Tous les articles par Mornay

Les Gondi, une famille italienne au coeur de l’Etat royal

Parmi les familles italiennes qui ont connu une ascension spectaculaire dans l’entourage de Catherine de Médicis, les Gondi ont été peu étudiés. Ce livre, issu de la thèse soutenue  par Johanna Milstein en 2011 à l’université de St Andrews, sous la direction d’Andrew Pettegree, contribue de manière significative à éclairer les ressorts de son établissement durable au sommet de la hiérarchie sociale, politique, religieuse et militaire du royaume.

Johanna Milstein, The Gondi. Family, Strategy and Survival in Early Modern France, Farham, Ashgate, 2014, ix-243 p.

Présentation de l’éditeur :

Milstein - GondiOne of the most striking features of French government in the second half of the sixteenth century was the influence of Italians. Notwith-standing widespread French admiration for Italian culture, Italian influence at the heart of French government aroused xenophobic antagonism amongst many in French society. This study throws light on this complex relationship by offering the first detailed examination of the Gondi, one of the most influential of the Italian families active during this period.

The Gondi family played a leading part in the finance, government, church and military affairs of the nation, and were indispensable counsellors to the Queen Mother, Catherine De’ Medici. They were also the targets of anti-Italian hostility, much of it deliberately stirred by rivals in the French aristocracy who felt threatened by these powerful foreigners occupying positions they believed were rightfully theirs.

The book examines perceptions of the Gondi through examination of contemporary pamphlets, diaries, and ambassadors’ dispatches. It investigates, among other issues, their notorious role in the plotting of the St Bartholomew’s Day Massacre in 1572. Making use of many previously overlooked archival sources from France and Italy, this book charts the Gondi’s rise to power and demonstrates how their deft use of patronage and financial expertise allowed them to weave the intricate web of power and obligation that protected them against native hostility. In so doing the book reveals much about government and society in late sixteenth-century France.

Sommaire

Introduction

1.  The Gondi in France: perceptions and realities

2.  Money for royal endeavours

3.  Power, prowess and prestige: the Gondi in politics

4.  Pierre de Gondi: churchman and king’s man

5.  Gondi women

Conclusion

Du nouveau sur Turenne

Depuis la thèse d’Ecole des Chartes soutenue par Henri Zuber en 1982 et restée inédite, aucune historien ne s’était penché sur le riche parcours d’Henri de La Tour, vicomte de Turenne puis duc de Bouillon, qui vécut de 1555 à 1623 et qui, une fois convertit au calviniste, fut à partir de 1576 l’un des compagnons du roi de Navarre ainsi et l’un des principaux personnages du parti huguenot. La thèse que vient de soutenir Romain Marchand permet d’éclairer d’un jour nouveau la richesse du parcours accompli par le père du “Grand Turenne”.

Romain Marchand, Henri de La Tour (1555-1623), 804 p. Thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Jean Duma et soutenu le 27 novembre 2014 à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense devant un jury composé des Professeurs Michel Cassan, Laurence Croq, Jean Duma, Nicolas Le Roux et Didier Poton.

Résumé :

Henri de La Tour d’Auvergne (1555-1623), vicomte de Turenne, maréchal et duc de Bouillon, est l’un des principaux lieutenants d’Henri de Navarre pendant les guerres de religion. Jouissant d’une belle longévité, il est impliqué dans la plupart des événements politiques des années 1570, avec la formation du mouvement des Malcontents, à sa mort, en particulier sous la régence de Marie de Médicis et lors du déclenchement de la guerre de Trente
ans. L’approche du personnage a longtemps été brouillée par les campagnes de libelles lancées contre lui à la fin de sa vie et par les critiques de Sully, Richelieu et Rohan dans leurs mémoires, qui font de lui un éternel trublion, ingrat à l’égard du roi et prompt à la révolte. Cette dégradation de son image s’explique par le contexte politique des années 1610 au cours desquelles il joue un rôle majeur. Elle constitue une réaction à la spectaculaire affirmation politique et sociale de la maison La Tour d’Auvergne depuis le milieu du XVe siècle, processus dans lequel il joue un rôle décisif. Elle s’explique par la tension dynamique qui apparaît, à partir de son avènement à Sedan en 1591, entre ses fonctions de sujet du roi de France, de chef de file du parti protestant et de prince souverain étranger. Henri de La Tour jouit d’une grande capacité d’action en raison de sa polyvalence – ambassadeur, chef de guerre, prince lettré, bâtisseur, législateur – et des puissants réseaux dans lesquels il s’intègre, et qu’il contrôle parfois, dans le royaume de France et dans l’Europe protestante.

 

 

Le parti huguenot

ColignyHugues Daussy, Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572), 2e édition, Genève, Droz, 2015, collection “Titre courant”, 882 p.

Le royaume de France aurait-il pu devenir protestant ? Stimulés par une foi intense et convaincus de l’action providentielle de Dieu en faveur de la « vraie religion », les huguenots l’ont réellement cru à l’orée de la décennie 1560. Cet ouvrage retrace l’histoire éphémère et tragique de cette folle espérance d’une conversion du roi et de tous ses sujets à la Vérité de l’Evangile. A travers la reconstitution des moyens mis en œuvre par les pasteurs, la noblesse et les élites urbaines réformés, afin de faire triompher leur cause, c’est l’histoire du parti huguenot qui se dessine au fil d’un récit conçu comme une chronique scandée par de multiples rebondissements. Instrument politique et militaire, le parti commandé par Condé, Coligny, Jeanne d’Albret et le jeune prince de Navarre connaît une croissance spectaculaire qui lui permet de déployer ses réseaux jusqu’au cœur de l’Europe protestante. Progressivement affaiblie au fil des revers et des déceptions, l’illusion d’une France huguenote s’évanouit tout à fait en août 1572, noyée dans le sang des victimes de la Saint-Barthélemy.

 

 

SommaireParti-Huguenot-2e-édition

Introduction

Première partie : L’évidence de la Vérité

Chapitre premier : Que Dieu se montre seulement
« Nos ennemys ne pourront resister »
—De l’ombre à la lumière
—La rhétorique du peuple élu
—Dans les rets de Satan
Sortir du silence
—Une première expression politique
—Le premier appel lancé aux princes protestants étrangers
—Le premier engagement nobiliaire
Des Eglises unies, dans l’attente d’un signe
—Les pasteurs au pouvoir
—Le jugement de Dieu

Chapitre II : La genèse d’une conscience politique
Les hésitations des princes
—Une fausse piste : l’indifférence de la reine mère
—A la recherche d’un prince
Où le réformé se métamorphose en huguenot
—Les ferments de la révolte
—Les trois pôles de l’activisme réformé
—« Une croisade de chevaliers errants »
Le spectre de la guerre civile
—La première guerre des pamphlets
—La multiplication des prises d’armes
—Au bord du précipice

Chapitre III : La parole impuissante
Légalité et providence
—Le recours aux Etats généraux
—Le réveille-matin de Guillot le songeur
—Les signes précurseurs d’une victoire promise
L’embryon d’un parti
—Une hydre politique
—Le rôle politique des institutions ecclésiastiques
—Le temps des requêtes
L’illusion de la réunion dogmatique
—Aiguiser le glaive de l’esprit
—La concorde impossible
—La coexistence refusée

Deuxième partie : La Parole et le glaive

Chapitre IV : La révolte du parti de Dieu
« Pour le soutènement de la Religion et délivrance du Roy »
—« Une petite mousche contre un grand elephant »
—Prise d’armes politique et défense de la foi
—Les mécanismes de la propagande condéenne
La mobilisation huguenote
—Le soutien massif de la noblesse réformée
—L’appel aux Eglises d’avril 1562
—De l’argent et des troupes : le financement de l’effort de guerre
La création d’un système politique et militaire
—Les prémices d’une organisation défensive
—Un système confédéral « pour maintenir la pure doctrine de l’Evangille »

Chapitre V : La solidarité évangélique
Religion et sécurité : les ressorts du jeu diplomatique intra-protestant
—La conscience aiguë d’une communauté d’intérêts
—Soutien diplomatique et neutralisation militaire
—Les ambitions anglaises
L’appel aux mercenaires
—Hésitations évangéliques : le rôle décisif de Philippe de Hesse
—La mission de François d’Andelot
—Un projet de ligue protestante internationale ?
—La frilosité helvétique
—La mission de Madeleine de Mailly
L’intervention anglaise en France
—Pour Dieu, l’Angleterre et Calais
—« Affligé et triste, usque ad mortem »
—La confiance brisée

Chapitre VI : Se résigner à la coexistence ?
Voix dissonantes, voies divergentes
—La tentation d’Augsbourg
—La paix de la discorde
—Pragmatisme nobiliaire et idéalisme pastoral
Combattre en temps de paix
—« Ceste divine providence »
—Le recours à l’Histoire
—L’arène politique
Une guerre inéluctable
—Paix inachevée et haines irréductibles
—Un parti devenu impuissante ?
—La phobie du complot papiste

Troisième partie : Le salut par les armes ?

Chapitre VII : La « cause generalle » au péril de la guerre
Prise d’armes préventive, guerre défensive
—La réorganisation du parti
—Le réveil du système politico-militaire huguenot
—« Quand Israël hors d’Egypte sortit »
Pax certa, victoria integra, mors honesta
—La Rochelle, capitale du parti huguenot
—La mobilisation nobiliaire et la conduite de la guerre
—Les « deniers de la cause »
« Pour la foy, pour la France et pour la liberté »
—D’Orléans à La Rochelle, les conditions matérielles de la production pamphlétaire
—La noblesse française, plutôt que l’étranger
—La défense du Bien public
—« Dieu veut régner »
—Droit de résistance et contractualisation

Chapitre VIII : Dans l’oeil d’un cyclone européen
Les nouvelles voies de la diplomatie huguenote
—Des équilibres fragiles
—Londres et Heidelberg, au coeur de la diplomatie huguenote
Une « saincte alliance »
—Initiatives huguenotes
—La grande ambition de l’Electeur palatin
Elisabeth, Jean-Casimir et Wolfgang au secours des huguenots
—Un appui militaire décisif
—Le financement des troupes étrangères
—Impasses diplomatiques

Chapitre IX : Le parti assassiné
Sous le signe de la méfiance
—La victoire paradoxale des huguenots
—Un parti uni et solidaire
—« Un edict en papier n’est pas suffisant gage »
Le coup de poker néerlandais
—L’échiquier européen recomposé
—Le jeu des chaises matrimoniales
Quand Josias se mue en « Hérode sanglant »
—Un crime politique
—L’agonie d’un rêve

Conclusion
Sources et bibliographie
Index des noms de personnes
Index des figures bibliques
Table des tableaux et illustrations