Tous les articles par Navarre

Paru : De Marguerite de Valois à la reine Margot

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

De Marguerite de Valois à la reine Margot / Autrice, mécène, inspiratrice

Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennot et Catherine Magnein, 276 p.

Cet ouvrage est issu des actes du colloque tenu au château de Nérac (Lot-et-Garonne), à l’automne 2015, dans le cadre des commémorations du 400ème anniversaire de la mort de Marguerite de Valois. Ce colloque était organisé par la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac .

Cet ouvrage examine certains des écrits de Marguerite de Valois ainsi que des textes de poètes, prosateurs et traducteurs qui l’entourèrent ou s’adressèrent à elle. Il s’intéresse également au foisonnement des œuvres inspirées par sa figure, du calomnieux pamphlet qui fit sa légende noire aux fictions télévisuelles des années 60 et 70, en passant par les écrits des princesses qui prirent la plume à son image, les dictionnaires qui colportèrent sa double réputation de femme savante et de débauchée, et les artistes qui la mirent en scène, au roman comme à l’opéra.

Edition réalisée avec le soutien de la Société Henri IV et du ministère de la Culture/Archives de France.

Télécharger le sommaire

Télécharger l’Introduction d’Eliane Viennot

Télécharger la liste des auteurs

Henri II : Renaissance à Saint-Germain-en Laye

Le musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye présente du 31 mars au 14 juillet 2019 une exposition consacrée au roi  Henri II.

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye

Sa prochaine exposition autour du règne d’Henri II complète son offre en matière de collections archéologiques par une plongée dans l’histoire de ses murs et des personnalités qui y ont vécu.

Cinq cents ans se sont presque écoulés depuis la naissance du futur roi Henri II à Saint-Germain-en-Laye le 31 mars 1519. Fils et successeur de François Ier, Henri II est aujourd’hui encore moins connu que son père, que son épouse Catherine de Médicis ou même que certains de ses enfants.

À l’occasion du 500e anniversaire de sa naissance, le Musée d’Archéologie nationale le met donc à l’honneur en lui dédiant pour la première fois une grande exposition. Organisée à l’intérieur du château de Saint-Germain-en-Laye, qui fut la principale résidence d’Henri II, l’exposition présente différents aspects de la vie du souverain dans cette demeure royale, à travers une centaine d’œuvres prêtées par de nombreuses institutions nationales et internationales : ainsi les exceptionnels portraits en pied en grandeur nature d’Henri II et de Catherine de Médicis, conservés au Palazzo Pitti de Florence depuis le XVIe siècle. Portraits peints, dessinés ou émaillés permettent ainsi de découvrir les principaux membres de l’entourage du souverain.

Les espaces de la résidence et les différents aménagements qu’y fit réaliser le monarque sont évoqués par des gravures, des éléments de décor ou encore d’exceptionnelles broderies et pièces de  verrerie.

Représentations du roi en majesté et objets liés à l’exercice du pouvoir retracent enfin les activités liées au gouvernement de la France, tandis que d’importantes armes ayant appartenu au souverain rappellent la préparation de grandes opérations militaires.

A paraître : La Lettre de la Société Henri IV n°37-38 (2018 1&2)

La Lettre de la Société Henri IV, numéro double de l’année 2018 (n°37 et 38) est actuellement sous presse et sera adressée au mois de mars à tous les adhérents de l’association, à jour de leur cotisation 2018.

Télécharger la couverture

Au sommaire

Éditorial
Hugues Daussy, Président de la Société Henri IV

Article
Paul Mironneau, De la scène lyrique à l’objet rare des Lumières. Le compigné d’Henri IV relevant Sully

Lettres de Henri IV
Antoine Rivault, Lettre inédite de Henri IV aux bourgeois et habitants de la ville de Saint-Malo (1604)

Fanny Giraudier, Lettre d’Henri IV à Madame de Jarnac, femme de Leonor Chabot, Provins, 3 septembre 1592
Lettre de Catherine de Bourbon au trésorier général de Touraine, Paris, 19 juin 1595

Nouvelles recherches
Lucas Lehericy, Henri IV et le gouvernement du royaume : le Conseil du Roi à la fin du XVIe siècle

Gautier Mengous, La ville face à la nouvelle. Les réseaux d’informations des pouvoirs lyonnais au tournant des guerres de Religion du XVIe siècle

Colloques et journées d’études

Expositions

Compte-rendu de l’Assemblée générale 2017, tenue à Paris, le 9 juin 2018

In memoriam Janine Garrisson

Vie de la Société Henri IV

Parution : Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle)

Vient de paraître aux éditions des Presses Universitaires du Septentrion

Laurent Jalabert, Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle)

Présentation de l’éditeur : Le protestantisme est généralement réputé étranger à la Lorraine. Pourtant, la diversité géopolitique de l’espace lorrain à l’époque moderne, puis sa partition tragique à l’époque contemporaine, font de ce territoire un lieu de diffusion contrastée des réformes protestantes, dans leur diversité. Calvinistes, luthériens ou encore anabaptistes, jusqu’aux évangéliques aujourd’hui, ont tous, malgré leur situation d’extrême minorité et la précarité, parfois, de leur condition juridique, joué un rôle non négligeable dans l’histoire lorraine.

Il s’agit donc de réévaluer cette place, de faire un bilan des travaux les plus récents et de lancer des pistes pour de futures recherches, tout en replaçant la Lorraine dans des contextes plus larges, du fait de sa position d’entre-deux entre les constructions nationales française et allemande.

Entre synthèse globale et études de cas, cet ouvrage est un reflet de nos connaissances actuelles sur le sujet, ce qui constitue une entreprise éditoriale inédite.

Présentation de l’éditeur

Conférences de la Société des Amis du château de Pau Janvier-juin 2019

La Société des Amis du château de Pau propose un programme régulier de conférences, au Musée national et domaine du château de Pau.

Pour le premier semestre 2019, plusieurs conférenciers aborderont  des thématiques en relation avec l’histoire du règne d’Henri IV et des guerres de religion :

Samedi 19 janvier 2019 à 15h : Florence Buttay,  Le sanglier navarrais. Caricatures d’Henri IV au temps de la Ligue

Après l’assassinat d’Henri III, l’affrontement entre les partisans d’Henri IV et ses farouches opposants catholiques, les ligueurs, ne s’est pas joué seulement sur les champs de bataille. Une intense guerre d’images et de mots l’accompagne. L’image du roi de Navarre y tient une place importante. Porc fangeux, chasseur rustaud ou sanglier navarrais : les ligueurs ne manquent pas d’imagination pour le caricaturer. Dans les villes rebelles, les enfants sont formés à la détestation du roi. A partir des dessins et des poèmes composés par les élèves du collège des jésuites de Paris, dans les années 1590, Florence Buttay, Maîtresse de conférence à l’Université de Bordeaux-Montaigne, évoquera ces portraits à charge destinés à renforcer la peur et donc la résistance des jeunes catholiques.

Samedi 16 février 2019 : Josette Groslière, Gabrielle d’Estrées, presque reine

La belle Gabrielle, que le roi couvrit d’honneurs, de titres et de bienfaits aurait sans doute été Reine de France si la mort ne l’avait pas emportée à l’âge de 26 ans, après qu’elle eut donné trois enfants au roi, dont son fils préféré, César de Vendôme.

Josette Groslière, Maître Assistant des Facultés de Droit honoraire, est historienne de la Gascogne et spécialiste de l’histoire événementielle du XVIe et XVIIe siècles.

Samedi 9 mars : Dénes Harai, Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Dénes Harai évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Dénes HARAI, membre de la Société Henri IV, est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur l’histoire politique française et hongroise des XVIe-XVIIe siècles. Universitaire, il soutient sa thèse sur les conseillers du roi de Navarre et du prince de Transylvanie ( XVIe-XVIIe siècles). Depuis janvier 2017 : il est chercheur post-doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, au sein de l’équipe ITEM (Identitiés, Territoires, Expressions, Moblités), dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), dirigé par le professeur Philippe Chareyre et  soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Samedi 20 avril : Jean Eimer,  Montaigne, encore un essai !

Jean Eimer vient de publier un livre « Montaigne, encore un essai ! », écrit sur le vif, comme si le penseur vivait parmi nous aujourd’hui. Ainsi se livre-t-il à des réflexions personnelles sur sa vie, ses centres d’intérêt et le monde qui l’entoure, en particulier celui de l’époque du jeune Henri IV .

Journaliste au Groupe Sud-Ouest où il a été notamment Directeur de la Rédaction de Sud-Ouest Dimanche, Jean Eimer est un fervent lecteur de Montaigne et un observateur alerte de son temps.

La Société Henri IV a établi un partenariat avec la Société des Amis du château de Pau. Elles coorganisent chaque année au mois d’octobre une conférence au Musée national et domaine du château de Pau.

 

APPEL A CONTRIBUTION – CATHERINE DE MEDICIS (1519-1589) : POLITIQUE ET ART DANS LA FRANCE DE LA RENAISSANCE

Appel à contribution se terminant le 22 mars 2019

Appel à communication pour un colloque international organisé dans le cadre des célébrations des 500 ans de la Renaissance par les châteaux de Blois et de Chaumont, avec le soutien de la région Centre-Val de Loire et la ville de Blois, les 21, 22 et 23 novembre 2019 aux châteaux de Blois et de Chaumont :

Catherine de Médicis (1519-1589) : politique et art dans la France de la Renaissance

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever en 1589 au coeur de la 8e guerre de religion. L’ampleur de son œuvre politique et culturelle représente un défi pour les spécialistes de l’histoire et de l’histoire de l’art qui doivent se confronter aussi à une historiographie particulièrement dense et divergente. Dès son vivant, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements imprégnés par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie qui ont cours à son époque. Sous la plume des contemporains se dessine ainsi sa « légende noire » qui perdure au cours des siècles et marque encore aujourd’hui l’imaginaire à son sujet […].

Voir le texte complet de l’appel à contribution ici.

Conseil scientifique
Susan Broomhall, The University of Western Australia
Luisa Capodieci Bayard, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance, Écouen
Jérémie Foa, Aix-Marseille Université
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Université de Warwick

Organisateurs
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance, Écouen
Caroline zum Kolk, Institut d’études avancées de Paris, Cour de France.fr

Modalités de soumission
Les propositions de communication sont à envoyer à Guillaume Fonkenell (guillaume.fonkenell@culture.gouv.fr) et Caroline zum Kolk (zumkolk@cour-de-france.fr) le 22 mars 2019 au plus tard.
Les participants recevront début avril une notification au sujet de leur participation au colloque.

Les propositions doivent inclure :
les nom, prénom, adresse électronique, statut, discipline et affiliation du chercheur ou de la chercheuse ;
le titre de la communication ;
un résumé d’une page de la proposition, spécifiant le contenu de la communication, la méthode employée et les sources mobilisées ;
éventuellement la thématique dans laquelle s’inscrit la proposition.

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais. La majorité des échanges auront lieu en français et il est donc attendu des participants une compréhension du français leur permettant de suivre les discussions.

Montrer le pouvoir, Pau – 8 février 2019

 

« Montrer le pouvoir » (journée d’étude, 8 février 2019)

En lien avec l’exposition  “Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais ” au Château de Pau et le projet ANR « AcRoNavarre », cette journée d’étude se propose d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Musée national et domaine du Château de Pau
Château de Pau
2, rue du château
64000 Pau

PROGRAMME

9h Ouverture et présentation de la journée

Première partie : Manifestations du pouvoir

9h15 : Philippe Chareyre (UPPA) : Les entrées de François Ier et de
Charles IX à Nîmes

9h45 : Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Le dernier grand
spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret

10h15 : Pause

10h30 : Dénes Harai (UPPA) : L’affichage du pouvoir d’Henri de Navarre au royaume de France à travers ses lettres de sauvegarde
(1576-1589)

11h : Olivier Caporossi (UPPA) : La monnaie du pouvoir souverain
chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle: enjeux politiques
d’une monarchie en crise

11h30-12h : Discussion

Seconde partie : Arts et pouvoir

14h : Delphine Trébosc (UPPA) : Collections d’antiques et
représentation du pouvoir sous les Valois

14h30 : Claude Mengès-Mironneau (Musée national du château de Pau) : Les
arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle: le pouvoir et le
goût

15h : Paul Mironneau (Musée national du château de Pau) : Le trop conventionnel ‘Triomphe d’Henri IV’ (vers 1599-1610, musée
des Beaux-Arts d’Orléans) ou plusieurs images du pouvoir en un
seul tableau

15h30 : Discussion

Visite de l’exposition « Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais »

Hommage à Janine Garrisson

Janine Garrisson est décédée le 22 janvier dernier.
Elle était membre de notre association depuis sa création en 1997.
La Société Henri IV lui rend hommage à travers le texte publié par Philippe Chareyre sur le site du GRHP.

Janine Garrisson nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi dans sa chère ville de Montauban. C’est une grande figure qui a marqué, par sa forte personnalité et son œuvre, l’écriture de l’histoire du protestantisme français.

Née en 1932, elle a effectué ses études d’histoire à l’université de Toulouse où, après avoir soutenu une maîtrise d’histoire sur « Les protestants de Montauban au XVIIIe siècle », elle réussit le CAPES et l’agrégation. Elle commence sa carrière comme professeure au lycée Saint-Sernin à Toulouse, puis de 1961 à 1963 est nommée au lycée français de New York. Détachée ensuite au CNRS, elle entame une carrière d’enseignant chercheur à partir de 1966 en tant qu’assistante, puis maître-assistante d’histoire moderne, puis professeure à Toulouse-Le Mirail où elle exerce jusqu’à son départ pour Limoges, en 1987.

Après avoir soutenu, en 1962, une thèse de 3e cycle sur « Les marchands toulousains au XVIe siècle », elle revient vers son premier sujet d’étude pour sa thèse novatrice de doctorat d’État sur Les protestants du Midi, sous la direction du doyen Jacques Godechot, qu’elle soutient en 1977 et qui sera publiée chez Privat en 1980. Elle y reprend en particulier le thème des « Provinces-Unies du Midi », lancé par Jean Delumeau en 1965, qui suscitera beaucoup de débats.

Parmi ses principaux travaux, mentionnons Tocsin pour un massacre : la saison des Saint-Barthélemy en 1968, L’Homme protestant en 1980, Les Protestants au XVIe siècle en 1988, sa participation aux deux tomes de la Nouvelle histoire de la France moderne, parus en 1991 dans la collection Point Histoire au Seuil, sa contribution à l’Histoire des protestants en France : de la Réforme à la Révolution, sous la direction de Philippe Wolff, autant d’ouvrages qui connurent un grand succès et furent réédités. Elle participa en 1985 aux commémorations de la révocation de l’édit de Nantes avec L’Edit de Nantes et sa révocation : Histoire d’une intolérance, puis en 1998 à celles du quatrième centenaire de l’édit en publiant L’édit de Nantes, chronique d’une paix attendue, contenant le texte intégral annoté par ses soins ainsi qu’un essai de Michel Rocard consacré à l’art de la paix. Elle est également l’auteur de biographies, Henri IV en 1984, Marguerite de Valois en 1994, Catherine de Médicis en 2002, Gabrielle d’Estrées en 2006.

Notons enfin son goût pour le roman historique, plus à même selon elle de rendre compte des passions, qui la conduisit à produire Le Comte et le Manant en 1990, Ravaillac, le fou de Dieu en 1993, Meurtres à la cour de François Ier en 1995, Par l’inconstance des mauvais anges en 2002.

Héritière par sa mère d’une lignée de pasteurs, Janine Garrisson était une historienne engagée, bien ancrée dans son pays. Elle a contribué, en 1984, à l’Histoire de Montauban, avec Daniel Ligou puis elle est entrée en 1991 à l’académie de Montauban dont son arrière-grand-père, ancien maire de la ville, avait fait partie. Elle a également contribué à fonder la SMERP (Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) et fut aussi membre de la Société de l’histoire du protestantisme français.

Janine Garrisson était une historienne qui se distinguait par son franc-parler et sa fougue à défendre la communauté dont elle était issue, comme elle l’a encore montré dans l’un de ses derniers ouvrages sur l’affaire Calas paru en 2004, non sans avoir pris quelques distances. Elle est sans doute l’une des dernières figures de ces historiens protestants dont l’œuvre a été conçue comme un engagement et un combat, comme l’écrivait François Dufay dans son portrait dressé dans la revue L’Histoire en novembre 1995, intitulé « Janine Garrisson ou la passion protestante ».

Philippe Chareyre

 

2019 !

La Société Henri IV vous présente ses meilleurs voeux pour une belle et riche année 2019.

A noter en 2019 :

Parution aux éditions des Presses universitaires de Rennes de l’ouvrage Autrice, mécène, inspiratrice : de Marguerite de Valois à la Reine Margot, dirigé par Catherine Magnien-Simonin et Eliane Viennot.
Cet ouvrage est issu du colloque de Nérac, organisé en 2015 par la Société Henri IV, avec la Société Française d’Étude du Seizième Siècle (SFDES), la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac.

Colloque Louis de Condé au château de Chantilly, les 3-4 octobre 2019, organisé par la Société Henri IV, avec le Groupe de Recherche en Histoire des protestantismes (GRHP), la Société de l’Histoire du Protestantisme français (SHPF) et la Société Française d’Étude du Seizième Siècle (SFDES).

Plus d’informations à venir sur ce site pour ces deux actualités de la Société Henri IV en 2019.

Appel à contribution – Gaston d’Orléans et l’Antiquité

L’Université de Reims-Champagne Ardenne (CRIMEL, EA 3311) organise un colloque sur “Gaston d’Orléans et l’Antiquité” les 2-4 octobre 2019

Appel à contribution expirant après  le 31 décembre 2018

Les propositions, qui compteront environ 500 mots, pourront être envoyées jusqu’au 31 décembre 2018 à Céline Bohnert et Valérie Wampfler :
celine.bohnert@univ-reims.fr
valerie.wampfler@univ-reims.fr
Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Les récentes études de Pierre Gatulle (Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012) comme de Jean-Marie Constant (Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013), ainsi que leur catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 (Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du XVIIème siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans.

Le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé à l’Université de Reims du 2 au 4 octobre 2019 se situera dans la lignée de ces études qui, approfondissant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur.  La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion.
Les liens de Monsieur, de son entourage et de sa cour avec l’Antiquité pourront être abordés sous différents angles.
Télécharger l’intégralité de l’appel à communication ici.

Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur

Une exposition à la Médiathèque Louis Aragon du Mans du 19 octobre 2018 au 19 janvier 2019

L’exposition retrace l’histoire de l’une des plus importantes institutions intellectuelles et éducatives du XVIIe siècle, l’Académie protestante de Saumur.

Fondée en 1599 par Philippe Duplessis-Mornay, l’Académie fut un haut lieu des Églises réformées de France et le principal centre de formation des pasteurs du nord du royaume. Foyer théologique novateur, l’Académie rayonna à travers l’Europe par l’influence de ses professeurs et élèves mais fut aussi à l’origine de violentes controverses. Supprimée par Louis XIV en 1685, dix mois avant la révocation de l’Édit de Nantes, elle voit sa bibliothèque saisie puis vendue : celle-ci sombre alors dans un oubli séculaire.

La découverte fortuite d’un livre conservé à la Médiathèque Louis Aragon (provenant du fonds de l’Abbaye Saint-Vincent du Mans) ayant appartenu à Louis Cappel, professeur à l’Académie, est à l’origine de la vaste enquête menée par Thomas Guillemin. Réalisée dans les principaux fonds de la région Pays de la Loire, à la Médiathèque du Mans pour l’ensemble le plus significatif, et à la Médiathèque de Saumur-Val de Loire notamment, cette recherche a permis de mettre au jour les fragments des bibliothèques de plusieurs professeurs mais aussi de celle de l’Académie, tous d’un intérêt primordial pour la compréhension de l’histoire de l’institution.

Sont réunis pour la première fois depuis le XVIIe siècle, cahiers d’étudiants, livres de prix, pièces d’archives, ouvrages pour certains très annotés comportant les ex-libris ou ex-dono des plus illustres professeurs de l’Académie – John Cameron, Louis Cappel, Moïse Amyraut, Tanneguy Le Fèvre, William Doull. Cet ensemble est enrichi par le prêt de pièces de premier plan issues de collections publiques et privées, comme l’inventaire original de la bibliothèque de l’Académie (Archives nationales de France), un portrait de Philippe Duplessis-Mornay (Château-Musée de Saumur), et l’exceptionnel midrash vénitien du XVIe siècle qui a appartenu à Louis Cappel (Médiathèque de Saumur).

L’exposition explore en six sections les méthodes d’enseignement et les spécificités de l’Académie, lieu de formation et foyer d’innovations théologiques. Elle évoque également « L’École de Saumur », courant théologique original du calvinisme européen qui jouera un rôle fondamental dans l’évolution du protestantisme moderne. De cette passionnante aventure intellectuelle se dégage en particulier la figure de Louis Cappel, théologien majeur de la première moitié du XVIIe siècle. La présentation de trois ouvrages inédits ayant fait partie de sa bibliothèque permet de découvrir la démarche par laquelle il révolutionne l’exégèse biblique. De la naissance au déclin d’une institution phare de l’histoire du protestantisme français, se dessinent les contours de plusieurs bibliothèques qui réapparaissent après une éclipse de trois siècles et demi.

Commissariat scientifique : Thomas Guillemin (Université d’Angers) et Kevin Trehuedic (Université de Paris-Est Créteil)

Visites guidées de l’exposition par Thomas Guillemin :
Samedi 27 octobre 2018 : 14h30
Samedi 17 novembre 2018 : 15h30
Samedi 1er décembre 2018 : 15h30
Samedi 12 janvier 2018 : 14h30

Pour en savoir plus suivre le lien https://cj17.hypotheses.org/152

Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais

Une exposition au Musée national et domaine du château de Pau du 17 octobre 2018 au 14 avril 2019

Gouverner, c’est se mettre en scène pour asseoir son autorité, sa légitimité et son prestige. L’art et le pouvoir politique ont toujours entretenu des rapports étroits, de l’Antiquité à nos jours, comme l’a démontré l’exposition de la “Petite Galerie du Louvre” qui s’est déroulée à Paris en 2017-2018. Étroitement associé au projet dans son étape parisienne, le Château de Pau en accueille une déclinaison particulière consacrée à la figure d’Henri IV.

L’exposition du Louvre présentait aussi bien des figures du prince « guerrier », « bâtisseur » ou « héroïsé », en référence aux modèles antiques, que des objets symbolisant la puissance; elle s’intéressait ainsi aux codes de représentation du pouvoir politique, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.
A l’intérieur de son parcours, une salle, intitulée « Persuader pour légitimer le pouvoir » s’attardait sur la figure emblématique d’Henri IV, à la fois roi en quête de légitimité puis modèle pour les héritiers des Bourbons, de Louis XVI à la Restauration.


L’exposition qui ouvre ses portes au château de Pau propose une déclinaison de l’exposition parisienne et entend en développer et approfondir les thématiques en les recentrant sur le personnage d’ Henri IV.

Tout au long de son règne (1589-1610), Henri IV développe une véritable politique de l’image, multipliant les supports de diffusion. Il se montre tour à tour guerrier, héros, divinité antique ou bon père de famille avec son héritier, le futur Louis XIII, affirmant ainsi la naissance d’une nouvelle dynastie : celle des Bourbons.
La figure « du bon roi Henri », tolérant, magnanime et rassembleur, est exploitée dès la fin du 18 ème siècle par Louis XVI puis sous la Restauration (1815-1830), lors du retour des Bourbons sur le trône après la période révolutionnaire et l’Empire napoléonien (1789-1815).

Ce parcours permettra de développer en parallèle, une analyse des courants artistiques et politiques qui ont produit images et objets (peinture troubadour par exemple).
Le parcours de l’exposition posera quelques points de repère quant à la figure officielle – la seule qu’il nous soit réellement possible d’approcher – du plus populaire des rois de France. Toutes ces oeuvres sont en effet des portraits de cour; toutes ces scènes des allégories politiques. C’est à travers ces prismes qu’une part d’histoire mais aussi quelques traits de personnalités se font jour. Le public est invité à découvrir ainsi successivement le chef de guerre à la conquête du royaume de France, le pacificateur, le fondateur d’une nouvelle dynastie, le héros soucieux de l’édification de sa propre image.

Dans une seconde partie, il conduit le visiteur à la découverte du mythe henricien par l’exploration des grands thèmes de la légende tels que les artistes et les écrivains des XVIII° et XIX° siècle les ont développés en s’appuyant sur l’image édifiée par Henri IV lui-même : la naissance et l’éducation du prince, les anecdotes mettant en valeur la nature profondément humaine et généreuse du roi, autant de facettes d’un mythe qui sera exploité par les souverains successifs dans le même but: persuader pour légitimer.A travers les oeuvres exposées, les correspondances qui se tissent entre elles, il pourra apprécier l’accent mis sur tel aspect de l’image royale, et le lien qu’il entretient avec les préoccupations politiques du moment qui préside à la création de l’oeuvre correspondante.

Télécharger le dossier de presse ici

Paru : La Lettre de la Société Henri IV n°36 – 2017-2

La Lettre de la Société Henri IV n°36 est en cours d’envoi à tous les adhérents de l’association. Il s’agit du second numéro de l’année 2017.

SOMMAIRE

Éditorial, par Hugues Daussy, Président de la Société Henri IV

Article
L’Inquisition Espagnole contre Henri IV. Le procès d’Hernan de Fourcade, août 1590, par María Teresa Pérez Villalba, Université de Valence

Lettres de Henri IV
Deux lettres de Henri de Navarre à Guy Chabot de Jarnac (1566 et 1567), par Nicolas Breton

Recherches en cours
Les protestants du premier XVIIe siècle face à l’héritage politique henricien : les pratiques politiques des protestants dans la France de l’après-Édit de Nantes, par Adrien Aracil

Colloques

Acquisitions des musées
Musée national du château de Pau : Une esquisse de François-André Vincent pour la tenture de L’Histoire d’Henri IV

Vie de la Société Henri IV

Comité de rédaction
Fanny Giraudier, Isabelle Pébay-Clottes,
Nicolas Breton et Hugues Daussy

Voir la page de titre

Pau, 20 octobre 2018 – Une conférence de Jean-Marie Constant

Le samedi 20 octobre 2018 à 15h, la Société Henri IV propose une conférence :

La régence de Marie de Médicis
par Jean-Marie Constant

Château de Pau, salle de conférences

Lorsque Henri IV meurt assassiné le 14 mai 1610, Marie de Médicis assure la régence au nom de son fils, Louis XIII, âgé de seulement 8 ans et beaucoup trop jeune pour régner par lui-même.

Professeur émérite à l’Université du Maine et ancien Président de la Société d’Etudes du XVIIe siècle, Jean-Marie Constant retracera cette période riche en évènements qui se clôturera en 1617 par le coup de force de Louis XIII, se libérant ainsi de la tutelle politique de sa mère.

Cette conférence est proposée en partenariat avec la Société des Amis du château de Pau.

Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586)

Vient de paraître chez DROZ
Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586), par Fabrice Micallef

Henri d’Angoulême (1551-1586), fils naturel du roi de France Henri II, a longtemps été oublié par les historiens. Pourtant, il fut le premier bâtard royal français à occuper des charges importantes : abbé de la Chaise-Dieu, grand prieur dans l’Ordre de Malte, puis général des galères et gouverneur de Provence. Erudit, mécène et poète, il fut une figure importante de la République des lettres, mais eut également une réputation d’homme violent et cruel. Grâce à une documentation importante et variée, ce livre retrace l’ascension d’un individu ambitieux qui apprit à surmonter le stigmate symbolique que constituait son illégitimité. En adoptant le point de vue de la monarchie française, des cercles humanistes, des dirigeants de l’Ordre de Malte, ou encore des acteurs politiques provençaux, ce travail étudie aussi la construction collective d’une identité sociale originale, celle de bâtard royal, qui entrecroisait qualité princière et marginalité.

TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE PREMIER
LE DERNIER REPRÉSENTANT DE L’ALLIANCE FRANCO-ÉCOSSAISE (1551-1561)
Les amours d’Henri II et de Jane Stuart : entre passion et politique
Ecarter un bâtard royal masculin : précaution politique et norme juridique
L’enfance en Ecosse et le retour en France
Favoriser l’ascension d’un bâtard : l’innovation de Catherine de Médicis

CHAPITRE II
L’ÉDUCATION D’UN VALOIS INCOMPLET (1561-1567)
Jean de Morel, gouverneur du bâtard d’Angoulême
Une instruction brillante en vue d’une carrière ecclésiastique
Définir la place du bâtard dans la famille royale
Le maintien des liens avec les Fleming et Marie Stuart

CHAPITRE III
LA CARRIÈRE ECCLÉSIASTIQUE D’UN BÂTARD ROYAL (1563-1567)
Protonotaire d’Angoulême et abbé de la Chaise-Dieu (1563)
L’échec de l’accès au cardinalat (1564-1566)
L’entrée dans l’Ordre de Malte (1566-1567)
Des convictions anti-protestantes précoces
Une carrière en parallèle : Morel et les siens

CHAPITRE IV
L’« ADVANCEMENT » DU BÂTARD ET LES GUERRES DE RELIGION (1567-1574)
Stratégies d’« advancement » et amitié avec Montmorency (1567-1572)
Une épée au service du roi : un bâtard soldat, assassin et pillard (1567-1573)
Projets écossais autour d’un Valois-Stuart (1570-1573)
L’avancement social et symbolique : le tournant du début des années 1570
Limites de l’avancement et tournants politiques (1572-1574)

CHAPITRE V
REVENUS ET CARRIÈRE ECCLÉSIASTIQUE (1567-1579) 
Argent et rhétorique : solliciter la grâce financière du roi 
La chasse aux bénéfices et aux commanderies
Enrichissement direct et rétribution des serviteurs
L’ambassadeur officieux de l’Ordre de Malte
Responsabilités militaires, administratives et financières dans l’Ordre de Malte

CHAPITRE VI
PRINCE, POÈTE ET MARGINAL. L’INVENTION D’UNE IDENTITÉ (FIN DES ANNÉES 1560- ANNÉES 1580)
Une condition sociale princière ? Train de vie et mécénat 
Les mots de la bâtardise : imaginaires sociaux et stratégies rhétoriques
Le bâtard et sa bâtardise. Ecriture, identité et mise en scène de soi
« L’androgyne assemblé du savoir et des armes »
Portrait physique et moral d’un prince marginal

CHAPITRE VII
L’ASCENSION VERS LES RESPONSABILITÉS POLITIQUES (1574-1579) 
Voyage en Italie, mission en Piémont et retour aux armes (1574-1576)
Henri III et son demi-frère bâtard 
Commandant en Provence : une initiation à l’exercice du pouvoir (1577-1578)
Révocation royale et jeu ambigu du grand prieur (1578-1579)
La consécration : un gouverneur choisi par le roi et aimé des Provençaux (1579)

CHAPITRE VIII
UN GOUVERNEUR DE SANG ROYAL (1579-1585)
Les Provençaux et la « qualité » de leur gouverneur 
Les moyens du gouvernement : itinérance et conseil
Un courtier entre les élites provençales et le roi 
« Gouverner les passions » : pacification, justice et mise au pas des pouvoirs locaux
Entretenir et employer l’armée du roi

CHAPITRE IX
UN BÂTARD ROYAL DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1579-1585)
Recevoir des princes étrangers : une mise à l’épreuve de l’identité de bâtard royal ?
Une province à protéger des risques extérieurs 
Négocier avec des puissances étrangères : l’apprentissage de la diplomatie
La dégradation des relations avec l’Ordre de Malte

CHAPITRE X
ENTRE LA COUR DU ROI ET CELLE DU BÂTARD : UNE VIE PRINCIÈRE ? (1579-1586)
Faire sa cour à distance 
Revenus et train de vie princier
Un prince en Provence : vie de cour et mises en scène de dignité
Le « Parnasse » provençal d’Henri d’Angoulême
« Vray Apollon françois ». Le bâtard royal dans la république des lettres

CHAPITRE XI
L’ULTIME ÉPREUVE : LA CRISE DE LA LIGUE (1584-1586) 
Le grand prieur, « frère » du roi : une nouvelle promotion symbolique
Affronter la subversion : un défi politique et militaire
L’image du bâtard royal à travers la crise : flatteries et attaques 
L’impossible retour à la normale : contenir la Ligue tout en réprimant les huguenots

CHAPITRE XII
L’AMBIGUÏTÉ, JUSQUE DANS LA MORT
Une fin qui « aportoit quelque tache à sa reputation » 
La bâtardise princière post mortem. Aspects symboliques et politiques
Un bâtard royal à la tête du grand prieuré : bilan français, bilan maltais
Mémoire sombre, mémoire dorée : le massacreur face au prince humaniste
Les réappropriations de la figure du bâtard royal au XIXe siècle

CONCLUSION

SOURCES MANUSCRITES

SOURCES IMPRIMÉES ET BIBLIOGRAPHIE ANTÉRIEURE À 1800

BIBLIOGRAPHIE

INDEX NOMINUM