Archives par mot-clé : Jeanne d’Albret

Conférences de la Société des Amis du château de Pau Janvier-juin 2019

La Société des Amis du château de Pau propose un programme régulier de conférences, au Musée national et domaine du château de Pau.

Pour le premier semestre 2019, plusieurs conférenciers aborderont  des thématiques en relation avec l’histoire du règne d’Henri IV et des guerres de religion :

Samedi 19 janvier 2019 à 15h : Florence Buttay,  Le sanglier navarrais. Caricatures d’Henri IV au temps de la Ligue

Après l’assassinat d’Henri III, l’affrontement entre les partisans d’Henri IV et ses farouches opposants catholiques, les ligueurs, ne s’est pas joué seulement sur les champs de bataille. Une intense guerre d’images et de mots l’accompagne. L’image du roi de Navarre y tient une place importante. Porc fangeux, chasseur rustaud ou sanglier navarrais : les ligueurs ne manquent pas d’imagination pour le caricaturer. Dans les villes rebelles, les enfants sont formés à la détestation du roi. A partir des dessins et des poèmes composés par les élèves du collège des jésuites de Paris, dans les années 1590, Florence Buttay, Maîtresse de conférence à l’Université de Bordeaux-Montaigne, évoquera ces portraits à charge destinés à renforcer la peur et donc la résistance des jeunes catholiques.

Samedi 16 février 2019 : Josette Groslière, Gabrielle d’Estrées, presque reine

La belle Gabrielle, que le roi couvrit d’honneurs, de titres et de bienfaits aurait sans doute été Reine de France si la mort ne l’avait pas emportée à l’âge de 26 ans, après qu’elle eut donné trois enfants au roi, dont son fils préféré, César de Vendôme.

Josette Groslière, Maître Assistant des Facultés de Droit honoraire, est historienne de la Gascogne et spécialiste de l’histoire événementielle du XVIe et XVIIe siècles.

Samedi 9 mars : Dénes Harai, Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Dénes Harai évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Dénes HARAI, membre de la Société Henri IV, est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur l’histoire politique française et hongroise des XVIe-XVIIe siècles. Universitaire, il soutient sa thèse sur les conseillers du roi de Navarre et du prince de Transylvanie ( XVIe-XVIIe siècles). Depuis janvier 2017 : il est chercheur post-doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, au sein de l’équipe ITEM (Identitiés, Territoires, Expressions, Moblités), dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), dirigé par le professeur Philippe Chareyre et  soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Samedi 20 avril : Jean Eimer,  Montaigne, encore un essai !

Jean Eimer vient de publier un livre « Montaigne, encore un essai ! », écrit sur le vif, comme si le penseur vivait parmi nous aujourd’hui. Ainsi se livre-t-il à des réflexions personnelles sur sa vie, ses centres d’intérêt et le monde qui l’entoure, en particulier celui de l’époque du jeune Henri IV .

Journaliste au Groupe Sud-Ouest où il a été notamment Directeur de la Rédaction de Sud-Ouest Dimanche, Jean Eimer est un fervent lecteur de Montaigne et un observateur alerte de son temps.

La Société Henri IV a établi un partenariat avec la Société des Amis du château de Pau. Elles coorganisent chaque année au mois d’octobre une conférence au Musée national et domaine du château de Pau.

 

Trésors princiers – Richesses de la cour de Navarre au XVIe siècle

Le Musée national du château de Pau présente du 7 avril au 9 juillet 2017 une exposition sur le “cabinet des rois de Navarre” qui se trouvait au château de Pau au XVIe siècle et fut rapporté à Fontainebleau pour rejoindre les collections des rois de France par Henri IV en 1602.

Quatre-vingts oeuvres d’exception sont rassemblées dans les belles salles du rez-de-chaussée : objets précieux dont la présence dans les collections des Albet-Navarre est attestée, objets similaires issus de collections princières.

Consulter le communiqué de presse ici
Consulter le dossier de presse ici.

Parution signalée – Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle

Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle – Livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages

C’est sous ce titre que vient de paraître l’important travail de recherche réalisé par Damien Plantey, docteur en histoire, bibliothécaire à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), qui a soutenu une thèse remarquée sur ce sujet à l’université de Bordeaux III en 2011, sous la direction d’Anne-Marie Cocula : “Bibliothèques de la Renaissance : les librairies de Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon : histoire d’un patrimoine intellectuel et spirituel”.

Cet ouvrage est publié aux Presses de l’enssib. Il sera disponible aussi bien en version papier qu’en version numérique.

Au XVIe siècle, les princesses de Navarre se constituent des bibliothèques qui sont à la fois des lieux physiques, meublés, des espaces de représentation, et des collections d’ouvrages. Ces ouvrages sont la manifestation d’un pouvoir, le symbole d’une puissance.  Damien Plantey, dans ce texte, donne à voir l’organisation matérielle de ces bibliothèques, circonscrites dans l’espace et dans le temps, et intellectuelle de leurs ouvrages.

SOMMAIRE

Préface
Introduction

Première partie. La bibliothèque corps et âme : la princesse garante de l’ordre du monde
Chapitre I. Microcosme hors du temps et sanctuaire luxueux
Chapitre II. Les armes et les mots, la souveraineté de l’intérieur
Chapitre III. Promenade de l’esprit et cabinet de verdure

Deuxième partie. La bibliothèque au pouvoir : les livres « en sa puissance »
Chapitre IV. Jeux de dames et de pouvoir : stratégies et secrets de cabinet
Chapitre V. Un gouvernement entre ciel et terre
Chapitre VI. Geste souveraine et harmonie universelle

Troisième partie. La bibliothèque, le silence et la nuit
Chapitre VII. L’esprit des lieux : labyrinthe savant et toponymies livresques
Chapitre VIII. Solitude de plume et rêves de papier : art et manières de cabinet
Conclusion

Sources et bibliographie

Liste des illustrations

Index
Répertoire alphabétique et lexicologique des bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle

Annexes
Chronologie topographique des inventaires du meuble des princesses de Navarre (XVe-XVIIe siècle)
Généalogie féminine et livresque des Albret Navarre aux XVe et XVIe siècles. Les livres
Liste des imprimeurs et libraires de la cour de Navarre (1570-1607)

Télécharger l’introduction ici

 

 

La maison de Navarre à Tours

Le 18 décembre 2014 au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François Rabelais – Tours a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat d’histoire de l’université François-Rabelais de Tours, préparée au CESR, sous la direction du professeur Gérald Chaix par Claire Barker Harai sur Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du seizième siècle

La thèse de Claire Barker Haraï porte sur les serviteurs de la maison de Navarre mentionnés dans les minutes des notaires de Tours entre 1548 et 1590, soit du mariage de Jeanne d’Albret avec Antoine de Bourbon à l’accession d’Henri de Navarre au trône de France, qui voit disparaître le nom de Navarre des actes. Elle s’inscrit à la suite de deux mémoires de première et de seconde années de master soutenus à Tours en 2006 et 2007, portant sur Adam de Longuemort (1578-1590), valet de chambre et apothicaire, et une première analyse du réseau navarrais de 1564 à 1586, à partir des minutes du notaire Pierre Digoys. Elle repose sur un travail de dépouillement de cent quatre-vingt-quatre liasses provenant de treize études, la consultation de 9 404 actes et l’analyse minutieuse de 369 d’entre eux qui ont permis de dégager un corpus de 106 personnes, se déclinant en dix-neuf périphériques, quatre-vingts appartenant à un groupe médian et sept constituant l’élite, appelée le “cœur du milieu navarrais”. Cette documentation notariale a pu être complétée par les registres de comptes de la maison de Navarre déposés dans la série B des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

La thèse s’organise en trois parties reprenant la démarche chronologique d’une recherche très méthodique : un dictionnaire, une étude globale, un approfondissement sur un groupe clé bien identifié. Elle est complétée d’annexes présentant l’essentiel des documents de travail sous la forme d’un corpus de résumés ou de retranscriptions, par études et par ordre chronologique d’une très grande richesse.

La première partie consiste en un dictionnaire des 106 personnes étudiées sous le titre de ” Notice des Navarrais à Tours” qui récapitule sous le nom de chacun, l’ensemble de leurs mentions dans les minutes notariales complétées par quelques références bibliographiques.
La seconde partie intitulée “Le milieu navarrais à Tours” s’applique à la description non pas d’un réseau mais de l’ensemble large des 106 serviteurs de la cour de Navarre, tant au niveau de la vie courante que des aspects beaucoup plus stratégiques. L’étude minutieuse de la mention simultanée de plusieurs membres de ce milieu “navarrais” (82%) dans des actes notariés qui concernent en grande partie leurs affaires familiales, a permis de faire ressortir un phénomène qualifié d’”interaction”. L’approche chronologique souligne deux périodes de plus forte présence et donc d’intérêt important de la maison de Navarre porté aux affaires de France, en 1566 et 1571-1573 en lien avec la politique de Jeanne d’Albret, puis 1582-1590 avec l’émergence de la figure d’Henri de Navarre qui précède son accession au trône de France, mais aussi les démêlés pour le recouvrement de la dot de Marguerite de Valois. Cette partie se termine sur une très intéressante approche géographique du groupe dont les membres résident essentiellement dans deux des paroisses de la ville, ce qui permet de préciser plus encore son insertion concrète au sein de l’espace urbain, dans un véritable quartier “navarrais”. La troisième et dernière partie s’attache à l’étude d’un groupe plus restreint de sept personnes, qui ont joué un rôle déterminant auprès des souverains et forment le “cœur du milieu navarrais”. Claire Barker Haraï fait ressortir les liens de parenté étroits qui unissent ces serviteurs de confiance de la couronne de Navarre, contribuant fortement à leur ascension sociale.

Grâce à un dépouillement acharné et une analyse minutieuse d’archives notariales, documentation foisonnante et de lecture difficile, Claire Barker Haraï lève le voile sur un sujet jusqu’alors ignoré qui vient réactualiser les connaissances relatives à la chancellerie de Navarre et ses officiers, dans un contexte géographique inattendu ; elle livre aux historiens à venir un instrument de travail constitué par le corpus très riche de ses analyses des sources qui ne manquera pas de donner matière, au-delà de cette thèse, à de multiples approfondissements.

Philippe Chareyre
Extraits du compte-rendu publié dans
La Lettre de la Société Henri IV n°30 (décembre 2014)