Hommage à Janine Garrisson

Janine Garrisson est décédée le 22 janvier dernier.
Elle était membre de notre association depuis sa création en 1997.
La Société Henri IV lui rend hommage à travers le texte publié par Philippe Chareyre sur le site du GRHP.

Janine Garrisson nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi dans sa chère ville de Montauban. C’est une grande figure qui a marqué, par sa forte personnalité et son œuvre, l’écriture de l’histoire du protestantisme français.

Née en 1932, elle a effectué ses études d’histoire à l’université de Toulouse où, après avoir soutenu une maîtrise d’histoire sur « Les protestants de Montauban au XVIIIe siècle », elle réussit le CAPES et l’agrégation. Elle commence sa carrière comme professeure au lycée Saint-Sernin à Toulouse, puis de 1961 à 1963 est nommée au lycée français de New York. Détachée ensuite au CNRS, elle entame une carrière d’enseignant chercheur à partir de 1966 en tant qu’assistante, puis maître-assistante d’histoire moderne, puis professeure à Toulouse-Le Mirail où elle exerce jusqu’à son départ pour Limoges, en 1987.

Après avoir soutenu, en 1962, une thèse de 3e cycle sur « Les marchands toulousains au XVIe siècle », elle revient vers son premier sujet d’étude pour sa thèse novatrice de doctorat d’État sur Les protestants du Midi, sous la direction du doyen Jacques Godechot, qu’elle soutient en 1977 et qui sera publiée chez Privat en 1980. Elle y reprend en particulier le thème des « Provinces-Unies du Midi », lancé par Jean Delumeau en 1965, qui suscitera beaucoup de débats.

Parmi ses principaux travaux, mentionnons Tocsin pour un massacre : la saison des Saint-Barthélemy en 1968, L’Homme protestant en 1980, Les Protestants au XVIe siècle en 1988, sa participation aux deux tomes de la Nouvelle histoire de la France moderne, parus en 1991 dans la collection Point Histoire au Seuil, sa contribution à l’Histoire des protestants en France : de la Réforme à la Révolution, sous la direction de Philippe Wolff, autant d’ouvrages qui connurent un grand succès et furent réédités. Elle participa en 1985 aux commémorations de la révocation de l’édit de Nantes avec L’Edit de Nantes et sa révocation : Histoire d’une intolérance, puis en 1998 à celles du quatrième centenaire de l’édit en publiant L’édit de Nantes, chronique d’une paix attendue, contenant le texte intégral annoté par ses soins ainsi qu’un essai de Michel Rocard consacré à l’art de la paix. Elle est également l’auteur de biographies, Henri IV en 1984, Marguerite de Valois en 1994, Catherine de Médicis en 2002, Gabrielle d’Estrées en 2006.

Notons enfin son goût pour le roman historique, plus à même selon elle de rendre compte des passions, qui la conduisit à produire Le Comte et le Manant en 1990, Ravaillac, le fou de Dieu en 1993, Meurtres à la cour de François Ier en 1995, Par l’inconstance des mauvais anges en 2002.

Héritière par sa mère d’une lignée de pasteurs, Janine Garrisson était une historienne engagée, bien ancrée dans son pays. Elle a contribué, en 1984, à l’Histoire de Montauban, avec Daniel Ligou puis elle est entrée en 1991 à l’académie de Montauban dont son arrière-grand-père, ancien maire de la ville, avait fait partie. Elle a également contribué à fonder la SMERP (Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) et fut aussi membre de la Société de l’histoire du protestantisme français.

Janine Garrisson était une historienne qui se distinguait par son franc-parler et sa fougue à défendre la communauté dont elle était issue, comme elle l’a encore montré dans l’un de ses derniers ouvrages sur l’affaire Calas paru en 2004, non sans avoir pris quelques distances. Elle est sans doute l’une des dernières figures de ces historiens protestants dont l’œuvre a été conçue comme un engagement et un combat, comme l’écrivait François Dufay dans son portrait dressé dans la revue L’Histoire en novembre 1995, intitulé « Janine Garrisson ou la passion protestante ».

Philippe Chareyre