Archives par mot-clé : Benoît Schmitz

Excommunication et absolution

Nouvelles recherches à propos des relations tumultueuses
d’Henri IV avec la papauté

 

Les recherches conduites très récemment par deux doctorants en histoire moderne contribuent à renouveler notre connaissance des relations complexes entretenues par Henri IV avec la papauté.

Benoît Schmitz, dans la thèse qu’il a consacrée au Pouvoir des clefs au XVIe siècle, s’est tout particulièrement attardé sur l’intervention des papes durant la huitième et dernière guerre de religion, de l’excommunication d’Henri de Navarre et d’Henri de Condé par Sixte Quint en 1585, à l’absolution d’Henri IV par Clément VIII en 1595. Il analyse notamment le combat polémique qui s’est développé autour de l’excommunication privatoire de 1585, en prenant en compte les ouvrages réformés, tels que le Brutum Fulmen de François Hotman ou la Censura orthodoxa de Théophile de Banos, mais aussi des écrits gallicans, comme ceux de Pierre de Belloy, avant d’envisager la réaction pontificale à cette vive contestation de l’intervention du Saint-Siège dans les affaires temporelles du royaume (Responsio de Bellarmin).

Lana Martysheva, qui consacre sa thèse en cours à la légitimation du pouvoir d’Henri IV par les prélats français, vient de publier un article dans lequel elle analyse la réaction à l’absolution pontificale de 1595 à travers les sources iconographiques contemporaines de l’événement. L’étude attentive d’un corpus soigneusement sélectionné d’œuvres réalisées par des artistes traduisant soit un point de vue “royaliste” soit un point de vue “romain” permettent de mettre en lumière les différentes interprétations de l’événement qui glorifient alternativement le roi de France et la grandeur de la papauté. Le point d’orgue de l’étude est l’analyse de la colonne commémorative de l’absolution dressée à Rome en 1596, et la mise en regard des diverses interprétations suscitées par ce monument énigmatique et controversé.

Références :

Lana Martysheva, “Représenter un événement. L’abolution romaine d’Henri IV (1595)”, Revue Mabillon, tome 25 (2014), p. 231-264.

Benoît Schmitz, Le pouvoir des clefs au XVIe siècle. La suprématie pontificale et son exercice face aux contestations religieuses et politiques, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2013.

Benoît Schmitz, “Le pouvoir du pape sur les royaumes : la controverse imprimée entre catholiques romains et catholiques gallicans à propos des bulles de 1585, 1589 et 1591”, dans Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles, sous la direction de Gigliola Fragnito et Alain Tallon, Collection de l’École française de Rome n° 508, Open Editions, 2015. Cet article peut être lu ici.