Archives par mot-clé : Gilbert SCHRENCK

Journal du règne de Henri IV. Tome III : 1595-1598

Vient de paraître chez Droz le tome III du Journal du règne de Henri IV de Pierre de L’Estoile, transcrit d’après les Ms. fr. 25004 et 13720 de la BnF.
Édité par Marie Houllemare, Directeur éditorial Gilbert Schrenck, avec Volker Mecking

Depuis le ralliement de la capitale au roi au début de l’année 1594, Pierre de L’Estoile est le témoin inquiet des étapes de la pacification du royaume. La réconciliation civile, acquise aussi par les armes, est fragile face aux violences populaires et légales, mais en raison également de la disette et des épidémies. Le retour à la paix dans Paris, marqué par la difficile réconciliation des communautés déchirées, contraste avec la poursuite des conflits armés dans les provinces du royaume. Devant l’incapacité de parvenir à une paix générale, Henri IV continue de négocier avec chaque ville tout en combattant ceux qui lui résistent. Alors que s’engage la guerre contre l’Espagne, cette période est aussi celle des lentes négociations menant à l’édit de Nantes et à la coexistence pacifique des deux confessions catholique et protestante. Ces années sont donc marquées par la lenteur de la sortie de guerre et par la préparation d’une sorte de refondation politique du royaume.

Table des matières

Introduction par Marie Houllemare
Compléments bibliographiques
Etablissement du texte
Présentation des manuscrits fr. 25004 et 13720
Texte : 1595
Texte : 1596
Texte : 1597
Texte : 1598
Lexique
Glossaire
Index des noms de personnes et de lieux
Titres des pièces
Incipit des « pasquils »

Niort, 22-24 septembre 2016 – Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques 1616-2016

Lors de son assemblée générale du 13 février 2016, la Société Henri IV a accordé son patronage au colloque international organisé à Niort les 22, 23 et 24 septembre 2016 par l’Association des amis d’Agrippa d’Aubigné :

Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, 1616-2016

Quatre cents ans après leur première publication près de Niort, Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné continuent de bouleverser, de provoquer, de déranger. Ils le font d’autant plus que, si on les a le plus souvent lus dans le contexte des guerres de religion, ils ont été pour l’essentiel conçus, rédigés et publiés après, au temps de l’Édit de Nantes. Le quatrième centenaire est l’occasion de relire ce poème de guerre en temps de paix. Préparé sous Henri IV et publié sous Louis XIII, il appartient à la période d’écriture et de publication la plus intense d’Agrippa d’Aubigné, qui produit l’Histoire Universelle, les Avantures du baron de Faeneste, la Confession du sieur de Sancy, des poèmes et un certain nombre de pamphlets et d’écrits politiques. Le colloque relira l’œuvre dans ce contexte complexe.

Historiquement, des conflits, des débats politiques violents, des guerres reprennent dans le royaume, la monarchie restaurée sous Henri IV semble à nouveau fragilisée, tandis que les divisions déchirent le parti protestant. Valeurs religieuses et valeurs politiques se confrontent à nouveau (États généraux de 1614). La place des nobles dans la monarchie est discutée, la paix de Loudun (1616) est perçue comme un marchandage. On situera le poème dans ces débats nobiliaires, religieux, ces débats d’identité qui l’éclairent et s’éclairent par lui.

Les Tragiques mobilisent la littérature pamphlétaire, mais aussi l’Histoire politique et religieuse, ainsi que le modèle du grand poème héroïque qu’on eût pu croire oublié ou confiné à la littérature religieuse. Ils affirment avec force une poétique de la violence contre les rhétoriques civiles et contre la normalisation malherbienne. Ils opposent la mémoire historique, poétique et littéraire des guerres de religion aux nouvelles tendances de l’histoire et de la littérature.

Cette approche littéraire en contexte pourra aussi être intratextuelle. Les Tragiques sont solidaires des autres œuvres d’Aubigné écrites au même moment et des références internes ne cessent de les relier. Faut-il parler de cohérence ou d’éclatement d’un projet qui se veut grand œuvre et somme polygraphique ?
1616-2016 permettra encore d’aborder cette “composition double” “d’un élément éternel, invariable”, “et d’un élément relatif, circonstanciel” qui définira la beauté pour Baudelaire. Le poème est largement œuvre de circonstance et s’enrichit au gré de ces circonstances, mais il s’écrit pour la fin des temps et il finit à la fin des temps. Le jeu des circonstances (histoire poitevine, relations personnelles, actualité), leur rôle dans ce monument en mémoire d’apocalypse pourront être étudiés.

En somme, le colloque se propose d’analyser le rapport littéraire, politique et religieux d’une œuvre à son temps et à l’Histoire, un rapport marqué par le conflit. Les communications porteront sur ces aspects divers, sans nécessairement se limiter aux Tragiques.

Comité scientifique
Jean-Raymond Fanlo, Aix-Marseille Université.
Marie-Madeleine Fragonard, Université de Paris-Sorbonne nouvelle.
Christian Jouhaud, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.
Jan Miernowski, University of Wisconsin, Madison.
Guillaume Peureux, Université Paris X Nanterre.
Nicolas Schapira, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
Alan Viala, Université d’ Oxford.

Télécharger le programme ici.

Publication signalée : Les Belles figures et drolleries de la Ligue

Vient de paraître chez Droz l’édition critique des Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile, par Gilbert Schrenck.

Les Belles figures et drolleries de la Ligue réunies par Pierre de L’Estoile illustrent les grands événements qui ont secoué la fin du règne d’Henri III jusqu’à la reconquête de Paris par son successeur. Elles constituent un témoignage exceptionnel sur l’histoire des Seize et les stratégies de propagande médiatisées par des gravures d’actualité d’une rare violence pamphlétaire. Les notes personnelles de l’auteur ainsi que ses procédés de collage destinent le corpus iconographique à être le témoignage de la barbarie ligueuse et font de l’œuvre un « théâtre de la cruauté », dont les images sanglantes entrent en résonance avec celles du Journal.

Conforme au texte de l’exemplaire de la Bibliothèque nationale, la présente édition restitue pour la première fois l’intégralité des estampes, chacune d’elles étant située par rapport à l’actualité, interprétée en fonction du public visé et analysée sous l’angle de leurs intertextes (pamphlets, placards, libelles…). Le motif du “monstre” structure la marqueterie des Belles figures pour les désigner comme tragédie de la rébellion à travers une succession de tableaux hallucinants, dont L’Estoile fut le collectionneur lucide.

Télécharger la table des matières ici

This collection of caricatures, illustrations, pamphlets, and other images from the siege of Paris and violence that preceded the coronation of Henry IV, presents the reader with a kind of “theater of crualty”, wherein bloody images bear witness to the barbarism of the Ligue. Critical edition of the original 16th-century collection, with scholarly introduction and notes.

Albineana 27 est paru

L’association des Amis d’Agrippa d’Aubigné a publié en novembre 2015 le n°27 d’Albineana, Cahiers d’Aubigné

L’association organise, environ tous les deux ans, des Journées d’Étude ou des Colloques et publie la revue annuelle Albineana, Cahiers d’Aubigné (Champion-Slatkine, actuellement éditeur). Un numéro sur deux publie les Actes des Journées d’Étude ou des Colloques, le second étant consacré à des études générales, dites VARIA. Chaque numéro publie généralement une bibliographie albinéenne.

Le n°27 s’intitule “Échos, réécritures. La vie posthume des Œuvres d’A. d’Aubigné”. Études réunies et présentées par Julien Goeury.

Cet ouvrage est publié avec le concours du Centre national du livre.

Url de référence :
http://www.honorechampion.com/fr/diffusions/10265-book-04077901-3600120175151.html

* * *

Table des matières

Julien GOEURY : Introduction

I. Retour sur le «moment Aubigné» (XIXe siècle)
Laurent ANGARD : Alexandre Dumas et Agrippa d’Aubigné
Gilbert SCHRENCK : Mérimée éditeur des Aventures du Baron de Fœneste : le moment d’Aubigné
Mathilde BERNARD : « Ego Aubigné » : l’ailleurs commun des Tragiques et de Châtiments
Olivier MILLET : L’épigraphe des Fleurs du Mal et la Renaissance française incarnée par Aubigné : inspiration satirique (M. Régnier), posture apologétique et poésie du mal

II. Aubigné, momentanément (XXe siècle)
Laurence CAMPA : Apollinaire et d’Aubigné
Julien GOEURY : « Je suis L.B.D.D. » : Céline/D’Aubigné
Marie-Dominique LEGRAND : Des références à Agrippa d’Aubigné sous la plume d’Albert Camus
Cécile HUCHARD : Marguerite Yourcenar, lectrice des Tragiques
Pierre CORTOT : Agrippa d’Aubigné, librettiste posthume d’une « cantate » de Darius Milhaud
Claude-Gilbert DUBOIS : Aragon/D’Aubigné : un réseau d’affinités à distance
Jean-Raymond FANLO : Deux fictions albinéennes au XXe siècle : Jean-Pierre Chabrol, Christian Garcin

Annexes
Marie-Madeleine FRAGONARD : Agrippa d’Aubigné et sa notoriété
Érick SURGET : Bibliographie albinéenne