Tous les articles par ALBRET

Les enfants dans les affrontements religieux aux XVIe et XVIIe siècles

Cycle de conférences proposé par le musée d’Aquitaine de Bordeaux.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et relativement efficaces.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Protestantisme et éducation militaire en France – 13 novembre 2019, 18 h
Enfances vécues, enfances racontées – 6 novembre 2019, 18 h
Les enfants des morisques – 11 décembre 2019, 18 h

Cycle proposé par Florence Buttay, maître de conférence en histoire, Université Bordeaux Montaigne – CEMMC

Image: Abraham Bosse, Le maistre d’escole, v. 1635, détail, BnF

 

L’Académie réformée de Saumur : nouvelles sources, nouvelles approches

Jeudi 26 septembre 2019

Saumur, Lycée Duplessis-Mornay, Amphithéâtre

Ouvert au public dans la limite des places disponibles

Accueil 9h45

10h15 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Introduction »

Séance 1 : Professeurs et enseignements

Président de séance : Thomas Guillemin

10h30 Marie-Claude Tucker(Maîtresse de conférences retraitée, Université de Clermont-Auvergne) : « Les professeurs-régents écossais à l’Académie de Saumur »

11h00 Jean-Paul Pittion(Professeur émérite, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours/Trinity College, Dublin) : « Philosopher à Saumur au xviiesiècle »

11h30 Albert Gootjes(Chercheur associé, Junius Institute, Calvin Theological Seminary) : « Enseigner la théologie à Saumur dans les années 1670 : autour d’un cours inédit d’Étienne Gaussen »

 

Séance 2 : L’Académie et ses livres

Président de Séance : Jean-Paul Pittion

14h00 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Ex Bibliotheca. Bilan de l’enquête sur les bibliothèques de l’Académie de Saumur »

14h30 Scott Mandelbrote(Fellow, Director of Studies in History, Cambridge University) : « Cappel, Morin, and the world of early modern biblical studies »

15h00 Kevin Trehuedic(Maître de conférences, Université de Paris-Est-Créteil) : « Archéologie de la méthode critique de Louis Cappel »

15h45 Conclusion

 

Comité d’organisation

Didier Boisson, Thomas Guillemin (Université d’Angers) et Kevin Trehuedic (Université de Paris-Est-Créteil)

 

Journée organisée avec le soutien de la Société d’Étude du xviiesiècle

Appel à communication: Le métier de diplomate ou la représentation au quotidien du XVIe siècle à nos jours

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale. Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

La journée d’étude jeunes chercheuses et chercheurs aura lieu le 6 février 2020 à Nantes.

Argumentaire

L’usage et les pratiques diplomatiques, bien qu’anciens, connaissent une évolution significative avec l’émergence de nouvelles formes de relations et d’échanges entre les Etats qui se constituent à l’époque moderne. Dès le XVIe siècle s’opère en effet une mutation des relations internationales à travers l’intensification de la politique européenne, ce qui renforce le rôle des représentants au détriment des rencontres directes entre souverains. Des missions permanentes remplacent les ambassades temporaires. Un corps d’acteurs diplomatiques se constitue et est chargé de représenter un souverain, un État ou une nation hors de ses frontières. La représentation du pouvoir du prince, d’un État, est alors indissociable de la figure de l’ambassadeur. Cette notion de représentation se retrouve dans les dictionnaires du XVIIe siècle où le terme figure sous trois entrées : l’entrée théâtrale (“jouer quelque pièce de théâtre […]”), et deux autres acceptions qui ont été discutées par Carlo Ginzburg : “d’un côté la représentation donne à voir une absence ce qui suppose une distinction nette entre ce qui représente et ce qui est représenté ; de l’autre la représentation est l’exhibition d’une présence, la présentation publique d’une chose ou d’une personne”[1].

Cette représentation d’un souverain, d’un Etat ou d’une nation assurée par le diplomate s’accompagne d’une mise en scène riche et multiforme, relevant souvent du registre de l’implicite. Le décor diplomatique se retrouve sur les immeubles et résidences d’ambassades, dans les suites des diplomates, au travers de leurs habits et livrées, sur leurs tables, etc. Le prestige d’un souverain ou d’une nation doit aussi se refléter dans le comportement et la sociabilité de ses représentants. Aussi, la comparaison entre l’ambassadeur et le comédien est un thème récurrent. L’esthétique des mises en scène est travaillée et l’expression de la représentation diplomatique perdure largement dans les arts visuels et dans la littérature. Les évolutions du système international avec l’émergence de nouveaux cadres (organisations internationales) et de nouveaux acteurs diplomatiques (parlementaires, experts, etc.) questionnent la pérennité de ces codes, leur assimilation, leur réappropriation ou leur mise en concurrence.

Depuis une quinzaine d’années s’opère dans le champ de l’histoire de la diplomatie un mouvement historiographique qui tend à faire émerger une « diplomatie par le bas », mettant en avant le caractère quotidien et ordinaire de son activité. L’intérêt des historiens s’est notamment porté sur les acteurs de la diplomatie en étudiant la figure, le parcours, l’identité du diplomate et sa professionnalisation[2]. Par ailleurs, depuis quelques années se développent des perspectives liant diplomatie et histoire matérielle ou histoire des mentalités[3]. L’étude des pratiques diplomatiques, des rituels et des codes partagés par ses acteurs présente alors un champ de recherche fécond dans lequel nous souhaitons nous inscrire.

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019[4]. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale.

Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

De toute évidence, l’établissement de représentations permanentes à l’époque moderne tend à faire de la représentation une fonction totale se matérialisant par le privilège d’immunité régissant la vie du diplomate, ses pratiques quotidiennes, mais aussi celles de son entourage (famille, suite, personnel, etc.). A ce titre, plusieurs axes sont envisagés pour cette journée d’étude :

  • Sociabilité et représentation : La mondanité et la sociabilité diplomatique constituent un espace intermédiaire de représentation entre les scènes publique et privée. Ainsi, les réceptions (dîners, banquets, cocktails) constituent, au même titre que les activités sportives (chasse, golf), culturelles (théâtres, opéras), de loisir, une diplomatie semi-officielle donnant à voir des enjeux de pouvoirs et de concurrence entre diplomates. Les relations personnelles et privées qui se tissent à cette occasion ont-elles des répercussions sur la gestion des affaires publiques et diplomatiques ?
  • Matérialité de la représentation : Le lieu de résidence des ambassades, le décor des immeubles et leurs mobiliers participent également à l’affichage diplomatique. Le logis de l’ambassadeur, à la fois bureau, logement de fonction et demeure d’accueil des invités de marque, est un lieu permanent de démonstration de la puissance étatique. L’étude du patrimoine architectural diplomatique permet d’examiner les rapports entre l’art et la diplomatie. Ces aspects matériels de la représentation diplomatique nous incitent en outre à nous interroger sur l’existence d’une économie de la diplomatie en s’intéressant aux frais de représentations, aux consommations, aux artistes et aux artisans mobilisés par ces structures.
  • Acteurs de la représentation : Au-delà de la seule personne du diplomate, la représentation diplomatique engage aussi son entourage plus ou moins direct. Ainsi, il nous paraît opportun d’examiner la manière dont elle est prise en charge par certains groupes tels que la famille du diplomate, ses domestiques, les agents subalternes de l’ambassade (courriers, traducteurs, agents chargés de la sécurité etc), mais aussi des artistes et intellectuels admis dans cette société. Par ailleurs, les recours fréquents à des recrutements locaux posent la question de la participation de ces employés à la représentation diplomatique d’un autre Etat.
  • “Représentations sur la représentation” : Cette journée sera enfin l’occasion de s’interroger sur ce que la mise en scène du quotidien des ambassades dans l’art, la littérature (récit autobiographique, traités savoir-être) et les médias peut nous apprendre sur la représentation diplomatique, ses enjeux et ses perceptions.

Lors de cette journée, nous nous intéresserons aussi bien aux aspects matériels et symboliques de la représentation, qu’à ses normes et à ses pratiques, aux continuités et aux héritages aussi bien qu’aux mutations, de l’époque moderne à nos jours. Les communications mettant en évidence l’action des femmes dans le domaine de la représentation et les expériences de l’altérité résultant des interactions diplomatiques quotidiennes seront également étudiées avec attention.

[1] GINZBURG Carlo, “Représentation : le mot, l’idée, la chose”, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46e année, n° 6, 1991. p. 1219-1220.

[2] Par exemple, Colloque “Je ne voudrais point un négociateur de métier…” L’identité du diplomate : métier ou noble loisir ?”, Institut historique allemand – Université Paris-Diderot, 14-17 juin 2017.

[3] Par exemple, Colloque international “Table et diplomatie à l’échelle du monde”, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation (IEHCA) – Villandry, Paris, La Courneuve, 2-5 novembre 2016.

[4] Journée d’étude “Le diplomate en représentation du XVIe siècle à nos jours”, Centre des archives diplomatiques de Nantes, 28 mars 2019.

Modalités de soumission

Les propositions de communication individuelles (300-500 mots), accompagnées d’une brève présentation biographique, sont à envoyer à l’adresse suivante : diplomate.representation chez gmail.com jusqu’au vendredi 6 septembre 2019. Les communicantes et communicants recevront une notification d’acceptation à partir du 15 octobre 2019.

Pour toute demande d’informations, contacter : diplomate.representation chez gmail.com

Comité d’organisation

Amélie Balayre (CREHS – Université d’Artois)
Claire Le Bras (CRHIA – Université de Nantes)
Marie-Cécile Pineau (CRHIA – Université de Nantes)
Nathan Rousselot (CRHIA – Université de Nantes)

Comité scientifique

Michel Catala (CRHIA – Université de Nantes)
Charles Giry-Deloison (CREHS – Université d’Artois)
Stanislas Jeannesson (CRHIA – Université de Nantes)
Yann Lignereux (CRHIA – Université de Nantes)
Eric Schnakenbourg (CRHIA – Université de Nantes)

 
 

Exposition: Enfants de la Renaissance

Exposition du 18 mai au 1er septembre 2019 au château royal de Blois

Blois : le berceau de nombreuses têtes couronnées ! Maison d’enfance des deux filles de Louis XII et d’Anne de Bretagne, pouponnière des 7 enfants de François 1er et Claude de France, palais familial pour Henri II et Catherine de Médicis qui viennent souvent à Blois pour rendre visite à leurs 10 enfants, puis demeure de la progéniture tardive d’Henri IV et de Marie de Médicis : le château n’a cessé de voir grandir ses enfants royaux ! Nourrie de la richesse des différentes sagas familiales du château royal de Blois, l’exposition “Enfants de la Renaissance” mêle intimement l’Histoire du château et l’évolution de l’éducation depuis le Moyen Âge, aborde les us et coutumes de la fin du XVe au début du XVIIe siècle mais aussi le devoir de maternité des princesses ou encore la stérilité des rois et reines.

“Enfants de la Renaissance” : naissance et petite enfance
Scindée en trois temps forts, l’exposition “Enfants de la Renaissance” présente dans sa première partie les épreuves de la grossesse et de l’accouchement, ou encore le personnage, essentiel, de la nourrice. A la Renaissance, chaque étape de la maternité est indissolublement liée à la mort, celle du nourrisson ou de la mère. Portraits, représentations et objets prophylactiques illustrent bien les problèmes de mortalité infantile et maternelle mais aussi les nombreux rituels parfois magiques, astrologiques ou religieux pour prévenir les maladies ou échapper à la mort. Les représentations d’emmaillotement et d’allaitement ainsi que la vaisselle, les ustensiles ou encore les biberons utilisés permettent par ailleurs de se projeter dans les conditions de vie d’un nourrisson à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’univers enfantin
La seconde partie s’attache au renouveau de l’image : la figure enfantine et son portrait font leur entrée introduisant son individualisation dans la société et sa distinction progressive avec le monde adulte. Objets et scènes de la vie quotidienne mais aussi mobilier, berceaux, vêtements viennent illustrer l’univers enfantin à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’éducation des enfants royaux
Naître à la cour de France signifie grandir loin de ses parents. Du personnel aux résidences privilégiées en passant par la fréquence des rencontres ou l’éducation militaire, la troisième partie de l’exposition met en exergue l’enfance et le quotidien des dauphins ou futurs princes. Cette période voit apparaître les premières méthodes d’apprentissage et l’enseignement organisé : c’est le début des bonnes manières, des règles de propreté et de l’art de vivre en société. La culture de la Rena issance assigne également de nouveaux objectifs d’éducation aux enfants : les traités pédagogiques se multiplient puis voient arriver les premiers jeux, livres et jouets comme outils didactiques.

Source: Château royal de Blois

Appel à communication: Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre, Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIesiècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

Ø  L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte règlementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

Ø  Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

Ø  Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.

Les propositions de communication (comportant un titre, l’indication de l’axe envisagé, un résumé limité à 250 mots et une présentation biographique) doivent être envoyées jusqu’au 31 mai 2019, à alvaro.adot@casadevelazquez.orgET à denes.harai@univ-pau.fr.

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Parution: Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (XVe – XIXe siècle)

Caroline zum Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (XVe – XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2018, ISBN-102757423614, 32 €. Ouvrage édité avec la collaboration de Pauline Ferrier-Viaud et Flavie Leroux.

À l’époque moderne, la cour de France offre un terrain particulièrement favorable au sexe féminin. Dès la fin du Moyen Âge, elle intègre un nombre croissant de femmes dont les offices se diversifient et gagnent en prestige. Les reines et princesses qui ont vécu au cœur de cette grande « cour des Dames » apparaissent au fil des pages de ce recueil, mais ce sont les dames et demoiselles, femmes de chambre et autres officières de leurs suites, des charges les plus élevées au plus modestes, qui sont au cœur de la réflexion.

En puisant dans un large éventail de sources, les enquêtes explorent leurs parcours ainsi que les stratégies et contraintes qui les ont marqués. Elles croisent la réflexion sur le fonctionnement sociopolitique de la cour avec la question des formes féminines de l’exercice du pouvoir et de la place des femmes dans la société.

Premier ouvrage dédié à ce sujet, ce livre éclaire sous un jour nouveau l’histoire complexe de la présence féminine dans les cercles du pouvoir, du XVe au XIXe siècle.

Table des matières

Caroline zum Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier – Introduction

1e partie – La présence féminine à la cour de France : évolution et cadres

  • Caroline zum Kolk – La naissance de la « cour des Dames » : la maison de la reine de France et son personnel féminin (Moyen Âge – XVIe siècle)
  • Aubrée David-Chapy – La « Cour des Dames » d’Anne de France à Louise de Savoie : un espace de pouvoir à la rencontre de l’éthique et du politique
  • Fanny Giraudier – Une cour sans reine : Catherine de Bourbon et la restauration de la cour entre 1593 et 1600
  • Charles-Eloi Vial – La maison de l’impératrice Marie-Louise face au déclin de l’Empire

2e partie – Travailler à la cour : charges et fonctions

  • Oliver Mallick – « Le principal passage pour aller à la ville de Dom Anna » : Mme de Beauvais et la charge de première femme de chambre de la reine (1646-1666)
  • Youri Carbonnier – Les Demoiselles de la musique du roi de 1659 à 1792
  • Pascale Mormiche – Être nourrice des enfants de France à la cour (XVIIe-XVIIIe siècle)
  • Benoît Carré – Femmes, pensions et autres grâces royales à la cour de Versailles au XVIIIe siècle

3e partie – L’espace curial : usages et significations

  • Elisabeth Narkin – Female Officers’ Spaces at the Court of the Royal Children, 1499-1610
  • Pauline Ferrier-Viaud – Habiter Versailles : le logement des épouses des ministres à la cour de Louis XIV

4e partie – Du centre à la périphérie : dames et princesses en lien avec la cour

  • Daniela Cereia – Femmes à la cour de Marguerite de Bourbon (1438-1483) et Claude de Brosse, comtesses de Bresse (1471-1497)
  • Kathleen Wilson-Chevalier – Le mécénat politique d’une grande dame de la cour : Jeanne de France, duchesse de Bourbon, et le Livre des faiz monseigneur saint Loys (v. 1480)
  • Brian Sandberg – « Je ne vis jamais cette cour plus pleine de tourment » : Montmorency Women and Confessional Politics at Court during the French Wars of Religion

5e partie – Des intégrations difficiles : les maîtresses dans l’univers curial

  • Pascal Firges – The Tacit Rules of Female Adultery : Framing Marital and Extramarital Relationships in Seventeenth- and Eighteenth-Century French Court Society
  • Flavie Leroux – L’intégration des maîtresses royales au « système de la cour » (1661-1691)
  • Véronique Garrigues -Les clairs-obscurs de Françoise de Foix, dame de Châteaubriant (1494 ?-1537) : Revisiter l’historiographie d’une favorite royale

Caroline zum Kolk – Conclusion

Source: CourdeFrance.fr

Appel à communication: Perceptions et représentations des frontières et des espaces frontaliers au Moyen Âge et à l’époque moderne (IXe–XVIIIe siècles)

Université d’été du 21 au 24 mai 2019, à l’IHA, organisée par Maximilian Groß et Robert Friedrich (IHA) en coopération avec Christophe Duhamelle (EHESS), Rainer Babel, Rolf Große (IHA) et Sven Jaros (université de Leipzig)

Appel ouvert jusqu’au 30 novembre 2018.

La recherche sur les frontières et les zones frontalières est un sujet actuel, aussi bien dans les sciences historiques que dans d’autres sciences humaines. L’université d’été, qui aura lieu en mai 2019 à l’Institut historique allemand de Paris, se consacrera à ce thème dans une perspective transnationale de longue durée. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’études récentes qui analysent les zones frontalières de manière différenciée et dépassent ainsi les modèles rigides centre vs. périphérie. Ces catégories sont moins immuables que dépendantes du contexte dans lequel elles sont évoquées; par ailleurs, l’étude des acteurs locaux des régions frontalières est déterminante afin de questionner les récits établis. Le tournant historiographique du spatial turn a quant à lui mis en exergue le caractère construit des frontières ainsi que leurs représentations et perceptions historiques. L’université d’été aborde ce sujet sous deux angles. En premier lieu, pour étudier le phénomène des régions frontalières du Moyen Âge à la période moderne, il convient de mettre en lumière leurs représentations dans les sources. Cet appui constant sur les sources primaires permet d’une part d’éviter une (re)construction moderne et ahistorique du concept d’»espace frontalier«, d’autre part de comprendre comment les zones frontalières ont été décrites dans des contextes différents. En second lieu, afin de pouvoir examiner ces zones frontalières d’une façon plus différenciée, il convient de les contextualiser à l’aune de leurs interdépendances régionales respectives. Au travers de cette régionalisation, qui s’accompagne d’une déconstruction partielle de la frontière en tant que concept uniforme avec des spécificités universellement valables, les espaces peuvent être analysés dans leurs propres qualités et dynamiques multiples.

L’approche de l’université d’été permettra de comparer des études de cas du Moyen Âge et de l’époque moderne et d’obtenir ainsi de nouvelles perspectives sur les processus de territorialisation et de formation de l’État dans leurs spécificités et diversités respectives. Cette approche ne sera pas délimitée par un cadre géographique restreint: les candidatures sont ainsi ouvertes aux jeunes scientifiques dont les thèmes de recherche portent aussi bien sur les espaces franco-allemands qu’européens ou mondiaux.

Les questions suivantes pourraient être abordées:
– Comment les frontières sont-elles représentées dans les sources médiévales et modernes?
– Quel desseins poursuivent les auteurs de ces représentations?
– Quels termes et concepts sont utilisés pour décrire les frontières et les espaces frontaliers?
– Quelles sont les (catégories de) sources qui signalent les frontières et les zones frontalières?
– Quel(s) rôle(s) jouent les »pouvoirs centraux« dans les conflits frontaliers?
– Quel(s) rôle(s) jouent les acteurs locaux?
– Les représentations diffèrent-elles en fonction des destinataires?
– Peut-on observer différentes stylisations d’un même espace en même temps?
– Comment les conflits frontaliers s’inscrivent-ils dans des contextes politiques plus larges?
– Comment les frontières sont-elles construites dans différents contextes?
– Dans quelle mesure la représentation d’un espace frontalier dépend-elle de son contexte?
– Dans quelle mesure la représentation des zones frontalières change-t-elle au fil du temps?

L’université d’été donnera l’occasion à 14 doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants ainsi qu’étudiantes et étudiants en M2 avec un projet de mémoire de présenter leur travail. Les conférences (environ 20 minutes) seront commentées par les autres participantes et participants. Avant le début du colloque, les résumés des contributions seront publiés sur le blog »Veranstaltungen am DHIP« (https://dhip.hypotheses.org) afin de les faire connaître à un public intéressé. Outre les interventions des participantes et participants, deux conférences introductives à la recherche sur les frontières en Allemagne et en France seront proposées: Susanne Rau (Erfurt) prenant en charge la partie allemande, Léonard Dauphant (Metz) la partie française. Une conférence publique de David Abulafia (Cambridge) intitulée »Maritime Spaces. Historical and Methodological Reflections« aura de surcroît lieu dans le cadre du cycle annuel »les Jeudis de l’IHA«. Une visite de la collection des cartes des Archives nationales conclura le programme et donnera aux participantes et participants l’occasion de réfléchir sur les représentations frontalières à partir de sources topographiques.

Informations pratiques: les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par l’organisation ‒ sous réserve d’un financement de l’Université franco-allemande. Les langues principales de l’université d’été sont l’allemand et le français, mais des contributions en anglais sont possibles. La maîtrise active d’une langue étrangère et la compréhension passive de la seconde sont requises. Une affiliation à une université allemande ou française est souhaitée, mais ne présente nullement une condition préalable. Veuillez envoyer les documents de candidature suivants dans l’une des langues de la conférence à Maximilian Groß (mgross@dhi-paris.fr) et Robert Friedrich (rfriedrich@dhi-paris.fr): résumé de la contribution prévue (max. une page), CV académique avec liste de publications (si disponible), détails sur vos compétences linguistiques.

COLLOQUE : PENSER, COMPOSER, PRATIQUER LA MUSIQUE À L’ÉPOQUE DU COMPENDIUM MUSICAE DE DESCARTES (1618)

 8-9 novembre 2018

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, Pavillon universitaire Musique et Danse, auditorium
15, rue Guillaume VII le troubadour – Bât. E08

• Colloque international organisé par l’Université de Poitiers / Criham et Sorbonne Université / IReMus, sous la coordination d’Isabelle His et Théodora Psychoyou.

Rédigé en 1618, le Compendium musicæ (ou Abrégé de musique) est le premier écrit du jeune René Descartes, publié de façon posthume en 1650 ; c’est aussi probablement un des moins connus. À l’occasion du 400eanniversaire de sa rédaction, et dans la ville où Descartes fut étudiant, ce colloque propose de réévaluer la portée de ce texte singulier en le confrontant avec les productions musicales de la première moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier l’environnement musical du Compendium en termes de pensée de la musique, d’art de la composition musicale, et de pratiques d’exécution.

Programme

Jeudi 8 novembre 2018

• 14h – Accueil

• 14h30 – Introduction

Session 1 : Penser la musique à l’époque de Descartes #1

Modération : Brigitte Van Wymeersch

• 14h45 – Guido Mambella (Bologna)
Descartes lecteur de Zarlino

• 15h20 – Inga Groote (Univ. Zurich)
Efficacité et rationalité chez les théoriciens allemands du XVIIe siècle : un tournant pragmatique ?

• 15h55 – Christophe Guillotel (IReMus)
Idées, méthodes et système musical dans le Compendium musicæ (1618) de René Descartes : une mise en regard avec la Synopsis Musicæ Novæ (1612) de Johannes Lippius et ses sources afférentes

• 16h30 – Pause

• 16h45 – Frédéric De Buzon (Univ. Strasbourg)
Confrontation des méthodes cartésienne et beeckmanienne en théorie de la musique

• 17h20 – Laurence Taveau (IReMus)
Le Livre de la nature des sons (Arsenal Ms 2884), autographe du père Mersenne

• 18h – Pause

Concert-spectacle : Les mystères du contrepoint

19h

Concert-spectacle par l’ensemble Coclico, dir. Barnabé Janin


Vendredi 9 novembre 2018

Session 2 : Penser la musique à l’époque de Descartes #2

Modération : Inga Mai Groote

• 9h – Brigitte Van Wymeersch (Univ. Louvain)
Écrire la théorie musicale au temps de Descartes. Le “cas Mersenne”

• 9h35 – André Redwood (University at Albany, State University of New York) : Descartes’ varietas, Mersenne’s copia? Permutation, variation, and the rhetoric of compositional inventio

• 10h10 – Théodora Psychoyou (IReMus/Sorbonne Université) : Mersenne et le « projet » de l’Harmonie Universelle

• 10h45 – Pause

• 11h – Nicolas Andlauer (Univ. Toulouse) : … par l’effet des tambours : éloges antiques et modernes de la monotonie

• 11h35 – Alexander Jakobidze-Gitman (Univ. Witten/Herdecke)
Measurable time vs. duration : the clash between mechanistic and protophenomenological explanations in Compendium Musicæ

• 11h10 – Pamela Zuker (IReMus/Sorbonne Université/Univ. Poitiers)
L’art de la battue chez Jacques Mauduit

• 12h45 – Pause

Session 3 : Composer et pratiquer la musique à l’époque de Descartes

Modération : Isabelle His

• 14h30 – Francesca Mignogna (IReMus/Sorbonne Université)
Espace physique et espace harmonique des instruments à cordes pincées au début du XVIIe siècle

• 15h05 – Carola Hertel (Univ. Strasbourg)
Composition et exécution à l’Académie de Strasbourg au début du XVIIe siècle

• 15h40 – Pause

• 16h – Jean-Yves Haymoz (CNSM Lyon / HEM Genève)
Le problème de la quarte en France au début du xviie siècle

• 16h35 – Peter Bennett (Case Western Reserve University)
Liturgical chant, rhythm and “affect” in early 17th century Paris : evidence from the Church of the Oratoire and the Royal Abbey of Montmartre

• 17h10 – Jean Duron (CMBV)
Composer à l’époque de Descartes : l’exemple du manuscrit Ms. 168  de Tours

• 17h45 – Conclusions du colloque

Comité scientifique

– Frédéric De Buzon (université de Strasbourg),
– Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles),
– Jean-Yves Haymoz (Haute école de musique de Genève),
– Isabelle His (Université de Poitiers / Criham),
– Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus),
– Brigitte Van Wymeersch (Université de Louvain)

Appel à publication: Versailles : Réseaux et sociabilité à la cour

Pour son programme triennal 2017-2019, le Centre de recherche du château de Versailles a lancé un axe de recherche sur « Réseaux et sociabilité à la cour » et souhaite publier des articles relatifs à cette thématique sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Argumentaire
La cour représentait un véritable creuset de la société de l’Ancien Régime. S’y côtoyaient non seulement la famille royale, les grands seigneurs mais aussi tout une foule de titulaires de charges plus ou moins importantes qui permettait le bon fonctionnement de cette mécanique.

À l’exception du prince et de sa famille, cet ensemble hétérogène constituait la domesticité royale et, pour être logé « au Louvre » (i.e. dans la résidence où couchait le roi), chacun devait posséder une charge auprès de l’un des membres de la famille royale. À l’intérieur de ce microcosme, des liens ne manquaient pas de se créer. Un service assidu et efficace auprès du roi et de sa famille permettait la création de grandes dynasties curiales qui connurent, entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, de grandes ascensions. Il en était ainsi particulièrement des domestiques qui approchaient directement le souverain ou la souveraine. Juridiquement, il était interdit de posséder un autre office dès lors que l’on était officier commensal. Ceci restait théorique car la proximité avec le pouvoir royal entraînait nécessairement l’octroi de nouvelles charges, souvent plus lucratives que la principale… Il n’était pas rare ainsi de cumuler une charge de valet de chambre avec celle de concierge voire d’intendant d’un château royal. Les détenteurs de charges occupaient progressivement des postes clefs de l’administration du château, permettant de placer toute leur progéniture dans les différentes places qu’ils avaient accumulées.

Tous ces personnages tissaient généralement entre eux des liens sociaux très importants qui souvent se matérialisaient par des alliances matrimoniales : un valet de chambre du roi épousait une femme de chambre de la reine, un apothicaire une fille de médecin, etc. Les mariages se négociaient sur des paris sur l’avenir et l’on n’hésitait pas à payer une dot importante pour une fille car on comptait récupérer une charge significative dans la nouvelle belle-famille. C’étaient par ces petits pas que se faisait patiemment une ascension dynastique. Plusieurs familles en sont de parfaits exemples.

Ce « monde » qui entourait la famille royale constituait une sorte de gens romana, composée de clans familiaux qui accaparaient toutes les charges principales, bien loin de la spécificité des offices qui, à l’origine, ne devaient pas être vendus mais être attribués suivant le principe du bon discernement royal. La vénalité des offices (c’est-à-dire la possibilité de les vendre entre particuliers) était née de la nécessité impérieuse de la monarchie de gagner de l’argent. Madame Palatine, belle-sœur de Louis XIV ne s’y trompait pas quand, rappelant ses souvenirs de la cour louis-quatorzienne, elle déplorait d’être servie : « lorsque le roi mangeait avec les dames ou en voyage, (…) par des gens qui n’étaient pas gentilshommes. Anciennement, tous les officiers du roi, tels que ceux de l’échansonnerie, du gobelet, du fruit, etc. étaient gentilshommes ; mais depuis que la noblesse est devenue pauvre, et que toutes les charges se sont payées cher, il a fallu prendre de bons bourgeois qui eussent de l’argent ». Les titulaires retenus continuaient toutefois de faire l’objet d’enquête de bonne vie et bonne mœurs, mais la royauté ne contrôlait plus directement les recrutements, ce que Saint-Simon critiquait vivement au début du règne de Louis XV en tentant de convaincre le Régent de reprendre la main sur la distribution des offices…

Axes thématiques (non exhaustif)
Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques et questions suivantes :

  • la compréhension et la définition de la nomenclature des charges auliques ;
  • l’historique et la continuité de chacune des charges auliques ;
  • les modes de transmission et d’acquisition (survivances, acquisitions directes, parties casuelles…) ;
  • la typologie des réseaux : familiaux, sociaux, géographiques et topographiques internes à la cour ; financiers, de charges (esprit de castes), religieux, etc. ?
  • les réseaux d’influence, les coteries… ;
  • les mécanismes d’ascension sociale ;
  • la hiérarchisation interne des maisons royales et princières et voir s’il existait des cloisonnements par département ou service ;
  • l’identification des familles les plus influentes de la cour avec la création de dynasties.

Soumission et évaluation d’un article
Dans un premier temps, les propositions d’articles (sous forme de résumés d’environ 5 000 signes) devront être adressées à Mathieu da Vinha en français ou en anglais. Ces propositions seront examinées par le comité scientifique.

Si les propositions sont retenues par le comité scientifique, les articles complets seront évalués à la fois par ce dernier et par deux évaluateurs du comité de lecture du Centre de recherche du château de Versailles (ou par des personnalités extérieures désignées par le comité de lecture ou le comité scientifique le cas échéant).

Les propositions d’articles doivent être soumises avant le 30 septembre 2018. Les auteurs devront fournir :

Nom et prénom du/des auteur(s), institution de rattachement, courrier électronique ;
Titre de l’article ;
Une proposition de 5 000 signes précisant le sujet et la problématique de l’article, le cadre théorique, la méthodologie, les sources et les principales références bibliographiques utilisées ;
Un curriculum vitae abrégé.
Les articles définitifs seront d’environ 40 000 signes (bibliographie et notes de bas de pages comprises).

Les auteurs devront se conformer aux normes rédactionnelles du Bulletin.

Comité de pilotage
Direction programme : Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Équipe :

Aurélie Chatenet-Calyste, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Lorraine ;
Daniel Dessert, historien ;
Anne-Madeleine Goulet, chargée de recherche au CNRS (UMR 7323) au Centre d’études supérieures de la Renaissance ;
Sandrine Jauneau, chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles ;
Nicole Lallement, chargée d’études documentaires au Centre de recherche du château de Versailles ;
Pauline Lemaigre-Gaffier, maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ;
Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, directeur du Centre de recherche du château de Versailles ;
Pascale Mormiche, docteur en histoire moderne et agrégée de l’université, PRAG à l’université de Cergy-Pontoise ;
Benjamin Ringot, adjoint au directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Appel à communications: Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècle) – Paris 29-30 mars 2019

Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècle)
Paris (29-30 mars 2019), avant le 20 juillet 2018

Appel à communications

Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale1, les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

En ce qui concerne l’Ancien Régime en revanche, le stéréotype persiste largement, puisque les armées n’étaient pas mixtes et que nous avons toujours malgré nous une vision souvent téléologique et progressiste de l’histoire. Or, Sophie Cassagne-Brouquet, dans sa thèse portant sur les « chevaleresses2 », écrit que « ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. » Ainsi, depuis un certain nombre d’années, des travaux ont montré l’écart grandissant entre les représentations que nous nous faisons de l’Ancien Régime et la réalité alors des femmes de guerre, qui sont loin de constituer une image uniforme et de se réduire aux seules chevaleresses ou menues combattantes. Les biais des chercheurs sont parfois démasqués au cours de découvertes étonnantes. Par exemple, tout récemment, on a pris conscience qu’un squelette de guerrier viking de haut rang, connu depuis 130 ans, était en fait celui d’une guerrière : aucun archéologue ne s’était posé la question de son sexe tant était – est – tenace le préjugé qu’un guerrier, a fortiori puissant, est forcément un homme, en-dehors de cas rarissimes ou émanant de sociétés à demi légendaires3. La place des femmes dans les combats et les guerres (comme « batailleresses », « officières », « seigneuresses » ou reines4) au Moyen Age est donc de plus en plus remarquée et réévaluée, particulièrement dans la littérature anglo-saxonne. La question des représentations apparaît en tout cas comme centrale.

La Première Modernité est la parente pauvre de ces réévaluations bien que quelques travaux5 tracent des voies d’exploration. Pourtant, elle est intéressante à plus d’un titre pour ce sujet.

Tout d’abord, pour la portée matricielle de cette époque : consécutivement à la tentative de confiscation de la violence légitime de l’État, l’armée est l’objet de multiples réformes qui ont abouti à la création de l’armée moderne dans l’Europe entière, au début de notre chronologie pour l’Espagne et, pour la France, particulièrement sous Louis xiv et à l’issue de la Révolution française. Or, au cours de cette période définitoire, les femmes qui ont pris les armes sont rares, et même se raréfient puisque, n’étant pas citoyennes, elles sont progressivement exclues de l’armée de soldats-citoyens alors que certaines avaient pu entamer une carrière sans avoir à se travestir, tant la France avait besoin de bras au moment de la Révolution : en s’interrogeant sur « de quoi est faite l’association entre masculin, armes et citoyenneté », D. Godineau montre dans son propos sur l’armée révolutionnaire que « les histoires concrètes de ces femmes soldats, leurs propos et ceux tenus sur elles aident à comprendre les mécanismes de l’exclusion des femmes des armées. » Il touche finalement à ce qui fait le cœur des réticences envers les femmes dans l’armée encore aujourd’hui.

Cependant, cela ne signifie pas que seuls les républicains ont pu, bon gré mal gré, admettre des femmes dans leurs troupes : les femmes profitent des interstices et des périodes troubles pour s’immiscer dans des secteurs qui leurs sont normalement fermés, Michelle Perrot l’a bien montré. Ainsi, les Brigandes, dont faisaient partie Marie Louise Victoire de Donnissan, marquise de Lescure puis de La Rochejaquelein ou encore Marie Renée Marguerite de Scépeaux, marquise de Bonchamps, sont les adversaires en symétrie des citoyennes en armes.

Ensuite, à cause du statut des femmes, qui se modifie au cours de la période : leurs libertés s’amoindrissent à partir de la Renaissance6. Pourtant, la première moitié du XVIe s. voit apparaître les femmes sur les champs de bataille en Italie7 (les Pisanes contre les Florentins dans les années 1499-1509). En outre, « dans une société hiérarchisée où le rang est plus important que le sexe8 », elles pouvaient être amenées plus facilement à commander des hommes de rang inférieur ou à prendre les armes que dans une société comme la nôtre, où le sexe est finalement plus important que le rang. Bien plus, Elizabeth Iere ou Catherine II de Russie, en tant que dirigeantes suprêmes, étaient forcément à la tête de leurs armées : Catherine ii est d’ailleurs connue pour avoir mené une politique d’expansion territoriale couronnée de succès. Le statut de la femme dans l’armée, dans les guerres, dans les combats a-t-il alors évolué ? Une Jeanne d’Arc n’était-elle possible qu’au Moyen Age ?

Ces changements de statut des femmes semblent influencer l’image de la femme qui connaît un changement notable au cours du XVe s. dans les littératures italiennes et françaises9 par exemple : les histoires d’amour importent désormais davantage que les prouesses de la « chevaleresse », personnage typique des épopées. Ce mouvement trouve sans doute son apogée après la Fronde en France. Pendant la rébellion, certaines Frondeuses se font volontiers portraiturer en armes et participent parfois concrètement aux opérations. Une fois la défaite consommée, elles ont dû se redéployer de la politique (donc des combats armés) vers d’autres domaines, la littérature étant un refuge approprié. Le ton s’y assagit et les guerrières de papier se tournent vers la galanterie. La question du genre littéraire joue bien entendu un grand rôle dans cette question : les épopées disparaissent, le roman s’impose, avec des codes différents. Finalement, les combattantes, en tout cas certains types de combattantes, apparaissent peut-être davantage dans les chansons ou dans la littérature de colportage que dans les grands genres. Dès lors, si la question des genres littéraires joue, celle de la couche de la population qui est la cible des divers écrits importe également, dans une société où chacun occupe le rôle qui lui échoit à la naissance.

Littérature, peinture, histoires extraordinaires, écrits à valeur juridique et philosophiques diffusent des clichés qui sont déjà assez bien connus et qui remontent à l’Antiquité pour certains d’entre eux. Par exemple, les fantasmes qui s’attachent aux personnages de guerrières et des femmes qui conduisent les guerres : la dimension érotique qui éclot de leur androgynie, de leur travestissement ou encore de leur hypersexualisation remonte au moins à l’Antiquité – que l’on songe aux Amazones et à Camille dans l’Énéide –, mais s’accentue a priori au XVs., époque de la sexualisation de la guerrière en littérature. Elles peuvent se voir attribuer des caractéristiques outrancières, oscillant entre Virgin Queen et luxurieuse Sémiramis, entre guerrière ou commandante sanguinaire et pleine de mansuétude, voire vaincue par l’amour du bel ennemi. La femme, victime de son imbecillitas sexus10, peut sembler incapable de réellement commander une armée et un pays au-delà d’une certaine mesure. Est-ce à la Renaissance, dans le sillage de réformes comme la loi salique en France, que l’incapacité des femmes est théorisée dans le champ des armes ? Au contraire, les femmes de guerre sont-elles alors valorisées, et pourquoi ? Il n’est qu’à penser au travestissement en Amazones de Charles IX et de ses compagnons : « le travestissement en guerrière dans les tournois et carrousels [, en vogue au XIIIe siècle,] connaît un renouveau à la Renaissance11 », puisque les Amazones incarnent la chasteté, la sagesse de la bonne gouvernance et la bravoure. En un mot, un mélange parfait de qualités féminines et viriles, prisé par les rois qui peuvent se faire représenter en androgynes (autre forme d’une demi-divinité12). Ce mélange parfait trouve son meilleur accomplissement dans des figures bibliques ou chrétiennes qui défendent leur religion contre les païens ou les Sarrasins.

Face aux clichés et aux machines à fantasme, les silences des représentations ne sont pas très connus et méritent largement qu’on s’y attache : si les femmes pirates, dont certaines sont devenues corsaires en temps de guerre, ont existé pendant notre période et en-dehors (Anne Bonny, Mary Read, Anne Dieu-le-veut, Louise Antonini…), certes souvent travesties mais pas systématiquement, leur présence dans les fictions ou dans les traités13 n’est pas perceptible. Inversement, la littérature épique peut accorder une place prépondérante mais sans doute disproportionnée à la guerrière (Marphise, Bradamante, Clorinde…), tout en omettant les groupes de combattantes ou de résistantes anonymes (que Plutarque, dans son Conduites méritoires des femmes, avait pourtant mis à l’honneur), ou encore mettre en valeur certaines commandantes de peuple et d’armée aux dépens d’autres qui concordaient moins à un programme idéologique ou tout simplement à un goût. Ainsi, si les arts et spectacles de cours royales ou princières mettent en scène les Amazones ou des femmes belliqueuses dont les figures se banalisent, il s’agit souvent moins de louer des femmes fortes pour elles-mêmes que de proposer des programmes iconographiques destinés à soutenir les exigences ou les demandes des uns et des autres14. Les Amazones pourraient même être un obstacle aux femmes qui souhaitaient s’investir (à des degrés divers) dans les guerres : convoquer les Amazones revient souvent à jouer sur la topique du mundus inversus, de l’exotisme (géographique ou temporel) et de l’érotisme. Valentina Denzel interprète la disparition des chevaleresses fictives comme Bradamante et Marphise au moment où les Amazones triomphent comme le signe que, aux yeux des écrivains, les femmes de guerre ne pouvaient que faire partie du passé.

Le colloque ambitionne de toute façon une perspective pluridisciplinaire : nous accueillerons avec intérêt les propositions portant sur la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de sciences… Les perspectives comparatistes seront également bienvenues : elles aideront à chercher à bien mesurer la valeur des phénomènes. En effet, les écarts dans les représentations peuvent être éloquents : les guerrières sarrasines fascinent les Italiens qui en constellent leurs épopées tandis que les Français ignorent pour la plupart ces figures. Les ouvrages anglais semblent conserver plus longtemps qu’ailleurs en Europe l’image d’une guerrière belliqueuse et puissante, là où les Français en ont fait une femme trop faible pour pouvoir se passer de son compagnon lors de passes d’armes.

Organisation

Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – CREC Saint-Cyr – Ministère des Armées.

En partenariat avec :

  • Musée de l’Armée – Invalides
  • Université Columbia à Paris – Centre Reid Hall
  • Université de Paris-Sorbonne : CRLC et CELLF
  • Université de Rouen – CÉRÉdI

Le colloque aura lieu les 29-30 mars 2019 à Paris.

Les propositions sont à envoyer avant le 20 juillet 2018 aux membres du comité d’organisation :

Marianne Charrier-Vozel : marianne.charrier@univ-rennes1.fr

Agnès Cousson : Agnes.Cousson@univ-brest.fr

Anne Debrosse : anne.debrosse@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Antoine Roussel : antoine.roussel@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Colloque: NOBLESSES ET VILLES DE COUR EN EUROPE (XVIIE-XVIIIE). LA RÉSIDENCE PRINCIÈRE, OBSERVATOIRE DES IDENTITÉS NOBILIAIRES À L’ÉPOQUE MODERNE

Au cours de ce colloque, universitaires et chercheurs aborderont le thème de la conversion urbaine des noblesses européennes à l’époque moderne. Bien implantées dans les villes de cour, elles y ont construit des demeures, réalisé des investissements, développé une nouvelle sociabilité, et ont, de ce fait, contribué à façonner la ville. Dans le même temps, l’adoption d’un mode de vie citadin a joué un rôle dans la construction identitaire du noble, ainsi que dans les représentations de son ordre.

Dates : 3 et 4 mai 2018
Lieu : Château de Lunéville
Contact anne.motta@univ-lorraine.fr

Programme

3 mai 2018

14h : Anne Motta (Université de Lorraine) et Eric Hassler (Université de Strasbourg) : Accueil/ Présentation
14h15 : Joël Cornette (Université Paris-VIII) « Noblesses et villes de cour : Introduction, problématiques, enjeux ».

Noblesses en ville : redéfinitions sociales, redéfinitions urbaines
(Discutant : Laurent Bourquin, Université du Maine)

15h-15h30 : Frédéric d’Agay (Fédération historique de Provence) « La noblesse provençale entre Versailles et Paris (XVIIe – XVIIIe siècles) ».
15h30-16h : Albane Cogné (Université de Tours) « Palerme, l’affirmation progressive d’une ville de cour (XVIIe -XVIIIe s.) ».
16h-16h30 : Marie-Françoise Vajda-Saudraix (Université Paris IV) « Buda, les Hongrois et le souverain Habsbourg au XVIIIe siècle : la renaissance d’une capitale ».
16h30-17h : Discussion / Pause

Ubiquités nobiliaires : entre ville et campagne
(Discutant : Antoine Follain, Université de Strasbourg)

17h-17h30 : Thierry Franz (Université de Lorraine-château de Lunéville) « L’hôtel aristocratique entre Nancy et Lunéville sous le règne du duc Léopold (1698-1729) : la noblesse de cour face aux enjeux d’un État bicéphale ».
17h30-18h : Andrea Merlotti (Centro Studi sulle residenze reali sabaude, Turin) « L’itinérance des cours européennes entre les XVIIe
et XVIIIe siècles entre ville capitale et résidences suburbaines, le cas savoyard-piémontais ».

NOBLESSES ET VILLES DE COUR EN EUROPE (XVIIe
-XVIIIe).
LA RÉSIDENCE PRINCIÈRE, OBSERVATOIRE DES IDENTITÉS NOBILIAIRES À L’ÉPOQUE MODERNE
4 mai 2018

Géographies nobiliaires : les résidences urbaines
(Discutant : Stefano Simiz, Université de Lorraine)

9h-9h30 : Yann Vaxelaire (Région Grand-Est, Inventaire général du patrimoine) « La résidence nobiliaire à Nancy au prisme des archives notariales (XVIIe -XVIIIe siècles) ».
9h30-10h : Shipé Guri (Université Libre de Bruxelles) « D’une noblesse de cour à une noblesse urbaine : implantation et évolution résidentielles de l’aristocratie à Bruxelles XVIIe -XVIIIe siècles ».
10h-10h30 : Jean Boutier (EHESS Centre Norbert-Elias) « Les nouvelles grammaires d’une ville ? La cour grand-ducale et la géographie sociale de Florence 1550-1650 ».
10h30-11h : Discussion / Pause

Sociabilités nobiliaires et représentations autour de la cour
(Discutant : Jérôme Viret, Université de Lorraine)

11h-11h30 : Paola Bianchi (Università di Val d’Aoste, Aoste) « Éducation et sociabilité aristocratiques près et autour de la cour : le réseau des académies nobiliaires ».
11h30-12h : Sébastien Schick (Université Paris-I) « Ville sans prince-ville sans cour ? Le rôle curial de la noblesse à Berlin et Hanovre (XVIIIe siècle) ».
12h : Discussion
12h30 : Repas
13h45 : Visite du château (Thierry Franz)

Consommations et investissements
(Discutante : Isabelle Brian, Université de Lorraine)

15h-15h30 : Pauline Lemaigre-Gaffier (Université Versailles-Saint Quentin) « De la cour à l’entreprise, noblesses et privilèges économiques dans les villes de résidence (France-Europe, XVIIe -XVIIIe) ».
15h30-16h : Élodie Oriol (Centre Supérieur d’Études de la Renaissance, Tours) « Cours romaines et mécénat artistique au XVIIIe siècle : commandes et circulations urbaines ».
16h-16h30 : Stéphane Castelluccio (CNRS Centre André-Chastel) « Être et ne pas être à la mode pour le Mercure galant 1670-1680 ».
16h30 : Discussion / Pause
17h : Laurent Bourquin (Université du Maine) Conclusions.

Appel à communication- L’armée dans la ville. Forces en présence, architectures et espaces urbains partagés (XVIe-XIXe siècle)

Colloque international sous la direction scientifique de Nicolas Meynen (Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA/UMR5136 CNRS) et Émilie d’Orgeix (Bordeaux Montaigne, Centre François-Georges Pariset – EA 538). En partenariat avec l’association Valoriser les Patrimoines Militaires et avec le soutien du Conseil régional Occitanie-Méditerranée.

Toulouse, hôtel d’Assezat, Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2018

Argumentaire

Á l’articulation de l’histoire de l’architecture et des cultures urbaines civiles et militaires, ce quatrième colloque international du programme « Patrimoine militaire » initié en 2012 vise à renforcer les recherches sur la ville moderne et contemporaine en Europe par l’étude des interactions entre gouvernances militaire et civile, entre armée et populations urbaines dont les rôles et les besoins diffèrent. Il se fonde sur le constat qu’il est aujourd’hui fondamental d’entreprendre la réécriture d’une histoire de la ville et de l’architecture encore dominée par des études essentiellement nourries de corpus documentaires civils. L’état de la recherche illustre, en effet, combien cette inflexion historiographique a favorisé la création de catégories hermétiques, annihilant ou limitant artificiellement tant les interrelations constantes entre les acteurs en présence que les changements de formes, de typologies et d’usages de l’architecture et des espaces urbains. Les cas d’hybridations et de métissages abondent pourtant, de la maison forte au logement des soldats chez l’habitant, des magasins à vivres-granges aux places d’armes-marchés sans oublier les esplanades-promenades, Champs-de-Mars-places publiques, portes de ville-cabarets, les fossés-viviers, glacis-vergers, bastions-potagers… autant d’espaces partagés, transformés, adaptés et appropriés tant par les populations civiles que militaires. La ville contemporaine, quant à elle, poursuit aujourd’hui pleinement cette relation dialectique lors de reconversions, réhabilitations et réaffectations du patrimoine construit ou planifié par les militaires. Casernes, corderies, hôpitaux, magasins, poudrières, portes de ville, forts et citadelles sont ainsi pleinement intégrés aux programmes de régénération urbaine.

Au-delà d’une simple démarche d’identification des ouvrages militaires dans l’espace urbain, ce colloque ambitionne d’approfondir l’étude des interactions, perméabilités et points de suture entre sphères militaire et civile « en ville » à l’aune de l’architecture, de la construction et des techniques à l’époque moderne et contemporaine (xvie– xxiesiècle). Il valorise ainsi les démarches croisant les sources militaires et civiles (atlas, cartes et plans, mémoires, correspondances…), illustrant, tour à tour, les emprises et enclaves physiques, applications et contournements des servitudes militaires, processus de tensions, collaborations, tractations et négociations entre acteurs (architectes, ingénieurs militaires ou civils, entrepreneurs, édiles…) tout autant qu’usagers. Les échelles convoquées sont multiples, englobant tant la composition et/ou la recomposition des villes (villes de garnison, places-fortes, villes soumises à une double gouvernance) que des typologies architecturales aux frontières fluctuantes, qu’elles aient été privées (maisons, cabarets…), militaires (casernes, magasins…), publiques (hôtels de ville, bourses…) et même religieuses (églises fortifiées, chapelles de citadelles…). Le colloque vise également à faire état d’expériences menées en matière de partage des espaces, de cession ou de changement d’usage dans le cas de restauration, de réhabilitation et de mise en valeur d’ouvrages militaires déclassés. Á différentes époques, la libération d’emprises foncières, souvent stratégiquement situées, a offert des opportunités de développement : aménagement de parcs, de boulevards, de programmes de logements…

Axes thématiques

Les propositions de contribution privilégieront les trois thématiques de recherche suivantes :

1- Partage de l’espace urbain et périurbain

 Dans les villes soumises à des impératifs de défense, comment se répartit progressivement l’espace urbain, comment se fonde la reconnaissance de propriété, qui négocie le partage et quelles formes prennent les transactions ?

La présence d’acteurs aux intérêts différents se partageant un territoire de plus en plus convoité a conduit, l’un comme l’autre, à créer les conditions suffisantes de sa propre existence en répondant, pour l’un aux besoins des civils et, pour l’autre, à ceux de la défense du territoire. Fortifications, glacis, fossés, servitudes défensives intérieures et extérieures, places d’armes, foncier gelé… sont quelques-uns des aspects concrets de la présence de l’armée dans la ville. Par achats, locations, mises à disposition, les négociations civiles ont ainsi été quotidiennes pour envisager l’adaptation de la ville aux besoins de son temps : percement du mur d’enceinte et franchissement des glacis pour ménager des voies d’accès, création de rues militaires le long des remparts, implantation de gares dans les glacis pour être au plus près du centre-ville, assèchement des fossés à des fins d’assainissement, aménagement de jardins et parcs publics extra-muros ou d’embryons de quartiers parfois spécialisés (balnéaire, résidentiel) dans la zone des servitudes. Peut-on parler de contraintes de la part du militaire ? Les lenteurs générées par les négociations sont-elles facteur de maturation des projets ? Des périodes sont plus marquantes : la révolution industrielle ou la mise en défense du territoire. L’occupation militaire a pu aussi évoluer, se déplaçant dans la ville en quête de nouvelles emprises permettant d’appliquer, par exemple, les plans-types de casernes. Au fil du temps et des multiples « vies » des villes, le déclassement des fortifications et des ouvrages militaires a également influé sur l’histoire des partages spatiaux. L’obsolescence des techniques, des fortifications et le relèvement des servitudes militaires ont progressivement libéré un espace foncier propice au déploiement de nouvelles typologies urbaines. Aux marges de la ville, le déclassement des glacis a aussi suscité des programmes urbains novateurs, favorisant tant des circulations (boulevards et « rings ») que la multiplication d’édifices publics (salles de spectacles, champs de courses), la création de parcs en ville, l’aménagement de nouveaux quartiers.

2- Architectures et formes urbaines migratoires

 Comment l’architecture s’adapte-t-elle pour répondre à la cohabitation de populations civiles et militaires ? Comment l’histoire de ces partages s’écrit-elle tant en plan, en coupe et en élévation ? Entre espaces dédiés tels les cantonnements ou les mises en quartier, aux espaces architecturaux modelés par les expropriations, cohabitations, réaffectations et nouveaux programmes architecturaux, les villes tout entières ont évolué au rythme d’âpres négociations entre des acteurs très diversifiés. La récupération par l’armée des biens nationaux en cœur de ville est rapidement contrariée par des problèmes d’espace et d’hygiène. Les locaux sont progressivement remplacés par de nouveaux bâtiments : casernes, hôpitaux, hôtels de commandement, écuries, magasins aux vivres qui s’insèrent dans la trame urbaine tandis que les pouvoirs publics réinvestissent les bâtiments libérés. Dans cet échiquier urbain, les costumes professionnels s’échangent aussi aisément : il n’est ainsi pas rare que des ingénieurs militaires construisent des églises et les architectes des casernes… Les constructions militaires, à l’économie sobre et efficace, n’en développent pas moins des mimétismes architecturaux, partageant des matériaux locaux, des techniques et des recherches d’effets ornementaux et stylistiques qui les lient avec le bâti civil environnant. Quelles sont les sources de ces influences en matière de programme architectural ? Peut-on ici revenir sur des notions de modèles et de déclinaisons et trouver des emprunts à d’autres formes d’habitat communautaire : couvents, hospices, collèges ?

3- Réaffectation et reconversion

Depuis la fin des années 1980, l’armée a réduit de manière importante ses effectifs et par voie de conséquence, « libéré » de nombreux bâtiments et emprises. Ces espaces et ces biens, vendus ou parfois concédés, avec le concours et le suivi étroit de l’administration des Domaines, ont subi des changements de statut et de fonction, qui a marqué aussitôt leur passage d’un état d’objet à celui d’un artefact patrimonial. Comment se sont opérés ces transferts ? Comment des programmes de réaffectation et de réhabilitation parviennent-ils à retenir le sens premier d’un bâtiment (tel un magasin ou une caserne). Et jusqu’à quel point ? Alors que les notions d’authenticité et de valeur mémorielle prévalent aujourd’hui dans les débats patrimoniaux, il est utile de s’interroger sur celles que développent des programmes de réhabilitation et de reconversion des sites et architectures militaires. S’ils imposent bien souvent un renouvellement des usages, comment éviter la déperdition des effets de sens nés de la composition et de la distribution intérieure ? Comment également concilier contraintes du bâti (et jusqu’à quel point) et droit à l’invention du maître d’ouvrage ? Quelle matérialité privilégier et en fonction de quels critères ? La question de réversibilité sera abordée de même que la pertinence du patrimoine militaire urbain pour le développement durable.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communications (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, les points forts de l’argumentaire et les sources qu’elle mobilise), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser

au plus tard le 11 mai 2018

conjointement aux deux adresses suivantes : nicolas.meynen@univ-tlse2.fr et emilie.dorgeix@u-bordeaux-montaigne.fr

Comité scientifique

  •  Jean-Yves Besselièvre, Directeur du Musée de la Marine, Brest
  •  Emilie d’Orgeix, MCF (HDR) Bordeaux-Montaigne
  •  Marc Grignon, professeur titulaire en histoire de l’architecture, département d’histoire, université Laval, Québec, Canada,
  •  Nicolas Meynen, MCF Université Toulouse – Jean-Jaurès
  •  Gilles Ragot, Pr. Bordeaux-Montaigne
  •  Alicia Camara Muñoz, professeur titulaire de la chaire histoire de l’architecture, département d’histoire de l’art, université UNED, Madrid, Espagne
  •  Stephen Spiteri, superintendant des fortifications maltaises et Pr. Université de La Valette, Malte
  •  Marino Vigano, professeur, université catholique de Milan, Italie
  •  Isabelle Warmoes, adjointe au directeur du Musée des plans-reliefs, Paris

Appel à communication: Paix et religion, du Moyen Âge à l’époque contemporaine

La manifestation se tiendra à l’Université de Lorraine, Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy les 11 et 12 octobre 2018.

Date limite d’envoi des propositions : 5 mars 2018.

Les religions sont souvent et en particulier dans notre monde contemporain, associées à la guerre, qu’elles la suscitent ou l’entretiennent, dans la réalité ou dans l’imaginaire. Or, paradoxalement, les fondements des religions révélées appellent leurs représentants à tenir un discours de paix, même si la guerre et la violence sont bien présents dans les récits fondateurs, à l’exemple de l’Ancien Testament. Ainsi, réalité et/ou mythe, la religion appartient bien à la sphère guerrière dans des sociétés fortement marquées par le primat des cultures religieuses – notamment monothéistes – depuis le Moyen Âge. La religion a pu être facteur de divisions violentes, d’affrontements verbaux et physiques, a pu servir de prétexte à entretenir une situation de discorde et en cela devenir un véritable outil politique, aux mains de clercs comme de laïcs. Mais la religion a pu aussi être un facteur de rapprochement, de tentative d’irénisme et de paix, à même de transcender des divisions confessionnelles, politiques – voire ethniques – afin de rétablir une stabilité perdue et perçue comme idéale, que ce soit vrai ou non.

L’année 2018, la commémoration de la paix qui mit fin à la Grande Guerre, les rapprochements entre confessions, parfois sur la base d’un œcuménisme mis en pratique comme à Taizé, ou les prises de parole communes entre représentants de différentes religions au lendemain des attentats afin de préserver la paix et de conjurer la guerre, enfin les récentes polémiques sur le drapeau européen voulu comme emblème irénique mais d’inspiration mariale, tous ces éléments nous ont conduits à nous interroger sur les liens complexes que les religions, les confessions, ont entretenu et entretiennent avec la paix, au niveau des discours comme des actions concrètes du Moyen Âge à nos jours. Ce sont bien les liens complexes tissés entre la religion, les confessions et le politique dans les contextes de déstabilisation politique – quelle que soit leur échelle – que nous souhaitons ici questionner dans un cadre certes européen mais également extra-européen. Plus généralement, c’est l’idée – à infirmer, confirmer, moduler – d’une sécularisation des processus de paix qu’il convient de travailler à l’aune du regard porté sur la religion dans ses rapports à la guerre et à la pacification, le tout dans des contextes et des temporalités à mieux appréhender.
Dans cette perspective, nous voudrions inviter les participants au colloque à réfléchir selon quatre directions qui nous sont apparues essentielles :

La paix de religion ou paix politique ?
Les historiographies française et allemande ont déjà mis l’accent sur l’étude des paix de religion. La résolution de conflits à caractère confessionnel passe par le politique, dans la mesure où il ne peut y avoir d’accord fondé sur les dogmes, même si l’objectif reste bien la pacification religieuse. Si les processus de paix religieuse pour le XVIe siècle et pour partie le XVIIe siècle ont déjà été bien étudiés, il convient certainement d’examiner cette thématique du politique dans la paix religieuse sur une chronologie plus large, en amont et en aval du XVIe siècle, sans pour autant négliger ce dernier. Il conviendrait certainement pour cela de s’attacher par exemple à analyser la part même du religieux dans les « instruments de paix », soit la rhétorique employée, les logiques de résolution, le vocabulaire employé, etc. De même, il sera intéressant de mettre en perspective la place et le statut de minorité religieuse dans les processus de paix. D’autres optiques d’analyse sont bien entendu à ouvrir autour de questions simples : comment rétablir la paix entre frères ennemis quand le choix religieux est lui-même à l’origine de la guerre ? Comment passe-t-on d’un idéal de concorde sans cesse vanté à une réalité de cohabitation et comment défend-on celle-ci sur le plan religieux ? Comment le discours politique peut-il prendre le relais du discours de paix religieux ?

La paix par la religion :
Le vocable même de « guerre de religion » souligne combien la religion peut être pointée du doigt comme fauteur de trouble et de guerre. Des conflits récents montrent encore que le religieux est présenté comme un moteur du dérèglement des relations intercommunautaires, quelle que soit l’échelle envisagée. Or, la perspective peut être inversée, peut-être pour modérer l’idée énoncée mais aussi pour voir en quoi la religion peut éventuellement servir au rétablissement de la paix dans un monde en guerre pour des motifs divers et profanes. En quelle mesure la religion ou la culture religieuse, partagée consciemment ou non, peut-elle être un facteur de pacification, voire de fraternisation ? Comment le discours, la prière et la fraternisation ou la communion religieuse peuvent-elles ménager des trêves voire préparer la paix. On peut également s’interroger sur les buts réels de cette paix, éventuellement condition préalable pour déclencher une guerre contre un ennemi plus redoutable (paix entre nations chrétiennes pour l’alliance en vue d’une guerre contre l’Infidèle par exemple).

Hommes de Dieu, hommes de paix ?
La place des clergés comme négociateurs et acteurs de la paix est en partie connue en raison même du modèle romain et de la maîtrise de codes comme de réseaux humains à même d’entrouvrir parfois le chemin de la paix. La place occupée par les hommes de Dieu dans les organes de pouvoirs leur confère cependant une image ambiguë : ils sont à la fois acteurs d’une politique pouvant mener à la guerre, tout en pouvant également être des moteurs du retour à la paix. Par leurs réseaux, les informations et l’influence dont ils disposent, les hommes d’Église ou les représentants des autorités religieuses sont-ils plus à même que d’autres personnes d’œuvrer au retour à la paix ou à la préservation de celle-ci ? On s’interrogera notamment sur le clergé diplomate, sur la diplomatie de l’ombre des gens d’Église. À cet égard, il faut appréhender les évolutions liées à la place des clergés dans la diplomatie et la mise en œuvre d’une éventuelle laïcisation de son personnel, tout comme aussi la part de la religion et du religieux dans les pratiques et les codes de la mise en œuvre de la quête de la paix par la diplomatie.

Célébrer ou sanctifier la paix.
Des travaux ont déjà pu montrer l’importance de la célébration de la paix comme outil de publicité propitiatoire de la paix revenue mais aussi de distinction identitaires entre confessions. En effet, la paix revenue n’efface pas les différences mais les atténue dans une volonté commune de rétablissement d’un équilibre rompu par la guerre. À travers les cérémonies et le cérémonial de paix, il convient certainement d’étudier la part de sacralisation et de sacralité conférées à la pacification, y compris en des temps où la laïcisation de la diplomatie semble une évidence. Ainsi, la question du religieux ne s’arrête ni aux époque médiévale et moderne, ni à la pratique des serments mais doit être interrogée dans l’événement – le traité et sa célébration – tout comme dans la durée : la commémoration et le souvenir. Comment la religion peut-elle permettre de consolider la paix une fois celle-ci acquise, en solennisant la conclusion des traités, en accompagnant par le faste et le rituel des cérémonies et des images de paix ? Comment la culture religieuse imprègne-t-elle les pratiques de célébration et de commémoration de la paix, même dans une diplomatie et une société – au moins pour partie – sécularisées ?

Comité scientifique : Lucien Bély (Université Paris-Sorbonne), Xavier Boniface (Université de Picardie Jules Verne), Isabelle Brian (Université de Lorraine), Olivier Chaline (Université Paris-Sorbonne), Christophe Duhamelle (EHESS-CRH, Paris), Laurent Jalabert (Université de Lorraine), Catherine Vincent (Université Paris-Nanterre).

 

Le titre de votre proposition doit être accompagné d’un résumé d’une dizaine de lignes. Prière d’envoyer le tout aux deux adresses suivantes : isabelle.brian chez univ-lorraine.fr : laurent.jalabert chez univ-lorraine.fr

Appel à communication: Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) – L’artiste créateur

Journée d’études interdisciplinaire Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay – Centre de Recherches du Château de Versailles Cycle « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) » Journée d’études I : L’artiste créateur Château de Versailles, 31 mai 2018

Lorsque François Ier confie à Primatice, envoyé à Rome, la mission de rapporter des moulages d’antiques pour Fontainebleau, le roi de France entend bien enrichir sa collection, encore balbutiante, de sculptures témoignant de son goût pour les choses du passé, mais aussi de son rêve tout politique de voir Fontainebleau devenir « une nouvelle Rome », selon le mot complaisant de Vasari. Quand Louis XIV confie à Adam Van der Meulen la réalisation de quatre vues de résidences royales pour le décor de sa chambre à Saint-Germain-en-Laye, l’artiste n’aurait certainement pas imaginé que ses peintures seraient présentées, quelques années plus tard, avec les chefs-d’œuvre des collections versaillaises. Enfin dans les années 1770-1780 le comte d’Angiviller organise pour Louis XVI la commande de vastes compositions peintes ou sculptées sur le thème de l’histoire du royaume, afin de doter le futur museum royal de collections « patriotiques » mises à la disposition des artistes et du public par un souverain éclairé.
En proposant d’explorer le rôle polyvalent des artistes dans la construction, l’organisation et la gestion des collections royales et princières françaises (y compris celles des cardinaux-ministres), cette série de journées d’études a l’ambition d’entamer un travail interdisciplinaire autour de l’histoire sociale et politique des collections à l’époque moderne, de la fin du XVe siècle à la fin de l’Ancien régime.
La place de l’artiste dans les processus complexes qui régissent l’élaboration des collections mérite en effet un questionnement réunissant historiens, historiens de l’art, conservateurs, sociologues de l’art et croisant les champs et objets d’étude. Trois journées y seront consacrées : la première vise à explorer le rôle de l’artiste comme créateur ; la seconde cherchera à comprendre le rôle de l’artiste comme intermédiaire ou médiateur ; la troisième s’interrogera sur l’artiste gestionnaire de l’espace et du contenu des collections royales ou princières.
Nombreuses sont les études qui, depuis un demi-siècle, se sont intéressées aux rapports entre l’art et la société, en particulier à travers le prisme du collectionnisme, dans la lignée des études fondatrices de Francis Haskell et d’Antoine Schnapper. Les questions du statut de l’artiste et du « métier de peintre » ont connu un important renouvellement (M. Warnke, J.-M. Montias, N. Heinich) grâce à des travaux incluant le rôle des institutions académiques, l’influence du contexte politique et la question fondamentale de la transformation des publics. Le goût des amateurs et collectionneurs (Ch. Guichard), la pratique de la commande, du patronage, du mécénat, le rôle des marchands et des divers intermédiaires dans la mise en place du marché de l’art (G. Glorieux), la naissance des musées (D. Poulot) à partir des collections royales ou particulières sont autant de thématiques qui, elles aussi, ont bénéficié de l’attention d’historiens de l’art, d’historiens et de sociologues de l’art. Dans l’histoire de la production des œuvres collectionnées, l’amont (mécénat, contexte matériel et culturel) et l’aval (réception, sociologie des collectionneurs, des regards, des objets) sont des champs qui ont déjà bénéficié d’un défrichement. Mais force est de constater le très faible nombre d’études (au-delà de rares monographies) qui s’interrogent sur le rôle qu’ont pu jouer les artistes dans la construction ou la transformation des collections royales et princières françaises à l’époque moderne.
À l’occasion de cette première journée d’études autour de « l’artiste créateur », de multiples questions peuvent être posées afin de contribuer à une histoire sociale voire politique du collectionnisme qui s’intéresserait aussi aux producteurs (d’originaux ou de copies).
Les thèmes et les genres connaissent-ils une évolution du fait de la commande pour les collections ? L’artiste employé à cet effet puise-t-il son inspiration dans d’autres collections ? Le rapport au modèle italien à la Renaissance, puis aux grands modèles européens (collections de Rodolphe II, Philippe IV, Charles Ier, Christine de Suède, collections des souverains pontifes et de leurs neveux, mais aussi de Mazarin, Olivares ou Gaston d’Orléans) doit être posé notamment pour le XVIIe siècle où la possession et l’ostentation d’une riche collection déterminent et signent la puissance culturelle du monarque. Le rôle de l’artiste dans la recomposition ou le parachèvement d’une collection exogène mérite un questionnement : ainsi de Poussin et Stella à qui Richelieu fit appel pour compléter le décor du grand cabinet du château de Richelieu après l’acquisition des tableaux du studiolo d’Isabelle d’Este. Dans ces conditions fortement contraintes, quelle peut être la liberté créatrice de l’artiste qui doit – comme plus tard Mignard pour la Petite Galerie – se conformer à une nécessaire harmonie d’ensemble, et à des proportions strictement imposées ?
Qui sont les artistes employés par les souverains et les Princes ? Leur origine géographique, sociale, leur milieu culturel diffèrent-ils de ceux des artistes qui ne créent pas spécifiquement pour les collections ? Leurs conditions de travail sont-elles différentes ? La question du statut des « producteurs d’art » dans le contexte du collectionnisme royal doit être posée puisqu’elle recoupe celle du rapport de l’artiste au souverain de manière plus générale. Quels sont les bénéfices socio-symboliques à travailler à l’enrichissement de la collection royale ? Du prestigieux artiste « invité », qui demeure la norme jusqu’au milieu du XVIIe siècle, à l’artiste académicien désormais jugé par un public dans le cadre du Salon, une évolution, qui n’est pas nécessairement linéaire, pourra être brossée.
À partir de quelles sources peut-on connaître le rôle des artistes dans la construction des collections artistiques des souverains ? En effet, à une époque où l’on assiste à la raréfaction du contrat – du fait, notamment, du mécénat d’État – quelle documentation, au-delà des œuvres elles-mêmes, permet d’appréhender à la fois le goût du souverain, les choix esthétiques, politiques, mis en œuvre dans la relation avec les artistes désignés ?
La place du présent diplomatique pourra être également abordée, dans la mesure où l’on peut retracer la commande d’une ou plusieurs œuvres par des souverains étrangers à des artistes de renom (une constante de ce phénomène) dans le but d’en faire don aux rois de France : le cas le plus fameux des présents italiens à François Ier (la Vénus de Lorenzo Costa offerte par François II de Gonzague, les tableaux de Raphaël envoyés par Léon X, la « corne de licorne » enchâssée par Tobia et offerte par Clément VII…) pourra être complété par des exemples plus tardifs ou de provenances différentes.
Et qu’en est-il des princes eux-mêmes artistes, ou des artistes eux-mêmes collectionneurs, créateurs d’une collection en somme, qui peuvent léguer à leur commanditaire un cabinet d’art et de curiosités ?
Enfin, quelles sont les mutations (sociales, esthétiques, voire économiques) induites par les bouleversements que connaît le monde des arts au XVIIIe siècle, où les collections royales se développent via l’institutionnalisation du Salon mais aussi sous l’impulsion du projet de museum royal durant les quinze dernières années de l’Ancien Régime ?

Afin d’éviter l’écueil de la juxtaposition de cas particuliers ou de monographies, les communications thématiques et une approche diachronique seront privilégiées : l’histoire et la sociologie récentes des objets et des acteurs du monde de l’art nous invitent à explorer la position de l’artiste employé par les souverains et les princes dans la construction des collections – d’abord royales ou privées, plus tard dans l’optique du projet de museum royal des arts – et les conséquences de ces commandes sur le statut de l’artiste, qu’il soit artiste de cour ou extérieur à celle-ci, avant le temps des académies, durant l’âge d’or de celles-ci et au siècle des Lumières. En peinture, en sculpture, en orfèvrerie, tapisserie ou numismatique, dans le domaine de l’architecture où les artistes sont invités à concevoir ou rénover les espaces accueillant les collections, la plupart des domaines artistiques sont concernés par cette création ou cette recréation : il ne faut en effet pas oublier la réalisation de copies et de moulages, d’antiques ou de modernes, visant généralement à combler les manques des collections royales, sans oublier le phénomène de la restauration.
Ces quelques pistes ne sont pas limitatives et les organisateurs veilleront à prendre en compte toutes les propositions. Les études de cas seront acceptées dès lors que l’auteur proposera une montée en généralité en conceptualisant ou en offrant des comparaisons à différentes échelles.
Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront être prononcées en français ou en anglais.
Les propositions de communication, composées d’un titre, d’un résumé d’une vingtaine de lignes et d’un court CV (en indiquant le rattachement administratif) sont à envoyer avant le 31 janvier 2018 à delphine.carrangeot chez uvsq.fr

Calendrier :

  • clôture de l’appel à communications : 31/01/2018
  • annonce des communications retenues : 15/02/2018
  • date de la journée d’études : 31/05/2018
  • Comité d’organisation :Delphine Carrangeot, MCF en histoire moderne, UVSQ, Laboratoire DYPAC Mathieu da Vinha, Directeur scientifique, Centre de Recherches du Château de VersaillesComité scientifique :
    Etienne Anheim, Directeur de Recherches, EHESS Marianne Cojannot-Leblanc, Professeur en histoire de l’art, Paris X-Nanterre Laure Fagnart, Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS, Université de Liège Guillaume Faroult, Conservateur en chef, Peintures françaises du XVIIIe siècle et peintures britanniques et américaines, Musée du Louvre Charlotte Guichard, Directrice de Recherches, CNRS-IHMC Pauline Lemaigre-Gaffier, MCF en histoire moderne, UVSQ, Laboratoire DYPAC Séverine Lepape, Conservateur, Département des Arts graphiques, Musée du Louvre Alexandre Maral, Conservateur en chef, Département des sculptures, Château de Versailles – Directeur du Centre de Recherches du Château de Versailles