Archives par mot-clé : guerres de religion

Peindre en leur âme des fantômes

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes, un ouvrage de Florence Buttay :
Peindre en leur âme des fantômes
Image et éducation militante pendant les guerres de Religion

Ce livre s’interroge sur les techniques de mobilisation de la jeunesse pendant les guerres de Religion et sur leur efficacité. On sait que les enfants ont été impliqués dans les violences pour contribuer à la justification des actes des adultes. Mais on s’est peu intéressé à l’école durant ces conflits. Comment enseigne-t-on pendant les guerres de Religion ? Comment la pédagogie est-elle mise au service de la mobilisation de la jeunesse? Un ensemble de documents exceptionnels, des recueils de compositions des élèves du collège des jésuites à Paris, datant des années 1590 et 1592, permet de suivre une tentative d’inscrire durablement dans la mémoire des jeunes catholiques les motifs de la détestation de l’ennemi, afin de former de futurs acteurs intransigeants du monde. Ces exercices ont fait l’objet d’expositions ouvertes au public et accompagnées de performances musicales et théâtrales. On y retrouve les efforts des jésuites pour convertir la culture humaniste, dans ses formes les plus séduisantes, en armes de combat pour la foi. Mais on y voit aussi les échos d’une vaste circulation de textes et d’images polémiques, que les partis – protestants, catholiques ou « politiques » – s’échangent et adaptent au gré des besoins. Pour apprendre à reconnaître et à haïr l’ennemi, intérieur et extérieur, les enfants sont invités à composer devinettes, emblèmes et hiéroglyphes.
Le patient travail de chiffrement et déchiffrement fonctionne comme un exercice de méditation sur les motifs de la haine. Le pouvoir des énigmes est donc moins de convaincre d’éventuels contradicteurs que de dessiner une communauté et de renforcer l’identité politique et religieuse des enfants qui les composent. Alors qu’après la victoire d’Henri IV, les ennemis des jésuites ont vivement dénoncé leur enseignement pernicieux, que peut-on dire de l’efficacité de cette pédagogie? En suivant le destin d’un certain nombre d’élèves, et en tentant des rapprochements avec des situations plus contemporaines, on cherche à comprendre ce qui reste d’une éducation militante.

Sommaire
Afficher
Un collège dans la guerre
Les expositions au collège et leurs publics
« Sur cette énigme à plusieurs sens j’ai été un adolescent studieux »

Dévoiler
Dévoiler l’ennemi, purifier la communauté. Discours infamants et exercices de méditation
Hiérarchie des pouvoirs et légitimité royale

Former ou déformer ?
Rénover les lettres et les arts
Peindre en leur âme des fantômes

Topique des énigmes

L’auteur
Florence Buttay est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Bordeaux Montaigne. Elle a publié Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008 et, avec Axelle Guillausseau, Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du concile de Trente, Paris, PUPS, 2012.

Montpellier, 6-8 septembre 2018 – La mémoire des guerres de religion

Colloque international
La mémoire des guerres de religion
A l’Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier
Les 6, 7 et 8 septembre 2018

Comité scientifique : David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion.

Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.
Les communications porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden.

Pour en savoir davantage sur ce projet, voir http://vanderlinden.weebly.com

 

Appel à communication: La mémoire des guerres de religion

Colloque international, 6-8 septembre 2018
Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier

Organisé par David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

APPEL A CONTRIBUTION

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion. Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794. Les doctorants et post-doctorants sont particulièrement encouragés à soumettre une contribution. Les propositions sont à adresser à rememberingthewars@gmail.com, assorties d’un résumé de 300 mots (en français ou en anglais) et d’un bref curriculum vitae avant le 15 janvier 2018. Le Comité scientifique communiquera sa décision le 28 février 2018. Les frais d’hébergement (2 nuits) et de restauration à Montpellier seront pris en charge par les organisateurs.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden. Pour en savoir davantage sur ce projet, consultez http://vanderlinden.weebly.com.

Grenade, 1er- 2 décembre 2016 – Protestantisme et rébellion politique à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles)

L’Université de Grenade (Espagne) organise les 1er et 2 décembre 2016 un colloque sur « Protestantisme et rébellion politique à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles) ».

Le concept de rébellion est à relier au discours de la Réforme protestante à plusieurs égards aux XVIe et XVIIe siècles. La rébellion fut parfois entendue comme une notion théorique, examinée sous l’angle de nouvelles interprétations de la Bible, dès lors qu’à plusieurs reprises, les idées sur la rébellion entretenaient, encourageaient ou justifiaient des insurrections ou des révoltes violentes telles que celles des paysans allemands ou la rébellion de Münster, l’armée de résistance de la ville de Magdebourg aux troupes impériales de Charles V ou la rébellion des Vaudois de Provence en 1545. Jacques Almain, John Knox, George Buchanan, John Ponet, Christopher Goodman, Théodore de Bèze, Philippe du Plessis-Mornay et Philips van Marnix van St. Aldegonde figurent parmi les auteurs protestants qui ont réfléchi au concept de rébellion, aux circonstances qui en appelaient à la rébellion et à celles qui la sanctionnaient, et aux agents qui pouvaient légitimement la déclencher avant d’en appeler à la révocation de l’autorité politique et religieuse. Tout en admettant l’existence d’un dilemme, ces auteurs soulignaient que l’obéissance à la loi de Dieu devait prévaloir sur l’obéissance due à la monarchie tyrannique, pourtant reconnue comme une autorité désignée par Dieu.

Ainsi, ce colloque international explorera-t-il les notions théoriques relatives à la rébellion qui se propagèrent à l’époque moderne. Il aura également pour objectif de réfléchir aux cas d’insurrection et de révoltes, furent-elles encouragées et justifiées, ou bien écrasées par les autorités protestantes. Les discours catholiques, qui qualifiaient le protestantisme d’idéologie politique subversive et rebelle, seront également interrogés dans ce colloque. Enfin, on portera une attention spéciale aux politiques qui découlaient de cette confession, à sa représentation dans la littérature à l’époque moderne et aux connexions établies par celle-ci entre rébellion politique et religion, tout au long des XVIe et XVIIe siècles.

Le colloque s’adresse aux chercheurs et doctorants travaillant dans le domaine de l’histoire, la philosophie, les sciences politiques, la littérature et la traduction à l’époque moderne. Les langues de communication seront l’anglais et le français. Les organisateurs publieront un volume collectif suite à une sélection des communications présentées.

Télécharger le programme prévisionnel ici

Lieu du colloque : Département d’études anglaises et germaniques, Université de Grenade (Espagne)

Inscriptions :
Frais d’inscription : 80€ (normal) ou 50€ (étudiants).
Les déjeuners au Carmen de la Victoria pendant les deux jours du colloque sont inclus dans les frais d’inscription.

Lien : http://congresos.ugr.es/protestantismrebellion/

29-30 septembre 2016 – Tolérance et intolérance des religions à l’époque moderne

L’université d’Angers CERHIO organise les 29 et 30 septembre 2016 un colloque international « Histoire des idées »2

« Tolérance et intolérance des religions à l’époque moderne »

Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines
Maison de la Recherche Germaine Tillion5bis Boulevard Lavoisier – 49540 Angers Cedex 01
CERHIO – Université d’Angers UMR 6258

Télécharger le programme ici

 

Parution : The Political Thought of the French League and Rome (1585-1589)

Paru chez Droz ce printemps 2016.

Cornel ZWIERLEIN, The Political Thought of the French League and Rome (1585-1589). De justa populi gallici ab Henrico tertio defectione and De justa Henrici tertii abdicatione (Jean Boucher, 1589)
( Cahiers d’Humanisme et Renaissance, N° 20=)

Depuis le XIXe siècle, la théorie politique de la Ligue catholique française (1585-1595) est considérée comme un simple plagiat des textes écrits par des monarchomaques calvinistes après le massacre de la Saint-Barthélemy (1572). Basé sur la version originale manuscrite du traité le plus important de la Ligue, rédigé par la Sorbonne pour le Conseil des Seize et pour Mayenne et envoyé au pape Sixte V en mars 1589, Cornel Zwierlein démontre que les traditions sur lesquelles la Ligue s’est appuyée sont le thomisme radicalisé de l´école de Salamanque, le droit canonique, le conciliarisme et le gallicanisme. Les archives françaises, ainsi que celles du Vatican et de l’Inquisition révèlent que le De justa populi gallici ab Henrico tertio defectione fut d’abord un document secret circulant entre la Ligue et la papauté. C’est seulement après l’assassinat d’Henri III (août 1589) qu’il fut publié dans une version augmentée et reconnu comme œuvre de Jean Boucher. A partir de mars 1589, le tyrannicide fut considéré comme constitutif de la Ligue. La crise française et les développements intellectuels de 1589 annoncèrent d´autres conflits entre catholiques et protestants sur la scène européenne, comme la controverse entre Jacques Ier d’Angleterre et Bellarmin autour de 1610 ou la révolte de Bohême de 1618

TABLE OF CONTENTS

Introduction

Chapter One: The development of the text
The March manuscript De Justa Populi Gallici ab Henrico III° defectione
The 1589 printing of De justa Henrici tertii abdicatione

Chapter Two: The League’s political theory 1585-1589
Papal potestas indirecta, secular and spiritual power, 1585-1587
Radical Thomism: From the Day of the Barricades to the Blois Estates, May-December 1588
The legal treatment of the Guise murder in the Papal French Congregation
De defectione
De defectione and the decision about the monitorium

Chapter Three: Short note on the post-1589 trajectories

Conclusion

Appendix
Appendix I: Partial Edition
Appendix II: List of copies of Ed1589 identified

Abbreviations

Bibliography
Unpublished Sources
Published Sources
Literature

Index Nominum

 

 

Appel à communications : « Protestantisme et rébellion politique à l’époque moderne »

Appel à communications expirant le 31 juillet 2016

L’Université de Grenade (Espagne) organise les  1er et 2 décembre 2016 un colloque sur « Protestantisme et rébellion politique à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles) ».

Le concept de rébellion est à relier au discours de la Réforme protestante à plusieurs égards aux XVIe et XVIIe siècles. La rébellion fut parfois entendue comme une notion théorique, examinée sous l’angle de nouvelles interprétations de la Bible, dès lors qu’à plusieurs reprises, les idées sur la rébellion entretenaient, encourageaient ou justifiaient des insurrections ou des révoltes violentes telles que celles des paysans allemands ou la rébellion de Münster, l’armée de résistance de la ville de Magdebourg aux troupes impériales de Charles V ou la rébellion des Vaudois de Provence en 1545. Jacques Almain, John Knox, George Buchanan, John Ponet, Christopher Goodman, Théodore de Bèze, Philippe du Plessis-Mornay et Philips van Marnix van St. Aldegonde figurent parmi les auteurs protestants qui ont réfléchi au concept de rébellion, aux circonstances qui en appelaient à la rébellion et à celles qui la sanctionnaient, et aux agents qui pouvaient légitimement la déclencher avant d’en appeler à la révocation de l’autorité politique et religieuse. Tout en admettant l’existence d’un dilemme, ces auteurs soulignaient que l’obéissance à la loi de Dieu devait prévaloir sur l’obéissance due à la monarchie tyrannique, pourtant reconnue comme une autorité désignée par Dieu.

Ainsi, ce colloque international explorera-t-il les notions théoriques relatives à la rébellion qui se propagèrent à l’époque moderne. Il aura également pour objectif de réfléchir aux cas d’insurrection et de révoltes, furent-elles encouragées et justifiées, ou bien écrasées par les autorités protestantes. Les discours catholiques, qui qualifiaient le protestantisme d’idéologie politique subversive et rebelle, seront également interrogés dans ce colloque. Enfin, on portera une attention spéciale aux politiques qui découlaient de cette confession, à sa représentation dans la littérature à l’époque moderne et aux connexions établies par celle-ci entre rébellion politique et religion, tout au long des XVIe et XVIIe siècles.

Le colloque s’adresse aux chercheurs et doctorants travaillant dans le domaine de l’histoire, la philosophie, les sciences politiques, la littérature et la traduction à l’époque moderne. Les langues de communication seront l’anglais et le français. Les organisateurs publieront un volume collectif suite à une sélection des communications présentées.

Les propositions de communications (200 mots) sont à envoyer avant le 31 juillet 2016 :
en anglais à Rocío G. Sumillera (sumillera chez ugr.es),
en français à Águeda García-Garrido (manuela-agueda.garcia-garrido chez unicaen.fr).
Les communications ne devront pas dépasser 20 minutes.
Date de notification d’acceptation : le 7 août 2016.

Lieu du colloque : Département d’études anglaises et germaniques, Université de Grenade (Espagne)
Inscriptions :
Frais d’inscription : 80€ (normal) ou 50€ (étudiants).
Les déjeuners au Carmen de la Victoria pendant les deux jours du colloque sont inclus dans les frais d’inscription.

Lien : http://congresos.ugr.es/protestantismrebellion/

Pau, 10 juin 2016 – Le mirage d’une France huguenote

La Société des Amis du château de Pau propose le vendredi 10 juin à 15h, une conférence d’Hugues Daussy, président de la Société Henri IV :  « Le mirage d’une France huguenote ».

Le royaume de France aurait-il pu devenir protestant ? Stimulés par une foi intense et convaincus de l’action providentielle de Dieu en faveur de la « vraie religion », les huguenots l’ont réellement cru à l’orée de la décennie 1560. Cette conférence retracera l’histoire éphémère et tragique de cette folle espérance d’une conversion du roi et de tous ses sujets à la Vérité de l’Evangile. Progressivement affaiblie au fil des revers et des déceptions, l’illusion d’une France huguenote s’évanouit tout à fait en août 1572, noyée dans le sang des victimes de la Saint-Barthélemy.

Pau, Musée national et domaine du château, salle de conférences
Vendredi 10 juin 2016, 15h
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponible.

Paris, 8 juin 2016 – Servir le roi en temps de guerres de Religion

La Bibliothèque de la Sorbonne accueille le mercredi 8 juin 2016 une journée d’étude organisée par Matthieu Gellard, Jérémie Foa et Bertrand Haan : Servir le roi en temps de guerres de Religion

Le service incarne et modèle au XVIe siècle les liens unissant l’ensemble des sujets au souverain, à titre collectif comme individuel. Invoqué en toute circonstance, il n’est pas qu’un élément de discours mais touche au cœur des rapports politiques. Recours ultime, le souverain est, entre autres, le dispensateur de la justice et des grâces, le père symbolique, le chef d’une l’Église et celui qui doit conduire la destinée providentielle de la monarchie française.
Magistrats, capitaines de gendarmerie, secrétaires d’État, ambassadeurs, gouverneurs de place ou de province, commissaires ou officiers de finances, en premier lieu, ont tous en commun d’être avant tout des serviteurs du roi et de se définir comme tels plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité, tout au long de leur vie. Ces hommes sont la chair et le sang de l’État monarchique, qu’ils font fonctionner au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et perpétuent.
Le service n’est pourtant pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités etles partis politico-religieux, que les particuliers qui invoquent aussi leur attachement indéfectible au prince.

Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister le souverain, qui en contrepartie doit reconnaître et accréditer le service rendu et accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, il demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance s’assimile donc plus à une interaction, comportant pour tous des obligations, qu’à une sujétion, et ouvre la porte à la négociation.
Avec le surgissement des divisions confessionnelles au début des années 1560, la dimension contractuelle du service du roi a été mise à l’épreuve.
L’autorité royale est remise en question dans les provinces et certains des hommes censés en être les porte-parole font défection. Souvent parce que leurs croyances ou leurs alliances les placent en porte-à-faux avec la Couronne. Parfois aussi, parce qu’ils peinent à suivre la monarchie dans ses volte-face, sans perdre eux-mêmes toute crédibilité locale. Pour l’ensemble des sujets, le lien est donc tout à naturel entre service et fidélité s’est distendu voire rompu, parce que la légitimité du roi est discutée et parce que sa politique va à l’encontre des convictions religieuses de nombre de catholiques et de protestants.

Cette journée d’études souhaiterait donc interroger les différentes configurations du service royal dans le contexte particulier des guerres de Religion françaises – sans s’enfermer dans des bornes chronologiques trop strictes, l’analyse gagnant à être ouverte sur les périodes antérieures et postérieures de façon à prendre en compte l’héritage des règnes de François Ier et de Henri II comme la continuité d’une situation propre à un temps de guerre civiles au début du XVIIe siècle. Elle a aussi pour ambition d’embrasser tout le spectre social, dans une perspective comparative permettant de rendre compte des différentes facettes du service du roi, et d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles.

PROGRAMME

9h-9h30 – Accueil des participants et du public.
9h30-10h – Jérémie Foa (Aix-Marseille Université – TELEMME), Matthieu Gellard (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Bertrand Haan (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Introduction
Matinée sous la présidence de Nicolas Le Roux (Université Paris 13 –
Pléiade)
10h-10h30 – Olivier Poncet (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon), Servir le roi, incarner l’État : le dilemme du chancelier de France au XVIe siècle
10h30-10h45 – Discussions
10h45-11h15 – Pause
11h15-11h45 – Fabrice Micaleff (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC), Les bâtards royaux et l’idéal du serviteur parfait sous les derniers Valois. L’exemple d’Henri d’Angoulême (1551-1586)
11h45-12h15 – Mark Greengrass (professeur émérite, Université de Sheffield / Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Un serviteur du roi confronté aux critiques. Les débuts difficiles du lieutenant du roi en Dauphiné, Bertrand Simiane de Gordes (1565-1566).
12h15-12h30 – Discussions
12h30-14h – Pause déjeuner
Après-midi sous la présidence de Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier)
14h-14h30 – Michel Nassiet (Université d’Angers – CERHIO), Le service armé de la noblesse pendant les guerres de Religion (titre provisoire).
14h30-15h – Pierre-Jean Souriac (Université Jean Moulin Lyon 3 – LARHRA), Intérêts royaux et intérêts du parti : les protestants français dans la décennie 1620.
15h-15h30 – Philippe Hamon (Université Rennes 2 – CERHIO), Les mobilisations armées des communautés rurales pendant les guerres de Religion : une forme de service du roi ?
15h30-16h – Discussions

Discutants de la journée : Nadine Kuperty-Tsur (Tel-Aviv University – IMéRA), Séverin Duc (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Jérémie Ferrer-Bartomeu (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon)

Organisation : Jérémie Foa, Bertrand Haan, Matthieu Gellard

Publication signalée : Les Belles figures et drolleries de la Ligue

Vient de paraître chez Droz l’édition critique des Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile, par Gilbert Schrenck.

Les Belles figures et drolleries de la Ligue réunies par Pierre de L’Estoile illustrent les grands événements qui ont secoué la fin du règne d’Henri III jusqu’à la reconquête de Paris par son successeur. Elles constituent un témoignage exceptionnel sur l’histoire des Seize et les stratégies de propagande médiatisées par des gravures d’actualité d’une rare violence pamphlétaire. Les notes personnelles de l’auteur ainsi que ses procédés de collage destinent le corpus iconographique à être le témoignage de la barbarie ligueuse et font de l’œuvre un « théâtre de la cruauté », dont les images sanglantes entrent en résonance avec celles du Journal.

Conforme au texte de l’exemplaire de la Bibliothèque nationale, la présente édition restitue pour la première fois l’intégralité des estampes, chacune d’elles étant située par rapport à l’actualité, interprétée en fonction du public visé et analysée sous l’angle de leurs intertextes (pamphlets, placards, libelles…). Le motif du « monstre » structure la marqueterie des Belles figures pour les désigner comme tragédie de la rébellion à travers une succession de tableaux hallucinants, dont L’Estoile fut le collectionneur lucide.

Télécharger la table des matières ici

This collection of caricatures, illustrations, pamphlets, and other images from the siege of Paris and violence that preceded the coronation of Henry IV, presents the reader with a kind of “theater of crualty”, wherein bloody images bear witness to the barbarism of the Ligue. Critical edition of the original 16th-century collection, with scholarly introduction and notes.

La bibliothèque du château de Pau rouvre aux chercheurs

Au Musée national et domaine du château de Pau, le Centre de recherche et de documentation Jacques  de Laprade a rouvert ses portes aux chercheurs, le 1er février 2015, après plusieurs années de fermeture.

Conservateur du Musée national du château de Pau de 1946 à 1974, Jacques de Laprade fut le véritable créateur des fonds anciens et de la bibliothèque du château de Pau. C’est pour rendre hommage à ce travail considérable que ce service du musée, désormais ouvert aux étudiants et aux chercheurs, a été baptisé « Centre Jacques de Laprade » et poursuit sous cette appellation, son rôle de coopération avec le monde universitaire et scientifique.

Livres, œuvres graphiques, photographies anciennes, manuscrits, monnaies et médailles, constituent un ensemble patrimonial renvoyant directement au règne d’Henri IV, à son souvenir et à sa légende. La documentation rassemblant les dossiers d’œuvres, ainsi que les Archives du Palais et Musée national de 1830 à nos jours, complètent ce fonds et offrent au chercheur un outil irremplaçable pour la connaissance des collections du musée.

Bibliothèque d’études : le fonds d’ouvrages modernes est destiné à la recherche scientifique des personnels du musée, des chercheurs et des étudiants. Il est spécialisé dans l’histoire de France et d’Europe (période de Gaston Fébus, XVIe-début XVIIe, XIXe siècles), l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge au XIXe siècle, et dans le domaine des arts décoratifs. Cette bibliothèque d’étude est régulièrement enrichie de toutes les parutions en relation avec la thématique henricienne et les collections du musée national.
Les bibliographies et les ouvrages de référence disponibles en salle de lecture couvrent également ces axes de recherche.
Une importante collection de catalogues d’exposition ainsi que des catalogues de ventes publiques est également consultable.

Réserve : le fonds ancien est principalement composé d’ouvrages de la littérature de propagande ou d’opinion contemporains des guerres de religion et du règne d’Henri IV (rares libelles et pamphlets, descriptions d’entrées royales, plaquettes imprimées à l’occasion d’événements marquants). Une place importante est faite également aux œuvres fondatrices de la légende d’Henri IV et aux innombrables hommages faits à ce personnage à la popularité tenace (Henriade de Voltaire, Mémoires de Sully).
D’autres ouvrages évoquent les liens unissant différents personnages au château de Pau (Marguerite de Navarre et les éditions originales de ses textes, Catherine de Bourbon, la famille de Gramont, etc.) ou traitent des divers domaines de la connaissance utiles à l’exercice du pouvoir sous l’Ancien Régime (Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres, traités de cavalerie et de fortifications par exemple).

P.2014-4-1w

Manuscrits et autographes : si le fleuron de la collection de manuscrits du musée national est sans conteste un exemplaire du Livre de chasse de Gaston Fébus datant du tout début du XVe siècle, le fonds, actuellement composé de plus de 530 manuscrits et autographes des XVIe et XVIIe siècles, comprend surtout des pièces en relation directe avec Henri IV et l’histoire des guerres de religion et continue à s’enrichir chaque année.

Img0238

Périodiques : plus de 110 titres, dont certains du XIXe siècle, couvrent les domaines liés aux arts (beaux-arts et arts décoratifs, patrimoine architectural, musées de France, bibliophilie, ventes publiques) et à l’histoire (le XVIe siècle, la Renaissance, le Protestantisme, l’histoire locale).

Cabinet d’arts graphiques : plus de 5000 estampes (XVIe-XXe siècles) et de 400 dessins (XVIIe-XXe siècles), dont une grande partie de portraits d’Henri IV et de ses contemporains, de scènes de son règne, du temps des guerres de religion…

Conditions d’accès
L’inscription est gratuite, sur demande motivée à adresser par téléphone, courrier ou courriel à l’adresse suivante :

Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade
Musée national et domaine du château de Pau
2, rue du château
64000 PAU
Tél. +33 (0)5 59 82 38 00 – Téléc. +33 (0)5 59 82 38 18
Courriel : centre-recherche.chateau-de-pau@culture.gouv.fr

Conditions de consultation
reglement_interieur_de_la_bibliotheque