Appel à communication: Le métier de diplomate ou la représentation au quotidien du XVIe siècle à nos jours

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale. Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

La journée d’étude jeunes chercheuses et chercheurs aura lieu le 6 février 2020 à Nantes.

Argumentaire

L’usage et les pratiques diplomatiques, bien qu’anciens, connaissent une évolution significative avec l’émergence de nouvelles formes de relations et d’échanges entre les Etats qui se constituent à l’époque moderne. Dès le XVIe siècle s’opère en effet une mutation des relations internationales à travers l’intensification de la politique européenne, ce qui renforce le rôle des représentants au détriment des rencontres directes entre souverains. Des missions permanentes remplacent les ambassades temporaires. Un corps d’acteurs diplomatiques se constitue et est chargé de représenter un souverain, un État ou une nation hors de ses frontières. La représentation du pouvoir du prince, d’un État, est alors indissociable de la figure de l’ambassadeur. Cette notion de représentation se retrouve dans les dictionnaires du XVIIe siècle où le terme figure sous trois entrées : l’entrée théâtrale (“jouer quelque pièce de théâtre […]”), et deux autres acceptions qui ont été discutées par Carlo Ginzburg : “d’un côté la représentation donne à voir une absence ce qui suppose une distinction nette entre ce qui représente et ce qui est représenté ; de l’autre la représentation est l’exhibition d’une présence, la présentation publique d’une chose ou d’une personne”[1].

Cette représentation d’un souverain, d’un Etat ou d’une nation assurée par le diplomate s’accompagne d’une mise en scène riche et multiforme, relevant souvent du registre de l’implicite. Le décor diplomatique se retrouve sur les immeubles et résidences d’ambassades, dans les suites des diplomates, au travers de leurs habits et livrées, sur leurs tables, etc. Le prestige d’un souverain ou d’une nation doit aussi se refléter dans le comportement et la sociabilité de ses représentants. Aussi, la comparaison entre l’ambassadeur et le comédien est un thème récurrent. L’esthétique des mises en scène est travaillée et l’expression de la représentation diplomatique perdure largement dans les arts visuels et dans la littérature. Les évolutions du système international avec l’émergence de nouveaux cadres (organisations internationales) et de nouveaux acteurs diplomatiques (parlementaires, experts, etc.) questionnent la pérennité de ces codes, leur assimilation, leur réappropriation ou leur mise en concurrence.

Depuis une quinzaine d’années s’opère dans le champ de l’histoire de la diplomatie un mouvement historiographique qui tend à faire émerger une « diplomatie par le bas », mettant en avant le caractère quotidien et ordinaire de son activité. L’intérêt des historiens s’est notamment porté sur les acteurs de la diplomatie en étudiant la figure, le parcours, l’identité du diplomate et sa professionnalisation[2]. Par ailleurs, depuis quelques années se développent des perspectives liant diplomatie et histoire matérielle ou histoire des mentalités[3]. L’étude des pratiques diplomatiques, des rituels et des codes partagés par ses acteurs présente alors un champ de recherche fécond dans lequel nous souhaitons nous inscrire.

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019[4]. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale.

Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

De toute évidence, l’établissement de représentations permanentes à l’époque moderne tend à faire de la représentation une fonction totale se matérialisant par le privilège d’immunité régissant la vie du diplomate, ses pratiques quotidiennes, mais aussi celles de son entourage (famille, suite, personnel, etc.). A ce titre, plusieurs axes sont envisagés pour cette journée d’étude :

  • Sociabilité et représentation : La mondanité et la sociabilité diplomatique constituent un espace intermédiaire de représentation entre les scènes publique et privée. Ainsi, les réceptions (dîners, banquets, cocktails) constituent, au même titre que les activités sportives (chasse, golf), culturelles (théâtres, opéras), de loisir, une diplomatie semi-officielle donnant à voir des enjeux de pouvoirs et de concurrence entre diplomates. Les relations personnelles et privées qui se tissent à cette occasion ont-elles des répercussions sur la gestion des affaires publiques et diplomatiques ?
  • Matérialité de la représentation : Le lieu de résidence des ambassades, le décor des immeubles et leurs mobiliers participent également à l’affichage diplomatique. Le logis de l’ambassadeur, à la fois bureau, logement de fonction et demeure d’accueil des invités de marque, est un lieu permanent de démonstration de la puissance étatique. L’étude du patrimoine architectural diplomatique permet d’examiner les rapports entre l’art et la diplomatie. Ces aspects matériels de la représentation diplomatique nous incitent en outre à nous interroger sur l’existence d’une économie de la diplomatie en s’intéressant aux frais de représentations, aux consommations, aux artistes et aux artisans mobilisés par ces structures.
  • Acteurs de la représentation : Au-delà de la seule personne du diplomate, la représentation diplomatique engage aussi son entourage plus ou moins direct. Ainsi, il nous paraît opportun d’examiner la manière dont elle est prise en charge par certains groupes tels que la famille du diplomate, ses domestiques, les agents subalternes de l’ambassade (courriers, traducteurs, agents chargés de la sécurité etc), mais aussi des artistes et intellectuels admis dans cette société. Par ailleurs, les recours fréquents à des recrutements locaux posent la question de la participation de ces employés à la représentation diplomatique d’un autre Etat.
  • “Représentations sur la représentation” : Cette journée sera enfin l’occasion de s’interroger sur ce que la mise en scène du quotidien des ambassades dans l’art, la littérature (récit autobiographique, traités savoir-être) et les médias peut nous apprendre sur la représentation diplomatique, ses enjeux et ses perceptions.

Lors de cette journée, nous nous intéresserons aussi bien aux aspects matériels et symboliques de la représentation, qu’à ses normes et à ses pratiques, aux continuités et aux héritages aussi bien qu’aux mutations, de l’époque moderne à nos jours. Les communications mettant en évidence l’action des femmes dans le domaine de la représentation et les expériences de l’altérité résultant des interactions diplomatiques quotidiennes seront également étudiées avec attention.

[1] GINZBURG Carlo, “Représentation : le mot, l’idée, la chose”, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46e année, n° 6, 1991. p. 1219-1220.

[2] Par exemple, Colloque “Je ne voudrais point un négociateur de métier…” L’identité du diplomate : métier ou noble loisir ?”, Institut historique allemand – Université Paris-Diderot, 14-17 juin 2017.

[3] Par exemple, Colloque international “Table et diplomatie à l’échelle du monde”, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation (IEHCA) – Villandry, Paris, La Courneuve, 2-5 novembre 2016.

[4] Journée d’étude “Le diplomate en représentation du XVIe siècle à nos jours”, Centre des archives diplomatiques de Nantes, 28 mars 2019.

Modalités de soumission

Les propositions de communication individuelles (300-500 mots), accompagnées d’une brève présentation biographique, sont à envoyer à l’adresse suivante : diplomate.representation chez gmail.com jusqu’au vendredi 6 septembre 2019. Les communicantes et communicants recevront une notification d’acceptation à partir du 15 octobre 2019.

Pour toute demande d’informations, contacter : diplomate.representation chez gmail.com

Comité d’organisation

Amélie Balayre (CREHS – Université d’Artois)
Claire Le Bras (CRHIA – Université de Nantes)
Marie-Cécile Pineau (CRHIA – Université de Nantes)
Nathan Rousselot (CRHIA – Université de Nantes)

Comité scientifique

Michel Catala (CRHIA – Université de Nantes)
Charles Giry-Deloison (CREHS – Université d’Artois)
Stanislas Jeannesson (CRHIA – Université de Nantes)
Yann Lignereux (CRHIA – Université de Nantes)
Eric Schnakenbourg (CRHIA – Université de Nantes)

 
 

Exposition: Enfants de la Renaissance

Exposition du 18 mai au 1er septembre 2019 au château royal de Blois

Blois : le berceau de nombreuses têtes couronnées ! Maison d’enfance des deux filles de Louis XII et d’Anne de Bretagne, pouponnière des 7 enfants de François 1er et Claude de France, palais familial pour Henri II et Catherine de Médicis qui viennent souvent à Blois pour rendre visite à leurs 10 enfants, puis demeure de la progéniture tardive d’Henri IV et de Marie de Médicis : le château n’a cessé de voir grandir ses enfants royaux ! Nourrie de la richesse des différentes sagas familiales du château royal de Blois, l’exposition “Enfants de la Renaissance” mêle intimement l’Histoire du château et l’évolution de l’éducation depuis le Moyen Âge, aborde les us et coutumes de la fin du XVe au début du XVIIe siècle mais aussi le devoir de maternité des princesses ou encore la stérilité des rois et reines.

“Enfants de la Renaissance” : naissance et petite enfance
Scindée en trois temps forts, l’exposition “Enfants de la Renaissance” présente dans sa première partie les épreuves de la grossesse et de l’accouchement, ou encore le personnage, essentiel, de la nourrice. A la Renaissance, chaque étape de la maternité est indissolublement liée à la mort, celle du nourrisson ou de la mère. Portraits, représentations et objets prophylactiques illustrent bien les problèmes de mortalité infantile et maternelle mais aussi les nombreux rituels parfois magiques, astrologiques ou religieux pour prévenir les maladies ou échapper à la mort. Les représentations d’emmaillotement et d’allaitement ainsi que la vaisselle, les ustensiles ou encore les biberons utilisés permettent par ailleurs de se projeter dans les conditions de vie d’un nourrisson à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’univers enfantin
La seconde partie s’attache au renouveau de l’image : la figure enfantine et son portrait font leur entrée introduisant son individualisation dans la société et sa distinction progressive avec le monde adulte. Objets et scènes de la vie quotidienne mais aussi mobilier, berceaux, vêtements viennent illustrer l’univers enfantin à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’éducation des enfants royaux
Naître à la cour de France signifie grandir loin de ses parents. Du personnel aux résidences privilégiées en passant par la fréquence des rencontres ou l’éducation militaire, la troisième partie de l’exposition met en exergue l’enfance et le quotidien des dauphins ou futurs princes. Cette période voit apparaître les premières méthodes d’apprentissage et l’enseignement organisé : c’est le début des bonnes manières, des règles de propreté et de l’art de vivre en société. La culture de la Rena issance assigne également de nouveaux objectifs d’éducation aux enfants : les traités pédagogiques se multiplient puis voient arriver les premiers jeux, livres et jouets comme outils didactiques.

Source: Château royal de Blois

Paru : De Marguerite de Valois à la reine Margot

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

De Marguerite de Valois à la reine Margot / Autrice, mécène, inspiratrice

Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennot et Catherine Magnein, 276 p.

Cet ouvrage est issu des actes du colloque tenu au château de Nérac (Lot-et-Garonne), à l’automne 2015, dans le cadre des commémorations du 400ème anniversaire de la mort de Marguerite de Valois. Ce colloque était organisé par la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac .

Cet ouvrage examine certains des écrits de Marguerite de Valois ainsi que des textes de poètes, prosateurs et traducteurs qui l’entourèrent ou s’adressèrent à elle. Il s’intéresse également au foisonnement des œuvres inspirées par sa figure, du calomnieux pamphlet qui fit sa légende noire aux fictions télévisuelles des années 60 et 70, en passant par les écrits des princesses qui prirent la plume à son image, les dictionnaires qui colportèrent sa double réputation de femme savante et de débauchée, et les artistes qui la mirent en scène, au roman comme à l’opéra.

Edition réalisée avec le soutien de la Société Henri IV et du ministère de la Culture/Archives de France.

Télécharger le sommaire

Télécharger l’Introduction d’Eliane Viennot

Télécharger la liste des auteurs

Mélanges Jean-Pierre Babelon


Henri IV en 1605
Jean-Pierre Babelon, membre de l’Institut, est à l’origine de la Société Henri IV, qu’il a créée en 1993, la présidant jusqu’en 2009. Afin de lui rendre hommage, la Société Henri IV a voulu lui offrir un volume composé d’une trentaine de contributions portant sur ses thèmes de prédilection : Henri IV bien sûr, mais aussi le patrimoine architectural et artistique. A la fin de l’ouvrage, une bibliographie détaillée inventorie de manière raisonnée sa production scientifique.

Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Babelon, Textes réunis par Isabelle Pébay-Clottes et Jacques Perot, Château de Pau, Société Henri IV, 2014, 311 p.

Liste des contributeurs : Guillaume d’Abbadie, Bernard Barbiche, Jean-Paul Barbier-Mueller, Jean-François Bège, Yves-Marie Bercé, Bernard Berdou d’Aas, David Buisseret, Jean Castarède, Grégory Champeaud, Philippe Chareyre, Philippe Charlier, Anne-Marie Cocula, Hugues Daussy, Christian Desplat, Alain Dufour, Stéphane Gabet, Alexandre Gady, Janine Garrisson, Chantal Gastinel-Coural, Michel Laclotte, Madeleine Lazard, Claude Menges-Mironneau, Paul Mironneau, Claude Mignot, Isabelle Pébay-Clottes, Jacques Perot, Nicolas Sainte Fare Garnot, Eric Thierry, Mario Turchetti, Jean-Marc Vasseur.

Mélanges Babelon

 

Appel à communication: Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre, Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIesiècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

Ø  L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte règlementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

Ø  Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

Ø  Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.

Les propositions de communication (comportant un titre, l’indication de l’axe envisagé, un résumé limité à 250 mots et une présentation biographique) doivent être envoyées jusqu’au 31 mai 2019, à alvaro.adot@casadevelazquez.orgET à denes.harai@univ-pau.fr.

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Parution : Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle)

Vient de paraître aux éditions des Presses Universitaires du Septentrion

Laurent Jalabert, Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle)

Présentation de l’éditeur : Le protestantisme est généralement réputé étranger à la Lorraine. Pourtant, la diversité géopolitique de l’espace lorrain à l’époque moderne, puis sa partition tragique à l’époque contemporaine, font de ce territoire un lieu de diffusion contrastée des réformes protestantes, dans leur diversité. Calvinistes, luthériens ou encore anabaptistes, jusqu’aux évangéliques aujourd’hui, ont tous, malgré leur situation d’extrême minorité et la précarité, parfois, de leur condition juridique, joué un rôle non négligeable dans l’histoire lorraine.

Il s’agit donc de réévaluer cette place, de faire un bilan des travaux les plus récents et de lancer des pistes pour de futures recherches, tout en replaçant la Lorraine dans des contextes plus larges, du fait de sa position d’entre-deux entre les constructions nationales française et allemande.

Entre synthèse globale et études de cas, cet ouvrage est un reflet de nos connaissances actuelles sur le sujet, ce qui constitue une entreprise éditoriale inédite.

Présentation de l’éditeur

Conférences de la Société des Amis du château de Pau Janvier-juin 2019

La Société des Amis du château de Pau propose un programme régulier de conférences, au Musée national et domaine du château de Pau.

Pour le premier semestre 2019, plusieurs conférenciers aborderont  des thématiques en relation avec l’histoire du règne d’Henri IV et des guerres de religion :

Samedi 19 janvier 2019 à 15h : Florence Buttay,  Le sanglier navarrais. Caricatures d’Henri IV au temps de la Ligue

Après l’assassinat d’Henri III, l’affrontement entre les partisans d’Henri IV et ses farouches opposants catholiques, les ligueurs, ne s’est pas joué seulement sur les champs de bataille. Une intense guerre d’images et de mots l’accompagne. L’image du roi de Navarre y tient une place importante. Porc fangeux, chasseur rustaud ou sanglier navarrais : les ligueurs ne manquent pas d’imagination pour le caricaturer. Dans les villes rebelles, les enfants sont formés à la détestation du roi. A partir des dessins et des poèmes composés par les élèves du collège des jésuites de Paris, dans les années 1590, Florence Buttay, Maîtresse de conférence à l’Université de Bordeaux-Montaigne, évoquera ces portraits à charge destinés à renforcer la peur et donc la résistance des jeunes catholiques.

Samedi 16 février 2019 : Josette Groslière, Gabrielle d’Estrées, presque reine

La belle Gabrielle, que le roi couvrit d’honneurs, de titres et de bienfaits aurait sans doute été Reine de France si la mort ne l’avait pas emportée à l’âge de 26 ans, après qu’elle eut donné trois enfants au roi, dont son fils préféré, César de Vendôme.

Josette Groslière, Maître Assistant des Facultés de Droit honoraire, est historienne de la Gascogne et spécialiste de l’histoire événementielle du XVIe et XVIIe siècles.

Samedi 9 mars : Dénes Harai, Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Dénes Harai évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Dénes HARAI, membre de la Société Henri IV, est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur l’histoire politique française et hongroise des XVIe-XVIIe siècles. Universitaire, il soutient sa thèse sur les conseillers du roi de Navarre et du prince de Transylvanie ( XVIe-XVIIe siècles). Depuis janvier 2017 : il est chercheur post-doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, au sein de l’équipe ITEM (Identitiés, Territoires, Expressions, Moblités), dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), dirigé par le professeur Philippe Chareyre et  soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Samedi 20 avril : Jean Eimer,  Montaigne, encore un essai !

Jean Eimer vient de publier un livre « Montaigne, encore un essai ! », écrit sur le vif, comme si le penseur vivait parmi nous aujourd’hui. Ainsi se livre-t-il à des réflexions personnelles sur sa vie, ses centres d’intérêt et le monde qui l’entoure, en particulier celui de l’époque du jeune Henri IV .

Journaliste au Groupe Sud-Ouest où il a été notamment Directeur de la Rédaction de Sud-Ouest Dimanche, Jean Eimer est un fervent lecteur de Montaigne et un observateur alerte de son temps.

La Société Henri IV a établi un partenariat avec la Société des Amis du château de Pau. Elles coorganisent chaque année au mois d’octobre une conférence au Musée national et domaine du château de Pau.

 

APPEL A CONTRIBUTION – CATHERINE DE MEDICIS (1519-1589) : POLITIQUE ET ART DANS LA FRANCE DE LA RENAISSANCE

Appel à contribution se terminant le 22 mars 2019

Appel à communication pour un colloque international organisé dans le cadre des célébrations des 500 ans de la Renaissance par les châteaux de Blois et de Chaumont, avec le soutien de la région Centre-Val de Loire et la ville de Blois, les 21, 22 et 23 novembre 2019 aux châteaux de Blois et de Chaumont :

Catherine de Médicis (1519-1589) : politique et art dans la France de la Renaissance

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever en 1589 au coeur de la 8e guerre de religion. L’ampleur de son œuvre politique et culturelle représente un défi pour les spécialistes de l’histoire et de l’histoire de l’art qui doivent se confronter aussi à une historiographie particulièrement dense et divergente. Dès son vivant, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements imprégnés par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie qui ont cours à son époque. Sous la plume des contemporains se dessine ainsi sa « légende noire » qui perdure au cours des siècles et marque encore aujourd’hui l’imaginaire à son sujet […].

Voir le texte complet de l’appel à contribution ici.

Conseil scientifique
Susan Broomhall, The University of Western Australia
Luisa Capodieci Bayard, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance, Écouen
Jérémie Foa, Aix-Marseille Université
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Université de Warwick

Organisateurs
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance, Écouen
Caroline zum Kolk, Institut d’études avancées de Paris, Cour de France.fr

Modalités de soumission
Les propositions de communication sont à envoyer à Guillaume Fonkenell (guillaume.fonkenell@culture.gouv.fr) et Caroline zum Kolk (zumkolk@cour-de-france.fr) le 22 mars 2019 au plus tard.
Les participants recevront début avril une notification au sujet de leur participation au colloque.

Les propositions doivent inclure :
les nom, prénom, adresse électronique, statut, discipline et affiliation du chercheur ou de la chercheuse ;
le titre de la communication ;
un résumé d’une page de la proposition, spécifiant le contenu de la communication, la méthode employée et les sources mobilisées ;
éventuellement la thématique dans laquelle s’inscrit la proposition.

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais. La majorité des échanges auront lieu en français et il est donc attendu des participants une compréhension du français leur permettant de suivre les discussions.

Montrer le pouvoir, Pau – 8 février 2019

 

« Montrer le pouvoir » (journée d’étude, 8 février 2019)

En lien avec l’exposition  “Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais ” au Château de Pau et le projet ANR « AcRoNavarre », cette journée d’étude se propose d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Musée national et domaine du Château de Pau
Château de Pau
2, rue du château
64000 Pau

PROGRAMME

9h Ouverture et présentation de la journée

Première partie : Manifestations du pouvoir

9h15 : Philippe Chareyre (UPPA) : Les entrées de François Ier et de
Charles IX à Nîmes

9h45 : Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Le dernier grand
spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret

10h15 : Pause

10h30 : Dénes Harai (UPPA) : L’affichage du pouvoir d’Henri de Navarre au royaume de France à travers ses lettres de sauvegarde
(1576-1589)

11h : Olivier Caporossi (UPPA) : La monnaie du pouvoir souverain
chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle: enjeux politiques
d’une monarchie en crise

11h30-12h : Discussion

Seconde partie : Arts et pouvoir

14h : Delphine Trébosc (UPPA) : Collections d’antiques et
représentation du pouvoir sous les Valois

14h30 : Claude Mengès-Mironneau (Musée national du château de Pau) : Les
arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle: le pouvoir et le
goût

15h : Paul Mironneau (Musée national du château de Pau) : Le trop conventionnel ‘Triomphe d’Henri IV’ (vers 1599-1610, musée
des Beaux-Arts d’Orléans) ou plusieurs images du pouvoir en un
seul tableau

15h30 : Discussion

Visite de l’exposition « Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais »

Hommage à Janine Garrisson

Janine Garrisson est décédée le 22 janvier dernier.
Elle était membre de notre association depuis sa création en 1997.
La Société Henri IV lui rend hommage à travers le texte publié par Philippe Chareyre sur le site du GRHP.

Janine Garrisson nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi dans sa chère ville de Montauban. C’est une grande figure qui a marqué, par sa forte personnalité et son œuvre, l’écriture de l’histoire du protestantisme français.

Née en 1932, elle a effectué ses études d’histoire à l’université de Toulouse où, après avoir soutenu une maîtrise d’histoire sur « Les protestants de Montauban au XVIIIe siècle », elle réussit le CAPES et l’agrégation. Elle commence sa carrière comme professeure au lycée Saint-Sernin à Toulouse, puis de 1961 à 1963 est nommée au lycée français de New York. Détachée ensuite au CNRS, elle entame une carrière d’enseignant chercheur à partir de 1966 en tant qu’assistante, puis maître-assistante d’histoire moderne, puis professeure à Toulouse-Le Mirail où elle exerce jusqu’à son départ pour Limoges, en 1987.

Après avoir soutenu, en 1962, une thèse de 3e cycle sur « Les marchands toulousains au XVIe siècle », elle revient vers son premier sujet d’étude pour sa thèse novatrice de doctorat d’État sur Les protestants du Midi, sous la direction du doyen Jacques Godechot, qu’elle soutient en 1977 et qui sera publiée chez Privat en 1980. Elle y reprend en particulier le thème des « Provinces-Unies du Midi », lancé par Jean Delumeau en 1965, qui suscitera beaucoup de débats.

Parmi ses principaux travaux, mentionnons Tocsin pour un massacre : la saison des Saint-Barthélemy en 1968, L’Homme protestant en 1980, Les Protestants au XVIe siècle en 1988, sa participation aux deux tomes de la Nouvelle histoire de la France moderne, parus en 1991 dans la collection Point Histoire au Seuil, sa contribution à l’Histoire des protestants en France : de la Réforme à la Révolution, sous la direction de Philippe Wolff, autant d’ouvrages qui connurent un grand succès et furent réédités. Elle participa en 1985 aux commémorations de la révocation de l’édit de Nantes avec L’Edit de Nantes et sa révocation : Histoire d’une intolérance, puis en 1998 à celles du quatrième centenaire de l’édit en publiant L’édit de Nantes, chronique d’une paix attendue, contenant le texte intégral annoté par ses soins ainsi qu’un essai de Michel Rocard consacré à l’art de la paix. Elle est également l’auteur de biographies, Henri IV en 1984, Marguerite de Valois en 1994, Catherine de Médicis en 2002, Gabrielle d’Estrées en 2006.

Notons enfin son goût pour le roman historique, plus à même selon elle de rendre compte des passions, qui la conduisit à produire Le Comte et le Manant en 1990, Ravaillac, le fou de Dieu en 1993, Meurtres à la cour de François Ier en 1995, Par l’inconstance des mauvais anges en 2002.

Héritière par sa mère d’une lignée de pasteurs, Janine Garrisson était une historienne engagée, bien ancrée dans son pays. Elle a contribué, en 1984, à l’Histoire de Montauban, avec Daniel Ligou puis elle est entrée en 1991 à l’académie de Montauban dont son arrière-grand-père, ancien maire de la ville, avait fait partie. Elle a également contribué à fonder la SMERP (Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) et fut aussi membre de la Société de l’histoire du protestantisme français.

Janine Garrisson était une historienne qui se distinguait par son franc-parler et sa fougue à défendre la communauté dont elle était issue, comme elle l’a encore montré dans l’un de ses derniers ouvrages sur l’affaire Calas paru en 2004, non sans avoir pris quelques distances. Elle est sans doute l’une des dernières figures de ces historiens protestants dont l’œuvre a été conçue comme un engagement et un combat, comme l’écrivait François Dufay dans son portrait dressé dans la revue L’Histoire en novembre 1995, intitulé « Janine Garrisson ou la passion protestante ».

Philippe Chareyre

 

2019 !

La Société Henri IV vous présente ses meilleurs voeux pour une belle et riche année 2019.

A noter en 2019 :

Parution aux éditions des Presses universitaires de Rennes de l’ouvrage Autrice, mécène, inspiratrice : de Marguerite de Valois à la Reine Margot, dirigé par Catherine Magnien-Simonin et Eliane Viennot.
Cet ouvrage est issu du colloque de Nérac, organisé en 2015 par la Société Henri IV, avec la Société Française d’Étude du Seizième Siècle (SFDES), la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac.

Colloque Louis de Condé au château de Chantilly, les 3-4 octobre 2019, organisé par la Société Henri IV, avec le Groupe de Recherche en Histoire des protestantismes (GRHP), la Société de l’Histoire du Protestantisme français (SHPF) et la Société Française d’Étude du Seizième Siècle (SFDES).

Plus d’informations à venir sur ce site pour ces deux actualités de la Société Henri IV en 2019.

Parution: Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (XVe – XIXe siècle)

Caroline zum Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (XVe – XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2018, ISBN-102757423614, 32 €. Ouvrage édité avec la collaboration de Pauline Ferrier-Viaud et Flavie Leroux.

À l’époque moderne, la cour de France offre un terrain particulièrement favorable au sexe féminin. Dès la fin du Moyen Âge, elle intègre un nombre croissant de femmes dont les offices se diversifient et gagnent en prestige. Les reines et princesses qui ont vécu au cœur de cette grande « cour des Dames » apparaissent au fil des pages de ce recueil, mais ce sont les dames et demoiselles, femmes de chambre et autres officières de leurs suites, des charges les plus élevées au plus modestes, qui sont au cœur de la réflexion.

En puisant dans un large éventail de sources, les enquêtes explorent leurs parcours ainsi que les stratégies et contraintes qui les ont marqués. Elles croisent la réflexion sur le fonctionnement sociopolitique de la cour avec la question des formes féminines de l’exercice du pouvoir et de la place des femmes dans la société.

Premier ouvrage dédié à ce sujet, ce livre éclaire sous un jour nouveau l’histoire complexe de la présence féminine dans les cercles du pouvoir, du XVe au XIXe siècle.

Table des matières

Caroline zum Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier – Introduction

1e partie – La présence féminine à la cour de France : évolution et cadres

  • Caroline zum Kolk – La naissance de la « cour des Dames » : la maison de la reine de France et son personnel féminin (Moyen Âge – XVIe siècle)
  • Aubrée David-Chapy – La « Cour des Dames » d’Anne de France à Louise de Savoie : un espace de pouvoir à la rencontre de l’éthique et du politique
  • Fanny Giraudier – Une cour sans reine : Catherine de Bourbon et la restauration de la cour entre 1593 et 1600
  • Charles-Eloi Vial – La maison de l’impératrice Marie-Louise face au déclin de l’Empire

2e partie – Travailler à la cour : charges et fonctions

  • Oliver Mallick – « Le principal passage pour aller à la ville de Dom Anna » : Mme de Beauvais et la charge de première femme de chambre de la reine (1646-1666)
  • Youri Carbonnier – Les Demoiselles de la musique du roi de 1659 à 1792
  • Pascale Mormiche – Être nourrice des enfants de France à la cour (XVIIe-XVIIIe siècle)
  • Benoît Carré – Femmes, pensions et autres grâces royales à la cour de Versailles au XVIIIe siècle

3e partie – L’espace curial : usages et significations

  • Elisabeth Narkin – Female Officers’ Spaces at the Court of the Royal Children, 1499-1610
  • Pauline Ferrier-Viaud – Habiter Versailles : le logement des épouses des ministres à la cour de Louis XIV

4e partie – Du centre à la périphérie : dames et princesses en lien avec la cour

  • Daniela Cereia – Femmes à la cour de Marguerite de Bourbon (1438-1483) et Claude de Brosse, comtesses de Bresse (1471-1497)
  • Kathleen Wilson-Chevalier – Le mécénat politique d’une grande dame de la cour : Jeanne de France, duchesse de Bourbon, et le Livre des faiz monseigneur saint Loys (v. 1480)
  • Brian Sandberg – « Je ne vis jamais cette cour plus pleine de tourment » : Montmorency Women and Confessional Politics at Court during the French Wars of Religion

5e partie – Des intégrations difficiles : les maîtresses dans l’univers curial

  • Pascal Firges – The Tacit Rules of Female Adultery : Framing Marital and Extramarital Relationships in Seventeenth- and Eighteenth-Century French Court Society
  • Flavie Leroux – L’intégration des maîtresses royales au « système de la cour » (1661-1691)
  • Véronique Garrigues -Les clairs-obscurs de Françoise de Foix, dame de Châteaubriant (1494 ?-1537) : Revisiter l’historiographie d’une favorite royale

Caroline zum Kolk – Conclusion

Source: CourdeFrance.fr

Appel à communication: Perceptions et représentations des frontières et des espaces frontaliers au Moyen Âge et à l’époque moderne (IXe–XVIIIe siècles)

Université d’été du 21 au 24 mai 2019, à l’IHA, organisée par Maximilian Groß et Robert Friedrich (IHA) en coopération avec Christophe Duhamelle (EHESS), Rainer Babel, Rolf Große (IHA) et Sven Jaros (université de Leipzig)

Appel ouvert jusqu’au 30 novembre 2018.

La recherche sur les frontières et les zones frontalières est un sujet actuel, aussi bien dans les sciences historiques que dans d’autres sciences humaines. L’université d’été, qui aura lieu en mai 2019 à l’Institut historique allemand de Paris, se consacrera à ce thème dans une perspective transnationale de longue durée. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’études récentes qui analysent les zones frontalières de manière différenciée et dépassent ainsi les modèles rigides centre vs. périphérie. Ces catégories sont moins immuables que dépendantes du contexte dans lequel elles sont évoquées; par ailleurs, l’étude des acteurs locaux des régions frontalières est déterminante afin de questionner les récits établis. Le tournant historiographique du spatial turn a quant à lui mis en exergue le caractère construit des frontières ainsi que leurs représentations et perceptions historiques. L’université d’été aborde ce sujet sous deux angles. En premier lieu, pour étudier le phénomène des régions frontalières du Moyen Âge à la période moderne, il convient de mettre en lumière leurs représentations dans les sources. Cet appui constant sur les sources primaires permet d’une part d’éviter une (re)construction moderne et ahistorique du concept d’»espace frontalier«, d’autre part de comprendre comment les zones frontalières ont été décrites dans des contextes différents. En second lieu, afin de pouvoir examiner ces zones frontalières d’une façon plus différenciée, il convient de les contextualiser à l’aune de leurs interdépendances régionales respectives. Au travers de cette régionalisation, qui s’accompagne d’une déconstruction partielle de la frontière en tant que concept uniforme avec des spécificités universellement valables, les espaces peuvent être analysés dans leurs propres qualités et dynamiques multiples.

L’approche de l’université d’été permettra de comparer des études de cas du Moyen Âge et de l’époque moderne et d’obtenir ainsi de nouvelles perspectives sur les processus de territorialisation et de formation de l’État dans leurs spécificités et diversités respectives. Cette approche ne sera pas délimitée par un cadre géographique restreint: les candidatures sont ainsi ouvertes aux jeunes scientifiques dont les thèmes de recherche portent aussi bien sur les espaces franco-allemands qu’européens ou mondiaux.

Les questions suivantes pourraient être abordées:
– Comment les frontières sont-elles représentées dans les sources médiévales et modernes?
– Quel desseins poursuivent les auteurs de ces représentations?
– Quels termes et concepts sont utilisés pour décrire les frontières et les espaces frontaliers?
– Quelles sont les (catégories de) sources qui signalent les frontières et les zones frontalières?
– Quel(s) rôle(s) jouent les »pouvoirs centraux« dans les conflits frontaliers?
– Quel(s) rôle(s) jouent les acteurs locaux?
– Les représentations diffèrent-elles en fonction des destinataires?
– Peut-on observer différentes stylisations d’un même espace en même temps?
– Comment les conflits frontaliers s’inscrivent-ils dans des contextes politiques plus larges?
– Comment les frontières sont-elles construites dans différents contextes?
– Dans quelle mesure la représentation d’un espace frontalier dépend-elle de son contexte?
– Dans quelle mesure la représentation des zones frontalières change-t-elle au fil du temps?

L’université d’été donnera l’occasion à 14 doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants ainsi qu’étudiantes et étudiants en M2 avec un projet de mémoire de présenter leur travail. Les conférences (environ 20 minutes) seront commentées par les autres participantes et participants. Avant le début du colloque, les résumés des contributions seront publiés sur le blog »Veranstaltungen am DHIP« (https://dhip.hypotheses.org) afin de les faire connaître à un public intéressé. Outre les interventions des participantes et participants, deux conférences introductives à la recherche sur les frontières en Allemagne et en France seront proposées: Susanne Rau (Erfurt) prenant en charge la partie allemande, Léonard Dauphant (Metz) la partie française. Une conférence publique de David Abulafia (Cambridge) intitulée »Maritime Spaces. Historical and Methodological Reflections« aura de surcroît lieu dans le cadre du cycle annuel »les Jeudis de l’IHA«. Une visite de la collection des cartes des Archives nationales conclura le programme et donnera aux participantes et participants l’occasion de réfléchir sur les représentations frontalières à partir de sources topographiques.

Informations pratiques: les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par l’organisation ‒ sous réserve d’un financement de l’Université franco-allemande. Les langues principales de l’université d’été sont l’allemand et le français, mais des contributions en anglais sont possibles. La maîtrise active d’une langue étrangère et la compréhension passive de la seconde sont requises. Une affiliation à une université allemande ou française est souhaitée, mais ne présente nullement une condition préalable. Veuillez envoyer les documents de candidature suivants dans l’une des langues de la conférence à Maximilian Groß (mgross@dhi-paris.fr) et Robert Friedrich (rfriedrich@dhi-paris.fr): résumé de la contribution prévue (max. une page), CV académique avec liste de publications (si disponible), détails sur vos compétences linguistiques.

Appel à contribution – Gaston d’Orléans et l’Antiquité

L’Université de Reims-Champagne Ardenne (CRIMEL, EA 3311) organise un colloque sur “Gaston d’Orléans et l’Antiquité” les 2-4 octobre 2019

Appel à contribution expirant après  le 31 décembre 2018

Les propositions, qui compteront environ 500 mots, pourront être envoyées jusqu’au 31 décembre 2018 à Céline Bohnert et Valérie Wampfler :
celine.bohnert@univ-reims.fr
valerie.wampfler@univ-reims.fr
Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Les récentes études de Pierre Gatulle (Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012) comme de Jean-Marie Constant (Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013), ainsi que leur catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 (Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du XVIIème siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans.

Le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé à l’Université de Reims du 2 au 4 octobre 2019 se situera dans la lignée de ces études qui, approfondissant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur.  La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion.
Les liens de Monsieur, de son entourage et de sa cour avec l’Antiquité pourront être abordés sous différents angles.
Télécharger l’intégralité de l’appel à communication ici.

COLLOQUE : PENSER, COMPOSER, PRATIQUER LA MUSIQUE À L’ÉPOQUE DU COMPENDIUM MUSICAE DE DESCARTES (1618)

 8-9 novembre 2018

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, Pavillon universitaire Musique et Danse, auditorium
15, rue Guillaume VII le troubadour – Bât. E08

• Colloque international organisé par l’Université de Poitiers / Criham et Sorbonne Université / IReMus, sous la coordination d’Isabelle His et Théodora Psychoyou.

Rédigé en 1618, le Compendium musicæ (ou Abrégé de musique) est le premier écrit du jeune René Descartes, publié de façon posthume en 1650 ; c’est aussi probablement un des moins connus. À l’occasion du 400eanniversaire de sa rédaction, et dans la ville où Descartes fut étudiant, ce colloque propose de réévaluer la portée de ce texte singulier en le confrontant avec les productions musicales de la première moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier l’environnement musical du Compendium en termes de pensée de la musique, d’art de la composition musicale, et de pratiques d’exécution.

Programme

Jeudi 8 novembre 2018

• 14h – Accueil

• 14h30 – Introduction

Session 1 : Penser la musique à l’époque de Descartes #1

Modération : Brigitte Van Wymeersch

• 14h45 – Guido Mambella (Bologna)
Descartes lecteur de Zarlino

• 15h20 – Inga Groote (Univ. Zurich)
Efficacité et rationalité chez les théoriciens allemands du XVIIe siècle : un tournant pragmatique ?

• 15h55 – Christophe Guillotel (IReMus)
Idées, méthodes et système musical dans le Compendium musicæ (1618) de René Descartes : une mise en regard avec la Synopsis Musicæ Novæ (1612) de Johannes Lippius et ses sources afférentes

• 16h30 – Pause

• 16h45 – Frédéric De Buzon (Univ. Strasbourg)
Confrontation des méthodes cartésienne et beeckmanienne en théorie de la musique

• 17h20 – Laurence Taveau (IReMus)
Le Livre de la nature des sons (Arsenal Ms 2884), autographe du père Mersenne

• 18h – Pause

Concert-spectacle : Les mystères du contrepoint

19h

Concert-spectacle par l’ensemble Coclico, dir. Barnabé Janin


Vendredi 9 novembre 2018

Session 2 : Penser la musique à l’époque de Descartes #2

Modération : Inga Mai Groote

• 9h – Brigitte Van Wymeersch (Univ. Louvain)
Écrire la théorie musicale au temps de Descartes. Le “cas Mersenne”

• 9h35 – André Redwood (University at Albany, State University of New York) : Descartes’ varietas, Mersenne’s copia? Permutation, variation, and the rhetoric of compositional inventio

• 10h10 – Théodora Psychoyou (IReMus/Sorbonne Université) : Mersenne et le « projet » de l’Harmonie Universelle

• 10h45 – Pause

• 11h – Nicolas Andlauer (Univ. Toulouse) : … par l’effet des tambours : éloges antiques et modernes de la monotonie

• 11h35 – Alexander Jakobidze-Gitman (Univ. Witten/Herdecke)
Measurable time vs. duration : the clash between mechanistic and protophenomenological explanations in Compendium Musicæ

• 11h10 – Pamela Zuker (IReMus/Sorbonne Université/Univ. Poitiers)
L’art de la battue chez Jacques Mauduit

• 12h45 – Pause

Session 3 : Composer et pratiquer la musique à l’époque de Descartes

Modération : Isabelle His

• 14h30 – Francesca Mignogna (IReMus/Sorbonne Université)
Espace physique et espace harmonique des instruments à cordes pincées au début du XVIIe siècle

• 15h05 – Carola Hertel (Univ. Strasbourg)
Composition et exécution à l’Académie de Strasbourg au début du XVIIe siècle

• 15h40 – Pause

• 16h – Jean-Yves Haymoz (CNSM Lyon / HEM Genève)
Le problème de la quarte en France au début du xviie siècle

• 16h35 – Peter Bennett (Case Western Reserve University)
Liturgical chant, rhythm and “affect” in early 17th century Paris : evidence from the Church of the Oratoire and the Royal Abbey of Montmartre

• 17h10 – Jean Duron (CMBV)
Composer à l’époque de Descartes : l’exemple du manuscrit Ms. 168  de Tours

• 17h45 – Conclusions du colloque

Comité scientifique

– Frédéric De Buzon (université de Strasbourg),
– Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles),
– Jean-Yves Haymoz (Haute école de musique de Genève),
– Isabelle His (Université de Poitiers / Criham),
– Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus),
– Brigitte Van Wymeersch (Université de Louvain)

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France