Archives par mot-clé : Jésuites

Conférences de la Société des Amis du château de Pau Janvier-juin 2019

La Société des Amis du château de Pau propose un programme régulier de conférences, au Musée national et domaine du château de Pau.

Pour le premier semestre 2019, plusieurs conférenciers aborderont  des thématiques en relation avec l’histoire du règne d’Henri IV et des guerres de religion :

Samedi 19 janvier 2019 à 15h : Florence Buttay,  Le sanglier navarrais. Caricatures d’Henri IV au temps de la Ligue

Après l’assassinat d’Henri III, l’affrontement entre les partisans d’Henri IV et ses farouches opposants catholiques, les ligueurs, ne s’est pas joué seulement sur les champs de bataille. Une intense guerre d’images et de mots l’accompagne. L’image du roi de Navarre y tient une place importante. Porc fangeux, chasseur rustaud ou sanglier navarrais : les ligueurs ne manquent pas d’imagination pour le caricaturer. Dans les villes rebelles, les enfants sont formés à la détestation du roi. A partir des dessins et des poèmes composés par les élèves du collège des jésuites de Paris, dans les années 1590, Florence Buttay, Maîtresse de conférence à l’Université de Bordeaux-Montaigne, évoquera ces portraits à charge destinés à renforcer la peur et donc la résistance des jeunes catholiques.

Samedi 16 février 2019 : Josette Groslière, Gabrielle d’Estrées, presque reine

La belle Gabrielle, que le roi couvrit d’honneurs, de titres et de bienfaits aurait sans doute été Reine de France si la mort ne l’avait pas emportée à l’âge de 26 ans, après qu’elle eut donné trois enfants au roi, dont son fils préféré, César de Vendôme.

Josette Groslière, Maître Assistant des Facultés de Droit honoraire, est historienne de la Gascogne et spécialiste de l’histoire événementielle du XVIe et XVIIe siècles.

Samedi 9 mars : Dénes Harai, Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Dénes Harai évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Dénes HARAI, membre de la Société Henri IV, est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur l’histoire politique française et hongroise des XVIe-XVIIe siècles. Universitaire, il soutient sa thèse sur les conseillers du roi de Navarre et du prince de Transylvanie ( XVIe-XVIIe siècles). Depuis janvier 2017 : il est chercheur post-doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, au sein de l’équipe ITEM (Identitiés, Territoires, Expressions, Moblités), dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), dirigé par le professeur Philippe Chareyre et  soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Samedi 20 avril : Jean Eimer,  Montaigne, encore un essai !

Jean Eimer vient de publier un livre « Montaigne, encore un essai ! », écrit sur le vif, comme si le penseur vivait parmi nous aujourd’hui. Ainsi se livre-t-il à des réflexions personnelles sur sa vie, ses centres d’intérêt et le monde qui l’entoure, en particulier celui de l’époque du jeune Henri IV .

Journaliste au Groupe Sud-Ouest où il a été notamment Directeur de la Rédaction de Sud-Ouest Dimanche, Jean Eimer est un fervent lecteur de Montaigne et un observateur alerte de son temps.

La Société Henri IV a établi un partenariat avec la Société des Amis du château de Pau. Elles coorganisent chaque année au mois d’octobre une conférence au Musée national et domaine du château de Pau.

 

Peindre en leur âme des fantômes

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes, un ouvrage de Florence Buttay :
Peindre en leur âme des fantômes
Image et éducation militante pendant les guerres de Religion

Ce livre s’interroge sur les techniques de mobilisation de la jeunesse pendant les guerres de Religion et sur leur efficacité. On sait que les enfants ont été impliqués dans les violences pour contribuer à la justification des actes des adultes. Mais on s’est peu intéressé à l’école durant ces conflits. Comment enseigne-t-on pendant les guerres de Religion ? Comment la pédagogie est-elle mise au service de la mobilisation de la jeunesse? Un ensemble de documents exceptionnels, des recueils de compositions des élèves du collège des jésuites à Paris, datant des années 1590 et 1592, permet de suivre une tentative d’inscrire durablement dans la mémoire des jeunes catholiques les motifs de la détestation de l’ennemi, afin de former de futurs acteurs intransigeants du monde. Ces exercices ont fait l’objet d’expositions ouvertes au public et accompagnées de performances musicales et théâtrales. On y retrouve les efforts des jésuites pour convertir la culture humaniste, dans ses formes les plus séduisantes, en armes de combat pour la foi. Mais on y voit aussi les échos d’une vaste circulation de textes et d’images polémiques, que les partis – protestants, catholiques ou « politiques » – s’échangent et adaptent au gré des besoins. Pour apprendre à reconnaître et à haïr l’ennemi, intérieur et extérieur, les enfants sont invités à composer devinettes, emblèmes et hiéroglyphes.
Le patient travail de chiffrement et déchiffrement fonctionne comme un exercice de méditation sur les motifs de la haine. Le pouvoir des énigmes est donc moins de convaincre d’éventuels contradicteurs que de dessiner une communauté et de renforcer l’identité politique et religieuse des enfants qui les composent. Alors qu’après la victoire d’Henri IV, les ennemis des jésuites ont vivement dénoncé leur enseignement pernicieux, que peut-on dire de l’efficacité de cette pédagogie? En suivant le destin d’un certain nombre d’élèves, et en tentant des rapprochements avec des situations plus contemporaines, on cherche à comprendre ce qui reste d’une éducation militante.

Sommaire
Afficher
Un collège dans la guerre
Les expositions au collège et leurs publics
« Sur cette énigme à plusieurs sens j’ai été un adolescent studieux »

Dévoiler
Dévoiler l’ennemi, purifier la communauté. Discours infamants et exercices de méditation
Hiérarchie des pouvoirs et légitimité royale

Former ou déformer ?
Rénover les lettres et les arts
Peindre en leur âme des fantômes

Topique des énigmes

L’auteur
Florence Buttay est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Bordeaux Montaigne. Elle a publié Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008 et, avec Axelle Guillausseau, Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du concile de Trente, Paris, PUPS, 2012.

Pau, 30 septembre 2016 – Henri IV et La Flèche – Une conférence de Jean Petit

La société des Amis du château de Pau propose le vendredi 30 septembre, à 15 heures, une conférence de M. Jean Petit, Président de l’Association des Amis de le bibliothèque du Prytanée national militaire et membre de la Société Henri IV.

Henri IV et La Flèche. De son origine à l’arrivée solennelle de son coeur.

La Flèche en Anjou, selon certaines traditions, est le lieu de la conception du Roi béarnais. C’est aussi la ville qui après l’édit de Nantes en 1603 allait s’enrichir de la venue des Jésuites auxquels Henri IV avait donné son château fléchois pour y fonder un collège. Ce collège Henri-le Grand dont l’un de ses premiers élèves, René Descartes, écrit dans le Discours de la Méthode qu’il constituait « l’une des pluscélèbres écoles de l’Europe » attira bien vite plus de 1200 élèves, une centaine de professeurs jésuites qui deviendront célèbres pour beaucoup d’entre eux. Et c’est dans l’église Saint-Louis de ce collège qu’allait arriver, le 4 juin 1610, le coeur du Roi après un mémorable convoi funèbre depuis le Louvre jusqu’à La Flèche.

La conférence sera donnée par M. Jean PETIT, agrégé de l’Université, professeur honoraire de chaire supérieure au Prytanée national militaire de La Flèche. Actuellement président de l’Association des Amis de la Bibliothèque du Prytanée, M. Jean PETIT a publié les Actes de colloques universitaires tenus à La Flèche sur La Formation de Descartes (1996) ,sur Henri IV et les Jésuites (2003), sur le Quatrième centenaire du Collège Henri-le-Grand de La Flèche (2004), sur le Bicentenaire du Prytanée militaire (2008), sur Henri IV, entre légende et réalité (2010). Il a également publié des études sur un condisciple de Descartes, Jérôme Le Royer de la Dauversière, le fléchois qui a conçu la fondation de Montréal au Canada, le 17 mai 1642, dont on célébrera le 375ème anniversaire en 2017 tant en France qu’au Québec.

Château de Pau, Salle de conférences, 15h
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles