Archives de catégorie : Colloques

Appel à communication: Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) – L’artiste créateur

Journée d’études interdisciplinaire Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay – Centre de Recherches du Château de Versailles Cycle « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) » Journée d’études I : L’artiste créateur Château de Versailles, 31 mai 2018

Lorsque François Ier confie à Primatice, envoyé à Rome, la mission de rapporter des moulages d’antiques pour Fontainebleau, le roi de France entend bien enrichir sa collection, encore balbutiante, de sculptures témoignant de son goût pour les choses du passé, mais aussi de son rêve tout politique de voir Fontainebleau devenir « une nouvelle Rome », selon le mot complaisant de Vasari. Quand Louis XIV confie à Adam Van der Meulen la réalisation de quatre vues de résidences royales pour le décor de sa chambre à Saint-Germain-en-Laye, l’artiste n’aurait certainement pas imaginé que ses peintures seraient présentées, quelques années plus tard, avec les chefs-d’œuvre des collections versaillaises. Enfin dans les années 1770-1780 le comte d’Angiviller organise pour Louis XVI la commande de vastes compositions peintes ou sculptées sur le thème de l’histoire du royaume, afin de doter le futur museum royal de collections « patriotiques » mises à la disposition des artistes et du public par un souverain éclairé.
En proposant d’explorer le rôle polyvalent des artistes dans la construction, l’organisation et la gestion des collections royales et princières françaises (y compris celles des cardinaux-ministres), cette série de journées d’études a l’ambition d’entamer un travail interdisciplinaire autour de l’histoire sociale et politique des collections à l’époque moderne, de la fin du XVe siècle à la fin de l’Ancien régime.
La place de l’artiste dans les processus complexes qui régissent l’élaboration des collections mérite en effet un questionnement réunissant historiens, historiens de l’art, conservateurs, sociologues de l’art et croisant les champs et objets d’étude. Trois journées y seront consacrées : la première vise à explorer le rôle de l’artiste comme créateur ; la seconde cherchera à comprendre le rôle de l’artiste comme intermédiaire ou médiateur ; la troisième s’interrogera sur l’artiste gestionnaire de l’espace et du contenu des collections royales ou princières.
Nombreuses sont les études qui, depuis un demi-siècle, se sont intéressées aux rapports entre l’art et la société, en particulier à travers le prisme du collectionnisme, dans la lignée des études fondatrices de Francis Haskell et d’Antoine Schnapper. Les questions du statut de l’artiste et du « métier de peintre » ont connu un important renouvellement (M. Warnke, J.-M. Montias, N. Heinich) grâce à des travaux incluant le rôle des institutions académiques, l’influence du contexte politique et la question fondamentale de la transformation des publics. Le goût des amateurs et collectionneurs (Ch. Guichard), la pratique de la commande, du patronage, du mécénat, le rôle des marchands et des divers intermédiaires dans la mise en place du marché de l’art (G. Glorieux), la naissance des musées (D. Poulot) à partir des collections royales ou particulières sont autant de thématiques qui, elles aussi, ont bénéficié de l’attention d’historiens de l’art, d’historiens et de sociologues de l’art. Dans l’histoire de la production des œuvres collectionnées, l’amont (mécénat, contexte matériel et culturel) et l’aval (réception, sociologie des collectionneurs, des regards, des objets) sont des champs qui ont déjà bénéficié d’un défrichement. Mais force est de constater le très faible nombre d’études (au-delà de rares monographies) qui s’interrogent sur le rôle qu’ont pu jouer les artistes dans la construction ou la transformation des collections royales et princières françaises à l’époque moderne.
À l’occasion de cette première journée d’études autour de « l’artiste créateur », de multiples questions peuvent être posées afin de contribuer à une histoire sociale voire politique du collectionnisme qui s’intéresserait aussi aux producteurs (d’originaux ou de copies).
Les thèmes et les genres connaissent-ils une évolution du fait de la commande pour les collections ? L’artiste employé à cet effet puise-t-il son inspiration dans d’autres collections ? Le rapport au modèle italien à la Renaissance, puis aux grands modèles européens (collections de Rodolphe II, Philippe IV, Charles Ier, Christine de Suède, collections des souverains pontifes et de leurs neveux, mais aussi de Mazarin, Olivares ou Gaston d’Orléans) doit être posé notamment pour le XVIIe siècle où la possession et l’ostentation d’une riche collection déterminent et signent la puissance culturelle du monarque. Le rôle de l’artiste dans la recomposition ou le parachèvement d’une collection exogène mérite un questionnement : ainsi de Poussin et Stella à qui Richelieu fit appel pour compléter le décor du grand cabinet du château de Richelieu après l’acquisition des tableaux du studiolo d’Isabelle d’Este. Dans ces conditions fortement contraintes, quelle peut être la liberté créatrice de l’artiste qui doit – comme plus tard Mignard pour la Petite Galerie – se conformer à une nécessaire harmonie d’ensemble, et à des proportions strictement imposées ?
Qui sont les artistes employés par les souverains et les Princes ? Leur origine géographique, sociale, leur milieu culturel diffèrent-ils de ceux des artistes qui ne créent pas spécifiquement pour les collections ? Leurs conditions de travail sont-elles différentes ? La question du statut des « producteurs d’art » dans le contexte du collectionnisme royal doit être posée puisqu’elle recoupe celle du rapport de l’artiste au souverain de manière plus générale. Quels sont les bénéfices socio-symboliques à travailler à l’enrichissement de la collection royale ? Du prestigieux artiste « invité », qui demeure la norme jusqu’au milieu du XVIIe siècle, à l’artiste académicien désormais jugé par un public dans le cadre du Salon, une évolution, qui n’est pas nécessairement linéaire, pourra être brossée.
À partir de quelles sources peut-on connaître le rôle des artistes dans la construction des collections artistiques des souverains ? En effet, à une époque où l’on assiste à la raréfaction du contrat – du fait, notamment, du mécénat d’État – quelle documentation, au-delà des œuvres elles-mêmes, permet d’appréhender à la fois le goût du souverain, les choix esthétiques, politiques, mis en œuvre dans la relation avec les artistes désignés ?
La place du présent diplomatique pourra être également abordée, dans la mesure où l’on peut retracer la commande d’une ou plusieurs œuvres par des souverains étrangers à des artistes de renom (une constante de ce phénomène) dans le but d’en faire don aux rois de France : le cas le plus fameux des présents italiens à François Ier (la Vénus de Lorenzo Costa offerte par François II de Gonzague, les tableaux de Raphaël envoyés par Léon X, la « corne de licorne » enchâssée par Tobia et offerte par Clément VII…) pourra être complété par des exemples plus tardifs ou de provenances différentes.
Et qu’en est-il des princes eux-mêmes artistes, ou des artistes eux-mêmes collectionneurs, créateurs d’une collection en somme, qui peuvent léguer à leur commanditaire un cabinet d’art et de curiosités ?
Enfin, quelles sont les mutations (sociales, esthétiques, voire économiques) induites par les bouleversements que connaît le monde des arts au XVIIIe siècle, où les collections royales se développent via l’institutionnalisation du Salon mais aussi sous l’impulsion du projet de museum royal durant les quinze dernières années de l’Ancien Régime ?

Afin d’éviter l’écueil de la juxtaposition de cas particuliers ou de monographies, les communications thématiques et une approche diachronique seront privilégiées : l’histoire et la sociologie récentes des objets et des acteurs du monde de l’art nous invitent à explorer la position de l’artiste employé par les souverains et les princes dans la construction des collections – d’abord royales ou privées, plus tard dans l’optique du projet de museum royal des arts – et les conséquences de ces commandes sur le statut de l’artiste, qu’il soit artiste de cour ou extérieur à celle-ci, avant le temps des académies, durant l’âge d’or de celles-ci et au siècle des Lumières. En peinture, en sculpture, en orfèvrerie, tapisserie ou numismatique, dans le domaine de l’architecture où les artistes sont invités à concevoir ou rénover les espaces accueillant les collections, la plupart des domaines artistiques sont concernés par cette création ou cette recréation : il ne faut en effet pas oublier la réalisation de copies et de moulages, d’antiques ou de modernes, visant généralement à combler les manques des collections royales, sans oublier le phénomène de la restauration.
Ces quelques pistes ne sont pas limitatives et les organisateurs veilleront à prendre en compte toutes les propositions. Les études de cas seront acceptées dès lors que l’auteur proposera une montée en généralité en conceptualisant ou en offrant des comparaisons à différentes échelles.
Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront être prononcées en français ou en anglais.
Les propositions de communication, composées d’un titre, d’un résumé d’une vingtaine de lignes et d’un court CV (en indiquant le rattachement administratif) sont à envoyer avant le 31 janvier 2018 à delphine.carrangeot chez uvsq.fr

Calendrier :

  • clôture de l’appel à communications : 31/01/2018
  • annonce des communications retenues : 15/02/2018
  • date de la journée d’études : 31/05/2018
  • Comité d’organisation :Delphine Carrangeot, MCF en histoire moderne, UVSQ, Laboratoire DYPAC Mathieu da Vinha, Directeur scientifique, Centre de Recherches du Château de VersaillesComité scientifique :
    Etienne Anheim, Directeur de Recherches, EHESS Marianne Cojannot-Leblanc, Professeur en histoire de l’art, Paris X-Nanterre Laure Fagnart, Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS, Université de Liège Guillaume Faroult, Conservateur en chef, Peintures françaises du XVIIIe siècle et peintures britanniques et américaines, Musée du Louvre Charlotte Guichard, Directrice de Recherches, CNRS-IHMC Pauline Lemaigre-Gaffier, MCF en histoire moderne, UVSQ, Laboratoire DYPAC Séverine Lepape, Conservateur, Département des Arts graphiques, Musée du Louvre Alexandre Maral, Conservateur en chef, Département des sculptures, Château de Versailles – Directeur du Centre de Recherches du Château de Versailles

Journée d’étude: vice-rois et lieutenants généraux (Navarre, Espagne, France)

Les alter ego des souverains, vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance
Vendredi 26 janvier 2018
Musée national et domaine du château de Pau, rue du Château, 64000 Pau
Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA
Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT
À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ?
Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

Programme

9.00 – Accueil
9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

 

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause
11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

 

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30 – Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause
15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

Besançon, 16 – 18 Novembre 2017 – ANTIQUITÉ, ARTS ET CULTURE : LES GRANVELLE AU CŒUR DE LA RENAISSANCE

A l’occasion du 500e anniversaire de la naissance d’Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), un colloque international est co-organisé par l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité (ISTA) et par le Centre Lucien Febvre (CLF) de l’université de Franche-Comté en partenariat avec la ville de Besançon.

Il célèbrera la culture classique et humaniste à travers cette famille comtoise et l’étude de ses collections, de son patrimoine et de son mécénat : Les Granvelle. Il a pour objet de célébrer la culture classique et humaniste d’Antoine Perrenot de Granvelle, cet homme d’État de tout premier plan et grand prélat, qui fut un fidèle serviteur de l’empereur Charles Quint puis de son fils le roi d’Espagne Philippe II, ainsi que celle de sa famille.

Le cardinal fut aussi un mécène et un collectionneur. Si l’intérêt s’est déjà porté, dans le passé, sur son mécénat et sa bibliophilie, il reste beaucoup à faire pour connaître l’état de ses collections et leur destinée, pour comprendre sa culture classique, son intérêt pour l’Antiquité et pour cerner ses réseaux et relations.

Ce colloque rassemblera une vingtaine d’historiens, historiens de l’art, philologues et musicologues dont une moitié venue d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, d’Angleterre et de la République tchèque, et sera la première initiative d’envergure après les réunions pionnières de Besançon (Les Granvelle et l’Italie au XVIe siècle, 1992) et Louvain (Les Granvelle et les anciens Pays-Bas, 1994). Il permettra d’avoir une vision plus nette et plus précise de cette famille qui compte parmi les plus importantes sur l’échiquier européen et d’offrir ainsi une synthèse cohérente, attendue par la communauté scientifique.

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.
Télécharger le programme ici.

Contacts
Rudy Chaulet
Institut des sciences et techniques de l’Antiquité
rudy.chaulet@univ-fcomte.fr
et
Catherine Chedeau-Arabeyre
Centre Lucien Febvre
catherine-chedeau_arabeyre@univ-fcomte.fr

Lieu
Salle de conférences de la MSHE – Maison des sciences de l’homme et de l’environnement Claude Nicolas Ledoux
1 rue Charles Nodier
25000 Besançon

 

9 et 10 novembre 2017, La Rochelle – Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique

Didier POTON, Professeur émérite d’histoire moderne au CRHIA (Université de La Rochelle), organise un colloque sur le thème :

Imprimeurs et libraires protestants de la France atlantique à l’époque moderne (16ème – 17ème siècles)

Lieux :
9 novembre matin : médiathèque Michel Crépeau
9 novembre après-midi : Université de La Rochelle – UFR FLASH
10 novembre : Archives départementales de la Charente Maritime

Partenaires :
Médiathèque Michel Crépeau de La Rochelle
Archives départementales de la Charente Maritime
Musée rochelais d’histoire protestante
Association ARCADD, 500 ans de Réforme

Jeudi 9 novembre – Médiathèque Michel Crépeau
9h30 : Accueil
– 10h : Jean-Paul Pittion : « Le livre protestant français dans l’espace européen des réformes »
– 11h30 : Présentation de l’exposition « Libraires et imprimeurs protestants de la Rochelle, XVIe-XVIIe siècle ».

Faculté des lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH)
14h-16h30 : Séance sous la présidence de Pascal Even, Président de l’Académie des Belles Lettres de La Rochelle (FLASH) :
– Jean-Claude Bonnin : Au service de la propagande protestante : l’imprimeur Barthélémy Berton et son atelier
– R. Jimenez : Devenir Rochelais : le parcours mouvementé de Pierre Haultin
– Muriel Hoareau : L’activité d’une famille d’imprimeurs rochelais : les Haultin
Débats et pause
– Mickaël Augeron : Des livres interdits en terres ibériques : les marins huguenots et la diffusion des idées réformées dans la seconde moitié du XVIe siècle
– Jean Flouret : La diffusion du livre protestant à La Rochelle de 1628 à 1685
– Eric Suire : Le livre religieux en Aquitaine au XVIIe siècle

Vendredi 10 novembre – Archives Départementales de Charente-Maritime
9h-10h30 : sous la présidence de Louis-Gilles Pairault, Directeur des Archives Départementales de Charente-Maritime
– Didier Boisson : La place des libraires et imprimeurs saumurois dans les querelles internes à l’Église de Saumur au XVIIe siècle.
– Thomas Guillemin et Kevin Trehuedic : A la recherche de la bibliothèque perdue : livres et lecteurs de l’Académie de Saumur
– Luc Daireaux : Libraires et imprimeurs protestants en Normandie au XVIIe siècle.

Débats et pause

11h30 : Visite de l’exposition « Les protestants en Aunis et en Saintonge de la Réformation à la Révolution », Archives Départementales de Charente-Maritime

12h30 : déjeuner

14h. – 16h. : sous la présidence de Didier Poton, Professeur des Universités émérite à l’Université de La Rochelle (CRHIA)
– Philippe Chareyre : Libraires et imprimeurs orthéziens aux XVIe et XVIIe siècles
– Marielle Mourenche : Le fonds des impressions protestantes du Sud-Ouest de la bibliothèque de l’ancienne faculté de théologie de Montauban.
– Muriel Hoareau et Jean-Christophe Burie : Présentation d’un projet de reconnaissance informatique des caractères typographiques (sous réserve)

16h30 : Conclusions par Didier Poton, Professeur des Universités émérite à l’Université de La Rochelle (CRHIA)

Site de référence :
https://www.crhia.fr/actu.php?num_actu=725#bloc

Contact : Isabelle MARCHESSEAU : isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

Appel à communication: La mémoire des guerres de religion

Colloque international, 6-8 septembre 2018
Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier

Organisé par David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

APPEL A CONTRIBUTION

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion. Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794. Les doctorants et post-doctorants sont particulièrement encouragés à soumettre une contribution. Les propositions sont à adresser à rememberingthewars@gmail.com, assorties d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) et d’un bref curriculum vitae avant le 15 janvier 2018. Le Comité scientifique communiquera sa décision le 28 février 2018. Les frais d’hébergement (2 nuits) et de restauration à Montpellier seront pris en charge par les organisateurs.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden. Pour en savoir davantage sur ce projet, consultez http://vanderlinden.weebly.com.

19-20 oct. 2017, Paris : Santé et médecine à la cour de France (Moyen Âge-XIXe siècle)

Colloque international, organisé par Stanis Perez (MSH Paris Nord) et Jacqueline Vons (Université de Tours / SFHM) dans le cadre de l’axe de recherche « La médecine à la cour de France » de Cour de France.fr, consacré aux questions relevant de la santé et de la médecine à la cour de France, du Moyen Âge au XIXe siècle.

Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Inscription gratuite obligatoire sur le site de l’Institut d’études avancées de Paris :
Aller au formulaire d’inscription

Programme:

Jeudi 19 octobre
9h15 : accueil 
9h45 : introduction au colloque par Stanis Perez

10h-12h- La cour, un lieu privilégié des connaissances et des pratiques médicales ?
Président de séance : Alexandre Lunel, Université Paris 8

Franck Collard, Université Paris X-Nanterre
Entre savoir et pouvoir : les professionnels de la santé à la cour de Charles VII.

Évelyne Berriot-Salvadore, Université de Montpellier
La cour, caution et vecteur d’un savoir médical vulgarisé

Stanis Perez, MSH Paris Nord
Antimoine, médecine et alchimie à la cour autour de la guérison de Louis XIV en 1658

12h-14h – Déjeuner

14h-18h – Quand la cour est malade…
Présidente de séance : Élisabeth Belmas, Université Paris XIII

Bénédicte Lecarpentier-Bertrand, Université Paris XII-Créteil 
Des corps souffrants et sous surveillance : problèmes et soins de santé à la cour de France dans la première moitié du XVIIe siècle (années 1590-1670)

Xavier Le Person, Université Paris IV, IEP Paris
Les Mercures de la politique. Les médecins de cour au chevet de la politique en France aux XVIe et XVIIe siècles

Justin Rivest, Université de Cambridge
Médicaments curiaux, médicaments charitables : Le médecin de cour Adrien Helvétius et la distribution des remèdes aux soldats et aux pauvres sous Louis XIV

15h40-16h00 – Pause

Geneviève Xhayet, Université de Liège
Curistes issus de la cour de France aux eaux de Spa

Charles-Eloi Vial, BnF
Soigner et être malade à la cour de Napoléon Ier

Vendredi 20 octobre

9h30-12h – Le monde médical à la cour : influences et stratégies …. 
Président de séance : Vivian Nutton, First Moscow State Medical University

Isabelle Coquillard, Université Paris X-Nanterre
L’affirmation d’un groupe professionnel à la cour

Joël Coste, EPHE (APHP)
Chirac, la Cour et la peste de Provence (1720-3)

Jacques Rouessé, Académie nationale de médecine
La maladie de Louis XV l’été 1721

Jacqueline Vons, Université François-Rabelais de Tours, présidente de la SFHM 
Pierre Dionis, chirurgien aulique (1643-1718)

12h-14h – Déjeuner

14h-16h – Le médecin de cour en montre
Président de séance : Guy Cobolet, Bibliothèque interuniversitaire de Santé

Magdalena Koźluk, Université de Lödz
Prescrire et plaire aux Seigneurs et aux Dames de la cour : Les Ordonnances de N. A de la Framboisière

Chloé Perrot, université de Lille 3, École du Louvre
La Médecine absente. Portraits de médecins de cour du XVIe au XIXe siècle

Loïc Capron, Université Paris-Descartes, APHP
Diafoirus père et fils, ou la revanche des médecins auliques ?

Conclusions du colloque par Jacqueline Vons

Périgueux, 29 sept.-1er oct. 2017: Châteaux et spectacles

Périgueux, 29 et 1er octobre 2017, Bibliothèque municipale, salle Jean Moulin;

30 septembre 2017 : Salle de l’Orangerie des Jardins Perdoux, Entrée gratuite

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacre son colloque annuel aux liens entre Châteaux et spectacles, du Moyen Âge à nos jours, en s’intéressant autant aux demeures royales qu’aux autres châteaux européens aussi modestes soient-ils.

Dans les années 70, aux beaux jours de l’anthropologie historique et de la Nouvelle histoire, avec le développement de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, l’histoire des fêtes et des spectacles a connu une heure de gloire. Elle s’inscrivait alors dans la partition entre culture savante et culture populaire initiée par Robert Mandrou. Critiqué et révisé, ce clivage a glissé vers une approche en termes d’échanges, de circulations, de réception et d’acculturation, s’insérant dans une histoire culturelle englobant histoire sociale et histoire politique. Depuis le début des années 2000, de nouvelles approches, notamment en histoire médiévale et contemporaine, sont le fait de littéraires et d’historiens. L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose en effet de conforter l’adhésion de la population, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe alors de la cérémonie du pouvoir, les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, servant à la fois à appuyer la souveraineté ou à susciter une contre-image.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en abordant ces thèmes au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires et de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords et ce jusqu’à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux.

Programme disponible en suivant ce lien

Appel à communication : Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles

Appel à communication finissant le 1er octobre 2017

L’université d’Arras organise une journée d’études le vendredi 10 novembre 2017 sur Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité…

Télécharger l’appel à communication ici.

 

 

 

 

Lyon, 30 juin-1er Juillet 2017, Définir l’hétérodoxie dans le protestantisme, entre Églises et États (XVIe-XVIIIe s.)

Colloque organisé par Noémie Recous et Yves Krumenacker

Programme

Vendredi 30 juin 2017

Salle de la Rotonde (18 rue Chevreul)

9h : Ouverture, par Peter Wirtz, vice-président Recherche, Université de Lyon Jean Moulin

9h10 : Introduction, par Noémie Recous et Yves Krumenacker (Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA)

1ère session : L’hétérodoxie dans les États protestants

Présidence de séance : Mark Greengrass (Sheffield University)

9h50 : Giovanni Gellera (Université de Lausanne) : James Dundas (c.1620-1679) and Charles II : Religious Tolerance, Freedom of Conscience, and the Limits of the Sovereign

10h20 : Christian Maurer (Université de Lausanne) : Archibald Campbell et le « Committee for Purity of Doctrine » : La définition de l’orthodoxie dans l’église presbytérienne écossaise au début des Lumières écossaises

10h50 : Anne Lagny (ENS Lyon) : August Hermann Francke dans les troubles de Leipzig (1689) : les enjeux de la défense contre les accusations d’hétérodoxie pour l’établissement du piétisme allemand

11h20 : Joke Spaans : (Universiteit Utrecht ) : Refuting Socinianism in the Dutch Republic

11h50 : Discussions

2e session : Les querelles internes au protestantisme dans les pays catholiques ou multiconfessionnels

Présidence de séance : Raymond Mentzer (University of Iowa)

14h : Didier Boisson (Université d’Angers, CERHIO) : Définir une orthodoxie. Les rapports entre l’Académie de Saumur et les synodes provinciaux de l’Ouest après 1660

14h30 : Thomas Guillemin (Université d’Angers, CERHIO) : Jurieu face à l’aile radicale de l’École de Saumur : une définition éristique de l’hétérodoxie

15h : Frédéric Schwindt (Université de Lorraine, CRUHL) :Une confession hétérodoxe par nature : les anabaptistes mennonites (branche suisse)

15h30 : Pawel Kras (John Paul II Catholic University of Lublin) : Framing the limits of orthodoxy within Protestant communities in sixteenth century Poland

16h: Discussions

3e session : Querelles internes et coexistence confessionnelle

Présidence de séance : Willem Frijhoff (Université Érasme de Rotterdam)

16h45 : Julien Léonard (Université de Lorraine, CRUHL) : « Une question religieuse ou politique ? La condamnation de l’antitrinitaire Noël Journet à Metz en 1582 »

17h15 : Andreas Nijenhuis-Bescher (CRULH / ANR LoDoCAT) : Autorités, Églises et orthodoxie dans une société pluriconfessionnelle. Collatéralité et supériorité aux Provinces-Unies, de la Pacification de Gand à l’époque révolutionnaire

17h45 : Discussions

Samedi 1er juillet 2017

Archives départementales (34 Rue du Général Mouton-Duvernet)

Présidence de séance : Noémie Recous (Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA)

3e session : Querelles internes et coexistence confessionnelle

9h : Charles-Edouard Aubert (Université de Strasbourg) : L’interprétation politique de l’édit de Nantes par les juristes des XVIe et XVIIe siècles : la recherche de la concorde civile comme garantie du repos public (1598-1610)

9h30 : Simone Baral (Università degli Studi di Torino, Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA) : « Le Roi aime les Vallées, et il a appris que vous les troublez ». L’“hétérodoxie” réveillée aux Vallées vaudoises entre églises, autorités civiles et Etat (1825-1835)

10h : Discussions

4e session : Institutions protestantes et État :

Présidence de séance : Yves Krumenacker (Université de Lyon Jean Moulin, LARHRA)

10h45 : Chrystel Bernat (Institut Protestant de Théologie, Montpellier) : « L’hétérodoxie protestante au prisme des Synodes du Désert (1715-1793). Sujets de division et gestion de la contestation : les instances synodales face à l’enjeu de l’orthodoxie et la quête de légitimité protestante en France au XVIIIe siècle »

11h15 : Philippe Chareyre (Université de Pau) : Le synode et le magistrat dans la souveraineté protestante du Béarn au XVIe siècle

11h45 : Discussions

Présidence de séance : Philippe Chareyre (Université de Pau)

14h : Monique Weis (FNRS, Université libre de Bruxelles) : Définir et condamner le « quakerisme », en continuité avec le combat réformé contre les « spiritualistes »

14h30 : Slavko Slišković, Ana Biočić (faculté de théologie, Université de Zagreb) : L’Église et l’État face au protestantisme dans les territoires croates

15h : Willem Frijhoff (Université Érasme de Rotterdam) : Hétérodoxie catholique : Le jansénisme aux Provinces-Unies entre Rome et Calvin

15h30 : Discussion

16h15 : Conclusions : Christian Grosse (Université de Lausanne)

Orléans 7-9 juin 2017, Les rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours

Colloque international organisé par le laboratoire  Pouvoirs-Lettres-Normes, Université d’Orléans.

Dans une perspective interdisciplinaire qui a vocation à réunir des spécialistes divers (historiens, historiens du droit, littéraires, civilisationnistes, anthropologues, sociologues, ethnologues, etc.), ce colloque se propose d’explorer les rituels de la vie privée et publique du Moyen-Age à nos jours.
S’il convient d’interroger les rituels comme pratiques réglées et codifiées, c’est surtout l’articulation – phénomènes d’analogie, d’imitation, de contamination, d’inclusion, d’extension, ou inversement de distinction ou d’exclusion – entre des formes de ritualité de la vie personnelle ou familiale, domestique, voire quotidienne, et des pratiques rituelles de la sphère publique, c’est-à-dire sociale, politique, religieuse, juridique et plus largement institutionnelle et culturelle, qu’il s’agira d’examiner et d’analyser.

Programme disponible ici

Angers, 21-23 juin 2017. Entre Institutionnalisation, Répression et Refuge

Entre Institutionnalisation, Répression et Refuge : le Protestantisme Français au XVIIe siècle (1598-1715)
17e Colloque international organisé par Didier Boisson, professeur d’histoire moderne au CERHIO

Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines
Maison de la Recherche Germaine Tillion, salle de conférence

Entrée gratuite sur inscription : giliane.thibault @ univ-angers.fr

Télécharger le programme ici.

29-30 mars 2017 – Chicago – Penser et agir à la Renaissance

La FISIER organise un colloque international et une table ronde à l’université de Chicago les 29-30 mars et 1er avril sur le thème :

Penser et agir à la Renaissance / Thought and action in the Renaissance

Voir le programme complet ici.

 

Appel à communications: 30 mars 2017. Kings and Queens 6: At the Shadow of the Throne

Kings and Queens 6: At the Shadow of the Throne.

Universidad Nacional de Educación a Distancia,

Geography and History Faculty, Paseo Senda del Rey, 7, Madrid (Spain).

date limite de réponse à l’appel: 30 mars 2017

dates du colloque: 12-15 Septembre 2017

Pour sa sixième édition, la conférence « Rois et reines » se tiendra à Madrid. Elle rassemble des universitaires du monde entier dont les recherches portent sur des sujets liés à l’histoire des royautés, à la diplomatie, à l’histoire de l’art, à l’histoire politique, à des études biographiques ou à d’autres questions relatives aux études royales.

Cette nouvelle édition se concentre sur les membres secondaires des familles royales, comme les frères et sœurs, les époux, les cousins, ainsi que les personnes les plus proches du roi, comme les amants, les favoris, les membres de l’entourage royal.

Plus d’informations disponibles en suivant ce lien.

Les propositions de communications doivent comprendre un titre, une affiliation institutionnelle, un résumé d’environ 500 mots et un court CV d’une page.

Propositions à envoyer avant le 30 mars 2017 à Kq6Madrid@gmail.com

Colloque « Art du puissant, objet multiple : Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale » (Paris, INHA, 30 mars-1er avril 2017)

Paris, INHA, Salle Vasari, 30 mars – 1er avril 2017

Face à une historiographie dispersée, il s’agit de proposer un cadre pour des recherches actualisées, tentant de s’affranchir des normes d’un simple catalogage. Adoptant une perspective européenne et une chronologie étendue, ce colloque se veut avant tout pluridisciplinaire, à l’image des objets envisagés : leur commande, leur production et leur circulation nous placent à la confluence de l’histoire de l’art, des études numismatiques, de l’histoire sociale, de l’histoire des techniques et de l’histoire politique.

Programme

JEUDI 30 MARS

13h Accueil

13h30 Ouverture du colloque

Portrait du Puissant

Présidence de séance : Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h Myth-making of a renaissance Ruler : Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola BronzinoIlaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30 Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVIAurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h Vus de profil : genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à FallièresKatia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30   Pause

Concevoir, Produire

Présidence de séance : Lucia Simonato (Scuola Normale di Pisa)

16h Coins, Medals, and the Convergence of Two Genres : Numimatics in High Renaissance RomeJames Fishburne (Getty Research Institute)

16h30 Vittore Gambello called Camelio. Medallist and die engraver between Venise and RomeGiulia Zaccariotto (Scuola Normale di Pisa)

17h On the role of the k.k. Kammermedailleur under Emperor Ferdinand I and his significance and function for the medal production at the Imperial Mint in ViennaAndrea Mayr (Kunsthistorisches Museum Wien)

17h30   Pause

Collections

Présidence de séance : Chantal Georgel (INHA)

18h Son histoire à portée de main : la cassette personnelle de Louis XIV, Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne / INHA)

18h30 Les médailles de la collection Seymour de RicciInès Villela-Petit (BnF)

VENDREDI 31 MARS

9h Accueil

Institutions

Présidence de séance : François Ploton-Nicollet (Ecole nationale des Chartes)

9h30 L’institutionnalisation progressive des projets de jetons sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (depuis 1610 jusqu’en 1661)Sabrina Valin (Université Paris Nanterre)

10h Les jetons des puissants états de Bourgogne et de LanguedocJacques Meissonnier (conservateur honoraire du patrimoine)

10h30 Les médailles de visites de chefs d’Etat. Deux cents ans d’histoire diplomatique et artistique à la Monnaie de ParisBéatrice Coullaré (Monnaie de Paris)

11h       Pause

Transferts de modèles

Présidence de séance : Inès Villela-Petit (Bibliothèque nationale de France)

11h30 The ruler of Constantinople on Italian Renaissance medals: John VII Palaeologus and Mehmed the Conqueror in the European visual cultureThodoris Koutsogiannis (Parlement hellénique)

12h République dans le vrai style: How French Medalic Artistry became the Emplem of Trans-Atlantic ChangeEmily Pearce Seigerman (National Museum of American History)

12h30 La présence française et la médaillistique au Chili au tournant du XXe siècleCharles Dujour Bosquet (Université de Bordeaux 3-Montaigne)

13h       Déjeuner

L’histoire en marche

Présidence de séance : Marc Bompaire (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

14h30 What do John Sobieski, Augustus II of the House of Wettin and Frederick William II of Prussia have in common, concerning medals ?Paulina Taradaj (Musée National, Cracovie)

15h La construction d’une image nationale et politique au travers de la production de médailles durant le règne d’Anne (1702-1714)Thomas Cocano (SAPRAT/EPHE)

15h30 On Her Majesty’s Service. Protagonists of commissioning and creation as part of the medal production in the Viennese Imperial Mint under Empress Maria TheresaAnna Fabiankowitsch (Kunsthistorisches Museum Wien)

16h Pause

Présidence de séance : Edouard Papet (Musée d’Orsay)

16h30 David d’Angers et la prosopographie du libéralisme : les médailles et médaillons sur la Révolution GrecqueCatherine Bregianni (Académie héllénique des Sciences)

17h Quelques médailles de la cour royale grecque des années 1900 à la fin de la Grande GuerreNikoleta Tzani (Ville de Volos, Section de l’Education et de la Culture)

SAMEDI 1er AVRIL

9h Accueil

Pouvoirs de l’objet

Présidence de séance : Felicity Bodenstein (Musée du Quai Branly-Jacques Chirac)

9h30 De la médaille à la récompense. Bélière et « rurbanisation », ou le mérite rendu visibleJean-François Dubos (Service historique de la Défense)

10h Quand le puissant c’est le peuple : naissance et évolution de la médaille populaire en FranceAlain Weil (Expert numismate)

10h30 Les « taillettes » ou « jetons de lampisterie » des mines : fonction utilitaire et symbolique, Pierre-Christian Guiollard (Université de Mulhouse-Colmar)

11h La médaille française et la Première Guerre mondiale : de la propagande à la douleur universelleCécilie Champy (Musée du Petit Palais)

11h30 Anxious Object : Enemy Alien Medals from British WW I Internment CampsHolly Crawford (PhD)

12h Clôture du colloque

Colloque international L’eau et le feu dans les représentations du pouvoir dans l’Europe moderne

Colloque international organisé par Dénes HARAI et Gaëlle LAFAGE

23-24 mars 2017, Paris, France

.

Ce colloque explore les modalités de coexistence et d’association de l’eau et du feu dans les représentations (écriture, peinture, sculpture, architecture, médailles, etc.) générées par le pouvoir politique (papal, épiscopal, royal, princier, nobiliaire, urbain) dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles). L’articulation de l’eau et du feu peut être abordée dans une œuvre ou un ensemble d’œuvres, de nature différente le cas échéant. L’approche comparatiste du sujet est également possible. L’objectif du colloque étant d’introduire de l’interdisciplinarité dans l’analyse des représentations politiques, un appel est lancé aux historiens, historiens de l’art, de la littérature et des spectacles

Informations complémentaires sur le site de l’événement.

Programme:

Jeudi 23 mars 2017

09:30 – 09:45      Accueil (Salle des Actes, École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, France)

09:45 – 10:30      Introduction – Dénes HARAI – Gaëlle LAFAGE

10:30 – 16:30      Contextes et environnements – Margaret SHEWRING (University of Warwick)

10:30 – 11:00      « Principes contraires, dons du Ciel et puissants éléments : l’eau et le feu dans les devises princières de l’Europe des XVe et XVIe siècles » – Laurent HABLOT (École Pratique des Hautes Études)

11:00 – 11:30      « Faire brûler les feux sur les eaux. Le phare de Cordouan ou le phénix de la monarchie (1584-1611) » – Yann LIGNEREUX (Université de Nantes)

11:30 – 11:45      Discussion

11:45 – 13:30      Déjeuner

13:30 – 14:00      « Water, Fire, and the Mutability of Nature to the Power of the Ruler in late-sixteenth and early-seventeenth century German Court Festivals » – Richard MORRIS (University of Cambridge)

14:00 – 14:30      « The Destructive Power of Fire and Water in the Representation of Naval Battles in 16th Century Art and Festivals » – Felicia M. ELSE (Gettysburg College)

14:30 – 14:45      Discussion

15:00 – 15:30      « Le dauphin et la fée. Conjurer le feu par l’eau dans Le Ballet Comique de la Reine de Beaujoyeulx (1581) » – Adeline LIONETTO (Université Paris-Sorbonne)

15:30 – 16:00      « Beneath the ‘Grande Mer du Louvre’, or the mixing of metaphors in politico-allegorical space » – Maria NEKLYUDOVA (Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration)

16:00 – 16:30      « L’eau et le feu dans Phèdre de Jean Racine au miroir de la société louis-quatorzienne » – Marine DEREGNONCOURT (Université Catholique de Louvain)

16:30 – 17:00      Discussion

Vendredi 24 mars 2017

09:45 – 10:00      Accueil (Salle des Gardes, Institut d’Études Avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, France)

10:00 – 12:15      Oppositions et complémentarités – Hendrik ZIEGLER (Université de Reims Champagne-Ardenne)

10:00 – 10:30      « La pensée binaire et la représentation du pouvoir : l’eau et le feu dans le portrait de Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie (1613-1629) » – Dénes HARAI (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, UMR8066 ENS-CNRS-Paris 1)

10:30 – 11:00      « De soleil, d’eau et de feu : Le duc Charles IV de Lorraine et le Combat à la Barrière » – Vincent DOROTHÉE (Université Panthéon-Sorbonne)

11:00 – 11:30      « L’eau et le feu. L’union des contraires dans les entrées du jeune Louis XIV (1653-1660) » – Gérard SABATIER (Université Grenoble II)

11:30 – 11:45      Discussion

11:45 – 13:30      Déjeuner

13:30 – 17:00      Perceptions et réceptions – Gabriel GUARINO (Ulster University)

13:30 – 14:00      « Fire and water on the Seine : the Venetian ambassador’s fireworks party » – Philippa WOODCOCK (Oxford Brookes University / University of Warwick)

14:00 – 14:30      « A Stage is on Fire : Isabel of Borbón’s Likes and Dislikes of the Spanish Court » – Carmela MATTZA (Louisiana State University)

14:30 – 14:45      Discussion

15:00 – 15:30      « D’eau et de feu : l’imaginaire du pouvoir monarchique dans les représentations des feux d’artifice tirés sur la Seine au XVIIIe siècle » – Pauline VALADE (Université Bordeaux Montaigne)

15:30 – 16:00      « Le « beau » et le « sublime » dans les Salons de Diderot à travers l’image de l’eau et du feu : analyse des peintures de Vernet » – Enikő SZABOLCS (Université de Szeged)

16:00 – 16:30      Discussion

16:30 – 17:00      Conclusions – Dénes HARAI – Gaëlle LAFAGE