Tous les articles par Navarre

Appel à communication : Excellents artifices, subtiles inventions. Les Magnificences des Valois et leur rayonnement en Europe au XVIe siècleFontainebleau

Appel à communication  se terminant le 30 janvier 2020
Colloque international « Excellents artifices, subtiles inventions. Les Magnificences des Valois et leur rayonnement en Europe au XVIe siècle »,
Château de Fontainebleau et Paris, INHA
20 et 21 novembre 2020

A l’occasion de l’exposition L’Art de la fête à la cour des Valois, qui se tiendra au château de Fontainebleau à l’automne 2020, aura lieu un colloque international autour des magnificences des Valois et de leur rayonnement européen. Organisé par Oriane Beaufils (Château de Fontainebleau), Luisa Capodieci (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Vincent Droguet (Château de Fontainebleau), ce colloque invite à explorer le développement et la fabrique de la fête comme un art à part entière en Europe au XVIe siècle.

Les fêtes des Valois sont célèbres et célébrées pour leur splendeur, leur extravagance et leurs inventions surprenantes. Inspiration antique, tradition légendaire médiévale et innovations venant d’Italie sont savamment entrelacées dans des inventions inédites qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces véritables spectacles « d’art total », dans lesquels les arts visuels, la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées, vantent la participation des artistes et des poètes les plus réputés. Maurice Scève, Jean Goujon, Jean Dorat, Ronsard, Primatice, Nicolò dell’Abate, Antoine Caron… et bien d’autres travaillent côte à côte pour donner forme à ces divertissements qui traduisent les aspirations politiques de leur roi.

Les ambassadeurs des cours européennes parlent dans leurs dépêches du faste de ces magnificences et de leur complexité sémantique sans comprendre, parfois, les enjeux symboliques de ces « subtilités françaises ». Les livrets imprimés, souvent agrémentés d’illustrations, offrent des témoignages précieux sur le déroulement de ces réjouissances et favorisent la circulation de leurs programmes et inventions, aussi bien dans le royaume qu’en dehors des frontières du pays. Les déplacements des intermédiaires et des acteurs impliqués dans la création de ces spectacles tissent le réseau des relations culturelles et artistiques qui relie la France à l’Europe.

Dans l’Europe entière, les hommes, les artistes et les idées circulent afin d’exalter le pouvoir à travers les arts. Des fêtes pour les noces de Côme Ier de Médicis et Eléonore de Tolède (Florence, 1539), à l’entrée d’Henri II et Catherine de Médicis (Lyon, 1548) et au ballet en l’honneur des ambassadeurs Polonais (Paris, 1573), nombreux sont les points d’influence et de comparaison entre les mises en scène et les discours. La cour des Valois tour à tour s’inspire et sert de modèle pour les cours voisines. Mariages dynastiques et entrevues diplomatiques amplifient encore ce processus dans la seconde moitié du siècle. De la Florence médicéenne à la Lorraine des Guise, des Habsbourg aux Tudors et jusqu’à la Pologne, les fêtes de cour s’alimentent mutuellement et, à l’orée du XVIIe siècle, donnent naissance à de nouveaux types de spectacles, notamment au ballet de cour.

L’enjeu principal du colloque est de proposer des réflexions croisées et interdisciplinaires sur la « fabrique » des fêtes du XVIe siècle en France et d’inscrire ces inventions dans le panorama des cours européennes. Il analysera les stratégies visuelles et discursives mises en œuvre pour exalter le pouvoir à travers des créations éphémères ambitieuses. Quelles sont les spécificités des fêtes des Valois ? Entrées royales, mariages, entrevues diplomatiques offrent l’occasion aux cours européennes de s’observer, de rivaliser et de puiser dans des viviers d’ornements, d’artistes et de textes, sinon communs, du moins comparables. Les communications pourront ainsi explorer la genèse de la fête, ses sources d’inspiration, ses enjeux politiques et ses acteurs ainsi que sa diffusion.

On pourra explorer les thèmes suivants :

– La fabrique de la fête à la cour de France : artistes, poètes et musiciens
– Rivalité, émulation, imitation : les Valois et les cours européennes
– La postérité des fêtes : livrets, dépêches, témoins et témoignages

Comité scientifique :

– Cristina Acidini-Luchinat, ancienne directrice du Polo Museale di Firenze
– Oriane Beaufils, conservatrice du patrimoine, Château de Fontainebleau
– Luisa Capodieci, maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance – Château d’Ecouen
– Hugues Daussy, professeur en histoire moderne, Université de Besançon
– Mathieu Deldicque, conservateur du patrimoine, musée Condé, Chantilly
– Vincent Droguet, directeur du patrimoine et des collections, château de Fontainebleau
– Maxence Hermant, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits
– Isabelle His, professeur de musicologie, Université de Poitiers
– Adeline Lionetto, maître de conférences, Sorbonne-Université

Informations pratiques :

Les propositions de communications doivent inclure :
• les nom, prénom, adresse électronique, statut, discipline et affiliation du chercheur ou de la chercheuse ;
• le titre de la communication ;
• un résumé de la proposition spécifiant le contenu de la communication (1.000/1.500 signes) ;
• une courte notice bio-bibliographique.

Elles devront parvenir avant le 30 janvier 2020 aux deux adresses suivantes : oriane.beaufils chez chateaudefontainebleau.fr et luisa.capodieci chez univ-paris1.fr

Les communications, en français ou en anglais, ne devront pas dépasser les 30 minutes. Les résultats de la sélection seront transmis par les organisateurs après le 1er mars 2019.

Orléans, 3-5 décembre 2019 – Une autre Renaissance en Centre – Val de Loire

Colloque international : Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650)

2019 marque le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise et du lancement de la construction du château de Chambord. De nombreuses manifestations se sont déroulées tout au long de l’année dans la Région Centre-Val de Loire pour faire mémoire de cette Renaissance française qui s’épanouit de façon privilégiée dans la vallée de la Loire, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’humanité.

S’inscrivant dans cette dynamique, ce colloque international a pour ambition de mettre en lumière « Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650) ».  A l’ombre de la figure majeure de Léonard de Vinci et des emblématiques châteaux de la Loire, il s’agira de revisiter les pratiques politiques, culturelles et artistiques dans l’ensemble de cette Région selon les problématiques actuelles de la recherche sur la France de la Renaissance conduites en histoire, en littérature, en histoire du droit et en histoire de l’art.

Le colloque s’organisera autour de quatre axes :
– une nouvelle compréhension des guerres et des paix de religion (1562-1598), dans une région qui fut un enjeu important de la lutte d’influence entre protestants et catholiques
– L’analyse de la circulation des idées, des textes, des savoirs et des techniques dans la Région et entre la Région et l’Italie en particulier
– L’étude du rôle dirigeant de plusieurs princesses et reines de France possessionnées dans la Région à la Renaissance
– Une nouvelle approche de la Renaissance artistique dans ces territoires.

Télécharger le programme ici.

Conférence
Dans le cadre de ce colloque, Jean-Marie LE GALL, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne, donnera une conférence publique le 3 décembre à 18h30 à l’Hôtel Dupanloup sur La région Centre-Val de Loire dans les dynamiques de la Renaissance.

Conseil scientifique :
Denis BJAÏ, Professeur de littérature française, Université d’Orléans
Didier BOISSON, Professeur d’histoire moderne, Université d’Angers.
Stéphan GEONGET, Professeur de littérature française de la Renaissance, Université de Tours
Mark GREENGRASS, Professeur émérite d’histoire moderne, Université de Sheffield (G.-B.)
Jean-Marie LE GALL, Professeur d’histoire moderne, Université de Paris I
Corinne LEVELEUX, Professeur d’histoire du droit, Université d’Orléans

Comité d’organisation :
Catherine LANOË, Maître de conférences d’histoire moderne, Université d’Orléans
Nicolas LOMBART, Maître de conférences en littérature française de la Renaissance, Université d’Orléans
Gaël RIDEAU, Professeur histoire moderne, Université d’Orléans

Coordinateur :
Christian RENOUX, Maître de conférences histoire moderne, Université d’Orléans

22-23 nov. 2019, Paris : Jacques Davy du Perron (1556-1618)

Colloque international, Université de Paris-Sorbonne, Paris, 22-23 novembre 2019, avec le soutien de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), de l’Axe 3 « L’humanisme européen » du Labex EHNE.
Organisation : Mark Greengrass et Lana Martysheva 


Argumentaire
Pourquoi consacrer un colloque à Jacques Davy du Perron (1556-1618) ?

Prélat, cardinal, diplomate, courtier, poète et rhétoricien, sa vie traverse plusieurs mondes, en France et en Europe. Méconnue des non-spécialistes, cette figure emblématique et incontournable de son époque fournit une opportunité heuristique que ce colloque vise à exploiter.

Le nom de Du Perron n’a pas perdu soudainement de sa notoriété. En 1622, l’écrivain Jean-Louis Guez de Balzac n’écrivait-il pas à Richelieu qu’il était destiné à « remplir la place » du prélat trépassé ? Au tournant du XVIIIe siècle, si Richelieu était à la tête du premier volume des Hommes illustres de Charles Perrault, c’est Du Perron qui occupait cette même place dans le second. Mais il s’agissait déjà d’un moment de déclin de la gloire de ce dernier. Du Perron perdait son statut de protagoniste de l’Histoire. Le constat d’un écart de perception, la chose est bien connue, constitue une porte d’entrée dans une époque. Il s’agit alors de donner sens à la résonance d’une voix, et d’une plume, qui s’étaient imposées non seulement en France, mais bien au-delà encore.

Du Perron est un cas de figure à la fois exceptionnel et représentatif.
Exceptionnel par son incroyable ascension sociale : converti et autodidacte provenant d’une famille obscure, il a pu se faire une place à la cour et, avec le temps, devenir archevêque, cardinal et grand aumônier.

Représentatif des « obsessions » de son époque : la possibilité de cette carrière, avant tout due à sa capacité de mener la controverse et de convertir les protestants, montre l’importance accordée par l’Église catholique et par la monarchie française à ce phénomène.

Ce colloque n’envisage pas de réaliser une biographie de Du Perron, ni de dresser le bilan de ses œuvres. Il propose plutôt de le considérer en tant que passeur entre différents mondes : le polymorphisme de Du Perron – homme de lettres, prélat et courtisan – fournit une opportunité d’observer concrètement comment, dans l’Europe de la fin du XVIe siècle et du début XVIIe siècle, les enjeux confessionnels, politiques, littéraires et sociaux s’entremêlent dans un nœud presqu’inextricable, et qui en fait gagne à ne pas être délié. Ce colloque ne peut donc qu’être pluridisciplinaire.

Les axes que ce colloque cherche à explorer sont :
 Une Europe connectée : débats ecclésiastiques à travers les frontières
 La Rome pontificale et la France : acteurs de dialogue
 Littérature et politique
 Hommes de lettres à la cour royale
 Stratégies intellectuelles de réussite sociale
 Enjeux et construction de réputation
 Rapports interconfessionnels
 Controverse et conversion religieuses
 Construction de l’héritage intellectuel, postérité des œuvres

Programme et inscription (à venir) sur le site du labex EHNE : https://humanisme.hypotheses.org/2063

21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont : Catherine de Médicis (1519-1589)

Colloque international : 21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont
Catherine de Médicis (1519-1589). Politique et art dans la France de la Renaissance

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Renaissance(s) en région Centre-Val de Loire, le Château royal de Blois et le Domaine de Chaumont-sur-Loire organisent un colloque international invitant à découvrir les recherches récentes qui renouvellent et élargissent l’état des connaissances sur Catherine de Médicis, son œuvre politique et culturelle.

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever à Blois en 1589, au coeur de la 8e guerre de religion. De simple bru de roi à reine, régente et reine mère, elle est à la fois un témoin et un acteur majeur en France et en Europe, au côté de cinq rois de France successifs : un destin exceptionnel qui alimentera les jugements des historiens, mais aussi la fameuse « légende noire » et l’imaginaire romanesque et cinématographique de la souveraine.

Mère de trois rois et de deux reines, régente et conseillère privilégiée de ses fils, Catherine de Médicis poursuit pendant plus de quarante ans une politique de tolérance qui se démarque par sa modernité. Durant toute sa vie, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements marqués par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie.

Mécène, bâtisseuse, grande protectrice des arts et des lettres, elle participe au rayonnement culturel de son époque. Son activité architecturale autour de Paris et dans la vallée de la Loire, aussi bien dans les résidences royales comme Blois qu’à Chaumont puis Chenonceau, châteaux dont elle est propriétaire, ses commandes de dessins et de peintures, sa bibliothèque et les festivités et spectacles organisés par elle témoignent d’une implication hors du commun dans ce domaine.

Le colloque a pour objectif d’approfondir l’étude de la place de Catherine de Médicis dans la vie politique et culturelle de son temps, de faire émerger des sujets délaissés et de dégager de nouvelles perspectives de recherche. Près de 25 spécialistes, professeurs, conservateurs, chercheurs et doctorants en histoire et histoire de l’art venus de France, des États-Unis, d’Autriche et d’Australie, dresseront un portrait inédit de cette souveraine influente.

Télécharger le programme ici.

14-15 nov. 2019, Madrid : Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance 

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre
Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019.

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

*L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte réglementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

*Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

*Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.
Télécharger le programme complet ici

Contact :
alvaro.adot chez casadevelazquez.org
denes.harai chez univ-pau.fr

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

1570. LE MARIAGE DES ARTS AU COEUR DES GUERRES DE RELIGION

Vient de paraître

1570. Le mariage des arts au coeur des guerres de religion, Études réunies par Hugues Daussy, Isabelle His et Jean Vignes, Paris, Champion, 2019, 302 p.

Qui se souvient de 1570 ? Deux ans avant le bain de sang de la Saint-Barthélemy, la Paix de Saint-Germain ouvre une parenthèse de sérénité au cœur des guerres de religion et un moment culturel d’une belle intensité.

Dans une effervescence créatrice rarement égalée, un petit cénacle de poètes et de musiciens soutenus par la couronne expérimente de nouvelles techniques pour unir les arts au service de l’harmonie du royaume.

La création d’une Académie de Poésie et de Musique est censée restaurer, à des fins politiques, la “Musique mesurée à l’antique”. Plusieurs publications importantes témoignent de cet élan enthousiaste. Cet ouvrage permet de mieux cerner le contexte, les enjeux et les prolongements de ce moment artistique fécond.
Télécharger la table des matières ici

Hugues Daussy est professeur d’histoire moderne à l’Université de Franche-Comté, spécialiste de l’histoire politique du protestantisme aux XVIe et XVIIe siècles.

Isabelle His est professeur de musicologie à l’Université de Poitiers, spécialiste de la musique de la fin du XVIe siècle et du premier XVIIe siècle.

Jean Vignes est professeur de littérature française de la Renaissance à l’Université de Paris. Il a également codirigé avec Olivier Halévy le volume Paris 1553, audaces et innovations poétiques (Champion).

Pau, 19 octobre 2019. Une conférence d’Isabelle His, “Célébrer la victoire, moquer l’ennemi”

Le samedi 19 octobre 2019 à 15h, la Société Henri IV et la Société des Amis du château de Pau  proposent une conférence :
 
Célébrer la victoire, moquer l’ennemi. L’action guerrière d’Henri IV en musique
par Isabelle His
 
Château de Pau, salle de conférences

Plusieurs pièces de musique peuvent être mises en relation avec le roi Henri IV, notamment pour marquer ses conquêtes militaires. On s’attardera sur un air latin peu connu qui semble devoir être mis en rapport avec les campagnes en Normandie d’Alexandre Farnèse, Duc de Parme, au printemps 1592.

Isabelle His, ancienne pensionnaire de la Villa Médicis (Académie de France à Rome) est professeure de musicologie à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent sur la musique de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Elle est notamment l’auteur de la monographie de référence sur Claude Le Jeune, compositeur de la chambre de Henri IV (Actes Sud, 2000), et du catalogue de ses œuvres dans la base de données Philidor du Centre de Musique baroque de Versailles.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Gaston d’Orléans et l’antiquité

Du 2 au 4 octobre 2019 se tiendra à l’université de Reims le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé par Valérie WAMPFLER et Céline BOHNERT.

Extrait de l’appel à communication : ce colloque se situera dans la lignée des études récentes de Pierre Gatulle et de Jean-Marie Constant qui, approfondissant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur.  La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion…

Télécharger le programme

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Pau, château – samedi 28 septembre 2019 – 15h

La Société des Amis du château de Pau propose une conférence de Juliette Superbie, doctorante en Histoire de l’Art  à l’Université de Toulouse II Jean Jaurès :

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Dans le prolongement de l’exposition Théâtre du pouvoir : le temps du béarnais présentée au Château de Pau du 17 octobre 2018 au 14 avril 2019, Juliette Souperbie s’attachera à interpréter plusieurs portraits d’Henri IV. Le béarnais est un souverain qui sut se mettre en scène et attacha de l’importance à son image en tant que soutien politique.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Les guerres de religion – Gaspard de Coligny face à François de Guise – Sully-sur-Loire

Le château de Sully-sur-Loire présente du 21 septembre au 22 décembre 2019 l’exposition  Les guerres de religion – Gaspard de Coligny face à François de Guise : une lutte fratricide

Cette exposition s’inscrit dans la dynamique de l’année 2019, qui commémore 1519 et les 500 ans de la Renaissance.

Cette année 1519 est aussi celle de la naissance de deux personnages qui vont jouer un rôle décisif une quarantaine d’années plus tard : François de Guise et Gaspard de Coligny. Ils sont les deux chefs de deux lignages rivaux qui vont participer aux violences que subit le royaume de France à partir des années 1560, le premier comme chef des catholiques et le second comme l’un des chefs protestants. Cette séquence terrible qui s’ouvre alors est celle des guerres de Religion.

Télécharger la présentation de l’exposition

Exposition : Henri IV, un roi dans l’histoire

Au château de Cadillac jusqu’au 29 septembre

Le château ducal de Cadillac accueille depuis le 12 juin des collections du château de Versailles à l’occasion d’une exposition sur Henri IV.

Le château de Cadillac fut édifié à partir de 1599 par le duc d’Epernon, simple cadet de Gascogne qui s’éleva jusqu’à devenir un des hommes les plus puissants de son temps, au service d’Henri III, puis d’Henri IV et de Louis XIII.

L’exposition retrace la légende du “bon roi Henri” grâce à une cinquantaine d’œuvres choisies dans les collections du château de Versailles, dont celles des peintres Frans Pourbus le Jeune et François Clouet.

Sous le commissariat de Raphaël Masson et Lionel Arsac, elle retrace dans un premier temps la vie du roi. Son règne est ensuite abordé par le biais de portraits de sa famille et de ses proches.

Dans un second temps, l’exposition évoque la figure du roi bienfaiteur et pacificateur qui apparaît dès le XVIIIe siècle, sous l’impulsion de Louis XV et Louis XVI qui voient un intérêt à célébrer le fondateur de la dynastie. Vu comme un remarquable administrateur de son royaume, Henri IV est une figure historique célébrée tout au long du XIXe siècle.

Paru : De Marguerite de Valois à la reine Margot

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

De Marguerite de Valois à la reine Margot / Autrice, mécène, inspiratrice

Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennot et Catherine Magnein, 276 p.

Cet ouvrage est issu des actes du colloque tenu au château de Nérac (Lot-et-Garonne), à l’automne 2015, dans le cadre des commémorations du 400ème anniversaire de la mort de Marguerite de Valois. Ce colloque était organisé par la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac .

Cet ouvrage examine certains des écrits de Marguerite de Valois ainsi que des textes de poètes, prosateurs et traducteurs qui l’entourèrent ou s’adressèrent à elle. Il s’intéresse également au foisonnement des œuvres inspirées par sa figure, du calomnieux pamphlet qui fit sa légende noire aux fictions télévisuelles des années 60 et 70, en passant par les écrits des princesses qui prirent la plume à son image, les dictionnaires qui colportèrent sa double réputation de femme savante et de débauchée, et les artistes qui la mirent en scène, au roman comme à l’opéra.

Edition réalisée avec le soutien de la Société Henri IV et du ministère de la Culture/Archives de France.

Télécharger le sommaire

Télécharger l’Introduction d’Eliane Viennot

Télécharger la liste des auteurs

Henri II : Renaissance à Saint-Germain-en Laye

Le musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye présente du 31 mars au 14 juillet 2019 une exposition consacrée au roi  Henri II.

Henri II. Renaissance à Saint-Germain-en-Laye

Sa prochaine exposition autour du règne d’Henri II complète son offre en matière de collections archéologiques par une plongée dans l’histoire de ses murs et des personnalités qui y ont vécu.

Cinq cents ans se sont presque écoulés depuis la naissance du futur roi Henri II à Saint-Germain-en-Laye le 31 mars 1519. Fils et successeur de François Ier, Henri II est aujourd’hui encore moins connu que son père, que son épouse Catherine de Médicis ou même que certains de ses enfants.

À l’occasion du 500e anniversaire de sa naissance, le Musée d’Archéologie nationale le met donc à l’honneur en lui dédiant pour la première fois une grande exposition. Organisée à l’intérieur du château de Saint-Germain-en-Laye, qui fut la principale résidence d’Henri II, l’exposition présente différents aspects de la vie du souverain dans cette demeure royale, à travers une centaine d’œuvres prêtées par de nombreuses institutions nationales et internationales : ainsi les exceptionnels portraits en pied en grandeur nature d’Henri II et de Catherine de Médicis, conservés au Palazzo Pitti de Florence depuis le XVIe siècle. Portraits peints, dessinés ou émaillés permettent ainsi de découvrir les principaux membres de l’entourage du souverain.

Les espaces de la résidence et les différents aménagements qu’y fit réaliser le monarque sont évoqués par des gravures, des éléments de décor ou encore d’exceptionnelles broderies et pièces de  verrerie.

Représentations du roi en majesté et objets liés à l’exercice du pouvoir retracent enfin les activités liées au gouvernement de la France, tandis que d’importantes armes ayant appartenu au souverain rappellent la préparation de grandes opérations militaires.

Parue : La Lettre de la Société Henri IV n°37-38 (2018 1&2)

La Lettre de la Société Henri IV, numéro double de l’année 2018 (n°37 et 38) vient de paraître. Les adhérents de l’association, à jour de leur cotisation 2018, la recevront dans le courant du mois d’octobre.

Télécharger la couverture

Au sommaire

Éditorial
Hugues Daussy, Président de la Société Henri IV

Article
Paul Mironneau, De la scène lyrique à l’objet rare des Lumières. Le compigné d’Henri IV relevant Sully

Lettres de Henri IV
Antoine Rivault, Lettre inédite de Henri IV aux bourgeois et habitants de la ville de Saint-Malo (1604)

Fanny Giraudier, Lettre d’Henri IV à Madame de Jarnac, femme de Leonor Chabot, Provins, 3 septembre 1592
Lettre de Catherine de Bourbon au trésorier général de Touraine, Paris, 19 juin 1595

Nouvelles recherches
Lucas Lehericy, Henri IV et le gouvernement du royaume : le Conseil du Roi à la fin du XVIe siècle

Gautier Mengous, La ville face à la nouvelle. Les réseaux d’informations des pouvoirs lyonnais au tournant des guerres de Religion du XVIe siècle

Colloques et journées d’études

Expositions

Compte-rendu de l’Assemblée générale 2017, tenue à Paris, le 9 juin 2018

In memoriam Janine Garrisson

Vie de la Société Henri IV