Colloque: NOBLESSES ET VILLES DE COUR EN EUROPE (XVIIE-XVIIIE). LA RÉSIDENCE PRINCIÈRE, OBSERVATOIRE DES IDENTITÉS NOBILIAIRES À L’ÉPOQUE MODERNE

Au cours de ce colloque, universitaires et chercheurs aborderont le thème de la conversion urbaine des noblesses européennes à l’époque moderne. Bien implantées dans les villes de cour, elles y ont construit des demeures, réalisé des investissements, développé une nouvelle sociabilité, et ont, de ce fait, contribué à façonner la ville. Dans le même temps, l’adoption d’un mode de vie citadin a joué un rôle dans la construction identitaire du noble, ainsi que dans les représentations de son ordre.

Dates : 3 et 4 mai 2018
Lieu : Château de Lunéville
Contact anne.motta@univ-lorraine.fr

Programme

3 mai 2018

14h : Anne Motta (Université de Lorraine) et Eric Hassler (Université de Strasbourg) : Accueil/ Présentation
14h15 : Joël Cornette (Université Paris-VIII) « Noblesses et villes de cour : Introduction, problématiques, enjeux ».

Noblesses en ville : redéfinitions sociales, redéfinitions urbaines
(Discutant : Laurent Bourquin, Université du Maine)

15h-15h30 : Frédéric d’Agay (Fédération historique de Provence) « La noblesse provençale entre Versailles et Paris (XVIIe – XVIIIe siècles) ».
15h30-16h : Albane Cogné (Université de Tours) « Palerme, l’affirmation progressive d’une ville de cour (XVIIe -XVIIIe s.) ».
16h-16h30 : Marie-Françoise Vajda-Saudraix (Université Paris IV) « Buda, les Hongrois et le souverain Habsbourg au XVIIIe siècle : la renaissance d’une capitale ».
16h30-17h : Discussion / Pause

Ubiquités nobiliaires : entre ville et campagne
(Discutant : Antoine Follain, Université de Strasbourg)

17h-17h30 : Thierry Franz (Université de Lorraine-château de Lunéville) « L’hôtel aristocratique entre Nancy et Lunéville sous le règne du duc Léopold (1698-1729) : la noblesse de cour face aux enjeux d’un État bicéphale ».
17h30-18h : Andrea Merlotti (Centro Studi sulle residenze reali sabaude, Turin) « L’itinérance des cours européennes entre les XVIIe
et XVIIIe siècles entre ville capitale et résidences suburbaines, le cas savoyard-piémontais ».

NOBLESSES ET VILLES DE COUR EN EUROPE (XVIIe
-XVIIIe).
LA RÉSIDENCE PRINCIÈRE, OBSERVATOIRE DES IDENTITÉS NOBILIAIRES À L’ÉPOQUE MODERNE
4 mai 2018

Géographies nobiliaires : les résidences urbaines
(Discutant : Stefano Simiz, Université de Lorraine)

9h-9h30 : Yann Vaxelaire (Région Grand-Est, Inventaire général du patrimoine) « La résidence nobiliaire à Nancy au prisme des archives notariales (XVIIe -XVIIIe siècles) ».
9h30-10h : Shipé Guri (Université Libre de Bruxelles) « D’une noblesse de cour à une noblesse urbaine : implantation et évolution résidentielles de l’aristocratie à Bruxelles XVIIe -XVIIIe siècles ».
10h-10h30 : Jean Boutier (EHESS Centre Norbert-Elias) « Les nouvelles grammaires d’une ville ? La cour grand-ducale et la géographie sociale de Florence 1550-1650 ».
10h30-11h : Discussion / Pause

Sociabilités nobiliaires et représentations autour de la cour
(Discutant : Jérôme Viret, Université de Lorraine)

11h-11h30 : Paola Bianchi (Università di Val d’Aoste, Aoste) « Éducation et sociabilité aristocratiques près et autour de la cour : le réseau des académies nobiliaires ».
11h30-12h : Sébastien Schick (Université Paris-I) « Ville sans prince-ville sans cour ? Le rôle curial de la noblesse à Berlin et Hanovre (XVIIIe siècle) ».
12h : Discussion
12h30 : Repas
13h45 : Visite du château (Thierry Franz)

Consommations et investissements
(Discutante : Isabelle Brian, Université de Lorraine)

15h-15h30 : Pauline Lemaigre-Gaffier (Université Versailles-Saint Quentin) « De la cour à l’entreprise, noblesses et privilèges économiques dans les villes de résidence (France-Europe, XVIIe -XVIIIe) ».
15h30-16h : Élodie Oriol (Centre Supérieur d’Études de la Renaissance, Tours) « Cours romaines et mécénat artistique au XVIIIe siècle : commandes et circulations urbaines ».
16h-16h30 : Stéphane Castelluccio (CNRS Centre André-Chastel) « Être et ne pas être à la mode pour le Mercure galant 1670-1680 ».
16h30 : Discussion / Pause
17h : Laurent Bourquin (Université du Maine) Conclusions.