Archives par mot-clé : Martial Martin

Niort, 22-24 septembre 2016 – Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques 1616-2016

Lors de son assemblée générale du 13 février 2016, la Société Henri IV a accordé son patronage au colloque international organisé à Niort les 22, 23 et 24 septembre 2016 par l’Association des amis d’Agrippa d’Aubigné :

Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, 1616-2016

Quatre cents ans après leur première publication près de Niort, Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné continuent de bouleverser, de provoquer, de déranger. Ils le font d’autant plus que, si on les a le plus souvent lus dans le contexte des guerres de religion, ils ont été pour l’essentiel conçus, rédigés et publiés après, au temps de l’Édit de Nantes. Le quatrième centenaire est l’occasion de relire ce poème de guerre en temps de paix. Préparé sous Henri IV et publié sous Louis XIII, il appartient à la période d’écriture et de publication la plus intense d’Agrippa d’Aubigné, qui produit l’Histoire Universelle, les Avantures du baron de Faeneste, la Confession du sieur de Sancy, des poèmes et un certain nombre de pamphlets et d’écrits politiques. Le colloque relira l’œuvre dans ce contexte complexe.

Historiquement, des conflits, des débats politiques violents, des guerres reprennent dans le royaume, la monarchie restaurée sous Henri IV semble à nouveau fragilisée, tandis que les divisions déchirent le parti protestant. Valeurs religieuses et valeurs politiques se confrontent à nouveau (États généraux de 1614). La place des nobles dans la monarchie est discutée, la paix de Loudun (1616) est perçue comme un marchandage. On situera le poème dans ces débats nobiliaires, religieux, ces débats d’identité qui l’éclairent et s’éclairent par lui.

Les Tragiques mobilisent la littérature pamphlétaire, mais aussi l’Histoire politique et religieuse, ainsi que le modèle du grand poème héroïque qu’on eût pu croire oublié ou confiné à la littérature religieuse. Ils affirment avec force une poétique de la violence contre les rhétoriques civiles et contre la normalisation malherbienne. Ils opposent la mémoire historique, poétique et littéraire des guerres de religion aux nouvelles tendances de l’histoire et de la littérature.

Cette approche littéraire en contexte pourra aussi être intratextuelle. Les Tragiques sont solidaires des autres œuvres d’Aubigné écrites au même moment et des références internes ne cessent de les relier. Faut-il parler de cohérence ou d’éclatement d’un projet qui se veut grand œuvre et somme polygraphique ?
1616-2016 permettra encore d’aborder cette “composition double” “d’un élément éternel, invariable”, “et d’un élément relatif, circonstanciel” qui définira la beauté pour Baudelaire. Le poème est largement œuvre de circonstance et s’enrichit au gré de ces circonstances, mais il s’écrit pour la fin des temps et il finit à la fin des temps. Le jeu des circonstances (histoire poitevine, relations personnelles, actualité), leur rôle dans ce monument en mémoire d’apocalypse pourront être étudiés.

En somme, le colloque se propose d’analyser le rapport littéraire, politique et religieux d’une œuvre à son temps et à l’Histoire, un rapport marqué par le conflit. Les communications porteront sur ces aspects divers, sans nécessairement se limiter aux Tragiques.

Comité scientifique
Jean-Raymond Fanlo, Aix-Marseille Université.
Marie-Madeleine Fragonard, Université de Paris-Sorbonne nouvelle.
Christian Jouhaud, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.
Jan Miernowski, University of Wisconsin, Madison.
Guillaume Peureux, Université Paris X Nanterre.
Nicolas Schapira, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
Alan Viala, Université d’ Oxford.

Télécharger le programme ici.

Publication signalée – Henri IV. Arts et pouvoir

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes et aux Presses universitaires François Rabelais de Tours, sous la direction de Colette Nativel : Henri IV. Arts et pouvoir (360 p.)

Ce bel ouvrage à contributions multiples, richement illustré, est issu du colloque qui s’est tenu à Versailles à l’automne 2010 dans le cadre des commémorations du 4ème centenaire de l’assassinat d’Henri IV.

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.
Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, l’ouvrage explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers).

Télécharger la table des matières ici