L’iconographie métallique d’Hercule dans la France du seizième siècle – Séminaire CESR

L’iconographie métallique d’Hercule dans la France du seizième siècle

Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
Salle Saint-Martin

1er février 2016 – 11h-12h
Séminaire sous la direction de Marie Veillon

Hercule,  type familier des  graveurs en médailles et en jetons marque le règne des derniers Valois et du premier Bourbon. Comparables à d’autres épisodes de la fable, -Persée délivrant Andromède, Bellérophon combattant la chimère, Apollon tuant de ses flèches le serpent Python-, les travaux d’Hercule, gravés au revers des médailles et jetons, suggèrent une convergence des exploits du héros et du souverain dont le portrait figure au droit.

La figure d’Hercule était ainsi mise au service de la royauté : Hercule de la fable, -Hercule et le lion de Némée, Hercule et Antée, Hercule et l’hydre de Lerne- ; Hercule gaulois/le roi restaurateur des belles lettres ; Hercule chrétien/le roi autre Christ.

e-mail : veillonmarie@orange.fr

Assemblée générale de la Société Henri IV – Paris, 13 février 2016

Logo bis

La Société Henri IV tiendra son Assemblée générale 2015 à Paris, à l’École nationale des Chartes, le samedi 13 février 2016 à 15h.
Venez nombreux.

Adresse
École nationale des chartes – salle Quicherat
65 rue de Richelieu – 75 002 Paris

Ordre du jour
– Rapport moral
– Rapport financier
– Nouveau projet scientifique de la Société
– Collaboration avec la Société des Amis du château de Pau
– Questions diverses

Télécharger l’invitation à l’Assemblée générale ici

Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 ici

Charles de Guise, cardinal de Lorraine – une publication récente

Viennent de paraître chez Droz les actes du colloque  international « Le Cardinal de Lorraine, Reims et l’Europe » qui s’est tenu du 7 au 9 novembre 2013, à la Médiathèque Jean Falala de Reims.

Cardinal_de_Lorraine

Jean BALSAMO, Thomas NICKLAS, Bruno RESTIF dir., Un prélat français de la Renaissance. Le cardinal de Lorraine, entre Reims et l’Europe, Genève, Droz, 2015 (Travaux d’Humanisme et de Renaissance)

Prélat d’État, ayant joué un rôle central dans la vie politique, diplomatique, religieuse et culturelle du XVIe siècle en France et en Europe, Charles de Guise, cardinal de Lorraine, a été pendant longtemps l’un des personnages les plus maltraités par l’historiographie. Hors de toute intention apologétique, une révision s’imposait, permise par quelques travaux fondateurs, principalement d’origine anglo-saxonne, afin de comprendre la complexité d’un personnage à bien des égards énigmatique, ainsi que son évolution voire ses revirements.
Le présent volume réunit vingt-cinq contributions de chercheurs français et étrangers, attentifs à éclairer la personnalité et l’action du cardinal de Lorraine par de nouveaux documents et une plus juste périodisation. Leur objectif a été de mieux estimer le rôle du cardinal de Lorraine dans les débats religieux et la réforme de l’Église et de mettre en évidence les permanences et les évolutions de ses conceptions, ainsi que de comprendre son action politique et diplomatique sur le théâtre européen comme à la cour de France, dans le cadre d’une monarchie en pleine évolution et d’un État en faillite, et enfin de révéler les formes et la richesse d’une commande artistique et littéraire originale et novatrice. L’ouvrage est attentif à la diversité des terrains d’action : ville et archevêché de Reims, Champagne et Lorraine, pays européens, liens privilégiés avec l’Italie.

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION, Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif

1. L’ARCHEVÊQUE DE REIMS
Reims et les autres : autour de l’empire ecclésiastique des Guises, Joseph Bergin
Reims, un pôle de la Réforme catholique, pré-tridentine et tridentine, au temps du cardinal de Lorraine, Bruno Restif
La liturgie rémoise au temps du cardinal de Lorraine, permanences et évolutions, Patrick Demouy
Rome, Trente, Milan : la marque de l’Italie contemporaine dans les commandes du cardinal archevêque (1560-1574), Isabelle Balsamo

2. RÉFORME CATHOLIQUE, HUMANISME, CONTRE-RÉFORME
Claude d’Espence et Charles de Guise, par Peter Walter
Le cardinal de Lorraine et la réforme de l’Église, de la fin des années 1540 à la dernière période du concile de Trente, Alain Tallon
Charles de Guise et Jean du Bellay : une histoire possible, une relation manquée, Loris Petris
Le cardinal de Lorraine et Théodore de Bèze à Poissy en 1561 : un impossible accord, Max Engammarre
Le cardinal de Lorraine vu par les protestants en Europe : genèse et diffusion d’un portrait maléfique, Hugues Daussy

3. RÉSEAUX ET POUVOIR EN CHAMPAGNE, LORRAINE, FRANCE
Les Guises et les villes de Champagne, Mark Konnert
Le cardinal de Lorraine et la Lorraine, Stefano Simiz
Le cardinal de Lorraine, protecteur des ordres mendiants, Madeleine Molin
L’intendance des affaires de Charles cardinal de Lorraine, Mark Greengrass
Le cardinal de Lorraine et son frère le cardinal Louis de Guise sur la scène européenne, Alain Cullière

4. POLITIQUE ET DIPLOMATIE EUROPÉENNES
Le cardinal de Lorraine, les princes du Saint Empire et la cour impériale. Les choix politiques de l’« Entre-Deux », Thomas Nicklas
Échanges d’hommes et de « biens ». Réseaux diplomatiques entre les Guises et les cours italiennes à l’époque du cardinal Charles de Lorraine, Matteo Provasi et Federica Veratelli
Le cardinal de Lorraine au miroir de l’Écosse, Éric Durot
Le cardinal de Lorraine, les Guises et les Pays-Bas, Julie Versele
Le cardinal de Lorraine et le cardinal de Granvelle : deux parcours croisés, François Pernot
La correspondance du cardinal de Lorraine conservée en Russie, Vladimir Chichkine

5. LE PRINCE DES LETTRES ET DES ARTS
Les reliures du cardinal de Lorraine : quelques précisions supplémentaires, Isabelle de Conihout
Le cardinal et le faussaire, Antoine Pietrobelli
« Celui qui rayonna le concile de Trente / De zèle, de vertu, d’industrie sçavante […]. L’Apollon des François » : le cardinal de Lorraine et les poètes, Jean Balsamo
Les portraits du cardinal de Lorraine. Indices esthétiques et corporels d’un séducteur en politique et religion, Bruno Restif

PERSPECTIVES HISTORIOGRAPHIQUES
La postérité historiographique du cardinal de Lorraine. Le retournement des années 1840, Claude Langlois

CONCLUSION. Charles de Guise-Lorraine ou les limites de trop d’atouts, Jean-Marie Le Gall

BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE
INDEX NOMINUM
TABLE DES ILLUSTRATIONS

A propos de la figure du tyran : colloque et publication

Deux actualités de la recherche concernent en 2016 une thématique proche :

les 22 et 23 janvier 2016 à Nanterre, un colloque international pluridisciplinaire organisé par le CREA-EA370 (Paris Ouest Nanterre La Défense) en partenariat avec PRISMES (La Sorbonne Nouvelle Paris 3), CAS (Toulouse Jean Jaurès) avec le soutien de CHISCO (Paris Ouest Nanterre La Défense) et de la SAGEF

Le prince, le tyran, le despote : figures du souverain en Europe, de la Renaissance aux Lumières (1500-1800)

J’ai dit que la nature du gouvernement républicain est que le peuple en corps, ou de certaines familles, y aient la souveraine puissance : celle du gouvernement monarchique, que le prince y ait la souveraine puissance, mais qu’il l’exerce selon les lois établies : celle du gouvernement despotique, qu’un seul y gouverne selon ses volontés et ses caprices.
Montesquieu, De l’Esprit des Lois, 1758, livre III, chap. II

Au XVIe siècle, les rois de France et d’Angleterre affirment leur autorité face aux prétentions impériales du Pape et de Charles Quint. Puis, c’est au tour des sept provinces du nord de réclamer leur indépendance à Philippe II : la République des Provinces Unies est proclamée en 1581. Dans ce contexte d’unification des États territoriaux, les théoriciens légitiment le pouvoir absolu du prince, et formulent la notion de souveraineté. Au lendemain de la Saint Barthélemy, Jean Bodin la définit comme « la puissance absolue et perpétuelle de la République » : ses thèses sont traduites en latin et lues sur tout le continent. La souveraineté désigne donc le moyen par lequel la République peut se défendre des menaces externes, mais aussi des conflits internes : révoltes de la paysannerie, de l’aristocratie, guerres de succession et de religion.

Un tel effort de théorisation procède de la volonté d’adosser la légitimité du souverain au droit, et dans sa version absolutiste, de faire dériver la loi civile du souverain lui-même. Aussi, l’émergence de la doctrine de la souveraineté passe-t-elle par une révision du cadre juridique hérité du Moyen Âge, qui avait redécouvert le corpus justinien dès la fin du xie siècle en Italie. Revisitant tout un courant interprétatif, incarné par l’historien allemand Ernst Kantorowicz, selon lequel l’État moderne était l’émanation du droit impérial romain, des chercheurs et des chercheuses ont mis en exergue le vaste travail de critique et d’adaptation du droit romain au cours du xvie siècle. Telle est la contribution des jurisconsultes français de l’Ecole de Bourges étudiés par Allen, Salmon, Giesey, et Kelley ; en Angleterre, on publie vers le milieu du siècle les écrits de Fortescue (1385-1479) qui avait compilé le droit coutumier, travail de compilation repris au xviie siècle par les common lawyers au premier rang desquels Sir Edward Coke. Cette souveraineté fondée sur un droit vernaculaire fut brandie en divers lieux comme arme idéologique contre toute menace de domination : dans les Flandres sous domination espagnole, dans la France des Valois, dans l’Écosse et l’Angleterre des Stuarts. Ainsi, du point de vue historiographique, on peut voir un tournant à la période moderne dans la constitution de l’appareillage juridique des États indépendants ou au contraire, voir une continuité avec la fin du Moyen Âge et considérer l’effervescence théorique des XVIe et XVIIe siècles comme l’héritage des luttes des XIIIe et XIVe siècles pour s’affranchir de l’autorité papale (querelle entre Boniface VIII et Philippe IV le Bel, montée en puissance du gallicanisme et de l’anglicanisme).

Pourtant, il apparaît bientôt que derrière le souverain se cache le tyran : « Other do call that kinde of administration which the Greekes do call, pambasileian, not tyranny, but the absolute power of a King, which they would pretende that everie King hath, if he would use it. The other they call basileian nomikhn or the Royall power regulate by laws », déclare Sir Thomas Smith, conseiller de la reine Elizabeth Iere, dans le De Republica Anglorum (1583). L’un des problèmes qui se pose dans le cadre de la construction des monarchies territoriales centralisées est celui du contrôle possible du pouvoir dès lors que celui-ci présente un risque d’absolutisation, lequel se traduit d’abord par la question de la conversion forcée à la religion du monarque. Comment la volonté du souverain se distingue-t-elle de la volonté du despote ? Si le sujet doit se soumettre à l’autorité civile, comment faire en sorte qu’il ne retombe sous la domination du seigneur médiéval ou qu’il ne devienne l’esclave d’une volonté déréglée ? Comment établir de façon certaine la frontière entre ce qui relève de la puissance légitime et droite, pour reprendre les termes de Bodin, et ce qui relève d’une emprise tyrannique ? Comment la servitude politique contamine-t-elle la société toute entière ? La transmission, au xvie siècle, de la Couronne royale aux princesses anglaises et écossaises fait naître de nouvelles questions : comment l’autorité s’incarne-t-elle dans un corps de femme ? Comment une femme peut-elle exercer le pouvoir ? Plus tard, enfin, comment se dégage la figure du despote éclairé ?

Les penseurs monarchomaques ont porté au plus haut point l’idée d’imposer des limites normatives au détenteur du pouvoir en prônant la résistance active, dès lors que le monarque violerait la liberté de conscience, les lois fondamentales du royaume ou le bien commun. Mais les théoriciens de la souveraineté étatique reprennent à leur propre compte cette notion de limites, soit qu’ils considèrent la souveraineté comme une construction historique (Bodin), soit qu’ils se placent dans une perspective contractualiste (Hobbes, Locke, Rousseau), soit au contraire, qu’ils s’inscrivent dans une perspective institutionnaliste (Harrington, Spinoza, Montesquieu).

L’essor de la doctrine de la souveraineté en Europe à l’orée de la période moderne semble ainsi faire naître une tension entre la nécessité de borner la puissance souveraine et la difficulté d’en passer par la loi civile pour le faire, tension qui s’exprime dans cette formule : « Sans doute la souveraineté est-elle absolue, mais elle a des limites. » (Loyseau, 1606). D’où la tentative de trouver ailleurs que dans cette loi la limite même du pouvoir souverain, que ce soit dans les traités sur l’art de gouverner (Machiavel, Botero, Ammirato…) ou dans les théories du droit naturel et du droit de résistance, selon lesquelles les actions des gouvernants seront jugées à l’aune d’une loi universelle de raison.

À quoi ressemble le tyran moderne ? Les termes de tyran (turannos) et de despote (despotes) nous ont été légués par la pensée gréco-romaine. Le premier serait apparu au viie siècle, pour désigner d’abord la puissance et la richesse de la dynastie des Mermnades, puis pour distinguer le bon roi (basileus) du mauvais roi, dont le règne se caractérise par l’excès (hubris). Le second désignait une divinité ou un maître exerçant sa domination sur un groupe d’hommes ; à partir du XIe siècle après J.C., il est le terme par lequel on désigne l’empereur byzantin. Au XIIIe siècle, Thomas d’Aquin distingue deux types de tyran : le tyran d’exercice et le tyran d’usurpation. Tandis que les sujets ne peuvent s’en prendre à la personne du premier, qui est légitime, ils sont en droit de se soulever contre le second. Les deux vocables ont évolué en parallèle, souvent de manière interchangeable et en sont venus à revêtir, à la Renaissance, puis à la période moderne, la signification péjorative que lui donne Montesquieu. Pour lui, le bon gouvernement se distingue du gouvernement despotique, non par l’identité de celui qui détient le pouvoir, non par la nature du régime considéré – démocratie, aristocratie, monarchie, mais par la manière dont le souverain l’exerce : dans un cas, l’exercice du pouvoir sera tempéré par les lois de l’État ou de la Principauté, dans l’autre, sa volonté propre, fût-elle altérée et erratique, ne connaîtra pas de bornes et tiendra lieu de loi.

Chaque époque a donné au tyran ou au despote des traits spécifiques et a défini la nature de son abus, en fonction de conjonctures historiques singulières. Les modernes investissent à nouveaux frais la figure du mauvais prince tandis que les critères éthico-religieux par lesquels on jugeait auparavant un gouvernant – est-il pieux, sage ou juste ? – paraissent céder le pas à des considérations « prudentielles » sur les conditions de la paix religieuse ou de la prospérité des États, conférant à la notion de bien commun une dimension plus immédiate que celle qui prévalait dans la pensée scolastique. La tyrannie qui s’exerce sur les individus est le masque de la persécution religieuse ou de la domination aristocratique. Tandis que l’analogie avec le pouvoir patriarcal sert dans certains cas à légitimer le pouvoir souverain (Filmer), la volonté de le limiter va de pair avec la critique des rapports de domination entre les sexes (Marinella, Tarabotti).

Héros tragique par excellence, le tyran fait l’objet de nombreux traitements littéraires et picturaux (allégories, images satiriques…) qui font contrepoint aux portraits officiels de souverains en majesté. Omniprésent chez Shakespeare, c’est un prince ou un usurpateur pris au piège d’un jeu de miroirs : « As Caesar loved me, I weep for him ; as he was fortunate, I rejoice at it ; as he was valiant, I honour him : but as he was ambitious, I slew him », déclare Brutus. Enfin, il est au centre des traités monarchomaques, catholiques (Mariana, Boucher) ou protestants (Buchanan, Languet, Bèze), dont Milton ou Sidney sont les héritiers : il y revêt l’apparence d’un vieillard sénile, d’une femme esclave de ses passions, ou d’un fou qu’aveugle sa volonté de dominer. Dans leurs recommandations les plus radicales, ceux-ci réclament le tyrannicide.

Il s’agira donc d’interroger une multiplicité de sources et de témoignages d’hommes et de femmes et de montrer comment ils rendent compte des mutations de la figure du souverain à l’âge classique : celles-ci seront saisies dans leurs lignes de force, comme dans leurs tensions irrésolues, entre l’institution d’une autorité suprême de légitimité populaire capable de prendre des décisions qui engagent la société toute entière, et l’élaboration constitutionnelle de contrepoids pour éviter que le souverain ne dégénère en tyran. Le domaine d’études sera européen, voire « cosmopolitique », car si les penseurs occidentaux érigent le despote oriental en contre-modèle, il serait important de confronter cette vision avec des penseurs d’expression perse, chinoise ou arabe.

Télécharger le programme ici 

A paraître en 2016 chez Droz : Actes du colloque Régicides en Europe XVIe-XIXe siècles

Colloque international organisé à Pau les 17, 18 et 19 juin 2010, par la Société Henri IV, le Musée national du château de Pau et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM
Actes réunis par Isabelle Pébay-Clottes, Conservateur en chef au Musée national et domaine du château de Pau ; Claude Menges-Mironneau, Chargée de mission au Musée national et domaine du château de Pau ; Paul Mironneau, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du Musée national et domaine du château de Pau ; Philippe Chareyre, Professeur d’histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Avec le soutien de la Société des Amis du château de Pau.

Télécharger le sommaire ici
Télécharger la table des auteurs  ici 

 

 

Spectacle son et lumière – Henri IV : un roi est né

Du 13 décembre 2015 au 3 janvier 2016, dans la cour du château de Pau, un spectacle son et lumière raconte la naissance du futur Henri IV, son enfance et sa vie jusqu’aux guerres de religion.

Une création Skertzo pour la ville de Pau.
Entrée libre et gratuite entre 18h30 et 20h15, tous les jours sauf 24  et 31 décembre.
Durée de chaque séquence : 5 min.

1615-2015 Commémoration des mariages franco-espagnols

L’année 2015 est riche de commémorations, entre l’accession au trône de France du flamboyant François Ier en 1515 et la mort du roi soleil en 1715, événements qui laissent peu de place à la célébration d’autres dates importantes de l’histoire de France. Moins célébrée, mais pas oubliée pour autant, une année intéresse plus particulièrement la Société Henri IV : 1615 qui vit la mort de Marguerite de Valois et le double mariage franco-espagnol.

Le colloque de Nérac (21-23 octobre 2015), dont la Société Henri IV est l’un des organisateurs, ravivera la mémoire de la première épouse d’Henri IV, rappelant son rôle politique et portant un éclairage nouveau sur sa place éminente dans le monde des Lettres.

Les mariages franco-espagnols font l’objet, depuis le mois de juin, de plusieurs manifestations à Bordeaux et Pau : colloques, conférences, concert et exposition rappellent ainsi l’importance de l’événement qui se déroula en Gascogne pendant tout l’automne 1615.

11 décembre 2015–6 mars 2016 à Pau
Exposition

Pau, Musée national et domaine du château – Maison Baylaucq
De Burgos à Bordeaux
Regards sur les mariages royaux de 1615

Le 25 novembre 1615, en la cathédrale de Bordeaux, le roi de France Louis XIII recevait la bénédiction nuptiale aux côtés de celle qui était devenue son épouse quelques jours plus tôt, l’infante Anne d’Autriche. Le 18 octobre, leurs noces avaient été célébrées par procuration, ainsi que celles d’Elisabeth de France avec don Philippe d’Espagne, futur Philippe IV d’Espagne, simultanément à Burgos et Bordeaux . Par cette prestigieuse double union, la régente Marie de Médicis concrétisait avec éclat un projet de rapprochement avec le roi très catholique. Cette nouvelle orientation politique, à l’opposé de celle de son défunt époux Henri IV, devait rencontrer bien des oppositions dans le royaume de France. Mais annoncées en janvier 1612, les doubles fiançailles voulues par Marie de Médicis n’en furent pas moins célébrées par trois jours de festivités à Paris, du 5 au 7 avril, dont l’apothéose fut un ballet équestre, le « carrousel de la gloire », place royale (actuelle place des Vosges), qui connut une extraordinaire renommée.

Les fêtes de 1615 furent plus extraordinaires encore et devaient durer plusieurs semaines, des deux côtés des Pyrénées. Arrivée le 7 octobre à Bordeaux, la cour n’en repartit en effet que le 17 décembre suivant. Des circonstances exceptionnelles pour la capitale de la Guyenne, qui reçut somptueusement son jeune roi, avec force entrées solennelles, réceptions, discours, tournois, ballets, feux d’artifices et même bataille navale.

Ouvrages imprimés, estampes et médailles, présentés dans l’exposition, reprirent à l’envi le récit de ces journées, magnifiant l’événement et la monarchie française, diffusant aussi un message éminemment politique qu’il s’agit de décrypter. Ces œuvres viennent en grande partie du riche cabinet d’arts graphiques du Musée national, mais sont complétées des prêts de plusieurs institutions françaises.

L’exposition offrira également un contrepoint contemporain à cette présentation, avec les photographies réalisées par Didier Sorbé en plusieurs points de l’itinéraire croisé des deux princesses, Elisabeth et Anne, de part et d’autre des Pyrénées. Des échos lointains de ces extraordinaires événements, nous parviennent-ils encore quatre siècles plus tard des lieux où ils se déroulèrent ?
Le dossier de presse peut être téléchargé ici

19 novembre 2015
Concert-spectacle

Les Chantres de Saint-Hilaire & les Choeurs de la Maîtrise de Bordeaux donneront un concert-spectacle autour de l’idée des unions et de l’enfance de Louis XIII en l’église Saint-Bruno de Bordeaux.
Mise en scène : Olivier Baert
Le communiqué de presse peut être téléchargé ici

3-7 novembre 2015
400 ans du mariage de Louis XIII à Bordeaux
Colloque international : La France et l’Espagne au cœur de l’Europe :  les Alliances dynastiques des Maisons de France et d’Espagne (XVIe -XVIIIe siècles). Relations politiques, enjeux internationaux, transferts culturels et artistiques
Le programme du colloque peut être téléchargé
ici
Concert avec l’ensemble Sagittarius
Visites autour du Bordeaux du temps de Louis XIII
Le programme des manifestations peut être téléchargé ici.

10 juillet 2011 à Anglet
Conférence
Josette Pontet, Quatre siècles de relations franco-espagnoles : les mariages royaux de 1615
Le programme peut être téléchargé
ici.

10-11 juin 2015 à Bordeaux
Colloque international

1615-2015 L’Europe à Bordeaux. les mariages dynastiques franco-espagnols
Organisé par l’université de Bordeaux-Montaigne/ CEMMC
Marie-Bernadette Dufourcet-Hakim et Géraud Poumarède
Le programme peut être téléchargé ici.

Paru : La Lettre de la Société Henri IV n°31

La Lettre de la Société Henri IV (n°31 juillet 2015) est parue.

Elle est essentiellement consacrée à la numismatique de l’année 1610, une année riche en événements dans le royaume de France et qui vit Louis XIII succéder à Henri IV. Après avoir fait la description de la politique monétaire et des types de monnaies émis cette année-là (Lettre de la Société Henri IV n°21 et n°22 ), l’auteur, Xavier Pébay porte dans ce nouvel article un éclairage passionnant sur les jetons de 1610.  Qu’elles émanent de villes (Dijon, Tours, Metz), de membres de la noblesse (Charles de Gonzague, duc de Nevers ou Roger de Saint-Lary, duc de Bellegarde), du clergé ou d’administrations royales, ces petites pièces, malgré leur modestie, présentent un grand intérêt de par leur symbolique, à travers les devises et l’iconographie retenues. L’article, d’une trentaine de pages, propose une analyse numismatique précise et une mise en perspective historique de ces objets méconnus. La dernière partie de ce panorama numismatique de l’année 1610 en quatre volets sera consacrée aux jetons royaux et publiée dans la Lettre n°32. Outre l’article, vous trouverez les compte-rendus d’activité et les projets de la Société pour les années à venir.

Télécharger le sommaire de la Lettre de la Société Henri IV n°31

La Lettre de la Société Henri IV (2 parutions par an) est adressée à tous les adhérents de l’association à jour de leurs cotisations. Elle peut être acquise au numéro ou pour un ensemble de numéros.

Conférence d’Anne-Marie Cocula. Nérac 21 octobre 2015

En ouverture du colloque international Marguerite de Valois 1615-2015 organisé à Nérac les 21, 22 et 23 octobre 2015, l’historienne Anne-Marie Cocula-Vaillières, professeur émérite à l’Université de Bordeaux-Montaigne, donnera une conférence : 1585, Marguerite de Valois et Agen. Une ville pour un royaume ?

La conférence aura lieu le mercredi 21 octobre, au château de Nérac, salle des écuyers à 17h30. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Télécharger le résumé de la conférence

Présentation d’Anne-Marie Cocula-Vaillières
Après une thèse de doctorat d’État consacrée aux gens de la rivière de Dordogne aux XVIIIe et XIXe siècles, Anne-Marie Cocula a mené des recherches sur l’histoire sociale, économique et religieuse du XVIe siècle, principalement dans l’Aquitaine actuelle, en publiant des ouvrages sur l’histoire des villes, Bordeaux et Périgueux, et en s’attachant à de grands auteurs contemporains de cette période où la province de Guyenne joue un rôle essentiel dans l’histoire politique du royaume. Parmi eux, Brantôme, Montaigne et La Boétie auxquels elle a consacré des biographies profondément ancrées dans la chronologie, la géographie et l’actualité de leur temps. Elle achève actuellement un ouvrage sur La Boétie et le Discours de la Servitude volontaire.

Congrès des hautbois – concert « Les hautbois d’Henri IV » à Pau 24 octobre 2015

Le samedi 24 octobre 2015 à 15 h., le musée national et domaine du château de Pau accueille l’ensemble « Les Hautbois d’Henri IV » pour un concert intitulé Musiques du temps d’Henry IV.

Ce concert s’inscrit dans le cadre du 16e Congrès de l’Association Française du Hautbois, organisé sous le titre « Le Hautbois dans tous ses états – De la Renaissance au Jazz… ».

L’ensemble « Les Hautbois d’Henri IV » est la reconstitution d’une « bande de hautbois » comme celles qui, à la fin du XVIe siècle, en France et partout en Europe, animaient les cérémonies officielles, les bals, les fêtes de villages ou faisaient résonner les voûtes des églises des sonorités colorées de leurs hauts instruments.

Constituée de musiciens professionnels, la bande de hautbois, cornets et sacqueboutes était employée pour accompagner les événements de la vie du roi, mariages, sacres, offices religieux, mais aussi pour divertir les convives par des chansons légères et des fantaisies instrumentales.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles et uniquement sur réservation au 06 86 94 59 96 ou virginie.arbouin@culture.gouv.fr

Pour plus d’information sur l’ensemble des « Hautbois d’Henri IV »: http://hh4.free.fr

Colloque Marguerite de Valois (1615-2015)

A l’occasion du 400ème l’anniversaire de la mort de Marguerite de Valois, la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac organisent un colloque international au château de Nérac, les 21, 22 et 23 octobre 2015.

Dernière fille de Catherine de Médicis et d’Henri II, celle qui fut brièvement « reine de France et de Navarre » n’a guère laissé indifférents ses contemporains, ni plus tard historiens, auteurs dramatiques,  écrivains – dont Alexandre Dumas père qui devait à jamais  la transformer en « Reine Margot » –  et jusqu’aux cinéastes.

Placée au coeur des conflits de la seconde moitié du XVIe siècle, cette sœur des trois derniers Valois, catholique mariée au protestant Henri de Navarre, futur Henri IV,  joua un rôle politique non négligeable en des temps troublés.

Elle fut aussi une lettrée, qui tint à Paris une cour de savants et d’écrivains dans les premières années du XVIIe siècle, et dont les Mémoires, parus après sa mort en 1628, connurent un succès jamais démenti.

Le colloque se tiendra à Nérac, salle des écuyers, au pied du château où Marguerite de Valois séjourna pendant plusieurs années, avec Henri de Navarre, à partir de l’automne 1579. Une quinzaine d’intervenants évoqueront l’oeuvre littéraire de Marguerite de Valois, sa place  dans le monde intellectuel des XVIe-début XVIIe siècles et l’image de la reine transmise par la postérité. En ouverture, Mme Anne-Marie Cocula donnera une conférence consacrée à la présence de Marguerite de Valois à Agen pendant l’été 1585 : « Une ville pour un royaume ? »

L’entrée est libre et gratuite.

Télécharger le programme du colloque Marguerite de Valois

Télécharger les résumés des communications

Une lettre d’Odet de la Noue à Catherine de Bourbon (1600)

Nous publions ici le texte commenté d’une lettre inédite adressée le 9 décembre 1600 par Odet de La Noue à Catherine de Navarre, soeur unique du roi Henri IV, devenue par mariage duchesse de Bar en 1599.

Cet article a été publié dans La Lettre de la Société Henri IV, n°18 (juillet 2008) par Bernard Barbiche et Marie-Hélène Grintchenko. Il peut être téléchargé ci-dessous.

Lettre_Odet_de_La_Noue

Excommunication et absolution

Nouvelles recherches à propos des relations tumultueuses
d’Henri IV avec la papauté

 

Les recherches conduites très récemment par deux doctorants en histoire moderne contribuent à renouveler notre connaissance des relations complexes entretenues par Henri IV avec la papauté.

Benoît Schmitz, dans la thèse qu’il a consacrée au Pouvoir des clefs au XVIe siècle, s’est tout particulièrement attardé sur l’intervention des papes durant la huitième et dernière guerre de religion, de l’excommunication d’Henri de Navarre et d’Henri de Condé par Sixte Quint en 1585, à l’absolution d’Henri IV par Clément VIII en 1595. Il analyse notamment le combat polémique qui s’est développé autour de l’excommunication privatoire de 1585, en prenant en compte les ouvrages réformés, tels que le Brutum Fulmen de François Hotman ou la Censura orthodoxa de Théophile de Banos, mais aussi des écrits gallicans, comme ceux de Pierre de Belloy, avant d’envisager la réaction pontificale à cette vive contestation de l’intervention du Saint-Siège dans les affaires temporelles du royaume (Responsio de Bellarmin).

Lana Martysheva, qui consacre sa thèse en cours à la légitimation du pouvoir d’Henri IV par les prélats français, vient de publier un article dans lequel elle analyse la réaction à l’absolution pontificale de 1595 à travers les sources iconographiques contemporaines de l’événement. L’étude attentive d’un corpus soigneusement sélectionné d’œuvres réalisées par des artistes traduisant soit un point de vue « royaliste » soit un point de vue « romain » permettent de mettre en lumière les différentes interprétations de l’événement qui glorifient alternativement le roi de France et la grandeur de la papauté. Le point d’orgue de l’étude est l’analyse de la colonne commémorative de l’absolution dressée à Rome en 1596, et la mise en regard des diverses interprétations suscitées par ce monument énigmatique et controversé.

Références :

Lana Martysheva, « Représenter un événement. L’abolution romaine d’Henri IV (1595) », Revue Mabillon, tome 25 (2014), p. 231-264.

Benoît Schmitz, Le pouvoir des clefs au XVIe siècle. La suprématie pontificale et son exercice face aux contestations religieuses et politiques, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2013.

Benoît Schmitz, « Le pouvoir du pape sur les royaumes : la controverse imprimée entre catholiques romains et catholiques gallicans à propos des bulles de 1585, 1589 et 1591 », dans Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles, sous la direction de Gigliola Fragnito et Alain Tallon, Collection de l’École française de Rome n° 508, Open Editions, 2015. Cet article peut être lu ici.

 

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France