi, soumettait plus rarement une effigie remarquable, le souverain sous l’apparence du rex imperator, -buste du souverain lauré et cuirassé à l’antique. Le règne d’Henri II voyait l’institution de la Monnaie du Moulin et se caractérisait par ce que d’aucuns appellent le retour à l’antique avec en faveur du souverain un portrait à l’antique ou pseudo-antique, -une couronne de laurier sur un buste moderne- La devise royale donnait lieu à une médaille emblèmatique et rivalisait avec une médaille commémorative et des frappes événementielles quoique lacunaires,-sacre, naissance, baptême, mariage, entrée, victoire, traité, alliance.

CESR. Salle Saint-Martin, 3 octobre 2016, 11h-12h.
e-mail : veillonmarie @ orange.fr

Appel à communications INHA – Art du puissant, objet multiple. Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale

Appel à communication expirant le 6 novembre 2016

L’INHA organise un colloque du 30 mars au 1er avril 2017 :
Art du puissant, objet multiple. Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale.

Au XVe siècle, la médaille renaît dans les cours italiennes et revêt une valeur commémorative qui s’étend aux autres souverainetés européennes. Les médailles, les jetons et autres objets monétiformes sans valeur fiduciaire se répandent alors pour connaître de véritables moments d’apogée durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : les plus célèbres manifestations de cette production étant, par exemple, l’édition d’histoires métalliques de Louis XIV à Napoléon, en passant par le Tsar de Russie. Malgré les fluctuations du goût qui lui font successivement connaître des périodes de renom puis de défaveur, la médaille ne perdit jamais de sa force d’usage et fut tout autant employée par les régimes républicains pour véhiculer leurs idéaux.

Ces objets, produits d’un art officiel, allient l’image au texte pour transmettre un message tout en s’appuyant aussi sur une hiérarchie de valeurs intrinsèques ordonnées par les métaux employés, allant de l’or aux alliages les plus modestes. Reproductibles, portatifs, ils offrent la possibilité d’une large diffusion et leurs biographies présentent de ce fait certaines spécificités…

Lire la suite de l’appel à communications ici

L’iconographie métallique d’Hercule dans la France du seizième siècle – Séminaire CESR

L’iconographie métallique d’Hercule dans la France du seizième siècle

Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
Salle Saint-Martin

1er février 2016 – 11h-12h
Séminaire sous la direction de Marie Veillon

Hercule,  type familier des  graveurs en médailles et en jetons marque le règne des derniers Valois et du premier Bourbon. Comparables à d’autres épisodes de la fable, -Persée délivrant Andromède, Bellérophon combattant la chimère, Apollon tuant de ses flèches le serpent Python-, les travaux d’Hercule, gravés au revers des médailles et jetons, suggèrent une convergence des exploits du héros et du souverain dont le portrait figure au droit.

La figure d’Hercule était ainsi mise au service de la royauté : Hercule de la fable, -Hercule et le lion de Némée, Hercule et Antée, Hercule et l’hydre de Lerne- ; Hercule gaulois/le roi restaurateur des belles lettres ; Hercule chrétien/le roi autre Christ.

e-mail : veillonmarie@orange.fr