Appel à communication: Versailles : Entretenir la présence du Prince : la gestion des sites royaux (XIVe-XIXe siècles)

Réponse à l’appel: 23 novembre 2020

Dates du colloque: 15,16 et 17 septembre 2021

Ce colloque international est une collaboration entre le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV), l’université du roi Juan Carlos, Madrid (URJC), et l’université d’Utrecht (UU)

Afin de promouvoir et de consolider leur pouvoir, les souverains européens ont construit et étendu leur présence à travers de multiples « sites royaux » dès la fin du Moyen Âge. Néanmoins, si la construction et l’extension de la présence du prince ont été très importantes dans le développement et l’affirmation de sa souveraineté, qu’en est-il de sa préservation à travers le temps ?

La réponse est à chercher dans la deuxième partie de la vie de ces lieux, lorsque le temps de la construction et de l’aménagement est terminé et que débute celui de leur usage par le prince et sa cour. L’entretien est alors la clé pour assurer la continuité de la démonstration de la magnificence et de la stabilité du régime, ces sites royaux étant l’incarnation du pouvoir du prince.

Alors que la conception et la construction de l’architecture de la cour et des espaces royaux ont une longue et vaste historiographie, la manière dont ces sites ont été entretenus a rarement été un sujet d’étude en soi. Pourtant, leur entretien était d’une grande importance et avait une dynamique particulière et exigeante. L’entretien n’a suscité l’intérêt des chercheurs que récemment, et si les périodes allant de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge et du xixème siècle jusqu’à nos jours ont été prises en compte, la maintenance au début de la période moderne est encore un domaine peu étudié. Cependant, c’est à cette époque que les nouveaux organismes de construction et d’entretien ont évolué vers des administrations indépendantes et complexes, comme les « King’s works » en Angleterre, la « Surintendance des Bâtiments du roi » en France et la « Junta de Obras y Bosques » en Espagne. Ces organisations constituent les racines des administrations modernes. Elles étaient responsables des vastes « sites royaux » qui comprenaient tous les biens appartenant à la dynastie régnante. Ces derniers ont également servi de centres de pouvoir qui ont contribué à façonner les premières monarchies modernes, en particulier au xviième siècle, lorsque différents monarques les ont utilisé pour faire face aux défis adressés à leur autorité. Cette « géographie royale » ne comprenait pas seulement les résidences où le souverain et les autres membres de la dynastie résidaient, mais aussi d’autres lieux associés au fonctionnement de la cour, comme les forêts, les jardins, les terres agricoles, les usines et les espaces urbains. Dans certains cas, l’administration était également responsable des monastères et couvents royaux fondés ou soutenus par la famille royale.

Faisant suite à la conférence « Building the Presence of the Prince[1] » qui s’est tenue à Utrecht en novembre 2019, ce colloque international vise à réunir des experts de différents domaines historiographiques (histoire, histoire de l’art, histoire de l’architecture et pensée politique), avec pour objectif de développer une analyse comparative sur la manière dont les espaces royaux étaient entretenus dans une perspective transnationale et diachronique (xiv-xixème siècles). Le cadre chronologique de ce colloque est intentionnellement celui de la « longue durée », permettant ainsi l’examen des questions traitant de l’entretien depuis la naissance de la géographie royale et de ses développements jusqu’au xixème siècle, lorsque les lieux et espaces royaux ont été transformés en sites du patrimoine national, et qu’en conséquence, l’accent a été mis sur la conservation et les restaurations.

 

Thèmes et pistes de recherche

Nous vous invitons à proposer des communications de 20 minutes qui pourront être aussi bien des études de cas que des études de synthèse, et qui pourront porter sur les thèmes et questions de recherche suivants :

Concepts et modèles

  • Définition : La maintenance a-t-elle été théorisée de la même manière que la construction l’a été et si oui, comment ? Quelles sont les différentes facettes de la maintenance ? Y a-t-il eu de nouveaux aspects de la maintenance qui sont apparus ou disparus entre le xivème et le xixème siècle ?
  • Représentation : Dans quelle mesure l’état d’un lieu reflétait-t-il l’incarnation symbolique du pouvoir du prince ? Comment et quand la maintenance a-t-elle été privilégiée par rapport aux nouvelles constructions ?
  • La temporalité : L’entretien se faisait-il uniquement de manière ponctuelle ou par cycles récurrents ? En quoi la gestion différait-elle entre les sites principaux et ceux de la périphérie ? Et que se passa-t-il en période de désaffection, lorsque le prince ne résidait plus ou n’utilisait plus un site royal (Versailles après 1643 et 1715, etc.) ?
  • La technologie : De nouvelles conceptions et technologies ont-elles été développées pour faciliter l’entretien ? Les coûts d’entretien ont-ils été pris en compte lors de la conception et de la construction de nouvelles constructions ou de nouveaux sites ? Y a-t-il eu un échange ou un transfert de connaissances en ce qui concerne la pratique de la maintenance ?

Institutions et personnes

  • Gérer l’entretien : Comment l’entretien était-il géré et quelle(s) institution(s) en avait (avaient) été chargée(s) ? Le travail était-il organisé par une gestion directe ou par contrat ?
  • La vie des institutions : En fonction de l’intensité des travaux et des moyens disponibles, les organismes de maintenance ont connu des fluctuations importantes en termes de taille et de complexité au fil du temps. Cependant, leur développement a également été influencé par d’autres facteurs. Dans quelle mesure ont-ils été façonnés par d’autres institutions royales (telles que la Chambre des comptes, l’armée), qui ont connu de nombreuses difficultés logistiques comparables (organisation de forces [de travail] importantes, transport de marchandises lourdes, etc.) ? Et y avait-il une mémoire administrative, ou la roue était-elle réinventée à l’infini ?
  • Les officiers et les entrepreneurs : Qui supervisait l’entretien des sites royaux ? Étaient-ils les mêmes que ceux qui ont construit les palais, les jardins ou les fontaines ? Et quels étaient leur origine et leur statut social, étaient-ils des officiers de la couronne ou des entrepreneurs privés ? Faisaient-ils partie de la cour du souverain, ou en étaient-ils complètement séparés ? Leur position sociale a-t-elle changé avec les différentes phases de la vie des bâtiments ?
  • XIXème siècle : Comment le passage des sites royaux aux sites nationaux a-t-il affecté l’entretien ? Comment la maintenance a-t-elle été influencée par les idées émergentes sur le patrimoine national ?

Finances

  • Coûts : Quel était le coût de la maintenance ? Comment les budgets étaient-ils déterminés et gérés ? Quels types de mesures d’économie ont été utilisés par les organismes de maintenance ? Ont-elles porté sur une meilleure gestion de la main-d’œuvre, sur l’achat de matériaux (y compris la réutilisation et le recyclage des matériaux) ou sur l’utilisation de nouvelles technologies ?
  • Le choix d’arrêter la maintenance : Quelles ont été les conséquences sur la maintenance lorsque le coût dépassait le budget du souverain ? Quelles politiques ont été développées pour faire face aux déficiences à court et à long terme ?

 

Pour participer

Les propositions, en français ou en anglais, d’environ 3 000 caractères (espaces compris) devront comprendre le titre de la communication et le résumé de la proposition et être accompagnées également d’une courte biographie (1 200 caractères) et des coordonnées du candidat.

L’ensemble devra être envoyé à José Eloy Hortal, Merlijn Hurx et Benjamin Ringot avant le 23 novembre 2020 à l’adresse électronique suivante :  symposiumversailles2021@gmail.com

Les candidats recevront une réponse quant à leur participation au colloque avant le 18 décembre 2020.

L’organisation prendra en charge les frais d’hébergement (deux nuits) et de repas des intervenants pendant le colloque, mais ces derniers devront prendre en charge leurs frais de transport.

 

Codirection :

José Eloy Hortal Muñoz (URJC)

Merlijn Hurx (UU)

Benjamin Ringot (CRCV)

 

Comité scientifique

Mathieu da Vinha (CRCV)

Krista De Jonge (KULeuven)

Herbert Karner (Universität Wien-Österreichische Akademie)

Alexandre Maral (CRCV)

José Martínez Millán (UAM)

Andrea Merlotti (Venaria Reale)

Simon Thurley (Institute of Historical Research/Gresham College, UK)

Saintes, 12-13 février 2020 – Musique et société dans les provinces de l’Ouest

Musique et société dans les provinces de l’Ouest (Aunis, Saintonge, Poitou, Guyenne) au cours des Guerres de religion (1562-1629)

Colloque international
Saintes, 12-13 février 2020

PROGRAMME

Dans le domaine des études musicologiques, la prééminence des règnes de François Ier et d’Henri II d’une part, et de Louis XIV d’autre part, a mis dans l’ombre une longue période, moins étudiée en raison de sa fragmentation et de son hétérogénéité.

Afin de mieux cerner cette période « décentrée », permettant de faire (ou pas) le lien entre musique renaissante et musique baroque, on s’intéressera particulièrement aux provinces de l’Ouest (Aunis, Saintonge, Poitou, Guyenne).

Mettant à profit les ressources des institutions locales associées, on tiendra compte des Guerres de Religion dans leur plus grande extension (1562-1629), puisque celles-ci ont particulièrement touché ces provinces (Poitiers, La Rochelle, Niort, Angoulême, Bordeaux) et qu’elles constituent un arrière-plan historique impossible à ignorer lorsqu’on s’intéresse à la place que prend dans l’espace social la musique, la poésie ou la danse. Sans rejouer une opposition confessionnelle bloc contre bloc, on se penchera plutôt sur une certaine cohabitation religieuse qui a pu prendre forme sous le règne d’Henri IV (dont l’itinéraire dans la région peut être retracé), afin de comprendre comment, en période de guerre comme en période de paix, ces provinces ont continué de « faire » de la musique, d’imprimer des vers ou des partitions, quelles que soient les circonstances. Le colloque abordera cette riche et passionnante période de mutation dans une perspective résolument interdisciplinaire, associant aux études musicologiques l’histoire et les études littéraires.

MERCREDI 12 FÉVRIER

14h30 : Th. Sauzeau (Univ. de Poitiers) -Un itinéraire musical d’Henri IV dans le Centre-Ouest ?

15h : L. Guillo (Centre de musique baroque,Versailles) – Géographie des sources musicales durant les Guerres de Religion : foyers, vestiges et imprimeurs en Saintonge et Aquitaine

15h30 : M. Hoareau (médiathèque de La Rochelle) – La musique mise en page : : esthétique typographique de Pierre et Jérôme Haultin (1571-1600)

16h15 : Pause

16h45 : K. Tarte (Wake Forest University) – Quelle musique pour « La puce de Madame des-Roches » ?

17h15 : B. van Wymeersch (Univ. catholique de Louvain) – Gabriel de La Charlonye, amateur,mélomane, savant et ami des plus grands

17h45 : J. Duron (Centre de Musique Baroque de Versailles) – Musiques et poésies de la Contre-réforme dans les provinces de l’Ouest

19h30 : Concert de l’Ensemble Faenza, direction Marco Horvat.

JEUDI 13 FÉVRIER

9h30 : K. Hemery (Univ. de Picardie) – La musique dans les « OEuvres poétiques » d’André de Rivaudeau (Poitiers, 1566)

10h : J. Goeury (Univ. de Picardie) – « Le luth que j’accordais avec mes chansonnettes » : présence d’Agrippa d’Aubigné dans les recueils de musique notée (1579-1586)

10h30 : A.-G. Leterrier-Gagliano (Univ. Paris-Sorbonne) – « Et si je veux tenter [de] jouer quelques fois… » : Pierre de Brach ou les doutes d’un chantre du temps des guerres de Religion

11h45 : I. His (Univ. de Poitiers) – Chanter Ovide à Niort ? Autour de l’Histoire des poètes compris au grand Olympe et en suivant la métamorphose d’Ovide […] de Christophe Deffrancs (Niort, Thomas Portau, 1595)

12h15 : M. Latour (Tufts University) – Ordonner le désordre : l’harmonie stoïcienne dans le cercle d’Henri IV

14h30 : C. Pédelaborde (Univ. Bordeaux Montaigne) – Reflets du Bransles des Cieux ou Simulacre de l’Harmonie terrestre : musique et danse au temps des premiers Bourbons, des pratiques controversées

15h : D. Poton (Univ. de La Rochelle) – Retour sur une controverse entre protestants et catholiques à La Rochelle : Sermon contre les danses de Philippe Vincent (1634-1646)

15h30 : Ph. Chareyre (Univ. de Pau et des Pays de l’Adour) –
« maudite musique, instruments profanes qui nous font offenser Dieu ». Une plaidoirie contre un maître baladin à Nîmes en 1605

16h : Conclusions

Comité scientifique
– Julien Goeury (professeur de littérature, université de Picardie)
– Isabelle His (professeur de musicologie, université de Poitiers)
– Didier Poton (professeur émérite d’histoire, université de La Rochelle)

Télécharger le programme complet du colloque

Mélanges Jean-Pierre Babelon


Henri IV en 1605
Jean-Pierre Babelon, membre de l’Institut, est à l’origine de la Société Henri IV, qu’il a créée en 1993, la présidant jusqu’en 2009. Afin de lui rendre hommage, la Société Henri IV a voulu lui offrir un volume composé d’une trentaine de contributions portant sur ses thèmes de prédilection : Henri IV bien sûr, mais aussi le patrimoine architectural et artistique. A la fin de l’ouvrage, une bibliographie détaillée inventorie de manière raisonnée sa production scientifique.

Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Babelon, Textes réunis par Isabelle Pébay-Clottes et Jacques Perot, Château de Pau, Société Henri IV, 2014, 311 p.

Liste des contributeurs : Guillaume d’Abbadie, Bernard Barbiche, Jean-Paul Barbier-Mueller, Jean-François Bège, Yves-Marie Bercé, Bernard Berdou d’Aas, David Buisseret, Jean Castarède, Grégory Champeaud, Philippe Chareyre, Philippe Charlier, Anne-Marie Cocula, Hugues Daussy, Christian Desplat, Alain Dufour, Stéphane Gabet, Alexandre Gady, Janine Garrisson, Chantal Gastinel-Coural, Michel Laclotte, Madeleine Lazard, Claude Menges-Mironneau, Paul Mironneau, Claude Mignot, Isabelle Pébay-Clottes, Jacques Perot, Nicolas Sainte Fare Garnot, Eric Thierry, Mario Turchetti, Jean-Marc Vasseur.

Mélanges Babelon

 

Orléans, 3-5 décembre 2019 – Une autre Renaissance en Centre – Val de Loire

Colloque international : Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650)

2019 marque le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise et du lancement de la construction du château de Chambord. De nombreuses manifestations se sont déroulées tout au long de l’année dans la Région Centre-Val de Loire pour faire mémoire de cette Renaissance française qui s’épanouit de façon privilégiée dans la vallée de la Loire, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’humanité.

S’inscrivant dans cette dynamique, ce colloque international a pour ambition de mettre en lumière « Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650) ».  A l’ombre de la figure majeure de Léonard de Vinci et des emblématiques châteaux de la Loire, il s’agira de revisiter les pratiques politiques, culturelles et artistiques dans l’ensemble de cette Région selon les problématiques actuelles de la recherche sur la France de la Renaissance conduites en histoire, en littérature, en histoire du droit et en histoire de l’art.

Le colloque s’organisera autour de quatre axes :
– une nouvelle compréhension des guerres et des paix de religion (1562-1598), dans une région qui fut un enjeu important de la lutte d’influence entre protestants et catholiques
– L’analyse de la circulation des idées, des textes, des savoirs et des techniques dans la Région et entre la Région et l’Italie en particulier
– L’étude du rôle dirigeant de plusieurs princesses et reines de France possessionnées dans la Région à la Renaissance
– Une nouvelle approche de la Renaissance artistique dans ces territoires.

Télécharger le programme ici.

Conférence
Dans le cadre de ce colloque, Jean-Marie LE GALL, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne, donnera une conférence publique le 3 décembre à 18h30 à l’Hôtel Dupanloup sur La région Centre-Val de Loire dans les dynamiques de la Renaissance.

Conseil scientifique :
Denis BJAÏ, Professeur de littérature française, Université d’Orléans
Didier BOISSON, Professeur d’histoire moderne, Université d’Angers.
Stéphan GEONGET, Professeur de littérature française de la Renaissance, Université de Tours
Mark GREENGRASS, Professeur émérite d’histoire moderne, Université de Sheffield (G.-B.)
Jean-Marie LE GALL, Professeur d’histoire moderne, Université de Paris I
Corinne LEVELEUX, Professeur d’histoire du droit, Université d’Orléans

Comité d’organisation :
Catherine LANOË, Maître de conférences d’histoire moderne, Université d’Orléans
Nicolas LOMBART, Maître de conférences en littérature française de la Renaissance, Université d’Orléans
Gaël RIDEAU, Professeur histoire moderne, Université d’Orléans

Coordinateur :
Christian RENOUX, Maître de conférences histoire moderne, Université d’Orléans

22-23 nov. 2019, Paris : Jacques Davy du Perron (1556-1618)

Colloque international, Université de Paris-Sorbonne, Paris, 22-23 novembre 2019, avec le soutien de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), de l’Axe 3 « L’humanisme européen » du Labex EHNE.
Organisation : Mark Greengrass et Lana Martysheva 


Argumentaire
Pourquoi consacrer un colloque à Jacques Davy du Perron (1556-1618) ?

Prélat, cardinal, diplomate, courtier, poète et rhétoricien, sa vie traverse plusieurs mondes, en France et en Europe. Méconnue des non-spécialistes, cette figure emblématique et incontournable de son époque fournit une opportunité heuristique que ce colloque vise à exploiter.

Le nom de Du Perron n’a pas perdu soudainement de sa notoriété. En 1622, l’écrivain Jean-Louis Guez de Balzac n’écrivait-il pas à Richelieu qu’il était destiné à « remplir la place » du prélat trépassé ? Au tournant du XVIIIe siècle, si Richelieu était à la tête du premier volume des Hommes illustres de Charles Perrault, c’est Du Perron qui occupait cette même place dans le second. Mais il s’agissait déjà d’un moment de déclin de la gloire de ce dernier. Du Perron perdait son statut de protagoniste de l’Histoire. Le constat d’un écart de perception, la chose est bien connue, constitue une porte d’entrée dans une époque. Il s’agit alors de donner sens à la résonance d’une voix, et d’une plume, qui s’étaient imposées non seulement en France, mais bien au-delà encore.

Du Perron est un cas de figure à la fois exceptionnel et représentatif.
Exceptionnel par son incroyable ascension sociale : converti et autodidacte provenant d’une famille obscure, il a pu se faire une place à la cour et, avec le temps, devenir archevêque, cardinal et grand aumônier.

Représentatif des « obsessions » de son époque : la possibilité de cette carrière, avant tout due à sa capacité de mener la controverse et de convertir les protestants, montre l’importance accordée par l’Église catholique et par la monarchie française à ce phénomène.

Ce colloque n’envisage pas de réaliser une biographie de Du Perron, ni de dresser le bilan de ses œuvres. Il propose plutôt de le considérer en tant que passeur entre différents mondes : le polymorphisme de Du Perron – homme de lettres, prélat et courtisan – fournit une opportunité d’observer concrètement comment, dans l’Europe de la fin du XVIe siècle et du début XVIIe siècle, les enjeux confessionnels, politiques, littéraires et sociaux s’entremêlent dans un nœud presqu’inextricable, et qui en fait gagne à ne pas être délié. Ce colloque ne peut donc qu’être pluridisciplinaire.

Les axes que ce colloque cherche à explorer sont :
 Une Europe connectée : débats ecclésiastiques à travers les frontières
 La Rome pontificale et la France : acteurs de dialogue
 Littérature et politique
 Hommes de lettres à la cour royale
 Stratégies intellectuelles de réussite sociale
 Enjeux et construction de réputation
 Rapports interconfessionnels
 Controverse et conversion religieuses
 Construction de l’héritage intellectuel, postérité des œuvres

Programme et inscription (à venir) sur le site du labex EHNE : https://humanisme.hypotheses.org/2063

21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont : Catherine de Médicis (1519-1589)

Colloque international : 21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont
Catherine de Médicis (1519-1589). Politique et art dans la France de la Renaissance

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Renaissance(s) en région Centre-Val de Loire, le Château royal de Blois et le Domaine de Chaumont-sur-Loire organisent un colloque international invitant à découvrir les recherches récentes qui renouvellent et élargissent l’état des connaissances sur Catherine de Médicis, son œuvre politique et culturelle.

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever à Blois en 1589, au coeur de la 8e guerre de religion. De simple bru de roi à reine, régente et reine mère, elle est à la fois un témoin et un acteur majeur en France et en Europe, au côté de cinq rois de France successifs : un destin exceptionnel qui alimentera les jugements des historiens, mais aussi la fameuse « légende noire » et l’imaginaire romanesque et cinématographique de la souveraine.

Mère de trois rois et de deux reines, régente et conseillère privilégiée de ses fils, Catherine de Médicis poursuit pendant plus de quarante ans une politique de tolérance qui se démarque par sa modernité. Durant toute sa vie, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements marqués par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie.

Mécène, bâtisseuse, grande protectrice des arts et des lettres, elle participe au rayonnement culturel de son époque. Son activité architecturale autour de Paris et dans la vallée de la Loire, aussi bien dans les résidences royales comme Blois qu’à Chaumont puis Chenonceau, châteaux dont elle est propriétaire, ses commandes de dessins et de peintures, sa bibliothèque et les festivités et spectacles organisés par elle témoignent d’une implication hors du commun dans ce domaine.

Le colloque a pour objectif d’approfondir l’étude de la place de Catherine de Médicis dans la vie politique et culturelle de son temps, de faire émerger des sujets délaissés et de dégager de nouvelles perspectives de recherche. Près de 25 spécialistes, professeurs, conservateurs, chercheurs et doctorants en histoire et histoire de l’art venus de France, des États-Unis, d’Autriche et d’Australie, dresseront un portrait inédit de cette souveraine influente.

Télécharger le programme ici.

14-15 nov. 2019, Madrid : Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance 

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre
Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019.

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

*L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte réglementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

*Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

*Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.
Télécharger le programme complet ici

Contact :
alvaro.adot chez casadevelazquez.org
denes.harai chez univ-pau.fr

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Les enfants dans les affrontements religieux aux XVIe et XVIIe siècles

Cycle de conférences proposé par le musée d’Aquitaine de Bordeaux.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et relativement efficaces.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Protestantisme et éducation militaire en France – 13 novembre 2019, 18 h
Enfances vécues, enfances racontées – 6 novembre 2019, 18 h
Les enfants des morisques – 11 décembre 2019, 18 h

Cycle proposé par Florence Buttay, maître de conférence en histoire, Université Bordeaux Montaigne – CEMMC

Image: Abraham Bosse, Le maistre d’escole, v. 1635, détail, BnF

 

Pau, 19 octobre 2019. Une conférence d’Isabelle His, « Célébrer la victoire, moquer l’ennemi »

Le samedi 19 octobre 2019 à 15h, la Société Henri IV et la Société des Amis du château de Pau  proposent une conférence :
 
Célébrer la victoire, moquer l’ennemi. L’action guerrière d’Henri IV en musique
par Isabelle His
 
Château de Pau, salle de conférences

Plusieurs pièces de musique peuvent être mises en relation avec le roi Henri IV, notamment pour marquer ses conquêtes militaires. On s’attardera sur un air latin peu connu qui semble devoir être mis en rapport avec les campagnes en Normandie d’Alexandre Farnèse, Duc de Parme, au printemps 1592.

Isabelle His, ancienne pensionnaire de la Villa Médicis (Académie de France à Rome) est professeure de musicologie à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent sur la musique de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Elle est notamment l’auteur de la monographie de référence sur Claude Le Jeune, compositeur de la chambre de Henri IV (Actes Sud, 2000), et du catalogue de ses œuvres dans la base de données Philidor du Centre de Musique baroque de Versailles.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Louis de Condé. Prince du sang et huguenot 1530-1569 – 3-4 octobre 2019 – Château de Chantilly

Les 3 et 4 octobre 2019, se tiendra au château de Chantilly le colloque « Louis Ier de Condé (1530-1569). Prince du sang et huguenot », organisé par Hugues Daussy sous l’égide et avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels et scientifiques, au nombre desquels figure la Société Henri IV.

Le programme complet peut-être téléchargé ici Programme Condé.

Gaston d’Orléans et l’antiquité

Du 2 au 4 octobre 2019 se tiendra à l’université de Reims le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé par Valérie WAMPFLER et Céline BOHNERT.

Extrait de l’appel à communication : ce colloque se situera dans la lignée des études récentes de Pierre Gatulle et de Jean-Marie Constant qui, approfondissant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur.  La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion…

Télécharger le programme

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Pau, château – samedi 28 septembre 2019 – 15h

La Société des Amis du château de Pau propose une conférence de Juliette Superbie, doctorante en Histoire de l’Art  à l’Université de Toulouse II Jean Jaurès :

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Dans le prolongement de l’exposition Théâtre du pouvoir : le temps du béarnais présentée au Château de Pau du 17 octobre 2018 au 14 avril 2019, Juliette Souperbie s’attachera à interpréter plusieurs portraits d’Henri IV. Le béarnais est un souverain qui sut se mettre en scène et attacha de l’importance à son image en tant que soutien politique.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Les guerres de religion – Gaspard de Coligny face à François de Guise – Sully-sur-Loire

Le château de Sully-sur-Loire présente du 21 septembre au 22 décembre 2019 l’exposition  Les guerres de religion – Gaspard de Coligny face à François de Guise : une lutte fratricide

Cette exposition s’inscrit dans la dynamique de l’année 2019, qui commémore 1519 et les 500 ans de la Renaissance.

Cette année 1519 est aussi celle de la naissance de deux personnages qui vont jouer un rôle décisif une quarantaine d’années plus tard : François de Guise et Gaspard de Coligny. Ils sont les deux chefs de deux lignages rivaux qui vont participer aux violences que subit le royaume de France à partir des années 1560, le premier comme chef des catholiques et le second comme l’un des chefs protestants. Cette séquence terrible qui s’ouvre alors est celle des guerres de Religion.

Télécharger la présentation de l’exposition

L’Académie réformée de Saumur : nouvelles sources, nouvelles approches

Jeudi 26 septembre 2019

Saumur, Lycée Duplessis-Mornay, Amphithéâtre

Ouvert au public dans la limite des places disponibles

Accueil 9h45

10h15 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Introduction »

Séance 1 : Professeurs et enseignements

Président de séance : Thomas Guillemin

10h30 Marie-Claude Tucker(Maîtresse de conférences retraitée, Université de Clermont-Auvergne) : « Les professeurs-régents écossais à l’Académie de Saumur »

11h00 Jean-Paul Pittion(Professeur émérite, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours/Trinity College, Dublin) : « Philosopher à Saumur au xviiesiècle »

11h30 Albert Gootjes(Chercheur associé, Junius Institute, Calvin Theological Seminary) : « Enseigner la théologie à Saumur dans les années 1670 : autour d’un cours inédit d’Étienne Gaussen »

 

Séance 2 : L’Académie et ses livres

Président de Séance : Jean-Paul Pittion

14h00 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Ex Bibliotheca. Bilan de l’enquête sur les bibliothèques de l’Académie de Saumur »

14h30 Scott Mandelbrote(Fellow, Director of Studies in History, Cambridge University) : « Cappel, Morin, and the world of early modern biblical studies »

15h00 Kevin Trehuedic(Maître de conférences, Université de Paris-Est-Créteil) : « Archéologie de la méthode critique de Louis Cappel »

15h45 Conclusion

 

Comité d’organisation

Didier Boisson, Thomas Guillemin (Université d’Angers) et Kevin Trehuedic (Université de Paris-Est-Créteil)

 

Journée organisée avec le soutien de la Société d’Étude du xviiesiècle

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search