Archives de catégorie : Billets

Appel à communication: Le métier de diplomate ou la représentation au quotidien du XVIe siècle à nos jours

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale. Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

La journée d’étude jeunes chercheuses et chercheurs aura lieu le 6 février 2020 à Nantes.

Argumentaire

L’usage et les pratiques diplomatiques, bien qu’anciens, connaissent une évolution significative avec l’émergence de nouvelles formes de relations et d’échanges entre les Etats qui se constituent à l’époque moderne. Dès le XVIe siècle s’opère en effet une mutation des relations internationales à travers l’intensification de la politique européenne, ce qui renforce le rôle des représentants au détriment des rencontres directes entre souverains. Des missions permanentes remplacent les ambassades temporaires. Un corps d’acteurs diplomatiques se constitue et est chargé de représenter un souverain, un État ou une nation hors de ses frontières. La représentation du pouvoir du prince, d’un État, est alors indissociable de la figure de l’ambassadeur. Cette notion de représentation se retrouve dans les dictionnaires du XVIIe siècle où le terme figure sous trois entrées : l’entrée théâtrale (“jouer quelque pièce de théâtre […]”), et deux autres acceptions qui ont été discutées par Carlo Ginzburg : “d’un côté la représentation donne à voir une absence ce qui suppose une distinction nette entre ce qui représente et ce qui est représenté ; de l’autre la représentation est l’exhibition d’une présence, la présentation publique d’une chose ou d’une personne”[1].

Cette représentation d’un souverain, d’un Etat ou d’une nation assurée par le diplomate s’accompagne d’une mise en scène riche et multiforme, relevant souvent du registre de l’implicite. Le décor diplomatique se retrouve sur les immeubles et résidences d’ambassades, dans les suites des diplomates, au travers de leurs habits et livrées, sur leurs tables, etc. Le prestige d’un souverain ou d’une nation doit aussi se refléter dans le comportement et la sociabilité de ses représentants. Aussi, la comparaison entre l’ambassadeur et le comédien est un thème récurrent. L’esthétique des mises en scène est travaillée et l’expression de la représentation diplomatique perdure largement dans les arts visuels et dans la littérature. Les évolutions du système international avec l’émergence de nouveaux cadres (organisations internationales) et de nouveaux acteurs diplomatiques (parlementaires, experts, etc.) questionnent la pérennité de ces codes, leur assimilation, leur réappropriation ou leur mise en concurrence.

Depuis une quinzaine d’années s’opère dans le champ de l’histoire de la diplomatie un mouvement historiographique qui tend à faire émerger une « diplomatie par le bas », mettant en avant le caractère quotidien et ordinaire de son activité. L’intérêt des historiens s’est notamment porté sur les acteurs de la diplomatie en étudiant la figure, le parcours, l’identité du diplomate et sa professionnalisation[2]. Par ailleurs, depuis quelques années se développent des perspectives liant diplomatie et histoire matérielle ou histoire des mentalités[3]. L’étude des pratiques diplomatiques, des rituels et des codes partagés par ses acteurs présente alors un champ de recherche fécond dans lequel nous souhaitons nous inscrire.

Cet appel est la poursuite d’une première journée d’étude qui s’est tenue à Nantes en mars 2019[4]. Celle-ci était consacrée à la représentation comme fonction première de la diplomatie et s’intéressait au protocole et au cérémonial diplomatiques accompagnant la ritualisation de la société internationale.

Pour cette seconde manifestation nous souhaitons renouveler nos questionnements sur la représentation diplomatique en étudiant ses enjeux matériels et quotidiens, à la frontière entre la sphère publique et privée, voire intime. Le diplomate cesse-t-il d’être en représentation lorsqu’il quitte le cadre de la négociation ou de l’audience formelle avec ses interlocuteurs politiques et administratifs ? La représentation diplomatique constitue-t-elle un théâtre permanent, dans lequel le diplomate et son entourage se doivent de toujours, même dans l’intimité du logis, tenir leurs rôles ?

De toute évidence, l’établissement de représentations permanentes à l’époque moderne tend à faire de la représentation une fonction totale se matérialisant par le privilège d’immunité régissant la vie du diplomate, ses pratiques quotidiennes, mais aussi celles de son entourage (famille, suite, personnel, etc.). A ce titre, plusieurs axes sont envisagés pour cette journée d’étude :

  • Sociabilité et représentation : La mondanité et la sociabilité diplomatique constituent un espace intermédiaire de représentation entre les scènes publique et privée. Ainsi, les réceptions (dîners, banquets, cocktails) constituent, au même titre que les activités sportives (chasse, golf), culturelles (théâtres, opéras), de loisir, une diplomatie semi-officielle donnant à voir des enjeux de pouvoirs et de concurrence entre diplomates. Les relations personnelles et privées qui se tissent à cette occasion ont-elles des répercussions sur la gestion des affaires publiques et diplomatiques ?
  • Matérialité de la représentation : Le lieu de résidence des ambassades, le décor des immeubles et leurs mobiliers participent également à l’affichage diplomatique. Le logis de l’ambassadeur, à la fois bureau, logement de fonction et demeure d’accueil des invités de marque, est un lieu permanent de démonstration de la puissance étatique. L’étude du patrimoine architectural diplomatique permet d’examiner les rapports entre l’art et la diplomatie. Ces aspects matériels de la représentation diplomatique nous incitent en outre à nous interroger sur l’existence d’une économie de la diplomatie en s’intéressant aux frais de représentations, aux consommations, aux artistes et aux artisans mobilisés par ces structures.
  • Acteurs de la représentation : Au-delà de la seule personne du diplomate, la représentation diplomatique engage aussi son entourage plus ou moins direct. Ainsi, il nous paraît opportun d’examiner la manière dont elle est prise en charge par certains groupes tels que la famille du diplomate, ses domestiques, les agents subalternes de l’ambassade (courriers, traducteurs, agents chargés de la sécurité etc), mais aussi des artistes et intellectuels admis dans cette société. Par ailleurs, les recours fréquents à des recrutements locaux posent la question de la participation de ces employés à la représentation diplomatique d’un autre Etat.
  • “Représentations sur la représentation” : Cette journée sera enfin l’occasion de s’interroger sur ce que la mise en scène du quotidien des ambassades dans l’art, la littérature (récit autobiographique, traités savoir-être) et les médias peut nous apprendre sur la représentation diplomatique, ses enjeux et ses perceptions.

Lors de cette journée, nous nous intéresserons aussi bien aux aspects matériels et symboliques de la représentation, qu’à ses normes et à ses pratiques, aux continuités et aux héritages aussi bien qu’aux mutations, de l’époque moderne à nos jours. Les communications mettant en évidence l’action des femmes dans le domaine de la représentation et les expériences de l’altérité résultant des interactions diplomatiques quotidiennes seront également étudiées avec attention.

[1] GINZBURG Carlo, “Représentation : le mot, l’idée, la chose”, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46e année, n° 6, 1991. p. 1219-1220.

[2] Par exemple, Colloque “Je ne voudrais point un négociateur de métier…” L’identité du diplomate : métier ou noble loisir ?”, Institut historique allemand – Université Paris-Diderot, 14-17 juin 2017.

[3] Par exemple, Colloque international “Table et diplomatie à l’échelle du monde”, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation (IEHCA) – Villandry, Paris, La Courneuve, 2-5 novembre 2016.

[4] Journée d’étude “Le diplomate en représentation du XVIe siècle à nos jours”, Centre des archives diplomatiques de Nantes, 28 mars 2019.

Modalités de soumission

Les propositions de communication individuelles (300-500 mots), accompagnées d’une brève présentation biographique, sont à envoyer à l’adresse suivante : diplomate.representation chez gmail.com jusqu’au vendredi 6 septembre 2019. Les communicantes et communicants recevront une notification d’acceptation à partir du 15 octobre 2019.

Pour toute demande d’informations, contacter : diplomate.representation chez gmail.com

Comité d’organisation

Amélie Balayre (CREHS – Université d’Artois)
Claire Le Bras (CRHIA – Université de Nantes)
Marie-Cécile Pineau (CRHIA – Université de Nantes)
Nathan Rousselot (CRHIA – Université de Nantes)

Comité scientifique

Michel Catala (CRHIA – Université de Nantes)
Charles Giry-Deloison (CREHS – Université d’Artois)
Stanislas Jeannesson (CRHIA – Université de Nantes)
Yann Lignereux (CRHIA – Université de Nantes)
Eric Schnakenbourg (CRHIA – Université de Nantes)

 
 

Exposition: Enfants de la Renaissance

Exposition du 18 mai au 1er septembre 2019 au château royal de Blois

Blois : le berceau de nombreuses têtes couronnées ! Maison d’enfance des deux filles de Louis XII et d’Anne de Bretagne, pouponnière des 7 enfants de François 1er et Claude de France, palais familial pour Henri II et Catherine de Médicis qui viennent souvent à Blois pour rendre visite à leurs 10 enfants, puis demeure de la progéniture tardive d’Henri IV et de Marie de Médicis : le château n’a cessé de voir grandir ses enfants royaux ! Nourrie de la richesse des différentes sagas familiales du château royal de Blois, l’exposition “Enfants de la Renaissance” mêle intimement l’Histoire du château et l’évolution de l’éducation depuis le Moyen Âge, aborde les us et coutumes de la fin du XVe au début du XVIIe siècle mais aussi le devoir de maternité des princesses ou encore la stérilité des rois et reines.

“Enfants de la Renaissance” : naissance et petite enfance
Scindée en trois temps forts, l’exposition “Enfants de la Renaissance” présente dans sa première partie les épreuves de la grossesse et de l’accouchement, ou encore le personnage, essentiel, de la nourrice. A la Renaissance, chaque étape de la maternité est indissolublement liée à la mort, celle du nourrisson ou de la mère. Portraits, représentations et objets prophylactiques illustrent bien les problèmes de mortalité infantile et maternelle mais aussi les nombreux rituels parfois magiques, astrologiques ou religieux pour prévenir les maladies ou échapper à la mort. Les représentations d’emmaillotement et d’allaitement ainsi que la vaisselle, les ustensiles ou encore les biberons utilisés permettent par ailleurs de se projeter dans les conditions de vie d’un nourrisson à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’univers enfantin
La seconde partie s’attache au renouveau de l’image : la figure enfantine et son portrait font leur entrée introduisant son individualisation dans la société et sa distinction progressive avec le monde adulte. Objets et scènes de la vie quotidienne mais aussi mobilier, berceaux, vêtements viennent illustrer l’univers enfantin à la Renaissance.

“Enfants de la Renaissance” : l’éducation des enfants royaux
Naître à la cour de France signifie grandir loin de ses parents. Du personnel aux résidences privilégiées en passant par la fréquence des rencontres ou l’éducation militaire, la troisième partie de l’exposition met en exergue l’enfance et le quotidien des dauphins ou futurs princes. Cette période voit apparaître les premières méthodes d’apprentissage et l’enseignement organisé : c’est le début des bonnes manières, des règles de propreté et de l’art de vivre en société. La culture de la Rena issance assigne également de nouveaux objectifs d’éducation aux enfants : les traités pédagogiques se multiplient puis voient arriver les premiers jeux, livres et jouets comme outils didactiques.

Source: Château royal de Blois

Paru : De Marguerite de Valois à la reine Margot

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

De Marguerite de Valois à la reine Margot / Autrice, mécène, inspiratrice

Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennot et Catherine Magnein, 276 p.

Cet ouvrage est issu des actes du colloque tenu au château de Nérac (Lot-et-Garonne), à l’automne 2015, dans le cadre des commémorations du 400ème anniversaire de la mort de Marguerite de Valois. Ce colloque était organisé par la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac .

Cet ouvrage examine certains des écrits de Marguerite de Valois ainsi que des textes de poètes, prosateurs et traducteurs qui l’entourèrent ou s’adressèrent à elle. Il s’intéresse également au foisonnement des œuvres inspirées par sa figure, du calomnieux pamphlet qui fit sa légende noire aux fictions télévisuelles des années 60 et 70, en passant par les écrits des princesses qui prirent la plume à son image, les dictionnaires qui colportèrent sa double réputation de femme savante et de débauchée, et les artistes qui la mirent en scène, au roman comme à l’opéra.

Edition réalisée avec le soutien de la Société Henri IV et du ministère de la Culture/Archives de France.

Télécharger le sommaire

Télécharger l’Introduction d’Eliane Viennot

Télécharger la liste des auteurs

Hommage à Janine Garrisson

Janine Garrisson est décédée le 22 janvier dernier.
Elle était membre de notre association depuis sa création en 1997.
La Société Henri IV lui rend hommage à travers le texte publié par Philippe Chareyre sur le site du GRHP.

Janine Garrisson nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi dans sa chère ville de Montauban. C’est une grande figure qui a marqué, par sa forte personnalité et son œuvre, l’écriture de l’histoire du protestantisme français.

Née en 1932, elle a effectué ses études d’histoire à l’université de Toulouse où, après avoir soutenu une maîtrise d’histoire sur « Les protestants de Montauban au XVIIIe siècle », elle réussit le CAPES et l’agrégation. Elle commence sa carrière comme professeure au lycée Saint-Sernin à Toulouse, puis de 1961 à 1963 est nommée au lycée français de New York. Détachée ensuite au CNRS, elle entame une carrière d’enseignant chercheur à partir de 1966 en tant qu’assistante, puis maître-assistante d’histoire moderne, puis professeure à Toulouse-Le Mirail où elle exerce jusqu’à son départ pour Limoges, en 1987.

Après avoir soutenu, en 1962, une thèse de 3e cycle sur « Les marchands toulousains au XVIe siècle », elle revient vers son premier sujet d’étude pour sa thèse novatrice de doctorat d’État sur Les protestants du Midi, sous la direction du doyen Jacques Godechot, qu’elle soutient en 1977 et qui sera publiée chez Privat en 1980. Elle y reprend en particulier le thème des « Provinces-Unies du Midi », lancé par Jean Delumeau en 1965, qui suscitera beaucoup de débats.

Parmi ses principaux travaux, mentionnons Tocsin pour un massacre : la saison des Saint-Barthélemy en 1968, L’Homme protestant en 1980, Les Protestants au XVIe siècle en 1988, sa participation aux deux tomes de la Nouvelle histoire de la France moderne, parus en 1991 dans la collection Point Histoire au Seuil, sa contribution à l’Histoire des protestants en France : de la Réforme à la Révolution, sous la direction de Philippe Wolff, autant d’ouvrages qui connurent un grand succès et furent réédités. Elle participa en 1985 aux commémorations de la révocation de l’édit de Nantes avec L’Edit de Nantes et sa révocation : Histoire d’une intolérance, puis en 1998 à celles du quatrième centenaire de l’édit en publiant L’édit de Nantes, chronique d’une paix attendue, contenant le texte intégral annoté par ses soins ainsi qu’un essai de Michel Rocard consacré à l’art de la paix. Elle est également l’auteur de biographies, Henri IV en 1984, Marguerite de Valois en 1994, Catherine de Médicis en 2002, Gabrielle d’Estrées en 2006.

Notons enfin son goût pour le roman historique, plus à même selon elle de rendre compte des passions, qui la conduisit à produire Le Comte et le Manant en 1990, Ravaillac, le fou de Dieu en 1993, Meurtres à la cour de François Ier en 1995, Par l’inconstance des mauvais anges en 2002.

Héritière par sa mère d’une lignée de pasteurs, Janine Garrisson était une historienne engagée, bien ancrée dans son pays. Elle a contribué, en 1984, à l’Histoire de Montauban, avec Daniel Ligou puis elle est entrée en 1991 à l’académie de Montauban dont son arrière-grand-père, ancien maire de la ville, avait fait partie. Elle a également contribué à fonder la SMERP (Société montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme) et fut aussi membre de la Société de l’histoire du protestantisme français.

Janine Garrisson était une historienne qui se distinguait par son franc-parler et sa fougue à défendre la communauté dont elle était issue, comme elle l’a encore montré dans l’un de ses derniers ouvrages sur l’affaire Calas paru en 2004, non sans avoir pris quelques distances. Elle est sans doute l’une des dernières figures de ces historiens protestants dont l’œuvre a été conçue comme un engagement et un combat, comme l’écrivait François Dufay dans son portrait dressé dans la revue L’Histoire en novembre 1995, intitulé « Janine Garrisson ou la passion protestante ».

Philippe Chareyre

 

Un hommage à Myriam Yardeni – EPHE 7 octobre 2016

Myriam Yardeni, professeur émérite à l’Université de Haïfa, s’est éteinte le 8 mai 2015.

En hommage, une journée d’étude internationale, Protestantisme, nation, identité, a été organisée par Michelle Magdelaine et Viviane Rosen-Prest, le vendredi 7 octobre 2016, dans les locaux de l’École pratique des Hautes Études à Paris.

Consulter le programme ici.

Tours, CESR, 3 octobre 2016 – Médailles des rois de France au XVIe siècle

Au CESR, à Tours, le 3 octobre 2016 débute le séminaire
Médailles des rois de France au XVIe siècle (I)
sous la direction de Marie Veillon

Les premières médailles élaborées en France faisaient suite aux portraits  en médaille de Pisanello des années 1431-1449. Médailles dites de l’expulsion des anglais, commémoratives sous Charles VII de la fin de la guerre de cent ans, elles étaient forgées à la manière des monnaies, reproduisant des types monétaires et précédaient une médaille italienne, un portrait en médaille effectué par le graveur Laurana en faveur de Louis XI . Par la suite, les médailles furent exécutées par des municipalités qui pratiquaient la médaille comme présent d’usage lors des entrées royales.

La médaille royale, introduite sous François Ier, forgée à l’instigation du monarque par des artistes de cour, avec initialement au droit un portrait au naturel et au revers la devise du roi, soumettait plus rarement une effigie remarquable, le souverain sous l’apparence du rex imperator, -buste du souverain lauré et cuirassé à l’antique. Le règne d’Henri II voyait l’institution de la Monnaie du Moulin et se caractérisait par ce que d’aucuns appellent le retour à l’antique avec en faveur du souverain un portrait à l’antique ou pseudo-antique, -une couronne de laurier sur un buste moderne- La devise royale donnait lieu à une médaille emblèmatique et rivalisait avec une médaille commémorative et des frappes événementielles quoique lacunaires,-sacre, naissance, baptême, mariage, entrée, victoire, traité, alliance.

CESR. Salle Saint-Martin, 3 octobre 2016, 11h-12h.
e-mail : veillonmarie @ orange.fr