Œuvres de Samuel de Champlain

Publication des œuvres de Samuel de Champlain

Eric Thierry, spécialiste de la Nouvelle-France, vient d’achever la publication des œuvres de Samuel de Champlain dans une édition en quatre volumes soigneusement annotés et  en français moderne.

Samuel de Champlain, Les fondations de l’Acadie et de Québec, Les Fondations Acadie et Québec
1604-1611
, éd. par Eric Thierry, Québec, Editions du Septentrion, 2008, 294 p.

Cette nouvelle édition des Voyages de 1613 de Champlain rend enfin accessible un texte fondateur de l’Amérique française. Parce qu’elle est en français moderne et qu’elle contient l’iconographie de l’édition originale, elle permet de découvrir, et de savourer, les plus fameux récits des fondations de l’Acadie et de Québec. Par le texte et l’image, Champlain raconte les installations des Français sur l’île Sainte-Croix, à Port-Royal et sur la « pointe » de Québec. Il décrit les premiers hivers marqués par les ravages du scorbut. Il relate les explorations des provinces maritimes, de la Nouvelle-Angleterre et de la vallée du Saint-Laurent. Il rapporte les alliances avec les Mi’Kmaqs, les Etchemins, les Montagnais, les Algonquins et les Hurons. Il retrace les attaques des Almouchiquois et les combats contre les Iroquois. Il rappelle tout ce qu’il a vécu aux côtés des autres fondateurs, en particulier Pierre Dugua de Mons et François Pont-Gravé. Ses récits sont un témoignage capital sur les débuts de la présence française en Amérique du Nord. Ils sont aussi l’oeuvre essentielle d’un des auteurs les plus prestigieux de la littérature de voyages.

Samuel de Champlain, À la rencontre des Algonquins et des Hurons, A la rencontre des Algonquins1612-1619, éd. par Eric Thierry, Québec, Editions du Septentrion, 2009, 240 p.

Avec les récits de ses expéditions menées de 1613 à 1618, Samuel de Champlain nous livre ici, en français moderne grâce à Éric Thierry, le premier grand témoignage européen sur les Algonquins et les Hurons. Il raconte sa remontée de la rivière des Outaouais, en 1613, à la recherche de l’Anglais Henry Hudson et de la «mer du Nord» qui devait permettre aux Français d’atteindre la Chine en contournant le continent nord-américain. À cette occasion, il évoque sa traversée du pays algonquin jusqu’au lac des Allumettes et sa confrontation avec le redoutable chef Tessouat. Champlain relate ensuite comment, en 1615, il a été obligé ­d’accompagner les Hurons à travers l’Ontario et l’État de New York pour combattre les Iroquois et de quelle façon ses alliés s’y sont pris pour le forcer à passer l’hiver en Huronie, au bord de la baie ­Georgienne. Il a alors eu le temps d’observer leurs «moeurs et façons de vivre», en particulier leur liberté sexuelle, leurs soins aux malades et leurs pratiques funéraires. Champlain ne fut pas seulement l’intrépide découvreur de l’Ontario. Il fut aussi un remarquable diplomate au milieu des Algonquins et des Hurons.

Samuel de Champlain, Au secours de l’Amérique française 1632, éd. par Eric Thierry, Québec, Editions du Septentrion, 2011, 696 p.Au secours de l'Amérique

Le 19 juillet 1629, Champlain et son fidèle compagnon François Gravé, sieur du Pont, signent l’acte de capitulation de Québec. Fait prisonnier par les frères Kirke, des corsaires anglais, Champlain est transféré à Londres, avant de rentrer en France. À Paris, il s’emploie à permettre la récupération de Québec et de l’Acadie, tombée entre les mains de l’Écossais William Alexander. Malheureusement pour Champlain, le roi Louis XIII ne tarde pas à le disgracier: on le soupçonne d’avoir facilité la chute de Québec.

Humilié, il se bat, la plume à la main, pour retrouver l’estime de son roi. Il rédige une histoire de ce que les Français ont entrepris en Amérique du Nord depuis Jacques Cartier et montre que, contrairement à ses prédécesseurs, il a, lui, réussi à y bâtir une Nouvelle-France, de 1603 à 1629. S’il a dû abandonner Québec aux Anglais, c’est parce que la cupidité des marchands huguenots l’a privé des moyens de faire prospérer la colonie française, et non parce qu’il a démérité.

Ce dernier grand livre de Champlain est paru en 1632. Grâce à Éric Thierry, il est désormais possible de le lire intégralement en français moderne et de découvrir, au fil de l’introduction et des notes, les dessous de la disgrâce du père de la Nouvelle-France. Champlain a été la victime de la volonté d’expansion de l’Angleterre de Charles Ier, mais il a aussi pâti des divisions de la France de Louis XIII, encore en proie aux guerres de religion, et des agissements de l’entourage du cardinal de Richelieu, désireux de lui faire payer chèrement ses affinités avec le parti des dévots.

Samuel de Champlain, Espion en Amérique, 1598-1603, Québec, Editions du Septentrion, 2013, 224 p.Espion en Amérique

En 1598, alors qu’il se trouvait en Espagne, Champlain a pu embarquer à bord de la flotte espagnole qui se rendait aux Indes occidentales. Durant deux ans, il a parcouru le bassin caraïbe, séjournant à Porto Rico, au Mexique et à Cuba. Puis, en 1603, il est revenu en Amérique, mais cette fois plus au nord: il a remonté le Saint-Laurent jusqu’aux rapides de Lachine. C’était son premier voyage au Québec.

Les récits laissés par Champlain de ces deux périples américains ont été réunis ici. Il s’agit du texte et des illustrations du manuscrit du Brief Discours qui est conservé à la Bibliothèque universitaire de Bologne et du texte, dépourvu d’illustrations, du Des Sauvages qui a été publié à Paris en 1603. Par le verbe et l’image, Champlain y décrit les contrées visitées, avec leurs habitants, leur faune et leur flore.

Éric Thierry ne s’est pas contenté de transcrire ces récits, en français moderne, et de les annoter. Pour pouvoir les présenter, il a aussi mené une surprenante enquête qui l’a conduit sur les traces de la jeunesse de Champlain. Du port de Brouage jusqu’à Tadoussac en passant par la Bretagne, Cadix, Veracruz et La Havane, il a été confronté à de nombreuses énigmes, mais il a réussi à découvrir comment le jeune Champlain est devenu un espion au service du roi de France Henri IV.