Archives par mot-clé : Catherine de Bourbon

A paraître : La Lettre de la Société Henri IV n°37-38 (2018 1&2)

La Lettre de la Société Henri IV, numéro double de l’année 2018 (n°37 et 38) est actuellement sous presse et sera adressée au mois de mars à tous les adhérents de l’association, à jour de leur cotisation 2018.

Télécharger la couverture

Au sommaire

Éditorial
Hugues Daussy, Président de la Société Henri IV

Article
Paul Mironneau, De la scène lyrique à l’objet rare des Lumières. Le compigné d’Henri IV relevant Sully

Lettres de Henri IV
Antoine Rivault, Lettre inédite de Henri IV aux bourgeois et habitants de la ville de Saint-Malo (1604)

Fanny Giraudier, Lettre d’Henri IV à Madame de Jarnac, femme de Leonor Chabot, Provins, 3 septembre 1592
Lettre de Catherine de Bourbon au trésorier général de Touraine, Paris, 19 juin 1595

Nouvelles recherches
Lucas Lehericy, Henri IV et le gouvernement du royaume : le Conseil du Roi à la fin du XVIe siècle

Gautier Mengous, La ville face à la nouvelle. Les réseaux d’informations des pouvoirs lyonnais au tournant des guerres de Religion du XVIe siècle

Colloques et journées d’études

Expositions

Compte-rendu de l’Assemblée générale 2017, tenue à Paris, le 9 juin 2018

In memoriam Janine Garrisson

Vie de la Société Henri IV

Nancy 3-4 novembre 2016 – Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle)

Un colloque international se tiendra à Nancy les 3 et 4 novembre 2016 sur Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle).

affiche-protestantismes-en-lorraine

Lire le programme ici.

La Lorraine est souvent présentée dans l’historiographie comme une terre de catholicité, voire une « frontière de catholicité » (Pierre Chaunu). On sait que cette vision globalisante dissimule une réalité bien plus complexe, tant au niveau de l’espace que de la temporalité, lorsque l’on évoque la question du protestantisme en Lorraine. La définition même de l’espace ne peut se résumer à la seule acception de « Lorraine », qui recouvre de manière entendue la Lorraine ducale. Aborder l’histoire du protestantisme en Lorraine exige d’inclure les Trois-Évêchés, comme le montrent les travaux anciens d’Henri Tribout de Morembert et ceux plus récents de Julien Léonard ; de même, on ne peut négliger les enclaves d’Empire qui forment d’autres pôles de développement du protestantisme, dans un contexte politique différent de celui des duchés lorrains (Laurent Jalabert, Gaëtan Dechoux). D’ailleurs, on notera, à la suite des travaux d’Hugues Marsat sur la frontière occidentale des duchés, au contact de la Champagne, qu’au sein même de la Lorraine ducale, on ne peut nier l’essor de petites communautés protestantes qui survivent, pour certaines, jusqu’au début du XVIIe siècle. Enfin, on sait que dans l’entourage même du duc, il y a pu avoir des protestants, certes en petit nombre, comme autour de l’épouse du fils de Charles III, Catherine de Bourbon ; de même, au XVIIIe siècle, des protestants sont signalés à la cour de Lunéville. Situé au carrefour de circulations des hommes, des livres et des idées, l’espace lorrain est nécessairement soumis à de nombreuses influences et permet aussi de suivre différents parcours individuels au sein des communautés protestantes.

Lire l’intégralité de l’appel à communication ici

Publication signalée – Henri IV. Arts et pouvoir

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes et aux Presses universitaires François Rabelais de Tours, sous la direction de Colette Nativel : Henri IV. Arts et pouvoir (360 p.)

Ce bel ouvrage à contributions multiples, richement illustré, est issu du colloque qui s’est tenu à Versailles à l’automne 2010 dans le cadre des commémorations du 4ème centenaire de l’assassinat d’Henri IV.

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.
Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, l’ouvrage explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers).

Télécharger la table des matières ici

 

Parution signalée – Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle

Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle – Livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages

C’est sous ce titre que vient de paraître l’important travail de recherche réalisé par Damien Plantey, docteur en histoire, bibliothécaire à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), qui a soutenu une thèse remarquée sur ce sujet à l’université de Bordeaux III en 2011, sous la direction d’Anne-Marie Cocula : “Bibliothèques de la Renaissance : les librairies de Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon : histoire d’un patrimoine intellectuel et spirituel”.

Cet ouvrage est publié aux Presses de l’enssib. Il sera disponible aussi bien en version papier qu’en version numérique.

Au XVIe siècle, les princesses de Navarre se constituent des bibliothèques qui sont à la fois des lieux physiques, meublés, des espaces de représentation, et des collections d’ouvrages. Ces ouvrages sont la manifestation d’un pouvoir, le symbole d’une puissance.  Damien Plantey, dans ce texte, donne à voir l’organisation matérielle de ces bibliothèques, circonscrites dans l’espace et dans le temps, et intellectuelle de leurs ouvrages.

SOMMAIRE

Préface
Introduction

Première partie. La bibliothèque corps et âme : la princesse garante de l’ordre du monde
Chapitre I. Microcosme hors du temps et sanctuaire luxueux
Chapitre II. Les armes et les mots, la souveraineté de l’intérieur
Chapitre III. Promenade de l’esprit et cabinet de verdure

Deuxième partie. La bibliothèque au pouvoir : les livres « en sa puissance »
Chapitre IV. Jeux de dames et de pouvoir : stratégies et secrets de cabinet
Chapitre V. Un gouvernement entre ciel et terre
Chapitre VI. Geste souveraine et harmonie universelle

Troisième partie. La bibliothèque, le silence et la nuit
Chapitre VII. L’esprit des lieux : labyrinthe savant et toponymies livresques
Chapitre VIII. Solitude de plume et rêves de papier : art et manières de cabinet
Conclusion

Sources et bibliographie

Liste des illustrations

Index
Répertoire alphabétique et lexicologique des bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle

Annexes
Chronologie topographique des inventaires du meuble des princesses de Navarre (XVe-XVIIe siècle)
Généalogie féminine et livresque des Albret Navarre aux XVe et XVIe siècles. Les livres
Liste des imprimeurs et libraires de la cour de Navarre (1570-1607)

Télécharger l’introduction ici

 

 

Une lettre d’Odet de la Noue à Catherine de Bourbon (1600)

Nous publions ici le texte commenté d’une lettre inédite adressée le 9 décembre 1600 par Odet de La Noue à Catherine de Navarre, soeur unique du roi Henri IV, devenue par mariage duchesse de Bar en 1599.

Cet article a été publié dans La Lettre de la Société Henri IV, n°18 (juillet 2008) par Bernard Barbiche et Marie-Hélène Grintchenko. Il peut être téléchargé ci-dessous.

Lettre_Odet_de_La_Noue

La bibliothèque du château de Pau rouvre aux chercheurs

Au Musée national et domaine du château de Pau, le Centre de recherche et de documentation Jacques  de Laprade a rouvert ses portes aux chercheurs, le 1er février 2015, après plusieurs années de fermeture.

Conservateur du Musée national du château de Pau de 1946 à 1974, Jacques de Laprade fut le véritable créateur des fonds anciens et de la bibliothèque du château de Pau. C’est pour rendre hommage à ce travail considérable que ce service du musée, désormais ouvert aux étudiants et aux chercheurs, a été baptisé “Centre Jacques de Laprade” et poursuit sous cette appellation, son rôle de coopération avec le monde universitaire et scientifique.

Livres, œuvres graphiques, photographies anciennes, manuscrits, monnaies et médailles, constituent un ensemble patrimonial renvoyant directement au règne d’Henri IV, à son souvenir et à sa légende. La documentation rassemblant les dossiers d’œuvres, ainsi que les Archives du Palais et Musée national de 1830 à nos jours, complètent ce fonds et offrent au chercheur un outil irremplaçable pour la connaissance des collections du musée.

Bibliothèque d’études : le fonds d’ouvrages modernes est destiné à la recherche scientifique des personnels du musée, des chercheurs et des étudiants. Il est spécialisé dans l’histoire de France et d’Europe (période de Gaston Fébus, XVIe-début XVIIe, XIXe siècles), l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge au XIXe siècle, et dans le domaine des arts décoratifs. Cette bibliothèque d’étude est régulièrement enrichie de toutes les parutions en relation avec la thématique henricienne et les collections du musée national.
Les bibliographies et les ouvrages de référence disponibles en salle de lecture couvrent également ces axes de recherche.
Une importante collection de catalogues d’exposition ainsi que des catalogues de ventes publiques est également consultable.

Réserve : le fonds ancien est principalement composé d’ouvrages de la littérature de propagande ou d’opinion contemporains des guerres de religion et du règne d’Henri IV (rares libelles et pamphlets, descriptions d’entrées royales, plaquettes imprimées à l’occasion d’événements marquants). Une place importante est faite également aux œuvres fondatrices de la légende d’Henri IV et aux innombrables hommages faits à ce personnage à la popularité tenace (Henriade de Voltaire, Mémoires de Sully).
D’autres ouvrages évoquent les liens unissant différents personnages au château de Pau (Marguerite de Navarre et les éditions originales de ses textes, Catherine de Bourbon, la famille de Gramont, etc.) ou traitent des divers domaines de la connaissance utiles à l’exercice du pouvoir sous l’Ancien Régime (Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres, traités de cavalerie et de fortifications par exemple).

P.2014-4-1w

Manuscrits et autographes : si le fleuron de la collection de manuscrits du musée national est sans conteste un exemplaire du Livre de chasse de Gaston Fébus datant du tout début du XVe siècle, le fonds, actuellement composé de plus de 530 manuscrits et autographes des XVIe et XVIIe siècles, comprend surtout des pièces en relation directe avec Henri IV et l’histoire des guerres de religion et continue à s’enrichir chaque année.

Img0238

Périodiques : plus de 110 titres, dont certains du XIXe siècle, couvrent les domaines liés aux arts (beaux-arts et arts décoratifs, patrimoine architectural, musées de France, bibliophilie, ventes publiques) et à l’histoire (le XVIe siècle, la Renaissance, le Protestantisme, l’histoire locale).

Cabinet d’arts graphiques : plus de 5000 estampes (XVIe-XXe siècles) et de 400 dessins (XVIIe-XXe siècles), dont une grande partie de portraits d’Henri IV et de ses contemporains, de scènes de son règne, du temps des guerres de religion…

Conditions d’accès
L’inscription est gratuite, sur demande motivée à adresser par téléphone, courrier ou courriel à l’adresse suivante :

Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade
Musée national et domaine du château de Pau
2, rue du château
64000 PAU
Tél. +33 (0)5 59 82 38 00 – Téléc. +33 (0)5 59 82 38 18
Courriel : centre-recherche.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Conditions de consultation
reglement_interieur_de_la_bibliotheque