Du nouveau sur Turenne

Depuis la thèse d’Ecole des Chartes soutenue par Henri Zuber en 1982 et restée inédite, aucune historien ne s’était penché sur le riche parcours d’Henri de La Tour, vicomte de Turenne puis duc de Bouillon, qui vécut de 1555 à 1623 et qui, une fois convertit au calviniste, fut à partir de 1576 l’un des compagnons du roi de Navarre ainsi et l’un des principaux personnages du parti huguenot. La thèse que vient de soutenir Romain Marchand permet d’éclairer d’un jour nouveau la richesse du parcours accompli par le père du “Grand Turenne”.

Romain Marchand, Henri de La Tour (1555-1623), 804 p. Thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Jean Duma et soutenu le 27 novembre 2014 à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense devant un jury composé des Professeurs Michel Cassan, Laurence Croq, Jean Duma, Nicolas Le Roux et Didier Poton.

Résumé :

Henri de La Tour d’Auvergne (1555-1623), vicomte de Turenne, maréchal et duc de Bouillon, est l’un des principaux lieutenants d’Henri de Navarre pendant les guerres de religion. Jouissant d’une belle longévité, il est impliqué dans la plupart des événements politiques des années 1570, avec la formation du mouvement des Malcontents, à sa mort, en particulier sous la régence de Marie de Médicis et lors du déclenchement de la guerre de Trente
ans. L’approche du personnage a longtemps été brouillée par les campagnes de libelles lancées contre lui à la fin de sa vie et par les critiques de Sully, Richelieu et Rohan dans leurs mémoires, qui font de lui un éternel trublion, ingrat à l’égard du roi et prompt à la révolte. Cette dégradation de son image s’explique par le contexte politique des années 1610 au cours desquelles il joue un rôle majeur. Elle constitue une réaction à la spectaculaire affirmation politique et sociale de la maison La Tour d’Auvergne depuis le milieu du XVe siècle, processus dans lequel il joue un rôle décisif. Elle s’explique par la tension dynamique qui apparaît, à partir de son avènement à Sedan en 1591, entre ses fonctions de sujet du roi de France, de chef de file du parti protestant et de prince souverain étranger. Henri de La Tour jouit d’une grande capacité d’action en raison de sa polyvalence – ambassadeur, chef de guerre, prince lettré, bâtisseur, législateur – et des puissants réseaux dans lesquels il s’intègre, et qu’il contrôle parfois, dans le royaume de France et dans l’Europe protestante.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mornay (5 mars 2015). Du nouveau sur Turenne. Société Henri IV. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/phm4