Mélanges Jean-Pierre Babelon

Henri IV en 1605Jean-Pierre Babelon, membre de l’Institut, est à l’origine de la Société Henri IV, qu’il a créée en 1993, la présidant jusqu’en 2009. Afin de lui rendre hommage, la Société Henri IV a voulu lui offrir un volume composé d’une trentaine de contributions portant sur ses thèmes de prédilection : Henri IV bien sûr, mais aussi le patrimoine architectural et artistique. A la fin de l’ouvrage, une bibliographie détaillée inventorie de manière raisonnée sa production scientifique.

Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Babelon, Textes réunis par Isabelle Pébay-Clottes et Jacques Perot, Château de Pau, Société Henri IV, 2014, 311 p.

Liste des contributeurs : Guillaume d’Abbadie, Bernard Barbiche, Jean-Paul Barbier-Mueller, Jean-François Bège, Yves-Marie Bercé, Bernard Berdou d’Aas, David Buisseret, Jean Castarède, Grégory Champeaud, Philippe Chareyre, Philippe Charlier, Anne-Marie Cocula, Hugues Daussy, Christian Desplat, Alain Dufour, Stéphane Gabet, Alexandre Gady, Janine Garrisson, Chantal Gastinel-Coural, Michel Laclotte, Madeleine Lazard, Claude Menges-Mironneau, Paul Mironneau, Claude Mignot, Isabelle Pébay-Clottes, Jacques Perot, Nicolas Sainte Fare Garnot, Eric Thierry, Mario Turchetti, Jean-Marc Vasseur.

Mélanges Babelon

 

Besançon, 16 – 18 Novembre 2017 – ANTIQUITÉ, ARTS ET CULTURE : LES GRANVELLE AU CŒUR DE LA RENAISSANCE

A l’occasion du 500e anniversaire de la naissance d’Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), un colloque international est co-organisé par l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité (ISTA) et par le Centre Lucien Febvre (CLF) de l’université de Franche-Comté en partenariat avec la ville de Besançon.

Il célèbrera la culture classique et humaniste à travers cette famille comtoise et l’étude de ses collections, de son patrimoine et de son mécénat : Les Granvelle. Il a pour objet de célébrer la culture classique et humaniste d’Antoine Perrenot de Granvelle, cet homme d’État de tout premier plan et grand prélat, qui fut un fidèle serviteur de l’empereur Charles Quint puis de son fils le roi d’Espagne Philippe II, ainsi que celle de sa famille.

Le cardinal fut aussi un mécène et un collectionneur. Si l’intérêt s’est déjà porté, dans le passé, sur son mécénat et sa bibliophilie, il reste beaucoup à faire pour connaître l’état de ses collections et leur destinée, pour comprendre sa culture classique, son intérêt pour l’Antiquité et pour cerner ses réseaux et relations.

Ce colloque rassemblera une vingtaine d’historiens, historiens de l’art, philologues et musicologues dont une moitié venue d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, d’Angleterre et de la République tchèque, et sera la première initiative d’envergure après les réunions pionnières de Besançon (Les Granvelle et l’Italie au XVIe siècle, 1992) et Louvain (Les Granvelle et les anciens Pays-Bas, 1994). Il permettra d’avoir une vision plus nette et plus précise de cette famille qui compte parmi les plus importantes sur l’échiquier européen et d’offrir ainsi une synthèse cohérente, attendue par la communauté scientifique.

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.
Télécharger le programme ici.

Contacts
Rudy Chaulet
Institut des sciences et techniques de l’Antiquité
rudy.chaulet@univ-fcomte.fr
et
Catherine Chedeau-Arabeyre
Centre Lucien Febvre
catherine-chedeau_arabeyre@univ-fcomte.fr

Lieu
Salle de conférences de la MSHE – Maison des sciences de l’homme et de l’environnement Claude Nicolas Ledoux
1 rue Charles Nodier
25000 Besançon

 

Pau, 4 novembre 2017 – Le XVIème siècle finissant en quête d’une boussole dans le désarroi

La Société des Amis du château de Pau propose une conférence de Jean-Yves Pouilloux, professeur émérite de Littérature à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour :

Le XVIème siècle finissant en quête d’une boussole dans le désarroi

Le samedi 4 novembre  2017, 15h
Au musée national et domaine du château de Pau, salle de conférences

Le XVIe siècle se clôt.
Après l’enthousiasme de la première Renaissance, confiante dans les capacités humaines à régler la place de l’homme dans le monde et la société, à assurer à chacun un espoir de développement personnel en harmonie avec l’ordre naturel, s’est produite une facture difficile à cautériser : les conflits menés pendant plus de trente ans (1562-1598) au nom des guerres de religion. Ces années ont été bouleversées par un conflit qui a pris comme alibi des questions théologiques (conscience individuelle<autorité ecclésiale, présence réelle ou symbolique du Christ dans le pain consacré au moment de la communion, salut par la foi et les œuvres ou la foi seulement).
Ces oppositions ont alimenté des horreurs, dont la plus connues est bien sûr la saint Barthélemy (24 août 1572) – ce « jour qui n’eut pas lieu ».
Toute la fin du siècle est dominée par cette déchirure, schématiquement trois attitudes : les catholiques ultra (Guise) alliés au trône espagnol, les huguenots rebelles (type d’Aubigné), et les « politiques » (Montaigne) soutiens de la légitimité royale.
La question fondamentale : qu’est-ce que la tolérance ?

9 et 10 novembre 2017, La Rochelle – Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique

Didier POTON, Professeur émérite d’histoire moderne au CRHIA (Université de La Rochelle), organise un colloque sur le thème :

Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique à l’époque moderne (16ème – 17ème siècles)

Lieux :
9 novembre matin : médiathèque Michel Crépeau
9 novembre après-midi : Université de La Rochelle – UFR FLASH
10 novembre : Archives départementales de la Charente Maritime

Partenaires :
Médiathèque Michel Crépeau de La Rochelle
Archives départementales de la Charente Maritime
Musée rochelais d’histoire protestante
Association ARCADD, 500 ans de Réforme

Jeudi 9 novembre – Médiathèque Michel Crépeau
9h30 : Accueil
– 10h : Jean-Paul Pittion : « Le livre protestant français dans l’espace européen des réformes »
– 11h30 : Présentation de l’exposition « Libraires et imprimeurs protestants de la Rochelle, XVIe-XVIIe siècle ».

Faculté des lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH)
14h-16h30 : Séance sous la présidence de Pascal Even, Président de l’Académie des Belles Lettres de La Rochelle (FLASH) :
– Jean-Claude Bonnin : Au service de la propagande protestante : l’imprimeur Barthélémy Berton et son atelier
– R. Jimenez : Devenir Rochelais : le parcours mouvementé de Pierre Haultin
– Muriel Hoareau : L’activité d’une famille d’imprimeurs rochelais : les Haultin
Débats et pause
– Mickaël Augeron : Des livres interdits en terres ibériques : les marins huguenots et la diffusion des idées réformées dans la seconde moitié du XVIe siècle
– Jean Flouret : La diffusion du livre protestant à La Rochelle de 1628 à 1685
– Eric Suire : Le livre religieux en Aquitaine au XVIIe siècle

Vendredi 10 novembre – Archives Départementales de Charente-Maritime
9h-10h30 : sous la présidence de Louis-Gilles Pairault, Directeur des Archives Départementales de Charente-Maritime
– Didier Boisson : La place des libraires et imprimeurs saumurois dans les querelles internes à l’Église de Saumur au XVIIe siècle.
– Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic : A la recherche de la bibliothèque perdue : livres et lecteurs de l’Académie de Saumur
– Luc Daireaux : Libraires et imprimeurs protestants en Normandie au XVIIe siècle.

Débats et pause

11h30 : Visite de l’exposition « Les protestants en Aunis et en Saintonge de la Réformation à la Révolution », Archives Départementales de Charente-Maritime

12h30 : déjeuner

14h. – 16h. : sous la présidence de Didier Poton, Professeur des Universités émérite à l’Université de La Rochelle (CRHIA)
– Philippe Chareyre : Libraires et imprimeurs orthéziens aux XVIe et XVIIe siècles
– Marielle Mourenche : Le fonds des impressions protestantes du Sud-Ouest de la bibliothèque de l’ancienne faculté de théologie de Montauban.
– Muriel Hoareau et Jean-Christophe Burie : Présentation d’un projet de reconnaissance informatique des caractères typographiques (sous réserve)

16h30 : Conclusions par Didier Poton, Professeur des Universités émérite à l’Université de La Rochelle (CRHIA)

Site de référence :
https://www.crhia.fr/actu.php?num_actu=725#bloc

Contact : Isabelle MARCHESSEAU : isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

Appel à communication: La mémoire des guerres de religion

Colloque international, 6-8 septembre 2018
Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier

Organisé par David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

APPEL A CONTRIBUTION

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion. Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794. Les doctorants et post-doctorants sont particulièrement encouragés à soumettre une contribution. Les propositions sont à adresser à rememberingthewars@gmail.com, assorties d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) et d’un bref curriculum vitae avant le 15 janvier 2018. Le Comité scientifique communiquera sa décision le 28 février 2018. Les frais d’hébergement (2 nuits) et de restauration à Montpellier seront pris en charge par les organisateurs.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden. Pour en savoir davantage sur ce projet, consultez http://vanderlinden.weebly.com.

19 octobre 2017, Poitiers – L’air de cour à l’époque d’Henri IV

Université  de Poitiers, Pavillon Musique et danse
Jeudi 19 octobre 2017 – Journée-atelier d’étude
La partition de l’écrit au sonore. L’air de cour à l’époque d’Henri IV

Journée organisée par Isabelle HIS (Université de Poitiers)
Avec la participation de Marco Horvat et Olga Pitarch (ensemble Faenza), de musiciens du CESMD et du département Musicologie
de l’Université de Poitiers

Dès ses premières apparitions imprimées autour de 1570, le genre de l’air de cour, répertoire polymorphe, paraît dans des livres aux effectifs variés : format polyphonique à 4 voix, format pour voix seule ou accompagnée(s) d’une tablature de luth, voire simple texte sans musique. Comme la chanson polyphonique avec laquelle il cohabite pour quelques années encore, l’air de cour semble parfois intégrer des airs connus, et ses variantes notées témoignent sans doute d’une circulation orale. La période autour de 1600 est marquée par une grande liberté dans sa notation, liberté qui concerne aussi l’instrumentation et l’ornementation.

Par l’approche des sources musicales, cette journée-atelier d’étude a pour ambition de mieux connaître et comprendre l’air de cour tel qu’on pouvait l’entendre en France autour de 1600, une période particulièrement méconnue de l’histoire de la musique. Elle veut susciter le dialogue trop rare entre musicologues et musiciens, et mettre à l’épreuve de l’expérience pratique les multiples possibilités qui s’offrent aux interprètes.

Télécharger le programme complet ici

19-20 oct. 2017, Paris : Santé et médecine à la cour de France (Moyen Âge-XIXe siècle)

Colloque international, organisé par Stanis Perez (MSH Paris Nord) et Jacqueline Vons (Université de Tours / SFHM) dans le cadre de l’axe de recherche « La médecine à la cour de France » de Cour de France.fr, consacré aux questions relevant de la santé et de la médecine à la cour de France, du Moyen Âge au XIXe siècle.

Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Inscription gratuite obligatoire sur le site de l’Institut d’études avancées de Paris :
Aller au formulaire d’inscription

Programme:

Jeudi 19 octobre
9h15 : accueil 
9h45 : introduction au colloque par Stanis Perez

10h-12h- La cour, un lieu privilégié des connaissances et des pratiques médicales ?
Président de séance : Alexandre Lunel, Université Paris 8

Franck Collard, Université Paris X-Nanterre
Entre savoir et pouvoir : les professionnels de la santé à la cour de Charles VII.

Évelyne Berriot-Salvadore, Université de Montpellier
La cour, caution et vecteur d’un savoir médical vulgarisé

Stanis Perez, MSH Paris Nord
Antimoine, médecine et alchimie à la cour autour de la guérison de Louis XIV en 1658

12h-14h – Déjeuner

14h-18h – Quand la cour est malade…
Présidente de séance : Élisabeth Belmas, Université Paris XIII

Bénédicte Lecarpentier-Bertrand, Université Paris XII-Créteil 
Des corps souffrants et sous surveillance : problèmes et soins de santé à la cour de France dans la première moitié du XVIIe siècle (années 1590-1670)

Xavier Le Person, Université Paris IV, IEP Paris
Les Mercures de la politique. Les médecins de cour au chevet de la politique en France aux XVIe et XVIIe siècles

Justin Rivest, Université de Cambridge
Médicaments curiaux, médicaments charitables : Le médecin de cour Adrien Helvétius et la distribution des remèdes aux soldats et aux pauvres sous Louis XIV

15h40-16h00 – Pause

Geneviève Xhayet, Université de Liège
Curistes issus de la cour de France aux eaux de Spa

Charles-Eloi Vial, BnF
Soigner et être malade à la cour de Napoléon Ier

Vendredi 20 octobre

9h30-12h – Le monde médical à la cour : influences et stratégies …. 
Président de séance : Vivian Nutton, First Moscow State Medical University

Isabelle Coquillard, Université Paris X-Nanterre
L’affirmation d’un groupe professionnel à la cour

Joël Coste, EPHE (APHP)
Chirac, la Cour et la peste de Provence (1720-3)

Jacques Rouessé, Académie nationale de médecine
La maladie de Louis XV l’été 1721

Jacqueline Vons, Université François-Rabelais de Tours, présidente de la SFHM 
Pierre Dionis, chirurgien aulique (1643-1718)

12h-14h – Déjeuner

14h-16h – Le médecin de cour en montre
Président de séance : Guy Cobolet, Bibliothèque interuniversitaire de Santé

Magdalena Koźluk, Université de Lödz
Prescrire et plaire aux Seigneurs et aux Dames de la cour : Les Ordonnances de N. A de la Framboisière

Chloé Perrot, université de Lille 3, École du Louvre
La Médecine absente. Portraits de médecins de cour du XVIe au XIXe siècle

Loïc Capron, Université Paris-Descartes, APHP
Diafoirus père et fils, ou la revanche des médecins auliques ?

Conclusions du colloque par Jacqueline Vons

Paris, Petite Galerie du Louvre : Théâtre du pouvoir. 27 septembre 2017-2 juillet 2018

Théâtre du pouvoir
La nouvelle exposition de la Petite Galerie du Louvre

En 2017-2018, pour sa troisième saison, l’exposition de la Petite Galerie montre le lien qui unit l’art et le pouvoir politique. Gouverner, c’est se mettre en scène pour asseoir son autorité, sa légitimité et son prestige. L’art, au service des commanditaires mécènes, devient alors instrument de propagande. Les figures du prince inspirent les héros tragiques du théâtre classique, qui lui oppose des symboles de contre-pouvoir.

De l’Antiquité à nos jours, une quarantaine d’oeuvres des collections du musée du Louvre, du Musée national du château de Pau, du Château de Versailles et du musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris illustrent l’évolution des codes de représentation du pouvoir politique.
L’exposition se décline sur quatre salles :
« Les figures du prince » ; « Persuader pour légitimer le pouvoir » ; « Le modèle antique » ; « Les insignes du pouvoir ».

La deuxième salle, intitulée « Persuader pour légitimer le pouvoir » s’attarde sur la figure emblématique d’Henri IV, à la fois roi en quête de légitimité puis modèle pour les héritiers des Bourbons, de Louis XVI à la Restauration (sculptures de Barthélemy Prieur et de François-Joseph Bosio, peintures de Pourbus le Jeune, d’Ingres…)

Cinq parcours dans les collections permanentes du Louvre complètent la visite : Pharaon d’Egypte ; Art et pouvoir en terres d’Islam ; Pouvoir royal dans l’Orient ancien ; Empereurs de Rome ; Le roi, maître des arts.
Ces parcours sont disponibles sur le site http://petitegalerie.louvre.fr et dans l’ouvrage Théâtre du Pouvoir.

Commissaires de l’exposition : Paul Mironneau, directeur du Musée national et domaine du Château de Pau et Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre
Chef de projet : Florence Dinet, musée du Louvre

Télécharger le dossier de presse ici.

Pau, 21 octobre 2017. Pierre-Jean Souriac, La question des places de sûreté

Le samedi 21 octobre 2017 à 15h, la société des Amis du château de Pau et la Société Henri IV proposent une conférence conjointe :

Henri IV et la force armée des protestants français : la question des places de sûreté
par Pierre-Jean Souriac

Château de Pau, salle de conférences

Cette conférence est ouverte à tous dans la limite des places disponibles. Elle sera suivie d’un pot amical.

Henri IV fut l’un des chefs de guerre du parti huguenot au temps des guerres de Religion et construisit en partie sa réputation sur ses compétences militaires et le soutien que ses fidèles lui apportèrent au cours de ces conflits. Au moment d’établir la paix au terme de 36 ans de guerres civiles, se posa la question des garanties militaires exigées des uns et des autres, tant le dépôt des armes leur semblait précaire. C’est ainsi que s’imposa l’idée d’une paix armée, une paix qui permettrait aux protestants de conserver un potentiel militaire malgré le retour à l’ordre. La place forte fut alors sacralisée dans l’édit de Nantes comme instrument de paix paradoxal, et ce, par le biais de ce qu’on appela par la suite les places de sûreté.
Cette conférence se propose de revenir sur la fonction que jouèrent ces places dans le processus de pacification, tantôt hypothèque militaire sur l’Etat royal, tantôt refuge d’une minorité persécutée.

Maître de conférences en histoire moderne à l’Université Jean Moulin – Lyon 3, Pierre-Jean Souriac est l’auteur d’une thèse sur les formes de la guerre civile dans le Midi toulousain au temps des guerres de Religion. Il travaille sur la question des affrontements religieux aux XVIe et XVIIe siècles, ainsi que sur les institutions municipales et provinciales dans la France d’Ancien Régime.

 

 

Périgueux, 29 sept.-1er oct. 2017: Châteaux et spectacles

Périgueux, 29 et 1er octobre 2017, Bibliothèque municipale, salle Jean Moulin;

30 septembre 2017 : Salle de l’Orangerie des Jardins Perdoux, Entrée gratuite

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la partition entre culture savante et culture populaire initiée par Robert Mandrou. Critiqué et révisé, ce clivage a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle englobant histoire sociale et histoire politique. Depuis le début des années 2000, de nouvelles approches, notamment en histoire médiévale et contemporaine, sont le fait de littéraires et d’historiens. L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose en effet de conforter l’adhésion de la population, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe alors de la cérémonie du pouvoir, les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, servant à la fois à appuyer la souveraineté ou à susciter une contre-image.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en abordant ces thèmes au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires et de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords et ce jusqu’à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux.

Programme disponible en suivant ce lien

Pau, 9 septembre 2017: La cour d’Henri IV, un instrument au service du pouvoir royal

La Société des Amis du château propose le  samedi 9 septembre à 15h, au Musée national du château de Pau, une conférence de  Fanny Giraudier sur :

La cour d’Henri IV, un instrument au service du pouvoir royal

Souffrant d’une réputation de rusticité, la cour d’Henri IV n’est nullement désinvestie par le roi. L’organisation et le fonctionnement de la cour ainsi que  les fêtes qui rythment son quotidien participent à l’affermissement du pouvoir du premier Bourbon.

Entrée libre et gratuite sous réserve du nombre de places disponibles.

Fanny Giraudier est docteure en histoire moderne et chercheuse associée au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes). Elle a soutenu sa thèse intitulée « Les Grands et le roi: pouvoir et contestation à la cour des premiers Bourbons (1589-1629) », sous la direction de Nicolas Le Roux, le 2 décembre 2016 à l’Université Lyon 2.

Vient de paraître : La Lettre de la Société Henri IV n°34

La Lettre de la Société Henri IV n°34 a été diffusée au cours du mois de juillet à tous les adhérents de l’association.

Il s’agit du second numéro de l’année 2016 qui paraît donc avec quelque retard, mais sera suivi sans délai du n°35, premier bulletin de l’année 2017 à paraître fin septembre.

Au sommaire :

Éditorial, par Hugues Daussy, Président de la Société Henri IV

Article
Henri de Navarre et la musique ou l’initiation d’un futur souverain de France, par Cindy Pédelaborde

Thèse soutenue
Les Grands et le roi : pouvoir et contestation à la cour des premiers Bourbons (1589-1629), par Fanny Giraudier

Publications signalées

2017 Pour une année commémorative – Colloques et expositions
« Année Luther », « Année Lesdiguières », Anniversaire de l’accession d’Henri d’Albret au trône de Navarre

Acquisitions des musées

En dépouillant les catalogues de vente

Libri italiani / Lecteurs français. Exposition du 30/06 au 29/09/17

A voir, la nouvelle exposition de la bibliothèque Mazarine

Libri italiani / Lecteurs français

ouverte du 30 juin 2017 au 29 septembre 2017

En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit…

Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France.

Exposition conçue dans le cadre du projet ANR-EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité), porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Renseignements pratiques :
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

Télécharger le flyer

Appel à communication : Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles

Appel à communication finissant le 1er octobre 2017

L’université d’Arras organise une journée d’études le vendredi 10 novembre 2017 sur Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité…

Télécharger l’appel à communication ici.

 

 

 

 

Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène. Exposition du 01/07/2017 au 15/10/2017

Du 01/07/2017 au 15/10/2017 au Château de Blois

Fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, frère cadet de Louis XIII, père de la Grande Mademoiselle, Gaston d’Orléans est intimement lié à Blois. Ayant reçu en apanage de son frère Louis XIII le duché d’Orléans et le comté de Blois, à l’occasion de son mariage avec Mademoiselle de Montpensier en 1626, Gaston d’Orléans confie très vite un grand projet de reconstruction à l’architecte François Mansart. Il y aménagera ses appartements en 1652, après l’échec de la Fronde. Outre le château, la ville de Blois lui doit plusieurs réalisations : l’Hôpital général du faubourg de Vienne, qu’il fonda en 1657 pour les pauvres, et, au pied du château, la chapelle des Jésuites (qui est aujourd’hui l’église Saint-Vincent). Gaston d’Orléans meurt à Blois le 2 février 1660, laissant son château inachevé.

Une exposition pour réhabiliter un prince libre, moderne et indépendant
Longtemps présenté comme un conspirateur, ourdissant des complots contre la couronne depuis ses résidences d’exils, manipulé par ses proches, Gaston d’Orléans est injustement resté dans l’ombre de l’histoire. Enfant préféré de sa mère, il reste ce frère cadet jalousé, prétendant au trône jusqu’à la naissance de Louis XIV en 1638. Prince tout entier dressé contre la centralisation du royaume, il s’oppose aux deux cardinaux-ministres Richelieu et Mazarin. Il ira même jusqu’à se marier par amour avec Marguerite de Lorraine, allant contre la volonté de Richelieu et de son frère Louis XIII !

Gaston d’Orléans : Prince rebelle, mécène, collectionneur
Articulée autour de ces trois grandes facettes de Gaston d’Orléans, l’exposition réunira pour la première fois, une partie de sa célèbre collection de médailles et d’antiques, de coquilles, de cartes géographiques, de livres et de reliures mais aussi l’exceptionnel ensemble de peintures sur vélin, réalisés par Nicolas Robert, qui reproduisent avec minutie et somptuosité les plantes et les oiseaux du jardin botanique qu’il créa à Blois. Du prince rebelle en désaccord avec son frère sur la gestion politique du royaume au collectionneur dont les objets formaient l’un des plus riches cabinets de l’Europe en passant par le mécène qui révèle sa passion pour l’art, la culture, l’architecture et la botanique : cette rétrospective met l’accent sur un prince érudit et profondément humaniste.

Voir le site pour plus d’informations

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France