Archives par mot-clé : Nicolas Le Roux

Parution : Noblesse oblige. Identités et engagements aristocratiques à l’époque moderne

Sous la direction de Nicolas Le Roux et Martin Wrede

Presses Universitaires de Rennes, 2017.

« La maxime du duc Pierre-Marc-Gaston de Lévis (1764-1830) est passée dans le langage courant pour évoquer les obligations morales qui pèsent sur les détenteurs d’un nom, et plus généralement pour inviter tous les prétendants à la respectabilité à adopter un comportement conforme à la dignité qu’ils revendiquent. L’idée n’était pas nouvelle. En 1665, dans son Dom Juan, Molière plaçait déjà dans la bouche de Dom Louis une tirade véhémente devenue fameuse : « Non, non, la naissance n’est rien où la vertu n’est pas. » Si la noblesse reposait sur la vertu, quelle définition donnait-on à cette qualité? S’agissait-il du courage guerrier, de l’exemplarité morale ou de l’appartenance au monde des gens de bien? Vivre de ses rentes ne suffisait plus pour être reconnu comme noble dans une société où, à partir du XVIIe siècle, le roi s’imposa comme le maître des identités. Sous une unité de façade, quelles failles économiques, culturelles et idéologiques traversaient la noblesse à l’époque moderne ? À quelles obligations, surtout, se sentait-elle tenue, et quelles formes prenaient les engagements politiques, religieux et partisans qui l’animaient? Quel était le sens des termes « vocation » ou « service » pour les seigneurs et les dames de l’Ancien Régime ? C’est à ces questions, et à quelques autres, que ce volume propose des éléments de réponse, non par une approche systématique de la noblesse en tant qu’ordre ou catégorie sociale illusoire, mais à travers une analyse fondée sur l’examen de traces, de textes et d’archives, qui permettent de brosser un panorama de la société des princes et des princesses, des seigneurs et des capitaines, des nobles d’épée et des courtisans, entre le temps de la Renaissance et l’aube du XIXe siècle. » (4e de couverture)

Sommaire et liste des auteurs à consulter ici

Avec la participation de l’Université Lyon 2 et du LARHRA.

Pau, 22 octobre 2016 – Mourir en chevalier à la Renaissance – Une conférence de Nicolas Le Roux

Le samedi 22 octobre 2016 à 15h, la société des Amis du château de Pau et la Société Henri IV proposent une conférence conjointe :

Mourir en chevalier à la Renaissance
par Nicolas Le Roux

Château de Pau, salle de conférences

Cette conférence est ouverte à tous dans la limite des places disponibles. Elle sera suivie d’un pot amical.

Le XVIe siècle constitue ce moment paradoxal d’apogée de l’imaginaire chevaleresque et du déclin de la cavalerie lourde. Victorieuse à Fornoue (1495) et Marignan (1515), la chevalerie française fut décimée à Pavie (1525). Et Henri II, grand amateur de joutes, fut mortellement blessé lors d’un tournoi organisé en 1559. Si les armes à feu ont transformé la pratique et la culture militaires, la mémoire de la chevalerie ne s’est pas éteinte à la fin du « rêve italien ».

Nicolas Le Roux, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Saint Cloud, agrégé d’histoire en 1992, est professeur d’histoire moderne à l’université de Lyon et secrétaire général de l’Association des historiens modernistes des universités françaises. Sa thèse soutenue  sous la direction de Jean-Marie Constant, « Courtisans et favoris : l’entourage du prince et les mécanismes du pouvoir dans la France des guerres de religion » a été publiée en 2001 sous le titre La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois. Il est membre du conseil d’administration de la Société Henri IV.

Paris, 8 juin 2016 – Servir le roi en temps de guerres de Religion

La Bibliothèque de la Sorbonne accueille le mercredi 8 juin 2016 une journée d’étude organisée par Matthieu Gellard, Jérémie Foa et Bertrand Haan : Servir le roi en temps de guerres de Religion

Le service incarne et modèle au XVIe siècle les liens unissant l’ensemble des sujets au souverain, à titre collectif comme individuel. Invoqué en toute circonstance, il n’est pas qu’un élément de discours mais touche au cœur des rapports politiques. Recours ultime, le souverain est, entre autres, le dispensateur de la justice et des grâces, le père symbolique, le chef d’une l’Église et celui qui doit conduire la destinée providentielle de la monarchie française.
Magistrats, capitaines de gendarmerie, secrétaires d’État, ambassadeurs, gouverneurs de place ou de province, commissaires ou officiers de finances, en premier lieu, ont tous en commun d’être avant tout des serviteurs du roi et de se définir comme tels plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité, tout au long de leur vie. Ces hommes sont la chair et le sang de l’État monarchique, qu’ils font fonctionner au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et perpétuent.
Le service n’est pourtant pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités etles partis politico-religieux, que les particuliers qui invoquent aussi leur attachement indéfectible au prince.

Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister le souverain, qui en contrepartie doit reconnaître et accréditer le service rendu et accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, il demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance s’assimile donc plus à une interaction, comportant pour tous des obligations, qu’à une sujétion, et ouvre la porte à la négociation.
Avec le surgissement des divisions confessionnelles au début des années 1560, la dimension contractuelle du service du roi a été mise à l’épreuve.
L’autorité royale est remise en question dans les provinces et certains des hommes censés en être les porte-parole font défection. Souvent parce que leurs croyances ou leurs alliances les placent en porte-à-faux avec la Couronne. Parfois aussi, parce qu’ils peinent à suivre la monarchie dans ses volte-face, sans perdre eux-mêmes toute crédibilité locale. Pour l’ensemble des sujets, le lien est donc tout à naturel entre service et fidélité s’est distendu voire rompu, parce que la légitimité du roi est discutée et parce que sa politique va à l’encontre des convictions religieuses de nombre de catholiques et de protestants.

Cette journée d’études souhaiterait donc interroger les différentes configurations du service royal dans le contexte particulier des guerres de Religion françaises – sans s’enfermer dans des bornes chronologiques trop strictes, l’analyse gagnant à être ouverte sur les périodes antérieures et postérieures de façon à prendre en compte l’héritage des règnes de François Ier et de Henri II comme la continuité d’une situation propre à un temps de guerre civiles au début du XVIIe siècle. Elle a aussi pour ambition d’embrasser tout le spectre social, dans une perspective comparative permettant de rendre compte des différentes facettes du service du roi, et d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles.

PROGRAMME

9h-9h30 – Accueil des participants et du public.
9h30-10h – Jérémie Foa (Aix-Marseille Université – TELEMME), Matthieu Gellard (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Bertrand Haan (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Introduction
Matinée sous la présidence de Nicolas Le Roux (Université Paris 13 –
Pléiade)
10h-10h30 – Olivier Poncet (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon), Servir le roi, incarner l’État : le dilemme du chancelier de France au XVIe siècle
10h30-10h45 – Discussions
10h45-11h15 – Pause
11h15-11h45 – Fabrice Micaleff (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC), Les bâtards royaux et l’idéal du serviteur parfait sous les derniers Valois. L’exemple d’Henri d’Angoulême (1551-1586)
11h45-12h15 – Mark Greengrass (professeur émérite, Université de Sheffield / Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Un serviteur du roi confronté aux critiques. Les débuts difficiles du lieutenant du roi en Dauphiné, Bertrand Simiane de Gordes (1565-1566).
12h15-12h30 – Discussions
12h30-14h – Pause déjeuner
Après-midi sous la présidence de Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier)
14h-14h30 – Michel Nassiet (Université d’Angers – CERHIO), Le service armé de la noblesse pendant les guerres de Religion (titre provisoire).
14h30-15h – Pierre-Jean Souriac (Université Jean Moulin Lyon 3 – LARHRA), Intérêts royaux et intérêts du parti : les protestants français dans la décennie 1620.
15h-15h30 – Philippe Hamon (Université Rennes 2 – CERHIO), Les mobilisations armées des communautés rurales pendant les guerres de Religion : une forme de service du roi ?
15h30-16h – Discussions

Discutants de la journée : Nadine Kuperty-Tsur (Tel-Aviv University – IMéRA), Séverin Duc (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Jérémie Ferrer-Bartomeu (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon)

Organisation : Jérémie Foa, Bertrand Haan, Matthieu Gellard

Publication signalée – Henri IV. Arts et pouvoir

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes et aux Presses universitaires François Rabelais de Tours, sous la direction de Colette Nativel : Henri IV. Arts et pouvoir (360 p.)

Ce bel ouvrage à contributions multiples, richement illustré, est issu du colloque qui s’est tenu à Versailles à l’automne 2010 dans le cadre des commémorations du 4ème centenaire de l’assassinat d’Henri IV.

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.
Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, l’ouvrage explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers).

Télécharger la table des matières ici