Archives par mot-clé : mis en avant

Appel à communications: Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècle) – Paris 29-30 mars 2019

Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècle)
Paris (29-30 mars 2019), avant le 20 juillet 2018

Appel à communications

Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale1, les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

En ce qui concerne l’Ancien Régime en revanche, le stéréotype persiste largement, puisque les armées n’étaient pas mixtes et que nous avons toujours malgré nous une vision souvent téléologique et progressiste de l’histoire. Or, Sophie Cassagne-Brouquet, dans sa thèse portant sur les « chevaleresses2 », écrit que « ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. » Ainsi, depuis un certain nombre d’années, des travaux ont montré l’écart grandissant entre les représentations que nous nous faisons de l’Ancien Régime et la réalité alors des femmes de guerre, qui sont loin de constituer une image uniforme et de se réduire aux seules chevaleresses ou menues combattantes. Les biais des chercheurs sont parfois démasqués au cours de découvertes étonnantes. Par exemple, tout récemment, on a pris conscience qu’un squelette de guerrier viking de haut rang, connu depuis 130 ans, était en fait celui d’une guerrière : aucun archéologue ne s’était posé la question de son sexe tant était – est – tenace le préjugé qu’un guerrier, a fortiori puissant, est forcément un homme, en-dehors de cas rarissimes ou émanant de sociétés à demi légendaires3. La place des femmes dans les combats et les guerres (comme « batailleresses », « officières », « seigneuresses » ou reines4) au Moyen Age est donc de plus en plus remarquée et réévaluée, particulièrement dans la littérature anglo-saxonne. La question des représentations apparaît en tout cas comme centrale.

La Première Modernité est la parente pauvre de ces réévaluations bien que quelques travaux5 tracent des voies d’exploration. Pourtant, elle est intéressante à plus d’un titre pour ce sujet.

Tout d’abord, pour la portée matricielle de cette époque : consécutivement à la tentative de confiscation de la violence légitime de l’État, l’armée est l’objet de multiples réformes qui ont abouti à la création de l’armée moderne dans l’Europe entière, au début de notre chronologie pour l’Espagne et, pour la France, particulièrement sous Louis xiv et à l’issue de la Révolution française. Or, au cours de cette période définitoire, les femmes qui ont pris les armes sont rares, et même se raréfient puisque, n’étant pas citoyennes, elles sont progressivement exclues de l’armée de soldats-citoyens alors que certaines avaient pu entamer une carrière sans avoir à se travestir, tant la France avait besoin de bras au moment de la Révolution : en s’interrogeant sur « de quoi est faite l’association entre masculin, armes et citoyenneté », D. Godineau montre dans son propos sur l’armée révolutionnaire que « les histoires concrètes de ces femmes soldats, leurs propos et ceux tenus sur elles aident à comprendre les mécanismes de l’exclusion des femmes des armées. » Il touche finalement à ce qui fait le cœur des réticences envers les femmes dans l’armée encore aujourd’hui.

Cependant, cela ne signifie pas que seuls les républicains ont pu, bon gré mal gré, admettre des femmes dans leurs troupes : les femmes profitent des interstices et des périodes troubles pour s’immiscer dans des secteurs qui leurs sont normalement fermés, Michelle Perrot l’a bien montré. Ainsi, les Brigandes, dont faisaient partie Marie Louise Victoire de Donnissan, marquise de Lescure puis de La Rochejaquelein ou encore Marie Renée Marguerite de Scépeaux, marquise de Bonchamps, sont les adversaires en symétrie des citoyennes en armes.

Ensuite, à cause du statut des femmes, qui se modifie au cours de la période : leurs libertés s’amoindrissent à partir de la Renaissance6. Pourtant, la première moitié du XVIe s. voit apparaître les femmes sur les champs de bataille en Italie7 (les Pisanes contre les Florentins dans les années 1499-1509). En outre, « dans une société hiérarchisée où le rang est plus important que le sexe8 », elles pouvaient être amenées plus facilement à commander des hommes de rang inférieur ou à prendre les armes que dans une société comme la nôtre, où le sexe est finalement plus important que le rang. Bien plus, Elizabeth Iere ou Catherine II de Russie, en tant que dirigeantes suprêmes, étaient forcément à la tête de leurs armées : Catherine ii est d’ailleurs connue pour avoir mené une politique d’expansion territoriale couronnée de succès. Le statut de la femme dans l’armée, dans les guerres, dans les combats a-t-il alors évolué ? Une Jeanne d’Arc n’était-elle possible qu’au Moyen Age ?

Ces changements de statut des femmes semblent influencer l’image de la femme qui connaît un changement notable au cours du XVe s. dans les littératures italiennes et françaises9 par exemple : les histoires d’amour importent désormais davantage que les prouesses de la « chevaleresse », personnage typique des épopées. Ce mouvement trouve sans doute son apogée après la Fronde en France. Pendant la rébellion, certaines Frondeuses se font volontiers portraiturer en armes et participent parfois concrètement aux opérations. Une fois la défaite consommée, elles ont dû se redéployer de la politique (donc des combats armés) vers d’autres domaines, la littérature étant un refuge approprié. Le ton s’y assagit et les guerrières de papier se tournent vers la galanterie. La question du genre littéraire joue bien entendu un grand rôle dans cette question : les épopées disparaissent, le roman s’impose, avec des codes différents. Finalement, les combattantes, en tout cas certains types de combattantes, apparaissent peut-être davantage dans les chansons ou dans la littérature de colportage que dans les grands genres. Dès lors, si la question des genres littéraires joue, celle de la couche de la population qui est la cible des divers écrits importe également, dans une société où chacun occupe le rôle qui lui échoit à la naissance.

Littérature, peinture, histoires extraordinaires, écrits à valeur juridique et philosophiques diffusent des clichés qui sont déjà assez bien connus et qui remontent à l’Antiquité pour certains d’entre eux. Par exemple, les fantasmes qui s’attachent aux personnages de guerrières et des femmes qui conduisent les guerres : la dimension érotique qui éclot de leur androgynie, de leur travestissement ou encore de leur hypersexualisation remonte au moins à l’Antiquité – que l’on songe aux Amazones et à Camille dans l’Énéide –, mais s’accentue a priori au XVs., époque de la sexualisation de la guerrière en littérature. Elles peuvent se voir attribuer des caractéristiques outrancières, oscillant entre Virgin Queen et luxurieuse Sémiramis, entre guerrière ou commandante sanguinaire et pleine de mansuétude, voire vaincue par l’amour du bel ennemi. La femme, victime de son imbecillitas sexus10, peut sembler incapable de réellement commander une armée et un pays au-delà d’une certaine mesure. Est-ce à la Renaissance, dans le sillage de réformes comme la loi salique en France, que l’incapacité des femmes est théorisée dans le champ des armes ? Au contraire, les femmes de guerre sont-elles alors valorisées, et pourquoi ? Il n’est qu’à penser au travestissement en Amazones de Charles IX et de ses compagnons : « le travestissement en guerrière dans les tournois et carrousels [, en vogue au XIIIe siècle,] connaît un renouveau à la Renaissance11 », puisque les Amazones incarnent la chasteté, la sagesse de la bonne gouvernance et la bravoure. En un mot, un mélange parfait de qualités féminines et viriles, prisé par les rois qui peuvent se faire représenter en androgynes (autre forme d’une demi-divinité12). Ce mélange parfait trouve son meilleur accomplissement dans des figures bibliques ou chrétiennes qui défendent leur religion contre les païens ou les Sarrasins.

Face aux clichés et aux machines à fantasme, les silences des représentations ne sont pas très connus et méritent largement qu’on s’y attache : si les femmes pirates, dont certaines sont devenues corsaires en temps de guerre, ont existé pendant notre période et en-dehors (Anne Bonny, Mary Read, Anne Dieu-le-veut, Louise Antonini…), certes souvent travesties mais pas systématiquement, leur présence dans les fictions ou dans les traités13 n’est pas perceptible. Inversement, la littérature épique peut accorder une place prépondérante mais sans doute disproportionnée à la guerrière (Marphise, Bradamante, Clorinde…), tout en omettant les groupes de combattantes ou de résistantes anonymes (que Plutarque, dans son Conduites méritoires des femmes, avait pourtant mis à l’honneur), ou encore mettre en valeur certaines commandantes de peuple et d’armée aux dépens d’autres qui concordaient moins à un programme idéologique ou tout simplement à un goût. Ainsi, si les arts et spectacles de cours royales ou princières mettent en scène les Amazones ou des femmes belliqueuses dont les figures se banalisent, il s’agit souvent moins de louer des femmes fortes pour elles-mêmes que de proposer des programmes iconographiques destinés à soutenir les exigences ou les demandes des uns et des autres14. Les Amazones pourraient même être un obstacle aux femmes qui souhaitaient s’investir (à des degrés divers) dans les guerres : convoquer les Amazones revient souvent à jouer sur la topique du mundus inversus, de l’exotisme (géographique ou temporel) et de l’érotisme. Valentina Denzel interprète la disparition des chevaleresses fictives comme Bradamante et Marphise au moment où les Amazones triomphent comme le signe que, aux yeux des écrivains, les femmes de guerre ne pouvaient que faire partie du passé.

Le colloque ambitionne de toute façon une perspective pluridisciplinaire : nous accueillerons avec intérêt les propositions portant sur la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de sciences… Les perspectives comparatistes seront également bienvenues : elles aideront à chercher à bien mesurer la valeur des phénomènes. En effet, les écarts dans les représentations peuvent être éloquents : les guerrières sarrasines fascinent les Italiens qui en constellent leurs épopées tandis que les Français ignorent pour la plupart ces figures. Les ouvrages anglais semblent conserver plus longtemps qu’ailleurs en Europe l’image d’une guerrière belliqueuse et puissante, là où les Français en ont fait une femme trop faible pour pouvoir se passer de son compagnon lors de passes d’armes.

Organisation

Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – CREC Saint-Cyr – Ministère des Armées.

En partenariat avec :

  • Musée de l’Armée – Invalides
  • Université Columbia à Paris – Centre Reid Hall
  • Université de Paris-Sorbonne : CRLC et CELLF
  • Université de Rouen – CÉRÉdI

Le colloque aura lieu les 29-30 mars 2019 à Paris.

Les propositions sont à envoyer avant le 20 juillet 2018 aux membres du comité d’organisation :

Marianne Charrier-Vozel : marianne.charrier@univ-rennes1.fr

Agnès Cousson : Agnes.Cousson@univ-brest.fr

Anne Debrosse : anne.debrosse@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Antoine Roussel : antoine.roussel@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586)

Vient de paraître chez DROZ
Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586), par Fabrice Micallef

Henri d’Angoulême (1551-1586), fils naturel du roi de France Henri II, a longtemps été oublié par les historiens. Pourtant, il fut le premier bâtard royal français à occuper des charges importantes : abbé de la Chaise-Dieu, grand prieur dans l’Ordre de Malte, puis général des galères et gouverneur de Provence. Erudit, mécène et poète, il fut une figure importante de la République des lettres, mais eut également une réputation d’homme violent et cruel. Grâce à une documentation importante et variée, ce livre retrace l’ascension d’un individu ambitieux qui apprit à surmonter le stigmate symbolique que constituait son illégitimité. En adoptant le point de vue de la monarchie française, des cercles humanistes, des dirigeants de l’Ordre de Malte, ou encore des acteurs politiques provençaux, ce travail étudie aussi la construction collective d’une identité sociale originale, celle de bâtard royal, qui entrecroisait qualité princière et marginalité.

TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE PREMIER
LE DERNIER REPRÉSENTANT DE L’ALLIANCE FRANCO-ÉCOSSAISE (1551-1561)
Les amours d’Henri II et de Jane Stuart : entre passion et politique
Ecarter un bâtard royal masculin : précaution politique et norme juridique
L’enfance en Ecosse et le retour en France
Favoriser l’ascension d’un bâtard : l’innovation de Catherine de Médicis

CHAPITRE II
L’ÉDUCATION D’UN VALOIS INCOMPLET (1561-1567)
Jean de Morel, gouverneur du bâtard d’Angoulême
Une instruction brillante en vue d’une carrière ecclésiastique
Définir la place du bâtard dans la famille royale
Le maintien des liens avec les Fleming et Marie Stuart

CHAPITRE III
LA CARRIÈRE ECCLÉSIASTIQUE D’UN BÂTARD ROYAL (1563-1567)
Protonotaire d’Angoulême et abbé de la Chaise-Dieu (1563)
L’échec de l’accès au cardinalat (1564-1566)
L’entrée dans l’Ordre de Malte (1566-1567)
Des convictions anti-protestantes précoces
Une carrière en parallèle : Morel et les siens

CHAPITRE IV
L’« ADVANCEMENT » DU BÂTARD ET LES GUERRES DE RELIGION (1567-1574)
Stratégies d’« advancement » et amitié avec Montmorency (1567-1572)
Une épée au service du roi : un bâtard soldat, assassin et pillard (1567-1573)
Projets écossais autour d’un Valois-Stuart (1570-1573)
L’avancement social et symbolique : le tournant du début des années 1570
Limites de l’avancement et tournants politiques (1572-1574)

CHAPITRE V
REVENUS ET CARRIÈRE ECCLÉSIASTIQUE (1567-1579) 
Argent et rhétorique : solliciter la grâce financière du roi 
La chasse aux bénéfices et aux commanderies
Enrichissement direct et rétribution des serviteurs
L’ambassadeur officieux de l’Ordre de Malte
Responsabilités militaires, administratives et financières dans l’Ordre de Malte

CHAPITRE VI
PRINCE, POÈTE ET MARGINAL. L’INVENTION D’UNE IDENTITÉ (FIN DES ANNÉES 1560- ANNÉES 1580)
Une condition sociale princière ? Train de vie et mécénat 
Les mots de la bâtardise : imaginaires sociaux et stratégies rhétoriques
Le bâtard et sa bâtardise. Ecriture, identité et mise en scène de soi
« L’androgyne assemblé du savoir et des armes »
Portrait physique et moral d’un prince marginal

CHAPITRE VII
L’ASCENSION VERS LES RESPONSABILITÉS POLITIQUES (1574-1579) 
Voyage en Italie, mission en Piémont et retour aux armes (1574-1576)
Henri III et son demi-frère bâtard 
Commandant en Provence : une initiation à l’exercice du pouvoir (1577-1578)
Révocation royale et jeu ambigu du grand prieur (1578-1579)
La consécration : un gouverneur choisi par le roi et aimé des Provençaux (1579)

CHAPITRE VIII
UN GOUVERNEUR DE SANG ROYAL (1579-1585)
Les Provençaux et la « qualité » de leur gouverneur 
Les moyens du gouvernement : itinérance et conseil
Un courtier entre les élites provençales et le roi 
« Gouverner les passions » : pacification, justice et mise au pas des pouvoirs locaux
Entretenir et employer l’armée du roi

CHAPITRE IX
UN BÂTARD ROYAL DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1579-1585)
Recevoir des princes étrangers : une mise à l’épreuve de l’identité de bâtard royal ?
Une province à protéger des risques extérieurs 
Négocier avec des puissances étrangères : l’apprentissage de la diplomatie
La dégradation des relations avec l’Ordre de Malte

CHAPITRE X
ENTRE LA COUR DU ROI ET CELLE DU BÂTARD : UNE VIE PRINCIÈRE ? (1579-1586)
Faire sa cour à distance 
Revenus et train de vie princier
Un prince en Provence : vie de cour et mises en scène de dignité
Le « Parnasse » provençal d’Henri d’Angoulême
« Vray Apollon françois ». Le bâtard royal dans la république des lettres

CHAPITRE XI
L’ULTIME ÉPREUVE : LA CRISE DE LA LIGUE (1584-1586) 
Le grand prieur, « frère » du roi : une nouvelle promotion symbolique
Affronter la subversion : un défi politique et militaire
L’image du bâtard royal à travers la crise : flatteries et attaques 
L’impossible retour à la normale : contenir la Ligue tout en réprimant les huguenots

CHAPITRE XII
L’AMBIGUÏTÉ, JUSQUE DANS LA MORT
Une fin qui « aportoit quelque tache à sa reputation » 
La bâtardise princière post mortem. Aspects symboliques et politiques
Un bâtard royal à la tête du grand prieuré : bilan français, bilan maltais
Mémoire sombre, mémoire dorée : le massacreur face au prince humaniste
Les réappropriations de la figure du bâtard royal au XIXe siècle

CONCLUSION

SOURCES MANUSCRITES

SOURCES IMPRIMÉES ET BIBLIOGRAPHIE ANTÉRIEURE À 1800

BIBLIOGRAPHIE

INDEX NOMINUM

Peindre en leur âme des fantômes

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes, un ouvrage de Florence Buttay :
Peindre en leur âme des fantômes
Image et éducation militante pendant les guerres de Religion

Ce livre s’interroge sur les techniques de mobilisation de la jeunesse pendant les guerres de Religion et sur leur efficacité. On sait que les enfants ont été impliqués dans les violences pour contribuer à la justification des actes des adultes. Mais on s’est peu intéressé à l’école durant ces conflits. Comment enseigne-t-on pendant les guerres de Religion ? Comment la pédagogie est-elle mise au service de la mobilisation de la jeunesse? Un ensemble de documents exceptionnels, des recueils de compositions des élèves du collège des jésuites à Paris, datant des années 1590 et 1592, permet de suivre une tentative d’inscrire durablement dans la mémoire des jeunes catholiques les motifs de la détestation de l’ennemi, afin de former de futurs acteurs intransigeants du monde. Ces exercices ont fait l’objet d’expositions ouvertes au public et accompagnées de performances musicales et théâtrales. On y retrouve les efforts des jésuites pour convertir la culture humaniste, dans ses formes les plus séduisantes, en armes de combat pour la foi. Mais on y voit aussi les échos d’une vaste circulation de textes et d’images polémiques, que les partis – protestants, catholiques ou « politiques » – s’échangent et adaptent au gré des besoins. Pour apprendre à reconnaître et à haïr l’ennemi, intérieur et extérieur, les enfants sont invités à composer devinettes, emblèmes et hiéroglyphes.
Le patient travail de chiffrement et déchiffrement fonctionne comme un exercice de méditation sur les motifs de la haine. Le pouvoir des énigmes est donc moins de convaincre d’éventuels contradicteurs que de dessiner une communauté et de renforcer l’identité politique et religieuse des enfants qui les composent. Alors qu’après la victoire d’Henri IV, les ennemis des jésuites ont vivement dénoncé leur enseignement pernicieux, que peut-on dire de l’efficacité de cette pédagogie? En suivant le destin d’un certain nombre d’élèves, et en tentant des rapprochements avec des situations plus contemporaines, on cherche à comprendre ce qui reste d’une éducation militante.

Sommaire
Afficher
Un collège dans la guerre
Les expositions au collège et leurs publics
« Sur cette énigme à plusieurs sens j’ai été un adolescent studieux »

Dévoiler
Dévoiler l’ennemi, purifier la communauté. Discours infamants et exercices de méditation
Hiérarchie des pouvoirs et légitimité royale

Former ou déformer ?
Rénover les lettres et les arts
Peindre en leur âme des fantômes

Topique des énigmes

L’auteur
Florence Buttay est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Bordeaux Montaigne. Elle a publié Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008 et, avec Axelle Guillausseau, Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du concile de Trente, Paris, PUPS, 2012.

A paraître : La Lettre de la Société Henri IV n°36 – 2017-2

La Lettre de la Société Henri IV n°36 sera diffusée au cours du mois de juin à tous les adhérents de l’association. Il s’agit du second numéro de l’année 2017.

SOMMAIRE

Éditorial, par Hugues Daussy, Président de la Société Henri IV

Article
L’Inquisition Espagnole contre Henri IV. Le procès d’Hernan de Fourcade, août 1590, par María Teresa Pérez Villalba, Université de Valence

Lettres de Henri IV
Deux lettres de Henri de Navarre à Guy Chabot de Jarnac (1566 et 1567), par Nicolas Breton

Recherches en cours
Les protestants du premier XVIIe siècle face à l’héritage politique henricien : les pratiques politiques des protestants dans la France de l’après-Édit de Nantes, par Adrien Aracil

Colloques

Acquisitions des musées
Musée national du château de Pau : Une esquisse de François-André Vincent pour la tenture de L’Histoire d’Henri IV

Vie de la Société Henri IV

Comité de rédaction
Fanny Giraudier, Isabelle Pébay-Clottes,
Nicolas Breton et Hugues Daussy

Voir la page de titre

Montpellier, 6-8 septembre 2018 – La mémoire des guerres de religion

Colloque international
La mémoire des guerres de religion
A l’Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier
Les 6, 7 et 8 septembre 2018

Comité scientifique : David van der Linden (Groningue), Tom Hamilton (Cambridge) et Chrystel Bernat (Montpellier)

Les guerres de religion ont marqué l’écriture de l’histoire depuis les premiers coups tirés à Vassy en 1562. Au fil des siècles, les chercheurs ont travaillé sur les aspects politiques, religieux, militaires et sociaux de ces guerres civiles dévastatrices. Plus récemment, ils ont commencé à considérer la mémoire des guerres de religion à partir de nouvelles problématiques. Ils interrogent la façon dont catholiques et protestants réfléchirent aux événements vécus pendant les guerres, comment ces souvenirs furent retenus, et quel en fut leur impact dans la société d’après-guerre. Cependant, la plupart de ces recherches portent sur des histoires imprimées et se fondent sur la mémoire des élites. On sait par ailleurs très peu de choses concernant les distinctions entre les pratiques commémoratives locales, nationales et transnationales ; de même de la variété des mémoires selon la position sociale, de la diversité de leur expression individuelle et collective, ni même des variantes intra ou interconfessionnelles ; et des effets de ces mémoires traumatiques sur la société moderne.

Étudier la mémoire des guerres de religion, c’est aussi réviser l’idée reçue selon laquelle l’importance de la transition de la guerre à la paix réside dans la politique de l’oubli, qui renforça l’autorité de la monarchie. Lorsque l’édit de Nantes mit fin à la huitième guerre civile en 1598, il fut ordonné dans l’article premier « que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre … durant les autres troubles preceddens et à l’occasion d’iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue ». Malgré les édits de pacification qui appellent les Français à oublier le conflit, la mémoire des guerres de religion a toujours demeuré un sujet contesté, non sans conséquences sur l’autorité royale et la coexistence religieuse en France, mais aussi parmi les communautés exilées.

Ce colloque aborde les guerres de religion comme un champ de recherche particulièrement fécond pour l’étude de la mémoire, de l’histoire, et de l’oubli. À quel moment l’histoire devient mémoire ? Et peut-on distinguer entre l’histoire, la mémoire individuelle et la mémoire collective des guerres ? S’agit-il de se souvenir ou de consigner la mémoire des affrontements ? Plusieurs types de documents peuvent être interrogés pour y répondre. Pendant et après les troubles, les sujets français ont discuté les événements aussi bien dans des journaux et des chroniques, des libelles et des nouvelles, que des gravures, des tableaux et des chansons. Ils continuèrent en particulier à commémorer les guerres bien après la promulgation de l’édit de Nantes, en transposant le conflit des rues et des champs de bataille aux chaires et aux tribunaux. Écrits, productions iconographiques et compositions orales ont joué un rôle majeur dans la formation des mémoires des guerres de religion.

Le colloque invite à interroger la manière dont ces documents mémoriels furent créés, recomposés et mobilisés à des fins différentes. Dans ces perspectives, il vise à évaluer comment l’étude de la mémoire peut nous aider à repenser les guerres de religion.
Les communications porteront sur des sujets compris entre 1562 et 1794.

Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche financé par la NWO (Netherlands Organization for Scientific Research) « Divided by Memory. Coping with Religious Diversity in Post-Civil War France, 1598-1685 », dirigé par Dr David van der Linden.

Pour en savoir davantage sur ce projet, voir http://vanderlinden.weebly.com

 

Répertoire des doctorants

Ce répertoire à pour fonction de recenser les thèses en cours sur la période qui s’étend du début des  guerres de religion à la mort d’Henri IV.  Pour accéder à chaque fiche, il suffit de cliquer sur le nom du doctorant concerné.

Nicolas Breton Foi et fidélités au cœur des guerres civiles : les seigneurs de Châtillon au XVIe siècle
Guilhem de
Corbier
Les histoires des guerres de religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité
Paul-Victor
Desarbres
Blaise de Vigenère (1523-1596), un érudit au temps des guerres de religion
José-Luis
Egio
La pensée politique d’Innocent Gentillet (1532-1588) : Calvinisme, gallicanisme et antimachiavelisme
Jérémie Ferrer-Bartomeu Pouvoirs des « bureaux », correspondances et reconfigurations de la société politique : le département de Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, secrétaire d’État (vers 1560-1610)
Fanny Giraudier Les Grands et le roi : pouvoir et contestation à la cour des premiers Bourbon 1589-1629
Lana Martysheva Entre tradition et invention. Les prélats français et la légitimation du pouvoir d’Henri IV (1589-1610)
Tomaso Pascucci Pouvoirs féminins dans la France du XVIe siècle : l’exemple d’Anne d’Este, duchesse de Guise puis de Nemours, et de Catherine-Marie de Lorraine, duchesse de Montpensier
Antoine Rivault Le duc d’Etampes, le métier de gouverneur au XVIe siècle (1543-1565)
Juliette Souperbie D’Henri III de Navarre à Henri IV : portraits d’un souverain
Sophie Tejedor La réflexion politique à la veille des guerres de religion : recherches sur le règne de François II (1559-1560)
Bruno Tolaïni Mémoires et mémorialistes au temps des Guerres de Religion

 


Nicolas Breton (Université du Maine)
Directeurs de thèse : Laurent Bourquin et Hugues Daussy
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Foi et fidélités au cœur des guerres civiles : les seigneurs de Châtillon au XVIe siècle. Thèse soutenue le 30 septembre 2017.

Cette thèse envisage l’étude des seigneurs de Châtillon, l’un des principaux lignages aristocratiques de la France du XVIe siècle. Apparentés avec les Montmorency par le mariage de Gaspard Ier de Coligny, maréchal de France, avec la sœur du connétable, les membres de cette prestigieuse lignée acquièrent rapidement une place éminente au cœur de l’État royal. Les trois fils du maréchal sont au centre de ce projet. Odet, cardinal de Châtillon, Gaspard de Coligny, amiral de France, et François d’Andelot, colonel général de l’infanterie française jouent un rôle de premier plan dans le déclenchement et le déroulement des premières guerres de religion qui déchirent le royaume.  Convertis au protestantisme, ils prennent la tête de la noblesse huguenote aux côtés du prince de Condé. Les descendants de l’Amiral forment la troisième génération. Louise, qui épouse le prince d’Orange, et François, éminent capitaine huguenot, poursuivent l’œuvre de leur père, alors que Charles se convertit au catholicisme.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’importance décisive de cette lignée pour le destin politique et religieux du royaume de France n’a plus attiré la moindre étude depuis les années 1970. Seule la mort tragique de l’Amiral de Coligny, exécuté le 24 août 1572 lors du massacre de la Saint-Barthélemy, suscite régulièrement l’intérêt. Le destin des autres membres de la maison de Châtillon demeure parsemé de zones d’ombres que l’exploration attentive d’une abondante documentation dispersée dans les fonds d’archives français et européens ne manquera pas d’éclairer.

L’axe central de ce travail n’est toutefois pas celui d’une reconstitution biographique appliquée aux différents membres du lignage, mais plutôt l’analyse des conséquences de leur engagement religieux sur leur itinéraire politique. Doté d’une importante dimension internationale liée aux réseaux protestants auxquels se rattachent les Coligny, ce projet de recherche implique le dépouillement de nombreuses archives conservées en France, en Angleterre, en Suisse, en Belgique, aux Pays-Bas ainsi qu’en Allemagne dont l’analyse, complétée par l’étude d’un important corpus de sources imprimées et publiées devraient permettre une soutenance avant la fin du printemps 2016.


Guilhem de Corbier (Université de Poitiers)
Directrice de thèse : Denise Turrel
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Les histoires des guerres de religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité. Thèse soutenue le 15 décembre 2015.

Lancelot Voisin de La Popelinière (vers 1540-1608), protestant, a écrit deux histoires des guerres de Religion qui sont des succès éditoriaux immédiats. Le souhait avoué de l’auteur est de présenter cette période d’actualité de façon neutre et impartiale. Mais le premier ouvrage, La Vraye et entière Histoire (qui paraît en trois éditions successives, revues et augmentées de 1571 à 1579), est plagié par deux catholiques parisiens et est légèrement repris à Genève. La Popelinière réécrit donc son œuvre qui devient L’Histoire de France en 1581. Ses coreligionnaires lui infligent alors un procès pour avoir évoqué les protestants de façon déconsidérée, et son œuvre est encore modifiée à Genève. Désormais interdit d’accès à la Cène, La Popelinière ne sera réhabilité qu’en 1585 et change dès lors de sujet pour ses parutions.

Travail de réflexion critique sur la place de l’œuvre historique de La Popelinière dans l’historiographie française du XVIe siècle, en lien avec un réexamen des sources, cette thèse a pour objectif de déterminer comment et dans quels contextes précis cet auteur a travaillé et fait imprimer ces ouvrages, qui sont anonymes et contiennent des adresses typographiques erronées. L’accueil fait à ces deux livres par les contemporains et les successeurs de La Popelinière ainsi que la défense de l’auteur dans le cadre de sa condamnation en 1581 sont également réétudiés.


Paul-Victor Desarbres (Université de Nanterre)
Directrice de thèse : Marie-Christine Gomez-Géraud
Discipline : Littérature française

Sujet : Blaise de Vigenère (1523-1596), un érudit au temps des guerres de religion. Thèse soutenue en 2016.

La figure de Blaise de Vigenère est multiple : homme de confiance de différents grands serviteurs de la monarchie, amené à ce titre à parcourir l’Europe, secrétaire du duc de Nevers François de Clèves, agent chargé de missions délicates pour le compte du roi de France, homme de confiance de Louis de Gonzague-Nevers, écrivain et traducteur prolifique une fois officiellement retiré des affaires. On voudrait ajouter sur le plan intellectuel : hébraïsant versé dans la cabale, alchimiste, amateur d’art, infatigable travailleur. Il s’est montré catholique intransigeant, soutien inconditionnel de Henri III dans le sillage du duc de Nevers, mais adversaire de la Ligue et soutien de Henri IV. Si les études sur tel ou tel pan de son œuvre se sont succédé depuis la thèse de Denise Métral (1939), il reste à comprendre le rôle politique qu’a voulu ou manqué de jouer ce esprit soucieux d’exactitude littérale et amateur d’allégories ou de symboles.

Outre la biographie d’un secrétaire (charge dont les attributions ne sont pas sans lien avec l’œuvre future) on voudrait interroger son « service de plume » (Anne Boltanski), et montrer les étapes de la « politique » de publication qu’il a menée et qui était sans doute aussi un moyen de parvenir : avec quel bonheur Vigenère a-t-il fait carrière ? Quel rôle peut avoir un homme de second plan ? Il s’agit aussi de mieux comprendre la fabrique de la traduction et du commentaire érudit dans leur dimension pratique. Il s’agit d’expliquer la rapidité de travail de cet érudit qui publia sans relâche depuis sa retraite, de 1573 à sa mort en 1596 un si grand nombre de pages. Enfin, on voudrait étudier la traduction et du commentaire historique dans les cas où ils expriment directement, quoique avec prudence et sous forme de remarques parcellaires, un parti pris politique.


José-Luis Egio (UNAM México, Universidad de Murcia)
Directeur de thèse : Antonio Rivera García
Discipline : Histoire moderne

Sujet : La pensée politique d’Innocent Gentillet (1532-1588) : Calvinisme, gallicanisme et antimachiavelisme. Thèse soutenue le 28 octobre 2015.

Innocent Gentillet est l’un des juristes et polémistes huguenots actifs pendant les guerres de religion. Ayant attiré moins d’attention que Hotman, Duplessis-Mornay ou Bèze, sa figure et ses écrits méritent cependant une étude approfondie tant pour leur valeur intrinsèque que pour le rôle que le jurisconsulte a joué au sein du parti huguenot entre 1574 (date de publication de sa première Remonstrance) et 1588 (date de sa mort). On doit également considérer que la seule monographie consacrée à Gentillet est un court écrit datant de 1969 et exclusivement consacré à « sa polémique anti-machiavélique » (Stewart).

Le Chapitre I de notre thèse offre une nouvelle reconstruction de la biographie de Gentillet. On présente pour la première fois des informations concernant sa formation universitaire à Grenoble à la fin des années 1550, période importante pour l’histoire de l’Université, qui, à cette époque, comptait parmi ses professeurs le juriste António Gouveia. Dans notre approche biographique, on insiste aussi sur le lien entre le rôle joué par Gentillet lors de différentes négociations de paix au Dauphiné et le contenu de ses traités politiques.

Le Chapitre II est dédié à la façon dont Gentillet conceptualise l’autorité royale et la police dans ses Remonstrances de 1574 et 1576 et dans la première édition de son Discours contre Machiavel (1576). On se concentre spécialement sur les critiques philosophico-politiques à la façon pragmatique dont Machiavel théorise la nature de l’autorité de son Prince et (surtout) son emploi. On marque aussi les différences existantes entre les positions de Gentillet sur la puissance royale et des ‘monarchomaques’ comme Hotman ou Duplessis-Mornay. En tant que principal polémiste réformé du soulèvement malcontent, Gentillet paraît retourner à la stratégie conciliatrice suivie par le parti huguenot pendant les premières guerres de religion et développe une pensée politique qui reconnaît la « puissance absolue » des rois. Dans ce sens, Gentillet nous paraît plus proche de Bodin ou Chasseneuz que de coreligionnaires contemporains comme Daneau, qui arrivent à contester ses idées sur la puissance absolue des rois.

Souvent considéré un critique “moraliste” et “superficiel” de Machiavel, Gentillet est l’auteur de la première lecture systématique des principaux traités politiques et travaux historiques du florentin (Il principe, Discorsi, Istorie fiorentine, Dell’arte della guerra). Le Chapitre III est consacré aux critiques sociales, économiques, historiques et théologiques adressées par Gentillet à Machiavel et aux « machiavélistes qui dominent la Cour ». Dans ce chapitre, on se concentre sur les sections ajoutées par Gentillet à son Discours contre Machiavel lors de la réédition de 1585. On essaie de montrer comment la pensée anti-machiavélique de Gentillet, profondément ‘seysselienne’, s’inscrit sur le long terme et constitue une réponse aux grands changements advenus en France entre les royaumes de Louis XI et de Louis XII.

L’ampleur des intérêts théoriques de Gentillet ne nous a pas permis d’épuiser son œuvre dans notre thèse. En ce sens, un second livre (en cours de rédaction) sera dédié à la façon dont Gentillet synthétise les principales positions théologiques, ecclésiologiques et politiques de Calvin dans son Apologie pour les chrestiens de France qui sont de la religion évangelique (1578, 1588) et les fait évoluer dans la perspective gallicane qui marque son ample Bureau du Concile de Trente (1586). Tout comme ses perspectives modérées sur l’autorité royale, l’inscription gentilletienne de la Réforme dans l’histoire des luttes gallicanes vis-à-vis des « prétentions de domination du Pape sur la France » nous paraît être l’un des éléments clefs permettant l’union patriotique autour de Henri IV et la fin des guerres de religion. On montrera, dans ce sens, comment les travaux de Gentillet sont souvent repris et même copiés (on pense à Pierre de Belloy) par des polémistes huguenots et des ‘politiques’ qui écrivent entre 1586 et la fin du siècle.


Jérémie Ferrer-Bartomeu (École nationale des chartes)
Directeur de thèse : Olivier Poncet
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Volontés d’État. Pouvoirs des « bureaux », correspondances et reconfigurations de la société politique : le département de Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, secrétaire d’État (vers 1560-1610). Thèse soutenue le 19 décembre 2017.

Je porte mon attention sur un ensemble de sources très disparates afin de réaliser une histoire problématique de l’État, saisi à travers l’inflation documentaire des « papiers d’État », née des troubles. Cette inflation documentaire suppose la refonte des cadres traditionnels de la société politique et l’implantation, au coeur de l’État, d’un personnel aux horizons d’attente neufs pour soutenir cette réformation qui s’inscrit dans les conceptions politiques nouvelles des derniers Valois. Une approche de l’État par la pratique et la consistance concrète de l’ouverture des paquets de correspondances, la préparation et la collection de formulaires de listes de relais de postes, les ratures et brouillons des lettres montre un projet politique mouvant, s’affrontant à la rugosité et aux malheurs des temps. Les innombrables décisions prises par les commis de chancellerie révèlent une histoire politique ouverte et potentielle.

Sans faire l’économie d’une réflexion sur la notion problématique qu’est l’État moderne dans la récente historiographie, je centre l’analyse sur la jonction des intérêts d’une société politique qui lie son destin matériel au prince et la déclinaison des pratiques de ce groupe dans l’action de gouvernement. L’institution, au cœur du gouvernement du royaume, des secrétaires d’État m’apparaît alors centrale ; cette innovation politique préfigure les transformations de la « monarchie administrative » des XVIIe-XVIIIe siècles et dessine les contours d’un nouveau groupe élitaire, aux pratiques et aux savoirs nouveaux et largement empiriques.

Un acteur en particulier me semble rendre raison des profonds bouleversements de l’entourage royal : Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy. L’analyse de ses pratiques professionnelles et de ses conceptions politiques s’insère dans le courant récent de l’étude européenne des acteurs institutionnels. Je tente ainsi de lier pratiques et événements, discours et cadres mentaux en dépliant ce qui fait la matière dense de la vie et des écrits du secrétaire de quatre rois de France (1567-1617). L’étude conjointe de l’édifice de papiers produit, d’une trajectoire politique et des réformes de l’entourage du roi dans les décennies 1580-1590 semble alors fructueuse pour faire une histoire problématique de l’État. Je tente ainsi de comprendre comment Villeroy fonde, en fait et en droit, de nombreuses innovations politiques qui, sur près de cinquante ans, s’adossent à la configuration d’un imaginaire royal profondément renouvelé. Pour faire l’histoire de ce moment politique saisi à travers l’inflation documentaire des papiers d’État, je souhaite inclure dans un corpus aux dimensions vastes des sources disparates.

La diversité et les contiguïtés de ces sources m’intéressent pour les actes qu’ils accomplissent. Dans ce programme, je me propose de réaliser des sondages des séries de correspondances politiques actives entre le monarque et certains de ses secrétaires. Ce matériau permet de restituer, sur des séquences longues, les conceptions de la pensée politico-religieuse des derniers Valois et du premier Bourbon. Les mutations et les horizons d’attente du groupe des « lettrés d’État » résident également dans la saisie des correspondances entre les départements, mais aussi avec les différents acteurs du pouvoir engagés dans les opérations de guerre et de négociation.

Les sources normatives rendent très sensible l’effort de réformation voulu par le dernier Valois : je cherche à lier, par une approche comparatiste, les textes qui traitent de l’organisation de l’administration attachée directement au service du roi et ceux qui structurent les nouvelles institutions de pénitence et de piété démonstrative. Les sources discursives – mémoires d’État, relations longues, traité de correspondance – sont l’élément fondamental qui permet de lier sources épistolaires et sources de la pratique, afin de résorber les ténèbres qui envahissent les cabinets des départements des secrétaires du roi fin XVIe-début XVIIe siècles.

La trame générale de ces chantiers est en outre constituée par l’analyse des transferts de savoirs administratifs entre les monarchies anglaise, espagnole et française. J’observe comment les « bureaux » des secrétaires Villeroy, Pérez (Espagne) et Walsingham (Angleterre) entrent en interaction par l’intermédiaire de leurs agents diplomatiques lors des crises et des négociations politiques internationales. J’observe l’émergence d’une « science d’Etat » à l’échelle européenne et les évolutions homologues des pratiques administratives à la faveur des nombreux contacts que les agents des trois monarchies entretiennent.


Fanny Giraudier (Université Lumière Lyon II)
Directeur de thèse : Nicolas Le Roux
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Les Grands et le roi : pouvoir et contestation à la cour des premiers Bourbon 1589-1629. Thèse soutenue le 2 décembre 2016.

Les troubles des guerres de Religion modifient les relations entre les nobles et le pouvoir monarchique. Malgré la division religieuse, insupportable à nombre de catholiques, la nécessité de rétablir la paix dans le royaume s’impose progressivement. Henri IV parvient, par les armes ou les négociations, à se faire reconnaître comme roi de France. Il fonde ainsi sa légitimité sur la clémence et la raison d’Etat, seules capables de ramener l’ordre dans le royaume et d’imposer une certaine cohabitation religieuse. Dans cette reconquête du pouvoir, il doit peu à peu gagner la confiance de certains nobles, anciens chefs de la Ligue ou catholiques fervents tout en préservant les liens qu’il a de longue date avec les Grands du parti protestant.

Ce travail de recherche vise à montrer la complexité des relations entre le roi et ses nobles sur une période allant de 1589 à 1629 en retraçant les parcours des Grands et les confrontations, parfois violentes entre l’autorité monarchique et les velléités nobiliaires. Le terme de Grands désigne ici les princes du sang, ducs et pairs et principaux officiers de la couronne. Il convient également de prendre en compte leur entourage et notamment les femmes de ces grandes familles qui jouent un rôle dans les rapports de pouvoir par leurs négociations, leurs interventions auprès du monarque. Il en va ainsi des femmes du clan des Guise, mais aussi d’autres grandes figures comme Marguerite de Valois qui fait son retour à la cour en 1605, et bien d’autres encore.

La place des nobles dans cette société est conditionnée par les gouvernements, les offices, qu’ils occupent dans le royaume et à la cour et les faveurs dont ils jouissent. Les clientèles qu’il entretiennent grâce à leurs différentes charges témoignent de leur puissance et sont des arguments de poids à opposer au roi en cas de désaccord. Les modalités de la révolte sont ainsi au cœur de cette étude. Du départ de la cour à la prise d’armes en passant par les publications de libelles, les nobles tentent par différentes voies de s’imposer face au pouvoir royal qui menace parfois leurs prérogatives. Les réactions du souverain face à ces révoltes, les moyens employés pour les éviter ou les punir aident également à mieux appréhender les transformations de l’autorité monarchique dans cette période de reconstruction du royaume.

Outre ces épisodes de tensions, les moments de paix, l’organisation et les plaisirs de la cour trouvent leur place dans ces recherches. Ces temps d’harmonie orchestrés, les cérémonies et fêtes qui rythment la vie de cour révèlent un ordre, une société idéale : celle où les nobles sont réunis autour de leur souverain, lustres de la royauté.

Cette thèse aborde donc différentes sources : d’abord les correspondances des nobles, avec le roi mais aussi celles qu’ils entretiennent entre eux, leurs Mémoires lorsqu’ils en publient. Les rapports des ambassadeurs étrangers et les courriers diplomatiques apportent à leur tour des éléments de compréhension des rouages de la cour et donnent souvent un autre éclairage aux évènements. Les papiers relatifs à la maison du roi : ordonnances, quittances, éléments comptables rendent compte du fonctionnement de celle-ci. Enfin les récits des cérémonies et fêtes de cour, les imprimés qui se multiplient notamment sous la régence de Marie de Médicis viennent compléter ce corpus de sources afin d’éclairer l’évolution des rapports entre le roi et les nobles à l’issue des guerres civiles.


Lana Martysheva (Université Paris-Sorbonne Paris  IV)
Directeur de thèse : Denis Crouzet
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Entre tradition et invention. Les prélats français et la légitimation du pouvoir d’Henri IV (1589-1610)

Mes recherches doctorales portent sur l’adaptation complexe et urgente dont les grammaires de la légitimation politico-religieuse du pouvoir royal furent l’objet à l’avènement d’Henri IV. C’est à la croisée des pensées théoriques, de la prosopographie et de l’analyse des héritages et des inventions « représentationnels » qu’il devient possible de saisir mieux ces enjeux : cette étude ne peut en effet être menée qu’en élargissant la focale à ceux qui, autour du roi, ont fait le travail de penser le pouvoir royal dans le cadre inédit et éminemment problématique que les événements tracèrent alors brusquement.

Une fois qu’Henri III assassiné par Jacques Clément, Henri de Bourbon, roi de Navarre, hérite de la couronne de France selon la loi salique, la religion calviniste du prince provoque comme on le sait une forte contestation de sa légitimité. Les catholiques doivent décider : prendre la partie de la Ligue, temporiser ou bien se soumettre au nouveau roi. Plutôt que de s’interroger en vain au for intérieur de la figure d’Henri IV, mon doctorat repose sur le fait qu’à ce moment crucial de l’histoire de la monarchie française, un groupe des prélats catholiques se rallie à Henri IV ou « l’Heretique ». Ces ecclésiastiques (Claude d’Angennes, Renauld de Beaune, Philippe du Bec et d’autres), en faisant face à un cas sans précédent, prennent une position qui peut paraître paradoxale mais qui reflète une sensibilité catholique ayant ses fondements doctrinaux et moraux. Ces prélats prirent ce parti et agirent en fonction, pour que ce choix soit valable et efficace : pour qu’un hérétique devienne le roi Très Chrétien de France.

J’ai donc commencé ma thèse en me penchant sur les raisons de ce choix a priori inattendu d’une part particulière des prélats français au moment des grands troubles en France. Ce questionnement m’a amené à étudier en détail leurs parcours en observant leurs positions notamment aux moments symboliquement cruciaux pour la monarchie française, comme l’absolution d’Henri IV en France, son sacre, ou encore son absolution à Rome. J’étudie ces événements qui semblent connus et décrits par les historiens mais en posant sur eux de nouvelles questions et en élargissant le champ des sources. Ainsi, au lieu de réfléchir sur la sincérité d’Henri IV au moment de sa conversion – épineuse question de l’historiographie -, je me demande qu’est-ce que pouvait apporter au roi la présence dans son entourage au moment du passage confessionnel d’un personnage tel que Jacques du Perron, appelé « le convertisseur » par les contemporains. Au lieu de reprendre la description du sacre laissée par plusieurs chroniqueurs de l’époque, j’interroge différentes versions du récit des cérémonies à Chartres en 1594 publiées par l’évêque Nicolas de Thou. Pourquoi existe-t-il autant de versions de ce récit et pourquoi ce prélat a-t-il minutieusement retravaillé son propre texte pour la deuxième publication ? Ainsi, de nouveaux questionnements apparus lors de l’enquête m’ont convaincu de l’importance de l’étude de ces personnes restées dans l’ombre du roi si populaire dans l’héritage représentationnel historique, et jusque dans l’historiographie. Le dépouillement des diverses sources a révélé à ma surprise l’existence de nombreux aspects non- ou sous-étudiés d’événements majeurs du règne d’Henri IV, notamment les questions des choix faits dans la diffusion des relations et images des cérémonies royales. Ainsi, un deuxième volet de ma recherche étudie la légitimation symbolique du pouvoir royal, travail mené par divers acteurs et notamment par les prélats appelés « politiques » par leurs ennemis ligueurs – en raison de leur engagement pour la cause royale, expression qui a elle-même une histoire tout sauf neutre. Il s’agit donc de saisir la façon dont ces personnages furent amenés à repenser les modalités traditionnelles de légitimation du souverain dans des situations exceptionnelles, cas-limites qui mettent les rites traditionnels à l’épreuve. Le cas d’une énigmatique colonne commémorative à Rome de l’absolution du roi, entourée d’une riche production iconographique, permet ainsi d’appréhender comment et selon quelles logiques des motifs symboliques, parfois très anciens, furent repris, adaptés et réinvestis, pour allier continuité d’un pouvoir de droit divin, situation spécifique sans précédent et nécessité de mise en scène du pouvoir.

Ma recherche entend contribuer à une meilleure compréhension de l’originalité du climat politico-religieux en France sous Henri IV, et à déterminer les matrices des réponses données aux défis que ce climat avait soulevés, nécessitant de conjuguer tradition et innovation via le jeu de grammaires symboliques vécues ou mises au service d’une cause et l’incarnation de choix politico-religieux, qui, hors de toute téléologie, n’ont rien d’évident.


Tomaso Pascucci (Université de Franche-Comté)
Directeur de thèse : Hugues Daussy
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Pouvoirs féminins dans la France du XVIe siècle: l’exemple d’Anne d’Este, duchesse de Guise puis de Nemours, et de Catherine-Marie de Lorraine, duchesse de Montpensier

La sélection d’Anne d’Este et de Catherine-Marie de Lorraine, une mère et une fille, dans le cadre d’un projet axé sur le rapport entre femmes et pouvoirs n’est pas le fruit du hasard. Ces deux duchesses ont en effet acquis de la notoriété pendant la Ligue pour avoir exercé une certaine autorité au sein du gouvernement de la Sainte Union et influé sur le sort de la capitale du royaume de France pendant un quinquennat (1589-1594). Il n’est toujours pas clair, malgré les nombreuses études consacrées à ce sujet, si l’on doit considérer une telle notoriété et activisme politique à l’instar d’une expérience exceptionnelle au vu des prescriptions normatives de l’époque ainsi que des nombreuses réactions hostiles surgies durant leur expérience ligueuse et successivement, ou plutôt le résultat de luttes partisanes peu ou prou concernées par le rabaissement du sexe féminin.

En tout état de cause, le phénomène en soi invite à creuser leur parcours mais sans nécessairement l’évaluer en fonction de l’épreuve de la Ligue. Nous estimons, en effet, que les derniers travaux sur la question ont fourni, sauf la biographie de Christiane Cœster, une interprétation téléologique des cas d’Anne d’Este et Catherine-Marie de Lorraine comme si les deux duchesses se fussent depuis toujours projetées vers un histrionisme politique surgi pendant la Ligue et qu’elles eussent dû se contenter après d’un rôle plus effacé suite à la reddition de Paris en 1594. D’une certaine manière la rareté dans lesdits travaux d’informations et de sources concernant les deux duchesses pour la période antérieure et postérieure à la Ligue confirme cette approche réductrice et génère le risque de passer à côté d’importantes articulations identitaires propres aux deux duchesses ainsi que du «mesh of dependence […] that provides the framework and scope for their decisions», pour reprendre une célèbre formule de Norbert Elias, c’est-à-dire des éléments susceptibles de porter un nouvel éclairage sur l’engagement même des deux duchesses dans la révolte des Princes ligueurs. Si, donc, Catherine-Marie de Lorraine demeure un acteur quasi inconnu, n’ayant reçu une attention adéquate de la part des historiens, et nécessite d’une étude d’ensemble à elle consacrée, l’acteur Anne d’Este, plus connu grâce à la biographie bien documentée de Cœster, n’apparaît pas pour autant comme un sujet épuisé. Bien au contraire.

Cependant, notre approche n’est pas de type biographique, mais opte plutôt pour une dimension comparative de problématiques liées à la prégnance, qui nous intéresse au plus haut point, de catégories telles que le genre, le rang/statut, la richesse, etc. dans la détermination des rapports entre hommes et femmes dans l’Europe de la première modernité, en particulier en France et en Italie. Le choix de ne pas se focaliser sur toutes les actions d’une seul personnage, mais de plutôt se concentrer sur des problématiques pour voir si elles trouvent des applications semblables ou dissemblables auprès d’acteurs différents, mais dotés d’horizons sociaux bien similaires – les deux acteurs choisis sont en effet une mère et sa fille – devrait nous permettre d’examiner avec plus d’acuité ces mêmes problématiques et peut-être de les repenser à la lumière de nouveaux éléments survenus entre-temps.

Enfin, l’abondance de sources capables d’éclairer l’ensemble de leur carrière constitue une motivation supplémentaire à la base de notre choix. Il est indéniable que Catherine-Marie de Lorraine dégage un corpus de sources bien moins épais par rapport à Anne d’Este, surtout de nature comptable; cependant, le riche contenu de la documentation subsistante et les centaines d’actes notariés par elle passés, plutôt éloquents sur ses opérations financières, comblent en quelque sorte l’étrange disparition d’une grande partie de la documentation concernant Catherine-Marie de Lorraine et son mari, Louis II de Bourbon-Montpensier.

A travers les cas d’Anne d’Este et de Catherine-Marie de Lorraine nous voudrions donc interroger l’exercice féminin (et sa difficulté) des pouvoirs compris comme la capacité développée par un membre du sexe féminin de contourner ou de plier à son avantage normes juridiques et morales qui étaient sensées en limiter, voire en empêcher l’accès aux ressources patrimoniales, relationnelles ou de commandement, normalement réservées aux mâles. A cette fin nous croyons qu’il est primordial pour maitriser ce sujet de faire travailler, outre la catégorie du genre, celles du rang/statut, de la richesse et de l’expérience rarement utilisés dans le champ de l’histoire des femmes.

En particulier, nous entendons mettre en relief et expliquer l’articulation et agencement de ces catégories, leur apparition à des moments donnés, plutôt qu’en d’autres. Il s’agit, donc, d’approcher les différentes identités de ces deux personnages, c’est-à-dire en tant que célibataires, épouses, mères et veuves et de les voir agir dans des cadres différents tels que la parenté, le dominium féodal, les gouvernements de province conférés à leurs proches (i.e. maris, fils, etc.) et l’espace curial.


Antoine Rivault (Université Rennes II)
Directeur de thèse : Philippe Hamon
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Le duc d’Etampes, le métier de gouverneur au XVIe siècle (1543-1565). Thèse soutenue le 1er juillet 2017.

Pendant plus de vingt ans (1543-1565), Jean de Bretagne, duc d’Étampes fut à la tête de la Bretagne en tant que gouverneur de la province. Héritier des comtes de Penthièvre, issus des ducs de Bretagne, le duc d’Étampes devint un fidèle serviteur d’Henri II à qui il devait tous ses honneurs. Entré au conseil royal, il supervise les expéditions d’Écosse et administre militairement la Bretagne face aux ennemis du Valois. Mais au regard des sources, le gouverneur ne revêt pas uniquement un rôle militaire. Être gouverneur d’une importante province telle que la Bretagne implique un investissement quotidien dans l’administration d’une vaste population. Rapidement, le duc d’Étampes devient l’homme à tout faire en Bretagne, cultivant les liens avec la noblesse d’épée, le monde de la justice et des finances. Homme du roi en province, chef naturel de la noblesse locale, le gouverneur fait le lien entre la monarchie centrale et la province. Entre collaboration et méfiance, le duc d’Étampes intervient aux États provinciaux, au jeune parlement de Bretagne ainsi qu’au sein des municipalités. Quand surviennent les guerres de Religion, le vieux duc, confident de Catherine de Médicis, choisit son parti de conciliation entre catholiques et protestants, non sans difficultés. Quels sont les moyens mis en œuvre par le gouverneur pour gouverner la Bretagne ? Les liens de fidélité, de clientèle et de réseaux du « clan » du duc d’Étampes sont à analyser pour comprendre comment celui-ci a organisé le maintien de l’ordre en Bretagne. Ses vassaux du riche comté de Penthièvre comme ses secrétaires sont autant de soutiens qui permettent d’enraciner la famille du duc dans le « métier de gouverneur ». Ainsi, son neveu et héritier, Sébastien de Luxembourg, vicomte de Martigues lui succéda. C’est ce long gouvernement suivi de celui, plus bref, de son neveu qui sont à analyser à partir d’une lecture serrée des sources (tant épistolaires qu’administratives).


Juliette Souperbie (Université Toulouse II Jean Jaurès)
Directeur de thèse : Pascal Julien
Discipline : Histoire de l’art

Sujet : D’Henri III de Navarre à Henri IV : portraits d’un souverain.

Le portrait politique et les stratégies de représentation font de plus en plus l’objet de recherches approfondies. L’historienne de l’art Diane Bodart publia par exemple en 2011 sa thèse consacrée aux « Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne ». Le rôle de l’image dans la société moderne n’est plus à démontrer mais ces études permettent d’en rendre compte de manière très précise. Concernant les souverains français, ce lien a surtout été établi par l’historien Gérard Sabatier avec la figure de Louis XIV et la notion d’absolutisme royal.

Je souhaite pour ma part démontrer l’intérêt de l’iconographie de son grand-père. Henri IV est un souverain qui sut se mettre en scène dans des images de manière inédite. Amené à diriger un royaume qui traversait une crise religieuse et économique profonde, les difficultés qu’il eut à assoir son pouvoir invitent à considérer l’importance qu’il attacha à son image. Son accession au trône fut des plus singulières et elle donna lieu à une iconographie particulièrement intéressante. On peut ainsi voir évoluer à travers elle le personnage d’Henri III de Navarre pendant et après son accession au trône. Ce travail s’inscrit dans la continuité d’un master soutenu en 2016 consacré à la question de légitimation présente au sein de ses portraits. La popularité de ce souverain est telle qu’aujourd’hui l’image d’Henri IV en France est empreinte d’un certain folklore, voire du pittoresque. Elle se rattache à l’image d’Epinal de ce « bon roi Henri ». En se détachant de cette vision, cette étude permet d’aborder et de comprendre une multiplicité de questions, d’ordre politique, sociologique, et religieuse. Le rôle stratégique qu’il accorda à son image fut constaté à plusieurs reprises, notamment par son biographe Jean-Pierre Babelon, mais il n’est toujours que rapidement évoqué, faisant le plus souvent référence à un nombre limité d’œuvres bien connues. Cette thèse a donc pour objectif de présenter une vision complète et inédite de l’iconographie du souverain Henri IV, de la conquête du pouvoir à sa légitimation. Une approche typologique de ces œuvres offrira une vue d’ensemble qui permettra d’enrichir nos connaissances sur les portraits de ce roi mais aussi sur l’usage du portrait à la Renaissance et sur l’image politique en général.

Cet « inventaire », bien qu’il ne puisse être exhaustif, rassemble un corpus conséquent qui permet de mettre en avant les caractéristiques de cet ensemble iconographique pour en analyser les différents enjeux. Ainsi, à travers une grande quantité d’images, tout médium confondu, il sera possible de comprendre grâce à quels procédés ce huguenot, que peu souhaitaient voir régner, est parvenu à faire circuler l’image d’un guerrier catholique dont la force et l’honneur ne furent jamais contestés. L’idée consiste finalement à refaire l’histoire, grâce à la lecture de cette iconographie, à comprendre la politique de représentation très vive et réfléchie de ce souverain.

Le contexte de création de ces images est aussi appréhendé. Le milieu artistique de ce règne, dont l’historiographie présente des lacunes considérables, est au cœur du sujet. Toutefois, peintres, sculpteurs, graveurs, médailleurs, ne furent pas les seuls à participer à la création et à la diffusion de ces objets et bien d’autres acteurs, qu’ils soient conseillers ou médiateurs, vont également être pris en compte. Ainsi, un grand nombre de ce que l’on pourrait considérer aujourd’hui comme ayant été des « stratégies de communication » seront analysées, comme les techniques de présentation et la fonction de ces portraits par exemple.

« Gouverner, c’est faire croire » écrivait Machiavel, or l’analyse de ces images est un moyen de comprendre comment. Cette thèse veut ainsi démontrer l’intérêt général de ces œuvres et de cette iconographie henricienne, tant au niveau historique qu’artistique. L’un des objectifs est aussi de montrer dans quelle mesure les œuvres aujourd’hui conservées en province, trop rarement évoquées, méritent de l’attention. À partir de nombreuses études de cas, il sera alors possible de saisir précisément dans quelle optique furent exécutées ces œuvres, par quels moyens et quel pouvait-être leur rôle dans la politique menée par ce souverain. Au-delà de son existence, qu’est-ce qui, dans ces images, a pu contribuer à l’élaboration de sa gloire ?


Sophie Tejedor (Université Paris-Sorbonne Paris IV)
Directeur de thèse : Denis Crouzet
Discipline : Histoire moderne

Sujet : La réflexion politique à la veille des guerres de religion : recherches sur le règne de François II (1559-1560).

Le 11  juillet 1559, la mort accidentelle d’Henri II place sur le trône de France un roi de quinze ans à la santé fragile, François II. À cette date, les divisions religieuses provoquées par la Réforme protestante s’accentuent et troublent de plus en plus l’ordre civil. Malgré la poursuite de la répression catholique héritée d’Henri II, les calvinistes sortent de la clandestinité et s’organisent en églises remettant ainsi en cause les fondements religieux du pouvoir royal. A ces maux religieux, se superposent des maux politiques tant liés à la question de la supposée minorité du jeune roi qu’à la monopolisation de la faveur royale par ses deux conseillers privilégiés, le cardinal Charles de Lorraine et le duc François de Guise, défenseurs du catholicisme. En mars 1560, un projet de conjuration réunit à Amboise une poignée de réformés et de mécontents armés afin de soustraire le souverain à l’influence des Guise. Cet épisode fait la synthèse des tensions du royaume et expose pour la première fois aux yeux de tous l’ampleur de la crise politico-religieuse révélée par la mort d’Henri II. La conjuration d’Amboise provoque surtout une prise de conscience chez les autorités royales et les incite à opérer un changement de politique à l’égard des réformés français. Dès le printemps 1560 avec l’édit de Romorantin, la politique répressive est abandonnée au profit d’une politique d’apaisement et de conciliation. Ce sont les origines, les acteurs et les conséquences de ce tournant politique que cette thèse se propose d’analyser à travers une fine étude de la chronologie des années 1559 et 1560. Cette thèse se donne ainsi pour objectif d’entrer dans le détail d’un règne éphémère resté jusque-là un angle mort historiographique dans la multitude de travaux consacrés à la France des guerres de religion.


Bruno Tolaïni (EHESS)
Directeur de thèse : Jean Boutier
Discipline : Histoire moderne

Sujet : Mémoires et mémorialistes au temps des Guerres de Religion

Suscitant un intérêt marqué de la part des chercheurs depuis la fin des années 1970, les Mémoires ont souvent fait l’objet de monographies ou d’études s’intéressant à la poétique du genre. Peu de travaux, réalisés à partir d’un corpus de sources large, se sont penchés sur l’un des traits les plus marquants de ces écrits du for privé : les motivations des mémorialistes du XVIe siècle. La multiplication de ces œuvres à la Renaissance s’inscrit dans une démarche nouvelle et le récit devient souvent une apologie de soi, révélatrice d’une pratique d’écriture changeante.

La thèse de doctorat que je prépare analyse les Mémoires de la fin du XVIe à travers les desseins, explicitement mentionnés ou non, des mémorialistes. La prise de plume relevait souvent d’intentions polymorphes des scripteurs avec un point commun : la mise en valeur de soi. Si la volonté de léguer à la postérité une vision favorable de leurs actions était au cœur de l’écriture, les Mémoires avaient également un rôle à jouer dans le présent. Ce sont tous ces éléments que je me propose d’étudier à partir de textes rédigés par des catholiques, des protestants, militaires ou spectateurs des Guerres de Religion, à la cour ou en province. Il s’agit notamment de mettre en lumière tous les procédés utilisés par les mémorialistes afin de s’exposer sous leur meilleur jour et de se glorifier eux-mêmes. Il s’agit également de comprendre les motivations plus immédiates de ces hommes et de ces femmes, pour lesquels les Mémoires devaient être notamment un testament, un manuel d’instruction, ou un vecteur de re-politisation.