Archives de catégorie : Colloques et manifestations

Orléans, 3-5 décembre 2019 – Une autre Renaissance en Centre – Val de Loire

Colloque international : Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650)

2019 marque le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise et du lancement de la construction du château de Chambord. De nombreuses manifestations se sont déroulées tout au long de l’année dans la Région Centre-Val de Loire pour faire mémoire de cette Renaissance française qui s’épanouit de façon privilégiée dans la vallée de la Loire, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’humanité.

S’inscrivant dans cette dynamique, ce colloque international a pour ambition de mettre en lumière « Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650) ».  A l’ombre de la figure majeure de Léonard de Vinci et des emblématiques châteaux de la Loire, il s’agira de revisiter les pratiques politiques, culturelles et artistiques dans l’ensemble de cette Région selon les problématiques actuelles de la recherche sur la France de la Renaissance conduites en histoire, en littérature, en histoire du droit et en histoire de l’art.

Le colloque s’organisera autour de quatre axes :
– une nouvelle compréhension des guerres et des paix de religion (1562-1598), dans une région qui fut un enjeu important de la lutte d’influence entre protestants et catholiques
– L’analyse de la circulation des idées, des textes, des savoirs et des techniques dans la Région et entre la Région et l’Italie en particulier
– L’étude du rôle dirigeant de plusieurs princesses et reines de France possessionnées dans la Région à la Renaissance
– Une nouvelle approche de la Renaissance artistique dans ces territoires.

Télécharger le programme ici.

Conférence
Dans le cadre de ce colloque, Jean-Marie LE GALL, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne, donnera une conférence publique le 3 décembre à 18h30 à l’Hôtel Dupanloup sur La région Centre-Val de Loire dans les dynamiques de la Renaissance.

Conseil scientifique :
Denis BJAÏ, Professeur de littérature française, Université d’Orléans
Didier BOISSON, Professeur d’histoire moderne, Université d’Angers.
Stéphan GEONGET, Professeur de littérature française de la Renaissance, Université de Tours
Mark GREENGRASS, Professeur émérite d’histoire moderne, Université de Sheffield (G.-B.)
Jean-Marie LE GALL, Professeur d’histoire moderne, Université de Paris I
Corinne LEVELEUX, Professeur d’histoire du droit, Université d’Orléans

Comité d’organisation :
Catherine LANOË, Maître de conférences d’histoire moderne, Université d’Orléans
Nicolas LOMBART, Maître de conférences en littérature française de la Renaissance, Université d’Orléans
Gaël RIDEAU, Professeur histoire moderne, Université d’Orléans

Coordinateur :
Christian RENOUX, Maître de conférences histoire moderne, Université d’Orléans

22-23 nov. 2019, Paris : Jacques Davy du Perron (1556-1618)

Colloque international, Université de Paris-Sorbonne, Paris, 22-23 novembre 2019, avec le soutien de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), de l’Axe 3 « L’humanisme européen » du Labex EHNE.
Organisation : Mark Greengrass et Lana Martysheva 


Argumentaire
Pourquoi consacrer un colloque à Jacques Davy du Perron (1556-1618) ?

Prélat, cardinal, diplomate, courtier, poète et rhétoricien, sa vie traverse plusieurs mondes, en France et en Europe. Méconnue des non-spécialistes, cette figure emblématique et incontournable de son époque fournit une opportunité heuristique que ce colloque vise à exploiter.

Le nom de Du Perron n’a pas perdu soudainement de sa notoriété. En 1622, l’écrivain Jean-Louis Guez de Balzac n’écrivait-il pas à Richelieu qu’il était destiné à « remplir la place » du prélat trépassé ? Au tournant du XVIIIe siècle, si Richelieu était à la tête du premier volume des Hommes illustres de Charles Perrault, c’est Du Perron qui occupait cette même place dans le second. Mais il s’agissait déjà d’un moment de déclin de la gloire de ce dernier. Du Perron perdait son statut de protagoniste de l’Histoire. Le constat d’un écart de perception, la chose est bien connue, constitue une porte d’entrée dans une époque. Il s’agit alors de donner sens à la résonance d’une voix, et d’une plume, qui s’étaient imposées non seulement en France, mais bien au-delà encore.

Du Perron est un cas de figure à la fois exceptionnel et représentatif.
Exceptionnel par son incroyable ascension sociale : converti et autodidacte provenant d’une famille obscure, il a pu se faire une place à la cour et, avec le temps, devenir archevêque, cardinal et grand aumônier.

Représentatif des « obsessions » de son époque : la possibilité de cette carrière, avant tout due à sa capacité de mener la controverse et de convertir les protestants, montre l’importance accordée par l’Église catholique et par la monarchie française à ce phénomène.

Ce colloque n’envisage pas de réaliser une biographie de Du Perron, ni de dresser le bilan de ses œuvres. Il propose plutôt de le considérer en tant que passeur entre différents mondes : le polymorphisme de Du Perron – homme de lettres, prélat et courtisan – fournit une opportunité d’observer concrètement comment, dans l’Europe de la fin du XVIe siècle et du début XVIIe siècle, les enjeux confessionnels, politiques, littéraires et sociaux s’entremêlent dans un nœud presqu’inextricable, et qui en fait gagne à ne pas être délié. Ce colloque ne peut donc qu’être pluridisciplinaire.

Les axes que ce colloque cherche à explorer sont :
 Une Europe connectée : débats ecclésiastiques à travers les frontières
 La Rome pontificale et la France : acteurs de dialogue
 Littérature et politique
 Hommes de lettres à la cour royale
 Stratégies intellectuelles de réussite sociale
 Enjeux et construction de réputation
 Rapports interconfessionnels
 Controverse et conversion religieuses
 Construction de l’héritage intellectuel, postérité des œuvres

Programme et inscription (à venir) sur le site du labex EHNE : https://humanisme.hypotheses.org/2063

21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont : Catherine de Médicis (1519-1589)

Colloque international : 21-23 nov. 2019, Blois / Chaumont
Catherine de Médicis (1519-1589). Politique et art dans la France de la Renaissance

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Renaissance(s) en région Centre-Val de Loire, le Château royal de Blois et le Domaine de Chaumont-sur-Loire organisent un colloque international invitant à découvrir les recherches récentes qui renouvellent et élargissent l’état des connaissances sur Catherine de Médicis, son œuvre politique et culturelle.

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever à Blois en 1589, au coeur de la 8e guerre de religion. De simple bru de roi à reine, régente et reine mère, elle est à la fois un témoin et un acteur majeur en France et en Europe, au côté de cinq rois de France successifs : un destin exceptionnel qui alimentera les jugements des historiens, mais aussi la fameuse « légende noire » et l’imaginaire romanesque et cinématographique de la souveraine.

Mère de trois rois et de deux reines, régente et conseillère privilégiée de ses fils, Catherine de Médicis poursuit pendant plus de quarante ans une politique de tolérance qui se démarque par sa modernité. Durant toute sa vie, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements marqués par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie.

Mécène, bâtisseuse, grande protectrice des arts et des lettres, elle participe au rayonnement culturel de son époque. Son activité architecturale autour de Paris et dans la vallée de la Loire, aussi bien dans les résidences royales comme Blois qu’à Chaumont puis Chenonceau, châteaux dont elle est propriétaire, ses commandes de dessins et de peintures, sa bibliothèque et les festivités et spectacles organisés par elle témoignent d’une implication hors du commun dans ce domaine.

Le colloque a pour objectif d’approfondir l’étude de la place de Catherine de Médicis dans la vie politique et culturelle de son temps, de faire émerger des sujets délaissés et de dégager de nouvelles perspectives de recherche. Près de 25 spécialistes, professeurs, conservateurs, chercheurs et doctorants en histoire et histoire de l’art venus de France, des États-Unis, d’Autriche et d’Australie, dresseront un portrait inédit de cette souveraine influente.

Télécharger le programme ici.

14-15 nov. 2019, Madrid : Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance 

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre
Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019.

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIe siècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

*L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte réglementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

*Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

*Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.
Télécharger le programme complet ici

Contact :
alvaro.adot chez casadevelazquez.org
denes.harai chez univ-pau.fr

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Les enfants dans les affrontements religieux aux XVIe et XVIIe siècles

Cycle de conférences proposé par le musée d’Aquitaine de Bordeaux.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et relativement efficaces.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Protestantisme et éducation militaire en France – 13 novembre 2019, 18 h
Enfances vécues, enfances racontées – 6 novembre 2019, 18 h
Les enfants des morisques – 11 décembre 2019, 18 h

Cycle proposé par Florence Buttay, maître de conférence en histoire, Université Bordeaux Montaigne – CEMMC

Image: Abraham Bosse, Le maistre d’escole, v. 1635, détail, BnF

 

Pau, 19 octobre 2019. Une conférence d’Isabelle His, “Célébrer la victoire, moquer l’ennemi”

Le samedi 19 octobre 2019 à 15h, la Société Henri IV et la Société des Amis du château de Pau  proposent une conférence :
 
Célébrer la victoire, moquer l’ennemi. L’action guerrière d’Henri IV en musique
par Isabelle His
 
Château de Pau, salle de conférences

Plusieurs pièces de musique peuvent être mises en relation avec le roi Henri IV, notamment pour marquer ses conquêtes militaires. On s’attardera sur un air latin peu connu qui semble devoir être mis en rapport avec les campagnes en Normandie d’Alexandre Farnèse, Duc de Parme, au printemps 1592.

Isabelle His, ancienne pensionnaire de la Villa Médicis (Académie de France à Rome) est professeure de musicologie à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent sur la musique de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Elle est notamment l’auteur de la monographie de référence sur Claude Le Jeune, compositeur de la chambre de Henri IV (Actes Sud, 2000), et du catalogue de ses œuvres dans la base de données Philidor du Centre de Musique baroque de Versailles.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Louis de Condé. Prince du sang et huguenot 1530-1569 – 3-4 octobre 2019 – Château de Chantilly

Les 3 et 4 octobre 2019, se tiendra au château de Chantilly le colloque “Louis Ier de Condé (1530-1569). Prince du sang et huguenot”, organisé par Hugues Daussy sous l’égide et avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels et scientifiques, au nombre desquels figure la Société Henri IV.

Le programme complet peut-être téléchargé ici Programme Condé.

Gaston d’Orléans et l’antiquité

Du 2 au 4 octobre 2019 se tiendra à l’université de Reims le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé par Valérie WAMPFLER et Céline BOHNERT.

Extrait de l’appel à communication : ce colloque se situera dans la lignée des études récentes de Pierre Gatulle et de Jean-Marie Constant qui, approfondissant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur.  La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion…

Télécharger le programme

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Pau, château – samedi 28 septembre 2019 – 15h

La Société des Amis du château de Pau propose une conférence de Juliette Superbie, doctorante en Histoire de l’Art  à l’Université de Toulouse II Jean Jaurès :

Les portraits d’Henri IV : un souverain mis en scène

Dans le prolongement de l’exposition Théâtre du pouvoir : le temps du béarnais présentée au Château de Pau du 17 octobre 2018 au 14 avril 2019, Juliette Souperbie s’attachera à interpréter plusieurs portraits d’Henri IV. Le béarnais est un souverain qui sut se mettre en scène et attacha de l’importance à son image en tant que soutien politique.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

L’Académie réformée de Saumur : nouvelles sources, nouvelles approches

Jeudi 26 septembre 2019

Saumur, Lycée Duplessis-Mornay, Amphithéâtre

Ouvert au public dans la limite des places disponibles

Accueil 9h45

10h15 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Introduction »

Séance 1 : Professeurs et enseignements

Président de séance : Thomas Guillemin

10h30 Marie-Claude Tucker(Maîtresse de conférences retraitée, Université de Clermont-Auvergne) : « Les professeurs-régents écossais à l’Académie de Saumur »

11h00 Jean-Paul Pittion(Professeur émérite, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours/Trinity College, Dublin) : « Philosopher à Saumur au xviiesiècle »

11h30 Albert Gootjes(Chercheur associé, Junius Institute, Calvin Theological Seminary) : « Enseigner la théologie à Saumur dans les années 1670 : autour d’un cours inédit d’Étienne Gaussen »

 

Séance 2 : L’Académie et ses livres

Président de Séance : Jean-Paul Pittion

14h00 Thomas Guillemin(Membre associé TEMOS-Université d’Angers) : « Ex Bibliotheca. Bilan de l’enquête sur les bibliothèques de l’Académie de Saumur »

14h30 Scott Mandelbrote(Fellow, Director of Studies in History, Cambridge University) : « Cappel, Morin, and the world of early modern biblical studies »

15h00 Kevin Trehuedic(Maître de conférences, Université de Paris-Est-Créteil) : « Archéologie de la méthode critique de Louis Cappel »

15h45 Conclusion

 

Comité d’organisation

Didier Boisson, Thomas Guillemin (Université d’Angers) et Kevin Trehuedic (Université de Paris-Est-Créteil)

 

Journée organisée avec le soutien de la Société d’Étude du xviiesiècle

Appel à communication: Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique

Colloque international du projet ANR AcRoNavarre, Madrid, Casa de Velázquez 14-15 novembre 2019

L’histoire religieuse de la Renaissance bénéficie d’un engouement incontestable parmi les historiens ces dernières décennies et des sources variées ont été utilisée pour l’écrire (registres/procès-verbaux des institutions ecclésiastiques, des instances judiciaires et des municipalités ; registres des notaires ; correspondances des princes et de leurs représentants, celles des villes, des bourgeois et des théologiens, journaux/mémoires des contemporains ; traités de théologie, etc.).

Dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, 1484-1594) financé par l’Agence nationale de la Recherche (2017-2020), ce colloque invite à réfléchir sur un type de source incontournable pour les aspects socio-politiques de l’histoire religieuse dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers. Certes, les édits de pacification promulgués par les souverains et les délibérations des assemblées représentatives (états généraux, diètes etc.) placées sous l’autorité du prince ont été amplement exploités dans l’étude des affrontements religieux du XVIesiècle, mais ces documents décisifs ne constituent qu’une petite part de la production d’actes, tant ces derniers sont nombreux et concernent aussi bien la confession catholique ou que celles issues de la Réforme.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la Casa de Velázquez, le colloque propose de tirer profit de la richesse des actes (ordonnances, lettres de commission, de confirmation, de confiscation, de création, de finances, de mainlevée, de provision, de rétablissement, de sauvegarde etc.) autour de trois axes étroitement liés :

Ø  L’intervention du prince dans le domaine ecclésiastique : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel pèse sur les cadres institutionnel et financier des Églises, en altérant, diminuant ou renforçant leurs prérogatives, en les supprimant ou créant de nouvelles, parfois par ordonnances, acte règlementaire d’un type nouveau. Quels sont les contextes d’intervention ? Quelle est la nature des interventions ? Quels sont les instruments d’intervention ? Quels sont les objectifs et les conséquences de l’intervention ?

Ø  Les ecclésiastiques au service du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le pouvoir temporel confie et fait exécuter des missions aux ecclésiastiques aussi bien dans sa politique intérieure que dans sa politique extérieure. Quelle est la place de ces missions dans le parcours des ecclésiastiques ? Comment sont-ils choisis, évalués, récompensés ou sanctionnés ? Comment remplissent-ils leurs missions ?

Ø  Les œuvres du prince : cet axe porte sur les actes par lesquels le prince vient en aide aux malades, veuves, orphelins, voyageurs, pauvres, etc. Quels sont les critères d’attribution de l’aide princière ? Quelles sont les catégories qui en bénéficient prioritairement ? Quels sont les temps forts et quel est la géographie de cette charité ? Comment cette charité s’articule avec celle que pratiquent les églises ?

Complétée par d’autres sources en fonction des études de cas et en s’appuyant sur les travaux récents, l’exploration des actes dans ces trois axes enrichira nos connaissances sur les relations entre le prince et les églises au temps des Réformes.

Les propositions de communication (comportant un titre, l’indication de l’axe envisagé, un résumé limité à 250 mots et une présentation biographique) doivent être envoyées jusqu’au 31 mai 2019, à alvaro.adot@casadevelazquez.orgET à denes.harai@univ-pau.fr.

Comité d’organisation : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Álvaro Adot (Casa de Velázquez), Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), Pierre Force (Columbia University), Cédric Michon (Université Rennes 2), Olivier Poncet (École nationale des chartes), Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid)

Conférences de la Société des Amis du château de Pau Janvier-juin 2019

La Société des Amis du château de Pau propose un programme régulier de conférences, au Musée national et domaine du château de Pau.

Pour le premier semestre 2019, plusieurs conférenciers aborderont  des thématiques en relation avec l’histoire du règne d’Henri IV et des guerres de religion :

Samedi 19 janvier 2019 à 15h : Florence Buttay,  Le sanglier navarrais. Caricatures d’Henri IV au temps de la Ligue

Après l’assassinat d’Henri III, l’affrontement entre les partisans d’Henri IV et ses farouches opposants catholiques, les ligueurs, ne s’est pas joué seulement sur les champs de bataille. Une intense guerre d’images et de mots l’accompagne. L’image du roi de Navarre y tient une place importante. Porc fangeux, chasseur rustaud ou sanglier navarrais : les ligueurs ne manquent pas d’imagination pour le caricaturer. Dans les villes rebelles, les enfants sont formés à la détestation du roi. A partir des dessins et des poèmes composés par les élèves du collège des jésuites de Paris, dans les années 1590, Florence Buttay, Maîtresse de conférence à l’Université de Bordeaux-Montaigne, évoquera ces portraits à charge destinés à renforcer la peur et donc la résistance des jeunes catholiques.

Samedi 16 février 2019 : Josette Groslière, Gabrielle d’Estrées, presque reine

La belle Gabrielle, que le roi couvrit d’honneurs, de titres et de bienfaits aurait sans doute été Reine de France si la mort ne l’avait pas emportée à l’âge de 26 ans, après qu’elle eut donné trois enfants au roi, dont son fils préféré, César de Vendôme.

Josette Groslière, Maître Assistant des Facultés de Droit honoraire, est historienne de la Gascogne et spécialiste de l’histoire événementielle du XVIe et XVIIe siècles.

Samedi 9 mars : Dénes Harai, Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Dénes Harai évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Dénes HARAI, membre de la Société Henri IV, est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur l’histoire politique française et hongroise des XVIe-XVIIe siècles. Universitaire, il soutient sa thèse sur les conseillers du roi de Navarre et du prince de Transylvanie ( XVIe-XVIIe siècles). Depuis janvier 2017 : il est chercheur post-doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, au sein de l’équipe ITEM (Identitiés, Territoires, Expressions, Moblités), dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), dirigé par le professeur Philippe Chareyre et  soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Samedi 20 avril : Jean Eimer,  Montaigne, encore un essai !

Jean Eimer vient de publier un livre « Montaigne, encore un essai ! », écrit sur le vif, comme si le penseur vivait parmi nous aujourd’hui. Ainsi se livre-t-il à des réflexions personnelles sur sa vie, ses centres d’intérêt et le monde qui l’entoure, en particulier celui de l’époque du jeune Henri IV .

Journaliste au Groupe Sud-Ouest où il a été notamment Directeur de la Rédaction de Sud-Ouest Dimanche, Jean Eimer est un fervent lecteur de Montaigne et un observateur alerte de son temps.

La Société Henri IV a établi un partenariat avec la Société des Amis du château de Pau. Elles coorganisent chaque année au mois d’octobre une conférence au Musée national et domaine du château de Pau.

 

APPEL A CONTRIBUTION – CATHERINE DE MEDICIS (1519-1589) : POLITIQUE ET ART DANS LA FRANCE DE LA RENAISSANCE

Appel à contribution se terminant le 22 mars 2019

Appel à communication pour un colloque international organisé dans le cadre des célébrations des 500 ans de la Renaissance par les châteaux de Blois et de Chaumont, avec le soutien de la région Centre-Val de Loire et la ville de Blois, les 21, 22 et 23 novembre 2019 aux châteaux de Blois et de Chaumont :

Catherine de Médicis (1519-1589) : politique et art dans la France de la Renaissance

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever en 1589 au coeur de la 8e guerre de religion. L’ampleur de son œuvre politique et culturelle représente un défi pour les spécialistes de l’histoire et de l’histoire de l’art qui doivent se confronter aussi à une historiographie particulièrement dense et divergente. Dès son vivant, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements imprégnés par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie qui ont cours à son époque. Sous la plume des contemporains se dessine ainsi sa « légende noire » qui perdure au cours des siècles et marque encore aujourd’hui l’imaginaire à son sujet […].

Voir le texte complet de l’appel à contribution ici.

Conseil scientifique
Susan Broomhall, The University of Western Australia
Luisa Capodieci Bayard, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance, Écouen
Jérémie Foa, Aix-Marseille Université
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Université de Warwick

Organisateurs
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance, Écouen
Caroline zum Kolk, Institut d’études avancées de Paris, Cour de France.fr

Modalités de soumission
Les propositions de communication sont à envoyer à Guillaume Fonkenell (guillaume.fonkenell@culture.gouv.fr) et Caroline zum Kolk (zumkolk@cour-de-france.fr) le 22 mars 2019 au plus tard.
Les participants recevront début avril une notification au sujet de leur participation au colloque.

Les propositions doivent inclure :
les nom, prénom, adresse électronique, statut, discipline et affiliation du chercheur ou de la chercheuse ;
le titre de la communication ;
un résumé d’une page de la proposition, spécifiant le contenu de la communication, la méthode employée et les sources mobilisées ;
éventuellement la thématique dans laquelle s’inscrit la proposition.

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais. La majorité des échanges auront lieu en français et il est donc attendu des participants une compréhension du français leur permettant de suivre les discussions.

Montrer le pouvoir, Pau – 8 février 2019

 

« Montrer le pouvoir » (journée d’étude, 8 février 2019)

En lien avec l’exposition  “Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais ” au Château de Pau et le projet ANR « AcRoNavarre », cette journée d’étude se propose d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Musée national et domaine du Château de Pau
Château de Pau
2, rue du château
64000 Pau

PROGRAMME

9h Ouverture et présentation de la journée

Première partie : Manifestations du pouvoir

9h15 : Philippe Chareyre (UPPA) : Les entrées de François Ier et de
Charles IX à Nîmes

9h45 : Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Le dernier grand
spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret

10h15 : Pause

10h30 : Dénes Harai (UPPA) : L’affichage du pouvoir d’Henri de Navarre au royaume de France à travers ses lettres de sauvegarde
(1576-1589)

11h : Olivier Caporossi (UPPA) : La monnaie du pouvoir souverain
chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle: enjeux politiques
d’une monarchie en crise

11h30-12h : Discussion

Seconde partie : Arts et pouvoir

14h : Delphine Trébosc (UPPA) : Collections d’antiques et
représentation du pouvoir sous les Valois

14h30 : Claude Mengès-Mironneau (Musée national du château de Pau) : Les
arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle: le pouvoir et le
goût

15h : Paul Mironneau (Musée national du château de Pau) : Le trop conventionnel ‘Triomphe d’Henri IV’ (vers 1599-1610, musée
des Beaux-Arts d’Orléans) ou plusieurs images du pouvoir en un
seul tableau

15h30 : Discussion

Visite de l’exposition « Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais »

Appel à communication: Perceptions et représentations des frontières et des espaces frontaliers au Moyen Âge et à l’époque moderne (IXe–XVIIIe siècles)

Université d’été du 21 au 24 mai 2019, à l’IHA, organisée par Maximilian Groß et Robert Friedrich (IHA) en coopération avec Christophe Duhamelle (EHESS), Rainer Babel, Rolf Große (IHA) et Sven Jaros (université de Leipzig)

Appel ouvert jusqu’au 30 novembre 2018.

La recherche sur les frontières et les zones frontalières est un sujet actuel, aussi bien dans les sciences historiques que dans d’autres sciences humaines. L’université d’été, qui aura lieu en mai 2019 à l’Institut historique allemand de Paris, se consacrera à ce thème dans une perspective transnationale de longue durée. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’études récentes qui analysent les zones frontalières de manière différenciée et dépassent ainsi les modèles rigides centre vs. périphérie. Ces catégories sont moins immuables que dépendantes du contexte dans lequel elles sont évoquées; par ailleurs, l’étude des acteurs locaux des régions frontalières est déterminante afin de questionner les récits établis. Le tournant historiographique du spatial turn a quant à lui mis en exergue le caractère construit des frontières ainsi que leurs représentations et perceptions historiques. L’université d’été aborde ce sujet sous deux angles. En premier lieu, pour étudier le phénomène des régions frontalières du Moyen Âge à la période moderne, il convient de mettre en lumière leurs représentations dans les sources. Cet appui constant sur les sources primaires permet d’une part d’éviter une (re)construction moderne et ahistorique du concept d’»espace frontalier«, d’autre part de comprendre comment les zones frontalières ont été décrites dans des contextes différents. En second lieu, afin de pouvoir examiner ces zones frontalières d’une façon plus différenciée, il convient de les contextualiser à l’aune de leurs interdépendances régionales respectives. Au travers de cette régionalisation, qui s’accompagne d’une déconstruction partielle de la frontière en tant que concept uniforme avec des spécificités universellement valables, les espaces peuvent être analysés dans leurs propres qualités et dynamiques multiples.

L’approche de l’université d’été permettra de comparer des études de cas du Moyen Âge et de l’époque moderne et d’obtenir ainsi de nouvelles perspectives sur les processus de territorialisation et de formation de l’État dans leurs spécificités et diversités respectives. Cette approche ne sera pas délimitée par un cadre géographique restreint: les candidatures sont ainsi ouvertes aux jeunes scientifiques dont les thèmes de recherche portent aussi bien sur les espaces franco-allemands qu’européens ou mondiaux.

Les questions suivantes pourraient être abordées:
– Comment les frontières sont-elles représentées dans les sources médiévales et modernes?
– Quel desseins poursuivent les auteurs de ces représentations?
– Quels termes et concepts sont utilisés pour décrire les frontières et les espaces frontaliers?
– Quelles sont les (catégories de) sources qui signalent les frontières et les zones frontalières?
– Quel(s) rôle(s) jouent les »pouvoirs centraux« dans les conflits frontaliers?
– Quel(s) rôle(s) jouent les acteurs locaux?
– Les représentations diffèrent-elles en fonction des destinataires?
– Peut-on observer différentes stylisations d’un même espace en même temps?
– Comment les conflits frontaliers s’inscrivent-ils dans des contextes politiques plus larges?
– Comment les frontières sont-elles construites dans différents contextes?
– Dans quelle mesure la représentation d’un espace frontalier dépend-elle de son contexte?
– Dans quelle mesure la représentation des zones frontalières change-t-elle au fil du temps?

L’université d’été donnera l’occasion à 14 doctorantes et doctorants, post-doctorantes et post-doctorants ainsi qu’étudiantes et étudiants en M2 avec un projet de mémoire de présenter leur travail. Les conférences (environ 20 minutes) seront commentées par les autres participantes et participants. Avant le début du colloque, les résumés des contributions seront publiés sur le blog »Veranstaltungen am DHIP« (https://dhip.hypotheses.org) afin de les faire connaître à un public intéressé. Outre les interventions des participantes et participants, deux conférences introductives à la recherche sur les frontières en Allemagne et en France seront proposées: Susanne Rau (Erfurt) prenant en charge la partie allemande, Léonard Dauphant (Metz) la partie française. Une conférence publique de David Abulafia (Cambridge) intitulée »Maritime Spaces. Historical and Methodological Reflections« aura de surcroît lieu dans le cadre du cycle annuel »les Jeudis de l’IHA«. Une visite de la collection des cartes des Archives nationales conclura le programme et donnera aux participantes et participants l’occasion de réfléchir sur les représentations frontalières à partir de sources topographiques.

Informations pratiques: les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par l’organisation ‒ sous réserve d’un financement de l’Université franco-allemande. Les langues principales de l’université d’été sont l’allemand et le français, mais des contributions en anglais sont possibles. La maîtrise active d’une langue étrangère et la compréhension passive de la seconde sont requises. Une affiliation à une université allemande ou française est souhaitée, mais ne présente nullement une condition préalable. Veuillez envoyer les documents de candidature suivants dans l’une des langues de la conférence à Maximilian Groß (mgross@dhi-paris.fr) et Robert Friedrich (rfriedrich@dhi-paris.fr): résumé de la contribution prévue (max. une page), CV académique avec liste de publications (si disponible), détails sur vos compétences linguistiques.