Archives de catégorie : Publications

Appel à publication: Versailles : Réseaux et sociabilité à la cour

Pour son programme triennal 2017-2019, le Centre de recherche du château de Versailles a lancé un axe de recherche sur « Réseaux et sociabilité à la cour » et souhaite publier des articles relatifs à cette thématique sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Argumentaire
La cour représentait un véritable creuset de la société de l’Ancien Régime. S’y côtoyaient non seulement la famille royale, les grands seigneurs mais aussi tout une foule de titulaires de charges plus ou moins importantes qui permettait le bon fonctionnement de cette mécanique.

À l’exception du prince et de sa famille, cet ensemble hétérogène constituait la domesticité royale et, pour être logé « au Louvre » (i.e. dans la résidence où couchait le roi), chacun devait posséder une charge auprès de l’un des membres de la famille royale. À l’intérieur de ce microcosme, des liens ne manquaient pas de se créer. Un service assidu et efficace auprès du roi et de sa famille permettait la création de grandes dynasties curiales qui connurent, entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, de grandes ascensions. Il en était ainsi particulièrement des domestiques qui approchaient directement le souverain ou la souveraine. Juridiquement, il était interdit de posséder un autre office dès lors que l’on était officier commensal. Ceci restait théorique car la proximité avec le pouvoir royal entraînait nécessairement l’octroi de nouvelles charges, souvent plus lucratives que la principale… Il n’était pas rare ainsi de cumuler une charge de valet de chambre avec celle de concierge voire d’intendant d’un château royal. Les détenteurs de charges occupaient progressivement des postes clefs de l’administration du château, permettant de placer toute leur progéniture dans les différentes places qu’ils avaient accumulées.

Tous ces personnages tissaient généralement entre eux des liens sociaux très importants qui souvent se matérialisaient par des alliances matrimoniales : un valet de chambre du roi épousait une femme de chambre de la reine, un apothicaire une fille de médecin, etc. Les mariages se négociaient sur des paris sur l’avenir et l’on n’hésitait pas à payer une dot importante pour une fille car on comptait récupérer une charge significative dans la nouvelle belle-famille. C’étaient par ces petits pas que se faisait patiemment une ascension dynastique. Plusieurs familles en sont de parfaits exemples.

Ce « monde » qui entourait la famille royale constituait une sorte de gens romana, composée de clans familiaux qui accaparaient toutes les charges principales, bien loin de la spécificité des offices qui, à l’origine, ne devaient pas être vendus mais être attribués suivant le principe du bon discernement royal. La vénalité des offices (c’est-à-dire la possibilité de les vendre entre particuliers) était née de la nécessité impérieuse de la monarchie de gagner de l’argent. Madame Palatine, belle-sœur de Louis XIV ne s’y trompait pas quand, rappelant ses souvenirs de la cour louis-quatorzienne, elle déplorait d’être servie : « lorsque le roi mangeait avec les dames ou en voyage, (…) par des gens qui n’étaient pas gentilshommes. Anciennement, tous les officiers du roi, tels que ceux de l’échansonnerie, du gobelet, du fruit, etc. étaient gentilshommes ; mais depuis que la noblesse est devenue pauvre, et que toutes les charges se sont payées cher, il a fallu prendre de bons bourgeois qui eussent de l’argent ». Les titulaires retenus continuaient toutefois de faire l’objet d’enquête de bonne vie et bonne mœurs, mais la royauté ne contrôlait plus directement les recrutements, ce que Saint-Simon critiquait vivement au début du règne de Louis XV en tentant de convaincre le Régent de reprendre la main sur la distribution des offices…

Axes thématiques (non exhaustif)
Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques et questions suivantes :

  • la compréhension et la définition de la nomenclature des charges auliques ;
  • l’historique et la continuité de chacune des charges auliques ;
  • les modes de transmission et d’acquisition (survivances, acquisitions directes, parties casuelles…) ;
  • la typologie des réseaux : familiaux, sociaux, géographiques et topographiques internes à la cour ; financiers, de charges (esprit de castes), religieux, etc. ?
  • les réseaux d’influence, les coteries… ;
  • les mécanismes d’ascension sociale ;
  • la hiérarchisation interne des maisons royales et princières et voir s’il existait des cloisonnements par département ou service ;
  • l’identification des familles les plus influentes de la cour avec la création de dynasties.

Soumission et évaluation d’un article
Dans un premier temps, les propositions d’articles (sous forme de résumés d’environ 5 000 signes) devront être adressées à Mathieu da Vinha en français ou en anglais. Ces propositions seront examinées par le comité scientifique.

Si les propositions sont retenues par le comité scientifique, les articles complets seront évalués à la fois par ce dernier et par deux évaluateurs du comité de lecture du Centre de recherche du château de Versailles (ou par des personnalités extérieures désignées par le comité de lecture ou le comité scientifique le cas échéant).

Les propositions d’articles doivent être soumises avant le 30 septembre 2018. Les auteurs devront fournir :

Nom et prénom du/des auteur(s), institution de rattachement, courrier électronique ;
Titre de l’article ;
Une proposition de 5 000 signes précisant le sujet et la problématique de l’article, le cadre théorique, la méthodologie, les sources et les principales références bibliographiques utilisées ;
Un curriculum vitae abrégé.
Les articles définitifs seront d’environ 40 000 signes (bibliographie et notes de bas de pages comprises).

Les auteurs devront se conformer aux normes rédactionnelles du Bulletin.

Comité de pilotage
Direction programme : Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Équipe :

Aurélie Chatenet-Calyste, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Lorraine ;
Daniel Dessert, historien ;
Anne-Madeleine Goulet, chargée de recherche au CNRS (UMR 7323) au Centre d’études supérieures de la Renaissance ;
Sandrine Jauneau, chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles ;
Nicole Lallement, chargée d’études documentaires au Centre de recherche du château de Versailles ;
Pauline Lemaigre-Gaffier, maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ;
Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, directeur du Centre de recherche du château de Versailles ;
Pascale Mormiche, docteur en histoire moderne et agrégée de l’université, PRAG à l’université de Cergy-Pontoise ;
Benjamin Ringot, adjoint au directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586)

Vient de paraître chez DROZ
Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586), par Fabrice Micallef

Henri d’Angoulême (1551-1586), fils naturel du roi de France Henri II, a longtemps été oublié par les historiens. Pourtant, il fut le premier bâtard royal français à occuper des charges importantes : abbé de la Chaise-Dieu, grand prieur dans l’Ordre de Malte, puis général des galères et gouverneur de Provence. Erudit, mécène et poète, il fut une figure importante de la République des lettres, mais eut également une réputation d’homme violent et cruel. Grâce à une documentation importante et variée, ce livre retrace l’ascension d’un individu ambitieux qui apprit à surmonter le stigmate symbolique que constituait son illégitimité. En adoptant le point de vue de la monarchie française, des cercles humanistes, des dirigeants de l’Ordre de Malte, ou encore des acteurs politiques provençaux, ce travail étudie aussi la construction collective d’une identité sociale originale, celle de bâtard royal, qui entrecroisait qualité princière et marginalité.

TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE PREMIER
LE DERNIER REPRÉSENTANT DE L’ALLIANCE FRANCO-ÉCOSSAISE (1551-1561)
Les amours d’Henri II et de Jane Stuart : entre passion et politique
Ecarter un bâtard royal masculin : précaution politique et norme juridique
L’enfance en Ecosse et le retour en France
Favoriser l’ascension d’un bâtard : l’innovation de Catherine de Médicis

CHAPITRE II
L’ÉDUCATION D’UN VALOIS INCOMPLET (1561-1567)
Jean de Morel, gouverneur du bâtard d’Angoulême
Une instruction brillante en vue d’une carrière ecclésiastique
Définir la place du bâtard dans la famille royale
Le maintien des liens avec les Fleming et Marie Stuart

CHAPITRE III
LA CARRIÈRE ECCLÉSIASTIQUE D’UN BÂTARD ROYAL (1563-1567)
Protonotaire d’Angoulême et abbé de la Chaise-Dieu (1563)
L’échec de l’accès au cardinalat (1564-1566)
L’entrée dans l’Ordre de Malte (1566-1567)
Des convictions anti-protestantes précoces
Une carrière en parallèle : Morel et les siens

CHAPITRE IV
L’« ADVANCEMENT » DU BÂTARD ET LES GUERRES DE RELIGION (1567-1574)
Stratégies d’« advancement » et amitié avec Montmorency (1567-1572)
Une épée au service du roi : un bâtard soldat, assassin et pillard (1567-1573)
Projets écossais autour d’un Valois-Stuart (1570-1573)
L’avancement social et symbolique : le tournant du début des années 1570
Limites de l’avancement et tournants politiques (1572-1574)

CHAPITRE V
REVENUS ET CARRIÈRE ECCLÉSIASTIQUE (1567-1579) 
Argent et rhétorique : solliciter la grâce financière du roi 
La chasse aux bénéfices et aux commanderies
Enrichissement direct et rétribution des serviteurs
L’ambassadeur officieux de l’Ordre de Malte
Responsabilités militaires, administratives et financières dans l’Ordre de Malte

CHAPITRE VI
PRINCE, POÈTE ET MARGINAL. L’INVENTION D’UNE IDENTITÉ (FIN DES ANNÉES 1560- ANNÉES 1580)
Une condition sociale princière ? Train de vie et mécénat 
Les mots de la bâtardise : imaginaires sociaux et stratégies rhétoriques
Le bâtard et sa bâtardise. Ecriture, identité et mise en scène de soi
« L’androgyne assemblé du savoir et des armes »
Portrait physique et moral d’un prince marginal

CHAPITRE VII
L’ASCENSION VERS LES RESPONSABILITÉS POLITIQUES (1574-1579) 
Voyage en Italie, mission en Piémont et retour aux armes (1574-1576)
Henri III et son demi-frère bâtard 
Commandant en Provence : une initiation à l’exercice du pouvoir (1577-1578)
Révocation royale et jeu ambigu du grand prieur (1578-1579)
La consécration : un gouverneur choisi par le roi et aimé des Provençaux (1579)

CHAPITRE VIII
UN GOUVERNEUR DE SANG ROYAL (1579-1585)
Les Provençaux et la « qualité » de leur gouverneur 
Les moyens du gouvernement : itinérance et conseil
Un courtier entre les élites provençales et le roi 
« Gouverner les passions » : pacification, justice et mise au pas des pouvoirs locaux
Entretenir et employer l’armée du roi

CHAPITRE IX
UN BÂTARD ROYAL DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1579-1585)
Recevoir des princes étrangers : une mise à l’épreuve de l’identité de bâtard royal ?
Une province à protéger des risques extérieurs 
Négocier avec des puissances étrangères : l’apprentissage de la diplomatie
La dégradation des relations avec l’Ordre de Malte

CHAPITRE X
ENTRE LA COUR DU ROI ET CELLE DU BÂTARD : UNE VIE PRINCIÈRE ? (1579-1586)
Faire sa cour à distance 
Revenus et train de vie princier
Un prince en Provence : vie de cour et mises en scène de dignité
Le « Parnasse » provençal d’Henri d’Angoulême
« Vray Apollon françois ». Le bâtard royal dans la république des lettres

CHAPITRE XI
L’ULTIME ÉPREUVE : LA CRISE DE LA LIGUE (1584-1586) 
Le grand prieur, « frère » du roi : une nouvelle promotion symbolique
Affronter la subversion : un défi politique et militaire
L’image du bâtard royal à travers la crise : flatteries et attaques 
L’impossible retour à la normale : contenir la Ligue tout en réprimant les huguenots

CHAPITRE XII
L’AMBIGUÏTÉ, JUSQUE DANS LA MORT
Une fin qui « aportoit quelque tache à sa reputation » 
La bâtardise princière post mortem. Aspects symboliques et politiques
Un bâtard royal à la tête du grand prieuré : bilan français, bilan maltais
Mémoire sombre, mémoire dorée : le massacreur face au prince humaniste
Les réappropriations de la figure du bâtard royal au XIXe siècle

CONCLUSION

SOURCES MANUSCRITES

SOURCES IMPRIMÉES ET BIBLIOGRAPHIE ANTÉRIEURE À 1800

BIBLIOGRAPHIE

INDEX NOMINUM

Peindre en leur âme des fantômes

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes, un ouvrage de Florence Buttay :
Peindre en leur âme des fantômes
Image et éducation militante pendant les guerres de Religion

Ce livre s’interroge sur les techniques de mobilisation de la jeunesse pendant les guerres de Religion et sur leur efficacité. On sait que les enfants ont été impliqués dans les violences pour contribuer à la justification des actes des adultes. Mais on s’est peu intéressé à l’école durant ces conflits. Comment enseigne-t-on pendant les guerres de Religion ? Comment la pédagogie est-elle mise au service de la mobilisation de la jeunesse? Un ensemble de documents exceptionnels, des recueils de compositions des élèves du collège des jésuites à Paris, datant des années 1590 et 1592, permet de suivre une tentative d’inscrire durablement dans la mémoire des jeunes catholiques les motifs de la détestation de l’ennemi, afin de former de futurs acteurs intransigeants du monde. Ces exercices ont fait l’objet d’expositions ouvertes au public et accompagnées de performances musicales et théâtrales. On y retrouve les efforts des jésuites pour convertir la culture humaniste, dans ses formes les plus séduisantes, en armes de combat pour la foi. Mais on y voit aussi les échos d’une vaste circulation de textes et d’images polémiques, que les partis – protestants, catholiques ou « politiques » – s’échangent et adaptent au gré des besoins. Pour apprendre à reconnaître et à haïr l’ennemi, intérieur et extérieur, les enfants sont invités à composer devinettes, emblèmes et hiéroglyphes.
Le patient travail de chiffrement et déchiffrement fonctionne comme un exercice de méditation sur les motifs de la haine. Le pouvoir des énigmes est donc moins de convaincre d’éventuels contradicteurs que de dessiner une communauté et de renforcer l’identité politique et religieuse des enfants qui les composent. Alors qu’après la victoire d’Henri IV, les ennemis des jésuites ont vivement dénoncé leur enseignement pernicieux, que peut-on dire de l’efficacité de cette pédagogie? En suivant le destin d’un certain nombre d’élèves, et en tentant des rapprochements avec des situations plus contemporaines, on cherche à comprendre ce qui reste d’une éducation militante.

Sommaire
Afficher
Un collège dans la guerre
Les expositions au collège et leurs publics
« Sur cette énigme à plusieurs sens j’ai été un adolescent studieux »

Dévoiler
Dévoiler l’ennemi, purifier la communauté. Discours infamants et exercices de méditation
Hiérarchie des pouvoirs et légitimité royale

Former ou déformer ?
Rénover les lettres et les arts
Peindre en leur âme des fantômes

Topique des énigmes

L’auteur
Florence Buttay est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Bordeaux Montaigne. Elle a publié Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008 et, avec Axelle Guillausseau, Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du concile de Trente, Paris, PUPS, 2012.

Vient de paraître : Le tome III des Œconomies royales de Sully (1600-1601)

Bernard Barbiche et David Buisseret viennent de faire paraître aux éditions De Boccard (collection de la Société de l’histoire de France), l’édition du tome III des Œconomies royales de Sully qui couvre les deux années 1600-1601. (294 p.)

Présentation de l’éditeur
Quarante-sept ans après le tome Ier, et vingt-neuf ans après le tome II, voici que paraît le tome III des OEconomies royales dans la collection de la Société de l’histoire de France.
Rappelons l’objectif de cette nouvelle publication d’un texte qui a déjà fait l’objet de nombreuses éditions depuis celle que Sully lui-même, à la fin de sa vie, a fait imprimer clandestinement dans son château des bords de Loire de 1638 à 1640, sous son contrôle vigilant qu’attestent les annotations, corrections et ajouts de sa main que l’on trouve tout au long du manuscrit.
Tous les historiens ont depuis longtemps constaté et signalé que ces Mémoires étaient avant tout (comme c’est souvent le cas) un plaidoyer pro domo que Sully a fait rédiger par ses secrétaires entre 1610 et 1617, très souvent au mépris de la vérité historique, dans une démarche inspirée par le dépit d’avoir été écarté du pouvoir après l’assassinat de Henri IV. Mais une comparaison entre le manuscrit des Mémoires aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France (mss. français 10305 à 10314) et l’édition de 1638 montre que ce propos de désinformation s’est accentué tout au long des trente années de retraite et de mise à l’écart que le ministre a connues sous Louis XIII. C’est pourquoi cette édition critique a été entreprise d’après le manuscrit pour faire apparaître clairement les remaniements que le principal conseiller de Henri IV a fait subir à son texte afin de mieux mettre en valeur la personnalité et l’œuvre de son souverain et surtout sa contribution personnelle au redressement de la France au lendemain des premières guerres de Religion. On peut désormais mesurer l’écart qui existe entre la rédaction initiale et la version finale, celle qui a toujours été utilisée par les historiens.

Parution : Le Reveille-matin des François

Vient de paraître chez Garnier une édition du Reveille-matin des François par Jean-Raymond Fanlo, Marino Lambiase et Paul-Alexis Mellet.

En 1573, le Dialogue auquel sont traitees plusieurs choses avenues aux Lutheriens et Huguenots raconte la Saint-Barthélemy, propose une méditation religieuse et une politique radicale. En 1574, le Reveille-matin ajoute un second dialogue pour repenser à partir des traités les plus récents les rapports du politique et du religieux.

Télécharger la table des matières ici.

Parution : Noblesse oblige. Identités et engagements aristocratiques à l’époque moderne

Sous la direction de Nicolas Le Roux et Martin Wrede

Presses Universitaires de Rennes, 2017.

« La maxime du duc Pierre-Marc-Gaston de Lévis (1764-1830) est passée dans le langage courant pour évoquer les obligations morales qui pèsent sur les détenteurs d’un nom, et plus généralement pour inviter tous les prétendants à la respectabilité à adopter un comportement conforme à la dignité qu’ils revendiquent. L’idée n’était pas nouvelle. En 1665, dans son Dom Juan, Molière plaçait déjà dans la bouche de Dom Louis une tirade véhémente devenue fameuse : « Non, non, la naissance n’est rien où la vertu n’est pas. » Si la noblesse reposait sur la vertu, quelle définition donnait-on à cette qualité? S’agissait-il du courage guerrier, de l’exemplarité morale ou de l’appartenance au monde des gens de bien? Vivre de ses rentes ne suffisait plus pour être reconnu comme noble dans une société où, à partir du XVIIe siècle, le roi s’imposa comme le maître des identités. Sous une unité de façade, quelles failles économiques, culturelles et idéologiques traversaient la noblesse à l’époque moderne ? À quelles obligations, surtout, se sentait-elle tenue, et quelles formes prenaient les engagements politiques, religieux et partisans qui l’animaient? Quel était le sens des termes « vocation » ou « service » pour les seigneurs et les dames de l’Ancien Régime ? C’est à ces questions, et à quelques autres, que ce volume propose des éléments de réponse, non par une approche systématique de la noblesse en tant qu’ordre ou catégorie sociale illusoire, mais à travers une analyse fondée sur l’examen de traces, de textes et d’archives, qui permettent de brosser un panorama de la société des princes et des princesses, des seigneurs et des capitaines, des nobles d’épée et des courtisans, entre le temps de la Renaissance et l’aube du XIXe siècle. » (4e de couverture)

Sommaire et liste des auteurs à consulter ici

Avec la participation de l’Université Lyon 2 et du LARHRA.

La correspondance d’Antoine de Bourbon conservée à Saint-Pétersbourg

Le site cour-de-france.fr poursuit sa politique de publication d’articles inédits.

Au début du mois de janvier a été mis en ligne un article de David Potter et Vladimir Chichkine sur la correspondance d’Antoine de Bourbon conservée dans les fonds de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg.

A lire : David Potter, Vladimir Chichkine (éd.), La correspondance d’Antoine de Bourbon conservée à Saint-Pétersbourg, Paris, Cour de France.fr, 2017 (http://cour-de-france.fr/article4472.html). Article inédit publié le 1er janvier 2017.

Vient de paraître : Histoire des protestants. Une minorité en France (XVIe-XXIe siècles)

Jean Baubérot et Marianne Carbonnier-Burkard, Histoire des protestants. Une minorité en France (XVIe-XXIe siècle), éditions Ellipses, 2016, 576 p.

Présentation de l’éditeur

Au-delà des images classiques – les guerres de Religion, la Saint-Barthélemy, l’édit de Nantes, les dragonnades –, l’histoire des protestants en France, sur la longue durée, reste méconnue.
Ce livre présente pour un large public une synthèse des acquis de la recherche historique et sociologique dans ce domaine. Vous y découvrirez d’autres manières d’être chrétien en France, des pratiques, des styles de vie, un langage, qui tiennent à la dissidence protestante d’origine et à la condition minoritaire.
Avec l’histoire de cette « minorité active » au long de cinq siècles, c’est l’histoire de France en profondeur qui est revisitée : la difficile émergence de la tolérance, de la liberté de conscience, de la laïcité, les droits des femmes.

Télécharger un chapitre ici.

Télécharger la table des matières ici.

 

 

Pau – Projet de recherche ACRONAVARRE : Les ACtes ROyaux de NAVARRE aux XVe et XVIe siècles

15Le projet de recherche Acronavarre (Actes royaux de Navarre aux XVeXVIe siècle) a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche lors de son dernier appel d’offres.

Ce projet a pour ambition de recenser et d’éditer les quelque 7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Ce programme de recherche pluriannuel (2016-2019) réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra).

Il est coordonné par Philippe Chareyre, professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Télécharger la présentation du projet ACRONAVARRE ici.

Octobre-décembre 2016 – Actualité Montaigne

En cette fin d’année, Montaigne est à l’honneur.
Nous relayons le message de la FISIER qui liste son actualité.

————————————————————

La FISIER vous informe des événements autour de Montaigne :

10 octobre : Parution du volume dirigé par Philippe Desan, Lectures du Troisième livre des Essais de Montaigne, Paris, Champion Classiques, 2016.

14 octobre : Journée Montaigne, Penser en temps de guerre de religion, organisée par l’Atelier Montaigne (Lyon 3/LabEx COMOD).

9 novembre : Journée Montaigne, Essais, Livre III, organisée par l’Université de Toulouse et la Société internationale des Amis de Montaigne.
Consulter le programme  ici.

10 novembre : Parution des Usages critiques de Montaigne, dir. Philippe Desan et Véronique Ferrer, numéro spécial de la revue Essais de l’Ecole doctorale de l’Université Bordeaux Montaigne.
Télécharger la table des matières ici.

16 novembre : Journée Montaigne, Autres regards sur les Essais, Livre III, organisée par l’Université Bordeaux Montaigne (Centre Montaigne-TELEM).
Consulter le programme ici.

10 décembre : Journée d’agrégation sur Montaigne, organisée par l’Université Paris VII.

16-17 décembre : Colloque international sur Les Usages philosophiques de Montaigne, organisé par le Centre de l’Université de Chicago à Paris.
Consulter le programme ici.

Journal du règne de Henri IV. Tome III : 1595-1598

Vient de paraître chez Droz le tome III du Journal du règne de Henri IV de Pierre de L’Estoile, transcrit d’après les Ms. fr. 25004 et 13720 de la BnF.
Édité par Marie Houllemare, Directeur éditorial Gilbert Schrenck, avec Volker Mecking

Depuis le ralliement de la capitale au roi au début de l’année 1594, Pierre de L’Estoile est le témoin inquiet des étapes de la pacification du royaume. La réconciliation civile, acquise aussi par les armes, est fragile face aux violences populaires et légales, mais en raison également de la disette et des épidémies. Le retour à la paix dans Paris, marqué par la difficile réconciliation des communautés déchirées, contraste avec la poursuite des conflits armés dans les provinces du royaume. Devant l’incapacité de parvenir à une paix générale, Henri IV continue de négocier avec chaque ville tout en combattant ceux qui lui résistent. Alors que s’engage la guerre contre l’Espagne, cette période est aussi celle des lentes négociations menant à l’édit de Nantes et à la coexistence pacifique des deux confessions catholique et protestante. Ces années sont donc marquées par la lenteur de la sortie de guerre et par la préparation d’une sorte de refondation politique du royaume.

Table des matières

Introduction par Marie Houllemare
Compléments bibliographiques
Etablissement du texte
Présentation des manuscrits fr. 25004 et 13720
Texte : 1595
Texte : 1596
Texte : 1597
Texte : 1598
Lexique
Glossaire
Index des noms de personnes et de lieux
Titres des pièces
Incipit des « pasquils »

Parution – La cour de France et ses animaux (XVIe-XVIIe siècles) par Joan Pieragnoli

Vient de paraître aux PUF un ouvrage de Joan Pieragnoli, La cour de France et ses animaux (XVIe-XVIIe siècles)

marguerite_perroquet

Longtemps abandonnés à la petite histoire, les animaux font pour la première fois l’objet d’une étude systématique qui révèle leur rôle dans le développement de la vie de cour. Les animaux, ce sont d’abord les petits chiens et les espèces exotiques présents dans l’entourage direct du monarque et qui assurent la fortune de leurs gardiens. Ce sont aussi, comme les principaux gibiers, ceux qui décident de l’implantation des châteaux du souverain, que ses meutes et ses oiseaux suivent dans son itinérance lors de chasses et de séjours de villégiature. Ces auxiliaires de chasse sont eux-mêmes à l’origine de services spécifiques de la maison du roi, dont le développement est proportionnel à celui de la cour et assure l’ascension de certains grands lignages et celle des principaux favoris. Éléphants, autruches et bien d’autres encore complètent le bestiaire de la cour, qui côtoie ces animaux dans les palais, lors des ambassades, ou les admire dans les ménageries royales.
À travers celle de ses animaux, c’est bien une autre histoire de la cour de France qui se dessine.

Joan Pieragnoli est docteur en histoire moderne, diplômé de l’École du Louvre. Il a entamé des travaux sur les animaux et la Ménagerie de Versailles en 2007 et a depuis élargi ses recherches aux animaux domestiques et aux animaux de chasse. Auteur de plusieurs contributions sur le sujet, il a récemment collaboré au Dictionnaire Louis XIV, dont il a rédigé les notices consacrées aux animaux.
Membre de la Société Henri IV, il a publié deux articles sur les animaux à la cour des premiers Bourbons dans La Lettre de la Société Henri IV.

SOMMAIRE

Introduction

Chapitre liminaire – Le bestiaire de la cour
Les auxiliaires de chasse
Les animaux de ménagerie et de parc
Les animaux de compagnie

Première partie – Les hommes et les animaux (XVIe siècle-début du XVIIe siecle)
Chapitre I – Les espaces de la cohabitation
Les animaux et l’implantation des résidences royales
Les animaux et la structure de l’habitat
Les animaux et l’organisation de l’espace autour des châteaux royaux

Chapitre II – Les structures administratives : les animaux et la maison du roi
Les équipages de vénerie
La grande fauconnerie
Les animaux de la chambre

Chapitre III – Le cadre juridique et social : la société des princes chasseurs
Les chasses du prince, plaisirs réservés
Les princes entre eux : chasse et diplomatie
L’apprentissage cynégétique du prince

Deuxième partie – Les animaux et la dynamique de cour (première moitié du XVIIe siècle)

Chapitre IV – Culture de cour et animalité
Chasser et traire les vaches
Des singes et des petits chiens
Une floraison de ménageries

Chapitre V – La codification des chasses royales
La hiérarchie des chasses royales : entre discours et pratiques
La codification de la vénerie du cerf
La codification des autres chasses royales

Chapitre VI – Développement des équipages royaux et stabilisation des offices
Le monopole de clans familiaux
L’inégal développement des services de chasse
Les équipages princiers

Troisième partie – Les animaux et la sédentarisation de la cour (seconde moitié du XVIIe siècle-vers 1715)

Chapitre VII – La création de la Ménagerie de Versailles
Construction et fonction
Répartition des animaux dans les cours
L’approvisionnement

Chapitre VIII – Les métamorphoses d’une résidence de chasse
Les animaux et le cérémonial de cour versaillais
Architecture et organisation des services de chasse
Le Petit et le Grand Parc

Chapitre IX – Les animaux et les voyages de la cour
À Marly
À Fontainebleau
Dans les autres résidences

Conclusion
Sources et bibliographie
Glossaire
Index

Pau, 22 septembre 2016 – Conférence d’Hans Hartje : « Le Roman d’Henri IV d’Heinrich Mann »

Le jeudi 22 septembre à 18h, Hans Hartje, maître de conférences de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour 21parlera de l’oeuvre d’Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV, et des circonstances de sa rédaction.

Lieu de la conférence : Médiathèque André Labarrère à Pau
Entrée libre et gratuite.

L’écrivain allemand Heinrich Mann (1871-1950) demeure encore trop peu connu : on ne voit souvent en lui que le « frère de l’autre », à savoir Thomas Mann (1875-1955), l’auteur des Buddenbrook (1901), de Mort à Venise (1912) et de La Montagne magique (1924), toutes œuvres qui lui valurent, en 1929, le prix Nobel de littérature.

C’est pourtant à Heinrich Mann que la France doit LE roman consacré au « grand Henri IV […] qui manque à la littérature française », comme l’a dit Pierre Bertaux. Ce futur grand germaniste était un jeune homme de 20 ans lorsque, en 1927, son père Félix reçut l’écrivain allemand dans la maison de vacances qu’il louait à Lescun, et le « déclic » se produisit au cours de la visite du château de Pau que les Bertaux lui firent faire à cette occasion.

Son Roman d’Henri IV, Heinrich Mann l’a écrit pour l’essentiel en France où il était exilé, à Nice, de 1933-1938. S’il existe de nombreuses biographies du Roi de France et de Navarre, le livre d’Heinrich Mann  a une coloration particulière, car il éclaire autant le temps de l’écriture qui est celui, terrifiant, de Hitler et de la montée des périls, que le temps du grand Béarnais. C’est une construction troublante de l’écrivain qui oppose quasi frontalement les deux figures.

La traduction française de ce grand livre était épuisée depuis des décennies. Le premier tome consacré à la « jeunesse » du futur roi a été republié en 2015 aux éditions Pétra dans la traduction française d’Albert Kohn, sous la direction d’Hans Hartje, enseignant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il a préparé l’édition du second tome, consacré au « temps de l’accomplissement », qui sera édité à l’automne 2016, à l’occasion des « Rencontres de l’Histoire de Blois ».

S’il n’est que littérature adaptée à l’histoire, ou histoire adaptée à la littérature, le roman historique déçoit. On ne sait ce qui agace le plus – une vérité limitée au costume, à la superficie, ou l’absence de vérité interne, d’inspiration. D’un Jules César, d’une Cléopâtre, nous attendons autre chose encore que les actes connus, les gestes convenus. L’histoire les a haussés à un plan où ils excitent notre attente, restent vivants, toujours capables de pensées, de volontés étonnantes. Il n’est que d’aller dans leur ligne, et plus avant. Ainsi Shakespeare. Ainsi, à la façon shakespearienne, Heinrich Mann. L’essentiel de ce roman d’une époque où tout était remis en question est que l’auteur remet à son tour tout en question. Et cela à la façon du XXe siècle, dans la mesure où elle s’apparente à celle du XVIe
Nombre de problèmes aujourd’hui sont les mêmes qu’alors, ou plutôt aujourd’hui comme alors tout devient problème. Félix Bertaux, compte-rendu de La jeunesse du roi Henri IV dans La Nouvelle Revue Française, novembre 1935.

Parution : The Political Thought of the French League and Rome (1585-1589)

Paru chez Droz ce printemps 2016.

Cornel ZWIERLEIN, The Political Thought of the French League and Rome (1585-1589). De justa populi gallici ab Henrico tertio defectione and De justa Henrici tertii abdicatione (Jean Boucher, 1589)
( Cahiers d’Humanisme et Renaissance, N° 20=)

Depuis le XIXe siècle, la théorie politique de la Ligue catholique française (1585-1595) est considérée comme un simple plagiat des textes écrits par des monarchomaques calvinistes après le massacre de la Saint-Barthélemy (1572). Basé sur la version originale manuscrite du traité le plus important de la Ligue, rédigé par la Sorbonne pour le Conseil des Seize et pour Mayenne et envoyé au pape Sixte V en mars 1589, Cornel Zwierlein démontre que les traditions sur lesquelles la Ligue s’est appuyée sont le thomisme radicalisé de l´école de Salamanque, le droit canonique, le conciliarisme et le gallicanisme. Les archives françaises, ainsi que celles du Vatican et de l’Inquisition révèlent que le De justa populi gallici ab Henrico tertio defectione fut d’abord un document secret circulant entre la Ligue et la papauté. C’est seulement après l’assassinat d’Henri III (août 1589) qu’il fut publié dans une version augmentée et reconnu comme œuvre de Jean Boucher. A partir de mars 1589, le tyrannicide fut considéré comme constitutif de la Ligue. La crise française et les développements intellectuels de 1589 annoncèrent d´autres conflits entre catholiques et protestants sur la scène européenne, comme la controverse entre Jacques Ier d’Angleterre et Bellarmin autour de 1610 ou la révolte de Bohême de 1618

TABLE OF CONTENTS

Introduction

Chapter One: The development of the text
The March manuscript De Justa Populi Gallici ab Henrico III° defectione
The 1589 printing of De justa Henrici tertii abdicatione

Chapter Two: The League’s political theory 1585-1589
Papal potestas indirecta, secular and spiritual power, 1585-1587
Radical Thomism: From the Day of the Barricades to the Blois Estates, May-December 1588
The legal treatment of the Guise murder in the Papal French Congregation
De defectione
De defectione and the decision about the monitorium

Chapter Three: Short note on the post-1589 trajectories

Conclusion

Appendix
Appendix I: Partial Edition
Appendix II: List of copies of Ed1589 identified

Abbreviations

Bibliography
Unpublished Sources
Published Sources
Literature

Index Nominum

 

 

Le roman au temps d’Henri IV et de Marie de Médicis

Le roman au temps d’Henri IV et de Marie de Médicis, Paris, éditions Classiques Garnier, juin 2016, 354 pages.

Les études réunies dans ce recueil par Frank Greiner forment un complément utile aux volumes des Fictions narratives en prose de l’âge baroque. Répertoire analytique (Paris, 2014), puisqu’elles poursuivent par la réflexion critique son travail d’inventaire pour mieux faire connaître un épisode fondateur de l’histoire du roman.

Télécharger la table des matières ici.