Archives par mot-clé : jérémie foa

Niort, 22-24 septembre 2016 – Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques 1616-2016

Lors de son assemblée générale du 13 février 2016, la Société Henri IV a accordé son patronage au colloque international organisé à Niort les 22, 23 et 24 septembre 2016 par l’Association des amis d’Agrippa d’Aubigné :

Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, 1616-2016

Quatre cents ans après leur première publication près de Niort, Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné continuent de bouleverser, de provoquer, de déranger. Ils le font d’autant plus que, si on les a le plus souvent lus dans le contexte des guerres de religion, ils ont été pour l’essentiel conçus, rédigés et publiés après, au temps de l’Édit de Nantes. Le quatrième centenaire est l’occasion de relire ce poème de guerre en temps de paix. Préparé sous Henri IV et publié sous Louis XIII, il appartient à la période d’écriture et de publication la plus intense d’Agrippa d’Aubigné, qui produit l’Histoire Universelle, les Avantures du baron de Faeneste, la Confession du sieur de Sancy, des poèmes et un certain nombre de pamphlets et d’écrits politiques. Le colloque relira l’œuvre dans ce contexte complexe.

Historiquement, des conflits, des débats politiques violents, des guerres reprennent dans le royaume, la monarchie restaurée sous Henri IV semble à nouveau fragilisée, tandis que les divisions déchirent le parti protestant. Valeurs religieuses et valeurs politiques se confrontent à nouveau (États généraux de 1614). La place des nobles dans la monarchie est discutée, la paix de Loudun (1616) est perçue comme un marchandage. On situera le poème dans ces débats nobiliaires, religieux, ces débats d’identité qui l’éclairent et s’éclairent par lui.

Les Tragiques mobilisent la littérature pamphlétaire, mais aussi l’Histoire politique et religieuse, ainsi que le modèle du grand poème héroïque qu’on eût pu croire oublié ou confiné à la littérature religieuse. Ils affirment avec force une poétique de la violence contre les rhétoriques civiles et contre la normalisation malherbienne. Ils opposent la mémoire historique, poétique et littéraire des guerres de religion aux nouvelles tendances de l’histoire et de la littérature.

Cette approche littéraire en contexte pourra aussi être intratextuelle. Les Tragiques sont solidaires des autres œuvres d’Aubigné écrites au même moment et des références internes ne cessent de les relier. Faut-il parler de cohérence ou d’éclatement d’un projet qui se veut grand œuvre et somme polygraphique ?
1616-2016 permettra encore d’aborder cette “composition double” “d’un élément éternel, invariable”, “et d’un élément relatif, circonstanciel” qui définira la beauté pour Baudelaire. Le poème est largement œuvre de circonstance et s’enrichit au gré de ces circonstances, mais il s’écrit pour la fin des temps et il finit à la fin des temps. Le jeu des circonstances (histoire poitevine, relations personnelles, actualité), leur rôle dans ce monument en mémoire d’apocalypse pourront être étudiés.

En somme, le colloque se propose d’analyser le rapport littéraire, politique et religieux d’une œuvre à son temps et à l’Histoire, un rapport marqué par le conflit. Les communications porteront sur ces aspects divers, sans nécessairement se limiter aux Tragiques.

Comité scientifique
Jean-Raymond Fanlo, Aix-Marseille Université.
Marie-Madeleine Fragonard, Université de Paris-Sorbonne nouvelle.
Christian Jouhaud, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.
Jan Miernowski, University of Wisconsin, Madison.
Guillaume Peureux, Université Paris X Nanterre.
Nicolas Schapira, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
Alan Viala, Université d’ Oxford.

Télécharger le programme ici.

Publication signalée – La mort du prince

Vient de paraître aux Presses Universitaires de Provence un ouvrage collectif sur La mort du prince de l’Antiquité à nos jours, sous la direction de Jérémie Foa, Elisabeth Malamut et Charles Zaramba.

Cet ouvrage est consacré à la mort des souverains ou de ceux qui sont considérés comme des monarques même s’ils n’ont pas été couronnés. Certains sont bien connus – Constantin le Grand, Charles VI, Catherine de Médicis, Henri IV, Marie-Antoinette, Murat, Franco, Tito, etc., d’autres moins. Les approches sont autant littéraires – dans la représentation de la mort du prince et son idéalisation –, qu’historiques – dans l’événement que constituent le décès et son impact. L’écriture, qu’elle soit historiographique, hagiographique, rhétorique, journalistique ou même iconographique, joue un rôle primordial dans le récit de l’agonie, la commémoration, le dénigrement, la remémoration, l’héroïsation et la sanctification. Enfin, l’impact de la mort du prince s’inscrit dans l’histoire nationale et internationale, opposant le corps mortel au corps politique, la mort critique à la mort symbolique, le passé à l’avenir, l’après du pouvoir étant la question centrale.

A signaler plus particulièrement en lien avec notre sujet de recherche, l’article de Diane Roussel, « Conspirateurs et régicides devant le parlement de Paris au lendemain de l’assassinat d’Henri IV (1610 ) », p. 263-282.
Il s’agit d’une enquête menée dans les plumitifs de la chambre criminelle du parlement de Paris au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, lorsque la justice traque les mauvaises paroles et les intentions régicides.

Télécharger la table des matières ici.

Paris, 8 juin 2016 – Servir le roi en temps de guerres de Religion

La Bibliothèque de la Sorbonne accueille le mercredi 8 juin 2016 une journée d’étude organisée par Matthieu Gellard, Jérémie Foa et Bertrand Haan : Servir le roi en temps de guerres de Religion

Le service incarne et modèle au XVIe siècle les liens unissant l’ensemble des sujets au souverain, à titre collectif comme individuel. Invoqué en toute circonstance, il n’est pas qu’un élément de discours mais touche au cœur des rapports politiques. Recours ultime, le souverain est, entre autres, le dispensateur de la justice et des grâces, le père symbolique, le chef d’une l’Église et celui qui doit conduire la destinée providentielle de la monarchie française.
Magistrats, capitaines de gendarmerie, secrétaires d’État, ambassadeurs, gouverneurs de place ou de province, commissaires ou officiers de finances, en premier lieu, ont tous en commun d’être avant tout des serviteurs du roi et de se définir comme tels plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité, tout au long de leur vie. Ces hommes sont la chair et le sang de l’État monarchique, qu’ils font fonctionner au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et perpétuent.
Le service n’est pourtant pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités etles partis politico-religieux, que les particuliers qui invoquent aussi leur attachement indéfectible au prince.

Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister le souverain, qui en contrepartie doit reconnaître et accréditer le service rendu et accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, il demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance s’assimile donc plus à une interaction, comportant pour tous des obligations, qu’à une sujétion, et ouvre la porte à la négociation.
Avec le surgissement des divisions confessionnelles au début des années 1560, la dimension contractuelle du service du roi a été mise à l’épreuve.
L’autorité royale est remise en question dans les provinces et certains des hommes censés en être les porte-parole font défection. Souvent parce que leurs croyances ou leurs alliances les placent en porte-à-faux avec la Couronne. Parfois aussi, parce qu’ils peinent à suivre la monarchie dans ses volte-face, sans perdre eux-mêmes toute crédibilité locale. Pour l’ensemble des sujets, le lien est donc tout à naturel entre service et fidélité s’est distendu voire rompu, parce que la légitimité du roi est discutée et parce que sa politique va à l’encontre des convictions religieuses de nombre de catholiques et de protestants.

Cette journée d’études souhaiterait donc interroger les différentes configurations du service royal dans le contexte particulier des guerres de Religion françaises – sans s’enfermer dans des bornes chronologiques trop strictes, l’analyse gagnant à être ouverte sur les périodes antérieures et postérieures de façon à prendre en compte l’héritage des règnes de François Ier et de Henri II comme la continuité d’une situation propre à un temps de guerre civiles au début du XVIIe siècle. Elle a aussi pour ambition d’embrasser tout le spectre social, dans une perspective comparative permettant de rendre compte des différentes facettes du service du roi, et d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles.

PROGRAMME

9h-9h30 – Accueil des participants et du public.
9h30-10h – Jérémie Foa (Aix-Marseille Université – TELEMME), Matthieu Gellard (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Bertrand Haan (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Introduction
Matinée sous la présidence de Nicolas Le Roux (Université Paris 13 –
Pléiade)
10h-10h30 – Olivier Poncet (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon), Servir le roi, incarner l’État : le dilemme du chancelier de France au XVIe siècle
10h30-10h45 – Discussions
10h45-11h15 – Pause
11h15-11h45 – Fabrice Micaleff (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC), Les bâtards royaux et l’idéal du serviteur parfait sous les derniers Valois. L’exemple d’Henri d’Angoulême (1551-1586)
11h45-12h15 – Mark Greengrass (professeur émérite, Université de Sheffield / Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Un serviteur du roi confronté aux critiques. Les débuts difficiles du lieutenant du roi en Dauphiné, Bertrand Simiane de Gordes (1565-1566).
12h15-12h30 – Discussions
12h30-14h – Pause déjeuner
Après-midi sous la présidence de Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier)
14h-14h30 – Michel Nassiet (Université d’Angers – CERHIO), Le service armé de la noblesse pendant les guerres de Religion (titre provisoire).
14h30-15h – Pierre-Jean Souriac (Université Jean Moulin Lyon 3 – LARHRA), Intérêts royaux et intérêts du parti : les protestants français dans la décennie 1620.
15h-15h30 – Philippe Hamon (Université Rennes 2 – CERHIO), Les mobilisations armées des communautés rurales pendant les guerres de Religion : une forme de service du roi ?
15h30-16h – Discussions

Discutants de la journée : Nadine Kuperty-Tsur (Tel-Aviv University – IMéRA), Séverin Duc (Université Paris-Sorbonne – Centre Roland Mousnier), Jérémie Ferrer-Bartomeu (École nationale des Chartes – Centre Jean Mabillon)

Organisation : Jérémie Foa, Bertrand Haan, Matthieu Gellard

Le tombeau de la paix

Une nouvelle histoire des tentatives de pacification
au temps des guerres de religion

Jérémie Foa vient de publier le résultat des recherches qu’il conduit depuis de nombreuses années sur les commissions d’application des édits de pacification qui ont mis fin aux trois premières guerres de religion. Dans ce livre, il enrichit et réactualise le texte de sa thèse.

Jérémie Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2015, 546 p.

Présentation de l’éditeur :Foa, Tombeau de la paix

Comment sortir d’une guerre civile? Et comment vivre alors avec l’ennemi de la veille, partager une même ville avec lui, habiter le même quartier, la même rue?

Ces questions d’actualité se posèrent avec une dramatique urgence au roi Charles IX et à sa mère Catherine de Médicis au début des guerres de Religion (1560-1572) et au cours des luttes fratricides qui opposèrent catholiques et protestants.

Ce livre propose de suivre pas à pas, dans les archives, les « commissaires des édits de pacification », ces hommes que la Couronne envoya chevaucher par tout le royaume, de ville en ville, pour tenter d’y restaurer la paix. Quel fut le sens d’une politique royale qui, tout en promouvant l’établissement de la coexistence pacifique entre les confessions, portait avec elle le triomphe du catholicisme et la ruine des espoirs protestants ?

Sommaire

Olivier Christin – Préface

Introduction
– Missions invisibles
– Guerres et paix dans l’histoire
– Du neuf sur Charles IX
– L’écume de la loi
– Pistes de recherche

 

Chapitre premier. L’invention des commissaires

I. Loyautés infidèles. La réception des édits de pacification
– La stratégie des « vieux petars »
– Contournements et détournements individuels
– « Il est impossible que desja ne le scaichiez par cueur »
– « Là où fut le principal empeschement » ? Les parlements et les édits de pacification
II. La maladie infantile du commissaire : les premiers édits de « tolérance »
– Commissaire ou barbarie
– Prototypes
– Un commentaire des Commentaires

 

Chapitre II. “Cet honeur qui venoit de jugement et non pas de fortune”

I. Choisir les commissaires
– Diplomatique
– Une femme sous influence
– « Son traité et sa paix ». Saint-Germain ou l’affranchissement monarchique
II. « Aucunement meslé de l’affaire de la relligion » : les qualités religieuses des commissaires du roi
– Parachever l’édit d’Amboise
– Des alliances « des deux coustés »
– Des hommes sans qualités
III. La noblesse des paix
– Les maréchaux de France et la paix d’Amboise
– La noblesse seconde au cœur de l’édit d’Amboise
– Saint-Germain ou le retour des gouverneurs

 

Chapitre III. Feuilles de route

I. La prise de la parole. Analyse d’un corpus de remontrances
– «Puisqu’à present il plaît à Sa Majesté oyr et entendre les plaintes»
– Les acteurs de la plainte
– La professionnalisation des plaintes
II. De quoi se plaint-on ? Symptomatologie d’une sortie de guerre
– Le prêche, bataille majeure des guerres de Religion
– La quincaillerie des troubles.
– La bataille des meubles perdus
– Les stigmates de la guerre.
– Déséquilibres financiers et désordres publics
– Le silence des absents

 

Chapitre IV. Retours au pays natal

I. « Avec cymbales pour louer le Seigneur » : le retour des ecclésiastiques
– Des retours imaginaires
– La procession, réparation céleste
– Tête haute ou messe-basse ?
II. « Qui sont ces troupes de gens que l’on void à la prairie ? » L’impossible retour protestant
– Une entrée sous bonne escorte
– Comment reconnaître un Mâconnais ?
– L’estat et le mestier : le retour du social
III. Un retour amputé : le déficit de solennité des réintégrations huguenotes
– Réhabilitations
– Le serment de réception : marque d’honneur ou d’infamie ?

 

Chapitre V. Biens des troubles et troubles du bien

I. « Sunt lacrimae rerum ». Le droit des meubles au temps des guerres de Religion
– Petits meubles entre amis
– Les « curieux recharcheux de choses »
II. Trois requêtes huguenotes. La restitution mobilière comme grâce
– Le laboureur et ses enfants
– Arles, 1564
– Le vin de François Porchier
– Mâcon, 1571
– La solitude d’Étienne Ferrières
– Toulouse, 1564
III. Le « Thrésor » des églises
– La rétrocession sélective des meubles ecclésiastiques
– Les objets sacrés dans l’économie des restitutions
– La plainte comme compétence cléricale
L’usage des ruines
IV. Les « achapteurs de bonne foy » des immeubles huguenots
– Fisc ou confiscation ? Rendre leurs maisons aux huguenots toulousains
– La controverse immobilière

 

Chapitre VI. Le nerf de la guerre. armes et finances municipales en lendemain de guerre

I. La « désespérade » des huguenots. L’inégal démantèlement des villes
– Démobiliser
– Citadelles
II. « Puisque les armes trottent… ». Désarmer les civils
– Armes nobles et ignobles
– Les seuils de l’urbanité
– Municipalisation ou étatisation des armes ?
– Les choses de la paix
– La guerre des deux robes
III. Régler la dette ou faire la paix ?
– Le détournement des commissaires
– Les financiers de Saint-Germain
– Punir ou pardonner les malversations financières ?
– Le cas Monluc
IV. Solidarité budgétaire ou effacement de l’ardoise ? La politisation des affaires financières
– Les contradictions de la réconciliation financière
– La guerre des marchands
– Faire compte à part

 

Chapitre VII. les promesses de l’hotel de ville. l’espace du politique

I. Une curieuse oubliance
– Les horizons croisés de l’oubli
– Troubles de la mémoire et mémoire des Troubles
– Topiques de l’oubli
II. Serments du pouvoir et pouvoirs du serment
– Vivre ensemble
– Tenir parole
III. L’invention du pluralisme
– Politique des minorités
– Assister au conseil
– L’autonomisation partielle du politique
IV. La mutation des ressources légitimes de la vie politique
– Régression confessionnalisante…
– …ou modalité pertinente de construction du consensus ?
– Les dispositifs d’indétermination religieuse de l’action publique

 

Chapitre VIII. “Ilz mirent jesus christ aux fauxbourgs”. une politique de l’espace

I. Théologie de l’espace ou sociologie de la domination ?
– La vie sans l’autre. La domestication des prières huguenotes
– Exiler le prêche
– Le pouvoir sur l’espace
– L’incorporation des appartenances par la distance
II. La bataille du prêche
– Témoigner de la « vieille motte de terre »
– L’impossible fatalité des normes
– Objectivation ou personnalisation ?
– Portrait du commissaire en marinier
– Les prêches en cachette
III. La disparition
– Cacher ce temple
– « Separez après leur mort de ceux avec lesquelz ilz ont vescu »
IV. La domestication du protestantisme
– Débordements
– La maçonnerie de la coexistence
– Jours de fête
– La contribution des guerres de Religion à la naissance du Public et du Privé

 

Chapitre IX. Paradoxe sur le commissaire. L’institutionnalisation des agents de la paix

I. « Il fauldra estre plus de six moys en chacune seneschaussée »
– Sédentariser les commissaires
– La troisième guerre civile. L’exportation du commissaire sédentaire
II. Heurs et malheurs de l’enracinement
– L’invention du surintendant
– Le simple corps du commissaire
– La corde au col
III. La nationalisation des commissaires (1570-1572)
– L’institutionnalisation des commissaires. La conférence de Blois et le parachèvement de l’édit de Saint-Germain (octobre 1571)
– La fin des commissaires. Trois hommes et la Saint-Barthélemy