22-23 nov. 2019, Paris : Jacques Davy du Perron (1556-1618)

Colloque international, Université de Paris-Sorbonne, Paris, 22-23 novembre 2019, avec le soutien de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), de l’Axe 3 « L’humanisme européen » du Labex EHNE.
Organisation : Mark Greengrass et Lana Martysheva 


Argumentaire
Pourquoi consacrer un colloque à Jacques Davy du Perron (1556-1618) ?

Prélat, cardinal, diplomate, courtier, poète et rhétoricien, sa vie traverse plusieurs mondes, en France et en Europe. Méconnue des non-spécialistes, cette figure emblématique et incontournable de son époque fournit une opportunité heuristique que ce colloque vise à exploiter.

Le nom de Du Perron n’a pas perdu soudainement de sa notoriété. En 1622, l’écrivain Jean-Louis Guez de Balzac n’écrivait-il pas à Richelieu qu’il était destiné à « remplir la place » du prélat trépassé ? Au tournant du XVIIIe siècle, si Richelieu était à la tête du premier volume des Hommes illustres de Charles Perrault, c’est Du Perron qui occupait cette même place dans le second. Mais il s’agissait déjà d’un moment de déclin de la gloire de ce dernier. Du Perron perdait son statut de protagoniste de l’Histoire. Le constat d’un écart de perception, la chose est bien connue, constitue une porte d’entrée dans une époque. Il s’agit alors de donner sens à la résonance d’une voix, et d’une plume, qui s’étaient imposées non seulement en France, mais bien au-delà encore.

Du Perron est un cas de figure à la fois exceptionnel et représentatif.
Exceptionnel par son incroyable ascension sociale : converti et autodidacte provenant d’une famille obscure, il a pu se faire une place à la cour et, avec le temps, devenir archevêque, cardinal et grand aumônier.

Représentatif des « obsessions » de son époque : la possibilité de cette carrière, avant tout due à sa capacité de mener la controverse et de convertir les protestants, montre l’importance accordée par l’Église catholique et par la monarchie française à ce phénomène.

Ce colloque n’envisage pas de réaliser une biographie de Du Perron, ni de dresser le bilan de ses œuvres. Il propose plutôt de le considérer en tant que passeur entre différents mondes : le polymorphisme de Du Perron – homme de lettres, prélat et courtisan – fournit une opportunité d’observer concrètement comment, dans l’Europe de la fin du XVIe siècle et du début XVIIe siècle, les enjeux confessionnels, politiques, littéraires et sociaux s’entremêlent dans un nœud presqu’inextricable, et qui en fait gagne à ne pas être délié. Ce colloque ne peut donc qu’être pluridisciplinaire.

Les axes que ce colloque cherche à explorer sont :
 Une Europe connectée : débats ecclésiastiques à travers les frontières
 La Rome pontificale et la France : acteurs de dialogue
 Littérature et politique
 Hommes de lettres à la cour royale
 Stratégies intellectuelles de réussite sociale
 Enjeux et construction de réputation
 Rapports interconfessionnels
 Controverse et conversion religieuses
 Construction de l’héritage intellectuel, postérité des œuvres

Programme et inscription (à venir) sur le site du labex EHNE : https://humanisme.hypotheses.org/2063

Mélanges Jean-Pierre Babelon


Henri IV en 1605
Jean-Pierre Babelon, membre de l’Institut, est à l’origine de la Société Henri IV, qu’il a créée en 1993, la présidant jusqu’en 2009. Afin de lui rendre hommage, la Société Henri IV a voulu lui offrir un volume composé d’une trentaine de contributions portant sur ses thèmes de prédilection : Henri IV bien sûr, mais aussi le patrimoine architectural et artistique. A la fin de l’ouvrage, une bibliographie détaillée inventorie de manière raisonnée sa production scientifique.

Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Babelon, Textes réunis par Isabelle Pébay-Clottes et Jacques Perot, Château de Pau, Société Henri IV, 2014, 311 p.

Liste des contributeurs : Guillaume d’Abbadie, Bernard Barbiche, Jean-Paul Barbier-Mueller, Jean-François Bège, Yves-Marie Bercé, Bernard Berdou d’Aas, David Buisseret, Jean Castarède, Grégory Champeaud, Philippe Chareyre, Philippe Charlier, Anne-Marie Cocula, Hugues Daussy, Christian Desplat, Alain Dufour, Stéphane Gabet, Alexandre Gady, Janine Garrisson, Chantal Gastinel-Coural, Michel Laclotte, Madeleine Lazard, Claude Menges-Mironneau, Paul Mironneau, Claude Mignot, Isabelle Pébay-Clottes, Jacques Perot, Nicolas Sainte Fare Garnot, Eric Thierry, Mario Turchetti, Jean-Marc Vasseur.

Mélanges Babelon

 

21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont : Catherine de Médicis (1519-1589)

Colloque international : 21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont
Catherine de Médicis (1519-1589). Politique et art dans la France de la Renaissance

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Renaissance(s) en région Centre-Val de Loire, le Château royal de Blois et le Domaine de Chaumont-sur-Loire organisent un colloque international invitant à découvrir les recherches récentes qui renouvellent et élargissent l’état des connaissances sur Catherine de Médicis, son œuvre politique et culturelle.

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever à Blois en 1589, au coeur de la 8e guerre de religion. De simple bru de roi à reine, régente et reine mère, elle est à la fois un témoin et un acteur majeur en France et en Europe, au côté de cinq rois de France successifs : un destin exceptionnel qui alimentera les jugements des historiens, mais aussi la fameuse « légende noire » et l’imaginaire romanesque et cinématographique de la souveraine.

Mère de trois rois et de deux reines, régente et conseillère privilégiée de ses fils, Catherine de Médicis poursuit pendant plus de quarante ans une politique de tolérance qui se démarque par sa modernité. Durant toute sa vie, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements marqués par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie.

Mécène, bâtisseuse, grande protectrice des arts et des lettres, elle participe au rayonnement culturel de son époque. Son activité architecturale autour de Paris et dans la vallée de la Loire, aussi bien dans les résidences royales comme Blois qu’à Chaumont puis Chenonceau, châteaux dont elle est propriétaire, ses commandes de dessins et de peintures, sa bibliothèque et les festivités et spectacles organisés par elle témoignent d’une implication hors du commun dans ce domaine.

Le colloque a pour objectif d’approfondir l’étude de la place de Catherine de Médicis dans la vie politique et culturelle de son temps, de faire émerger des sujets délaissés et de dégager de nouvelles perspectives de recherche. Près de 25 spécialistes, professeurs, conservateurs, chercheurs et doctorants en histoire et histoire de l’art venus de France, des États-Unis, d’Autriche et d’Australie, dresseront un portrait inédit de cette souveraine influente.

Télécharger le programme ici.

14-15 nov. 2019, Madrid : Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance 

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre
Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019.

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

*L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte réglementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

*Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

*Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.
Télécharger le programme complet ici

Contact :
alvaro.adot chez casadevelazquez.org
denes.harai chez univ-pau.fr

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Les enfants dans les affrontements religieux aux XVIe et XVIIe siècles

Cycle de conférences proposé par le musée d’Aquitaine de Bordeaux.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et relativement efficaces.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Protestantisme et éducation militaire en France – 13 novembre 2019, 18 h
Enfances vécues, enfances racontées – 6 novembre 2019, 18 h
Les enfants des morisques – 11 décembre 2019, 18 h

Cycle proposé par Florence Buttay, maître de conférence en histoire, Université Bordeaux Montaigne – CEMMC

Image: Abraham Bosse, Le maistre d’escole, v. 1635, détail, BnF

 

Pau, 19 octobre 2019. Une conférence d’Isabelle His, “Célébrer la victoire, moquer l’ennemi”

Le samedi 19 octobre 2019 à 15h, la Société Henri IV et la Société des Amis du château de Pau  proposent une conférence :
 
Célébrer la victoire, moquer l’ennemi. L’action guerrière d’Henri IV en musique
par Isabelle His
 
Château de Pau, salle de conférences

Plusieurs pièces de musique peuvent être mises en relation avec le roi Henri IV, notamment pour marquer ses conquêtes militaires. On s’attardera sur un air latin peu connu qui semble devoir être mis en rapport avec les campagnes en Normandie d’Alexandre Farnèse, Duc de Parme, au printemps 1592.

Isabelle His, ancienne pensionnaire de la Villa Médicis (Académie de France à Rome) est professeure de musicologie à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent sur la musique de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Elle est notamment l’auteur de la monographie de référence sur Claude Le Jeune, compositeur de la chambre de Henri IV (Actes Sud, 2000), et du catalogue de ses œuvres dans la base de données Philidor du Centre de Musique baroque de Versailles.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Louis de Condé. Prince du sang et huguenot 1530-1569 – 3-4 octobre 2019 – Château de Chantilly

Les 3 et 4 octobre 2019, se tiendra au château de Chantilly le colloque “Louis Ier de Condé (1530-1569). Prince du sang et huguenot”, organisé par Hugues Daussy sous l’égide et avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels et scientifiques, au nombre desquels figure la Société Henri IV.

Le programme complet peut-être téléchargé ici Programme Condé.

Gaston d’Orléans et l’antiquité

Du 2 au 4 octobre 2019 se tiendra à l’université de Reims le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé par Valérie WAMPFLER et Céline BOHNERT.

Extrait de l’appel à communication : ce colloque se situera dans la lignée des études récentes de Pierre Gatulle et de Jean-Marie Constant qui, approfondissant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur.  La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion…

Télécharger le programme

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Pau, château – samedi 28 septembre 2019 – 15h

La Société des Amis du château de Pau propose une conférence de Juliette Superbie, doctorante en Histoire de l’Art  à l’Université de Toulouse II Jean Jaurès :

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Dans le prolongement de l’exposition Théâtre du pouvoir : le temps du béarnais présentée au Château de Pau du 17 octobre 2018 au 14 avril 2019, Juliette Souperbie s’attachera à interpréter plusieurs portraits d’Henri IV. Le béarnais est un souverain qui sut se mettre en scène et attacha de l’importance à son image en tant que soutien politique.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Les guerres de religion – Gaspard de Coligny face à François de Guise – Sully-sur-Loire

Le château de Sully-sur-Loire présente du 21 septembre au 22 décembre 2019 l’exposition  Les guerres de religion – Gaspard de Coligny face à François de Guise : une lutte fratricide

Cette exposition s’inscrit dans la dynamique de l’année 2019, qui commémore 1519 et les 500 ans de la Renaissance.

Cette année 1519 est aussi celle de la naissance de deux personnages qui vont jouer un rôle décisif une quarantaine d’années plus tard : François de Guise et Gaspard de Coligny. Ils sont les deux chefs de deux lignages rivaux qui vont participer aux violences que subit le royaume de France à partir des années 1560, le premier comme chef des catholiques et le second comme l’un des chefs protestants. Cette séquence terrible qui s’ouvre alors est celle des guerres de Religion.

Télécharger la présentation de l’exposition

L’Académie réformée de Saumur : nouvelles sources, nouvelles approches

Jeudi 26 septembre 2019

Saumur, Lycée Duplessis-Mornay, Amphithéâtre

Ouvert au public dans la limite des places disponibles

Accueil 9h45

10h15 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Introduction »

Séance 1 : Professeurs et enseignements

Président de séance : Thomas Guillemin

10h30 Marie-Claude Tucker(Maîtresse de conférences retraitée, Université de Clermont-Auvergne) : « Les professeurs-régents écossais à l’Académie de Saumur »

11h00 Jean-Paul Pittion(Professeur émérite, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours/Trinity College, Dublin) : « Philosopher à Saumur au xviiesiècle »

11h30 Albert Gootjes(Chercheur associé, Junius Institute, Calvin Theological Seminary) : « Enseigner la théologie à Saumur dans les années 1670 : autour d’un cours inédit d’Étienne Gaussen »

 

Séance 2 : L’Académie et ses livres

Président de Séance : Jean-Paul Pittion

14h00 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Ex Bibliotheca. Bilan de l’enquête sur les bibliothèques de l’Académie de Saumur »

14h30 Scott Mandelbrote(Fellow, Director of Studies in History, Cambridge University) : « Cappel, Morin, and the world of early modern biblical studies »

15h00 Kevin Trehuedic(Maître de conférences, Université de Paris-Est-Créteil) : « Archéologie de la méthode critique de Louis Cappel »

15h45 Conclusion

 

Comité d’organisation

Didier Boisson, Thomas Guillemin (Université d’Angers) et Kevin Trehuedic (Université de Paris-Est-Créteil)

 

Journée organisée avec le soutien de la Société d’Étude du xviiesiècle

Appel à communication: Le métier de diplomate ou la représentation au quotidien du XVIe siècle à nos jours

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale. Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

La journée d’étude jeunes chercheuses et chercheurs aura lieu le 6 février 2020 à Nantes.

Argumentaire

L’usage et les pratiques diplomatiques, bien qu’anciens, connaissent une évolution significative avec l’émergence de nouvelles formes de relations et d’échanges entre les Etats qui se constituent à l’époque moderne. Dès le XVIe siècle s’opère en effet une mutation des relations internationales à travers l’intensification de la politique européenne, ce qui renforce le rôle des représentants au détriment des rencontres directes entre souverains. Des missions permanentes remplacent les ambassades temporaires. Un corps d’acteurs diplomatiques se constitue et est chargé de représenter un souverain, un État ou une nation hors de ses frontières. La représentation du pouvoir du prince, d’un État, est alors indissociable de la figure de l’ambassadeur. Cette notion de représentation se retrouve dans les dictionnaires du XVIIe siècle où le terme figure sous trois entrées : l’entrée théâtrale (“jouer quelque pièce de théâtre […]”), et deux autres acceptions qui ont été discutées par Carlo Ginzburg : “d’un côté la représentation donne à voir une absence ce qui suppose une distinction nette entre ce qui représente et ce qui est représenté ; de l’autre la représentation est l’exhibition d’une présence, la présentation publique d’une chose ou d’une personne”[1].

Cette représentation d’un souverain, d’un Etat ou d’une nation assurée par le diplomate s’accompagne d’une mise en scène riche et multiforme, relevant souvent du registre de l’implicite. Le décor diplomatique se retrouve sur les immeubles et résidences d’ambassades, dans les suites des diplomates, au travers de leurs habits et livrées, sur leurs tables, etc. Le prestige d’un souverain ou d’une nation doit aussi se refléter dans le comportement et la sociabilité de ses représentants. Aussi, la comparaison entre l’ambassadeur et le comédien est un thème récurrent. L’esthétique des mises en scène est travaillée et l’expression de la représentation diplomatique perdure largement dans les arts visuels et dans la littérature. Les évolutions du système international avec l’émergence de nouveaux cadres (organisations internationales) et de nouveaux acteurs diplomatiques (parlementaires, experts, etc.) questionnent la pérennité de ces codes, leur assimilation, leur réappropriation ou leur mise en concurrence.

Depuis une quinzaine d’années s’opère dans le champ de l’histoire de la diplomatie un mouvement historiographique qui tend à faire émerger une « diplomatie par le bas », mettant en avant le caractère quotidien et ordinaire de son activité. L’intérêt des historiens s’est notamment porté sur les acteurs de la diplomatie en étudiant la figure, le parcours, l’identité du diplomate et sa professionnalisation[2]. Par ailleurs, depuis quelques années se développent des perspectives liant diplomatie et histoire matérielle ou histoire des mentalités[3]. L’étude des pratiques diplomatiques, des rituels et des codes partagés par ses acteurs présente alors un champ de recherche fécond dans lequel nous souhaitons nous inscrire.

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019[4]. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale.

Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

De toute évidence, l’établissement de représentations permanentes à l’époque moderne tend à faire de la représentation une fonction totale se matérialisant par le privilège d’immunité régissant la vie du diplomate, ses pratiques quotidiennes, mais aussi celles de son entourage (famille, suite, personnel, etc.). A ce titre, plusieurs axes sont envisagés pour cette journée d’étude :

  • Sociabilité et représentation : La mondanité et la sociabilité diplomatique constituent un espace intermédiaire de représentation entre les scènes publique et privée. Ainsi, les réceptions (dîners, banquets, cocktails) constituent, au même titre que les activités sportives (chasse, golf), culturelles (théâtres, opéras), de loisir, une diplomatie semi-officielle donnant à voir des enjeux de pouvoirs et de concurrence entre diplomates. Les relations personnelles et privées qui se tissent à cette occasion ont-elles des répercussions sur la gestion des affaires publiques et diplomatiques ?
  • Matérialité de la représentation : Le lieu de résidence des ambassades, le décor des immeubles et leurs mobiliers participent également à l’affichage diplomatique. Le logis de l’ambassadeur, à la fois bureau, logement de fonction et demeure d’accueil des invités de marque, est un lieu permanent de démonstration de la puissance étatique. L’étude du patrimoine architectural diplomatique permet d’examiner les rapports entre l’art et la diplomatie. Ces aspects matériels de la représentation diplomatique nous incitent en outre à nous interroger sur l’existence d’une économie de la diplomatie en s’intéressant aux frais de représentations, aux consommations, aux artistes et aux artisans mobilisés par ces structures.
  • Acteurs de la représentation : Au-delà de la seule personne du diplomate, la représentation diplomatique engage aussi son entourage plus ou moins direct. Ainsi, il nous paraît opportun d’examiner la manière dont elle est prise en charge par certains groupes tels que la famille du diplomate, ses domestiques, les agents subalternes de l’ambassade (courriers, traducteurs, agents chargés de la sécurité etc), mais aussi des artistes et intellectuels admis dans cette société. Par ailleurs, les recours fréquents à des recrutements locaux posent la question de la participation de ces employés à la représentation diplomatique d’un autre Etat.
  • “Représentations sur la représentation” : Cette journée sera enfin l’occasion de s’interroger sur ce que la mise en scène du quotidien des ambassades dans l’art, la littérature (récit autobiographique, traités savoir-être) et les médias peut nous apprendre sur la représentation diplomatique, ses enjeux et ses perceptions.

Lors de cette journée, nous nous intéresserons aussi bien aux aspects matériels et symboliques de la représentation, qu’à ses normes et à ses pratiques, aux continuités et aux héritages aussi bien qu’aux mutations, de l’époque moderne à nos jours. Les communications mettant en évidence l’action des femmes dans le domaine de la représentation et les expériences de l’altérité résultant des interactions diplomatiques quotidiennes seront également étudiées avec attention.

[1] GINZBURG Carlo, “Représentation : le mot, l’idée, la chose”, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46e année, n° 6, 1991. p. 1219-1220.

[2] Par exemple, Colloque “Je ne voudrais point un négociateur de métier…” L’identité du diplomate : métier ou noble loisir ?”, Institut historique allemand – Université Paris-Diderot, 14-17 juin 2017.

[3] Par exemple, Colloque international “Table et diplomatie à l’échelle du monde”, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation (IEHCA) – Villandry, Paris, La Courneuve, 2-5 novembre 2016.

[4] Journée d’étude “Le diplomate en représentation du XVIe siècle à nos jours”, Centre des archives diplomatiques de Nantes, 28 mars 2019.

Modalités de soumission

Les propositions de communication individuelles (300-500 mots), accompagnées d’une brève présentation biographique, sont à envoyer à l’adresse suivante : diplomate.representation chez gmail.com jusqu’au vendredi 6 septembre 2019. Les communicantes et communicants recevront une notification d’acceptation à partir du 15 octobre 2019.

Pour toute demande d’informations, contacter : diplomate.representation chez gmail.com

Comité d’organisation

Amélie Balayre (CREHS – Université d’Artois)
Claire Le Bras (CRHIA – Université de Nantes)
Marie-Cécile Pineau (CRHIA – Université de Nantes)
Nathan Rousselot (CRHIA – Université de Nantes)

Comité scientifique

Michel Catala (CRHIA – Université de Nantes)
Charles Giry-Deloison (CREHS – Université d’Artois)
Stanislas Jeannesson (CRHIA – Université de Nantes)
Yann Lignereux (CRHIA – Université de Nantes)
Eric Schnakenbourg (CRHIA – Université de Nantes)

 
 

Exposition : Henri IV, un roi dans l’histoire

Au château de Cadillac jusqu’au 29 septembre

Le château ducal de Cadillac accueille depuis le 12 juin des collections du château de Versailles à l’occasion d’une exposition sur Henri IV.

Le château de Cadillac fut édifié à partir de 1599 par le duc d’Epernon, simple cadet de Gascogne qui s’éleva jusqu’à devenir un des hommes les plus puissants de son temps, au service d’Henri III, puis d’Henri IV et de Louis XIII.

L’exposition retrace la légende du “bon roi Henri” grâce à une cinquantaine d’œuvres choisies dans les collections du château de Versailles, dont celles des peintres Frans Pourbus le Jeune et François Clouet.

Sous le commissariat de Raphaël Masson et Lionel Arsac, elle retrace dans un premier temps la vie du roi. Son règne est ensuite abordé par le biais de portraits de sa famille et de ses proches.

Dans un second temps, l’exposition évoque la figure du roi bienfaiteur et pacificateur qui apparaît dès le XVIIIe siècle, sous l’impulsion de Louis XV et Louis XVI qui voient un intérêt à célébrer le fondateur de la dynastie. Vu comme un remarquable administrateur de son royaume, Henri IV est une figure historique célébrée tout au long du XIXe siècle.

Exposition: Enfants de la Renaissance

Exposition du 18 mai au 1er septembre 2019 au château royal de Blois

Blois : le berceau de nombreuses têtes couronnées ! Maison d’enfance des deux filles de Louis XII et d’Anne de Bretagne, pouponnière des 7 enfants de François 1er et Claude de France, palais familial pour Henri II et Catherine de Médicis qui viennent souvent à Blois pour rendre visite à leurs 10 enfants, puis demeure de la progéniture tardive d’Henri IV et de Marie de Médicis : le château n’a cessé de voir grandir ses enfants royaux ! Nourrie de la richesse des différentes sagas familiales du château royal de Blois, l’exposition “Enfants de la Renaissance” mêle intimement l’Histoire du château et l’évolution de l’éducation depuis le Moyen Âge, aborde les us et coutumes de la fin du XVe au début du XVIIe siècle mais aussi le devoir de maternité des princesses ou encore la stérilité des rois et reines.

“Enfants de la Renaissance” : naissance et petite enfance
Scindée en trois temps forts, l’exposition “Enfants de la Renaissance” présente dans sa première partie les épreuves de la grossesse et de l’accouchement, ou encore le personnage, essentiel, de la nourrice. A la Renaissance, chaque étape de la maternité est indissolublement liée à la mort, celle du nourrisson ou de la mère. Portraits, représentations et objets prophylactiques illustrent bien les problèmes de mortalité infantile et maternelle mais aussi les nombreux rituels parfois magiques, astrologiques ou religieux pour prévenir les maladies ou échapper à la mort. Les représentations d’emmaillotement et d’allaitement ainsi que la vaisselle, les ustensiles ou encore les biberons utilisés permettent par ailleurs de se projeter dans les conditions de vie d’un nourrisson à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’univers enfantin
La seconde partie s’attache au renouveau de l’image : la figure enfantine et son portrait font leur entrée introduisant son individualisation dans la société et sa distinction progressive avec le monde adulte. Objets et scènes de la vie quotidienne mais aussi mobilier, berceaux, vêtements viennent illustrer l’univers enfantin à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’éducation des enfants royaux
Naître à la cour de France signifie grandir loin de ses parents. Du personnel aux résidences privilégiées en passant par la fréquence des rencontres ou l’éducation militaire, la troisième partie de l’exposition met en exergue l’enfance et le quotidien des dauphins ou futurs princes. Cette période voit apparaître les premières méthodes d’apprentissage et l’enseignement organisé : c’est le début des bonnes manières, des règles de propreté et de l’art de vivre en société. La culture de la Rena issance assigne également de nouveaux objectifs d’éducation aux enfants : les traités pédagogiques se multiplient puis voient arriver les premiers jeux, livres et jouets comme outils didactiques.

Source: Château royal de Blois

Paru : De Marguerite de Valois à la reine Margot

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

De Marguerite de Valois à la reine Margot / Autrice, mécène, inspiratrice

Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennot et Catherine Magnein, 276 p.

Cet ouvrage est issu des actes du colloque tenu au château de Nérac (Lot-et-Garonne), à l’automne 2015, dans le cadre des commémorations du 400ème anniversaire de la mort de Marguerite de Valois. Ce colloque était organisé par la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac .

Cet ouvrage examine certains des écrits de Marguerite de Valois ainsi que des textes de poètes, prosateurs et traducteurs qui l’entourèrent ou s’adressèrent à elle. Il s’intéresse également au foisonnement des œuvres inspirées par sa figure, du calomnieux pamphlet qui fit sa légende noire aux fictions télévisuelles des années 60 et 70, en passant par les écrits des princesses qui prirent la plume à son image, les dictionnaires qui colportèrent sa double réputation de femme savante et de débauchée, et les artistes qui la mirent en scène, au roman comme à l’opéra.

Edition réalisée avec le soutien de la Société Henri IV et du ministère de la Culture/Archives de France.

Télécharger le sommaire

Télécharger l’Introduction d’Eliane Viennot

Télécharger la liste des auteurs

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France