Archives par mot-clé : Marguerite de Valois

Paru : De Marguerite de Valois à la reine Margot

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes :

De Marguerite de Valois à la reine Margot / Autrice, mécène, inspiratrice

Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennot et Catherine Magnein, 276 p.

Cet ouvrage est issu des actes du colloque tenu au château de Nérac (Lot-et-Garonne), à l’automne 2015, dans le cadre des commémorations du 400ème anniversaire de la mort de Marguerite de Valois. Ce colloque était organisé par la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac .

Cet ouvrage examine certains des écrits de Marguerite de Valois ainsi que des textes de poètes, prosateurs et traducteurs qui l’entourèrent ou s’adressèrent à elle. Il s’intéresse également au foisonnement des œuvres inspirées par sa figure, du calomnieux pamphlet qui fit sa légende noire aux fictions télévisuelles des années 60 et 70, en passant par les écrits des princesses qui prirent la plume à son image, les dictionnaires qui colportèrent sa double réputation de femme savante et de débauchée, et les artistes qui la mirent en scène, au roman comme à l’opéra.

Edition réalisée avec le soutien de la Société Henri IV et du ministère de la Culture/Archives de France.

Télécharger le sommaire

Télécharger l’Introduction d’Eliane Viennot

Télécharger la liste des auteurs

Conférence d’Anne-Marie Cocula. Nérac 21 octobre 2015

En ouverture du colloque international Marguerite de Valois 1615-2015 organisé à Nérac les 21, 22 et 23 octobre 2015, l’historienne Anne-Marie Cocula-Vaillières, professeur émérite à l’Université de Bordeaux-Montaigne, donnera une conférence : 1585, Marguerite de Valois et Agen. Une ville pour un royaume ?

La conférence aura lieu le mercredi 21 octobre, au château de Nérac, salle des écuyers à 17h30. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Télécharger le résumé de la conférence

Présentation d’Anne-Marie Cocula-Vaillières
Après une thèse de doctorat d’État consacrée aux gens de la rivière de Dordogne aux XVIIIe et XIXe siècles, Anne-Marie Cocula a mené des recherches sur l’histoire sociale, économique et religieuse du XVIe siècle, principalement dans l’Aquitaine actuelle, en publiant des ouvrages sur l’histoire des villes, Bordeaux et Périgueux, et en s’attachant à de grands auteurs contemporains de cette période où la province de Guyenne joue un rôle essentiel dans l’histoire politique du royaume. Parmi eux, Brantôme, Montaigne et La Boétie auxquels elle a consacré des biographies profondément ancrées dans la chronologie, la géographie et l’actualité de leur temps. Elle achève actuellement un ouvrage sur La Boétie et le Discours de la Servitude volontaire.

Colloque Marguerite de Valois (1615-2015)

A l’occasion du 400ème l’anniversaire de la mort de Marguerite de Valois, la Société Henri IV, la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), l’UMR 5037 (Institut Claude Longeon, Université Jean Monnet, Saint-Étienne) et la Ville de Nérac organisent un colloque international au château de Nérac, les 21, 22 et 23 octobre 2015.

Dernière fille de Catherine de Médicis et d’Henri II, celle qui fut brièvement « reine de France et de Navarre » n’a guère laissé indifférents ses contemporains, ni plus tard historiens, auteurs dramatiques,  écrivains – dont Alexandre Dumas père qui devait à jamais  la transformer en « Reine Margot » –  et jusqu’aux cinéastes.

Placée au coeur des conflits de la seconde moitié du XVIe siècle, cette sœur des trois derniers Valois, catholique mariée au protestant Henri de Navarre, futur Henri IV,  joua un rôle politique non négligeable en des temps troublés.

Elle fut aussi une lettrée, qui tint à Paris une cour de savants et d’écrivains dans les premières années du XVIIe siècle, et dont les Mémoires, parus après sa mort en 1628, connurent un succès jamais démenti.

Le colloque se tiendra à Nérac, salle des écuyers, au pied du château où Marguerite de Valois séjourna pendant plusieurs années, avec Henri de Navarre, à partir de l’automne 1579. Une quinzaine d’intervenants évoqueront l’oeuvre littéraire de Marguerite de Valois, sa place  dans le monde intellectuel des XVIe-début XVIIe siècles et l’image de la reine transmise par la postérité. En ouverture, Mme Anne-Marie Cocula donnera une conférence consacrée à la présence de Marguerite de Valois à Agen pendant l’été 1585 : « Une ville pour un royaume ? »

L’entrée est libre et gratuite.

Télécharger le programme du colloque Marguerite de Valois

Télécharger les résumés des communications

La maison de Navarre à Tours

Le 18 décembre 2014 au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François Rabelais – Tours a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat d’histoire de l’université François-Rabelais de Tours, préparée au CESR, sous la direction du professeur Gérald Chaix par Claire Barker Harai sur Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du seizième siècle

La thèse de Claire Barker Haraï porte sur les serviteurs de la maison de Navarre mentionnés dans les minutes des notaires de Tours entre 1548 et 1590, soit du mariage de Jeanne d’Albret avec Antoine de Bourbon à l’accession d’Henri de Navarre au trône de France, qui voit disparaître le nom de Navarre des actes. Elle s’inscrit à la suite de deux mémoires de première et de seconde années de master soutenus à Tours en 2006 et 2007, portant sur Adam de Longuemort (1578-1590), valet de chambre et apothicaire, et une première analyse du réseau navarrais de 1564 à 1586, à partir des minutes du notaire Pierre Digoys. Elle repose sur un travail de dépouillement de cent quatre-vingt-quatre liasses provenant de treize études, la consultation de 9 404 actes et l’analyse minutieuse de 369 d’entre eux qui ont permis de dégager un corpus de 106 personnes, se déclinant en dix-neuf périphériques, quatre-vingts appartenant à un groupe médian et sept constituant l’élite, appelée le « cœur du milieu navarrais ». Cette documentation notariale a pu être complétée par les registres de comptes de la maison de Navarre déposés dans la série B des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

La thèse s’organise en trois parties reprenant la démarche chronologique d’une recherche très méthodique : un dictionnaire, une étude globale, un approfondissement sur un groupe clé bien identifié. Elle est complétée d’annexes présentant l’essentiel des documents de travail sous la forme d’un corpus de résumés ou de retranscriptions, par études et par ordre chronologique d’une très grande richesse.

La première partie consiste en un dictionnaire des 106 personnes étudiées sous le titre de  » Notice des Navarrais à Tours » qui récapitule sous le nom de chacun, l’ensemble de leurs mentions dans les minutes notariales complétées par quelques références bibliographiques.
La seconde partie intitulée « Le milieu navarrais à Tours » s’applique à la description non pas d’un réseau mais de l’ensemble large des 106 serviteurs de la cour de Navarre, tant au niveau de la vie courante que des aspects beaucoup plus stratégiques. L’étude minutieuse de la mention simultanée de plusieurs membres de ce milieu « navarrais » (82%) dans des actes notariés qui concernent en grande partie leurs affaires familiales, a permis de faire ressortir un phénomène qualifié d’ »interaction ». L’approche chronologique souligne deux périodes de plus forte présence et donc d’intérêt important de la maison de Navarre porté aux affaires de France, en 1566 et 1571-1573 en lien avec la politique de Jeanne d’Albret, puis 1582-1590 avec l’émergence de la figure d’Henri de Navarre qui précède son accession au trône de France, mais aussi les démêlés pour le recouvrement de la dot de Marguerite de Valois. Cette partie se termine sur une très intéressante approche géographique du groupe dont les membres résident essentiellement dans deux des paroisses de la ville, ce qui permet de préciser plus encore son insertion concrète au sein de l’espace urbain, dans un véritable quartier « navarrais ». La troisième et dernière partie s’attache à l’étude d’un groupe plus restreint de sept personnes, qui ont joué un rôle déterminant auprès des souverains et forment le « cœur du milieu navarrais ». Claire Barker Haraï fait ressortir les liens de parenté étroits qui unissent ces serviteurs de confiance de la couronne de Navarre, contribuant fortement à leur ascension sociale.

Grâce à un dépouillement acharné et une analyse minutieuse d’archives notariales, documentation foisonnante et de lecture difficile, Claire Barker Haraï lève le voile sur un sujet jusqu’alors ignoré qui vient réactualiser les connaissances relatives à la chancellerie de Navarre et ses officiers, dans un contexte géographique inattendu ; elle livre aux historiens à venir un instrument de travail constitué par le corpus très riche de ses analyses des sources qui ne manquera pas de donner matière, au-delà de cette thèse, à de multiples approfondissements.

Philippe Chareyre
Extraits du compte-rendu publié dans
La Lettre de la Société Henri IV n°30 (décembre 2014)

« Traits portraits » – Iconographie d’Henri IV

Henri IV s’affiche sur PIRENEAS, portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes (BNRP) qui regroupe des documents patrimoniaux essentiellement iconographiques relatifs à l’histoire de Pau et du Béarn, au pyrénéisme et plus largement aux Pyrénées du XVIIIe siècle à nos jours.

Traits portraits. Comment l’iconographie véhicule la légende au cours des siècles. C’est sous ce titre qu’une exposition virtuelle y est présentée sur l’image de ce roi, à travers les riches fonds de la médiathèque intercommunale de Pau-Pyrénées.
Cette institution conserve en effet un important ensemble iconographique concernant Henri IV.  Au cours de l’année 2010, au plus fort des commémorations de la mort du roi, des portraits historiques d’Henri IV, des représentations de scènes et événements de la période de son règne ainsi que des portraits de personnages historiques ayant un lien avec le Béarn – firent leur entrée dans ses collections, grâce à l’acquisition du fonds Caula.

Adolphe Caula (Paris 1909 – Pau 2001), médecin légiste, était passionné par tout ce qui concernait le Béarn et les Pyrénées. Il fut fondateur et président de « Lou cèu de Pau » puis secrétaire perpétuel de l’Académie de Béarn. Particulièrement attiré par ce qui touchait à l’iconographie, Adolphe Caula compléta les collections d’estampes de Vastin Lespy dont il avait acheté la bibliothèque, composant des ensembles thématiques tout à fait exceptionnels dont un « Dossier Henri IV » riche de plus de 200 pièces.
C’est une partie de cette collection qui est présentée dans cette exposition virtuelle. La particularité et l’originalité du fonds Caula vient du fil conducteur choisi par l’érudit : rester au plus près des grandes dates de l’histoire, montrer l’époque d’Henri IV, rechercher les gravures relatant le règne du roi ou le représentant.

Essentiellement composée d’estampes du XIXe siècle légendées et commentées par Danièle Thomas, auteur de Iconographie d’Henri IV dans les ouvrages imprimés de 1589 à 1914, l’exposition se décline autour de trois axes :

  • Les Portraits d’Henri IV
    Henri III de Navarre
    Henri IV de France, le roi
    Les personnages-clés
  • Scènes de la vie d’Henri IV
    Sous les derniers Valois
    Le temps du règne
    L’Assassinat
  • Popularité et légende
    Le Vert-Galant
    Le père de famille
    Entre réalité et mythe

Pour voir l’exposition, cliquer sur le lien : http://henri-iv.pireneas.fr/