Pau, 22 septembre 2016 – Conférence d’Hans Hartje : « Le Roman d’Henri IV d’Heinrich Mann »

Le jeudi 22 septembre à 18h, Hans Hartje, maître de conférences de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour 21parlera de l’oeuvre d’Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV, et des circonstances de sa rédaction.

Lieu de la conférence : Médiathèque André Labarrère à Pau
Entrée libre et gratuite.

L’écrivain allemand Heinrich Mann (1871-1950) demeure encore trop peu connu : on ne voit souvent en lui que le « frère de l’autre », à savoir Thomas Mann (1875-1955), l’auteur des Buddenbrook (1901), de Mort à Venise (1912) et de La Montagne magique (1924), toutes œuvres qui lui valurent, en 1929, le prix Nobel de littérature.

C’est pourtant à Heinrich Mann que la France doit LE roman consacré au « grand Henri IV […] qui manque à la littérature française », comme l’a dit Pierre Bertaux. Ce futur grand germaniste était un jeune homme de 20 ans lorsque, en 1927, son père Félix reçut l’écrivain allemand dans la maison de vacances qu’il louait à Lescun, et le « déclic » se produisit au cours de la visite du château de Pau que les Bertaux lui firent faire à cette occasion.

Son Roman d’Henri IV, Heinrich Mann l’a écrit pour l’essentiel en France où il était exilé, à Nice, de 1933-1938. S’il existe de nombreuses biographies du Roi de France et de Navarre, le livre d’Heinrich Mann  a une coloration particulière, car il éclaire autant le temps de l’écriture qui est celui, terrifiant, de Hitler et de la montée des périls, que le temps du grand Béarnais. C’est une construction troublante de l’écrivain qui oppose quasi frontalement les deux figures.

La traduction française de ce grand livre était épuisée depuis des décennies. Le premier tome consacré à la « jeunesse » du futur roi a été republié en 2015 aux éditions Pétra dans la traduction française d’Albert Kohn, sous la direction d’Hans Hartje, enseignant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il a préparé l’édition du second tome, consacré au « temps de l’accomplissement », qui sera édité à l’automne 2016, à l’occasion des « Rencontres de l’Histoire de Blois ».

S’il n’est que littérature adaptée à l’histoire, ou histoire adaptée à la littérature, le roman historique déçoit. On ne sait ce qui agace le plus – une vérité limitée au costume, à la superficie, ou l’absence de vérité interne, d’inspiration. D’un Jules César, d’une Cléopâtre, nous attendons autre chose encore que les actes connus, les gestes convenus. L’histoire les a haussés à un plan où ils excitent notre attente, restent vivants, toujours capables de pensées, de volontés étonnantes. Il n’est que d’aller dans leur ligne, et plus avant. Ainsi Shakespeare. Ainsi, à la façon shakespearienne, Heinrich Mann. L’essentiel de ce roman d’une époque où tout était remis en question est que l’auteur remet à son tour tout en question. Et cela à la façon du XXe siècle, dans la mesure où elle s’apparente à celle du XVIe
Nombre de problèmes aujourd’hui sont les mêmes qu’alors, ou plutôt aujourd’hui comme alors tout devient problème. Félix Bertaux, compte-rendu de La jeunesse du roi Henri IV dans La Nouvelle Revue Française, novembre 1935.