Mélanges Jean-Pierre Babelon

Henri IV en 1605Jean-Pierre Babelon, membre de l’Institut, est à l’origine de la Société Henri IV, qu’il a créée en 1993, la présidant jusqu’en 2009. Afin de lui rendre hommage, la Société Henri IV a voulu lui offrir un volume composé d’une trentaine de contributions portant sur ses thèmes de prédilection : Henri IV bien sûr, mais aussi le patrimoine architectural et artistique. A la fin de l’ouvrage, une bibliographie détaillée inventorie de manière raisonnée sa production scientifique.

Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Babelon, Textes réunis par Isabelle Pébay-Clottes et Jacques Perot, Château de Pau, Société Henri IV, 2014, 311 p.

Liste des contributeurs : Guillaume d’Abbadie, Bernard Barbiche, Jean-Paul Barbier-Mueller, Jean-François Bège, Yves-Marie Bercé, Bernard Berdou d’Aas, David Buisseret, Jean Castarède, Grégory Champeaud, Philippe Chareyre, Philippe Charlier, Anne-Marie Cocula, Hugues Daussy, Christian Desplat, Alain Dufour, Stéphane Gabet, Alexandre Gady, Janine Garrisson, Chantal Gastinel-Coural, Michel Laclotte, Madeleine Lazard, Claude Menges-Mironneau, Paul Mironneau, Claude Mignot, Isabelle Pébay-Clottes, Jacques Perot, Nicolas Sainte Fare Garnot, Eric Thierry, Mario Turchetti, Jean-Marc Vasseur.

Mélanges Babelon

 

Colloque: NOBLESSES ET VILLES DE COUR EN EUROPE (XVIIE-XVIIIE). LA RÉSIDENCE PRINCIÈRE, OBSERVATOIRE DES IDENTITÉS NOBILIAIRES À L’ÉPOQUE MODERNE

Au cours de ce colloque, universitaires et chercheurs aborderont le thème de la conversion urbaine des noblesses européennes à l’époque moderne. Bien implantées dans les villes de cour, elles y ont construit des demeures, réalisé des investissements, développé une nouvelle sociabilité, et ont, de ce fait, contribué à façonner la ville. Dans le même temps, l’adoption d’un mode de vie citadin a joué un rôle dans la construction identitaire du noble, ainsi que dans les représentations de son ordre.

Dates : 3 et 4 mai 2018
Lieu : Château de Lunéville
Contact anne.motta@univ-lorraine.fr

Programme

3 mai 2018

14h : Anne Motta (Université de Lorraine) et Eric Hassler (Université de Strasbourg) : Accueil/ Présentation
14h15 : Joël Cornette (Université Paris-VIII) « Noblesses et villes de cour : Introduction, problématiques, enjeux ».

Noblesses en ville : redéfinitions sociales, redéfinitions urbaines
(Discutant : Laurent Bourquin, Université du Maine)

15h-15h30 : Frédéric d’Agay (Fédération historique de Provence) « La noblesse provençale entre Versailles et Paris (XVIIe – XVIIIe siècles) ».
15h30-16h : Albane Cogné (Université de Tours) « Palerme, l’affirmation progressive d’une ville de cour (XVIIe -XVIIIe s.) ».
16h-16h30 : Marie-Françoise Vajda-Saudraix (Université Paris IV) « Buda, les Hongrois et le souverain Habsbourg au XVIIIe siècle : la renaissance d’une capitale ».
16h30-17h : Discussion / Pause

Ubiquités nobiliaires : entre ville et campagne
(Discutant : Antoine Follain, Université de Strasbourg)

17h-17h30 : Thierry Franz (Université de Lorraine-château de Lunéville) « L’hôtel aristocratique entre Nancy et Lunéville sous le règne du duc Léopold (1698-1729) : la noblesse de cour face aux enjeux d’un État bicéphale ».
17h30-18h : Andrea Merlotti (Centro Studi sulle residenze reali sabaude, Turin) « L’itinérance des cours européennes entre les XVIIe
et XVIIIe siècles entre ville capitale et résidences suburbaines, le cas savoyard-piémontais ».

NOBLESSES ET VILLES DE COUR EN EUROPE (XVIIe
-XVIIIe).
LA RÉSIDENCE PRINCIÈRE, OBSERVATOIRE DES IDENTITÉS NOBILIAIRES À L’ÉPOQUE MODERNE
4 mai 2018

Géographies nobiliaires : les résidences urbaines
(Discutant : Stefano Simiz, Université de Lorraine)

9h-9h30 : Yann Vaxelaire (Région Grand-Est, Inventaire général du patrimoine) « La résidence nobiliaire à Nancy au prisme des archives notariales (XVIIe -XVIIIe siècles) ».
9h30-10h : Shipé Guri (Université Libre de Bruxelles) « D’une noblesse de cour à une noblesse urbaine : implantation et évolution résidentielles de l’aristocratie à Bruxelles XVIIe -XVIIIe siècles ».
10h-10h30 : Jean Boutier (EHESS Centre Norbert-Elias) « Les nouvelles grammaires d’une ville ? La cour grand-ducale et la géographie sociale de Florence 1550-1650 ».
10h30-11h : Discussion / Pause

Sociabilités nobiliaires et représentations autour de la cour
(Discutant : Jérôme Viret, Université de Lorraine)

11h-11h30 : Paola Bianchi (Università di Val d’Aoste, Aoste) « Éducation et sociabilité aristocratiques près et autour de la cour : le réseau des académies nobiliaires ».
11h30-12h : Sébastien Schick (Université Paris-I) « Ville sans prince-ville sans cour ? Le rôle curial de la noblesse à Berlin et Hanovre (XVIIIe siècle) ».
12h : Discussion
12h30 : Repas
13h45 : Visite du château (Thierry Franz)

Consommations et investissements
(Discutante : Isabelle Brian, Université de Lorraine)

15h-15h30 : Pauline Lemaigre-Gaffier (Université Versailles-Saint Quentin) « De la cour à l’entreprise, noblesses et privilèges économiques dans les villes de résidence (France-Europe, XVIIe -XVIIIe) ».
15h30-16h : Élodie Oriol (Centre Supérieur d’Études de la Renaissance, Tours) « Cours romaines et mécénat artistique au XVIIIe siècle : commandes et circulations urbaines ».
16h-16h30 : Stéphane Castelluccio (CNRS Centre André-Chastel) « Être et ne pas être à la mode pour le Mercure galant 1670-1680 ».
16h30 : Discussion / Pause
17h : Laurent Bourquin (Université du Maine) Conclusions.

Appel à communication- L’armée dans la ville. Forces en présence, architectures et espaces urbains partagés (XVIe-XIXe siècle)

Colloque international sous la direction scientifique de Nicolas Meynen (Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA/UMR5136 CNRS) et Émilie d’Orgeix (Bordeaux Montaigne, Centre François-Georges Pariset – EA 538). En partenariat avec l’association Valoriser les Patrimoines Militaires et avec le soutien du Conseil régional Occitanie-Méditerranée.

Toulouse, hôtel d’Assezat, Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2018

Argumentaire

Á l’articulation de l’histoire de l’architecture et des cultures urbaines civiles et militaires, ce quatrième colloque international du programme « Patrimoine militaire » initié en 2012 vise à renforcer les recherches sur la ville moderne et contemporaine en Europe par l’étude des interactions entre gouvernances militaire et civile, entre armée et populations urbaines dont les rôles et les besoins diffèrent. Il se fonde sur le constat qu’il est aujourd’hui fondamental d’entreprendre la réécriture d’une histoire de la ville et de l’architecture encore dominée par des études essentiellement nourries de corpus documentaires civils. L’état de la recherche illustre, en effet, combien cette inflexion historiographique a favorisé la création de catégories hermétiques, annihilant ou limitant artificiellement tant les interrelations constantes entre les acteurs en présence que les changements de formes, de typologies et d’usages de l’architecture et des espaces urbains. Les cas d’hybridations et de métissages abondent pourtant, de la maison forte au logement des soldats chez l’habitant, des magasins à vivres-granges aux places d’armes-marchés sans oublier les esplanades-promenades, Champs-de-Mars-places publiques, portes de ville-cabarets, les fossés-viviers, glacis-vergers, bastions-potagers… autant d’espaces partagés, transformés, adaptés et appropriés tant par les populations civiles que militaires. La ville contemporaine, quant à elle, poursuit aujourd’hui pleinement cette relation dialectique lors de reconversions, réhabilitations et réaffectations du patrimoine construit ou planifié par les militaires. Casernes, corderies, hôpitaux, magasins, poudrières, portes de ville, forts et citadelles sont ainsi pleinement intégrés aux programmes de régénération urbaine.

Au-delà d’une simple démarche d’identification des ouvrages militaires dans l’espace urbain, ce colloque ambitionne d’approfondir l’étude des interactions, perméabilités et points de suture entre sphères militaire et civile « en ville » à l’aune de l’architecture, de la construction et des techniques à l’époque moderne et contemporaine (xvie– xxiesiècle). Il valorise ainsi les démarches croisant les sources militaires et civiles (atlas, cartes et plans, mémoires, correspondances…), illustrant, tour à tour, les emprises et enclaves physiques, applications et contournements des servitudes militaires, processus de tensions, collaborations, tractations et négociations entre acteurs (architectes, ingénieurs militaires ou civils, entrepreneurs, édiles…) tout autant qu’usagers. Les échelles convoquées sont multiples, englobant tant la composition et/ou la recomposition des villes (villes de garnison, places-fortes, villes soumises à une double gouvernance) que des typologies architecturales aux frontières fluctuantes, qu’elles aient été privées (maisons, cabarets…), militaires (casernes, magasins…), publiques (hôtels de ville, bourses…) et même religieuses (églises fortifiées, chapelles de citadelles…). Le colloque vise également à faire état d’expériences menées en matière de partage des espaces, de cession ou de changement d’usage dans le cas de restauration, de réhabilitation et de mise en valeur d’ouvrages militaires déclassés. Á différentes époques, la libération d’emprises foncières, souvent stratégiquement situées, a offert des opportunités de développement : aménagement de parcs, de boulevards, de programmes de logements…

Axes thématiques

Les propositions de contribution privilégieront les trois thématiques de recherche suivantes :

1- Partage de l’espace urbain et périurbain

 Dans les villes soumises à des impératifs de défense, comment se répartit progressivement l’espace urbain, comment se fonde la reconnaissance de propriété, qui négocie le partage et quelles formes prennent les transactions ?

La présence d’acteurs aux intérêts différents se partageant un territoire de plus en plus convoité a conduit, l’un comme l’autre, à créer les conditions suffisantes de sa propre existence en répondant, pour l’un aux besoins des civils et, pour l’autre, à ceux de la défense du territoire. Fortifications, glacis, fossés, servitudes défensives intérieures et extérieures, places d’armes, foncier gelé… sont quelques-uns des aspects concrets de la présence de l’armée dans la ville. Par achats, locations, mises à disposition, les négociations civiles ont ainsi été quotidiennes pour envisager l’adaptation de la ville aux besoins de son temps : percement du mur d’enceinte et franchissement des glacis pour ménager des voies d’accès, création de rues militaires le long des remparts, implantation de gares dans les glacis pour être au plus près du centre-ville, assèchement des fossés à des fins d’assainissement, aménagement de jardins et parcs publics extra-muros ou d’embryons de quartiers parfois spécialisés (balnéaire, résidentiel) dans la zone des servitudes. Peut-on parler de contraintes de la part du militaire ? Les lenteurs générées par les négociations sont-elles facteur de maturation des projets ? Des périodes sont plus marquantes : la révolution industrielle ou la mise en défense du territoire. L’occupation militaire a pu aussi évoluer, se déplaçant dans la ville en quête de nouvelles emprises permettant d’appliquer, par exemple, les plans-types de casernes. Au fil du temps et des multiples « vies » des villes, le déclassement des fortifications et des ouvrages militaires a également influé sur l’histoire des partages spatiaux. L’obsolescence des techniques, des fortifications et le relèvement des servitudes militaires ont progressivement libéré un espace foncier propice au déploiement de nouvelles typologies urbaines. Aux marges de la ville, le déclassement des glacis a aussi suscité des programmes urbains novateurs, favorisant tant des circulations (boulevards et « rings ») que la multiplication d’édifices publics (salles de spectacles, champs de courses), la création de parcs en ville, l’aménagement de nouveaux quartiers.

2- Architectures et formes urbaines migratoires

 Comment l’architecture s’adapte-t-elle pour répondre à la cohabitation de populations civiles et militaires ? Comment l’histoire de ces partages s’écrit-elle tant en plan, en coupe et en élévation ? Entre espaces dédiés tels les cantonnements ou les mises en quartier, aux espaces architecturaux modelés par les expropriations, cohabitations, réaffectations et nouveaux programmes architecturaux, les villes tout entières ont évolué au rythme d’âpres négociations entre des acteurs très diversifiés. La récupération par l’armée des biens nationaux en cœur de ville est rapidement contrariée par des problèmes d’espace et d’hygiène. Les locaux sont progressivement remplacés par de nouveaux bâtiments : casernes, hôpitaux, hôtels de commandement, écuries, magasins aux vivres qui s’insèrent dans la trame urbaine tandis que les pouvoirs publics réinvestissent les bâtiments libérés. Dans cet échiquier urbain, les costumes professionnels s’échangent aussi aisément : il n’est ainsi pas rare que des ingénieurs militaires construisent des églises et les architectes des casernes… Les constructions militaires, à l’économie sobre et efficace, n’en développent pas moins des mimétismes architecturaux, partageant des matériaux locaux, des techniques et des recherches d’effets ornementaux et stylistiques qui les lient avec le bâti civil environnant. Quelles sont les sources de ces influences en matière de programme architectural ? Peut-on ici revenir sur des notions de modèles et de déclinaisons et trouver des emprunts à d’autres formes d’habitat communautaire : couvents, hospices, collèges ?

3- Réaffectation et reconversion

Depuis la fin des années 1980, l’armée a réduit de manière importante ses effectifs et par voie de conséquence, « libéré » de nombreux bâtiments et emprises. Ces espaces et ces biens, vendus ou parfois concédés, avec le concours et le suivi étroit de l’administration des Domaines, ont subi des changements de statut et de fonction, qui a marqué aussitôt leur passage d’un état d’objet à celui d’un artefact patrimonial. Comment se sont opérés ces transferts ? Comment des programmes de réaffectation et de réhabilitation parviennent-ils à retenir le sens premier d’un bâtiment (tel un magasin ou une caserne). Et jusqu’à quel point ? Alors que les notions d’authenticité et de valeur mémorielle prévalent aujourd’hui dans les débats patrimoniaux, il est utile de s’interroger sur celles que développent des programmes de réhabilitation et de reconversion des sites et architectures militaires. S’ils imposent bien souvent un renouvellement des usages, comment éviter la déperdition des effets de sens nés de la composition et de la distribution intérieure ? Comment également concilier contraintes du bâti (et jusqu’à quel point) et droit à l’invention du maître d’ouvrage ? Quelle matérialité privilégier et en fonction de quels critères ? La question de réversibilité sera abordée de même que la pertinence du patrimoine militaire urbain pour le développement durable.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communications (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, les points forts de l’argumentaire et les sources qu’elle mobilise), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser

au plus tard le 11 mai 2018

conjointement aux deux adresses suivantes : nicolas.meynen@univ-tlse2.fr et emilie.dorgeix@u-bordeaux-montaigne.fr

Comité scientifique

  •  Jean-Yves Besselièvre, Directeur du Musée de la Marine, Brest
  •  Emilie d’Orgeix, MCF (HDR) Bordeaux-Montaigne
  •  Marc Grignon, professeur titulaire en histoire de l’architecture, département d’histoire, université Laval, Québec, Canada,
  •  Nicolas Meynen, MCF Université Toulouse – Jean-Jaurès
  •  Gilles Ragot, Pr. Bordeaux-Montaigne
  •  Alicia Camara Muñoz, professeur titulaire de la chaire histoire de l’architecture, département d’histoire de l’art, université UNED, Madrid, Espagne
  •  Stephen Spiteri, superintendant des fortifications maltaises et Pr. Université de La Valette, Malte
  •  Marino Vigano, professeur, université catholique de Milan, Italie
  •  Isabelle Warmoes, adjointe au directeur du Musée des plans-reliefs, Paris

Appel à communication: Paix et religion, du Moyen Âge à l’époque contemporaine

La manifestation se tiendra à l’Université de Lorraine, Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy les 11 et 12 octobre 2018.

Date limite d’envoi des propositions : 5 mars 2018.

Les religions sont souvent et en particulier dans notre monde contemporain, associées à la guerre, qu’elles la suscitent ou l’entretiennent, dans la réalité ou dans l’imaginaire. Or, paradoxalement, les fondements des religions révélées appellent leurs représentants à tenir un discours de paix, même si la guerre et la violence sont bien présents dans les récits fondateurs, à l’exemple de l’Ancien Testament. Ainsi, réalité et/ou mythe, la religion appartient bien à la sphère guerrière dans des sociétés fortement marquées par le primat des cultures religieuses – notamment monothéistes – depuis le Moyen Âge. La religion a pu être facteur de divisions violentes, d’affrontements verbaux et physiques, a pu servir de prétexte à entretenir une situation de discorde et en cela devenir un véritable outil politique, aux mains de clercs comme de laïcs. Mais la religion a pu aussi être un facteur de rapprochement, de tentative d’irénisme et de paix, à même de transcender des divisions confessionnelles, politiques – voire ethniques – afin de rétablir une stabilité perdue et perçue comme idéale, que ce soit vrai ou non.

L’année 2018, la commémoration de la paix qui mit fin à la Grande Guerre, les rapprochements entre confessions, parfois sur la base d’un œcuménisme mis en pratique comme à Taizé, ou les prises de parole communes entre représentants de différentes religions au lendemain des attentats afin de préserver la paix et de conjurer la guerre, enfin les récentes polémiques sur le drapeau européen voulu comme emblème irénique mais d’inspiration mariale, tous ces éléments nous ont conduits à nous interroger sur les liens complexes que les religions, les confessions, ont entretenu et entretiennent avec la paix, au niveau des discours comme des actions concrètes du Moyen Âge à nos jours. Ce sont bien les liens complexes tissés entre la religion, les confessions et le politique dans les contextes de déstabilisation politique – quelle que soit leur échelle – que nous souhaitons ici questionner dans un cadre certes européen mais également extra-européen. Plus généralement, c’est l’idée – à infirmer, confirmer, moduler – d’une sécularisation des processus de paix qu’il convient de travailler à l’aune du regard porté sur la religion dans ses rapports à la guerre et à la pacification, le tout dans des contextes et des temporalités à mieux appréhender.
Dans cette perspective, nous voudrions inviter les participants au colloque à réfléchir selon quatre directions qui nous sont apparues essentielles :

La paix de religion ou paix politique ?
Les historiographies française et allemande ont déjà mis l’accent sur l’étude des paix de religion. La résolution de conflits à caractère confessionnel passe par le politique, dans la mesure où il ne peut y avoir d’accord fondé sur les dogmes, même si l’objectif reste bien la pacification religieuse. Si les processus de paix religieuse pour le XVIe siècle et pour partie le XVIIe siècle ont déjà été bien étudiés, il convient certainement d’examiner cette thématique du politique dans la paix religieuse sur une chronologie plus large, en amont et en aval du XVIe siècle, sans pour autant négliger ce dernier. Il conviendrait certainement pour cela de s’attacher par exemple à analyser la part même du religieux dans les « instruments de paix », soit la rhétorique employée, les logiques de résolution, le vocabulaire employé, etc. De même, il sera intéressant de mettre en perspective la place et le statut de minorité religieuse dans les processus de paix. D’autres optiques d’analyse sont bien entendu à ouvrir autour de questions simples : comment rétablir la paix entre frères ennemis quand le choix religieux est lui-même à l’origine de la guerre ? Comment passe-t-on d’un idéal de concorde sans cesse vanté à une réalité de cohabitation et comment défend-on celle-ci sur le plan religieux ? Comment le discours politique peut-il prendre le relais du discours de paix religieux ?

La paix par la religion :
Le vocable même de « guerre de religion » souligne combien la religion peut être pointée du doigt comme fauteur de trouble et de guerre. Des conflits récents montrent encore que le religieux est présenté comme un moteur du dérèglement des relations intercommunautaires, quelle que soit l’échelle envisagée. Or, la perspective peut être inversée, peut-être pour modérer l’idée énoncée mais aussi pour voir en quoi la religion peut éventuellement servir au rétablissement de la paix dans un monde en guerre pour des motifs divers et profanes. En quelle mesure la religion ou la culture religieuse, partagée consciemment ou non, peut-elle être un facteur de pacification, voire de fraternisation ? Comment le discours, la prière et la fraternisation ou la communion religieuse peuvent-elles ménager des trêves voire préparer la paix. On peut également s’interroger sur les buts réels de cette paix, éventuellement condition préalable pour déclencher une guerre contre un ennemi plus redoutable (paix entre nations chrétiennes pour l’alliance en vue d’une guerre contre l’Infidèle par exemple).

Hommes de Dieu, hommes de paix ?
La place des clergés comme négociateurs et acteurs de la paix est en partie connue en raison même du modèle romain et de la maîtrise de codes comme de réseaux humains à même d’entrouvrir parfois le chemin de la paix. La place occupée par les hommes de Dieu dans les organes de pouvoirs leur confère cependant une image ambiguë : ils sont à la fois acteurs d’une politique pouvant mener à la guerre, tout en pouvant également être des moteurs du retour à la paix. Par leurs réseaux, les informations et l’influence dont ils disposent, les hommes d’Église ou les représentants des autorités religieuses sont-ils plus à même que d’autres personnes d’œuvrer au retour à la paix ou à la préservation de celle-ci ? On s’interrogera notamment sur le clergé diplomate, sur la diplomatie de l’ombre des gens d’Église. À cet égard, il faut appréhender les évolutions liées à la place des clergés dans la diplomatie et la mise en œuvre d’une éventuelle laïcisation de son personnel, tout comme aussi la part de la religion et du religieux dans les pratiques et les codes de la mise en œuvre de la quête de la paix par la diplomatie.

Célébrer ou sanctifier la paix.
Des travaux ont déjà pu montrer l’importance de la célébration de la paix comme outil de publicité propitiatoire de la paix revenue mais aussi de distinction identitaires entre confessions. En effet, la paix revenue n’efface pas les différences mais les atténue dans une volonté commune de rétablissement d’un équilibre rompu par la guerre. À travers les cérémonies et le cérémonial de paix, il convient certainement d’étudier la part de sacralisation et de sacralité conférées à la pacification, y compris en des temps où la laïcisation de la diplomatie semble une évidence. Ainsi, la question du religieux ne s’arrête ni aux époque médiévale et moderne, ni à la pratique des serments mais doit être interrogée dans l’événement – le traité et sa célébration – tout comme dans la durée : la commémoration et le souvenir. Comment la religion peut-elle permettre de consolider la paix une fois celle-ci acquise, en solennisant la conclusion des traités, en accompagnant par le faste et le rituel des cérémonies et des images de paix ? Comment la culture religieuse imprègne-t-elle les pratiques de célébration et de commémoration de la paix, même dans une diplomatie et une société – au moins pour partie – sécularisées ?

Comité scientifique : Lucien Bély (Université Paris-Sorbonne), Xavier Boniface (Université de Picardie Jules Verne), Isabelle Brian (Université de Lorraine), Olivier Chaline (Université Paris-Sorbonne), Christophe Duhamelle (EHESS-CRH, Paris), Laurent Jalabert (Université de Lorraine), Catherine Vincent (Université Paris-Nanterre).

 

Le titre de votre proposition doit être accompagné d’un résumé d’une dizaine de lignes. Prière d’envoyer le tout aux deux adresses suivantes : isabelle.brian chez univ-lorraine.fr : laurent.jalabert chez univ-lorraine.fr

Appel à communication: Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) – L’artiste créateur

Journée d’études interdisciplinaire Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay – Centre de Recherches du Château de Versailles Cycle « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) » Journée d’études I : L’artiste créateur Château de Versailles, 31 mai 2018

Lorsque François Ier confie à Primatice, envoyé à Rome, la mission de rapporter des moulages d’antiques pour Fontainebleau, le roi de France entend bien enrichir sa collection, encore balbutiante, de sculptures témoignant de son goût pour les choses du passé, mais aussi de son rêve tout politique de voir Fontainebleau devenir « une nouvelle Rome », selon le mot complaisant de Vasari. Quand Louis XIV confie à Adam Van der Meulen la réalisation de quatre vues de résidences royales pour le décor de sa chambre à Saint-Germain-en-Laye, l’artiste n’aurait certainement pas imaginé que ses peintures seraient présentées, quelques années plus tard, avec les chefs-d’œuvre des collections versaillaises. Enfin dans les années 1770-1780 le comte d’Angiviller organise pour Louis XVI la commande de vastes compositions peintes ou sculptées sur le thème de l’histoire du royaume, afin de doter le futur museum royal de collections « patriotiques » mises à la disposition des artistes et du public par un souverain éclairé.
En proposant d’explorer le rôle polyvalent des artistes dans la construction, l’organisation et la gestion des collections royales et princières françaises (y compris celles des cardinaux-ministres), cette série de journées d’études a l’ambition d’entamer un travail interdisciplinaire autour de l’histoire sociale et politique des collections à l’époque moderne, de la fin du XVe siècle à la fin de l’Ancien régime.
La place de l’artiste dans les processus complexes qui régissent l’élaboration des collections mérite en effet un questionnement réunissant historiens, historiens de l’art, conservateurs, sociologues de l’art et croisant les champs et objets d’étude. Trois journées y seront consacrées : la première vise à explorer le rôle de l’artiste comme créateur ; la seconde cherchera à comprendre le rôle de l’artiste comme intermédiaire ou médiateur ; la troisième s’interrogera sur l’artiste gestionnaire de l’espace et du contenu des collections royales ou princières.
Nombreuses sont les études qui, depuis un demi-siècle, se sont intéressées aux rapports entre l’art et la société, en particulier à travers le prisme du collectionnisme, dans la lignée des études fondatrices de Francis Haskell et d’Antoine Schnapper. Les questions du statut de l’artiste et du « métier de peintre » ont connu un important renouvellement (M. Warnke, J.-M. Montias, N. Heinich) grâce à des travaux incluant le rôle des institutions académiques, l’influence du contexte politique et la question fondamentale de la transformation des publics. Le goût des amateurs et collectionneurs (Ch. Guichard), la pratique de la commande, du patronage, du mécénat, le rôle des marchands et des divers intermédiaires dans la mise en place du marché de l’art (G. Glorieux), la naissance des musées (D. Poulot) à partir des collections royales ou particulières sont autant de thématiques qui, elles aussi, ont bénéficié de l’attention d’historiens de l’art, d’historiens et de sociologues de l’art. Dans l’histoire de la production des œuvres collectionnées, l’amont (mécénat, contexte matériel et culturel) et l’aval (réception, sociologie des collectionneurs, des regards, des objets) sont des champs qui ont déjà bénéficié d’un défrichement. Mais force est de constater le très faible nombre d’études (au-delà de rares monographies) qui s’interrogent sur le rôle qu’ont pu jouer les artistes dans la construction ou la transformation des collections royales et princières françaises à l’époque moderne.
À l’occasion de cette première journée d’études autour de « l’artiste créateur », de multiples questions peuvent être posées afin de contribuer à une histoire sociale voire politique du collectionnisme qui s’intéresserait aussi aux producteurs (d’originaux ou de copies).
Les thèmes et les genres connaissent-ils une évolution du fait de la commande pour les collections ? L’artiste employé à cet effet puise-t-il son inspiration dans d’autres collections ? Le rapport au modèle italien à la Renaissance, puis aux grands modèles européens (collections de Rodolphe II, Philippe IV, Charles Ier, Christine de Suède, collections des souverains pontifes et de leurs neveux, mais aussi de Mazarin, Olivares ou Gaston d’Orléans) doit être posé notamment pour le XVIIe siècle où la possession et l’ostentation d’une riche collection déterminent et signent la puissance culturelle du monarque. Le rôle de l’artiste dans la recomposition ou le parachèvement d’une collection exogène mérite un questionnement : ainsi de Poussin et Stella à qui Richelieu fit appel pour compléter le décor du grand cabinet du château de Richelieu après l’acquisition des tableaux du studiolo d’Isabelle d’Este. Dans ces conditions fortement contraintes, quelle peut être la liberté créatrice de l’artiste qui doit – comme plus tard Mignard pour la Petite Galerie – se conformer à une nécessaire harmonie d’ensemble, et à des proportions strictement imposées ?
Qui sont les artistes employés par les souverains et les Princes ? Leur origine géographique, sociale, leur milieu culturel diffèrent-ils de ceux des artistes qui ne créent pas spécifiquement pour les collections ? Leurs conditions de travail sont-elles différentes ? La question du statut des « producteurs d’art » dans le contexte du collectionnisme royal doit être posée puisqu’elle recoupe celle du rapport de l’artiste au souverain de manière plus générale. Quels sont les bénéfices socio-symboliques à travailler à l’enrichissement de la collection royale ? Du prestigieux artiste « invité », qui demeure la norme jusqu’au milieu du XVIIe siècle, à l’artiste académicien désormais jugé par un public dans le cadre du Salon, une évolution, qui n’est pas nécessairement linéaire, pourra être brossée.
À partir de quelles sources peut-on connaître le rôle des artistes dans la construction des collections artistiques des souverains ? En effet, à une époque où l’on assiste à la raréfaction du contrat – du fait, notamment, du mécénat d’État – quelle documentation, au-delà des œuvres elles-mêmes, permet d’appréhender à la fois le goût du souverain, les choix esthétiques, politiques, mis en œuvre dans la relation avec les artistes désignés ?
La place du présent diplomatique pourra être également abordée, dans la mesure où l’on peut retracer la commande d’une ou plusieurs œuvres par des souverains étrangers à des artistes de renom (une constante de ce phénomène) dans le but d’en faire don aux rois de France : le cas le plus fameux des présents italiens à François Ier (la Vénus de Lorenzo Costa offerte par François II de Gonzague, les tableaux de Raphaël envoyés par Léon X, la « corne de licorne » enchâssée par Tobia et offerte par Clément VII…) pourra être complété par des exemples plus tardifs ou de provenances différentes.
Et qu’en est-il des princes eux-mêmes artistes, ou des artistes eux-mêmes collectionneurs, créateurs d’une collection en somme, qui peuvent léguer à leur commanditaire un cabinet d’art et de curiosités ?
Enfin, quelles sont les mutations (sociales, esthétiques, voire économiques) induites par les bouleversements que connaît le monde des arts au XVIIIe siècle, où les collections royales se développent via l’institutionnalisation du Salon mais aussi sous l’impulsion du projet de museum royal durant les quinze dernières années de l’Ancien Régime ?

Afin d’éviter l’écueil de la juxtaposition de cas particuliers ou de monographies, les communications thématiques et une approche diachronique seront privilégiées : l’histoire et la sociologie récentes des objets et des acteurs du monde de l’art nous invitent à explorer la position de l’artiste employé par les souverains et les princes dans la construction des collections – d’abord royales ou privées, plus tard dans l’optique du projet de museum royal des arts – et les conséquences de ces commandes sur le statut de l’artiste, qu’il soit artiste de cour ou extérieur à celle-ci, avant le temps des académies, durant l’âge d’or de celles-ci et au siècle des Lumières. En peinture, en sculpture, en orfèvrerie, tapisserie ou numismatique, dans le domaine de l’architecture où les artistes sont invités à concevoir ou rénover les espaces accueillant les collections, la plupart des domaines artistiques sont concernés par cette création ou cette recréation : il ne faut en effet pas oublier la réalisation de copies et de moulages, d’antiques ou de modernes, visant généralement à combler les manques des collections royales, sans oublier le phénomène de la restauration.
Ces quelques pistes ne sont pas limitatives et les organisateurs veilleront à prendre en compte toutes les propositions. Les études de cas seront acceptées dès lors que l’auteur proposera une montée en généralité en conceptualisant ou en offrant des comparaisons à différentes échelles.
Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront être prononcées en français ou en anglais.
Les propositions de communication, composées d’un titre, d’un résumé d’une vingtaine de lignes et d’un court CV (en indiquant le rattachement administratif) sont à envoyer avant le 31 janvier 2018 à delphine.carrangeot chez uvsq.fr

Calendrier :

  • clôture de l’appel à communications : 31/01/2018
  • annonce des communications retenues : 15/02/2018
  • date de la journée d’études : 31/05/2018
  • Comité d’organisation :Delphine Carrangeot, MCF en histoire moderne, UVSQ, Laboratoire DYPAC Mathieu da Vinha, Directeur scientifique, Centre de Recherches du Château de VersaillesComité scientifique :
    Etienne Anheim, Directeur de Recherches, EHESS Marianne Cojannot-Leblanc, Professeur en histoire de l’art, Paris X-Nanterre Laure Fagnart, Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS, Université de Liège Guillaume Faroult, Conservateur en chef, Peintures françaises du XVIIIe siècle et peintures britanniques et américaines, Musée du Louvre Charlotte Guichard, Directrice de Recherches, CNRS-IHMC Pauline Lemaigre-Gaffier, MCF en histoire moderne, UVSQ, Laboratoire DYPAC Séverine Lepape, Conservateur, Département des Arts graphiques, Musée du Louvre Alexandre Maral, Conservateur en chef, Département des sculptures, Château de Versailles – Directeur du Centre de Recherches du Château de Versailles

Journée d’étude: vice-rois et lieutenants généraux (Navarre, Espagne, France)

Les alter ego des souverains, vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance
Vendredi 26 janvier 2018
Musée national et domaine du château de Pau, rue du Château, 64000 Pau
Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA
Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT
À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ?
Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

Programme

9.00 – Accueil
9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

 

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause
11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

 

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30 – Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause
15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

A propos d’un livre d’heures de Jeanne d’Albret récemment retrouvé

Le musée du Louvre présente dans l’exposition François Ier et l’art des Pays-Bas, un précieux livre d’heures acquis par le roi Valois auprès du marchand-joallier Allart Plommyer en 1538 et offert par lui à sa nièce Jeanne d’Albret : cet objet est cité dans l’inventaire du cabinet des rois de Navarre à Pau en 1561 :  Une paire d’heures garnyes d’or, le couvercle de cornaline gravée d’une sainte Barbe, d’un costé, et d’une sainte Catherine (…), enrichy de rubis et turquoyses (…), ung Crucifix ung saint Françoys et ung saint Hyérosme sur le dos du livre (…), fermé d’un gros rubis (…) . Passé ensuite dans les collections d’Henri IV, de Marie de Médicis puis de Mazarin, cet objet quitta la France pour l’Angleterre au début du XVIIIe siècle, et appartint ensuite à plusieurs collections aux XIXe et XXe siècles.

La couverture de cet objet et son marque-page en forme de colonne en font un véritable joyau de l’orfèvrerie : pierres précieuses serties dans de l’or, médaillons ovales et christ de cornaline finement sculptés .

Pour plus d’informations et d’images, voir le site mis en ligne par le musée du Louvre pour présenter cet objet et susciter un financement participatif.
http://www.tousmecenes.fr/fr

 

 

Paris, 4 octobre 2017 – 14 janvier 2018. Rubens. Portraits princiers

A Paris, le Musée du Luxembourg accueille l’exposition Rubens. Portraits princiers, jusqu’au mois de janvier.

Cette exposition a deux héros : une reine et un peintre. La première, Marie de Médicis (1573-1642), veuve d’Henri IV et mère de Louis XIII, est un personnage majeur de l’histoire politique et diplomatique du premier tiers du XVIIe siècle. Le second, Pierre Paul Rubens (1577-1640), est le peintre le plus célèbre de son temps. Leur influence se déploie alors sur toute l’Europe.

Marie de Médicis, par ses origines familiales et les alliances de ses enfants, est liée à toutes les dynasties régnantes. Rubens, au cours de ses voyages, plus que n’importe quel peintre de l’époque baroque, opère dans tous les foyers artistiques renommés, mêlant parfois création et diplomatie. Une part méconnue, mais pourtant essentielle, de l’œuvre gigantesque et protéiforme de l’artiste est ici révélée : ses portraits de rois et reines, princes et princesses.

Lui sert d’écrin le Musée du Luxembourg, dans l’enceinte du palais que Marie de Médicis a fait édifier à partir de 1615 et pour lequel elle commanda à Rubens un ensemble de toiles monumentales illustrant sa vie. Cette exposition est aussi un album de famille de Marie de Médicis. Des portraits peints par les rivaux de Rubens, des mêmes modèles, à des dates similaires, dévoilent l’originalité du maître dans ce domaine aussi codifié que prestigieux.

Télécharger le guide de visite ici.

Commissariat : Dominique Jacquot, conservateur en chef du musée des Beaux-Arts de Strasbourg, avec la collaboration d’Alexis Merle du Bourg, historien de l’art, conseiller scientifique auprès du commissaire

Scénographie : Véronique Dolfus

HORAIRES
du lundi au dimanche de 10h30 à 19h
nocturne tous les vendredis jusqu’à 22h
nocturnes supplémentaires jusqu’à 22h les lundis du 13 novembre au 18 décembre 2017

(pas de jour de fermeture hebdomadaire)
Fermeture le 25 décembre
Ouverture les 24 et 31 décembre  de 10h30 à 18h

Besançon, 16 – 18 Novembre 2017 – ANTIQUITÉ, ARTS ET CULTURE : LES GRANVELLE AU CŒUR DE LA RENAISSANCE

A l’occasion du 500e anniversaire de la naissance d’Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), un colloque international est co-organisé par l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité (ISTA) et par le Centre Lucien Febvre (CLF) de l’université de Franche-Comté en partenariat avec la ville de Besançon.

Il célèbrera la culture classique et humaniste à travers cette famille comtoise et l’étude de ses collections, de son patrimoine et de son mécénat : Les Granvelle. Il a pour objet de célébrer la culture classique et humaniste d’Antoine Perrenot de Granvelle, cet homme d’État de tout premier plan et grand prélat, qui fut un fidèle serviteur de l’empereur Charles Quint puis de son fils le roi d’Espagne Philippe II, ainsi que celle de sa famille.

Le cardinal fut aussi un mécène et un collectionneur. Si l’intérêt s’est déjà porté, dans le passé, sur son mécénat et sa bibliophilie, il reste beaucoup à faire pour connaître l’état de ses collections et leur destinée, pour comprendre sa culture classique, son intérêt pour l’Antiquité et pour cerner ses réseaux et relations.

Ce colloque rassemblera une vingtaine d’historiens, historiens de l’art, philologues et musicologues dont une moitié venue d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, d’Angleterre et de la République tchèque, et sera la première initiative d’envergure après les réunions pionnières de Besançon (Les Granvelle et l’Italie au XVIe siècle, 1992) et Louvain (Les Granvelle et les anciens Pays-Bas, 1994). Il permettra d’avoir une vision plus nette et plus précise de cette famille qui compte parmi les plus importantes sur l’échiquier européen et d’offrir ainsi une synthèse cohérente, attendue par la communauté scientifique.

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.
Télécharger le programme ici.

Contacts
Rudy Chaulet
Institut des sciences et techniques de l’Antiquité
rudy.chaulet@univ-fcomte.fr
et
Catherine Chedeau-Arabeyre
Centre Lucien Febvre
catherine-chedeau_arabeyre@univ-fcomte.fr

Lieu
Salle de conférences de la MSHE – Maison des sciences de l’homme et de l’environnement Claude Nicolas Ledoux
1 rue Charles Nodier
25000 Besançon

 

Pau, 4 novembre 2017 – Le XVIème siècle finissant en quête d’une boussole dans le désarroi

La Société des Amis du château de Pau propose une conférence de Jean-Yves Pouilloux, professeur émérite de Littérature à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour :

Le XVIème siècle finissant en quête d’une boussole dans le désarroi

Le samedi 4 novembre  2017, 15h
Au musée national et domaine du château de Pau, salle de conférences

Le XVIe siècle se clôt.
Après l’enthousiasme de la première Renaissance, confiante dans les capacités humaines à régler la place de l’homme dans le monde et la société, à assurer à chacun un espoir de développement personnel en harmonie avec l’ordre naturel, s’est produite une facture difficile à cautériser : les conflits menés pendant plus de trente ans (1562-1598) au nom des guerres de religion. Ces années ont été bouleversées par un conflit qui a pris comme alibi des questions théologiques (conscience individuelle<autorité ecclésiale, présence réelle ou symbolique du Christ dans le pain consacré au moment de la communion, salut par la foi et les œuvres ou la foi seulement).
Ces oppositions ont alimenté des horreurs, dont la plus connues est bien sûr la saint Barthélemy (24 août 1572) – ce « jour qui n’eut pas lieu ».
Toute la fin du siècle est dominée par cette déchirure, schématiquement trois attitudes : les catholiques ultra (Guise) alliés au trône espagnol, les huguenots rebelles (type d’Aubigné), et les « politiques » (Montaigne) soutiens de la légitimité royale.
La question fondamentale : qu’est-ce que la tolérance ?

9 et 10 novembre 2017, La Rochelle – Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique

Didier POTON, Professeur émérite d’histoire moderne au CRHIA (Université de La Rochelle), organise un colloque sur le thème :

Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique à l’époque moderne (16ème – 17ème siècles)

Lieux :
9 novembre matin : médiathèque Michel Crépeau
9 novembre après-midi : Université de La Rochelle – UFR FLASH
10 novembre : Archives départementales de la Charente Maritime

Partenaires :
Médiathèque Michel Crépeau de La Rochelle
Archives départementales de la Charente Maritime
Musée rochelais d’histoire protestante
Association ARCADD, 500 ans de Réforme

Jeudi 9 novembre – Médiathèque Michel Crépeau
9h30 : Accueil
– 10h : Jean-Paul Pittion : « Le livre protestant français dans l’espace européen des réformes »
– 11h30 : Présentation de l’exposition « Libraires et imprimeurs protestants de la Rochelle, XVIe-XVIIe siècle ».

Faculté des lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH)
14h-16h30 : Séance sous la présidence de Pascal Even, Président de l’Académie des Belles Lettres de La Rochelle (FLASH) :
– Jean-Claude Bonnin : Au service de la propagande protestante : l’imprimeur Barthélémy Berton et son atelier
– R. Jimenez : Devenir Rochelais : le parcours mouvementé de Pierre Haultin
– Muriel Hoareau : L’activité d’une famille d’imprimeurs rochelais : les Haultin
Débats et pause
– Mickaël Augeron : Des livres interdits en terres ibériques : les marins huguenots et la diffusion des idées réformées dans la seconde moitié du XVIe siècle
– Jean Flouret : La diffusion du livre protestant à La Rochelle de 1628 à 1685
– Eric Suire : Le livre religieux en Aquitaine au XVIIe siècle

Vendredi 10 novembre – Archives Départementales de Charente-Maritime
9h-10h30 : sous la présidence de Louis-Gilles Pairault, Directeur des Archives Départementales de Charente-Maritime
– Didier Boisson : La place des libraires et imprimeurs saumurois dans les querelles internes à l’Église de Saumur au XVIIe siècle.
– Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic : A la recherche de la bibliothèque perdue : livres et lecteurs de l’Académie de Saumur
– Luc Daireaux : Libraires et imprimeurs protestants en Normandie au XVIIe siècle.

Débats et pause

11h30 : Visite de l’exposition « Les protestants en Aunis et en Saintonge de la Réformation à la Révolution », Archives Départementales de Charente-Maritime

12h30 : déjeuner

14h. – 16h. : sous la présidence de Didier Poton, Professeur des Universités émérite à l’Université de La Rochelle (CRHIA)
– Philippe Chareyre : Libraires et imprimeurs orthéziens aux XVIe et XVIIe siècles
– Marielle Mourenche : Le fonds des impressions protestantes du Sud-Ouest de la bibliothèque de l’ancienne faculté de théologie de Montauban.
– Muriel Hoareau et Jean-Christophe Burie : Présentation d’un projet de reconnaissance informatique des caractères typographiques (sous réserve)

16h30 : Conclusions par Didier Poton, Professeur des Universités émérite à l’Université de La Rochelle (CRHIA)

Site de référence :
https://www.crhia.fr/actu.php?num_actu=725#bloc

Contact : Isabelle MARCHESSEAU : isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

Appel à communication: La mémoire des guerres de religion

Colloque international, 6-8 septembre 2018
Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier

Organisé par David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

APPEL A CONTRIBUTION

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion. Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794. Les doctorants et post-doctorants sont particulièrement encouragés à soumettre une contribution. Les propositions sont à adresser à rememberingthewars@gmail.com, assorties d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) et d’un bref curriculum vitae avant le 15 janvier 2018. Le Comité scientifique communiquera sa décision le 28 février 2018. Les frais d’hébergement (2 nuits) et de restauration à Montpellier seront pris en charge par les organisateurs.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden. Pour en savoir davantage sur ce projet, consultez http://vanderlinden.weebly.com.

19 octobre 2017, Poitiers – L’air de cour à l’époque d’Henri IV

Université  de Poitiers, Pavillon Musique et danse
Jeudi 19 octobre 2017 – Journée-atelier d’étude
La partition de l’écrit au sonore. L’air de cour à l’époque d’Henri IV

Journée organisée par Isabelle HIS (Université de Poitiers)
Avec la participation de Marco Horvat et Olga Pitarch (ensemble Faenza), de musiciens du CESMD et du département Musicologie
de l’Université de Poitiers

Dès ses premières apparitions imprimées autour de 1570, le genre de l’air de cour, répertoire polymorphe, paraît dans des livres aux effectifs variés : format polyphonique à 4 voix, format pour voix seule ou accompagnée(s) d’une tablature de luth, voire simple texte sans musique. Comme la chanson polyphonique avec laquelle il cohabite pour quelques années encore, l’air de cour semble parfois intégrer des airs connus, et ses variantes notées témoignent sans doute d’une circulation orale. La période autour de 1600 est marquée par une grande liberté dans sa notation, liberté qui concerne aussi l’instrumentation et l’ornementation.

Par l’approche des sources musicales, cette journée-atelier d’étude a pour ambition de mieux connaître et comprendre l’air de cour tel qu’on pouvait l’entendre en France autour de 1600, une période particulièrement méconnue de l’histoire de la musique. Elle veut susciter le dialogue trop rare entre musicologues et musiciens, et mettre à l’épreuve de l’expérience pratique les multiples possibilités qui s’offrent aux interprètes.

Télécharger le programme complet ici

19-20 oct. 2017, Paris : Santé et médecine à la cour de France (Moyen Âge-XIXe siècle)

Colloque international, organisé par Stanis Perez (MSH Paris Nord) et Jacqueline Vons (Université de Tours / SFHM) dans le cadre de l’axe de recherche « La médecine à la cour de France » de Cour de France.fr, consacré aux questions relevant de la santé et de la médecine à la cour de France, du Moyen Âge au XIXe siècle.

Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Inscription gratuite obligatoire sur le site de l’Institut d’études avancées de Paris :
Aller au formulaire d’inscription

Programme:

Jeudi 19 octobre
9h15 : accueil 
9h45 : introduction au colloque par Stanis Perez

10h-12h- La cour, un lieu privilégié des connaissances et des pratiques médicales ?
Président de séance : Alexandre Lunel, Université Paris 8

Franck Collard, Université Paris X-Nanterre
Entre savoir et pouvoir : les professionnels de la santé à la cour de Charles VII.

Évelyne Berriot-Salvadore, Université de Montpellier
La cour, caution et vecteur d’un savoir médical vulgarisé

Stanis Perez, MSH Paris Nord
Antimoine, médecine et alchimie à la cour autour de la guérison de Louis XIV en 1658

12h-14h – Déjeuner

14h-18h – Quand la cour est malade…
Présidente de séance : Élisabeth Belmas, Université Paris XIII

Bénédicte Lecarpentier-Bertrand, Université Paris XII-Créteil 
Des corps souffrants et sous surveillance : problèmes et soins de santé à la cour de France dans la première moitié du XVIIe siècle (années 1590-1670)

Xavier Le Person, Université Paris IV, IEP Paris
Les Mercures de la politique. Les médecins de cour au chevet de la politique en France aux XVIe et XVIIe siècles

Justin Rivest, Université de Cambridge
Médicaments curiaux, médicaments charitables : Le médecin de cour Adrien Helvétius et la distribution des remèdes aux soldats et aux pauvres sous Louis XIV

15h40-16h00 – Pause

Geneviève Xhayet, Université de Liège
Curistes issus de la cour de France aux eaux de Spa

Charles-Eloi Vial, BnF
Soigner et être malade à la cour de Napoléon Ier

Vendredi 20 octobre

9h30-12h – Le monde médical à la cour : influences et stratégies …. 
Président de séance : Vivian Nutton, First Moscow State Medical University

Isabelle Coquillard, Université Paris X-Nanterre
L’affirmation d’un groupe professionnel à la cour

Joël Coste, EPHE (APHP)
Chirac, la Cour et la peste de Provence (1720-3)

Jacques Rouessé, Académie nationale de médecine
La maladie de Louis XV l’été 1721

Jacqueline Vons, Université François-Rabelais de Tours, présidente de la SFHM 
Pierre Dionis, chirurgien aulique (1643-1718)

12h-14h – Déjeuner

14h-16h – Le médecin de cour en montre
Président de séance : Guy Cobolet, Bibliothèque interuniversitaire de Santé

Magdalena Koźluk, Université de Lödz
Prescrire et plaire aux Seigneurs et aux Dames de la cour : Les Ordonnances de N. A de la Framboisière

Chloé Perrot, université de Lille 3, École du Louvre
La Médecine absente. Portraits de médecins de cour du XVIe au XIXe siècle

Loïc Capron, Université Paris-Descartes, APHP
Diafoirus père et fils, ou la revanche des médecins auliques ?

Conclusions du colloque par Jacqueline Vons

Histoire, littérature et arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume de France