Tous les articles par Navarre

Spectacle son et lumière – Henri IV : un roi est né

Du 13 décembre 2015 au 3 janvier 2016, dans la cour du château de Pau, un spectacle son et lumière raconte la naissance du futur Henri IV, son enfance et sa vie jusqu’aux guerres de religion.

Une création Skertzo pour la ville de Pau.
Entrée libre et gratuite entre 18h30 et 20h15, tous les jours sauf 24  et 31 décembre.
Durée de chaque séquence : 5 min.

1615-2015 Commémoration des mariages franco-espagnols

L’année 2015 est riche de commémorations, entre l’accession au trône de France du flamboyant François Ier en 1515 et la mort du roi soleil en 1715, événements qui laissent peu de place à la célébration d’autres dates importantes de l’histoire de France. Moins célébrée, mais pas oubliée pour autant, une année intéresse plus particulièrement la Société Henri IV : 1615 qui vit la mort de Marguerite de Valois et le double mariage franco-espagnol.

Le colloque de Nérac (21-23 octobre 2015), dont la Société Henri IV est l’un des organisateurs, ravivera la mémoire de la première épouse d’Henri IV, rappelant son rôle politique et portant un éclairage nouveau sur sa place éminente dans le monde des Lettres.

Les mariages franco-espagnols font l’objet, depuis le mois de juin, de plusieurs manifestations à Bordeaux et Pau : colloques, conférences, concert et exposition rappellent ainsi l’importance de l’événement qui se déroula en Gascogne pendant tout l’automne 1615.

11 décembre 2015–6 mars 2016 à Pau
Exposition

Pau, Musée national et domaine du château – Maison Baylaucq
De Burgos à Bordeaux
Regards sur les mariages royaux de 1615

Le 25 novembre 1615, en la cathédrale de Bordeaux, le roi de France Louis XIII recevait la bénédiction nuptiale aux côtés de celle qui était devenue son épouse quelques jours plus tôt, l’infante Anne d’Autriche. Le 18 octobre, leurs noces avaient été célébrées par procuration, ainsi que celles d’Elisabeth de France avec don Philippe d’Espagne, futur Philippe IV d’Espagne, simultanément à Burgos et Bordeaux . Par cette prestigieuse double union, la régente Marie de Médicis concrétisait avec éclat un projet de rapprochement avec le roi très catholique. Cette nouvelle orientation politique, à l’opposé de celle de son défunt époux Henri IV, devait rencontrer bien des oppositions dans le royaume de France. Mais annoncées en janvier 1612, les doubles fiançailles voulues par Marie de Médicis n’en furent pas moins célébrées par trois jours de festivités à Paris, du 5 au 7 avril, dont l’apothéose fut un ballet équestre, le « carrousel de la gloire », place royale (actuelle place des Vosges), qui connut une extraordinaire renommée.

Les fêtes de 1615 furent plus extraordinaires encore et devaient durer plusieurs semaines, des deux côtés des Pyrénées. Arrivée le 7 octobre à Bordeaux, la cour n’en repartit en effet que le 17 décembre suivant. Des circonstances exceptionnelles pour la capitale de la Guyenne, qui reçut somptueusement son jeune roi, avec force entrées solennelles, réceptions, discours, tournois, ballets, feux d’artifices et même bataille navale.

Ouvrages imprimés, estampes et médailles, présentés dans l’exposition, reprirent à l’envi le récit de ces journées, magnifiant l’événement et la monarchie française, diffusant aussi un message éminemment politique qu’il s’agit de décrypter. Ces œuvres viennent en grande partie du riche cabinet d’arts graphiques du Musée national, mais sont complétées des prêts de plusieurs institutions françaises.

L’exposition offrira également un contrepoint contemporain à cette présentation, avec les photographies réalisées par Didier Sorbé en plusieurs points de l’itinéraire croisé des deux princesses, Elisabeth et Anne, de part et d’autre des Pyrénées. Des échos lointains de ces extraordinaires événements, nous parviennent-ils encore quatre siècles plus tard des lieux où ils se déroulèrent ?
Le dossier de presse peut être téléchargé ici

19 novembre 2015
Concert-spectacle

Les Chantres de Saint-Hilaire & les Choeurs de la Maîtrise de Bordeaux donneront un concert-spectacle autour de l’idée des unions et de l’enfance de Louis XIII en l’église Saint-Bruno de Bordeaux.
Mise en scène : Olivier Baert
Le communiqué de presse peut être téléchargé ici

3-7 novembre 2015
400 ans du mariage de Louis XIII à Bordeaux
Colloque international : La France et l’Espagne au cœur de l’Europe :  les Alliances dynastiques des Maisons de France et d’Espagne (XVIe -XVIIIe siècles). Relations politiques, enjeux internationaux, transferts culturels et artistiques
Le programme du colloque peut être téléchargé
ici
Concert avec l’ensemble Sagittarius
Visites autour du Bordeaux du temps de Louis XIII
Le programme des manifestations peut être téléchargé ici.

10 juillet 2011 à Anglet
Conférence
Josette Pontet, Quatre siècles de relations franco-espagnoles : les mariages royaux de 1615
Le programme peut être téléchargé
ici.

10-11 juin 2015 à Bordeaux
Colloque international

1615-2015 L’Europe à Bordeaux. les mariages dynastiques franco-espagnols
Organisé par l’université de Bordeaux-Montaigne/ CEMMC
Marie-Bernadette Dufourcet-Hakim et Géraud Poumarède
Le programme peut être téléchargé ici.

Paru : La Lettre de la Société Henri IV n°31

La Lettre de la Société Henri IV (n°31 juillet 2015) est parue.

Elle est essentiellement consacrée à la numismatique de l’année 1610, une année riche en événements dans le royaume de France et qui vit Louis XIII succéder à Henri IV. Après avoir fait la description de la politique monétaire et des types de monnaies émis cette année-là (Lettre de la Société Henri IV n°21 et n°22 ), l’auteur, Xavier Pébay porte dans ce nouvel article un éclairage passionnant sur les jetons de 1610.  Qu’elles émanent de villes (Dijon, Tours, Metz), de membres de la noblesse (Charles de Gonzague, duc de Nevers ou Roger de Saint-Lary, duc de Bellegarde), du clergé ou d’administrations royales, ces petites pièces, malgré leur modestie, présentent un grand intérêt de par leur symbolique, à travers les devises et l’iconographie retenues. L’article, d’une trentaine de pages, propose une analyse numismatique précise et une mise en perspective historique de ces objets méconnus. La dernière partie de ce panorama numismatique de l’année 1610 en quatre volets sera consacrée aux jetons royaux et publiée dans la Lettre n°32. Outre l’article, vous trouverez les compte-rendus d’activité et les projets de la Société pour les années à venir.

Télécharger le sommaire de la Lettre de la Société Henri IV n°31

La Lettre de la Société Henri IV (2 parutions par an) est adressée à tous les adhérents de l’association à jour de leurs cotisations. Elle peut être acquise au numéro ou pour un ensemble de numéros.

Conférence d’Anne-Marie Cocula. Nérac 21 octobre 2015

En ouverture du colloque international Marguerite de Valois 1615-2015 organisé à Nérac les 21, 22 et 23 octobre 2015, l’historienne Anne-Marie Cocula-Vaillières, professeur émérite à l’Université de Bordeaux-Montaigne, donnera une conférence : 1585, Marguerite de Valois et Agen. Une ville pour un royaume ?

La conférence aura lieu le mercredi 21 octobre, au château de Nérac, salle des écuyers à 17h30. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Télécharger le résumé de la conférence

Présentation d’Anne-Marie Cocula-Vaillières
Après une thèse de doctorat d’État consacrée aux gens de la rivière de Dordogne aux XVIIIe et XIXe siècles, Anne-Marie Cocula a mené des recherches sur l’histoire sociale, économique et religieuse du XVIe siècle, principalement dans l’Aquitaine actuelle, en publiant des ouvrages sur l’histoire des villes, Bordeaux et Périgueux, et en s’attachant à de grands auteurs contemporains de cette période où la province de Guyenne joue un rôle essentiel dans l’histoire politique du royaume. Parmi eux, Brantôme, Montaigne et La Boétie auxquels elle a consacré des biographies profondément ancrées dans la chronologie, la géographie et l’actualité de leur temps. Elle achève actuellement un ouvrage sur La Boétie et le Discours de la Servitude volontaire.

Congrès des hautbois – concert “Les hautbois d’Henri IV” à Pau 24 octobre 2015

Le samedi 24 octobre 2015 à 15 h., le musée national et domaine du château de Pau accueille l’ensemble “Les Hautbois d’Henri IV” pour un concert intitulé Musiques du temps d’Henry IV.

Ce concert s’inscrit dans le cadre du 16e Congrès de l’Association Française du Hautbois, organisé sous le titre “Le Hautbois dans tous ses états – De la Renaissance au Jazz…”.

L’ensemble “Les Hautbois d’Henri IV” est la reconstitution d’une “bande de hautbois” comme celles qui, à la fin du XVIe siècle, en France et partout en Europe, animaient les cérémonies officielles, les bals, les fêtes de villages ou faisaient résonner les voûtes des églises des sonorités colorées de leurs hauts instruments.

Constituée de musiciens professionnels, la bande de hautbois, cornets et sacqueboutes était employée pour accompagner les événements de la vie du roi, mariages, sacres, offices religieux, mais aussi pour divertir les convives par des chansons légères et des fantaisies instrumentales.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles et uniquement sur réservation au 06 86 94 59 96 ou virginie.arbouin@culture.gouv.fr

Pour plus d’information sur l’ensemble des “Hautbois d’Henri IV”: http://hh4.free.fr

Une lettre d’Odet de la Noue à Catherine de Bourbon (1600)

Nous publions ici le texte commenté d’une lettre inédite adressée le 9 décembre 1600 par Odet de La Noue à Catherine de Navarre, soeur unique du roi Henri IV, devenue par mariage duchesse de Bar en 1599.

Cet article a été publié dans La Lettre de la Société Henri IV, n°18 (juillet 2008) par Bernard Barbiche et Marie-Hélène Grintchenko. Il peut être téléchargé ci-dessous.

Lettre_Odet_de_La_Noue

Métaphores aquatiques et pouvoir royal

Dénes Harai, Le pouvoir au fil de l’eau. Usages politiques des images aquatiques en France (1594-1715), Paris, Les Indes savantes, 2015, 190 p.

Récurrentes dans les discours des hommes et femmes politiques de nos jours, les images aquatiques ont une longue histoire inégalement explorée. Alors que la place de l’eau dans les représentations politiques de l’Antiquité et du Moyen Âge est assez bien connue, elle ne l’est guère en ce qui concerne l’époque moderne. Ce livre entend contribuer à combler cette lacune historiographique en analysant les usages que le pouvoir royal (Henri IV, Louis XIII, Louis XIV), le pouvoir ministériel (Richelieu, Mazarin) et le pouvoir nobiliaire (Fronde) faisaient du milieu aqueux, entre 1594 (sacre d’Henri IV) et 1715 (décès de Louis XIV), pour passer leurs messages politiques.

Les puissants de ce long XVIIe siècle n’inventaient pas cette pratique, mais ils la cultivaient assez fréquemment et très subtilement. Douce ou salée, mesurable ou infinie, calme ou déchaînée, l’eau était un élément naturel extrêmement propice à la mise en scène de la glorification du gouvernement royal de la France aussi bien en temps de prospérité qu’en temps de crise.

Entre l’époque des guerres de religion et celle des Lumières, la France baroque vit la naissance d’une flotte redoutable, l’expansion coloniale, la création des compagnies commerciales maritimes, l’agrandissement des ports et la construction de grands canaux : autant d’entreprises d’un État en voie de renforcement qui légua à la postérité des sources variées et abondantes. Peintures, gravures, médailles, sculptures, poèmes et décors des entrées royales nous invitent ainsi à une plongée au cœur des images aquatiques dessinées autour de la nef de la France, symbole d’une communauté qui est, aujourd’hui, celle de la République, après avoir été, hier, celle de la Royauté.

Membre et administrateur de la Société Henri IV, docteur en histoire de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Dénes Harai est chercheur associé à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066, École Normale Supérieure-CNRS-Université Paris 1) et chargé de l’aide au montage des projets de recherche à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Il est l’auteur de plusieurs livres et articles consacrés à l’histoire politique française et hongroise des XVIe et XVIIe siècles.

TABLE DES MATIERES
PRÉFACE
INTRODUCTION
CHAPITRE 1 : L’ÉCRITURE DE LA BIOGRAPHIE AQUATIQUE D’HENRI IV (1594-1610)
Les deux dauphins du règne d’Henri IV
Une majesté née au milieu des flots
Navigation d’un roi de guerre et de paix
Les chantiers d’un « désirable port »
Le roi-pilote de la France
Une majesté à l’épreuve du naufrage
L’eau « meurtrière »
L’eau tournée en sang et l’eau ensanglantée
L’« Océan des soupirs »

CHAPITRE 2 : LOUIS, « CE BEAU PRINCE DAUPHIN » (1601-1617)
Une naissance et un baptême aquatiques (1601)
Une pédagogie puisée dans l’eau (1609)
La fontaine, lieu et outil de l’apprentissage de la force (1604-1609)
Dauphin à bord : la nef de la régence (1610-1617)

CHAPITRE 3 : RICHELIEU SUR LA MER (1608-1642)
Le radeau des âmes (1608-1624)
D’un navire à l’autre : la métamorphose du pilote (1624-1628)
La concurrence du pilote et du patron (1629-1638)
Les dernières encablures d’un « très digne pilote » (1638-1642)
La digue monumentale, le monument de la digue

CHAPITRE 4 : LOUIS, DAUPHIN DIEUDONNÉ (1638-1648)
Le miracle aquatique
Le triomphe de la Seine
Un Dauphin de paix avec des rêves de croisade

CHAPITRE 5 : LA NEF DE PARIS PENDANT LA FRONDE (1649-1652)
La nef royaliste des frondeurs (1649) 102
Le retour du pilote (1649) et la défection des mariniers (1651-1652)
La nef absolutiste de Mazarin (1651-1652)

CHAPITRE 6 : LOUIS XIV : « LE SOLEIL DANS L’EAU » (1653-1715)
L’hommage de la Seine au cavalier solaire (1653)
Louis, « maître légitime de la Mer » (1664-1668)
Le « fameux » passage du Rhin (1672)
Les canaux de la gloire (1662-1687)
Le grand canal de Versailles
Le canal des Deux Mers
Le Grand Dauphin de la croisade rhétorique (1661-1690)
La Cour des poissons (1701)

CONCLUSION
PLANCHES
SOURCES
BIBLIOGRAPHIE
INDEX

La maison de Navarre à Tours

Le 18 décembre 2014 au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François Rabelais – Tours a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat d’histoire de l’université François-Rabelais de Tours, préparée au CESR, sous la direction du professeur Gérald Chaix par Claire Barker Harai sur Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du seizième siècle

La thèse de Claire Barker Haraï porte sur les serviteurs de la maison de Navarre mentionnés dans les minutes des notaires de Tours entre 1548 et 1590, soit du mariage de Jeanne d’Albret avec Antoine de Bourbon à l’accession d’Henri de Navarre au trône de France, qui voit disparaître le nom de Navarre des actes. Elle s’inscrit à la suite de deux mémoires de première et de seconde années de master soutenus à Tours en 2006 et 2007, portant sur Adam de Longuemort (1578-1590), valet de chambre et apothicaire, et une première analyse du réseau navarrais de 1564 à 1586, à partir des minutes du notaire Pierre Digoys. Elle repose sur un travail de dépouillement de cent quatre-vingt-quatre liasses provenant de treize études, la consultation de 9 404 actes et l’analyse minutieuse de 369 d’entre eux qui ont permis de dégager un corpus de 106 personnes, se déclinant en dix-neuf périphériques, quatre-vingts appartenant à un groupe médian et sept constituant l’élite, appelée le “cœur du milieu navarrais”. Cette documentation notariale a pu être complétée par les registres de comptes de la maison de Navarre déposés dans la série B des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

La thèse s’organise en trois parties reprenant la démarche chronologique d’une recherche très méthodique : un dictionnaire, une étude globale, un approfondissement sur un groupe clé bien identifié. Elle est complétée d’annexes présentant l’essentiel des documents de travail sous la forme d’un corpus de résumés ou de retranscriptions, par études et par ordre chronologique d’une très grande richesse.

La première partie consiste en un dictionnaire des 106 personnes étudiées sous le titre de ” Notice des Navarrais à Tours” qui récapitule sous le nom de chacun, l’ensemble de leurs mentions dans les minutes notariales complétées par quelques références bibliographiques.
La seconde partie intitulée “Le milieu navarrais à Tours” s’applique à la description non pas d’un réseau mais de l’ensemble large des 106 serviteurs de la cour de Navarre, tant au niveau de la vie courante que des aspects beaucoup plus stratégiques. L’étude minutieuse de la mention simultanée de plusieurs membres de ce milieu “navarrais” (82%) dans des actes notariés qui concernent en grande partie leurs affaires familiales, a permis de faire ressortir un phénomène qualifié d’”interaction”. L’approche chronologique souligne deux périodes de plus forte présence et donc d’intérêt important de la maison de Navarre porté aux affaires de France, en 1566 et 1571-1573 en lien avec la politique de Jeanne d’Albret, puis 1582-1590 avec l’émergence de la figure d’Henri de Navarre qui précède son accession au trône de France, mais aussi les démêlés pour le recouvrement de la dot de Marguerite de Valois. Cette partie se termine sur une très intéressante approche géographique du groupe dont les membres résident essentiellement dans deux des paroisses de la ville, ce qui permet de préciser plus encore son insertion concrète au sein de l’espace urbain, dans un véritable quartier “navarrais”. La troisième et dernière partie s’attache à l’étude d’un groupe plus restreint de sept personnes, qui ont joué un rôle déterminant auprès des souverains et forment le “cœur du milieu navarrais”. Claire Barker Haraï fait ressortir les liens de parenté étroits qui unissent ces serviteurs de confiance de la couronne de Navarre, contribuant fortement à leur ascension sociale.

Grâce à un dépouillement acharné et une analyse minutieuse d’archives notariales, documentation foisonnante et de lecture difficile, Claire Barker Haraï lève le voile sur un sujet jusqu’alors ignoré qui vient réactualiser les connaissances relatives à la chancellerie de Navarre et ses officiers, dans un contexte géographique inattendu ; elle livre aux historiens à venir un instrument de travail constitué par le corpus très riche de ses analyses des sources qui ne manquera pas de donner matière, au-delà de cette thèse, à de multiples approfondissements.

Philippe Chareyre
Extraits du compte-rendu publié dans
La Lettre de la Société Henri IV n°30 (décembre 2014)

La bibliothèque du château de Pau rouvre aux chercheurs

Au Musée national et domaine du château de Pau, le Centre de recherche et de documentation Jacques  de Laprade a rouvert ses portes aux chercheurs, le 1er février 2015, après plusieurs années de fermeture.

Conservateur du Musée national du château de Pau de 1946 à 1974, Jacques de Laprade fut le véritable créateur des fonds anciens et de la bibliothèque du château de Pau. C’est pour rendre hommage à ce travail considérable que ce service du musée, désormais ouvert aux étudiants et aux chercheurs, a été baptisé “Centre Jacques de Laprade” et poursuit sous cette appellation, son rôle de coopération avec le monde universitaire et scientifique.

Livres, œuvres graphiques, photographies anciennes, manuscrits, monnaies et médailles, constituent un ensemble patrimonial renvoyant directement au règne d’Henri IV, à son souvenir et à sa légende. La documentation rassemblant les dossiers d’œuvres, ainsi que les Archives du Palais et Musée national de 1830 à nos jours, complètent ce fonds et offrent au chercheur un outil irremplaçable pour la connaissance des collections du musée.

Bibliothèque d’études : le fonds d’ouvrages modernes est destiné à la recherche scientifique des personnels du musée, des chercheurs et des étudiants. Il est spécialisé dans l’histoire de France et d’Europe (période de Gaston Fébus, XVIe-début XVIIe, XIXe siècles), l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge au XIXe siècle, et dans le domaine des arts décoratifs. Cette bibliothèque d’étude est régulièrement enrichie de toutes les parutions en relation avec la thématique henricienne et les collections du musée national.
Les bibliographies et les ouvrages de référence disponibles en salle de lecture couvrent également ces axes de recherche.
Une importante collection de catalogues d’exposition ainsi que des catalogues de ventes publiques est également consultable.

Réserve : le fonds ancien est principalement composé d’ouvrages de la littérature de propagande ou d’opinion contemporains des guerres de religion et du règne d’Henri IV (rares libelles et pamphlets, descriptions d’entrées royales, plaquettes imprimées à l’occasion d’événements marquants). Une place importante est faite également aux œuvres fondatrices de la légende d’Henri IV et aux innombrables hommages faits à ce personnage à la popularité tenace (Henriade de Voltaire, Mémoires de Sully).
D’autres ouvrages évoquent les liens unissant différents personnages au château de Pau (Marguerite de Navarre et les éditions originales de ses textes, Catherine de Bourbon, la famille de Gramont, etc.) ou traitent des divers domaines de la connaissance utiles à l’exercice du pouvoir sous l’Ancien Régime (Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres, traités de cavalerie et de fortifications par exemple).

P.2014-4-1w

Manuscrits et autographes : si le fleuron de la collection de manuscrits du musée national est sans conteste un exemplaire du Livre de chasse de Gaston Fébus datant du tout début du XVe siècle, le fonds, actuellement composé de plus de 530 manuscrits et autographes des XVIe et XVIIe siècles, comprend surtout des pièces en relation directe avec Henri IV et l’histoire des guerres de religion et continue à s’enrichir chaque année.

Img0238

Périodiques : plus de 110 titres, dont certains du XIXe siècle, couvrent les domaines liés aux arts (beaux-arts et arts décoratifs, patrimoine architectural, musées de France, bibliophilie, ventes publiques) et à l’histoire (le XVIe siècle, la Renaissance, le Protestantisme, l’histoire locale).

Cabinet d’arts graphiques : plus de 5000 estampes (XVIe-XXe siècles) et de 400 dessins (XVIIe-XXe siècles), dont une grande partie de portraits d’Henri IV et de ses contemporains, de scènes de son règne, du temps des guerres de religion…

Conditions d’accès
L’inscription est gratuite, sur demande motivée à adresser par téléphone, courrier ou courriel à l’adresse suivante :

Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade
Musée national et domaine du château de Pau
2, rue du château
64000 PAU
Tél. +33 (0)5 59 82 38 00 – Téléc. +33 (0)5 59 82 38 18
Courriel : centre-recherche.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Conditions de consultation
reglement_interieur_de_la_bibliotheque

“Traits portraits” – Iconographie d’Henri IV

Henri IV s’affiche sur PIRENEAS, portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes (BNRP) qui regroupe des documents patrimoniaux essentiellement iconographiques relatifs à l’histoire de Pau et du Béarn, au pyrénéisme et plus largement aux Pyrénées du XVIIIe siècle à nos jours.

Traits portraits. Comment l’iconographie véhicule la légende au cours des siècles. C’est sous ce titre qu’une exposition virtuelle y est présentée sur l’image de ce roi, à travers les riches fonds de la médiathèque intercommunale de Pau-Pyrénées.
Cette institution conserve en effet un important ensemble iconographique concernant Henri IV.  Au cours de l’année 2010, au plus fort des commémorations de la mort du roi, des portraits historiques d’Henri IV, des représentations de scènes et événements de la période de son règne ainsi que des portraits de personnages historiques ayant un lien avec le Béarn – firent leur entrée dans ses collections, grâce à l’acquisition du fonds Caula.

Adolphe Caula (Paris 1909 – Pau 2001), médecin légiste, était passionné par tout ce qui concernait le Béarn et les Pyrénées. Il fut fondateur et président de “Lou cèu de Pau” puis secrétaire perpétuel de l’Académie de Béarn. Particulièrement attiré par ce qui touchait à l’iconographie, Adolphe Caula compléta les collections d’estampes de Vastin Lespy dont il avait acheté la bibliothèque, composant des ensembles thématiques tout à fait exceptionnels dont un “Dossier Henri IV” riche de plus de 200 pièces.
C’est une partie de cette collection qui est présentée dans cette exposition virtuelle. La particularité et l’originalité du fonds Caula vient du fil conducteur choisi par l’érudit : rester au plus près des grandes dates de l’histoire, montrer l’époque d’Henri IV, rechercher les gravures relatant le règne du roi ou le représentant.

Essentiellement composée d’estampes du XIXe siècle légendées et commentées par Danièle Thomas, auteur de Iconographie d’Henri IV dans les ouvrages imprimés de 1589 à 1914, l’exposition se décline autour de trois axes :

  • Les Portraits d’Henri IV
    Henri III de Navarre
    Henri IV de France, le roi
    Les personnages-clés
  • Scènes de la vie d’Henri IV
    Sous les derniers Valois
    Le temps du règne
    L’Assassinat
  • Popularité et légende
    Le Vert-Galant
    Le père de famille
    Entre réalité et mythe

Pour voir l’exposition, cliquer sur le lien : http://henri-iv.pireneas.fr/

 

Henri IV et Sully

Une exposition au château de Nérac

Depuis le mois de mars, le château de Nérac présente un ensemble d’oeuvres illustrant la représentation aux XVIIIe et XIXe siècles des  relations qui unirent Henri IV et son ministre Sully. Pendule à la Henri IV, médaillons de bronze aux profils des deux personnages, tasse et soucoupe en porcelaine de Sèvres ornés de l’effigie de Sully et du château de Rosny, autant d’objets précieux qui pourront être admirés par les  visiteurs jusqu’à la fin du mois d’octobre 2015.

Liste des oeuvres
Tasse à l’effigie de Sully et soucoupe au motif du château de Rosny
Manufacture de Sèvres
Porcelaine dure, 1827-1835
Dim. Tasse : H. 12,5 ; diam. 9 cm
Dim. Soucoupe : H. 3 ; diam. 15,3 cm
Inv. P.138C.2.1 et P.138C.2.2

Pendule à la Henri IV
Henri IV relevant Sully
Bronze doré, émail et marbre blanc
H. 45 ; L. 39,5 ; pr. 18,8 cm
Fin du XVIIIe siècle
Inv. P.80.3.1

Paire de médaillons ovales aux profils d’Henri IV et de Sully
Bronze, époque Restauration
H. 22,5 ; L. 15 cm
Inv. P.55.30.1 et P.55.30.2

Paire de médaillons ovales aux profils de Henri IV et Sully
Bronze doré sur bronze amati
XVIIIe siècle
H. 22,8 ; L. 18,8 cm
Inv. P.83.14.1